Skip to main content

Full text of "Le Beffroi: arts, heraldique, archéologie"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



From the 



Fine Arts Library 

Fogg Art Muséum 
Harvard Univcrsity 



I 



From the 



Fine Arts Library 

Fogg Art Muséum 
Harvard Universky 







\ 



LE BEFFEOI 



Tontes les formalités requises par la loi du 25 Janvier 1817, et par les traités intemationanx, 
pour s'assnrer la propriété du texte et des gravures de cette Bevne, ont été remplies par la 
Direction qui se réserve égalemenirle droit de traduction. 



Brugee, Typographie de ISDW. GAULLIARD ft COMP. 



LE 



BEFFROI 



ABTS 



HEBALDIQtJE ARCHEOLOGIE 



^i 



n 



TOME QUATRIÈME 



BBTJGES 

AUX BUBEAUI DE LA BETÏÏE CHEZ EDW. GAILLUBD & C^^ 

1872-73 



FA i' '^ F 



HARVARD COLLEGE LIBRARY 

FROM THE 

ARCHIBALO CARY COOLIOQE 

FUNO 






Nvi>^l./a.^/f^y^ 



A^ 



J 



ICONOGEAPHIE CHRÉTIENNE 
SAIlirTE BABBE 



f I n Orient, et autrefois en Occident, les artistes avaient Thabilude 

mT^J de faire connaître par des inscriptions les sujets et les person- 
^^*\d nages qu'ils représentaient. Cette précaution était fort bonne, 
mais elle fut abandonnée chez nous lorsque les symboles et les attributs em- 
ployés pour caractériser les saints devinrent fixés par l'usage et familiers à la 
masse même du peuple. On n'avait point prévu que dans un siècle à venir la 
connaissance de ces choses serait entièrement oubliée par le peuple, et que 
Fexplicalion de tableaux alors si évidente, et Tidentité de saints alors si facile 
à reconnaître fournirait matière à discussion à des savants, même à des ecclé- 
siastiques. Cette ignorance, on ne peut le nier, est un des tristes résultats de 
l'engouement fatal pour Tétude des antiquités païennes qui au quinzième 
siècle prit possession de l'élite de l'intelligence de l'Europe, et qui finit par 
dominer la société à un tel degré que la mythologie des Grecs et des Romains 
lui devint beaucoup plus familière que l'hagiologie Chrétienne. 

Depuis le réveil de l'étude des antiquités Chrétiennes et la renaissance 
de l'Art, bien des ouvrages ont paru sur l'iconographie, depuis la modeste 
brochure en seize pages jusqu'au grand in-quarto. De tous ceux-ci le mieux 
conçu à notre avis est celui de Madame Jameson, complété par Lady Eastlake, 
lequel cependant est trop exclusivement basé sur l'étude de tableaux de l'école 
Italienne, et en outre présente le grand inconvénient d'être l'œuvre de per^ 
sonnes malheureusement étrangères à l'Eglise. 

La notice que voici donnera une idée du plan d'un travail à l'usage des 
artistes et des archéologues pour lequel nous nous appliquons, depuis bientôt 
un quart de siècle, à recueillir des notes. Elle sera suivie sous peu d'articles 
analogues sur Sainte Catherine et Sainte Marie Madeleine. 

IV 1 



% 



I 



6 ICONOORAFHIE CHRETIENNE 

L£GE]n)E DE SAINTE BABBE 

< II y avait à Nicomédie, du temps de l'empereur Maximien, un païen du 
nom de Dioscore, qui était d'une famille très distinguée et qui possédait de 
grandes richesses. Il avait une fille nommée Barbe, qui était extrêmement 
belle. Son père l'aimait beaucoup à cause de sa grande beauté, et pour cette 
raison il l'enferma en une tour très haute qu'il fit élever pour elle afin que 
nul homme ne pût la voir. La bienheureuse Barbe était bien douée, et 
abandonnant les choses terrestres elle commença dès sa jeunesse à s'appli- 
quer à la méditation des choses du ciel. Étant un jour entrée dans un temple, 
et voyant les statues des idoles, elle demanda à ses parents : c Que veulent 
ces images d'hommes? > Ses parents lui répondirent : < Tais-toi, ce ne sont 
pas des images d'hommes, mais des dieux, et ils veulent être adorés par 
ceux qu'ils ne connaissent et ne voient pas. > Barbe dit : < Ceux que nous 
adorons furent autrefois des hommes. » On lui répondit qu'oui. Dès lors elle 
réfléchit à ces choses jour et nuit, se disant à elle-même : « Si nos dieux 
ont été des hommes, ils sont donc nés comme des hommes, ils sont morts 
comme des hommes; s'ils étaient dieux, ils ne seraient point nés et ils ne 
seraient point morts; car la Divinité, ce me semble, ne commence point 
et ne peut cesser. L'homme aussi a une origine terrestre, car il est de la 
terre, si donc Thomme est de la terre et s'il est Dieu, quelque chose donc 
qui est nommée son origine, a précédé ce Dieu. Pour poser la question plus 
clairement, la terre est Dieu I Mais puisque ni la terre, ni le ciel, ni l'air, 
ni l'eau, desquels quatre éléments se compose l'homme, n'existent d'eux 
mêmes, mais sont des créatures, il leur faut nécessairement un Créateur. » 
Voyez à quelle sagesse cette jeune fille avait atteint. Se livrant ensuite à 
l'étude, elle devint très érudite, mais il lui manquait la connaissance du vrai 
Dieu; toutefois elle vint à mépriser secrètement ces prétendus dieux, et 
quand elle voyait des personnes se mettre à genoux devant des divinités qui 
n'étaient que des troncs et des pierres, des personnes douées de sens devant 
des images muettes et dépourvues de sens, elle était très fâchée en elle-même. 

€ Sur ces entrefaites, la renommée se répandit à Nicomédie qu'il y avait à 
Alexandrie un homme d'une sagesse prodigieuse, nommé Origène, dont 
l'éloquence se répandait par toute la terre, qui faisait connaître le vrai Dieu 
par des preuves évidentes et démontrait la vanité des idoles. En apprenant 
cela. Barbe fut remplie d'une joie intérieure^ et elle songea comment elle 
pourrait arriver à entendre cet homme, mais elle n'osa en parlera son père, 
qui était noble et très puissant. Et comme elle n'avait personne pour l'aider 
en cette afiaire, elle adopta Tidée d'écrire à Origène pour lui faire connaître 



SAINTE BABBE 7 

ses pensées, ce qu'elle fit en ces termes : « Â l'homme d'Alexandrie dont la 
noble intelligence est citée avec éloge de tous côtés, à Origène, Barbe de 
Nicomédie, ta servante. J'ai appris à ma très grande joie que tu sais démon- 
trer le Vrai Dieu; car, dès la première lueur de ma raison, j'ai éprouvé de 
tout cœur le plus vif désir d'arriver à la connaissance du vrai Dieu, et j'ai 
toujours pensé que la Divinité ne pouvait résider dans des images en bois 
et en pierre, œuvres des mains de l'homme, incapables de sentir, de parler 
ou d'entendre, et par conséquent, que ces images n'étaient que des faux dieux. 
J'ai' pensé aussi que ceux qui avaient été des hommes ne pouvaient être des 
dieux, car l'homme commence et finit, mais Dieu est avant tous les temps. 
Je n'ai donc pu croire à la divinité de ceux que je savais avoir été des 
hommes mortels. Au milieu cependant de toutes mes agitations j'ai toujours 
cru à l'existence d'un Dieu qui nous est inconnu, qui seul a créé tout, et je 
L'ai toujours aimé. Je me suis toujours vouée à Lui, par qui je suis ce que je 
suis, et, si mes sentiments ne me trompent, par TEsprit duquel je me sens 
animée. Je ne désisterai pas jusqu'à ce que je parvienne à Le connaître. C'est 
pourquoi, vénérable père, frappée par la renommée de tes talents, je me suis 
décidée à te découvrir ma pensée par celte lettre dans le seul but de recher- 
cher ce Dieu que, d'après ce que j'ai appris, tu fais connaître. Donc s'il en est 
comme on le dit, je t'en supplie, daigne dissiper les ténèbres de mon igno- 
rance et le chaos de confusion de ta servante, et faire luire sur moi le soleil 
de justice et la lumière de la vraie foi. Car je désire ardemment connaître 
le Vrai Dieu qui a fait les choses visibles et invisibles, et s'il est vraiment 
seul Dieu, ainsi que je me le suis dit à moi même depuis longtemps 
déjà, etc. > Elle adressa cette lettre au prêtre Origène, à Alexandrie, qui 
est dans les régions d'Afrique, le chef-lieu de ce pays, à une grande dis- 
tance de Nicomédie. Et afin qu'il n'arrivât de malheur à l'envoyé chargé 
de la lettre, elle invoqua ce Dieu qu'elle connaissait dans l'intérieur de son 
cœur, en versant des larmes et en disant : c Seigneur, affermissez le pied 
de celui que j'ai envoyé à Votre serviteur, afin que la mort n'arrive ni à 
lui ni à moi avant qu'une réponse me parvienne. » Le messager, porteur 
de la lettre et d'autres demandes encore, arriva à Alexandrie et trouva 
Origène dans le palais de Mammée, mère de l'empereur Alexandre, où il 
enseignait la doctrine Chrétienne. Il reçut avec grande joie la lettre de 
fiarbe, louant Dieu de ce qu'il suscitait une pareille semence, et opérait 
de telles merveilles. Et immédiatement le docteur très érudit, Origène, se 
pressa d'accéder à la demande de Barbe, et lui répondit ainsi : c Origène, 
indigne prêtre du Vrai Dieu, et selon ses moyens Son prédicateur, de- 
mourant encore à Alexandrie, à Barbe, de la race des barbares, mais par 



8 ICONOaBiFHIE CHESTIENNE 

adoption de la race des enfants de Dieu et de Jésus Christ, vrai salut. 
Puisque, selon ce que tu m'écris, tu veux connaître le Vrai Dieu, qui II 
est, sache que le Vrai Dieu est Un en substance, et Trois en personnes, 
le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Celui qui croit en cette doctrine a ce 
qu'il faut pour parvenir à Dieu. Comprends donc ceci et ajoute-y croyance. 
Pour compléter ce qui manque à la plénitude de ton désir, consulte mon 
envoyé, il t'instruira en la sainte loi de Dieu, et il te lira les livres 
qu'il porte avec lui. Et ne redoute pas d'être exposée à beaucoup de 
tourments pour le nom de Jésus Christ, car II a dit : c Celui qui perd 
pour Moi son âme en. ce monde, la gardera dans la vie éternelle. » 

« Origène envoya un de ses disciples avec le messager de Barbe pour 
donner satisfaction à son désir. 'Le messager de Barbe le précéda et 
annonça que l'envoyé de l'homme de Dieu était arrivé et attendait au 
dehors pour savoir s'il lui convenait qu'il entrât. Elle le fit aussitôt 
appeler. Le serviteur de Dieu en entrant la salua au nom de Jésus 
Christ, et elle, se levant, inclina la tête par respect pour le nom de 
Dieu et pour l'homme. Son père vint à elle pour lui rendre visite, et, 
.voyant l'inconnu, il s'effraya et dit : «Quel est cet homme et que vient- 
il faire ici? > L'Alexandrin répondit qu'il était instruit dans l'art de guérir, 
et qu'il avait un maître à Alexandrie, qui contre l'usage des médecins, 
guérissait aussi les âmes. Lorsque le père de Barbe entendit cela, il se 
retira et leur permit de converser. Alors le Chrétien, qui se nommait 
Valentin et était prêtre, et Barbe conférèrent entre eux sur leurs secrets. 
Ensuite, après avoir entendu lecture et explication de la lettre, elle 
demanda à l'envoyé des instructiaoe qui complétassent la lettre, et elle 
les reçut de lui jusqu'à ce que ses désirs furent comblés. Ayant appris 
comment le Père, et le Fils, et l'Esprit Saint ne sont qu'un seul Dieu, 
et comment le Fils fut envoyé par le Père, et comment ayant pris la 
nature humaine II avait rappelé Thomme qui était perdu, et l'avait racheté 
alors qu'il était captif, elle se hâta de laver ses péchés dans le bain 
salutaire et la grâce du baptême, qu'elle reçut de ce même prêtre Va- 
lentin qu'Origène lui avait envoyé. Elle fut baptisée en la tour où son 
père l'avait mise. Elle chercha de plus en plus les choses de Dieu, et 
désirant les choses du ciel elle lut fréquemment les livres envoyés par 
Origène et fit des grands progrès, même sans maître, dans la science 
des choses divines et dans la sagesse de Dieu. 

« On lit aussi de Barbe, qu'à cause de sa beauté des nobles du pays enga* 
gèrent son père à lui faire prendre un époux; et lui, allant la trouver dans 
la tour, chercha à l'y décider, en disant : « Ma fille, des personnages puis* 



SAINTE BARBE 9 

sants se soDt souvenus de toi, et m*ont dit qu*ils te prendraient en mariage; 
que veux tu faire ? » Elle répondit à son père en le regardant avec courroux : 
c Ne me force pas à agir ainsi, mon père. » Il la quitta, et étant descendu 
de la tour, il'fit venir un grand nombre d*ouvriers auxquels il ordonna de 
construire une salle de bains, et après en avoir déterminé le plan et fixé 
les gages des ouvriers, il s'en alla dans un pays éloigné. Barbe, descendant 
de la tour pour examiner ce que l'on avait construit, vit que du côté du nord * 
il n'y avait que deux fenêtres, et elle dit aux ouvriers : « Pourquoi avez- vous 
fait deux fenêtres ? > Ils répondirent : t Votre père l'a ainsi ordonné. » Elle 
reprit : € Faites-moi une autre fenêtre. » Ils répliquèrent : « Nous craignons 
que votre père ne s'irrite contre nous. » La servante de Dieu leur dit : 
« Faites-moi la fenêtre, et j'amènerai mon père à donner son approbation. » 
Ils firent donc une autre fenêtre. Barbe, se promenant dans la salle traça 
du bout du doigt dans le marbre, du côté de Torient, la précieuse image de 
la Croix. Après cela, en remontant dans la tour, elle vit les idoles qu'adorait 
son père. Obéissant à l'inspiration de l'Esprit Saint, elle leur cracha à la 
figure» et elle dit : c Qu'ils deviennent semblables à vous, ceux qui vous font, 
et ceux qui mettent en vous lour confiance i » Après que Fouvrage fut ter- 
miné, son père revint de son'^voyage, et lorsqu'il vit les trois fenêtres, il 
dit aux ouvriers : « Po#quoi avez-vous fait trois fenêtres? » Ils répondirent : 
c Votre fille nous l'a ordonné. » Il dit alors à sa fille : c Est-ce toi qui as 
commandé de faire trois fenêtres?» Oui, répondit-elle, et j'ai bien fait en 
agissant ainsi, car trois fenêtres illuminent l'homme entier. » Et son père la 
menant avec lui, descendit dans la salle des bains et lui dit : « Pourquoi trois 
fenêtres éclairentrolles plus que deux?» EUe répondit : c II y en a Trois qui 
illuminent le monde, et qui règlent le cours des étoiles : le Père, le Fils, 
et le Saint Esprit, et ces Trois sont Un en essence. » Alors son père, rempli 
de fureur, tira son épée pour la tuer. Mais la Sainte fit sa prière à Dieu, et 
la muraille s'entr'ouvrit, la prit au dedans d'elle, et la jeta sur une montagne 
où deux bergers faisaient paître leurs brebis, et ils réfléchirent comment la 
bienheureuse Barbe pouvait le mieux s'enfuir loin de son père hors du pays. 
Son père s'étant mis à sa recherche, arriva auprès de ces bergers, et leur 
demanda s'ils avaient vu sa fille. Et l'un d'eux, voyant combien le père était 
irrité, jura qu'il ne la connaissait point, mais l'autre l'indiqua du doigt. La 
bienheureuse Barbe, dit-on, maudit celui qui l'avait trahie, et sur le champ 
il fut changé en statue de marbre, . et ses brebis furent transformées en 
sauterelles'; mais ce récit est apocryphe. Son père, la trouvant, la battit, la 

' Les actes donnés par Morabrice disent du cdté du sud. 

' Dans les Bréviaires de Cologne (Cologne, 1481], de Saint Donatien de Bruges (Paris, 15tO), et 



10 ICONOGBAFHIE GHBfiTIENNS 

traîna par les cheveux, et la chargea de chaînes. Il renferma à clef dans un 
cachot de sorte qu'on ne pût la mettre en liberté. Il y mit des gardes et s'en 
alla prévenir le proconsul Harcien de tout ce qui s'était passé. Le proconsul, 
après qu'il eut tout entendu, ordonna que Barbe fut amenée devant lui. 
Quand il vit son étonnante beauté, il lui dit: «Que veux4u? Aie pitié de 
toi-même, et sacrifie aux dieux immortels, ou tu seras livrée aux plus grands 
tourments. > Elle répondit : c Je dois offrir des sacrifices à mon Dieu Jésus 
Christ, qui a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qu'elle contient. Quant 
à tes démons, le prophète dit : c Ils ont une bouche et ils ne parlent point; 
ils ont des yeux et ils ne voient point; ils ont des oreilles, et ils n'enten- 
dent point; ils ont des narines, et ils ne sentent point. Que ceux qui les 
font leur deviennent semblables, avec tous ceux qui mettent en eux leur 
confiance ! » Alors le proconsul, plein de fureur, ordonna de la dépouiller et 
de la frapper sans pitié à coups de nerfs de bœuf jusqu'à ce que tout son corps 
fût en sang; ensuite il prescrivit de la ramener en prison en attendant qu'il 
eut décidé de quelle manière il achèverait ses tourments. Au milieu de la 
nuit une grande clarté céleste entoura la martyre; Jésus Christ lui apparut et 
lui dit : c Prends courage. Ma fille, car il y a grande joie dans le ciel et sur 
la terre à cause de ta passion; ne redoute denc point les menaces du tyran 
car Je suis avec toi pour te préserver de tous les touri%ents qu'on t'infligera. » 
Et immédiatement toutes ses plaies disparurent. Sainte Barbe ressentit une 
joie extrême des paroles du Seigneur. Le matin, le proconsul la fit amener 
de nouveau devant lui, et voyant qu'il ne restait sur elle nulle trace des coups 
qu'elle avait reçus la veille, lui dit : t Vois combien les dieux te sont favo- 
rables et combien ils t'aiment, puisqu'ils t'ont guéri de tes plaies. » Barbe 
lui répliqua : < Tes dieux sont comme toi, sourds, aveugles et muets; com- 
ment auraient-ils pu guérir mes plaies, eux qui ne savent se guérir eux 
mêmes ? Celui qui m'a guérie, c'est le Christ, le Fils du Dieu Vivant, que tu 
ne vois pas, parce que ton cœur est endurci par le démon. » Alors le pro- 
consul, frémissant comme un lion, ordonna qu'on lui déchirât les côtes, qu'on 
la brûlât avec des torches allumées, et qu'on lui frappât la tête à coups de 
marteau. La Sainte, les yeux levés au ciel, dit : c Vous savez, Seigneur, que 
je souffre pour l'amour de Vous, ne m'abandonnez pas, car en vérité c'est 
par Vous que j'ai bravement soutenu ces tourments. » L'impie proconsul 
commanda alors qu'on lui coupât les mamelles, et elle, regardant le ciel, 
dit: «Ne me rejetez pas hors de Votre présence. Seigneur, et ne retirez 
pas de moi l'Esprit Saint. » Et quand elle eut courageusement soutenu ce 

d^Auxerre (1380), il est dit que la statue et les sauterelles se trouvaient encore autour du sépulcre 
de la sainte. 



SAINTE BAfiBS H 

supplice, le proconsul prescrivit qu*on la menât nue dans la ville, en la 
fustigeant, et elle, les yeux fixés au ciel, dit : t Seigneur, Vous qui couvrez 
le ciel de nuages, soyez mon soutien et mon protecteur, et couvrez mon 
corps afin qifil ne soit pas exposé aux regards des impies. > Et pendant 
qu'elle priait ainsi, il descendit du ciel un ange qui la couvrit d'une tunique 
blanche. Le proconsul impie voyant ceci, ordonna qu'on lui coupât la tête; 
alors son père, rempli de fureur, se saisit d'elle, et la mena dans les montagnes, 
mais elle, pleine de joie, se dépêcha pour recevoir la parfaite récompense de 
la vie éternelle; et arrivée sur la montagne, elle fit cette prière : « Seigneur 
Jésus, à qui toutes choses obéissent, accordez moi cette grâce : que ceux qui 
invoquent Votre Saint Nom en se souvenant de mon martyre, trouvent leurs 
péchés mis en oubli au jour du jugement; soyez miséricordieux envers eux, 
car Vous savez que nous sommes de la chair. » On entendit aussitôt une 
voix qui venait du ciel et lui répondit : t Viens, Ma bien-aimée; repose toi 
dans la demeure de Mon Père qui est aux cieux; ce que tu demandes t'est 
accordé. » Et de suite la martyre consomma sa passion, car elle eut la tête 
tranchée des mains de son propre père. Lorsque celui-ci redescendit de la 
montagne, le feu du ciel tomba sur lui, et le dévora de sorte qu'il ne resta 
pas le moindre vestige de lui.' Et la sainte martyre du Christ acheva sa 
passion avec Sainte Julienne le cinq du mois de Décembre^n^us l'empereur 
Maximien, Marcien étant proconsul ^ > 

Telle est la légende qui a été le plus généralement répandue en Europe. 
Le savant Baronius a adopté l'opinion que Sainte Barbe fut instruite par 
Origène, et qu'elle souffrit le martyre en Nicomédie sous Maximin I 
entre 235 et 237. Zaccaria croit que ce fut sous l'empereur Galère Maxi- 
mien entre 305 et 311 *. 

Il est certain que le culte de Sainte Barbe de Nicomédie ^ remonte au 

* Iacofus a Voragini, « Legenda Sanclorum que Lombardica nom'matur historia », éd. 
Fr. Claudius de Rota, ordinis fratrum Predicatorum, fol. cliiii, Lugduni, 1519. Le savant Th. Graesse 
croit que la légende de Sainte Barbe n'est pas de Voragine et la range parmi ceUes qui lui ont été 
mal attribuées. Elle ne se trouve pas dans beaucoup de manuscrits. 

* F. A. Zaccabia, « Dissertationes », tom. i, p. 136. Fulginîae, 1781. 

> Nous disons Sainte Barbe de Nicomédie, parce qu*il est certain qu'il y eut plusieurs saintes de 
ce nom qui ont été confondues ensemble, de telle sorte qu'il est excessivement difficile si non 
impossible de distinguer entre elles et d'arriver à la vérité sur l'histoire de chacune. Le corps d'une 
sainte de ce nom est conservé à Kiev (V. L Martinovius, « Annus Eccl. Graeco Slavicus », in Act. 
SS. Oct., tom. XI, p. 297). Celui d'une autre, que Zaccaria (op. cit., pp. 147 à 169), croit être celle de 
Nicomédie, se trouve à Torcelli. Le corps d'une tro%iôme Sainte Barbe, dont le culte remonte à 
une époque fort réculée repose à Riéli. (V. S. Marini, « Appendice con nuovi documenti alla sua 
dissertazione iniitolata : Memorie di S. Barbara di Scandriglia detta di Nicomedia, publ. fin dei 1788. 



12 ICONOGRAPHIE CHRSTIENNE 

moins à la première moitié du neuvième siècle ^, mais la plus ancienne 
représentation d'elle qu'on connaisse, ne date que du onzième. 

De même que tous les martyrs, Sainte Barbe est représentée portant 
le glaive et la palme; lorsqu'elle a la tête couronnée, c'est en cette même 
qualité de martyre et non comme princesse, sauf peut-être dans les 
images postérieures au quatorzième siècle. Son emblème distinctif, adopté 
partout, est la tour, d'ordinaire percée sur un côté de trois fenêtres, 
car beaucoup de versions de la légende rapportent l'incident des fenê- 
tres à la construction de la tour \ Ainsi te bréviaire Mozarabique disait, 
dans l'hymne aux vêpres : 

Mire fenestra triplici 

Ornas patris palatianii 
Fide demonstrans simplici 

Trinitatis mysterium. 

Le bréviaire de Cambrai (Paris, 1 509), dans un répons du premier nocturne : 

Ad honorem Trinitatis 
lubet Dei nnncia, 
mi^ Ut fenestris iam paratis 

Binis assit tercia. ' 

Le bréviaire d'Amiens (Paris, ISS^-), dans les antiennes du second nocturne : 

Patris in edificio 
Nate fiant imperio 
Très fenestre, non géminé, 
Sub Trinitatis nomine. 

Binis fenestris tertiam 
Ad Trinitatis gloriam 
Addidit, que fons est luminis 
Et lumen omnis hominis. 

Fuligno, 1806); un autre, à Plaisance, et un autre dans Tancienne église des Jésuites, à Venise. Ea 
985 une partie considérable des reli(|ues de S. Barbe fut apportée de Rome à Tabbaye de S. Bavon, 
à Gand. En 1150 la main gauche (iaeva exsiccata) et une partie du bras furent transférés à Téglise 
de s. Basile, à Bruges, et de là, en 16i3 à celle des Augustins, dont le dernier survivant, Bernard 
de San, la présenta à Téglise de S. Jacques en 1810. 

• F. A. Zaogaru, op. cit., pp. 126 à 131, et I. S. Assbhàni, « Bibl. Orient. Glemeniino Vatica- 
na », tom. i, p. 63. Romae, 1719. 

7 Voir entre autres les leçons aux Matines dans le Bréviaire de S. Donatien de Bruges [Paris, 
1530), et dans celui d* Amiens (Paris, 1554). 

* Comparez la prose extraite du missel de Liège à la suite de cet article. 



SAINTE BAfiBE 13 

Et le bréviaire d'Auxerre (Âuxerre, 1580), dans les antiennes du second 
nocturne : c De fenestris surgit quaestio, sed virgo dixit Dyoscoro, trium 
fenestrarum radio irradiatur homo, hoc est Pâtre, et Filio, et Spiritu 
Sancto. » 

La collecte suivante, tirée d'un vieux missel incunable * reflète les 
mêmes idées : € Deus, qui lumine Sancte Trinitatis Tue, totam per uni- 
versum mundum illumihasti Ecclesiam, concède propitius, ut interceden- 
tibus Béate Barbare virginis et martyris Tue meritis et precibus, lumine 
sancto glorie Tue quod prenuntiavit in terris, illuminari mereamur in 
celis. > 

Souvent on voit dans l'intérieur ou sous l'entrée de la tour, un calice 
surmonté de la Sainte Hostie, ou un oslensoir avec la Sainte Hostie. 
Parfois, — mais ceci n'est pas à imiter — la Sainte tient elle-même le 
calice. Ce sont des allusions à la faveur qu'elle reçut au moment de 
son martyre, que tous ceux qui invoqueraient le nom de Jésus en se 
recommandant à elle, obtiendraient la grâce d'une bonne mort. Or, comme 
ceux qui meurent avec les derniers sacrements ont le' plus d'espoir d'être 
sauvés, Sainte Barbe fut invoquée à cette fin. Un miracle remarquable 
arrivé à Gorcum en Hollande le 28 Août 1448 *\ contribua beaucoup à 
l'adoption de cette pratique. Ainsi dans un répons du bréviaire de Wurz- 
burg (Cologne, 157S), on priait : 

Martyr Sancta Barbara, 
Sponsi tui sponsione, 
Et extremae précis tnae 

lam effectiun impetra : 
Ut det paoem et salntem, 
Finemboniun, et aetemam 

Yitam nobis coelituB. 

Dans un livre d'heures, manuscrit Brugcois du seizième siècle, ayant 
appartenu à sœur Marguerite de Mortaigne, actuellement à la bibliothèque 
impériale de Vienne, on trouve l'antienne que voici : 

* LU)er missaram specialis, sine loeo et anno. Passoviae? V. Hain, « Reperi. BU)liograph. », 
tom. lu, p. 423, n* 11248. 

■* Ce miracle attesté parle prêtre Thierry Pauwels, se trouve relaté au long dans le recueil de 
SuRius, tom. VI, p. 125, Coloniae, 1618. 

IV 8 



14 ICONOORAFHIB CHSfiTIENNS 

Yirgo sancta Barbarai 

Quanta mernisti munera 

Apnd Denm nnigenitnm 

Marie Matris filium, 

Qui bona tibi tribuit, 

Et in excelso te posuit, 

Et in eodem te corona^it, 

Et in consorcio sanctorum coUocavit, 

Ipse tibi specialia 

Contulitin terris gaudia; 

Fer tua sancta mérita 

Qui régnât per omnia 

Ipse colentibus te donavit, 

nt qui diem tuum celebraverit, 

In gloria tuaque ieiuna7erit, 

Et bumiliter rogaverit, 

nt donum spéciale recipiat* 

Quod obitum suum ante dies très presciat 

Nullaque mentio eius neggligenciarum 

In die magni ludicii flat, 

Et ab hac vita nunquam divisus erit 

Nisi prius Cristi Corpus sumpserit; 

Ideo tuam exoro clemenciam, 

nt tribuas michi hanc graciam, 

Et finem bonum impetrare, 

Quod omnipotens Deus dignetur prestare, 

Qui yivit in perpetuum 

In secula seculorum. 

V. Ora pro nobis Beata Barbara. 

R. Ut per tua sancta mérita dentur nobis gaudia . 

Deus, qui virgini et martiri Tue Barbare, cunctis eius memoriam facien- 
tibus, veniam peccatorum suorum concessisti, et in die ludicii nullam 
fieri memoriam de eorum neggligenciis angelica voce revelasti, concède 
propilius, ut id quod in die obitus sui a Te fideliter impetratum extitit ut 
pie credimus io die ludicii misericorditer valeamus obtinere. Per. 

Dans un livre d'heures Brugeois, probablement l'œuvre de Gérard David 
et de ses associés et élèves, aujourd'hui un des joyaux du Musée national 
de Bavière à Munich, se trouvent l'antienne et la collecte suivantes : 

c Ora pro nobis Sancta Barbara, Dioscori filia, martyr gloriosa, utconsequi 
mereamur veram contritionem, puram confessionem, etChristi communionem. 



^ 4 



SAINTE BÂBBE 15 

Y. Ora pro nobis beata virgo et martyr Barbara. 

R. Ut digni efficiamur promissionibus Ghristi. 

Intercessio veneranda Domine, Béate Barbare, virginis ac martyris Tue 
gloriose, ab omnibus adversitatibus et a malis omnibus et a mala infamia 
et inopia rerum huius seculi et a subitanea et improvisa morte nos pro- 
tegat, et per eius interventum Sacramentum Sanctissimi Corporis et 
Sanguinis Domini Ihesu Gristi ante vite nostre exitum digne percipere 
mereamur. Per. ** 
La collecte suivante se trouve dans un autre livre d*heures conservé dans 

la bibliothèque impériale à Vienne : 

€ Intercessio, quesumus Domine, Béate Barbare, virginis et martyris Tue, 
ab omni adversitate nos protegat, ut per eius interventum gloriosissimum 
Sacrosanctum Corpus Domini Ihesu Gristi ante exitum anime pura fide et 
vera confessione una cum Sancti Olei unctione percipere mereamur. Per. » 
Il existe des variantes de ces collectes dans plusieurs manuscrits Flamands 

du quinzième et du seizième siècle. La prière Flamande que voici se rencontre 

dans plusieurs manuscrits de la même époque : 

Hellige Barbara Maget 

Die de schoone kroone draget, 
Boven aile martelaeressen edel ioncvrouw, 
Sta mil bii dat ik mag biechten met een waer beroaw 

Eer ik van deze wereld scheiden zon. 

Cette autre prière se trouve dans un manuscrit du quinzième siècle con- 
servé dans la bibliothèque de Bourgogne, à Bruxelles : 

Berbera, edel vrouwe flin, 

Tore Qode moetti miin voerspreker din, 

Want ghi bidt den Hère der heren, 

Yore hem die u loven ende eren, 

Ende elkes daghes herteleken 

Enen Pater noster spreken, 

Dat ghi diene hulpet, sonder messen, 

Dat hi met berouwenessen 

Biechte sprect vore sine doot. 

Soe hxdpt mi in der lester noot, 

Daer dingelen selon van anxte beven, 

Dat ic den viant worde ontgheven. 

Sainte Barbe est particulièrement invoquée contre le tonnerre et la foudre. 



16 ICONOORAPHIS CHBfiTIENNB 

en souvenir de la fin terrible de Dioscore, — ainsi que contre la mort subite 
et imprévue, et de là contre les causes principales telles que la poudre» 
les armes à feu, etc. Cest pourquoi elle a été «parfois représentée avec des 
canons, barils de poudre, mèches, bombes ou grenades sous les pieds, avec 
une flèche ou une lance en mains, et que son image a été souvent gravée 
sur les épées, les écus, les canons, et les armures. On avait aussi l'habitude 
de placer une image de la Sainte dans la soute aux poudres des vaisseaux 
appelée encore pour ce motif la Sainte Barbe. La sainte a également été 
choisie comme patronne spéciale des chevaliers, des artilleurs, mousque- 
taires, arquebusiers, etc. 

Elle est parfois représentée sur le point d*être décapitée par son père, ou 
ayant à ses pieds son père terrassé par la foudre. Le bréviaire Mozarabique 
disait dans Thymne aux vêpres : 

Abscindit natae ingalnm 

Patsr, fera crudelior; 
Sed per coeleste spicnlum 

Mors ipsnm ferit soevior. 

et dans celui aux matines : 

Manns patema ingulat 

Paellam, et continno 
Ferit, (nam) daemon stimnlat 

Parricidam tonitruo. 

et le missel du Mans (1539) dans la prose : 

Pater furit et insanit : 
Natam rapit et perimit, 

Amputato capite. 
Ictu perculsns fulminis 
Poenas lait mox immitis 

Tantû dignas scelere. 

Parfois dans des tableaux Allemands et Néerlandais notre Sainte est repré- 
sentée tenant une plume d*autruche ou de paon, au lieu delà palme. Selon le 
père J. David ce serait simplement une méprise de peintre, mais la raison 
qu'il en donne *' ne nous semble guère probable. Madame Jameson, qui 

1^ « Wat beteeckent de pluyme, die men Siaie Barbel aUiidt in de bandt gheeft 7 — Dat en is gheene 
piuyme, maer H is eenen palm-mey; tôt een teecken van yictorie, die sy door bet martelie gbekre- 
gben beeft : gbeliick S. Jan Evangelist in een viaioen de Heyligben in den beœel sacb met palm- 



SAINTE BARBE 17 

n'a jamais rencontré d'explication de cet attribut, dit : « Je suis portée k 
croire, puisqu'on ne le voit que dans des tableaux Allemands, que cet attribut 
provient de quelque ancienne version Allemande de sa légende " d'après 
laquelle les verges avec lesquelles la Sainte fut battue par ordre de son père, 
auraient été transformées en plumes par des anges » *'. Le père Cahier dit : 
€ La plume de paon ou d'autruche que porte parfois Sainte Barbe en Flandre 
et en Allemagne pourrait indiquer Héliopolis, où sa légende la fait naître, 
et qui passait pour la patrie du phénix. Le moyen-âge ne pouvant copier 
d'après nature ce célèbre mais introuvable animal, y aura suppléé par Téchan- 
tillon quelconque d'autres oiseaux merveilleux quoique un peu moins 
rares*"; et plus loin : t Je ne sais si la plume de paon qu'on lui met 
quelquefois à la main en guise de palme, désigne la Trinité (la troisième 
fenêtre) par l'œil qui s'y aperçoit à l'extrémité supérieure; ou s'il y aurait 
là quelque calembour sur le nom de la sainte, à cause des belles barbes 
de cette plume enrichie de couleurs chatoyantes > ". Le père Cahier oublie 
que ce calembour n'existe'ni en Flamand ni en Allemand. 

Il est plus probable, ce nous semble, que par la plume on aura voulu 
exprimer que la sainte était invoquée pour obtenir une bonne mort et la vie 
immortelle. Le phénix, représenté au mQyen*âge à peu près avec la tour- 
nure du paon, était usité comme emblème de la résurrection ^®, et à cause 
que le paon perd ses plumes chaque année à l'approche de l'hiver pour 
s'en revêtir de nouveau au printemps, alors que la nature semble sortir 
du tombeau, les Chrétiens adoptèrent aussi cet oiseau comme symbole de 
la résurrection ^^ Le dire de l'antiquité païenne que la chair du paon ne se 
corrompait pas, accepté par les Chrétiens ", fut aussi cause qu'on employa 
cet oiseau comme emblème de l'immortalité heureuse. Mais il nous sera 

tacken ia de handt. Daerom, die Sinte Barbel eene pluyme geven, die falen daer in, om dat eenen 
palm-mey eeoi^he gheliickenisse heeft van eene pluyme; niet gheliick men op de hoeden draeght, 
maerdaermen mede schriiA: dat heefl de schilders bedrogen ». J. David, S. J., « I)en Kruyt-hof 
der Kerckelicker Traditien ende Cerimonien », p. 113, Antwerpen, 16S8. 

» Cette légende m'est parfaitement inconnue; je doute fort qu'elle ait jamais existée. 

" Jaheson, « Sacred and Legendary Art », vol. ii, p. 494. London, 1863. 

<* Gh. Cahikr, « Caractéristiques des Saints dans TArt populaire », p. 690. Paris, 1867. 

« Ibid., p. 776. 

M S. GLiMEirris papae ad Gorinth. ep. i, c. 25; Constit. App. lib. y, c. 7, § 10; Epiphanu ep. 
Constantiae Ancorat., c. 84; Origbnis contra Gelsum lib. iv, c. 98; S. Cyrilli Hierosolym. Gatechesis 
XV111, 4 et 5; S. Ambrosii Hexameron, lib. v, c. 23; Enarratio in Ps. cxviu David, Sermo nx, ver. 1. 

" S. Antonii Paduknsis Serm. fer. v post Trinitatem. 

** S. AuGOSTiMi de Civitate Dei, lib. xxj, c. 4. 



le ICONOOBAPHIE CHBSTIENNE 

permis de hasarder une autre explication de Forigine de cet attribut, 
qui ne remonte pas au-delà de la dernière moitié du quinzième siècle. 
En Grec, le phénix et le palmier avaient le même nom HfotftK) '*; ne 
serait-il pas possible que Tun ou l'autre théologien eut été trompé par 
cette assimilation, et aurait mal dirigé Tartiste qui le consultait pour une 
représentation de Sainte Barbe, car d'habitude les artistes laïques du 
moyen-âge travaillaient d'après des manuels ou des programmes fournis 
par des prêtres. 

Sainte Barbe est très souvent représentée avec Sainte Catherine, accom- 
pagnant la Madone de chaque côté **. Je crois qu'alors Sainte Catherine 
y figure comme représentant la science apprise, le pouvoir intellectuel 
de l'esprit, et Sainte Barbe comme symbolisant la profondeur de Fâme, 
qui par une aspiration humble et simple arrive à connaître ce que plus 
tard lui est enseigné comme la doctrine Chrétienne, l'une la tête, l'autre 
le cœur. Dans la Flandre ces deux saintes avec Sainte Marie Madeleine 
étaient honorées sous le titre de c de Drie Sanctinnen, » et symboli- 
saient les trois vertus théologales, la Foi, l'Espérance et la Charité**. 

A Utrecht, Sainte Barbe était vénérée avec Saintes Catherine, Chris- 
tine, Marguerite et Marthe, comme une des cinq vierges privilégiées. 
En Allemagne, en Italie, en Sicile et à Toulouse, elle est classée parmi 
les quatorze auxiliaires célèbres pour l'eflScacité de leur invocation. 

Souvent, sur les armures Sainte Barbe est représentée avec Saint George, 
comme patrons des chevaliers'®. On invoquait ces deux saints pour être 
préservé des inondations et des incendies. 

Dans le célèbre tableau de Raphaël conservé au musée de Dresde, 
Sainte Barbe est représentée avec Saint Sixte aux pieds de la Madone, 
comme exemples marquants du courage inspiré à l'homme et à la femme 
par la Foi. 

*• Ainsi Job, cap. xxiv, v. 18, est traduit par TerluUien : « Sicut phénix mulliplicabo dies », et 
dans la Vulgale : « Sicut paima multiplicabo dies » . 

^ Ainsi représentée par Hugues van der Goes (Florence, Galerie des Uffizi]; par Hans Memlinc 
(Bruges, Hôpital de Saint Jean), 1479; par Perugin (Munich, Galerie Leuchtenberg) et par Léonard da 
Vind (Vienne). 

^* Peintes ensemble autour de la Madone par Gérard David, dans un tableau jadis à l'église 
de Notre Dame, à Bruges; et par Jean-Antoine Gaeremyn^ dans un tableau encore conservé à la 
même église, 1764. 

** Par exemple, sur la superbe armure donnée par Tempereur Maximilien à Henri viii, roi 
d'Angleterre, actuellement conservée à la Tour de Londres. 



SAINTE BAB5E 19 

Sainte Barbe est la patronne de la Pbénicie, d*HéIiopolis, de Ferrare, 
de Guastalla (Lombardie), de Mantoue, de Pedena (Istrie), de Gulem- 
bourg (Gueldre), d'Ashton under Hill (Gloucestersbire, Angleterre), de 
Maldeghem (Flandre), de Plainevaux (Liège) et de Roy (Luxembourg). 
Elle est en outre bonorée comme patronne par les architectes, les ar- 
muriers, les arquebusiers, les artificiers, les artilleurs, les brossiers, les 
carillonneurs, les chapeliers, les charpentiers, les couvreurs (à Liège), 
les fondeurs, les forgerons, les fossoyeurs, les libraires (à Rome), les 
maçons, les mineurs, les orfèvres (États Pontificaux), les paumiers (à 
cause des dangers du jeu), les poudriers, les prisonniers, les raquet- 
tiers, les salpêtriers, les sonneurs, les tisserands et les vergettiers. 

Voici maintenant Tindication des différentes manières dont Sainte Barbe 
est représentée dans l'art, et d'abord en Orient : 

Gomme vierge, à geuoux, sur le point d'être déca- 
pitée par son père Miniature du xi siècle dans 

le Ménologe de Fempereur Ba- 
sUe, Ms. au Vatican. 

Richement vêtue, une croix dans la main droite, la 

gauche ouverte Miniatures dans les Méno- 

loges Grecs. 

Couronnée, une croix à double traverse en main . . Miniature de 1638 dans les 

Éphémérides Russes éditées 
par Papebroke, Act. SS. Mail. 

Comme vierge, sans emblème distiuctif Miniature, par Serge, fils 

de Basile, vers 1600, dans les 
c Tabvlae Moschae Capponi- 
anae. » 

En Occident elle est toujours représentée portant un costume magni- 
fique, généralement rouge**. Sa figure exprime la méditation humble, la 
dignité, et le pouvoir, ce que les Italiens appellent umiltà superba, ainsi 
que Luini dans une fresque au Brera l'a très bien rendu. 

Debout, une tour entre les mains. ... ... Tableau, par Hugues van 

der Goes?, vers 1470. Exposé 
à Bruges en 1867, n<> 9 du 
catalogue. 

^ Si l'on représente son martyre, on doit dans les derniers épisodes lui donner la tunique 
blanche apportée par l'ange. 



20 ICONOGBAPHIE CHSeTIENNE 

t 

Debout, soutenani une tour de la maîu droite . . . Tableau, par Hans M em- 

linc, 1484. Bruges, Musée de 
rAcadêmie. 
Debout, couronnée, une tour percée de trois fenêtres Miniature^ dans un livre 

dans la main gauche d^heures exécuté par Gérard 

David et consorts, vers 15C0. 
Vienne, Collection du Baron 
Anselme RothschiUL 
Assise, une tour dans la main droite, une palme dans 

la gauche Tableau,verslS80, Bruges, 

Église du Saint Sauveur. 
Assise, une palme daàs la main droite, une tour de^ 

riëre elle Miniature, dans un livre £ 

heures Colonais, 1453. Darm- 
stadt, Bibliotlièque grand-du- 
cale. 
Assise, une palme dans la main droite, la gauche 

reposant sur une petite tour à c6té d'elle Tableau, par Jean van 

Eyck, vers 1438. Burleigh 
Eouse, Angleterre. 
Debout, une palme dans la main droite» un livre 
ouvert dans la gauche, auprès d'elle une tour percée de 

trois fenêtres, et ornée d'une croix incrustée dans le mur. Email Limousin,vers 1560. 

Londres, Musée de South Ken- 

sington. 
Debout, un livre fermé dans la main droite, le bras 

gauche passé autour d'une tour cylindrique à côté d'elle. Miniature, dans un livre 

iheures de Philippe VAsseuré, 
duc de Bourgogne, vers 1440. 
Munich, Bibliotlièque royale 
Debout, tenant un livre ouvert; une tour percée de 
trois fenêtres derrière elle Peinture murale, 1466. Co- 
logne, Église de Sainte Marie 
im Capitol, chapelle méridio- 
nale. 
Debout, tenant entre les mains une tour à trois fenê- 
tres. 

Debout, une tourelle svelte dans la main droite, uni ^'f/^^ f "'''!. Colojtaise, 

livre fermé dans la gauche ) vers im. Francfort, Institut 

° 1 Staedel. 

Un livre fermé dans la main gauche» une tour à côté 
d'elle 



SAINTS B1BB8 21 

Couronnée, un livre onvert dans la main gauche, 
devant elle une tourelle percée de trois fenfitres. . . Miniature dam U t UoHur 

lus animae », ven's 1515. Ften* 
ne^ Bibliothèque impériale. 
Couronnée de roses rouges et blanches, une palme 
dans la main droite, une tour dans la gauche. • • • Tableau, par Etienne Loet- 

hener. Cologne^ Musée Wall- 
raf-RicliarU, n<» 120. 
Assise, une palme dans la main droite, un livre fermé 

dans la gauche; derrière elle, une tour Miniature^ dans un livre de 

prières Ms. exécuté à Bruges^ 
vers 1530. Vienne, Bibliothè- 
que impériale, n" 1887. 
Assise, feuilletant un livre; une palme dans la main 
gauche; derrière elle, une tour en construction • • . Tableau inachevé de Jean 

van Eyck, 1437. Anvers, Mus. 
Debout, couronnée, une palme dans la main droite, 
un livre ouvert dans la gauche; derrière elle, une tour 

en construction Miniature dans le livre d' 

heures de Jeanne la Folle, Ms. 
exécuté par Gérard David et 
consorts, vers 1496. Munich, 
Musée national» 

De même, mais sans couronne Miniature dans un livre 

d^heures, Ms. sorti du même 
atelier, vers 1500. Munich, 

Musée national. 
Assise, lisant, la tète couronnée d*un diadème orné 

d'une tour sur le devant Tableau de Céglise des Car- 
mélites de Sion, à Brvge.s, par 
Gérard David, 1809. Rouen, 
Musée. 
Debout, revêtue d*un manteau vert semé de tourelles 

et de glaives, et tenant une petite chaîne à laquelle est 

suspendue une tour en orfèvrerie Tableau, vers 1490. Bruges, 

Collection de M.J.A. van Ca- 

neghem ••. 
Assise, couronnée, un livre ouvert sur les genoux, 

une tour en orfèvrerie suspendue à son collier; derrière 

elle une tour Tableau de V école Colonair 

se, vers 1510. Cologne, Musée 
Wallraf'Richartz, n« 199. 

** H. 0»27. L. 0"li. B. Vendu aux enchères publiques le !•' Oclobre 1860. 

IV 3 



a ICONOQBAPHIE CHBSTIENNE 

Assise^ feuilletant un livre orné <t*nne miniature re- 
présentant sa décapitation, et portant on riche collier 
auquel sont suspendues des tourelles et une croix; 

dev^ipt elle une tour en orfèvrerie Tableau^ par Hans Mem- 

linc^ vers H90**. Strasbourg, 
• • Musée. 

Tour et calice surmonté de la Sainte Hostie . . . Tableau de téglise d^Orten- 

berg {Hesse supérieur)^ vers 

1410. Darmstadt, Musée. 
Debout, couronnée, à sa droite une tour en bronze 

avec le calice surmonté de la Sainte Hostie; le tympan 
sculpté de la porte représente la décapitation de la 

sainte • • Tableau de técole Colonai- 

se. Cologne, Musée Wallraf- 
' Richartz. 

Assise, couronnée, lisant; derrière elle une tour à 
travers les fenêtres de laquelle on aperçoit la Sainte 

Hostie dans un ostensoir ' . . Tableau, par Hans Hem- 

...... iinc, 1479. Bruges, HôpUal 

de Saint Jean. 
Debout, couronnée, une palme dans la main droite; 
devant elle une tour, sous rentrée de laquelle un calice 

surmonté de la Sainte Hostie Tableau, par Vfohlgemnih, 

• ' •> vers 1490. Nuremberg, Musée 

de la YUle, n» 53. 
Assise, -une palme dans la main droite, soutenant de 
la gauche une tour posée sur son genou; à l'entrée, sur 
le seuil, un calice surmonté de la Sainte Hostie. Deux 

anges couronnent la sainte ..•*..•....' Tableau, par Matthieu da 

Siena, 1479. Sienne, Église de 
Saint Dominique. 
Debout, couronnée, une palme dans la main gauche, 
la droite rr^posaiit sur une tour percée de trois fenêtres, 
sur le seuil de la porte un calice surmonté de la Sainte 

Hostie \ .'...'.. . Tableau de F école du Haut 

Rhin. Colmar, Musée, n^ 99. 
Un livre ouvert dans la main droite; dans la gauche 
une tour avec un calice surmonté de la Sainte Hostie 

sur le seuil de la porte Tableau, par Hans van 

Melem. Munich, Pinacothè- 
que, n» 18. 

*' Ce tableau a malheureusement péri pendant le dernier siège. 



«; 



SAINTE BÂBB8 33 



t • > 



Debout, couronnée, élevant de la ttain gauche cou- 
verte d*ua linge blanc, un calice surmonté de la Sainte , 

Hostie • Peinture murale du xiv 

iiècle. Wismar (MeMeU" 
bourg). Église de Notre-Dame. 
Debout, couronnée, une palme dans la main gauche; 
auprès d^elle une tour dans la fenêtre de laquelle elle 
place un calice surmonté de la Sainte Hostie .... Gravure au monogramme 

ItitL' 

Un calice dans la main droite, une palme dans la 

gauche; à côté d'elle une tour Miniature, par Jean Gilt- 

' " "linger, 1487. Nuremberg, 

Musée Germanique. 
Couronnée, dans la main droite un calice surmonté 
de la Sainte Hostie; dans la gauche, une palme . • . Gravure sur bois, dans la 

Chronique de Nuremberg,H93 
Debout, soutenant des deux mains un calice; derrière 

elle, une tour . Table-au, par Jean Antoine 

Beltraffio, vers 1500. Berlin, 
Musée royal, n® 207. 
Couronnée, un livre fermé dans la main droite; dans 

la gauche, un calice Tableau, par Barthélemi 

Zeitblom, vers 1505. Nurem- 
, . , , , , . berg. Musée de la Ville, n» 61 , 

Debout, couronnée, dans la main droite un calice 
surmonté de la Sainte Hostie; la main gauche reposant . 

sur une tour percée de trois fenêtres Gravure sur bois, ISll. 

. . . . Hortulus animae. Maguntie» 

1611. 
Couronnée de roses rougest une palme dans la main 
droite, dans la gauche un calice surmonté de la Sainte ... 

Hostie Tableau, par Hans van 

Kuimbach, 1513. Nuremberg, 

Église de S. Sébald. 

Debout, couronnée, à rentrée d*une tour, tenant de 
la main droite un calice surmonté de la Sainte Hostie. Tableau, par Hans Hol- 

bein. Munich, Pinacotlièque. 
Une palme dans la main droite, un calice dans la 
gauche; une tour percée de trois fenêtres sur le corsage 

de sa robe Gravure par Michel Bisi, 

diaprés un tableau signé : 
Bermarinvs Lovinvs. P. m. d. 

XXI. 



34 ICONOOSAFHIB CHBfiTIENNE 

Assise, conronnée; entre les mains* un calice sur« 

moQté de la Saiale Hostie; devant elle une tour ronde. Gravure sur boh {portant 

le monogramme rf'Albert Du- 
* rer), par Hans Schaufelein?, 

vers 1525. 

Debout, couronnée; des deux mains couvertes d*une 

draperie blanche, elle soutient un calice; derrière elle 

une tour ronde percée de trois fenêtres Tableau de Vécole de Cra* 

nach. Dresde^ Musée royale 
n* 1782. 

Tenant de la main gauche une patène surmontée de 

la Sainte Ho:stie • Tableau^ par Cramer if 

Vlm. Nuremberg^ Musée de 
la YiUe, n» 43. 
Un livre ouvert dans la main droite, une plume 

d*autruche dans la gauche; derrière elle une tour ronde. Tableau^ par le peintre de 

c La Mort de la Sainte Vier- 
ge "» du musée de Cologne. 
Berlin^ Musée royale n"* 578. 

Debout, une tour dans la main droite, une plume 
d*autruche dans la gauche Tableau de Vécole de Colog- 
ne. Cologne^ Musée Wallraf-- 
Richartz, n« 264. 

Assise, un livre fermé sur les genoux, une plume 

d*autruche entre les mains Tableau de técole Flaman, 

de^ XVI siècle. Alost^ Collée, 
tion deM.de Meeter. 

Un livre ouvert entre les mains, une plume d*autruche 

dans la droite; derrière elle une tour Tableau^ par Conrad Fyol» 

Berlin^ Musée royale n<» 575 >. 
Une plume d*autruche dans la main droite; derrière * 

elle une tour Tableau^ par Michel Coci- 

cie. Munich^ Pinacothèque. 

Assise, un livre ouvert sur les genoux, une plume de 

paon dans la main droite Tableau^ par Hugues van 

der Goes, Florence. 

Assise, feuilletant un livre; une plame de paon dans 

la main gauche; derrière elle, une tour Tableau^ vers i500. Bru- 
ges^ Église de la Sainte Croix^ 
dite de Jérusalem. 
Assise, un livre ouvert dans la main droite, une plume 

de pnon dans la gauche; derrière elle une tour . . • Tableau de técole du Bas 

• Rhin^ vers 1500. Munich, 

Pinacothèque, n^ 56. 



SAOITE BABBB 25 

Un lÎTre oovert dans la main droite, une plome de 
paon dans la gauche; derrière elle une tour dont le 
tympan de la porte représente la décapitation de la 

Sainte Tableau de t école de West- 

phalie, vers ISOO. Beffin» 
Musée royal, if 607. 
Debout, couronnée, une palme dans la main gauche; 
sous les pieds, son père; derrière elle, une tour . . . Miniature dans un livre 

^heures Ms. vers 1500. Ox- 
ford, Bibliothèque Bodleîenne. 
Debout, une tour hexagone dans la main droite, une 
plume de paon dans la gauche; sous les pieds, son père, 

couronné, et tenant un cimeterre Tableau de t école iu 'Bas 

Rhin, vers ISIO. Aix la Cha- 
pelle^ Église de Notre Dame. 
Debout, un livre ouvert dans la main droite, une 
palme dans'Ia gauche; sous les pieds, son père, coiffé 
d*un turban et tenant un cimeterre; à côté d'elle une 

tour percée de trois fenêtres Tapisserie^verslMO. Saint 

Trond, Église du Béguinage. 
Debout, une tour dans la main droite, une palme 

dans la gauche; sous les pieds, son père Tableau par Côme Roselli. 

Florence, Musée de C Académie. 
Debout, couronnée, un sceptre dans la main droite, 
un livre dans la gauche; derrière elle, une tour . • • Statuette en bois, xv siècle. 

Dijon, Musée. 

Tenant une lance et une palme Tableau par Frère Paul da 

Pistoia. Vienne. 

Tenant une flèche et une tour Tableau par François Fran* 

* da. 

Debout, des canons sous les pieds, derrière elle une 

tour Tableau par Jacques Pal- 

ma le vieux. Venise, Église 
de Santa Maria Formosa. 

Debout, des canons sous les pieds Tableau, xviii siècle. Wer- 

vicq. Église de Saint Médard. 

Les représentations des épisodes de la légende de Sainte Barbe sont 
assez rares. L'église de Notre Dame à Aerschot (Brabant) conserve un 
grand panneau du seizième siècle qui en offre une série complète. Une 
suite de huit sujets se trouve dans un livre d'heures Brugeois du corn- 
mencement du seizième siècle au Musée National à Munich; une autre 



.86 ICONO&S&PHIE CHBfiTIENNE 

de quatre sujets orne le livre d'heures de Jeanne la Folle au même 
musée. Une série de quatre sujets se trouve gravée, probablement d'a- 
près des dessins de Hans Bûrgkmair, sur Tarmure du cheval de Henri VIII 
à la Tour de Londres. 

Deux petits tableaux Italiens du quatorzième siècle conservés au musée 
du Vatican représentent la construction des trois fenêtres de la tour, et 
des malades priant autour du tombeau de la Sainte *^ Le miracle par 
lequel la sainte s'échappa de la tour, et la trahison du berger se trou- 
vent représentés dans une peinture murale par Pinturrichio au Vatican **. 
Rubens, dans une esquisse à la Galerie de Dulwich, près Londres, l'a peint 
s'enfuyant de son père et cherchant à gagner le haut d'une tour (comme 
d'habitude sans se soucier des traditions de l'église); Dioscore, coiffé d'un 
turban et armé d'un cimeterre, la poursuit en toute hâte *^ De tableaux 
représentant la décapitation de la sainte nous citerons ceux de Pierre 
Rosa *S à l'église de Notre Dame de Grâce, à Brescia, et du Brusa- 
sorci, à l'église de Sainte Barbe, à Hantoue. Le graveur de 1466 intro- 
duit, au fond d'une représentation de la décapitation de la sainte, une 
tour avec un calice dans' la fenêtre *'. Un beau tableau par Joseph 
Mazzuoli, représentant la sainte reçue au ciel par les vierges martyres, 
orne le maître-autel de l'église de Sainte Barbe à Ferrare. 

^ Voir Jaheson, « Sacred and Legendary Art •; vol. ii, pi. iv, p. 498. Londres, 1863. 

•• Ibid., p. 408. 

** Ibid., pi. III, p. 409. 

" Baetscb, tom. VI, p. 31. 



■":)■ ■ .•)! 



FBOSES, HmOTES ET ANTIENNES 



•r 



\ .' 



EN HONNEUB DE 



SAINTE BABBE 



TROPARIUM 

e MiiiBftll aeeleriae de Neuhausen prope Ffonheini 



Ave» praeclara Barbara, 
Nanqae taa tenera 
Est vita cradeliter torta. 

£age sponsa nata. 

Domino grata, 

Aevo puerili 

Senili 

Cultu, studio, 

Praeludio 

Horum 

Doctrix boûorum. 

Vii^o legis formam 

Rectique normam 

Capicns matare, 

Faturae 

Vitae sitiens 

Abiiciens 

Vana, 

lam sensibus cana. 



Tibi praebet sedem. 

Te conflictaram 
Christus en triumphaturam 
Saevos bostes praescivit, 
Idcirco te suam 
Pugilem munivit. 

Tu Agnum coeli 
Sequens corde fideli. 
Dam genitoris tui 
Furores contemnis, 
Constanter testaris 
Fidem Trinitatis. 

Tuqne furcntem 
ludicem teque terrentem 
Despiciens penatum 
Cnllum detestaris, 
Tormentis variis 
Dire cruciaris. 



Te domiis patris, 
Te supellei tota matris 
Recognoscit heredem, 
Arecium Tusciae 



Hinc in carcere 
Hox recladeris. 
Lace serena circundaris, 
Dum obsequitar 



> Publié par Momi, "Lateinische Hymnen des Mittelalters '\ III Band, bl. 2U. Freiburg im 
Breisgau, 1855. 



28 



lOONOOR&FHIE GHRfiTIENNS 



Incarceratae 

Coeli nuntius 

Tibi victnci beatae, 

Cai Dominas 

lesus Christus apparens 

Confortât te nihilominas. 

Sanitas plena 

Tibi rcdditur, 

Oranti vox coelo mittitur, 

Et promittitur 

Pro quibus oras 

Solameo, sicque 

Decollata sanguine roras. 

Hinc abstuleris 

Valentiiquemanu 

In mausoleo deponeris. 

Fac nos Corpus lesu praegnstarOt 
Yulnera curare 



Peccatorum nosque solidare, 
Ne superemur, 
Sed percriminum 
Victoriam coronemur. 

Fac igni fero nos et severo 
Non tradi, sed vero 
Réconcilia nos Creatori, 
Dans ut temptatorl 
Non succumbamus, 
' Sed nocentium ' 
Insidias devincamus. 

Audi nos, 
Nam te Dominus 
Sponsam suam honorât, 

Salva nos, 
lesuy pro quibus 
Barbara Te exorat. 



PROSA 



Recolamus piis digna 
Laudibus mente beuigna 

Barbare solemnia. 
Te cantemus in honore 
Eius cordis cum favore 

Laudis et preconia. 



Salve, virgo generosa, 
Nitens paradisi rosa 

Sicut sol et sidéra. 
Venerari tua festa 
Nos compellant tua gesta 

Perenni memoria. 



ludicem non timuisti, 
Sevicntemque sprevisti 
Tu minas et verbera. 



Idolorum tu culluram 
Létale Christi mansuram 
Predicasli libéra. 

Yirgis cesa stas illesa, 
Dum torqneris, confiteris 

lesum super omnia. 
Denudaris, carceraris, 
Plagis plagat, et te sanat 

Christus in custodia. 

Manu patris decollata 
Es ab angelis sublata, 
Cum honore deportata 

Ad celorum sublimia. 
Ibi fulgcs coronata, 
Virginibus associata. 
In lesu Chrislo Aindata 

De meritorum gratia. 



SAINTE BAfiBE 



29 



▼irgo pîa, miserere, 
Hac in via nos tnere : 

Creator TOtuDi 

Chori totum 
Glementer concilia. 
Te cantamus hic iocnnde. 
Et rogamus, preces fonde, 

Ut etheos 

Omnes reos 



Mundet data venia. 

Ora Deum pro peccatis 
Nostris fonte pietate. 

Ut per tua mérita 
Nos non sinat condemnari 
Sed concédât coronari 

In celesti curia. 



SEQUENTIA 



e libre oui titnlns ** Vademeotim lEiBBale Itinerantium, aeu 'Miaae peouliares 

▼aide dévote "• Nnremberge, 1607. 



Regiregnm 
Decantet fidelis choms 

Alléluia, 
Nam Barbara 
Triumphans ascendit coelos 

Gum gloria. 

Angélus consilii 
Laudetur in vii^nis 

Victoria, 
Sol, per quem non déficit 
Martyris mirabilis 

Gonstantia. 



Neci data. 
Gaesa sana redditnr, 
Nuda stola tegitur 

Goelo lata. 

Tandem pleio capite 
Novo dyademate 
Insignita, meruit 
Goronari. 
Pater huius, scelere 
Propatrato, misère 
Goelitus demeruit 
Goncremari. 



Yirginis haec Filio 
Gorporis martyrio 

Fuit nupta, 
Neque per martyrium 
Virgo, florens lilium. 

Fit corrupta. 

Verbere discerpitur, 
Carcere concluditur 



Psallat cum leticia 
Voeu m consonantia 
Die hac Ecclesia. 

IV 



Orante martyre 
Mundetur propere 
Omni crimine 
Gens misera ; 
Hoc clemens effice 
Natus mirifice 
Rex de yirgine 
Puerpera. 

SEQUENTIA 

Ktaflali Iieodiensi, Coloniae, 1480. 

Omnis nostra concio 

. Psallat cum tripudio 

Ad tanta solennia. 



30 



ICONOGRAPHIE CHBfiTIENNE 



Diem festam agimus, 
Barbare recolimus 

Sacra natalicia . 
Hec secundum seculi 
Dignitatem nobili 

Nascitur prosapia. 

Videns transitoria 
Quod sit mundi gloria, 
Hec spernit connubia. 

Meote Deum concipit» 
Duas ia domo conspicit 
Fenestras, sed precipit 

Ut iam fiât tercia. 
Crucis facit signaculum, 
Sed erit ad miraculum. 
Hoc omne per seculum 

In domo patria. 

Planta pura fit figura. 
Nova fons iura sumit, plura 

Dans egris remédia. 
Virgo deos spernens, eos 
Detestatur; iam culpatur 

De fenestra tertia. 



Trinitatem profitetur, 
Dolet pater, commovetur, 

Evanescit filia. 
Grex pastoris fit locaste, 
Capta virgo càesa fuste 

Clauditar in cellula. 

Iam presidi presentatur, 
Verum Deum protestatur, 
Verberatur, arta damnatur, 

Iam carceris custodia. 
Carcer resplendet lumine, 
Sanat Deus plagas in virgine, 
Âbsque fine in certamine 

Hec devovet sculptilia. 

Isti latus aperitur, 
Ardens iampas apponitur; 
Plus punitur, nam tunditur 

Gaput, truncantur ubera. 
Iam nudata agitatur, 
Dei slola iam velatur, 
DecoUata deportatur 

Ad régna celestia. 
Hinc eterna sint nobis gaudia. 

Amen. 



PROSA 



e MiBBàli TomaoensL FarisiiuB» 1509. 



Laudent toto corde cleri 
Gum devoto et sinceri 

Barbare solennia. 
Que cognovit Trinitatem 
Deo vovens castitatem 

Vite per insignia. 

Cuius pater idolorum 
Cultor erat, qui décorum 
Castrum strui fecerat 



Cum fenestris tantis binis, 
Eius nata sed cum trinis 
Fore imperaverat. 

Virgo fonte baptizatur. 
Gui virtus talis datur 

Fert medelam languidis. 
Deum trinum confitetur, 
Genitoris et terretur 

Minis multum perfidis. 



i 



SAIHTE BABBE 



31 



A vi patris hanc yehebat 
Marmor, pastor quam prodebat 

Signi per indicium. 
Quiquam marmor fit repente, 
Grex locuste, sic volente 

Deo boc prodigium. 

Hinc acerbis cum flagellis 
Dire cruciatnr pellis 

Mitis Sancte Barbare. 
Sauciata carceratur, 
Nocte plagis bec sanatur, 

Garcer spleodit iubare. 

Mane facto retorquetur, 
Lampas ardeos adhibetur 

Apertis lateribus. 
Caput magis purum stellis 
Fit percQssum cum martellis, 

Truncatur uberibus. 



Denudata agitatur, 
Alba stola sed velatur 

De celi cacumine. 
Pro devotis exauditur, 
Ense patris iam moritur 

Divo fruens numine. 

Crimen Icse maiestatis 
Nece sponse Trinitatis 

Actum temerarie 
Mox in reum vindicatur, 
Nam per ignem concrematur 

Perditus nepharie. 

Laxis fibris nunc clamemus, 
Sponse Sponsum invocemus 

Nostro pro collegio, 
Ut faine eius supplicatu 
Expurgato a reatu 

Detur vite regio. Amen. 



PROSA 



e Kiasali 



iensL Parisiis, 1640. 



Virgo mitis generosa» 
Gemma celi preciosa, 
Sponsa Christi speciosa, 

Dioscori filia. 
Tecum virgo Iaxis volat 
Ut sic tuus pater colat, 
Trinitatem quem violât, 

Heresis ludibria. 

Christus eam visitavit. 
Et in vinclis confortavit, 
Plagas eius mox sanavit, 
Sanas refert gratias. 



Veste celi sibi data, 
Migrât virgo bec beata, 
Sicque patris decollata 
Manus sentit impias. 

Ave, proies Creatoris, 
Ave, sponsa Redemptoris, 
Salve, serva Salvatoris, 

Angelorum nuncia. 
Supplicat nunc chorus iste 
Per Barbaram, pie Christe 
Irasci nobis désiste, 

Qui es vera venia. Amen. 



32 



ICONOOBAFHIE CHBfiTIENNB 



SBQUENTIA 

e manuBoripto eoolesiae S. Fetri BalBborgenais ^ 



Laetabundi cordis mundi 
Dalce melos alléluia, 
Virgo Christi, Barbara, quae 
Scandit coelos, res miranda. 

ÀDgelica specie 
Intret pulchra facie 

Quasi Stella, 
Solum Christum eligit 
Sponsum, colit, diligit 

Fide Clara. 

Sicut agna mitis Pei 
Ictus suffert mallei 

Pari forma, 
Neque metu vulnerum, 
Neque igni laterum 

Fit corrupta. 

Cedrus virgo Libani, 
Aurum martyr clibani 

Valle nostra, 
Verbo Dei firmatur 
Caesa mamma flagellatur 



Plaga sumpta. 

Isayam sequitur, 
Tanquam ovis ducitur, 
Necanda nec loquitur 

Gente caeca. 
Si non saltem indice, 
Patris rea vindice, 
Mutilatur vertice 

Haec praedicta. 

En felix moritur, 
Pater exuritur, 
Flamma teritur 

Gens misera. 
Barbaram spiritibus 
lungit coelestibus 
Natus virgine 

Puerpera. 

Barbarae per mérita 
Hundi naufragia 
Cuncta vincamus, 
Alléluia. 



Angelorum militia 
Sanctorumque consortia, 
Tota coelestis curia 
Una cum ecclesia 

Trinitati individuae, 
Unitati perpetuae 
Décantent cum frequentia 
Laudes et praeconia. 

■ Publié par Hone, op. cit., tom. m, p. 220. 



PROSA 

6 missali Moguntinensi» 148S. 

Cuius fonte saturata 
Barbara se ei grata 
Obtulit immaculata 
Vivum sacrificium. 



Cum parentes et gaudia 
Hundi sprevit labentia 
Et mente voluntaria 
Subiit martyrium. 



j 



SAINTE BAfiBE 



38 



Ave, virgo snblimata, 
Laeta coelo coronata, 
Videns Christum aeternau 
Castitatis gloria; 



Snpplicamus, o beata, 
Laude Christi inmorata» 
Posce nobis ad beata 
Pervenire gaudia 



SEQUINTU 

e maxmfloripto X7 saeooli in Bibliotheca 8. Oalli*. 



Martyr Christi Barbara 
Mundi linqnens labrica 
Tendit ad coelestia. 



Ad praeceptum praesidis 
In obscuro carceris 
Latet stricta vincnlis. 



Annos pueritiae 
Snbtrahens spurdtiae 
Libat pudicit^ae. 

Regem castimoniae 
Gontemplatur hodie 
In décore gloriae, 

Ipsius qui vivere 
lunxit individae * 
Nuptiali foedere. 

Mira virtus virginis 
Ovat in suppliciis 
Veint in deliciis. 



Non terretur Barbara 
Hinis, nec per verbera 
Gedit a constantia. 

Nervis sanctam crucial, 
Cilicinis confricat, 
Castam veste spoliât. 

Unde Tibi laudes, Christe, 
In faonorem agonistae 
Huius canit chorus iste, 

Supplicando, quod Tuornm 
Consors fiât gaudiorum 
In conventu supernorum. 



FBOSA AD I VESPEBAS 

e Br«viario GamoraoenBl, Farlsiis, 1609. 



Tibi, Trinitas Beata, 
Sit laus omni tempore, 

Per quam tria snnt collata 
Dona pie Barbare, 

m 

Amor, spes, et fides rata, 
Quibus pollens prospère 



Trinitatem est testata 
Ore, corde, opère. 

Très hostes, tria prelia, 
Mundum, carnem, demonia, 
Triumphat Trini filia. 



^ Publié par Monb, op. cit., tom. m, p. 217. 



34 



ICONOGRAPHIE GHBÏlTIENNE 



PROSA AD n VBSPERAS 



e Brevlario CameraoenBi, Farisiis» 1609. 



Virgo virens fide fida 
Barbara connituit 

Et colendum ista solum 
Profatur quo micait 

Coi fidem spopondisti 
Secum ad palatia 

Vexit pro quis sitiisti 



Per longeva spatia. 
Te colentes hic in valle 

Desperatos ne sine, 
Sed nos vecta ubi coeli 

Ganunt melos carminé 
AUelaia, alléluia. 



GRINALE 

auctore Conrado pxiore de Qamiiig^ 



Ave, salve, gaude, vale, 

beata Barbara, 
Pectus tuum virginale 

Thorum Christo praepara; 

Quae dum fide Trinitatis 
Ad amplexus allicis, 

Amatores voluptatis 
Signis clara despicis. 

Castitatis germen seris 

In corda fidelium, 
Quae virtutum semen geris 

Gastum candens lilium. 



Sic frementis est delusa 
Fraus tortoris subdola, 

Christi rore tu perfusa 
Florens vernans viola. 

Gaude, fortis agonista 
Christi, felix Barbara, 

Per tormenta vincis ista 
Mundum, mortem, tartara. 

Corpus habens vulneratum, 

Inflammata latera, 
Caput ferro malleatum 

Et evulsa ubera. 



Salve, lux Katholicorum, 
Fide sancta Barbara, 

Quae dum cultum idolorum 
Spernis, gens te barbara 

Flagris caedens cruciavit. 

Et reclusit carcere, 
Ghristus luce visitavit 

Et sanavit propere; 



Publié par Momb, op. cit., tom. ni, p. 221. 



Et dum veste spoliaris 
Per manus gentilium, 

Mox ab angelo velaris, 
Flos campi convallium. 

Vale, sursum invitata, 
Digna Deo Barbara, 

Ut pro tuis es precata. 
Nos a morte sépara. 



SAINTE BABBE 



35 



Dum pro Christo decollaris 
A parente proprio, 

Laareata copularis 
Martyrum collegio. 

Cum décore virginali 
In coelesti lumine 

Serto gandes triumphali, 
Rosa rubens sanguine. 

beata martyr Dei, 
Virgo dalcis Barbara, 

Memor esto, precor, mei 
Et illisom repara; 

Rampe peccatorum frena 

Et propelle yitia, 
Claustra cordis fac serena 

Et dulcora gratia. 



Ubi regem in décore 
Gonspicis salvificum, 

Tuo trahe me odore, 
Fragrans nardi pisticum. 

Barbara, te quaeso gemens, 
Spes lapsorum Barbara, 

Prece tua mihi clemens 
Régna coeli compara; 

Per te nunc virtutum donis 

Fulçiar féliciter. 
Ut supernis tecum bonis 

Perfruar perenniter, 

Ubi canis cum puellis 
Singulare canticum, 

Quae dulcore favum mollis 
Tincis pigmen coelicum. 



HTMNUS 

e Breviario Leodiensi. Cdloziiae, 1488. 



Gratuletur Ecclesia, 
Laudum promat praeconia S 
Cantu testetur gaudia 
Ad Barbarae solemnia. 

Ista pro Christo caeditur. 
In arcta cella clauditur : 
Haec ad praesidem ducitur, 
Diis libare praecipitur. 

Haec nitet sicut lilium, 
Deos spernit gentilium. 



Dei testatur Filium, 
Anhelat ' ad martyrium. 

Haec laceratur verbere ', 
Tetro damnatur carcere, 
Hiro * meritis Barbarae 
Carcer resplendet iubare. 

mira Dei gratia, 
Barbarae fort ' solatia 
Deus, qui potest omnia, 
Haec reddit * ad iudicia. 



* Laudum per precamma. Brev. Ck>nstantiense, Dilingae, 157S. 

* Ânhelans, Brev. Gameracense, Parisiis, 1509. Currendo. Brev. Gonstantiense. 
" Ubere. Brev. Constantiense. 

* Digne, Brev. Gonstentieiise; Brev. Herbipolense, Goloniae, 1875. 
' IkU* Brev. Antissiodorense, Autissiodore, 1580. 

* Redit. Brev. Golooiense, Venetiae, 1498. Brev. Gameracense, Herbipolense et Antissiodorense. 



36 ICONOQBAPHIE CHBfiTIENNE 

Nam' latns suum ' panditur, Hinc * vestibus exaitur, 

Igné lampadis uritur, A Deo stola tegitur : 

Halleo caput tunditur, Hinc *<> decollata moritur» 

Et mammilla abscinditur. Ad coelos " proficiscitur '*. 



HTMNUS AD H TESPERAS 

e Brevlaario Cameraoensl. FarlsiiB, 1608. 

Lux, Beata Trinitas, Lnstra nos illo iubare, 

Pro Tae lucis radio Lux omnes fugans tenebras, 

Nostra clamât humilitas Quo Ta mentales Barbare 

In huitts vite stadio. lUuminasti latebras. 

Ad Te mentes bumiliter Hausit kec vase tenero 

CoDvertimus cum Barbara, Sic de superno nectare, 

Illumina subtiliter Quod novit quia numéro 

Que Tu creasti pectora. Deus congaudet impare. 

^ lam. Brey. Goloniense et Antissiodorense. Hinc, Brev. Herbipolense. Sic. Brev. Gonstantiense. 

■ Eius, Brev. Herbipolense. 

* Haec. Brev. Herbipolense et Gonstantiense. 

1* Haec. Brev. Herbipolense. Dum. Brev. Gonstantiense. 

" Deum. Brev. Antissiodorense. 

^ Le bréviaire de Gambrai, et celui d'Amiens (Paris, 1S54) ajoutent un strophe 
Gemma Ghristi, o Barbara, 
Nobis prece sedem para, 
Ut nos tecum féliciter 
Gonregnemus perenniter. 

Gelui de Gonstance deux strophes : 
Ta ergo, virgo Barbara, 
Martyr Dei egregia, 
Ora pro nobis Dominum 
Sponsum et regem Yirginum. 

Ut te videre liceat 
Et tecum nobis luceat 
Lux lucis et aetemitas, 
Prestet Beata Trinitas. 

Les bréviaires de Gologne, de Wurtzbourg et d'Auxerie ont le doxologe : 
Deo Patri sit gloria 
In Barbarae Victoria, 
Ac Unico Eius Nato, 
Spiritttique Beato. 



j 



SAINTE BAfiBE 



37 



Nam trium delectabilis 
Fenestrarum appertio, 

Qaid est, nisi mirabilis 
Trinitatis assertio î 

Quis cnim perscrutabitur 
SapieDtum gentilium, 

Car trina lax illabîtar 
Sic mentibus humilium ? 



Creans uobis impresseras 
Taam similitudinem, 

Opus Tuum ne deseras, 
Tuam salves imaginem; 

Hec a nostra memoria 
Nunquam cadat dignatio, 

Tibi laus sit et gloria, 
Sit iugis iubilatio. ÂmeD. 



HTMNUS AD VESPEMS 



e Breviario secnndam regulam Beati Hysidori. Toleti, 1502. 



Christi martyr et inclita 
Virgo sacrata Barbara, 

Cuias pugne subdita 
Caro, mundus et tarthara. 

Tu lux orta de tenebris 
Luce perfuDdens secuhim, 

Abstracta ab illecebris 
Frangis salutis emulum. 

Mire fenestra triplici 
Ornas patris palacium, 

Fide demonstrans simplici 
Trinitatis mysterium. 

• 

Das naturam marmoream 
Maledicendo rustico 

Qui mentem gereus saxeam, 
Nutu te prodit publico. 

Abscindit nate iugulum 
Pater fera crudelior, 

Sed per céleste spiculum 
Mors ipsum ferit sevior. 

Patri, Nato, Paraclito 
Decas, honor et gloria; 

IV 



Sancti sint huius merito 
Nobis eterna gaudia. 

In celesti collegio 

Nova collega colitur, 
In sanctorum rosario 

Novellus flos producitur. 

Barbara, florens gratia, 

Forma facta humilium, 
Leta potitur gloria 

Sortis consors sublimium. 

Metit de sparso semine 
Plene messis manipulum 

Faltens subter tegmine 
Nostre salutis emulum. 

Hec carnis supercilia 

Spiritui dat subdita 
Mundum vicit et vicia 

Se victa victrix inclita. 

De tenebris miserie 

Sequaces stelle previe 
Queramus Patrem gratie 

Gonsortes tandem glorie. Amen. 



38 



ICONOGRAPHIE GHBSTIENNE 



HTMNUS AD MATUTINOS 

e Breviarlo Beoundiun regulaxn Beati HysidorL Toleti* 1602* 



Gaude, mater Ecclesia, 

Maternis plaudens plausibas 
Pro benedicta filia 

Frequens in Dei laudibus. 

Barbaram Christi famulara 
Laudemus unaaimiter, 

Et crucis Christi baiulam 
Immitemur féliciter. 

Christum fatendo siquidem 
Astruit fidem, clarius 

Disceptans contra presidem 
Vincit tormenta fortius. 

Quaternam premit rabiem 
Certans in Christi nomine 



Hostilem frangit aciem 
Glorioso certamine. 

Hanus paterna iugnlat 

Paellam, et continuo 
Périt, démon stimulât 

Parricidam tonitrao. 

Nos in campe certaminis 

Sancte zelantes gloriam 
DÎTini ductu luminis 

Tendamus ad victoriam. 

Prestet hoc Sancta Trinitas 

Sancte Barbare meritis 
Ad Te Summa Suavitas 

Rectis nos ducens semitis. Amen. 



HTMNUS AD MATUTINOS 

e Breviarlo Ambianensi» 1554. 



Hymnizemus régi Christo, 
Quem collaudant in excelso 
Cives celestis patrie, 
Hymnum canentes glorie. 

Ut nos simul in hac vita 
Pro Barbare memoria 
Hymnizando iubilemus 
Per banc Christum collaudemus. 

Confitetur Trinitatem, 
Infert ei pater mortem, 
Sed mox marmor sub pedibus 
Transfert eam in montibus. 

Pastor nequam oves perdit 
Patri prolem dum ostendit; 



Oves eius sunt locuste, 
Sic punitur pastor iuste. 

Corpus sanctum verberatur, 
Cilicio defricatur, 
Coste eius perforate, 
Et lampades applicate. 

Caput eius ex malleo 
Tundi iubet férus leo, 
Et mamillas amputari, 
Posteaque decoUari. 

Gemma Christi, Barbara, 
Nobis celis sedem para. 
Ut nos tecum féliciter * 
Conregnemus perenniter. Amen. 



SAINTE BARBE 



39 



HTMNUS AD n VE8PERÂS 



Ave, sponsa Christi, 
Cuius ob amorem 

Barbara fudisti 
Propriom cruorem. 

Pnlchra, prudens, muoda, 

Fortis in agone 
Fruensque iocunda 

Dei visione. 

Neque patris ira 

Sévi et evecti 
Nec a Christo dira 

Pena potes flecti. 

Cuius pastor index 
Luit penas iustas, 



e Breviario AmbianeTuri, Pariaiis» 1654. 

Oves Deus vindex 
Vertit in locustas. 



Te Christus invisit 
Garcere manentem; ' 

Stolam albam misit 
Te nudam tegentem. 

Torta multis pénis, 
Tandem decoUata, 

Gaudens in amenis 
Celis collocata. 

Deo iaus pro bonis 

Barbare tributis, 
Cuius prece donis 

Dilet nos salutis. Amen. 



HTMNUS IN LAUDIBUS 



e Breviario AutiaBiodorexuii» Antissiodori» 1580. 



Barbaram diri célébrant agones, 
Quippe tirannos vincit truculentos, 
Maximianum, simul Marcianum 

Eius prefectum. 
Hanc, saevi, torquent, iacturis poenarum 
Ut fatigati lictores reddantur 
Nil timet, truces ferocesque minas 

Ridet eorum. 
Turre reclusa architecta solers 
Unum rimatur auctoremque trinum 
Dum très adaptât lumini fenestras; 

Pâtre reverso, 
llie miratur artifices causans, 
Quem sic affatur Barbara praeconstans : 



c His unum lumen, genitor, par fore 

Numine divum 
Trinis innatum personis divinis 
Quodque credentum vivificat aime 
Mentes illustrans, sensus et obscuros 

lUuminatque. • 
Rursus ingressa cubile parentum 
Idola frangit, thalamum consignans 
Marmori pressa digitoque pede 

Fulgida cruce. 
felix virgo Barbaraque martyr, 
Spernis electum coniugem carnalem, 
Nec genus ferox pavescis poenarum 

Bis coronata. 



40 



ICONOGRAPHIE GHBfiTIENNE 



Hinc pia mater athletaque fortis 
Comprime nostros per lubricos actus 
Et tua prece digne celebremus 
Aima trophaea. 



Gloria Patri, Genitaeque Proli, 
Et Tibi compar utriusque semper 
Spiritus aime, Deus unus omni 
Tempore secli. Amen. 



HTHNUS 

ex Hortulo animae. Maguntiae» 161L 



Ave, martyr gloriosa, 
Barbaraque generos'a, 
Paradisi vernans rosa, 

Castitatis lilium. 
Ave, virgo pulchra tota, 
Charitatis fonte Iota, 
Dalcis, mitis et devota. 

Vas virtutum omnium. 
Ave, criminis ignara, 
Sponsum audis voce clara : 
€ Veni pulchra, veni chara» 

Veni, coronaberis. > 



Ave, Barbara serena, 
Clara quasi luna plena, 
Singulari cantilena 

Sponsum Agnum sequeris. 
Ave, Barbara beata, 
Quae cum Sponso praeparata 
Nuptiarum ad optata 

Transivisti gaudia. 
Ave, fulgens màrgarita 
In corona lesu sita, 
Tam in morte quam in vita 

Sis nobis propitia. 



HYMNUS 

ex Hortulo animae. Masuntiae» 1611. 



Gaude, Barbara regina, 
Summe pollens in doctrina 

Angeli mysterio. 
Gaude, virgo, Deo grata, 
Quae Baptistam imitata 

Es in vitae stadio. 
Gaude, cum te visitavit 
Christus vita, et curavit 

Plagas actu proprio. 



Gaude, quia meruisti 
Impetrare quod petisti 

Dante Dei Filio. 
Gaude, namque elevata 
Es in celum, et delata 

Nobili martyrio. 
Te laudantem familiam 
Trahe post te ad gloriam 

Finito exilio. Amen. 



Ave, Barbara beata, 
Ihesu Cristo cara grata; 
Ave, virgo virtuosa. 
Super modum speciosa. 



HTHNUS 



Ave, martyr Dei vera, 
Multum mitis et sincera, 
Ave, sponsa graciosa, 
Sponso plaçons nam formosa. 






^ Extrait d*un manuscrit du xv siècle à la Bibliothèque de Bourgogne à Bruxelles (n*18763} 
provenant de la Chartreuse de Trêves. 



SAINTE BABBE 



41 



Ave, splendens margarita, 
Per amorem expolita. 
Que post macerationem 
Et nervoram cesionem, 

Adastionem lampadarum, 
Precisionem mammillarum, 
Ac multorum aliorum 
Passionem tormentorum, 

Propter fidem Trinitàtis 
Gonstanciamqae castitatis 
DecoIIata es a pâtre 
Dioscoro, defuncta matre, 

In Taschanis floribus. 



Regnantis temporibus 
Imperii Haximiani, 
Praesidisque Marciani, 

Die quarta duodeni 
.Mensis. Virgo sancta veni, 
Yeni cito absque mora. 
In horrenda mortis hora. 

Cum me mori est necesse 
Noli micbi tune déesse, 
Ghristum pro me deprecare 
Nam potes quod vis impetrare. 

Me ab hostibus tuere, 

Heique virgo miserere. Amen. 



HTMNUS 



Gaude, Barbara, serena . 
Virgo, patris quam effrena 

Non flexit insania. 
Gaude, munda Christi cena, 
Huins mundi quam obscena 

Non faedarnnt contagia. 

Gaude, planta fruetu plena, 
Mundi crescens in arena, 
Salutis dans suffragia. 



Gaude, martyr, quae terrena 
Spernens, temporali poena 
Comparasti celestia. 

Gaude, sponsa, quae in coena 
Sponsi gustas iam amoena 

Paradisi gaudia. 
Solve nos a culpae poena. 
Non sis nobis aliéna 

Hortis in angustia. Amen. 



HTMNUS 



Ave decus patriae, 
Barbara, flos gratiae» 
Ave mi patrona ! 

Coeli consors gloriae» 
Praedecora specie. 



Fulgens sub corona^ 

quam laeta facie 
Regem cernis gloriae 
Flagrans per amorem ! 



^ Extrait d*un manuscrit du xv* siècle à la Bibliothèque de Bourgogne à Bruxelles (n* 8763) 
provenant de la Chartreuse de Trêves. 

* Extrait d*un manuscrit du xv« siècle à Téglise de S. Pierre à Salzburg, publié par Mone, 
op. cit., tom. m, p. 218. 



42 



lOONOORAFHIE CHSSTIENNE 



Coeli sedis lucidae 
Cum palma victoriae 
Possides decorem. 



beau Barbara, 

mea patrona, 
Me precanlem repara, 

Supplicando prona 
Ghristo pro me paupere, 

Ut per Sua dona 
Mihi donet prospère 

Consummare bona. 

Tua, virgo, mérita 
Mihi sufifragentur, 

Et culparum débita 
Cuncta relaxentur, 



Nos tuo iuvamiue 
De mundi callgine 
Ad coeii duc splendorem, 



HTMNUS 



* Tempora deperdita 
lam recuperentur, 
Dataque gratuita 
Semper cùmulentur. 

Tuum mibi iugiter 

Assit consolamen. 
Et in morte firmiter 

Prosit adiuvamen, 
Stjgis ne supplicio 

Tradar post examen, 
Sed coelesti gaudio. 

Tecum fruar. Amen. 



Ave, virgo speciosa, 
Ave, martir gloriosa, 

Barbara egregia, 
Patri Garnis odiosa, 
Christo régi graciosa 



Virgo Barbara beata. 
Ex illustri stirpe nata 

Urbi Nicomediae^ 
Sponsa Christi instar rosae, 
Liquit mundo gloriosae 

Spéculum tragoediae. 

Pater exuens naturam, 
Hanc Dioscorus ter puram 
Decollavit filiam. 



HYMNUS» 

Fidei constantia. 
Tua prece preciosa 
Nos a vita erumnosa 

Yera duc ad gaudia. 

HTMNUS 

auctore A. C. Bedelio. 

Post supplicia exosa, 
Adit Virgo gloriosa 
Marlyrum familiam. 

Virgo gratiam implora 
Mihi, ut in mortis hora 

Sacramentis muniar; 
Fac, ut per confessionem 
Sacram et communionem 

Deo meo uniar ! 



*• Tiré d'un manuscrit du xv« siècle à la Bibliothèque Royale de Munich, publié par Mone, 
op. cit., tom. ui, p. 215. 

* D'après un livre d^Heures, MS du xy« siècle à la Bibliothèque Royale de Munich. 



SAINTE BâBBE 



43 



ANTIPHONAB AD HORAS 



ex ^* Aetis 8. Barbarae**. Anfi^istae Vindelicorom» 1708. 



Matutino lempore 

Barbara beata 
In obscuro carcere 

Fnit illustrata 
Cum coelesti lumine 

Quo est visitata 
Et a Rege gloriae 

Secara desponsata. 



Hora nona latera 

Furcis perforantur. 
Eius membra tenera 

Lampade cremantur. 
Os et caput in ea 

Haie malleantur. 
Mox obtusa framea 

Hammae amputantur. 



Hora prima praesidem 

Saevus rex affatar. 
Ut ad primum lapidem 

Barbara trahatur, 
Si verbo et opère 

Christus non negatur, 
Natam vnlt occidere 

Rex : quod perpetratur. 



Haec flagellis caeditur 

Vesperarum hora; 
Per plateas trahitur 

Nuda sine mora. 
A pâtre occiditur 

Barbara décora. 
Stola Dei tegilur; 

Sane fit décora. 



Yirgo ad praetorium 

Hora tertiarum 
Ducta : testimoninm 

Praeses fert amarum 
Contra castam filiam 

Sponso coeli caram, 
DicenSy esse omnium 

Hanc dignam poenarum. 



Hora completorii 

A rege decollata 
Filia Dioscori 

Fuit tumulata 
Et per manus angeli 

Deo comportata : 
Anima Dioscori 

Igné devorata. 



Hora sexta corpore 

Est virgo uudâta, 
Rubro fuso sanguine 

Nervis flagellatur, 
Cilicino tegmine 

Dure confricata : 
A Christo in carcere 

Plagis est sanata. 



Has horas canonicas 

Barbara Beata, 
Fero tibi débitas, 

Ut a repentina 
Plaga me custodias 

Atque a rapina 
Daemonis me protegas 

Et coelum propina. 



44 



ICONOQEÀPHIB CHBfiTIENlTE 



ÂNTIPHONAE AD VESPERAS 

e BreTiario LeodienBL Coloniae» 1492. 



Barbara, virgo Dei, 
Virtute probata tropheî 
Jgne flagrans fidei 
Sacrât huius festa diei. 

Virgo fide sana 
De stirpe creata prophana, 
Gaudia mundana 
Postponit et ydola vana. 

Carceris horrore 
Roseo perfusa cruore 



Lampadis ardore 
Patitnr cruciata dolore. 

Ubere truncata 
Vestimentis spoliata, 
Hec decollata 
Conscendit régna beata. 

Virgo morte bona 
Vite redimita corona 
lusticie zona 
Precinge nos prece dona. 



ANTIPHONAE AD LAUDES 

e Breviario Iieodiensi» Coloniae, 1482. 



Barbare discerpitur 
Latus aime virginis, 
Ignis lampas additur 
Cedit fomes criminis, 
Sed virgo dum ceditur 
Régi psaliat numinis. 

Caput eius tunditur 
Malleo a préside 
Mammaque presciditur, 
Sed stat virgo pro fide 
Que nec prece flectitur, 
Nec tormentis bestie. 

Presidis imperio 
Vestibus exuitur, 
Christi sed auxilio 



Stola missa tegitur 
Flagellata impio 
Tortore dum trahitur. 

Ulam plecti imperat 
Proses plenus scelere 
Quem furor imbuerat, 
Sed pater occidere 
Conatur et properat 
Spreto prolis fédère. 

Virgo pace fruitur 
In celorum culmine, 
Pater eius perditur 
Geli misso fulmine 
Quod nec pulvis reperitur 
Victus in certamine. 






i;iMV<' par .)\(lll K^ V\N OUST, 



A BRUGES. 



POBT&AIT 



DI 



HANS MEMLINC 



FEINT PAB LUI-KfiHE 



EAU-FOBTE DE JACQUES VAN OOST DIT LE VIEUX 



n 'eau-forte reproduite ici par la photo-lithographie, a été faite 
d'après la figure de Saint Jean Baptiste peinte sur l'extérieur 
du volet droit du triptyque représentant l'Adoration de FEnfant 
Jésus. Ce triptyque exécuté par Memlinc pour Jean Floreins, frère de l'hô- 
pital Saint-Jean à Bruges, est conservé dans cet établissement. Sur la marge 
de Tunique épreuve connue de cette eau-forte, qui fait partie de la collection 
de raretés à la Bibliothèque Impériale à Vienne S se trouve écrit de la main 
de van Oost même : Effigies loannis Hemmelinck qui se depinooit in hospitcUi 
Sancti loannis Brugis. 

Donc au dix-septième siècle cette tête du Précurseur passait pour être 
le portrait de Memlinc, et très probablement avec raison; car, on le sait, les 
peintres du quinzième siècle ont souvent prêté leurs propres traits à leurs 
saints patrons. Il nous parait probable que la tradition n'a été altérée qu'après 
l'invention de la légende de la maladie de Memlinc à l'Hôpital. 

*■ Nous devons la photo-lithographie de cette eau-forte à Tobligeance du savaut directeur de 
TAlhertina, H. Maurice Thausing, qui a obtenu pour nous Tautorisaiion de la reproduire ici. 

IV 6 



LE PALAIS DU FRANC 



A BBTJOES 



■ I e district connu, depuis l'année 1235 jusqu'à la conquête du pays 

■ I par les Français à la fin du siècle dernier, sous le nom de Franc 
JL^ÉL^ de Bruges, était administré primitivement par des écbevins 

renouvelés chaque année par le châtelain. Les chroniqueurs sont d'accord à 
fixer à l'année 1190 l'institution d'échevins perpétuels dans ce district. En 
1330 le nombre légal de ces échevins fut fixé à trente-neuf; antérieurement 
le nombre, quoique habituellement supérieur à ce chiflfre avait varié. En 
1393 il fut réduit à trente-six, et en 1414 à vingt-sept. Les échevins étaient 
présidés d'abord par deux bourgmestres, le premier en rang, dit bourg- 
mestre de la commune ou du pays du Franc; l'autre, appelé bourgmestre 
des échevins. Après 1330 il y eut trois bourgmestres des échevins, un 
pour chacun des trois quartiers dans lesquels le Franc fut alors divisé. 

Le siège du tribunal (vierscare) et des audiences des échevins du 
Franc était établi dans le Burg, du côté oriental. Le bâtiment construit 
en bois, était ancré au mur sud de l'ancien château du comte de Flandre 
connu sous le nom de Loove. D'après les indications fournies par les comptes 
de la fin du quatorzième siècle, il consistait à cette époque en une salle 
de conseil dite Raedcamere ou Camere van den Vrien^ et une salle de 
tribunal ou vierscare tous deux à Fétage auquel on avait accès par un J 

escalier *. 

* De là l'expression qu'on rencontre souvent dans les anciens actes : te dinghene ten steeghere. 
Ainsi dans le compte de 140i-05 on lit : « An den veinstre van den steeghere daer men sDicQndachs 
ende sVrindachs placht te dinghene. » 

* Outre ce bfttiment le magistrat du Franc possédait depuis 1289 un local, connu sous le nom de 
LandshuuSf dont la foçade s'éleyait sur le Bourg, au côté ouest. Là se trouvaient le comptoir du rece- 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 47 

Il parait qu'au commencement du quinzième siècle tout Tédifice était 
en fort mauvais état. En 141K la salle du tribunal était tellem ent délabrée 
qu'on fut forcé de Fétayer, et on décida de la rébâtir. La ville s'opposa à 
l'exécution du projet, et le diflférend ayant été soumis au conseil du comte/ 
celui-ci fit modifier les plans, et en outre reconnut à la ville le droit d'en 
surveiller l'exécution. La direction des travaux fut confiée au maître char- 
pentier Matthieu van den Bussche et au maître maçon Jacques van der 
Moort'. La nouvelle salle, soutenue par trois piliers, était construite en 
bois^. Nous n'avons pu découvrir grand' chose quant à Tornementation de 

veurdu pays, la salle des clercs du tribunal, la chambre pupillaire, et les autres bureaux ainsi que le 
réfectoire commun des échevins. Par derrière il y avait une place qui s'étendait dessous Tancienne 
prison, Ghiselsteen, jusqu'au canal sur le bord duquel se trouvaient les maisonnettes du cuisinier et 
des messagers, ainsi que les écuries, les lieux d'aisance, et une porte donnant sur le canal. Devant 
la Landshutis, sur le Bourg, il y avait un banc en bois où le magistral se plaçait pour assister aux 
sermons prêches à Tair ouvert pendant la Semaine Sainte. Cette propriété fut cédée à la ville en 
1590, pour la somme de six cents florins, et à charge d'y construire un lieu de torture commun à 
ceux du Franc, et à toutes justices qui avaient jusqu'alors droit d'accès à la salle de torture dans la 
Loùve. Voir aux Annexes. 

" n fut doyen de la corporation des maçons en 1424-25 et 1427-28. 

* Voici les passages dans les comptes du Franc qui ont rapport à la reconstruction de la vierscare: 

« ?tem, omme dat de vierschare ten steeghere, daer men tghedinge pleichl te houdene in groter 
vreesen stont dat mense moe.ste onder zellen met scoren, zo was bii den iiii borchmeesters besteidt 
Matheuse van den Bussche, moester temmerman, in een taswerc de voorseide vierschare of te 
brekene ende weder up te makene van nieuwen houie, al twerc te werkene, ende al de stoffe te 
leverne van den goeden Vlaemschen hou te up ziin viercante, ute ghesteken den rooden halm ende 
onredelic spechout, gheliic dat de voorwaerde der of verclaerst, ende dit omme eene somme van 
Ixii 1. gro., twelke werc niet heift moghen gheziin up gherecht noch ghemaect bii toe doene van 
borchmeesters ende scepenen van der stede van Brucghe, de welke tvoorseid werc verboden heb- 
ben up te rechtene ende te makene, comt vii*' xliiii 1. P. 

« Item, betaelt van liifcope, als tvoorseid werc besteidt was, xii 1. P. 

« Item, betaelt den voorseiden Matheus van den Bussche, over de scade ende verlies dat hii 
ghehadt heift dat hii tvoorseid werc niet uprechten ende vulmaken ne mochle, ende dat hii ende 
xii van zinen werclieden ledich moeslen gaen x daghen lanc of meer eer hii hemlieden oorlof gaf, 
mids dat men altoos wel ghemeend hadde tvoorseid werc up te rechiene ende te vulmakene, 

xxiiii 1. P. » 
Compte du 24 Mai 1415 au 4 Juin 1416, fol. xci. 

« Item, betaelt lacoppe van der Moort, meester machenare» den welken bi den iiii borchmeesters 
in tas werke besteidt was, data te welene, de drie oude pilaren daer de vierschare ten steeghere 
up ruste of te doene, drie nieuwe piilaren weder te makene daerof de ii van nieus verfondeert 
waren, aile de mueren ende de trappen van den steeghere die te broken waren te vermakene, ende 
van der stoffe, van calke, te^helen, ende vau zande te leverne omme xi 1. x s. gro., comt cxxxviii l. P. 

c Item, betaelt Willem Fyken, den steenhauwere, van Iv voeten pilaer sleenen, daer de pilaren 
van der vierschare ten steeghere of ghemaect ziin, coste elken voedt ii goudinne cronen, comt 

ii* xlvii 1. X s. P. 

«[ Item, betaelt van liifcoope doe dit voorseid taswerc besteidt was, ende doe de voorseid pilaer 
steenen ghecocht waren, xi 1. ii s. P. 



1 



48 L8 FALilS DU FBANC A BBUGBS 

rintérieur de l'édifice. Il y avait dans la salle du conseil un autel, et contre 
la muraille une grille en fer étamé dans laquelle se trouvait une main 
coupée d'argent'. Une des fenêtres était ornée des armoiries du Franc 
peintes par Jean Lormiere en 1418*. 

Le 27 et le 28 Janvier 1434 le magistrat et un grand nombre de 
notables du Franc se réunirent pour délibérer sur la reconstruction de 
l'édifice qui de nouveau menaçait ruine'. On décida d'envoyer au Duc une 
députation chargée de lui exposer qu'il leur était impossible de reconstruire 

« Item, betaelt den werclieden, die de yoorseide piilaren maeclen te drincghelde, xxiiiis. P. 

« Item, omme der redene dat de vierschare ten steeghere up andre mate ghelimmert ende ghe- 
maect moesle ziin, danne zoe van eersten besteidt ende ghemaect was, mids den appointemente 
datter zichtendt of gheoordonneirt was bi den heeren van ons gheduchts heeren rade, was bi den 
borchmeesters met Mattheuse van den Bussche, meester temmerman, gbesproken ende gheaccor- 
deirt, de welke de voorseid vierschare eerst ghenomen hadde in taswerke, dat hi tvoorseid eerste 
werc veranderen ende vermaken zoude, na den inhoudene van den voorseiden appointemente, mids 
dat de ghevelen, deghespannen ende andre werc verandert ende vermaect moeste ziin, bi den wel- 
ken tvoorseid werc veie lastegher vallen moeste danne het te voren ghedaen zoude hebben, waer 
of hem belooft was omme tvoorseid werc de somme van ix 1. x s. gr., comt cxiiii 1. P. 

« Item, belaelt van liifcoope, als dit voorseid werc besteidt was den voorseiden Ma- 
Uheeus, vi 1. P. 

« Item, betaelt loris van den Bu$sche, meester temmerman, van xii daghen die hi wrochte an de 
slandveinstre van der raed camere ten steeghere, an de ghoten ende eldre, te x grote sdags, 
comt vi 1. P. 

« Item, betaelt den zelven Mattheeus, van der huere ende haerghinghe van den houte dat hi 
ghelevert heift omme stellioghe mede te makene, over de costen van zinen engienen ende reepen, 
ende over de scade die hi ghehadt heift van dat hi ziin taswerc niet maken ne mochte te tiide 
gheliic dat voorwoorde was, ende over de costen ende moeynessen die hi der omme ghehadt 
heift, xxxvi 1. P. 

« Item, betaelt meester Clais WiUems ende lacop de Zwertvaghere^ der stede werclieden van 
Brucghe, over haren aerbeit ende costen die zii hadden van dat zii overzaghen twerc van der 
vierschare ten steeghere, ende dat zii dagheliix waren bi slands werclieden, also gheoordonneirt 
was bi den heeren die tappointement maecten van ons gheduchts heeren weghe, viii goudene 
cronen, comt xviii 1. P. » 

Compte du 8 Juin 1416 au 3 Juin f 417, fT. 91, 92 et 94. 

* « Betaelt Claise van Sieenackere, den slotemakere, van eenen yserinne verteinde trailge, daer 
in dat de zelverin vuust besloten staet in de raed camere, ix 1. P. » 

Compte du 4 Juin 4417 au 2 Juin 1418, fol. 98. 

* « Betaelt lan Lormiere^ van den schilde van der wapene van den Vriien staende in de veinstre 
van der camere van den Vriien, xii s. P. ■ 

Compte du 4 Juin 1417 au 2 Juin 1418, foi. 94 v. 
^ « Vergadert in de camere van den Vriien. daer omboden waeren te commene vele van den 
notablen van den lande van den Vriien, omme hemlieden te kenne te ghevene de grote nood die 
was van te vermakene de vierscare van den lande van den Vriien, ende hemlieden te biddene 
omme haerlieder goed adviis. » 

Compte du 10 Septembre 1433 au 9 Septembre 1434, fol. 17. 



r- 



LE PALAIS DU FRANC A BBUGES 49 

leur local d'une manière convenable à moins que la Loove fût rebâtie en 
même temps, et aussi de lui demander la cession d'une partie du terrain de 
la Loove afin de pouvoir agrandir leur local *. 

Voici le texte de la charte par laquelle le duc accéda à la demande 
du magistrat, le 28 Avril 1434 : 

« Phelippe^ par la grâce de Dieu duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant, et 
de Lembourg, conte de Flandres, d'Artois, de Boargoingne, palatin de Haynnau, de 
Hollande, de Zellande, et de Namur, marquis du Saint Empire, seigneur de Frise, 
de Salms, et de Malines, savoir faisons a tous presens et a venir, que comme noz 
très chiers et bien amez les bourgmaistres et eschevins de nostre terroir du Franc 
nous aient par plusenrs fois, pour eulx et pour tous les manans et habitans gène- 
ralment de nostre dit terroir, fait exposer et remonstrer que nostre maison de le 
Loove en nostre ville de Bruges, ou nostre escoutete d*illec a et est accoustume d'avoir 
sa demourance, soit en la partie ou la vierscare d'icellui nostre terroir est ancrée au 

* La députatîon était composée des quatre bourgmestres, du receveur du Franc, et du pension- 
naire Jean van den Rine. Il leur fut payé 27 livres, 6 escalins et 8 deniers de gros à titre d'in- 
demnité pour le temps absorbé par l'arrangement de raccord avec les conseillers du duc. Le bailli 
de Bruges, le receveur de Flandre, et Vécoutôte reçurent aussi au même titre, chacun la somme de 
3 livres, 6 escalins et 8 deniers de gros ainsi qu'il appert par les extraits suivants : 

« Item, es te wetene, dat de iiii borchmeesters, de ontfanghere van den lande, ende lanne van 
den Rine gheordeneirt waeren bi den ghemeenen gheselscepe van der vret omme te belettene 
tgrief ende quets dat ghescepen was te ghesciene bi der cranchede van der vierscare ende van der 
love, die in avenluren v^aeren te vallene alsoo tsceen te achtervolghene : eerst, an onsen gheduchten 
heere ende prince, dat bi committeren v^ilde eenighe heeren van ziinen rade omme tzake te ver- 
stane, die de plaetse ende tvorseid werc overzien zouden, daer toe dat gheordeneirt vearen miin 
heere de trésorier, miin heere de bailliu van Brucghe, de ontfanghere van Vlaendren, ende de 
scouthete van Brucghe, de welke metgaders den vorseiden van den Vriien ende virerclieden te 
vêle diversen stonden overzaghen de plaetsen ende tvorseid werc, ende was gheordeneirt, dat men 
zoude doen maken patronen omme te bet te adviseeme de camere van den wercke, ende tversteden 
van der love ende den huse van den Vriien, up twelke zeker traittiet ende accort ghemaect was bi 
den vorseiden heeren ende den vorseiden van den Vriien, in zulker vorme ende manière als de 
brieven die daer of ziin wel verclaersen, daer omme dat vêle ende diverse dachvaerden endë 
langhe traitieten ghehouden hebben gheziîn, ende vêle langhe ghescriflen der of ghemaect eer men 
ten slote conste commen mids den langhen vertrecken diere in vielen an beeden ziden, van den 
welke zii gbeene dachvaerden gherekent en hebben in tcapitle van den dachvaerden, betaelt over 
haeren aerbeit ende costen, te wetene : de iiii borchmeesters ende ontfanghere, elken Ixxii 1., 
ende lan van den Rine xl 1., comt iiii« l. P. 

c Item, zo hebben miin heere de bailliu van Brucghe, de ontfanghere van Vlaendren, ende de 
scouthete te vêle stonden onledich gheziin ende gheaerbeit omme te helpen vinden weghen daer 
mede men zoude moghen, ten meesten orbore ende ten minsten grieve van onsen gheduchten 
heere ende ziinen lande van den Vriien, veraccorderen ende te perfection bringhen de refectie 
ende twerc van der love ende vierscare van den Vriien, daer in dat zii vêle aerbeits ghedaen 
hebben ende vêle moyenesse ghehad, betaelt over haren aerbeit ende moynesse, elken xl 1. Pari- 
siser, coml cxx 1. P. » 

Compte du 10 Septembre ii33 au 9 Septembre 1434, ff. S8 et S8. 



50 LE PALAIS DU FRANC A BRMB8 

mur de nostre dicte maison en très grand ruyne et taiilie de cheoir impourveuement, 
par qnoy les dis exposans, et les bonnes gens qui fréquentent et ont a besoignier en la 
dicte vierscare» ont pieca este et sont encores journelment illec en grand péril de leurs 
Ties, en nous par ce suppliant moult instaument de vouloir faire reparer icelle nostre 
maison estayee pour cause de la dicte ruyne en pluseurs lieux, affia que icelle 
Tierscare, estayee aussi en divers lieux pour la dicte cause, ilz peussent faire reparer 
ou refaire a la seurte de ceulx qui y ont a besoignier a loy et autrement. 

c Or est ainsi, que de nostre commandement, ordonnance, sceu et voulente, 
nostre ame et féal conseillier, trésorier et gouverneur gênerai de noz fînanc<*s, Guy 
Guilbaut, Tassart Brisse^ nostre receveur gênerai de Flandres, noz bailli et escoutete 
de Bruges, et autres de noz gens et officiers, aient puis aucun temps en ca sur la 
reparacion des dictes maison et vierscare, qui ne se peut faire Tun sans l'autre, 
parle et communiquie par pluseurs fois avec les diz exposans, et fînablement pour 
et ou nom de nous traittie, accorde et conclu avec eulx ou nom que dessus les choses 
et en la manière que sensievent : 

c Premiers, que iceulx exposans feront faire ung mur, commenchant du coste 
de noord a la porte d*icelle nostre maison et extendant vers leur chambre du coste 
vers zuud, de telle et si bonne haulteur que la maison que y ferons faire de nouvel 
puist avoir deux estages de haulteur compétente, c'est assavoir, au lez devers le 
Bourg, jusques au premier estage, de quatre bricques d'espes de la fourme de 
Bruges, et de la en amont jusques aux creneaulx, de trois bricques d'espes, lequel 
mur, ou il aura quatre fenestres que en langage de nostre dit pays de Flandres Ten 
appelle Doornicsche ffeinstren*, de grise pierre de Brabant. faitiches pertinentes et 
requises a Touvrage de la dicte maison que y ferons ediffier selon le patron sur ce 
ordonne, sera fait et mis plus avant vers oost, en nostre héritage de la dicte maison 
de le Loove, que le dit mur ruyneulx est a présent, le nombre de huit pies ou plus, 
lesquelz par et selon le dit traittie serons tenus de delaissier aus diz du Franc, et 
de faire conduire a nos frais et perilz les eaues de la dicte maison nouvelle que y 
ferons ediffier sans les souffrir aler on porter sur les ediffices d'iceulx du Franc, 
lesquelz ne seront tenus de faire faire autre ouvrage pour nous que le dit mur de 
pierres et de bricques, estoffe des fenestres et creneaulx en la manière dessus declairee. 

c Item, que au bout du dit mur vers zuud, les avant diz du Franc feront faire un 
nouvel mur de bas en hault, que en Flameng Ten nomme upgaende ghevel, entre 
nostre dicte maison d'une part, et les ediffices que les diz du Franc y feront faire vers 
zuud d'autre part, qui sera mis sur commun héritage et commencera du co.ste d'oost 
au mur de Talée appartenant a iceulx du Franc, et s'extendra devers le west si avant 
que requeront les ediffices qu'ilz y aviseront a faire, ou quel mur ilz seront tenus de 
faire faire, au dessus du premier estage de nostre dessus dicte maison, une cheminée, 
s'il nous plaist, et de faire faire les diz deux murs a leurs despens, pourven qu'ilz 
auront les matières et estoffes des vielz murs si avant qu'ilz y feront faire nouveaulx. 

* Fenêtres à la façon de Tournai, c'est-à-dire des fenêtres rectangulaires divisées en deux par 
une seule eolonnette sans traverse horizontale. 



LB PALAIS BU FRANC A BBIJOES U 

t Item, que les diz da Franc poaront faire faire leur vierscare* devers le dh 
Beuif ancrée ou dît mwr, qur s*extendra suud et noord de la largeur de vingt et 
neuf piez ou environ par dedens les murs, de telle haulteur ou au dessoubz des 
fenestres de la dicte maison que, y ferons faire, et de tel ouvrage de murs, de 
couverture, de fenestres et autreBMnt comme il leur plaira, et au debout de la dicte 
vierscare vers noord, ung mur de telle largeur sans plus que sera icelle vierscare, 
a tout une cheminée s'il leur plaist, joignant au mur de la porte d'icellui nostre 
hostel, de telle largeur et haulteur que selon la place se pourra faire convenablement; 
en laquelle vierscare aui^ des fenestres hault et bas, et si pouront faire ou dit mur 
ou elle sera ancrée sièges, aulmaires, listes et autres edifSces nécessaires et appar- 
tenans a la dicte vierscare a leur [plaisir. 

c Item, est traittie et accorde, que les diz du Franc auront doresenavant la place 
et héritage entre le dit nouvel mur, que en Flameng Fen nomme ufgamde ghevêl, 
et leur chambre ancienne francement tant deseure comme desoubz pour y faire faire 
telz ediffices comme ben leur semblera. 

c Item, que nous consentirons Tesclissement du petit coignet qui est au devant 
des degrés de la dicte chambre du Franc, c'est assavoir entre icelle chambre et la 
dicte viei^care du fief tenu de nous, a cause de nostre Bourg de Bruges, et d'en 
faire héritage qui sera annexe a Teritage de la dicte vierscare, si tost que les diz 
du Franc l'auront acquis, sans contredit ou difficulté aucune **. 

c Item, que toutes les dictes places que par ce traittie et accord auront de nous 
acquis les dis du Franc, et aussi le dit coignet seront faictes de telle franchise pour 
iceulx du Franc et leurs successeurs en tous cas de loy et de justice comme a este 
jusques a ores la dicte vierscare, sans ce que par l'augmentacion des dictes places 
les franchises d'iceulx du Franc soient aucunement enfrainles, diminuées, ou amen- 
ries, et que de ce présent traittie et accord baillerons noz lettres patentes en fourme 
convenable. 

c Item, est avec ce traittie et accorde que a ceste cause tant pour l'augmentacion 
des dictes places et franchises, comme en aide de l'ouvrage de la nouvelle maison 
que ferons faire sur le mur ou sera ancrée la dicte vierscare, les diz du Franc 
payeront pour nous a nostre receveur gênerai de Flandres la somme de cent et 
soixante livres de groz monnoye d'icellui nostre pays de Flandres, aux termes et en la 
manière que s'ensievent, c'est assavoir : le tiers de la dicte somme au commencement 
de l'ouvrage, l'autre tiers l'ouvrage fait a moittie, et le tiers tiers a la perfection 
d'icellui ouvrage ", dont les diz du Franc et d'accomplir les autres choses dessus 

"^ Voir aux Annexes Tacte par lequel ce fief converti en héritage fut cédé au magistrat du Franc, 
qui paya pour prix d'achat à Wuifaert Snibbe la somme de 42 livres Parisis, ainsi qu*il parait par 
reitrait suivant du compte du 10 Sept. 1434 au IS Sept. 1435, ftH. se : c Item, betaelt Wulfiiert 
Snibàe, over den coop van eenen houcskin lands licghendie m de vierscare van den Vriîen, 
ende vras leén, twelke bi consente van onsen ghednehte heere was bekeert in eerven ende ghe^ 
BOQCht an de erve van der vorseid vierscare, xlii I. P. » 

*^ « Item, es te wetene, dat zekere appointement ende traitliet ghemaect heeft gbeziin bi den gbe- 
committeerden van onsen gheduchien heere ende den borchmeesteren ende scepenen van den lande 



52 LE PALAIS DU FRANC A BBUOSS 

dictes qni leur touchent, seront tenus de baillier leurs lettres obligatoires a nostre 
dit receveur gênerai de Flandres, ainsi que noz dis conseilliers, gens et officiers 
nous ont signifie. 

c Nous, ayans aggreable le dit traittie et accord, sur icellui premiers eu avis a 
grand et meure deliberacion de conseil, avons pour nous, noz hoirs et successeurs, 
contes et contesses de Flandres, cède, delaissie et transporte, et de nostre certaine- 
science et plaine puissance cédons, délaissons et transportons par ces présentes en 
héritage perpétuel aus diz du Franc, la place de huit piez de lai^e en la court de 
nostre dit hostel de le Loove, dont touchie est cy dessus, et leur en baillons la 
possession réelle et propriétaire par ces dictes présentes, pour par eulx et leurs 
successeurs en joir doresenavant a tous jours comme de leur héritage propre bien 
et deuement acquis, sans ce que nous ou noz dis hoirs et successeurs le puissions 
ou puissent retraire ne reprenre, ores ne pour le temps avenir, pour quelque 
nécessite qui pouroit survenir a nous ou a eulx. 

c Avec ce consentons pour nous et iceulx noz hoirs et successeurs, Tesciissement 
du coignet au devant des degrés de la dicte chambre du Franc dont dessus est 
faicte mention, et qu'il en soit fait héritage pour l'annexer a Teritage de la dicte 
vierscare, si tost que les diz du Franc Fauront acquis, et pour nous et eulx le 
esclissons et en faisons héritage des maintenant pour lors, vueillans et consentans 
que la dicte aquisicion faicte, il soit fait héritage et annexe a Teritage d'icelle 
vierscare sans contredit ou difficulté aucune. 

t D'autre part, avons pour nous et noz dis hoirs et successeurs afranchi et par 
ces meismes présentes affranchissons pour les diz du Franc et leurs successeurs dessus 
diz, tant les places dessus nommées qui par ce dit traittie seront de nous acquises, 
comme icellui coignet en tous cas de loy et de justice comme a este la devant dicte 
vierscare jusques a ores, sans ce que par Taugmentacion d'icelles places, les fran- 
chises d'iceulx du Franc soient aucunemeut enfraintes ou diminuées ainsi nous 
plaist, voulons et leur consentons, que leurs dictes franchises s'extendent dedens 
les bonnes pieca mises du coste devers le Bourg devant leur dicte vierscare et 
partout ailleurs, si avant que icelles vierscare, chambre et autres leurs places et 
ediffices s'extendront et comprendront illec, lesquelles franchises des dictes places 
et lieux, tant anciennes comme nouvelles, avons pour nous et pour noz diz hoirs et 
successeurs, en tant que mestier est, conforme, et conformons par ces dictes présentes; 
promettans par icelles pour nous et eulx, de faire et laissier joir les dessus nommez 
du Franc et leurs successeurs paisiblement et plainement d'icelles places et fran- 

van den Vriien, bi den welken de yorseide van den Vriien hebben viii voeten erven van der oude 
vierscare oostwaert gaende in ons vorseiden heeren buus gheheien de Love, also lanc als de vier- 
scare es, waen of onse gbeducbte heere bebben zal clx l. gro.; betaelt de voorseide somme, bi 
ordenanchen van Stasaert Brise ende Bertelmeiis de Voochtt zekere werclieden die ons vorseiden 
heeren buus werken, gbeliic dat bliict bi zekeren cedullen die daer of ziin, makende de vorseide 
clx 1. gro., xix* XX 1. P. » 

Compte du 10 Septembre li34 au 15 Septembre 1435, fol. 59. 



LB FILAIS DO ÏBANC A BRUGES 53 

chises, et de les garandir envers ceuli de nostre dicte ville de Bruges et tous autres 
a qui ce peut ou pouroit touchier ores ou pour le temps avenir. 

c Si donnons en mandement a noz amez et feanlx les gens de nostre conseil et 
de nôz comptes en Flandres, a nostre receveur gênerai d'illec, a noz bailli et 
escoutete de Bruges, et a tous noz autres justiciers et officiers dlcellui nostre pays 
de Flandres, presens et a venir, leurs lieuxtenans, et a chascun d^eulx, si comme 
a lui appartendra, que de nostre présent transport, consentement, affranchissement, 
esclissement, confirmacion, et de tout le contenu en ces présentes, lesquelles voulons 
estre enregistrées et expédiées, tant en nostre chambre du conseil a Gand, comme 
en la chambre de noz comptes a Lille, ainsi qu'il appartient, laissent, facent et 
seuffrent les dis bourgmaistres et eschevins du Franc pour et ou nom que dessus 
et leurs successeurs paisiblement et plainerocnt joir et user a perpétuité, sans leur 
faire ou donner, ne souffrir estre fait ou donne empeschement ou destourbier au 
contraire, en aucune manière, ores no pour le temps a venir. Mandons aussi a 
nostre dit bailli de Bruges ou son lieutenant qui ores est ou sera pour le temps que 
Tacquisicion faicte par les avant diz du Franc du dit coignet au devant des degrez 
de leur chambre» il appelle de noz hommes de fief de nostre dit Bourg, telz et en 
tel nombre, et au lieu qu'il appartient, procède bien et a loy, selon la coustume 
du pays, a Tesclissement et separacion d'icellui coignet du fief tenu de nous, a cause 
et mouvant de nostre bourg dessus nomme, et en face héritage en le annexant a 
Teritage de la dicte vierscare, les solemnitez gardées en tel cas acoustumees, car 
ainsi pour nous et noz diz hoirs et successeurs nous plaist il estre fait; et affin que 
ce soit chose ferme et estable a toujours mais, nous avons fait met|{)re nostre seel a 
ces présentes, sauve en autres choses nostre droit et Tautruy en toutes. 

c Donne en nostre ville de Lille, le xxviii* jour d'Avril, Tan de grâce mil quatre 
cens trente et quatre. 

c Ainsi signe par monseigneur le duc, pluiseurs de son conseil presens. T. Bo- 
nesseau. i '* 

Le magistrat de la ville de Bruges donna son assentiment aux dispositions 
qui précèdent par les lettres que voici : 

c Allen den ghonen die dese letteren zullen zien of hooren lesen, borchmeesters, 
scepenen ende raed van der stede van Brugghe saluut. 

** Original, sur parchemin, muni du sceau contresceUé du duc, en cire verte, pendant à des lacs 
de soie rouge et vert, aux Archives de TÉtat, à Bruges. — Voici rindication des payements faits 
pour la confection de cette pièce : « Item, betaelt meester lanne van Ghend, secreiaris ons ghe- 
duchts heeren, van dat hi gheordeneirt ende ghemaect heefl de leitren angaende den vorseiden 
traittiete ghezegheit met ons gbedachts heeren zeghele, ende van zekeren acien ende aoderen 
brieven daer toe dienende, over ziinen aerbeit ende moienesse, Ix 1. P. 

« Item, betaelt lanne van SUmackere^ svorseids meester lan$ clerc, van dat hi grosseerde de 
Torseide leitren, ende voerde te Ghend an de heeren van den gouvernemente, over ziinen aerbeit 
ende moienesse, xviii 1. P. » 

Compte du 10 Septembre 1433 au 9 Septembre 1434, fol. 58. 

IV 7 



M LE PALAIS DU PEANG A BBUOES 

< Ute dien dat het ghelieft heift onzen harde gbeduchten heere ende prince, onzen 
heere den bertogbe van Bourgongnen ende van Braband, grave van Vlaendren, enz., 
te consenteiene ende te gbevene den goeden lieden van den Vriien, omme tver- 
maken van barer vierscarre, die zeere te vallene ende te grieve staet, ende van der 
Loove an de welke de zelve vierscarre staet, daer de scoutete van Bruggbe iegben- 
wordelike in woendt, toebehoorende onzen vorseiden gbeducbten beere, acbte voeten 
lands van der plaetse van der vorseide Loove, oostwaert streckende van den zuut- 
houcke van der poorte van der zelver Loove, toten muere zuutwaert staende in de 
zelve plaetse, omme tbenden van dien acbte voeten, den achter muer van den 
nieuwen buuse dat men in de stede van der vorseide Loove maken zal, ghestelt te 
zine, ende dat zii de vorseide plaetse van acbte voeten besitten zullen met alzulker 
vriibeden in aile zaken van wetten ende van iusticien als toten daghe van beden de 
vorseide vierscarre gheweest heift, ende de zelve onze harde gbeducbte heere ende 
prince ons, bi zinen ontfanghere van Viaendren ende scoutete van Brugghe, heift 
ghedaen verzouken, ende de goede lieden van der wet van den Vriien ghebeden, 
dat aenghesien dat de vorseide acbte voeten van onzer iurisdictie ziin, ende dat de 
faiten die daer up ghevallen mochten tonzen berechte behooren, wii in dordonnantie 
van onzen vorseiden gbeduchten heere boven begrepeu onze consent doen \villen. 
So eisl dat wii gheneghen alst recht es, ter begheerten van onzen vorseiden gbe- 
duchten heere ende prince, ende ter bede van den voorseiden van den Vriien, ende 
zonderlinghe aenghesien dat thuus ende vierscarre die van nieus ter vorseiden plaet- 
sen vermaect zuileu worden, grootelike ter verchierenesse van der vorseide stede 
van Bruggbe commen zullen, in de ordonnantie van onzen vorseiden gbeduchten heere 
ende prince, zulke als boven, uter name van der vorseide stede van Bruggbe, 
gheconsenteirt hebben ende bi desen onzer lettren consenteren, te wetene, dat de 
vorseide van den Vriien de vorseide acbte voeten lands hemlieden bi onzen vor- 
seiden gbeduchten heere ghegheven als die betemmert worden, besitten zullen 
moghen in zulker vriibeden van wetten ende iuslitien als zii de vorseide vierscarre 
beseten hebben ende besitten. 

c In orcontscepen van welken dinghen hebben wii dese lettren ghedaen zeghelen 
metten zegbele van zaken van der vorseide stede van Brugghe. 

« Ghemaect ende ghegheven int iaer ons Heeren M iiii*' viere ende dartich, up ten 
xxviii«*«» dach van Ougsle. lo. Mil. • *" 

Ayant donc obtenu les permissions nécessaires pour reconstruire et 
agrandir leur local, le magistrat chargea Tideman Maes, maître sculpteur, 

^ Original, sur parchemin, muni du sceau ad causas contrescellé de la ville de Bruges, en cire 
verte, pendant à double queue. — Le pensionnaire de la ville reçut 2 livres de gros pour la confection 
de cet acte : « Iiem, betaelt meester lan de Mil^ van dat hi gheordeneirt ende ghemaect heeft de 
lettren van der stede van Brucghe,dienende len vorseiden traittiete in also verren alst der vorseide 
stede angaen mach, overziinen aerbeit ende moienesse, xxiiii 1. P. » 

Compte du 10 Septembre 1433 au 9 Septembre U34, fol. 58. 



LE PALAIS DU FBfflC A BBUQBS 



55 



d9 dresser les plans, pour lesquels il lui fut payé douze livres Parisis. 
La façade de l'édifice fut construite en pierre de taille d'Âfilighem. Les 
maîtres maçons chargés de la construction du tribunal et de la petite 
chambre attenante furent Jean Goetghebuer et Jean Odevaere, qui reçurent 
840 livres Parisis, le maître charpentier, Jean de luede, à qui il fut payé 
1008 livres Parisis. La pierre de taille employée dans ces constructions fut 
payée 456 livres Parisis. 

En 1435 on commença la construction de la chapelle, d'une salle de conseil 
surmontée d'une tourelle cylindrique renfermant soixante-dix marches, et de 
bâtiments accessoires qui furent entièrement achevés en 1440. Les maîtres 
maçons, Jean Goetghebuer et Jean Odevaere, reçurent pour leur salaire 
1056 livres, et les maîtres charpentiers, Jean de luede et Guillaume Hein- 
dricx, 3079 livres Parisis. La pierre de Brabant employée dans ces dernières 
constructions fut payée 768 livres; les marches pour l'escalier de la tourelle, 
195 livres, 8 escalins, et le pavé, composé de 1600 pierres, chacune d'un 
pied carré, 80 livres Parisis. Nous publions le compte de toutes ces construc- 
tions au long. 



Compte du 10 Septembre 1483 au 9 Septexabre 1434. 



Costen ghedaen omme te makene eene 
niewe vierscare ende camere an de camere 
van den Vriien die nu es. 

Besteit Tideman Maes, steenhauwere te 
Brucghe, bi den borchmeesters ende ont- 
fanghere te leverne ende te werkene al 
torduunsteen dat gaen zal an de vorseide 
vierscare ende camere van goeden steene 
van Affeigheem, ende zal tvoorhooft van 
der vorseide vierscare ziin van orduun 
sleen, wel eude scone ghewrochl naer den 
inboudene van der vorwoorde, dacrof dat 
hi hebben zal de somme van Ix I. gro., 
ende voort tsecghen van den borchmees- 
ters ende Heinric van Meetkerke; hier up 
betaelt den zelven Tideman xxxiiii l.gro., 
comt iiii^^viii L P. 



Dépenses faites pour la construction 
d'une nouvelle salle de tribunal et chambre 
à côté de la chambre actuelle du Franc. 

Adjugé à Tideman Maes, .tailleur de 
pierres à Bruges, par les bourgmestres et 
trésorier, la livraison et la façon de ioute 
la pierre de taille qui sera employée pour 
la construction de la salle de tribunal et 
de la chambre susdites, construction à 
faire en bonne pierre d'Âfflighem, et la 
façade de la salle de tribunal susdite 
sera en pierre de taille, bien travaillée et 
achevée selon le contenu de l'accord, pour 
lequel travail il recevra la somme de 60 
livres de gros, et en outre d'après l'appré- 
ciation des bourgmestres et dllenri van 
Meetkerke; payé en à compte au même Ti- 
deman 34 livres de gros, 408 1. P. 



56 



LE PALAIS DU FRANO A BBUOES 



Item, betaeit van den patrone te makene 
daer naer dat de vorseide vierscare ende 
camere besteit ziin te makene, xii 1. P. 

Item, besteid bi den vorseiden borch- 
meesters ende ontfanghere lanne Goedr- 
ghebuer ende laniie Odevare^ meester 
maedcenaers, in een taswerc te werkene 
de vorseide vierscare ende camere, de 
muer van der Love daer de vierscare an 
staen zal, tfondement te delvene up haer- 
lieder plucht, de stallage te leverne, ende 
voort al twerc dat ten vorseiden maedcene 
toebehoort te doene van madcelriien, naer 
den inhoudene van der vorworde die daer 
of es, waer of zii hebben zuUen de somme 
van Ix 1. gro., ende voort tzecghen van 
den vorseiden borchmeesters ende ont- 
fanghere toler somme van v 1. gro. 

Item, besteit lanne de Yuede^ meester 
temmerman te Brucghe, in een taschwerc 
te leverne al ihout dat gaen zal ten vorsei- 
den werke, uteghedaen tienvoelhoul**, van 
zulker sleke ende grootte als de vorwoorde 
die daer of es verclaert, ende voort te 
temmeren ende le makene al temmerwerc 
dat ten vorseiden wcrcke behoren zal, 
ende doen zaghea ende voeren, al up zii- 
nen cost, omrae de somme van Ixxiiiil.g., 
daer.up dat belaelt es clxxvi 1. P. 

Item, betaeit Willem Baudet, wonende 
tSint Oraacrs, van x« hoet" calx, ii 1. gro. 
van elken hondert, comt ii'^xl 1. P. 

Item, betaeit van den vorseiden calke 
up te doene, 1. g. van elken hondert, comt 

ii^xl 1. P. 

Item, ghecocht ieghen lan van der 
Haghe, xii last maedsteghelen van der 



Item, payé pour la confection du plan 
d'après lequel a été faite l'adjudication de 
la construction de la salle de tribunal et 
de la chambre susdites, i2 1. P. 

Item, adjugé en entreprise par les sus- 
dits bourgmestres et receveur, à Jean 
Goedghebuer et Jean Odevare, maîtres ma- 
çons, la construction de la salle de tribu- 
nal et de la chambre susdites, et du mur 
de la Love, auquel la salle de tribunal sera 
adossée, le creusement des fondations à 
leurs frais, la livraison des échafaudages, 
et en outre tous les travaux de maçonnerie 
selon le contenu du contrat, pour lesquels 
travaux ils devront recevoir la somme de 
60 livres de gros, et en outre, d'après 
l'appréciation des bourgmestres et du re- 
ceveur susdits, jusqu'à la somme de 5 
livres de gros. 

Item, adjugé en entreprise k Jean de 
Yuede, mattre charpentier à Bruges, la 
livraison de tout le bois requis pour les sus- 
dits travaux, sauf le bois de dix pieds '^, 
de telle forme et dimension qu'il se trouve 
s])écifié dans le contrat, et en outre la mise 
en œuvre et la confection de toute la char- 
peuterie des dites constructions, avec la 
charge de faire scier et porter sur place, 
le tout à ses frais, pour la somme de 74 
livres de gros, dont on lui a payé en à 
compte, 1761. P. 

Item, payé à Guillaume Baudet, demeu- 
rant à Saint Omer, pour mille mesures ^^ 
de chaux, à deux livres de gros les cent 
mesures, 340 1. P. 

Item, payé pour emmagasiner la sus- 
dite chaux, à 50 gros les cent mesures, 

240 1. P. 

Item, acheté de Jean van der Haghe, 
douze lastes de briques de la grande 



*« Probablement le merrain, la buisserie. 

" Le hoed, divisé en quatre maien ou viertalen, équivalait à 1,75 hectolitres. 



LE PALAIS DU FRANC A BBUQES 



57 



groter Brucsche vorme, cost elc last 
xlii s. g., hier up betaeit van ii last, 

1 1. viii s. P. 

Item, betaeit van te scrivene ende te 
makene aile de be^erpen van den vor- 
seiden vorwoorden, ende daer naer te 
grosseeren int nette, ende chirografen 
daer of te makene, also daer toebehoorde, 
ende ooc van zekere ende bortucht te 
nemene voor scepenen van Brucghe van 
den ghaenen die ghelt ontfanghen beb- 
ben up haeriieder vorworde, over al, 

xii 1. P. 

Item, betaeit van liifcope ende Gods- 
penninghen, als dese vorseide vorwoorden 
ende coopen ghemaect hebben gheziin te 
diversen stonden, xxxvi 1. P. 



forme de Bruges, an prix de 42 escalins 
de gros le laste; payé à compte ponr 
deux lastes, 80 1. 8 s. P. 

Item, payé pour récriture et pour la 
rédaction de tous les brouillons des sus- 
dits contrats, et ensuite pour la mise en 
grosse au net, et pour la confection des 
chirograpbes requis, et aussi pour la ré- 
ception par devant les échevins de la ville 
de Bruges de garantie et de caution de 
ceux qui ont reçu de l'argent à compte 
sur leur contrat, en tout, 13 1. P. 

Item, payé en pots de vin et deniers à 
Dieu, lorsque ces susdits contrats et mar- 
cbés furent conclus à différentes reprises, 

36 1. P. 



Compte du 10 Septembre 1484 au 15 Septembre 1435. 



Betaeit van te ondeckene de onde vier- 
scare ende camere, ende van den teghelen 
schoou te makene, ende bachten in slands 
husinghen te draghene, xvi 1. P. 

Item, betaeit van den houtwercke, ghe- 
velen ende mueren te brekene ende of te 
doene van der ouder camere ende vierscare, 
van den grooten muer die ommegbevallen 
was te redene, ende de steenen aile scone 
te makene, over al, iiii"iiii 1. P. 

Item, betaeit van der eerde ende gruese 
wech te voerne bi scepe ende bi karren : 
eerst, deerde ende tgreus die quam uten 
fondementen ende mueren van der vier- 
scare ghevoert bi karren ende daer naer 
bi scepe; de eerde ende greus die gbeval- 
len was in Lodewiix van Rooden hof; de 
eerde die uten fondemente van der camere 
gbedaen \vas, mids dat de camere ende 
thovekin gbenedert waeren twee staende 
voeten, iiii"xvi 1. P. 



Payé pour découvrir Fancienne salle de 
tribunal et la chambre, et pour nettoyer 
les briques, et pour les transporter par 
derrière dans les maisonnettes du Franc, 

46 1. P. 

Item, payé pour démolir et mettre en 
pièces la charpente, les pignons et les 
murs de Fancienne chambre et de la salle 
de tribunal, pour préparer le grand mur 
qui était tombé, et pour nettoyer toutes les 
briques, en tout 84 1. P. 

Item, payé pour emporter la terre et les 
décombres en bateaux et en charrettes : 
d'abord, la terre et les décombres prove- 
nant, des fondations et des murs de la 
salle de tribunal, emportés en charrettes et 
ensuite en bateau; la* terre et les décom- 
bres qui étaient tombés dans la cour de 
Louis van Rooden; la terre provenant des 
fondations de la chambre, puisque celle-ci 
et la cour furent abaissées de deux pieds, 

96 1. P. 



58 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 



Item, betaelt van x« hoet calx, van elken 
hondert xxv 1., comt iH 1. P. 

Item, betaelt van den vorseiden calke 
up te doene, endo van vii« calx uut slands 
huus te draghene in de vierscare, metga- 
ders den terdene, xxxiiii 1. P. 

Item, betaelt van vi*" karren zands, 
vi s. g. van elken hondert, comt 

• xxi l. xii s. P. 

Item, betaelt van ii beriien daer mêde 
dat deerde ghedreghen was te scepe, ende 
van eenen scriinkin daer de naghelen in 
ghesloten waren, xl s. P. 

Item, ghecocht ieghen lanne van der 
Haghe ende lacoppe f. lans loncheeres, 
xvi last teghelen, coste elc last xxi scilden, 
comt iiii<^iii 1. 1111 s. P. 

Item, ghecocht ieghen eenen coopman 
uut Ingheland xxviii waghe nieus loods, 
coste elke waghe xi s. gr., comt 

c iiii"ini 1. XVI s. P. 

Item, betaelt van den loode te voerne 
ten weechuse ende weder te bringhene, 

XXX s. p. 

Item, betaelt van x« tievoethouts, coste 
elc hondert iii 1. x s. g., comt iiii^'xx 1. P. 

■ 

Item, betaelt van vichtich cnorboùten, 
xii g. van elken sticke, comt xxx 1. P. 

Item, betaelt lan de Yuede, meester tem- 

merman, den welken bi den ouden borch- 

meesteren besteit was te makene van tem- 

mermans hand de vierscare ende cleene 

camere der an, ende te leverne al thout 

datter toe gaen zoude, uut ghedaen tie- 

voethout, alsoot bliict bi den vorworden 

diere of ziin. omme de somme van Ixxiiii 

» 

1. g. , daer of hem gherekent was ter laetster 
rekeninghe betaelt clxxvi I. P., ende mids 
dien dat hi boven der vorworden de vier- 
scare verhemelen zal, ende ooc mede dat 



Item, payé pour mille mesures de chaux, 
à 25 livres les cent mesures, 350 1. P. 

Item, payé pour emmagasiner la dite 
chaux, et pour transporter sept cent me- 
sures de chaux de la Landshuus à la salle 
de tribunal, et pour la triturer, 24 1. P. 

Item, payé pour six cents charrettes de 
sable, à 6 escalins de gros les cents char- 
rettes, 21 1. 12 s. P. 

Item, payé pour deux bacs dans lesquels 
la terre fut transportée dans le bateau, et 
pour une caisse dans laquelle les clous 
furent enfermés, 40 s. P. 

Item, acheté de J^an van der Haghe et 
de Jacques fils de Jean loncheere, seize 
lastes de briques, au prix de 21 écus le 
laste, 403 1. 4 s. P. 

Item, acheté d*un marchand venant de 
TAngleterre, vingt-huit waghen '* de plomb 
neuf, à 11 escalins de gros le waghe, 

184 1. 16 s. P. 

Item, payé pour transporter le plomb à 
la balance, et pour le rapporter, 30 s. P. 

Item, payé pour mille pièces de bois de 
dix pieds, à 3 livres 10 escalins de gros 
le cent, 420 1. P. 

Item, payé pour cinquante blochets, à 
12 gros pièce, 30 1. P. 

Item, payé à Jean de Yuede, maître char- 
pentier, à qui avait été adjugé par les an- 
ciens bourgmestres la construction de toute 
la charpenterie de la salle de tribunal et 
de la petite chambre y attenante, et la 
livraison de tout le bois requis pour la 
dite construction, sauf le bois de dix pieds, 
ainsi qu'il paraît par le contrat fait avec 
lui, pour la somme de 74 livres de gros, 
dont il lui a été payé 176 livres Parisis, 
somme inscrite sur le dernier compte, et 
puisqu'il doit au delà de son contrat cou- 



*> Le waghe de plomb, divisé en 30 naghelen^ équivalait à 180 livres. 



LE PALAIS DU F&ANG A BRUGES 



50 



de cleene camere langhre vallen zal ende 
vêle meer wercs an hebben danne de vor- 
worde verclaert, zo es hem te baten ghe- 
daen boven der eerste vorworde x I. g., 
comt te gadere bovea der eerste betalioghe, 

vm« xxxii 1. P. 



Item, betaelt eenen beildesnidere, van te 
snidene al de snede van der vierscare, 

xxiiii 1. P. 

Item, betaelt Tiedeman Maes, steenhau- 
were te Brugghe, den welken bi den vor- 
seiden borchmeesters besteit was te leverne 
ait orduunsteen dat gaen zoude ter vier- 
scare ende cieeoe camere omme de somme 
van ix 1. g., ende voort tsecghen van den 
borchmeesters ende Heinrike van Meet- 
kerke^ daer of dat hem betaelt was ter 
laetster rekeninghe iiii<' viii 1. P., ende es 
waer dat hi boven der vorseide vorworde 
ghelevert heeft ende ghehauwen ait orduun 
steen van twee dueren, twee veinstren, 
ende daf ter cleenre camere van node was 
mids dat langhere viel danne de vorworde 
verclaert wel xviii voeten, zo es hem te 
baten ghedaen over tvorseid werc ende^ 
bliverscip xii 1. g., comt te gadere boven 
tghaent dat gherekent was in de laetste 
rekeninghe, iiii<^ Ivi I. P. 



Item, betaelt lanne Goedghebuer, meestcr 
maedcenare, den welken bi den vorseiden 
borchmeesters besteit was de vorseide 
vierscare ende cleene camere der an te 
maedcene in der manieren dat de vorwor- 
den verclaersen, omme de somme van 
Ix 1. g., ende voort tsecghen van den 
borchmeesters tusschen den Ix ende Ixx 
Kg., ende mids dat de vorseide camere 
langhere valt danne de vorworde verclaert, 
zo es hem te baten ghedaen over tvorseid 



vrir la salle de tribunal, et que la petite 
chambre sera plus longue et qu^il y aura 
plus de travail qu il n*y a de spécifié dans 
le contrat^ on lui a accordé 10 livres de 
gros outre ce qu'on s*était engagé à lui 
payer par le premier accord, ainsi ici 
ensemble, outre le premier payement, 

832 1. P. 

Item, payé à un sculpteur, pour tous les 
travaux de sculpture dont le tribunal est 
orné, 24 1. P. 

Item, payé à Tiedeman Maes^ tailleur de 
pierres à Bruges, auquel fut adjugé par les 
dits bourgmestres la livraison de toute 
la pierre de taille qui sera employée pour 
la construction de la salle de tribunal et 
de la petite chambre, pour la somme de 
60 livres de gros, et en outre d'après 
l'appréciation des bourgmestres et d'Henri 
van Meetkerke, il lui fut payé en à compte 
ainsi qu'il parait par le dernier compte 
408 livres Parisis, et il est vrai qu'au delà 
du dit accord il a livré et taillé toute la 
pierre de taille de deux portes, de deux 
fenêtres, et ce qui était requis pour la pe- 
tite chambre laquelle a été construite dix- 
huit pieds plus longue qu*elle ne devait 
l'être d'après le contrat, aussi on lui a 
accordé à cause des dits travaux et appré- 
ciation 12 livres de gros; ensemble, outre 
ce qui a été inscrit sur le dernier compte, 

456 1. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer^ maître 
maçon, auquel fut adjugé par les dits 
bourgmestres la maçonnerie de la dite 
salle de tribunal et de U petite chambre y 
attenante, de là manière spécifiée dans le 
contrat, pour la somme de 60 livres de 
gros, et en outre d'après l'appréciation des 
bourgmestres entre 60 et 70 livres de gros, 
et puisque la dite chambre a été construite 
plus longue qu'elle ne devait l'être d'après 
le contrat, ainsi il Ini a été alloué pour les 



60 



LE PALAIS DU FBANC A BBUOES 



lecgherscip ende overwerc de somme van 
X 1. g., comt te gadre Ixx 1. g., maken 

viij« xl 1. P. 

Item, betaeit den werclieden in hoof- 

schedeo te driDcghelde, vi I. P. 

Iteip, betaeit van tween tonnen naghelen 

ghecocht in de Brucgbemart, te wetene : 

naghelen van viii miten stic, van vier mi- 

ten, van ii miten, ende middel naghelen, 

Gosten Ixxiiii I. viii s. P. 

Item, betaeit. £enaef({^ van der Bamwede^ 

meester lodghietere, van xii daghen die hi 

ghewrocht heeft metgaders tween van zii- 

nen cnapen an de niewe vierscare, de 

meester te xii g. sdaechs, ende de cnapen 

te vi g. sdaechs, comt xiiii 1. viii s. P. 

Item, betaeit den zelven van ii«xx 1. 

sauduren, vii inghelsche van elken ponde, 

comt xxiii 1. xv s. P. 

Item, betaeit eenen coopman van Afifel- 

gheem, van lii wendelsteene trappen, cos- 

ten elc stic iili s. vi d. g., comt 

cxxxix 1. xvi s. P. 

Item, betaeit van den vorseiden trappen 

up te doene, ende te bringhene in de 

vierscare, xxxvi s. P. 

Item, betaeit lanne van Steenackere^ de 

smet, van x^^ pont iisers in ankers, i gro. 

van elken ponde, comt 1 1. P. 

Item, betaeit den zelven, van v« pond 

iisers in gardelen, clinchaken ende slotele 

naghelen, iiii inghelsche van den pond, 

comt xxxiii 1. vi s. viii d. P. 

Item, betaeit van eenen ronne omme 

tcalc onder te lecghene ende de mortele 

te makene, xii 1. P. 

Item, betaeit van liifcope ende theringhe 

ghedaen bi den borchmeesters den werc- 

lieden ende andren doe de vorseide 

borchmeesters besteitden in taschwerke 

den maedscenaers, temmerlieden, steen- 

hauwers ende scaelledeckers ait werc van 

der groter camere, xxxviii 1. iiii s. P. 



dits travaux supplémentaires la somme de 
10 livres de gros, ensemble 70 livres de 
gros, 840 1. P. 

Item, payé aux ouvriers en gratifications 
et comme pourboires, % 1. P. 

Item, payé pour deux tonneaux de clous 
achetés à la foire de Bruges, à savoir : des 
clous de 8 mites pièce, de 4 mites, de 2 
mites, et des clous de grandeur moyenne, 

74 1. 8 s. P. 

Item, payé à Léonard van der Bamwede, 

maître plombier, pour douz3 jours qu^il 

a travaillé avec deux de ses aides à la 

nouvelle salle de tribunal, le malire à 12 

gros par jour, et les aides à 6 gros par 

jour, 14 1. 8 s. P. 

Item, payé au même pour deux cents 

et vingt livres de soudure, à 7 angelots la 

livre, 23 1. 15 s. P. 

Item, payé à un marchand d*AfQighem 

pour cinquante-deux marches descalier 

à vis, à 4 escalins et 6 deniers de gros la 

marche, 1391. 16 s. P. 

Item, payé pour emmagasiner les dites 

marches, et pour les transporter à la salle 

de tribunal, 36 s. P. 

Item, payé à Jean van Steenackere^ le 

maréchal, pour dix livres de fer en ancres, 

à un gros la livre, 50 1. P. 

Item, payé au même, pour 500 livres 

de fer en verrous, menton nets et clous 

de serrure, à 4 angelots la livre, 

331.6s.8d. P. 
Item, payé pour une baraque pour y 
placer la chaux et faire le mortier, 

12 1. P. 
Item, payé en pots de vin et repas don- 
nés par les bourgmestres aux ouvriers et 
à d'autres lors de l'adjudication par les 
dits bourgmestres de tous les travaux de la 
grande chambre en entreprise aux maçons, 
charpentiers, tailleurs de pierre, et cou- 
vreurs, 38 1. 4 s. P. 



LE PALAIS DU FEÂKC A BEÏÏOES 



61 



Item, zo was Guy GuUlebaut, trésorier 
ende gouverneur van allen den financen 
van onsen gheduchten heere ende prin- 
che, int iaer verleden ghelast van ons 
gheduchts heeren weghe metgaders ande- 
ren heeren van ons gheduchts heeren rade 
omme te veraccorderne met borchmeestren 
ende scepeuen van den vermakene van der 
vierscare van den Vriien, ende mids zeke- 
ren ghescillen die binnen desen iare ghe- 
sciet ziin int vermaken van der vorseide 
vierscare, zo heift hi le Brucghe moeten 
commen omme de vorseide ghescillen te 
veraccordeerne ende te vereffene, daer 
omme dat hi int iaer verleden ende ooc 
binnen desen iare te v of te yi stonden te 
Brucghe gheziin heeft, van den welken hi 
niet gheloont en heeft gheziin, betaelt, 
over ziine costen ende aerbeit, Ix riders, 
maken cxliiii 1. P. 

Item, zo hebben de iiii borchmeesters, 
de ontfanghere, meester Pieter Mathiis, 
ende lan van den Rine, dickent ende te 
vêle stonden binnen desen iare te Brucghe 
onledich moeten ziin, omme tvermaken 
van der vierscare daer in dat vêle moiie- 
nessen ende ghescillen hebben gheziin : 
eerst, tusschen miins heeren lieden omme 
tversceden van der erve die die van den 
Vriien hebben zouden van onsen ghe- 
duchten heere, omme de duere van den 
Vriien in de Love gaende, ende anders; 
ende daer naer, ieghen die van Brucghe 
omme tversceet van den husen ende erve 
van der stede van Brucghe ende des lande 
van den Vriien, daer of dat vêle dachvaer- 
den ende vergaderinghen hebben gheziin, 
ende omme bi den werclieden dagheliix 
te ziine ende adviis met hemlieden te heb- 
bene int maken van den vorseiden werke;' 
omme al twelke zii vêle costen ende 
moeynessen ghehad hebben, van den wel- 
ken zii gheene dachvaerdeu gherekent en 

IV 



Item, Gui Guillebaut, trésorier et gou- 
verneur général des finances de notre re- 
douté seigneur et prince, fut chargé Tan- 
née passée par notre redouté seigneur, 
avec d'autres membres du conseil de notre 
seigneur, de s'entendre avec les bourgmes- 
tres et échevins quant k la reconstruction 
de la salle de tribunal du Franc, et plu- 
sieurs différends ayant surgi celle année 
pendant la construction de la dite salle de 
tribunal, il a dû venir à Bruges pour les 
apaiser et aplanir, et puisque pour cette 
raison il a dû y venir à cinq ou six reprises 
pendant cette année et l'année passée, et 
qu'il n'a rien reçu pour ces voyages, ainsi 
ici payé pour ses frais de déplacement et 
pour sa peine, 60 écus, faisant 

144 1. P. 



Item, les quatre bourgmestres, le rece- 
veur, maître Pierre Mathiis, et Jean van 
den Rine ont dû cette année souvent et 
à plusieurs reprises s'occuper à Bruges 
de la reconstruction de la salle de tribu- 
nal, à cause de laquelle plusieurs con- 
testations et différends ont surgi : d'a- 
bord, avec les gens de monseigneur quant 
à la délimitation de la propriété que ceux du 
Franc devaient acquérir de notre redouté 
seigneur, quant à la porte du Franc com- 
muniquant avec la Love, et quelques au- 
tres points; et ensuite, avec ceux de Bruges, 
quant à la délimitation entre les maisons 
et la propriété de la ville de Bruges et 
le terrain du Franc, lesquels différends 
leur ont demandé plusieurs journées et 
réunions; en outre ils ont dû être jour- 
nellement auprès des ouvriers pour déli- 
bérer avec eux quant aux dits travaux; 
toutes choses qui leur ont occasionné 
beaucoup de peines et de frais, sans qu'au- 
cune indemnité de ce chef ait été inscrite 

8 



62 



LE PALAIS DD FfiANC A BRUGES 



hebben int capille van den dachvaerden; 
betaelt over haerlieder aerbeit ende cos- 
ten, te wetene : de iiii borchmeesters ende 
de ontfanghere, elken iiii"l., meesler Pie- 
ter Matlnis, xxx 1., ende lanne van den 
Rine, xl 1., comt iiiWxx 1. P. 

Item, zo heeft Gheeraerde van Meetkerke^ 
clerc, tmeeste deel van desen iare onledich 
gheziin bi den vorseiden werclieden omme 
daghelix ten vorseiden werke te ziene of 
zii haerlieder vorworde wel vulquamen, 
ende aile de stoffe ontfaen ende ghescre- 
ven, daer of dat hem gheene dachvaerden 
gherekent en ziin; betaelt over ziinen aer- 
beit ende costen, iiii" 1. P. 



en sa faveur au chapitre : Journées; payé 
pour leur peine et frais, à savoir : aux 
quatre bourgmestres et au receveur, à 
chacun 80 livres, à maître Pien'e Mathiis, 
30 livres, et à Jean van den Rine^ 40 livres, 
ensemble 470 1. P. 

Item, le commis, Gérard van Meetkerke^ 
a aussi été occupé pendant la plus grande 
partie de cette année auprès des dits ou- 
vriers pour les surveiller journellement, et 
pour voir s'ils remplissaient bien leurs 
engagements, ainsi que pour recevoir et 
inscrire tous les matériaux, et cependant 
on n*a rien porté en compte en sa faveur 
de ce chef au chapitre: Journées; ainsi 
ici pour ses peines et frais, 80 1. P. 



Compte du 15 Septembre 1486 au 11 Septembre 1488. 



Costen ghedaen omme te vulmakene de 
cappelle ende de niev^e camere, taisement, 
ende den muer die omme ghevallen was. 

Betaelt lan de Yuede, meester temmer- 
man, den welken bi den borchmeesters 
die waeren int verledene iaer besteit was 
te leverne aile de parcelen van houte die 
ghaen zoude ten werke van der groter 
camere ende van der cappelle, van zulker 
dicte ende langhe in der manieren als de 
voorwoorden die daer ghemaect ziin wel 
verclaersen, twelke bout al meest bereet 
leit ende ghewrocht, ende was ghecocht 
omme de somme van c ende xxxiil. g-., daer 
of dat hemlieden betaelt es iiii" 1. xi s. g., 
comt ix^'lxvi 1. xii s. P. 

Item, besteit den zelven /an, ende 
Willem, ziinen gheselle, de voorseide ca- 
mere ende cappelle wel ende souffisan- 
teleke te werkene ende te makene van 
temmermans bout, ende van al dat ten 
werke dienen sal van zaghene, ende an- 
dersins gheliic dat de voorworde die daer 



Dépenses faites pour achever la cha- 
pelle et la nouvelle chambre, les lieux 
d'aisance, et le mur qui était tombé. 

Payé à Jean de Yuede, maître charpen- 
tier, à qui avait été adjugé par les bourg- 
mestres l'année passée la livraison de 
toutes les parties de bois exigées pour la 
construction de la grande chambre et de 
la chapelle, de telle épaisseur et longueur 
et de telle forme qu*il est spécifié dans les 
contrats y relatifs, lequel bois se trouve 
presque tout apprêté et ouvré, et il fut 
acheté pour la somme de 132 livres de 
gros, dont on lui a payé 80 livres, il es- 
calins de gros, 966 1. 12 s. P. 

Item, adjugé au dit Jean et à Guil- 
laume, son associé, la mise en œuvre et 
confection de toute la charpente de la dite 
chambre et chapelle, et le sciage de tout 
le bois qui y servira, et les autres travaux 
tels qu'ils se trouvent clairement indiqués 
dans le contrat y relatif, pour la somme 



LE PALAIS DU FMNO A BBUQES 



63 



of es wel verclaert, omme de somme van 
iiii" 1. g.; hier up es hemlieden betaeit 
xxviii 1. ii s. viii d. g., comt 

ili^" xxxvii 1. xii s. P. 

Item, besteit Tideman Maes, steenhau- 
were, te leverne al twerc dat van Bra- 
bantschen steenen J^ehoort ghemaect te 
ziine, gheliic dat de voorworde van dien 
verclaersen ende inhouden, omme de som- 
me van xlviii l. g., hier up betaeit den 
zelven ii*l 1. xvi s. P. 

Item, besteit lanne Goedghebuer ende 
ïan Odevarôy meester maedcenaers, de 
vorseide camere wel ende duechdeleke te 
maedcene ende te werkene naer den in- 
houdene van der voorworde die daer of 
es, omme de somme van tachentich 1. g., 
hier np betaeit xiiii 1. g., comt 

clxviii 1. P. 

Item, betaeit Willem van Brouke, f. 
Willemsy van xx roeden scaelledacx die 
hi ghewrocht ende ghelevert ommexx s. g. 
de roede, comt ii^^xl 1. P. 

Item, betaeit van vi« hoet caix, van 
elken honderden xxv I., comt cl 1. P. 

Item, betaeit van den vorseiden calke 
up te doene in slandshuus, ende van ter- 
dene, xxxiii 1. x s. P. 

Item, betaeit van vi* karren zands. 
vi s. g. van elken honderden, comt 

xxi 1. xii s. P. 

Item, betaeit lanne van der Haghe ende 
lacoppe f. lans loncheeren^ van xi last 
teghelen, coste elc last xxi scilden ghele- 
vert up twerc, comt ii«lxxvii 1. iiii s. P. 

Item, ghecocht ieghen eenen coopman 
van Afifelgheem xv^ pavement steenen, 
eenen viercanten voet elken steen breet 
ziinde, coste elc hondert viii s. iiii d. g., 
comt iiii" 1. P. 

Item, betaeit van iiii^" tienvoethouts, 
coste elc hondert ii 1. v s. g., comt 

cxxl. P. 



de 80 livres de gros; sur laquelle on leur 
a payé eu à compte 28 1. 2 s. 8 d. de gros, 

337 I. \i s. P. 

Item, adjugé à Tideman Maes, tailleur 
de pierres, la livraison de toutes les par- 
ties qui doivent être exécutées en pierre 
de Brabant, d'après la teneur et les spé- 
cifications du contrat y relatif, pour la 
somme de 48 livres de gros, 

280 1. 16 s. P. 

Item, adjugé à Jean Goedghebuer et à 
Jean Odevare, maîtres maçons, la maçon- 
nerie et la construction de la dite chambre, 
qui doit être bien et convenablement faite 
d'après la teneur du contrat y relatif 
pour la somme de 80 livres de gros, sur 
laquelle payé en à compte 14 1. g., 

168 1. P. 

Item, payé à Guillaume van Brouke^ 
fils de Guillaume, pour vingt verges de 
toiture en ardoises qu'il a livrée et placée 
à vingt escalins de gros la verge, 240 1. P. 

Item, payé pour six cents mesures de 
chaux, à 25 livres les cent mesures, 150 1. P. 

Item, payé pour emmagasiner la dite 
chaux dans la Landshuus, et pour la tri- 
turer, 331. 10 s. P. 

Item, payé pour six cents charrettes de 
sable, a 6 escalins de gros les cent char- 
rettes, 21 1. 12 s. P. 

Item, payé à Jean van der Haghe et à 
Jacques, fils de Jean loncheere, pour onze 
lastes de briques, à 21 écus le laste livré 
sur place, 277 1. 4 s. P. 

Item, acheté d'un marchand d'Afilighem, 
seize cents pierres de pavage, chaque pierre 
d'un pied carré, à 8 escalins et 4 deniers 
de gros le cent, 80 1. P. 

Item, payé pour quatre cents pièces de 
bois de dix pieds, à 2 livres 5 escalins de 
gros le cent, 120 1. P. 



64 



LE PALAIS DU FBANC A BEUOES 



Item, beta&lt vân den vorseiden boute 
up te doene, xl s. P. 

Ilem, betaelt van xl cnorhouten, xv g. 
van den sticke, comt xxx 1. P. 

Item, betaelt van xxviii waghen loots 
ghecocht ieghen Pieter de Leestmakere en de 
Boudin Petyt, coste elke waghe ix s. iiii d. g., 
comt clvi 1. xvi s. P. 

Item/belaeh van den voorseiden Iode te 
voerne ten wegbefause ende weder te brin- 
ghene, iiii 1. vi s. P. 

Item, betaelt Ledenaerde van der Bam- 
wede, meester loolghietêre, metgaders zii- 
.nen*cnapen, van xxiiii daghen die hi 
gbewrocht heeft an de nieuwe vierscare 
ënde an de cappelle, de meester te- x g. 
sdaechs, ende de cnapen, elc te v g. 
sdaechs, comt xxiiii 1. P. 

Item, betaelt den zelven, van ii^l 1. sau- 
duren, vii inghelsche van elken, 

m I >•< ••••1 «r^ 

XXIX 1. 111 s. 1111 d. P. 

Item, betaelt den zelven, van den vor- 
seiden Iode te verghietene, xxx g. van der 
waghe, comt xlii 1. P. 

Item, betaelt lanne van Steenackere, den 
smet, van xii^" ponden iisers in ankers, eenen 
grooten van elken ponde, comt Ix 1. P. 

Item, betaelt den zelven, van steencram- 
men, gardelen, clinchaken, ghehanghen 
van dueren ende van veinstren, ende andre 
iiserwerc, Ixvi 1. P. 

Item, betaelt van den aysemente te del- 
vene, ende van de steenen te redene van 
den muere die ghevallen was te Lodewiix 
van Bode waert, xx 1. P. 

Item, betaelt van der eerden die ghedol- 
ven was uteu aysemente ende uten fonde- 
mente van der groter camere met scepen 
wech te voerne, xxix 1. xiiii s. P. 

Item, betaelt van ii^'hoet calx te draghene 
ute slands huus tote up twerc, ende in mor- 
tele te makene, v 1. viii s. P. 



Item, payé pour emmagasiner le dit 

bois, 40 s. P. 

Item, payé pour quarante blochets à 15 

gros pièce, 30 1. P. 

Item, payé pour vingt-huit waghen de 

plomb achetés de Pierre de Leestmakere et 

de Baudouin Petyt, à 9 escalins 4 deniers 

de gros le waghe, 1S6 1. 46 s. P. 

Item, payé pour transporterie dit plomb 

à la balance et pour le rapporter, 

4 1. 6 s. P. 
Hem, payé à Léonard van der Bamwede, 
maître plombier, et à ses ouvriers, pour 
vingt-quatre jours qu'ils ont travaillé à la 
nouvelle salle de tribunal et à la chapelle, 
le maître à 10 gros par jour, et les ouvriers 
à 5 gros p^r jour chacun, ensemble, 

24 1. P. 
Item, payé au même, pour deux cents 
et cinquante livres de soudure, à 7 ange- 
lots la livre, 29 1. 3 s. 4 d. P. 
Item, payé au même, pour refondre le 
dit plomb, à 30 gros le waghe, 

42 1. P. 
Item, payé à Jean van Steenackere, le 
maréchal, pour douze cents livres en an- 
cres, à un gros la livre, 60 1. P. 
Item, payé au même, pour des cram- 
pons, verrous, mentonnets, gonds de por- 
tes et de fenêtres, et autres ouvrages en 
fer, 66 1. P. 
Item, payé pour creuser les lieux d'ai- 
sance, et pour parer les pierres du mur 
qui était tombé sur le terrain de Louis van 
Bode, 20 1. P. 
Item, payé pour emporter en bateau la 
terre creusée des lieux d'aisance et des 
fondations de la grande chambre, 

29 1. 14 s. P. 

Item, payé pour transporter deux cents 

mesures de chaux de la Landshuus sur les 

travaux, et pour la convertir en mortier, 

5 1. 8 s. P. 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 



65 



Item, betaeit van hagbelen verbezicht 
an tvorseid werc, xxxi I: viii s. P. 

Item, betaeit van den veinstre te makene 
int cafcoen in de niewe cappelle, van ^erke 
ende van tegbelen, 1 s. P. 

Item, betaeit van eenre gote, iiii mid- 
delfaouten, iii keperhonten, x sparbouten 
ende ix huerdeâ, daer mede dat de plaetse 
béloken was boven daer de grote camere 
stond, V 1. viii s. P. 

Item, betaeit Janne Goedghebuer ende 
lanne Odevare, vznix daghen die zii ghe- 
wrocht bebben omme tpavement te lecghe- 
ne van der niewer cappelle, de raeeslers 
te xn g. sdaechs, ende de cnapen te vi g. 
sdaechs, comt viii 1. ii s. P. 

Item, betaeit in boofscheden te drinc- 
ghelde den werclieden, als de borchmees- 
ters ende ontfanghere quamen bezien tfon- 
dement van der groter camere, vi 1. P. 

Item, betaeit van smere ende van lood- 
naghelen, xl s. P. 

Item, betaeit van den houte daer de 
vaute van den aysemente mede overwolven 
was, iiii 1. P. 

Item, betaeit lan Goedgliebuer^ lanne 
OdevarCy ende lanne Goedghebuer de ion- 
ghe, meester maedcenaers, de welke in 
dachueren ghewrocht ende ghemaeds beb- 
ben den groten muer die staet an de 
plaetse an de grote camere van den Vriien, 
an de zide van Lodewiix plaetse van Roden, 
de welken met allen ter nedre ghevallen 
was wel iiii roedeu verre, metgaders eenen 
aysemente datter upstont toebeborende der 
ioncfre sVos, ende ooc bebben zii ghefon- 
deert, ghemaect ende ghevauteert een nieu 
aisément metgaders eenen huse der up in 
slands plaetse daer te voren gheen was, 
metgaders den muere die ghescuert was 
van den vertrecke; daer an dat zii ghe- 
wrocht bebben, de meesters cxx daghen, 
te xii g. sdaechs, een leerknecht ende vi 



Item, payé pour des clous employés dans 
les dits travaux, 31 1. 8 s. P. 

Item, payé pour faire la fenêtre en la 
cheminée dans la nouvelle chapelle, pour 
le travail et pour les briques, 50 s. P. 

Item, payé pour une gouttière, quatre 
entraits, trois chevrons, dix soliveaux, et 
neuf pannes, avec lesquels I9 place où se 
trouvait la grande chambre fut couverte, 

5 1. 8 s. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer el à Jean 
Odevnre, pour neuf jours qu'ils ont tra- 
vaillé à poser le pavement de la nouvelle 
chapelle, les maîtres à 12 gros par jour, 
et les aides à 6 gros par jour, 81. 2 s. P. 

Item, payé aux ouvriers en gratifications 
comme pourboire, lorsque les bourgmes- 
tres el le receveur vinrent voir les fonda- 
tions de la grande chambre, 6 1. P. 

Item, payé pour de la graisse et pour 
des clous à plomb, 40 s. P. 

Item, payé pour le bois avec lequel la 
voûte des lieux d'aisance fut couverte, 

41. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer, Jean 
Odevare et Jean Goedghebuer le jeune 
maîtres maçons, qui ont travaillé à la 
journée et maçonné le grand mur de la 
place attenante à la grande chambre du 
Franc, du c6té du terrain de Louis van 
Roden, lequel mur y est tombé entièrement 
jusqu'àquatrevergesdedistance,ainsi qu'un 
cabinet d'aisance appartenant à la dame 
de Vos, adossé au dit mur; ils ont aussi jeté 
les fondations de nouveaux lieux d'aisance, 
sur le terrain du Franc, dans un endroit 
où il n'y en avait pas jusqu'alors, les ont 
construits et voûtés, ainsi qu'une maison- 
nette par dessus, en outre, le mur de la salle 
privée qui était déchiré; auxquels ouvrages 
ils ont travaillé, les maîtres cent et vingt 
jours à 12 gros par jour, un apprenti et six 



§6 



LE PALAIS DU FBANC A BBUOES 



cnapen, ciiii" daghen te vi g. sdaechs, 
comt cxxvi 1. P. 

Item, betaeit Tideman Maesy steenhau- 
were, van den Brabanschen steenen die hi 
ghelevert heeft an tvorseid werc, ende van 
werkene, xi 1. vi s. P. 

Item, betaeit den zelven, van eenre pis- 
sine die bi den outare staet in de cappelle, 

iiii 1. xvi s. P. 

Item, zo heeft Gheeraerd van Meedkerke, 
clerc, daghelix ghemoeten ziin onledich 
bi den werclieden als men ghewrocht heeft 
an tvorseid werc, omme ten vorseiden 
werke te ziene of zii haerlieder vorworden 
wel vulquamen, ende ooc zo heeft hi ai 
haerlieder dachvaerden ghetekent die zii 
ghewrocht ende ghedaen hebben boven 
haerlieder vorworden; enz. 1 1. P. 



aides, cent et quatre-vingt jours à 6 gros 
par jour, 126 1. P. 

Item, payé à Tideman Maes, tailleur de 
pierres, pour les pierres de Brabant qu^il 
a livrées pour les dits travaux, et pour les 
travailler, 11 1. 6 s. P. 

Item, payé au même, pour une piscine 
qui se trouve près de Tautel dans la cha* 
pelle, 4 1. 16 s. P. 

Item, le commis Gérard van Meedkerke, 
a dû être journellement occupé auprès des 
ouvriers pendant qu'on travaillait aux dits 
travaux pour les surveiller afin de voir 
s'ils remplissaient bien leurs engagements, 
et il a aussi tenu note de tous les jours 
qu'ils ont travaillé en dehors de leurs en- 
treprises, etc., 50 1. P. 



Compte du 12 Septembre 1488 au 10 Septembre 1438. 



Costen ghedaen omme te makene de 
niewe camere, taisement, den muer tus- 
schen der camer ende den vertrecke, ende 
den muer te Lodewiix van Roden, mids 
dat hi nederviel van den muere van den 
Yriien diere up viel. 

Betaeit Heinric de Yuede^ temmerman, 
van der baille te makene die staet in de 
vierscare van den Yriien, ende van den 
houte te leverne, xii 1. P. 

Item, betaeit van den wendelsteen trap- 
pen nte der vierscare te draghene, 

xlviii s. P. 

Item, betaeit van xii« hoet calx, v s. 
vi d. van elken hoede, comt ' iii<^xxx 1. P. 

Item, betaeit van den vorseiden calke te 
draghene, van elken hoede vi d., comt 

XXX 1. P. 

Item, betaeit van den vorseiden calke te 
tcrdene, vi 1. P. 



Payements faits pour la construction de 
la nouvelle chambre, du cabinet d'aisance, 
du mur entre la chapelle et la salle privée, 
et du mur chez Louis van Roden, parce que 
ce mur tomba lors de la chute du mur du 
Franc. 

Payé à Henri de Yuedê^ charpentier, 
pour faire la barre qui se trouve dans la 
salle de tribunal du Franc, et pour livrer 
le bois, 12 I. P. 

Item, payé pour transporter les marches 
de l'escalier à vis hors de la salle de tri- 
bunal, 48 s. P. 

Item, payé pour douze cents mesures 
de chaux, à 5 escalins et 6 deniers la me- 
sure, 330 I. P. 

Item, payé pour transporter la dite 
chaux, à 6 deniers la mesure, 30 1. P. 

Item, payé pour triturer la dite chaux, 

61. P. 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 



67 



Item, betaelt van den eerde wech te 
voerne, die uten fondemente van der grote 
camere ghedaen was, vii I. x s. P. 

Item, betaelt van vii huerden ende iii 
langhe staken ghebezicht an tvorseid werc, 

xxxiiii s. P. 

Item, betaelt van viii"^ karren zands, te 
vii s. g. thondert, comt xxxiii 1. xii s. P. 

Item, betaelt van xxiiii last steenen, 
coste elc last ghelevert up twerc xxi scil- 
den, comt viniii 1. xvi s. P. 

Item, betaelt van v« groot tievoethoads, 
coste elc hondert iii I. v s. g., comt 

ciiii"xv 1. P. 

Item, betaelt van den boute te voerne 
ende up te doene, iii 1. P. 

Item, betaelt van xii waghe, xvi naghe- 
len bloc loods, ghecocht iegben Piettr de 
Leestmakere; coste elke waghe ix s. g., 
comt Ixvii 1. xiiii s. P. 

Item, ghelevert bi meester lunne van 
Steenackere, den smit, xii'l 1. iisers in 
ankers ende palmelen, i g. van den ponde, 
comt Ixii I. X s. P. 

Item, ghelevert bi den zelven, vi«xx 1. 
iisers in gardelen, twee iiserin, teen onder 
den scoorsteen van den cafcoene in de 
camere, ende tandre een cruus int oghe 
van der camere, jiii inghelsche van elken 
ponde, comt xii 1. vi s. viii d. P. 

Item, ghelevert bi den zelven, xliiii 
haken in colommen van veinstren, comt te 
ji g. elc Stic, iiii 1. viii s. P. 

Item, ghelevert bi den zelven, xxiiii 

clinchaken, iii g. elc stic, comt 

«••I •• «^ 
111 1. xii s. P. 

Item, ghelevert bi den zelven, ii paer 

beslaghen van tween Doornixe veinstren, 

X s. g. van elker veinstre, comt xii 1. P. 



Item, payé pour emporter la terre pro- 
venant des fondations de la grande cham- 
bre, 7 1. 10 s. P. 

Item, payé pour sept pannes et trois lon- 
gues perches employées aux dits travaux, 

34 s. P. 

Item, payé pour huit cent charrettes de 
sable, à 7 escalins de gros les cent char- 
rettes, 33 1. 12 s. P. 

Item, payé pour vingt-quatre lastes de 
pierres, à 21 écus, le laste livré sur les 
travaux, 6041. 16 s. P. 

Item, payé pour cinq cents grands bois 
de dix pieds, à 3 livres 5 escalins de gros 
le cent, 195 1. P. 

Item, payé pour transporter et emma- 
gasiner le dit bois, 3 1. P. 

Item, payé pour douze vsaghen, seize 
naghelen de saumons de plomb, achetés 
de Pierre de Leestmakere^ à 9 escalins de 
gros le waghe, 67 1. 14 s. P. 

Item, livré par maître Jean van Steenac- 
kere, le maréchal, douze cents et cinquante 
livres de fer en ancres et éclisses, à un gros 
la livre, 62 1. 10 s. P. 

Item, livré par le même, six cents et 
vingt livres de fer en verrous, deux fers, 
Fun sous le manteau de la cheminée dans 
la chambre, et Tautre une croix dans la 
fenêtre ronde ' de la chambre, à 4 angelots 
la livre, 41 1. 6 s. 8 d. P. 

Item, livré par le même, quarante quatre 
crochets dans les colonnettes des fenê- 
tres, à 2 gros la pièce, 4 1. 8 s. P. 

Item, livré par le même, vingt quatre 
mentonnets, à 3 gros pièce, 3 1. 12 s. P. 

» Item, livré par le même, deux paires de 
pentures pour deux fenêtres à la façon de 
Tournai, à 10 escalins de gros par fenêtre, 

121. P. 



* La fenêtre au haut du pignon, Toeil-de-bœuf. 



68 



LE PAUIS DU FBANC A BBU6ES 



Item y betaelt Gitlis de Wiintre, van na- 
gbelen die hi ghelevert heeft aa tvorseid 
werc, XX 1. P. 

Item, betaelt lan Goedghebuer ende 
ziinen gheselle, van dat %ii bebben ghe- 
wrocht in dachueren an den muer tus- 
schen der niewer camere ende den ver- 
trecke, ende an den muer beneden daer 
Lodewiic van Rooden woont, de meesters 
xxiiii daghen te xii g. sdaechs, ende de 
cnapen xxxi daghen te vi g. sdaechs, comt 

xxiii 1. xiiii s. P. 

Item, belaelt Willem Heinrix ende 
Heinric de Yuede, meester temmerlieden, 
up haerlieder vorworde van der leverin- 
ghe van den boute van der niewer camere, 
boven tghuent dat hemlieden betaelt es 
gheliic dat bliict bi der laetster rekenin- 
ghe, ii«xl 1. P. 

Item, betaelt den zelven, up haerlieder 
vorworde van den werke van der vorseide 
camere, boven tghuent dat hemlieden be- 
taelt es voor de laetste rekeninghe, 

ii«ix 1. P. 

Item, betael^ lan Goedghebuer ende lan 
Odevare, meester maedcenaers, up haer- 
lieder voorworde van der maedcelrie van 
der niewer camere, boven tghuent dat 
hemlieden betaelt was voor de laetste 
rekeninghe, iii^xxiiii 1. P. 

Item, betaelt Tideman Maes^ steenhau- 
were, up zine vorworde van den Bra- 
banschen steenen die ter vorseider ca- 
mere gaen zullen naer der vorworde diere 
of ghemaect es, boven tghuent dat hem 
betaelt was in de laetste rekeninghe, 

clviii 1. iiii s. P. 

Item, betaelt Glaise f. Willems, lan 
Goedghebuer y Gabriel Lantin ende lan 
Odevare, meester werclieden te Brucghe, 
van dat zii, bii consente van beeden par- 
tyen, waren gheordeneirt te overziene de 
edeficien daerof dat qi^estie ende ghescil 



Item, payé à Gilles de Wiintre, pour 
des clous livrés pour les dits travaux, 

20 l. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer et à son 
associé, pour travaux à là journée au 
mur entre la nouvelle chambre et la salle 
privée, et au mur de la propriété où 
demeure Louis van Rooden^ les maîtres 
vingt-quatre jours à 13 gros par jour, et 
les ouvriers trente et un jours à 6 gros par 
jour, ensemble 23 1. 14 s. P. 

Item, payé à Guillaume Heim-ix et à 
Henri de Yuede, maîtres charpentiers, à 
compte sur leur contrat pour livraison du 
bois de la nouvelle chambre, outre ce qui 
leur a déjà été payé, ainsi qu*il paratt par 
le compte précédent, 240 1. P. 

Item, payé aux mômes, à compte sur 
leur contrat pour la confection de la dite 
chambre, outre ce qui leur a été payé 
dans le dernier compte, 209 1. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer et à 
Jean Odevare^ maîtres maçons, à compte 
sur leur contrat pour la maçonnerie de 
la nouvelle chambre, outre ce qui leur a 
été payé dans le dernier compte, 

324 1. P. 

• 

Item, payé à Tideman Maes, tailleur de 
pierres, à compte sur son contrat pour la 
pierre de Brabant qui sera employée pour 
la dite chambre, outre ce qui lui a été 
payé dans le dernier compte, 1581. 4 s. P. 



Item, payé à Nicolas WUlemssen, à Jean 
Goedghebuer^ Gabriel Lantin et Jean Ode- 
vare, maîtres ouvriers à Bruges, qui, du 
consentement des deux partis, ont été 
chargés de surveiller les constructions à 
propos desquelles il est surgi un débat 



LE PALAIS DU FRANC A BBUOSS 



60 



ï 



was tusschen den lande van den Vriien, 
of een zide, ende lacob Boudins^ Lodewiic 
van Rooden ende haerlieder medeple- 
ghers, of ander zide, over haerlieder aer^ 
beit ende moyenesse, xx K P. 

Item, ute dien dat de iiii borchmeesters 
ende dontfanghere Yan den lande binnen 
desen veriedenen iare hebben moeten on- 
ledich ziin binnen der stede van Brugghe 
te vêle ende diversen tiden omme diverse 
zaken den lande grotelike angaende, zon- 
derlinghe omme der zaken wille van den 
edeficien van den niewen husinghen den 
lande toebehorende, ute causen van den 
welken zekere ghescillen resen waeren 
tQsschen dien van den Vriien, an deen 



et différend entre le Franc, d*nn côté, et 
Jacques Boudins^ Louis van Rooden et 
leurs consorts, de l'autre côté; pour leur 
travail et peine, 20 1. P. 

Item, à cause que les quatre bourgmes- 
tres etie receveur du Franc ont dû pen- 
dant Tannée écoulée s'occuper à plusieurs 
reprises en la ville de Bruges de différentes 
affaires concernant gravement cette admi- 
nistration, spécialement d'affaires relatives 
à la construction des nouveaux édifices du 
Franc, à propos des quels certaines disputes 
avaient surgi entre ceux du Franc, d'un 
côté, et Louis van Rooden, Jacques Boudins, 
et leurs consorts, de l'autre, à cause des- 



zide, ende Lodewiike van Rooden, Licob quelles ils ont eu beaucoup de peine et ont 



Boudins, ende haren medepleghers, an 
dandre, daer omme dat zii vêle moyenes- 
sen ende vervolchs ghedaen hebben also 
wel voor de. wet van Brugghe als voor 
deelmans, al eer men ten appointemente 
commen mochte, zulc als er of ghemaect 
es, daer omme dat zii vêle tiids onledich 
hebben moeten ziin, van den welken zii 
gheene dachvaerden gherekent en hebben, 
zo es hemlieden daer over betaelt, es te 
wetene: miinen heere van Merkeem, iiii"l., 
ende elc van den anderen, Ix 1., comt 

iii«xx 1. P. 
Item, zo heeft Gheeraerd van Meedkerke, 
clerc, daghelix ghemoeten ziin bi den werc* 
lieden als zii ghewrocht hebben omme ten 
vorseiden werke te ziene, ende ooc zo heeft 
hi aile haerlieder dachueren ghemoeten 
tekenen die zii ghewrocht hebben boven 
haerlieder vorworden, ende aile de stoffe 
die zii ghebezicht hebben boven haerlieder 
vorworde ghemoeten ontfanghen ende te- 
kene, ziins zelfs zaken daer omme verletten, 
van den welken hem gheene dachvaerden 
gherekent en ziin, zo es hem der of betaelt 

Ix 1. P. 

IV 



dû comparaître plusieurs fois tant devant 
le magistrat de Bruges que devant les ré- 
partiteurs avant de pouvoir arriver à un 
arrangement définitif tel que celui qui a 
été établi, ce qui leur a donné beaucoup 
d'occupation, sans qu'aucune indemnité de 
ce chef ait été inscrite en leur faveur au 
chapitre : Journées; ainsi il leur a été payé, 
à saveir : à monseigneur de Merckem, 80 
livres, et à chacun des autres, 60 livres, 
ensemble 3Î0 1. P. 



Item, le commis Gérard van Meedkerke, 
a dû être journellement auprès des ouvriers 
pendant qu'ils travaillaient, pour surveil- 
ler les dits travaux, et il a dû aussi tenir 
note de toutes les journées qu'ils ont 
travaillé en dehors de leurs entreprises, et 
il a aussi dû recevoir et annoter tous les 
matériaux qu'ils ont employés au delà de ce 
qui a été livré par entreprise, et ainsi a dû 
négliger ses propres affaires, sans qu'au- 
cune indemnité de ce chef ait été inscrite 
en sa faveur au chapitre : Journées, ainsi 
il lui a été payé . 60 1. P. 

9 



70 



LE PALAIS DU FBANC A BBUOES 



Compte du 11 Septembre 1489 au 15 Septembre 1440. 



Costen ghedaen omme te makene de 
nieuwe camere, taisement, ende den muer 
tnsschen Lodewiix van Roden ende den 
lande. 

Betaeit Willem Heinrix^ temmerman, 
van der leveringhe van den honte van den 
nieuwen aisemente, van den aisemente ter 
ioncfre sVos, ende van werkene, in een 
taswerc, over al xlviiî 1. P. 

Item, belaelt van i» tievoelhouts, 

iirmi" XVI 1. P. 

Item, betaeit van den eerde wech te 
voerne, iiîi 1. P- 

Item, betaeit van den vorseiden tievoet- 
houte te voerne, vi 1. vîii s. P. 

Item, betaeit den vorseiden Willem 
Heinricx, van te makene iiii grote scapra- 
den, elke met iiii loken, ende van der 
leveringhe van den honte, over al 

XXX 1. p. 

Item, betaeit den vorseiden Willem,\zn 
der leveringhe van den honte* van der gro- 
ter camere met dat daer an cleeft, boven 
tghnent dat hem in de rekeninghe verleden 
betaeit es gheliic dat bliict bi den vorwor- 
den die daer of ghemaect ziin, mids der 
gracie die hem ghedaen es bi den borch- 
meesters over ziin grote verlies dat hii 
ghehat heeft van den honte dat hem ghe- 
nomen was in de beroerte, ende over zine 
vulle betalinghe, vniii**xvii 1. viii s. P. 

Item, betaeit den zelven, van dervorwor- 
de van den temmerleke boven der betaelin- 
ghe te voren ghedaen naer den inhoudene 
van den vorwaerde die daer of es, metten 
overwerke dat hi ghedaen heeft an tvorseid 
werc, over ziine vulle betalinghe ende over- 
werc, iiu«iiii"vm 1. viu s. P. 

Item, betaeit lan Goedghebuer ende lan 
Odevare, meester maedcenaers, boven dat 



Dépenses faites pour la construction de 
la nouvelle chambre, des lieux d'aisance, 
et du mur entre la propriété de Louis van 
Rooden et celle du Franc. 

Payé à Guillaume Heinrix^ charpentier, 
pour la livraison du bois des nouveaux 
lieux d*aisance, des lieux d'aisance chez 
la dame de Vos, et pour son travail, par 
entreprise, pour le tout, 48 1. P. 

Item, payé pour mille bois de dix pieds, 

396 1. P. 

Item, payé pour emporter la terre, 

41. P. 

Item, payé pour le transport du dit bois 
de dix pieds, 6 1. 8 s. P. 

Item, payé au dit Guillaume Heinricx, 
pour la confection de quatre grandes ar- 
moires, chacune à quatre compartiments, et 
pour livraison du bois, ensemble, 30 1. P. 

Item, payé au dit Guillaume, pour la 
livraison du bois de la grande chambre 
avec ses dépendances, outre ce qui lui a 
été payé dans le compte précédent, selon 
les conditions du contrat y relatif, avec 
ce qui lui a été accordé par les bourgmes- 
tres en considération des grandes portes 
qu'il a éprouvées par l'enlèvement de son 
bois pendant les troubles, en solde de 
compte, 597 1. 8 s. P. 

Item, payé au môme, sur son contrat 
pour des travaux de charpenterie outre les 
payements précédents, selon la teneur du 
contrat y relatif, et pour travaux supplé- 
mentaires, en solde de compte, 

488 1.8s. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer et à Jean 
Odevare, maîtres maçons, outre ce qui leur 



LE PALAIS DU FfiAKC A BBUGES 



71 



bemlieden betaelt es up de vorworde van 
de groter camere ende cappelle, over haer- 
lieder vulle betalinghe, iiiiclxviii I. P. 
Item, betaelt Tideman Maes^ steenhau- 
were, up ziine vbrworde van der leverin- 
gbe van der groter camere naer den inbou- 
dene van den vorworde die daer of es, 
boven dat te voren hem betaelt es, 

clxvîi 1. P. 

Item, besteit Willem Heinricx, temmer- 
man, te leverne ende te makene al thout 
dat gaen zal an torrekin an de camere van 
denVriien, boven den wendelsteghere, ende 
es vorworde dat hi hebben zal van leverne 
ende van werkene de somme van xx 1. g.; 
betaelt den zelven de vorseide somme, 
coml ^ ii^xl 1. P. 

Item, besteit lan Goedghebner ende lan 
Odevare, meester maedcenaers, te matene al 
twerc van den torrekin vorseid, omme de 
somme van viii l.g.; betaelt den vorseiden 
de vorseide somme, comt iiii"xvi 1. P. 

Item, besteit Tideman Maes, steenhau- 
were, te leverne ende te makene al torduun 
steen dat gaen zal ten vorseiden torrekin 
gheliic dat bliict bi den vorseiden vorwor- 
de, omme de somme van xvi 1. g.; betaelt 
den zelven de vorseidç somme, 

c iiii"xii 1. P. 

Item, betaelt den zelven, van xvi wen- 
delsleen trappen, Ivi g. van elken trappe, 
comt metten updoeue, xliiii 1. xvi s. P. 

Item, betaelt den zelven, van tween ver- 
sciet trappen, x 1. xvi s. P. 

Item, betaelt den zelven, van den or- 
duun steen daer mede dat drie crusen 
ghemaect waeren in den wendelsteen, 

X 1. xvi s. P. 

Item, betaelt den zelven, van vi sticken 
orduunsteens gheleit onder de wendei trap- 
pen, ende van den pavemensteen dat gheleit 
es voor de twee dueren bachten den ver- 
sciete van den trappen, iiii 1. xvi s. P. 



a été payé en à compte sur leur contrat 
pour la grande chambre et la chapelle, en 
solde de compte, 468 1. P. 

Item, payé a Tideman Maes^ tailleur de 
pierres, sur son contrat pour la livraison 
de (pierres pour) la grande chambre d'a- 
près la teneur, de son contrat, outre ce 
qui lui a été payé auparavant, 

167 1. P. 

Item, adjugé à Guillaume Heinricx^ 
charpentier, la livraison et la mise en 
œuvre de tout le bois requis pour la tou- 
relle de la chambre du Franc au-dessus 
de Tescalier à vis, et il a été convenu qu*il 
aura peur la dite livraison et mise en œuvre 
la somme de 20 livres de gros; payé la dite 
somme au même, 240 1. P. 

Item, adjugé à Jean Goedgïièbuer et Jean 
Odevare^ mattres maçons, toute la maçon- 
nerie de la dite tourelle, pour la somme de 
8 livres de gros; payé la dite somme au 
même, 96 1. P. 

Item, adjugé à Tideman Maes^ tailleur 
de pierres, la livraison et mise en œuvre 
de toute la pierre de taille requise pour la 
dite tourelle d'après le dit contrat, pour 
la somme de 16 livres de gros; payé la dite 
somme au même, 192 1. P. 

Item, payé au même, pour seize marches 
d'escalier à vis, à 56 gros la marche, re- 
vient avec Temmagasinage à 441. 16 s. P. 

Item, payé au même, pour deux paliers, 

" 10 1. 16 s. P. 

Item, payé au même, pour la pierre de 
taille de laquelle furent faites les trois 
arcs (de la voûte) de Tescalier à vis, 

10 1. 16 s. P. 

Item, payé au même, pour six morceaux 
de pierre de taille posés sous les marches 
de l'escalier à vis, et pour les pierres de 
pavage placées devant les deux portes der- 
rière le palier de Tescalier, 4 1. 16 s. P. 



72 



LE PALMS DU FRANC A BBUQES 



Item, betaelt den zelven, van xxviii voe- 

ten tafelmensteens gheleit up den muer an 

de ziide ten huze van der stede van 

Brucghe, v I. xii s. P. 

Item, betaeit den zelveu, van twaelf 

blaue voetsteenen ghebezicht in de camere 

van den Vriien, xxxvi s. P. 

Item, bctaeli den zelvén, van voetrap- 

pen, zillen, carteelsteeuen ende pumelen 

ghebezicht an taysement, iiii 1. xvi s. P. 

Item, betaeit Heinrike van Snakendale, 

lootghietere, van xl waghe ende i half 

nieux loods dat hi ghelevert heeft ende 

verwrocht up de nieuwe camere, ant tor- 

rekin ende an taysement, eode van ver- 

ghietene, xii s. vi d. g. van elker waghe, 

comt iii^'iii 1. xv s. P. 

Item, betaeit den zelven, van xxii '/i 

waghen ouds loods te verghietene, van 

elker waghe ii s. vi d. g., comt 

xxxiii 1. XV s. P. 

Item, betaeit den zelven, van xviii^ I. sau- 

duren,van elken ponde ii g. , comt ciiii" 1. P. 

Item, betaeit van den vorseiden Iode te 

voerne eude te weghene, iiii I. xii s. P. 

Item, betaeit van lootnaghelen, van 

smeere, ende van den tuerven te draghene, 

xl s. P. 

Item, betaeit den zelven» van Ivi daghen 

die hi ghewrocht heeft met ii cnapen, te 

XX g. sdaechs, comt Ivi 1. P. 

Item, betaeit lanne van der Haghe, van 

viii last steenen, coste elc last xxi scilden, 

comt ii«i 1. xii s. P. 

Item, betaeit van iii'^lx karren zands, 

vii s. g. van elken hondert, comt 

XV 1. iii s. P. 

Item, betaeit van een hondert cnorhou- 

ten verbezicht an tvorseid werc, coste elc 

Stic xii g., comt Ix I. P. 

Item, betaeit van den vorseiden houte te 

Brucghe te bringhene van den Damme, 

xxii g. 



Item, payé au même, pour vingt-huit 
pieds de pierres d*entablement placées sur 
le mur du côté de la maison appartenant 
à la ville de Bruges, K 1. 12 s. P. 

Item, payé au même, pour douze dalles 
bleues employées dans la chambre du 
Franc, 36 s. P. 

Item, payé au même, pour palières, 
seuils, pierres à redents et pommettes em- 
ployés pour les lieux d*aisance, 4 1. 16 s. P. 
Item, payé à Henri van Snakendale^ 
plombier, pour quarante waghen et demi 
de plomb neuf qu'il a livré et employé 
pour la nouvelle chambre, pour la tourelle 
et pour le cabinet d*aisance, et pour le 
refondre, 12 s. 6 d. de gros pour chaque 
waghe, 303 1. 15 s. P. 

Item, payé au même, pour i^efondre 
vingt-deux et demi waghen de vieux plomb, 
à 2 escalins 6 deniers de gros par waghe, 

33 1. 15 s. P. 
Item, payé au même, pour dix-huit cents 
livres de soudure, à 2 gros la livre, 180 1. P. 
Item, payé pour transporter et peser le 
dit plomb, 4 I. 12 s. P. 

Item, payé pour des clous à plomb, 
pour de la graisse, et pour le transport de 
tourbe, 40 s. P. 

Item, payé au même, pour cinquante 
six jours qu'il a travaillé avec deux ou- 
vriers, à 20 gros par jour, 86 1. P. 
Item, payé à Jean van der Haghe^ pour 
huit lastes de pierres, à 21 écus le laste, 

201 1. 12 s. P. 
Item, payé pour trois cent soixante char- 
rettes de sable, à 7 escalins de gros les 
cent charrettes, 15 1. 3 s. P. 

Item, payé pour cent blochets employés 
dans les dits travaux, à 12 gros pièce, 

60 1. P. 

Item, payé pour transporter le dit bois 

de Damme à Bruges, 22 gros. 



LB PALAIS DU FSANC A BBUOSS 



73 



Item, betaelt lanne van dm Lynde^ de 
smet, van \Mx 1. iisers in ankers, i g. van 
elken ponde, comt Ixiii 1. P. 

Item, betaelt den zelven, van v«l. iisers 
in gardelen, wechen ende andre groot 
iisere, iiii inghelsce van elken ponde, comt 

xxxiii 1. vi s. viii d. P. 

Item, betaelt van xl glase roeden ende 

van den naghelen der toe, v 1. iii s. P. 

Item, betaelt van den beslagben van 

ix Dornixe veinsiren in de panne vertint, 

van elken sticke xviii s. g., comt 

c I. iiii s. P. 
Item, betaelt van cliincken, baken ende 
crammen omme de vorseide veinstren, 

iii 1. X s. P. 

Item, betaelt van den beslagben van viii 
dneren, van den roosen, ringhen, cliinken 
ende scoven daertoe beborende, 

Ivii L xii s. P. 

Item, betaelt van sloten ende slotelen an 
de zelve daeren, xiiii 1. x s. P. 

Item, betaelt van den beslaghe van xvi 
cleene veinstren met datter toebehoort, 

xviii 1. P. 

Item, betaelt van den iisere daer de wo- 
derhane up staet, weghende cxlii 1., iiii g. 
van elken ponde, comt xxviii 1. viii s. P. 

Item, betaelt van iiii beckene die int 
vorseid iisere staen, xlviii s. P. 

Item, betaelt van den vorseiden iisere up 
torrekin te stelne, xlviii s. P. 

Item, betaelt van c ende I steencrammen 
ende van den iiserin pinnen daer mede dat 
de steenen van de voyen ghesaudeert ziin, 

••1 • • • w^ 

xiil.viiis. p. 

Item, betaelt van eenen iiserin cruce 
in dooghe van den vertrecke, weghende 
xlii 1., ii g. van elken ponde, comt 

un 1. un s. p. 

Item, betaelt van ii« clavyeren ende van 



Item, payé à Jean van den Lynde^ le 
maréchal, pour douze cents soixante livres 
de fer en ancres, à 1 gros la livre, 63 L P. 

Item, payé au même, pour cinq cents 
livres de fer en verrous, coins, et autres 
grands morceaux de fer, à 4 angelots la 
livre, 33 1. 6 s. 8 d. P. 

Item, payé pour quarante baguettes de 
fenêtres et pour des clous, 5 1. 3 s. P. 

Item, payé pour les peutures de neuf 
fenêtres à la façon de Tournai, étamées 
par immersion, à i8 escalins de gros 
pièce, 100 1. 4 s. P. 

Item, payé pour des loquets, crochets et 
crampons pour les dites fenêtres, 

3 1. 10 s. P. 

Item, payé pour les pentures de huit 
portes, pour les rosettes, anneaux, loquets 
et verrous y appartenant, 57 1. 12 s. P. 

Item, payé pour les serrures et clefs 
des dites portes, 14 1. 10 s. P. 

Item, payé pour les pentures de seize 
petites fenêtres avec leurs accessoires, 

18 1. P. 

Item, payé pour la tige de fer sur la- 
quelle la girouette est placée, qui pèse cent 
et quarante deux livres, à quatre gros la 
livre, 28 L 8 s. P. 

Item, payé pour quatre demi-boules qui 
se trouvent sur la dite tige, 2 1. 8 s. P. 

Item, payé pour placer la dite tige sur 
la tourelle, 2 1. 8 s. P. 

Item, payé pour cent cinquante cram- 
pons et pour les goujons de fer au moyen 
desquels les pierres des égoûts sont sou- 
dées ensemble, 12 1. 8 s. 9. 

Item, payé pour une croix en fer dans 
Toeil-de-bœuf de la salle privée, qui pèse 
quarante deux livres, à 2 gros la livre, 

4 1. 4 s. P. 

Item, payé pour deux cents clous à 



74 



LE PALAIS DU FRANC A BBimBS 



den naghelen daer mede dat tloodac ghe- 
ankert es, vi 1. xii s. P. 

Item, betaelt lan Moens, den scildere, 
van iii scilden te maekenevan der wapene 
van Bourgognen, van Vlaenderen, ende 
van den Vryen, van den beckene le ver- 
goudene die up torrekin staen, xii 1. P. 

Item, betaelt Morissis van Overtvelt, van 
te snidene de liisten van den bancken in 
de camere, viii 1. viii s. P. 

Item, betaelt lan Goedghebuer ende lan 
Odevare, meester maedcenaers, van dat 
zii ghewrocht hebben an taisement, an 
den muer, ende an taisement van der 
îoncfre sVos, ende eldre daert van node 
heeft ghcsiin an slands businghen, te we- 
tene Ixxv daghen, de meesters te xii g. 
sdaechs, ende de cnapen te vi g. sdaechs, 
comt Ixvii 1. x s. P. 

Item, betaelt lan de Keit, van v daghen 
dat hi ghewrocht heeft met i cnape drie 
veinstren in de camere ende in de camere 
boven, ende van deckene taiscmentkin te 
ioncfre sVos, iiii 1. x s. P. 

Item, betaelt van heerteghelen ende van 
decteghelen, xiii 1. P. 

Item, betaelt Hene van den Boghaerde 
ende Willem, ziinen ghezelle, scaele- 
deckers, van xxvii roeden scaelledac dat 
zii ghedect hebben an de camere, torre- 
kin ende an taisement bi der camere, 
ende van al te leverne uuteghedaen thout, 
XX s. g. van elker roede, comt 

iii« xxiiu 1. p. 

Item, den zelven, van xix daghen die 
zii ghewrocht hebben an de vierscare van 
den Vryen die zeere ghebroken was int 
dac, van dat de maedcenaers ghewrocht 
hadden ant torrekin boven den vierscare, 
ende ant dac van den vertrecke; de 
meesters te xii g. 'sdaechs, ende de cnapen 
te vi g. 's dachs, comt xvii 1. iiii s. P. 



crochet et pour les clous avec lesquels la 
toiture en plomb est ancrée, 6 1. 12 s. P. 

Item, payé à Jean Moens, le peintre, 
pour la peinture de trois écussons aux ar- 
moiries de Bourgogne, de Flandre, et du 
Franc, et pour la dorure des demi-boules 
qui se trouvent sur la tourelle, It 1. P. 

Item, payé a Maurice van Overtvelt, pour 
la sculpture des moulures des bancs dans 
la chambre, 81. 8 s. P. 

Item, payé à Jean Goedghebuer et à Jean , 
Odevare, maîtres maçons, pour leur travail 
aux lieux d'aisance, au mur, aux lieux 
d'aisance de la dame de Vos^ et ailleurs où 
c'était nécessaire aux bâtiments du Franc, 
à savoir soixante-quinze jours, les maîtres 
à 12 gros par jour, et les ouvriers à 6 gros 
par jour, ensemble 67 1. 10 s. P. 

Item, payé à Jean de Keit, pour cinq 
jours qu'il a travaillé avec un ouvrier à 
trois fenêtres de la chambre, et de la 
chambre au-dessus, et à couvrir le cabinet 
d'aisance chez la dame (2^ Vos, 4 1. 10 s. P. 

Item, payé pour tuiles de foyer et pour 
tuiles de toiture, 13 1. P. 

Item, payé à Henri van den Boghaerde 
et à Guillaume, son associé, couvreurs en 
ardoises, pour vingt-sept verges de toiture 
en ardoises qu'ils ont placée sur la cham- 
bre, sur la tourelle et sur le cabinet d'ai- 
sance auprès de la chambre, la livraison 
de tous les matériaux sauf le bois com- 
prise, à 20 s. g. la verge, 324 1. P. 

Item, aux mêmes, pour dix-neuf jours 
qu'ils ont travaillé à la salle de tribunal 
du Franc dont la toiture était fortement 
endommagée par suite de ce que les 
maçons avaient travaillé à la tourelle au- 
dessus de la salle de tribunal — et à la 
toiture de la salle privée; les maîtres à 
12 gros par jour, et les ouvriers à 6 gros, 
ensemble 17 1. 4 s. P. 



LE PALAIS DU FEANC A BRUGES 



75 



Item, betaelt ' den zelveD, van xix^ 
scaellen te xxviii g. elc hondert, comt 

xxvii 1. vi s. P. 

Item, betaelt Gillis van ier Fontene^ 
glasewerkere, van Iviii voeten doble glas, 
ende van xxiiii voeten inkel glas, x g. 
van den voete van den doble glase, ende 
V g. van den voete van den incle glase, 
comt XXXV 1. P. 

Item, betaelt Gillis de Wyntre, nagel- 
makere, van den naghelen die ghebezicht 
ziin an tvorseid werc, îiîi"i 1. P. 

Item, betaelt van den greuse v^ech te 
voerne allomme daer de v^erclieden ghe- 
wrocbt hebben, ende van den calke nte 
der camere te draghene, vi 1. xii s. P. 

Item, betaelt van den groten lys, serine, 
ende banc in de camere te draghene ende 
te stelne, xvi s. P. 

Item, betaelt van der belle die in de 
camere banct, xxiiii s. P. 

Item, nte dien dat de iiii borchmeesters 
ende dontfanghere v^n den lande binnen 
desen verleden iare te vêle stonden heb- 
ben moeten onledich ziin binnen der 
stede van Brucghe omme tmaken van den 
edeficien van den niewen husinghen den 
lande toebehorende, ende ooc zo hebben 
zii den virerclieden besteit te makene tor- 
rekin boven den wendelsteghere, daer 
omme dat zii dickent te Brucghen com- 
men moesten eer dat zii cens consten 
verden metten werclieden, ende daer 
naer omme te visileerne twerc of zii 
haerlieder vorworde wel vnlcommen had- 
den, daer omme dat zii vêle tiids hebben 
moeten onledich ziin binnen der stede 
van Brucghe, van den virelken zii gheene 
dachvaerden gherekent en hebben, zo es 
hemlieden daer over betaelt, es te wetene : 
den iiii borchmeesters elken Ix 1., ende den 
ontfanghere, die altiids meest der bi heeft 
moeten ziin, iiii" 1. P., comt iii« xx 1. P. 



Item, payé au même, pour 1950 ar- 
doises, à 28 gros le cent, 27 1. 6 s. P. 

Item, payé à Gilles van der Fontene, 
vitrier, pour cinquante-huit pieds de verre 
double, et pour vingt-quatre pieds de 
verre ordinaire, le verre double à 10 gros 
le pied, et le verre ordinaire à 5 gros le 
pied, ensemble 35 1. P. 

Item, payé à Gilles de Wyntre^ cloutier, 
pour clous employés aux dits travaux, 

81 1. P. 

Item, payé pour emporter les décom- 
bres de partout où les ouvriers ont tra- 
vaillé, et pour transporter la chaux hors 
de la chambre, ' 6 1. 12 s. P. 

Item, payé pour transporter le grand 
buffet, le pupitre et les bancs dans la 
chambre, et pour les placer, 16 s. P. 

Item, payé pour la sonnette qui pend 
dans la chambre, 24 s. P. 

Item, à cause que les quatre bourgmes- 
tres et le receveur du Franc ont dû pen' 
dant Tannée écoulée s*occuper à beaucoup 
de reprises en la ville de Bruges de la 
construction des bâtiments appartenant 
au Franc, et ont aussi adjugé aux ou- 
vriers la construction de la tourelle au- 
dessus de l'escalier à vis, à cause de la- 
quelle adjudication ils ont dû venir à 
Bruges plusieurs fois avant de pouvoir 
tomber d*accord avec les ouvriers, et plus 
tard pour examiner le dit travail afin de 
constater s*ils avaient bien rempli leurs 
engagements, lequel examen les a retenus 
à Bruges plusieurs fois, sans qu'aucune 
indemnité de ce chef ait été inscrite en leur 
faveur au chapitre : Journées; ainsi ici 
payé à eux, à savoir, à chacun des quatre 
bourgmestres, 60 livres, et au receveur, 
qui a dû toujours s'y trouver le plus, 
80 livres, ensemble 320 1. P. 



76 



LE PALAIS DU FSANC A BBUOES 



Item, zo heeft Gheeraerd van Meetkerke^ 
clerc, dagheliix ghemoeten ziln bi dQD werc- 
lieden als zii ghewrocbt hebben, omme 
ten vorsciden wercke te ziene, ende ooc 
zo heeft hi aile haerlieder dachvaerden 
moeten tekene die zii ghewrocbt bebben 
boven vorworden, ende aile de stolTe die 
zii ghebezicbt hebben boven haerlieder 
voorworden moeten ontfanghen ende scri- 
ven, ziin zelves zaken daer omme verlet* 
ten, van den welken hem gheene dach- 
vaerden gherekent en ziin, hem betaelt 
over ziinen aerbeit ende moynesse, 

Ix 1. P. 



Item, le commis, Gérard van Meelkerke^ 
a dû être joarnellement auprès des ou- 
vriers pendant qu*ils travaillaient, afin de 
surveiller les dits travaux, et il a dû aussi 
tenir note de toutes les journées qu'ils ont 
travaillé en dehors de leurs entreprises, 
et en outre recevoir et inscrire les maté* 
riaux qu'ils ont employés au delà de ce qui 
a été livré par entreprise, et a dû pour 
ces causes négliger ses propres affaires, 
sans qu'aucune indemnité de ce chef ait 
été inscrite en sa faveur au chapitre : Jour- 
nées; ainsi ici payé pour ses peines et 
travail, 60 1. P. 



Les bâtiments achevés en 1440 continuèrent à servir jusqu'en 1519. Les 
comptes pendant cette époque nous fournissent des renseignements sur les 
réparations et Tameublement, pour la plupart sans intérêt. En 1443 un sculp- 
teur nommé Pierre reçut 48 escalins pour avoir orné de rosaces les armoires 
dans la salle de conseil ^^ En 1445 on fit couvrir le buffet, les sièges et les 
bancs de cette salle avec du drap rouge de Tournai orné d'un semis de six 
cents fleurs brodées, et de vingt-neuf médaillons avec de grands écussons 
armoyés; ces broderies furent exécutées par Pierre van Meessene d'après les 
dessins du peintre Alexandre Fraet ", En 1448 on paya 8 livres, 8 escalins 
à Tideman Maes, pour le châssis d'une nouvelle grande fenêtre dans la 
salle *\ En 1459, le peintre Jean van der Leye fut chargé de peindre des 
écussons armoyés dans la salle de conseil et ailleurs, tant dans l'Hôtel du 

** c BeiaeU Pieter, de beeldesnidere, van den roosen te snidene an de scapraden in de camere 
van den Vriien, xlviii s. P. » Compte du 15 Septembre 1442 au 12 Septembre 1443, fol. 68 v. 

I 

^* Les dépe'nses de ce chef s'élevèrent à la somme de 359 livres, 14 escalins Parisis, dont 96 
Uvres pour quatre-vingt aunes de drap rouge de Tournai à 24 gros Taune. Voici les items les plus 
Intéressants de ce compte : 

« Betaelt Pieter van Meessene, den bordeurwerkere, van xxîz grote scilden met compassen, 
liiii g. van den slicke, ende van vi" bloumen dat mede dat laken bezait es, ii g. van den stieke, 
gheliic dat voonvaerde ghemaect was bi den borchmeesters, comt czxxviii 1. vi s. P. » 

Compte du 11 Sept. 1444 au 9 Sept. 1445, fol. Uiiii v. 

« Item, betaelt Sanders, de schildere, van den patronen te makene daer naer dat de bancleederen 
in de camer ghevrocht waeren, xxx s. P. 

« Item, betaelt Pieter van Meessenne, den bourdeurwercker, te werkenne an de cleederen entrent 
tbufet, xviii 1. vi s. » Compte du 10 Sept. 1445 au 15 Sept. 1446, foK 100 v. 

^ « Betaelt Tideman Maes, den steenhauwer, van der voorme van der groter nieuwer veinstre 
in de zale, viii 1. viii 8. P. » Compte dn 15 Sept. 1447 au 12 Sept. 1448, fol. 123 v. 



LE PALAIS DU FBANC A BRUGES 77 

Franc que dans l'ancien ^ Landshuus " . En 1460 il fut payé au même 
peintre 48 escalins pour avoir verni et restauré un ancien tableau dans la 
salle de conseil, représentant le Jugement (dernier?)". Cette même année 
la salle à Fétage, au-dessus de la salie de conseil, fut pavée; il fut payé de ce 
chef à maître Michel Goedghebuer la somme de 85 livres *', 

En 1461 on plaça une horloge à deux cadrans dont un dans la salle de 
conseil, et Tautre dans la chapelle **. 

En 1465 les peintres Chrétien van den Brande et Jean Raes exécutèrent 
un tableau devant servir de retable pour l'autel de la chapelle du Franc; 
Jean reçut pour sa part 72 livres, et Chrétien 42 livres Parisis ". 

En 1463 un certain Pierre van der Ghote fut banni de la Flandre, peine 
qu'il racheta par le payement d'une amende; en souvenir de quoi le magistrat 
fit faire une tête en argent et une banderole chargée d'une légende commé- 
morative de ce fait, qui furent placées dans la chambre échevinale derrière 
une grille en fer peint et doré *®. 

** « Betaelt lanne van der Leye, den scildere, van dal hi ghemaect heeft xxxviii scilden van 
wapeaen staeode in de camere van den Vriien, van xxxv scildekins van v^apenen staende up te 
eetcamere van den Vriien in slandshuus, ende van xxxv ghelike scildekins staende int camerkin 
van den onlfanghere, daer zii van ouden tiden hebben gheploghen te slane, ende vêle te niente 
gheghaen waren, over al xxii 1. xii s. P. » Compte du 14 Sept. 1458 au 13 Sept. 14S9, fol, Ixxix v. 

*■ « Betaelt lan van der Leye^ de schildere, van dat hii vernischt ende scone ghemaect heift 
dbert van den lugemente hanghende in de camere van den Vriien, xlviii s. P. » 

Compte du U Sept. 1459 au 13 Sept. 1460, fol. Ixx v. 

" Il y entra dans ce pavement ^100 paveersteenen et 800 voetsteenen, h 16 gros le cent. 

** « Betaelt Symon Lodewiicx, de orlogemakere, van eender orloge die hi ghemaect heift, 
staende in de camere van den Vryen, met tween wizers, xxxvi 1. P. 

« Betaelt Willem Gheeraerts, den clocghietere, van eenen clocxkin staende up torloge in de 
camere van den Vryen, xxiiii 1. viii s. P. 

« Betaelt Ruebrecht van Snackendale, de loodghietere, van tv^ee loode hanghende an de huer- 
clocke, weghende 1 1., te twiintich miten tpond, iii s. vd. g., ende ii inghelsche. 

« Betaelt Christiaen van den Brande, den schildere, van tvireen compassé barderen staende 
an torloge, teen in de camere van den Vryen, ende tandere in de cappelle, die te schildene ende 
te pointene midsgaders den tvireen wisers, xii 1. P. > 

Compte du 12 Sept. 1460 au 11 Sept. 1461, fol. 82 v., 83 et 83 v. 

** « Betaelt Christiaen van den Brande ende lanne Raes^ schilders, van eender tafele die zii 
ghemaect hebben ten outaere staende in de cappelle van den lande van den Vriien, te wetene : 
den voorseiden Christiaen xlviii 1., ende den voorseiden lanne Ixxii I. P.; comt te gadere als tbliict 
bi quictancie, cxx L P. 

« Item, betaelt Anthuenis van Boneem, van dat hii betaelt hadde omme de sloten van der voor- 
seiden tafle, iii 1. P. » Compte du 10 Sept. 1462 au 16 Sept. 1463, fol. 82. 

** « Betaelt lan van der Toolne^ goudsmet, van eenen zelverin hoofde, weghende ii maerc i Vt 
inghelsche, te xxvi s. viii d. g. tmaerc, comt xxxii 1. iii s. P., staende in de camere van den 
Vriien, ende van eenen zelverinne roUekin staende an tvoorseid hooft ii 1. viii s. P., — daerinne 
dat ghescreven staet hoe dat Pieter van der Ghote tanderen tiiden ghebannen heeft gheweest 

IV 10 



v^ 



78 LE PALAIS DU FRANC A BBÏÏQES 

Trente années s'étaient à peine écoulées depuis rachëvement des bâti- 
ments du Franc quand on commença de nouveau à se sentir trop à Tétroit 
et à chercher les moyens d'agrandir le local. Au mois de Décembre 1471 le 
magistrat se réunit avec le receveur pour examiner les propriétés avoisi- 
nantes; à la suite de cette inspection ils adressèrent au duc une supplique, le 
priant de leur accorder une partie du terrain derrière la Loove, alors résidence 
officielle de l'écoutéte, ce qu'ils obtinrent. Il parait aussi qu'on acheta quelques 
maisonnettes attenantes à la propriété du Franc, et qu'on éleva sur leur 
emplacement de nouvelles constructions, mais les comptes ne fournissent 
que très peu d'indications à cet égard, probablement parce que les frais 
furent prélevés sur les recettes de l'issue dont les comptes n'existent plus ". 

tieghens den borchmeester van den commune van den lande van den Vriien nte den lande van 
Vlaendren up ziin hooft, daerof hii betalinghe ghedaen heeft tieghens tvoorseid land van den 
Vriien, de welke betalinghe gherekent was ontfanghen in de rekeninghe van den lande ghedaen 
in Septembre Ixiii lestleden, — ende van fachoene ix 1. xii s., comt xliiii 1. iii s. P. 

« Item, betaelt Christiaen van den Brande^ schildere, van dat hii vemischt heeft ende vergult 
de iiserinne traelge staende in de camere van den Vriien daer tzelverinne hooft inné staet, ix I. P. » 

Compte du 17 Sept. 1403 au 14 Sept. 1464, fol. 95 v. 

^ « lanne van Stavele, Camelisse van Boneem, meester Matheuse van den Bussche ende Floreinse 
Cruesinc, sMaendachs den xx*» dach in Laumaent, vergadert in de camere van den lande te 
Brugghe, omme met Cristoffelse Buridan, ontfanghere van Vlaenderen, te oversiene de platse 
achter de Love van scouthetens huuse te Brugghe, ende bii eenen lantmetere of te doene leggben 
ende païen de groolle van der plecken bii onsen gheduchten heere gheconsenteert omme tver- 
meersen van de vierschare van den voorseiden lande, enz. Item, omme met zekeren timmeriieden, 
maedsers, ende andere vtrercklieden te sprekene, veriiickene ende bewerp te makene van eenen 
nieuwen huuse dat men aldaer maken zoude enz., omme daer up breedere te sprekene ende 
concluderene met miinen heere van Hiddelburch daerof last hebbende van den voomomden 
onsen gheduchten heere, enz., ende van den zelven miinen heere van Hiddelburch, te wetene : 
hoe ende in wat manieren de wet van den lande den voomomden onsen gheduchten heere 
beemuengieren soude als hii te Brugghe commen soude ende daer ieghens ghereescepe te 
maeckene, suleke als hii raden ende adviseren zoude enz.; van drien daghen die elc van hem- 
lieden daer mede onledich was enz., betaelt xxi 1. xii s. P. 

« lanne van Stavele, Cornelisse van Boneem ende meester Matheuse van den Bussche te Brugghe 
voorseit vergadert ende onledich sMaendachs den xxvii^* dach van Laumaent, omme te be- 
soingnieren metten ontfanghere van Vlaendren, metien schoutheten van Brugghe ende diversche 
wercklieden, up tmaken van den nieuwen huuse, daerof vooren mentie ghemaect es, enz. 

« lanne van den Broucke, temmerman, ende Boudiné Zoete, den matsenare, ter causen dat zii 
in Décembre ende in Laumaent xiiii« Ixxî, ten versoucke van de burchmeesters van den lande te 
diverssche stonden onledich ende ghemoeit waren, omme te estimerene ende prisene zeker 
huusiinghen die de voorseyde burchmeesters in meeninghe waren te coopene, ende zekere 
nieuwe huusingben die zii in meeninghe waren te doene maken thoirboire van den voorseiden 
lande, zonderlinghe omme de vierschare van den voorseyden lande te amplierene ende ver- 
meersene, ghegheven in recompensatien van hueren aerbeyde ende moeynessen, elcken ii s. 
vi d. gr., maeckende te gadere, iii 1. P. » 

Compte du 14 Sept. 1471 au 16 Sept. 147i, fol. 51,52 et 146. 



LE FÂLÂIS DU FEAKC A BBUOBS 79 

En 1474 René van Boomshende fournit pour la salle de conseil six chan- 
deliers en laiton pesant ensemble quarante-neuf livres **. 

En i 474 on fit faire une horloge qu'on plaça dans la tourelle qui surmontait 
FHôtel du Franc. Cette horloge fut livrée par Jean van Wechelen, maître 
horloger de la ville de Gand, Josse van den Divre, à qui on s'était adressé 
d'abord, n'ayant pu compléter son ouvrage. Les heures étaient frappées par 
un mannequin en bois sculpté et peint '^ 

En i 478 le magistrat commanda à Gilbert Wallinc un tableau du Jugement 
dernier; il lui fut payé 24 livres Parisis. Ce tableau fut placé dans la salle du 
tribunal *•. 

En 1479 Pierre de Voghele de Bruxelles sculpta une statue de la Sainte 
Vierge qui fut placée dans la salle de conseil au côté sud; elle lui fut payée 
72 livres Parisis ^\ En. 1482 cette statue fut peinte et dorée par François van 
den Putte qui reçut pour ce travail 84 livres Parisis ". 

" « Van zesse motaline candelaeren, weghende xli^ ponden, staende in de camer van den lande, 
ende gbecocht ieghen Réméré van Boomshende, den gheleweghietere, viii s. Par. tpond, xxix 1. 
xii 8. P. > Compte du 1 Sept. 1473 au 1 Sept. 1474, fol. 126. 

** « losse van den IHvre^ den orlogemaker, van den faetsoene van den orloghe bii hem be- 
ghonnen maken up den thor van der camer van den lande, betaelt xxîiii 1. 

c loris Homewedre, den timmerman, te Brugghe, van den faetsoene ende leveringhe van den 
orloghe huusekin bii hem ghenomen te makene up den torre van den lande, ende van den 
mannekine dat de hueren slaen zal, bii voorwaerde danof ghemaect, betaelt Ix 1. P. 

c Fransaise van den PUte, den schildere, van der schilderien ende vergouderie van den wiisere 
ende van den mannekine die de hueren slaen zal, ende den appelé staende boven den voorseiden 
thorre, enz, betaelt xxviii 1. xvi s. P. 

« Thomase Baille, den smet, van den vermakene ende repareren van der spillen daerupdat 
torrekin van den nieuwen orloghe stael, ende van vi iiseren pilaerkins, van crammen, ringhelen, 
ende andere iiserwercke daertoe dienende bel int langhe verclaert int ghescriften daerof bii hem 
overghegheven, betaelt bii voorwaerde daerof ieghen hem ghemaect, xiii 1. xi s. P. » 

Compte du 1 Sept. 1473 au 1 Sept. 1474, fol. 126 v. et 127 v. 

« lanne van Wechelen, meester orlogemackere van der stede van Ghend, van dat hil toorloge 
van den lande ghemact heeft, staende up de torre van den schepenhuuse van den voorseiden 
lande, met eenen wiisere ter Burchwaert inné, alsoo hem dat bestedt was, xliii 1. iiii s. P. 

« Den voomoomd lanne, van dat hii, ten xvii*" daghe in Ougst, omboden was van Ghendthier 
te oommene omme te beteren zekere ghebreken an torloige, iii 1. P. » 

Compte du 1 Sept. 1474 au 31 Août 1475, fol. 176 v. et 177 v. 

^ Voir « Le Beffroi », tom. m, pp. 231,232, 235 et 237. 

*' c Pieter Voghele, steenhauwer ende beeldesniider te Bnissele, van ghemact, ghehauwen 
ende ghesneden thebben tbeelde van Onser Vrauwen staende in de camere van den Vriien, ende 
van der stoffe daer toe dienende bii hem ghelevert, betaelt Ixxii 1. P. 

c Theeus Wils, dienaere van den voorseiden Fieter Volgle, voor ziine aerbeyt ende moeye van 
dat hii qnaem van Brusel te Bruf^he omme de voorseiden beelden te helpen sniidene ende 
stellene in de voorseide camere van den Vriien, iii 1. iiii s. P., ende voor driinckgheit van hem 



80 LE PALAIS DU FRANC A BBUaES 

En 1479 Corneille van Scriecke peignit sur six grands panneaux trenle- 
cinq écussons chargés des armoiries du duc, de la Flandre, et des naéliers du 
Franc; ces panneaux furent suspendus dans la salle du tribunal ". 

En 1480 Jacques Apans exécuta, d'après les dessins du peintre Jean 
Fabiaen, trois pièces de tapisserie ornées des armoiries du Franc et destinées 
à être suspendues dans la salle du tribunal; elles lui furent payées, à 
raison de 36 gros Faune, 77 livres, 8 escalins Parisis ". La même année une 
autre tapisserie, ornée d'un écusson aux armes de la Flandre, fut exécutée 

endc 7ÀinQ medeghesellen ii 1. viii s. P.; comt te gadere ende betaelt bii ordonnancie van der wct, 
V I. xii s. P. 

« Heindriic Gheliic, scipman, voor ziinen aerbeyt ende moeyle van dal hii de voorseide beelde 
van Brusselc te Brugghe brochte, betaelt iii 1. xii s. P. 

« Gillis Poel ende ziine medeghesellen, van de voorseyde beelde ende de sticken daer toe 
dienende uyten scepe te doene ende in de voorseide camere van den Vriien te draghen, betaelt 
xvi s. P. » Compte du 17 Sept. 1478 au 12 Sept. 1479, fol. cxxvii. 

Voir aussi fol. Ixxvii, Ixxix v., Ixxx v., et Ixxxiii v., et 
le compte du IS Sept. 14Sâ au 15 Sept. 1483, fol. Ixxxix. 

" « Franchoys van den PuUe, schilledere ende poorlere te Brugghe, van dat hii verschildet, 
ghestoffeert, ende verguldt heeft der beilde van Onser Vrauwen staende in de camere van den 
Vriien, betaelt, bii ordonnancie van der camere hier betoocht, vii I. grooten, die maken iiii"iiii 1. P.» 

Compte du 26 Avril au 13 Sept. 1482, fol. 80. 

•» « lanne van den'Brottcke, temmerman, van zesse tavereelen bi hem ghemaect in de vierschare 
van den lande omme de wapenen van onzen gheduchten heere ende prince, de wapene van zinen 
lande van Vlaendren, ende de wapenen van allen den ambachlen van zinen vorseiden lande van 
den Vriien daerin naermaels te stellene, te verschildene, enz. » 

Compte du 15 Sept. 1469 au 14 Sept. 1470, fol. 68 v. 

« Comelis van Scriecke, poincter ende schilder te Brugghe, van dat hii ghemact heeft xxxv 
schilden metter wapene van den ambochte int rechte Vriie staende vooren in de vierscare van den 
vorseiden lande, voor ziine moey te, aerbeyt, ende der leveriinghe van den stoffe daer toe dienende, 
betaelt xxviii 1. xvi s. P. » Compte du 17 Sept. 1478 au 12 Sept. 1479, fol. 127. 

^ « lacob Apans, poortere in Brugghe, tapissier, wonende up den Vlamincdam, de welcke beloeft 
heeft te maeckene drie sticken tapisserie omme te hanghene in de vierscaere van den Vriien, 
omme xxxvi g. délie, wanof hii nu ghelevert heeft tmiddelste stick, waer up ende up dander twee 
sticken tapisserie die hii noch leveren sal, betaelt es up de goede rekeniinghe xxx 1. P. 

« lanne Fabiaen, scilder, van dat hii ghemact heeft den patroon van den boven (>henoomden 
tapiite dat men hanghen zal in de voornomde vierscaere, betaelt bii ordonnancie van der wet, 
iii 1. P. » 

« Dieriic Sliil, sceppere, wonende te Brugghe, van dat hii ghevoert heeft twee sticken tapitserie, 
midts den linten ende de riinghen bii hem ghelevert, belaelt xviii g. Item, van xi ellen canevaetse 
bii hem ghelevert daer de voorseide twee tapliten mede ghevoert ziin, te iii g. délie, bedraghende 
xxxiii g., comt te gadere ende betaelt ii 1. xi s. P. » 

Compte du 17 Sept. 1478 au 12 Sept. 1479, fol. 129. 

« Lissebelte Woulers, weduwe van lacob Apans, van xliii ellen tapisserien, de welke buere maq 
in ziinen levene bi der wet van den Vriien besteid waeren te makene in drien sticken, de welke 
men hanghet in de vierschaere van den Vriien, te xxxvi g. délie, comt vi 1. ix s. g., waerof den 
voorseiden lacob betaelt waeren int iaer Ixxix up goede rekeninghe ii 1. x s. g., dus hier betaelt 



LE PALAIS DU FRANC A BBÏÏOES 81 

par Pierre van Borselaere de Gand; elle lui fut payée lî$ livres, 18 escalins 
Parisis ". 

En 1481 Corneille van Scriecke peignit trente-six écussons chargés des 
armoiries des métiers du Franc; ces écussons furent suspendus au Landshuus, 
dans le comptoir du receveur du pays '®. 

En 1483 la salle à manger du Landshuus fut entièrement restaurée; une 
nouvelle cheminée en pierre y fut placée par Jeaa van Cutseghem; la boiserie 
fut fournie par Jean Wouters, et la sculpture exécutée par Léon Moens. 
George de Meyere orna les murs d'une peinture décorative composée de 
fleurs et de feuilles". 

En 1487 on plaça dans la salle des échevins un grand panneau sur lequel 
étaient peints les portraits en pied de Maximilien et de Philippe le Beau ^*. 

En 1489 Adrien Braem peignit un tableau représentant la Sainte Vierge» 
qui fut placé dans la salle à manger du Landshuus, au-dessus du dressoir, 
et devant lequel fut tendu un drap d'honneur ". Vers la même époque 

bii quilantieder voorseideI.ù5e^e//ede resle, bedraghende iii 1. xix s. g. die maken xlvii 1. viii s. P. 

fl lan Fabiaen, scildere, van ghemaect te hebbene zekere patroeaen van eenen wilden man 
ende van eenen wilden wive, daer naer dat de tappisserie dienende in de vierschaere van den 
Vriien ghemaect was, betaelt bi ordonnancie van der camere hier betoocht viii s. g., die maken 
iili 1. xvi s. P. » Compte du 15 Sept. 1480 au 14 Sept. 1481, fol. cxlix et cl v. 

'^ < Pieler van Borselaere, tapisseur, wooende te Gheud, van een stick tapisserien bii hem 
ghemact melten wapene van Ylaenderen, betaelt xxvi s. vi d. g., maken xv 1. xviii s. p/» 

Compte du 17 Sept. 1478 au 12 Sept. 1479, fol. 136. 

■* « Conielis van Scrieke, portere ende scildere in Brugghe, van dat hii ghemaect heeft xxxvi 
scilden metter wapene van den ambachten int rechte Vrye, staende int camerkin van den ont- 
fanghere van den voorseiden lande, voor zinen aerbeit ende der leveringhe van der tstoffè daer 
toe dienende, betaelt xii 1.- P. » Compte du 15 Sept. 1480 au 14 Sept. 1481, fol. cl. 

" « looris de Meyere, poorlere ende scildere in Brugghe, voor tvermaken van der verdure 
np de eedcamere slands van den Vryen, iii s. g., maken xxxvi s. P. » 

Compte du 17 Sept. 1483 au 16 Sept. 1484, fol. cxx. 

"* c lan Clippel, poortere ende scrinewerkere in brugghe, van ghemaect thebbene omme tland 
van den Vryen de partien hier naer volghende : eerst, een raemkin zes voeten hoghe ende v voelen 
breet ziinde, daer up de figuren ende ymagen of personagen van den Roemschen coninc ende 
ziinen zone ghemaect ende ghestell ziin in schilderien, ende twelke voorseid raemkin slaed in de 
scepenen camere van den voorseiden lande, ii s. vi d. g., die maken xxx s. P. » 

Compte du 17 Sept. 1486 au 14 Sept. 1487, fol. cxxxii. 

** « Adriaen Braem, schildere, van eenre beilde van der representacie van Onser Vrauwe 
ghestelt in de eetcamere int Landshuus van den Vryen, boven den dritsoire, betaelt bii ordon- 
nancie van der wet xvi s. gron., valet ix 1. xii s. P. » 

Compte du 10 Sept. 1488 au 15 Sept. 1489, fol. Ixxvi. 
« Betaelt van een floursch hooftcleedt, twelcke ghespannen es voor de beilde van Onser 
Vrauwen staende up de eeitcamere up sLandshuus, betaelt xii s. P. » 

Compte du 15 Sept. 1489 au 18 Janvier 1490, fol. liii v. 



82 LE PALAIS DU FRANC A SBUOES 

George de Meyere orna cette même salle de diverses peintures, entre autres 
des armoiries des métiers du Franc peintes sur quatre panneaux^®. En 1493 
le même peintre orna de croix les murs de la salle du tribunal et de celle 
des échevins**. 

En 1504 Corneille, fils de Jacques Gillis, de Zedelghem, ayant offert de 
la résistance au clerc criminel du Franc dans Texécution de son ofiSce, 
fut condamné par le conseil de Flandre à faire faire un poing argenté, 
lequel fut placé dans la salle du tribunal pour servir d'avertissement aux 
autres **. 

En 1 504 Jean de Louf couvrit six coussms de tapisserie ornée de feuillage 
et de fleurs^', et, en 1506, Jean Saillie livra cent et six aunes de tapisserie 
semblable, mais ornée d'écussons aux armoiries de la Flandre et du Franc, 
ainsi qu'une garniture de cheminée ornée des armoiries de Tarchiduc 

^ « lanne Wouters, Uiemmerman, van viere tavereellen bii hem ghedaen maken, staende 
in de eeitcamere up sLandshuus, daer de wapenen van den ambochten van den Vryen up 
ghescildert ziin. 

« looris de Meyere^ scildere, over ziinen sallaris van diverssche scilderien bii hem ghemaect, 
up de eeitcamere staende up sLandshuus van den Vryen daer de conchierge van den voornoomden 
lande woend; betaelt iiii 1. xii s. iiii d. g., die maken Iv 1. viii s. P. » 

Compte du 15 Septembre 1489 au 18 Janvier 1490, ff. Iiii v. et Uiii. 

**- « Betaelt looris de Meyere^ van dat hii verschilderde de mueren van der vierschare ende van 
den scepencamere met cruucen, viii I. xvi s. P. » 

Compte du 1 Septembre 1492 au 31 Août 1493, fol. xciiii. 

^ a Van ComéUs t. lacop Gillis, voortiits woenende in Zedelghem, over de redemptie van eenre 
bezelverde vuust, daer inné hii bii miine heeren van den rade in Vlaenderen ghecondempneirl 
gheweest heift ieghens burchmeesters ende scepenen van den Vryen melgaders Simon de Comr 
manderere, als voortiits clerc criminel van der vierschare van den Vryen, omme diète steliene in 
de vierschare van den Vryen, daert de wet ordonneren zal, ter cause van zekere riethede bii den 
voorseiden Comdis f. lacops GilUs ghedaen up de voorseid Simon de Commanderere als clerc 
criminel van der voorseide vierschaere van den Vryen, als hii den voorseiden Comdis executeren 
ende vanghen v^ilde, ontfaen xii 1. Par. » 

« Michiel VUlarSy slootmakere, van eene yseryn vuust, met eenre yserin traillie daer inné de 
voorseid vuust besloten es, te makene, ende te steliene in de vierschare van den Vryen, daer inné 
Comdis f. lacops Gillis ghecondempneirt es bii miine heeren van den Rade in Vlaenderen; betaelt, 
den ii*' dach in Ougst, bii ordonnancie van der wet, xviii s. gron., valent x 1. xvi s. P. » 

« loris de Meyere, schildere, van eender iiseren vuust te verzelveren, staende in de vierschare 
van den Vriien, daer ime Comelis f. lacops Gillis ghecondempneert was omme zekere mesuus 
bii hem ghedaen, betaelt den xxiii*» dach van Ougst, x s, P. » 

Compte du 1 Sept. 1504 au 31 Août 1505, ff. xxvii v., cxxxi v. et cxxxii v. 

^ lan de Louf, van zes tappiitse clederen bii den burchmeesters hem besteedt te makene omme 
zes kussens daerof te doen maken omme te oirboirne in de camere van den lande van den Vriien 
ende in de vierschare; betaelt bi ordonnancie van der wet xii s. grooten, valet vii 1. iiii s. P. » 

Compte du 1 Sept. 1503 au 31 Août 1504, fol. cxvii v. 



LE PAUIS DU FBÀNC A BRUGES 83 

Charles, ces dernières d'après un dessin fourni par George de Heyere **. Ces 
tapisseries ftirent tendues dans la chambre privée des échevins. 

(Suit.) 



** « lan SailUe, lechwerckere, wonende le Brugghe, de wplke bii voorwaerde belooft heift den 
lande te leverae zekere cleederen van tapiitserie omme de camere van den Vryen mede te behan- 
ghene, ende de bancken daer burchmeesters ende scepenen van den Vryen up zitten mede te 
behanghene, ende de bancken daer burchmeesters ende scepenen van den Vryen up zitten mede 
te vercledene, van zulcker stoffe als de tapiitse cussens van den lande ziin, omme xivii g. délie; 
hier up hem betaelt up goede rekeninghe vi 1. g., valent Ixxii 1. P. » 

Compte du 1 Sept. 1505 au 31 Août 1506, fol. 118. 

« lan Satllie, lechwerckere, de welcke, bii voorwaerde bii der wet ieghens hem ghemaect, den 
lande ghelevert heefl hondert zes helien tapiitserie verdure, verwapent metten wapenen van 
Vlaenderen ende van den Vhien, daer mede schepenen camere van secrète de bancken ende 
siegen ghecleedt, bedect ende behanghen ziin, omme xxvii s. P. délie, beloopt cxliii 1. ii s. P. 
Item, van een cafkoen cleet van der zelver verdure, omme te hanghene voor tcafkoen in scbe» 
penen camere, metten wapene van onsen gheduchten heere ende prince den eerdshertoghe 
Karels, twelcke hii oock den voomoomden lande ghemaect ende ghelevert heeft om gheliicke 
xxvii s. P. délie, compt xxxvi 1. ix s., beloopende dese voorseide twee partien te samen clxxix 1. 
xi s., daerup hem betaelt was bii detf voorgaende rekeninghe Ixxii 1. P., ende hier de reste 
beloopende cvii 1. xi s. P. Item, over den wiin den zelven lan betaelt ter causen van de wapene 
bii hem in de voorseide tapiitserie ghemaect boven der voorwaerde, ii 1. xviii s. P. » 

m loris de Meyere^ poortre ende schildere te Brugghe, van beworpen ende ghemaect thebbene 
tpatroon van de wapene van onsen gheduchten heere den hertshertoghe Kaerle, omme die bii den 
zelven lapiitsier ghemaect ende ghewrocht thebbene int voorseid cafkoen cleet, hem daer vooren 
betaelt bii ordonnancie van der wet, mids dathii dal ten tween stonden moeste vermaken, iiii 1. P. » 

Compte du 1 Sept. 1506 au 31 Août 1507, ff. 103 v . et 104. 



84 LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 



ANNEXES 



1435, 13 AOUT. 

Acte par lequel Je bailli et les hommes de fief du comte de Flandre, de la eour féodale du 
Bourg de Bruges, détachent, d'un fief tenu de la dite cour par Wolfard Snibbele, un coin de terre 
situé au sud-est de la salle du tribunal du Franc, au-devaftt des degrés de la chambre, et l'an- 
nexent à l'héritage des échevins du Franc. 

« le, Clays Utenhove, ruddre, bailliu van Brugghe, van den lande van den Yryen 
met datter toebeboort, ende wettelic maenre van den mannen van leene miins 
gheduchts heeren shertoghen van Bourgongneu, grave van Vlaendren, ten hove 
ter Buerch te Brugghe in desen tiden, ende mi, Morissis van Varssenare, lan van 
Messem, Michiel Sey, lan van Boeyeghem^ ende lacop Zeghers, mannen van leene 
ons voorseids gheduchts heeren van Bourgongnen ende van Vlaendren ten hove 
ter Buerch te Brugghe vorseid, doen te wetene allen den ghonen die desen chaertre 
zulien zien iof horen lesen,dat wîi, up den dach van heden, zaghen ende hoorden 
lesen eene opene lettre commende van onzen vorseiden gheduchten heere, wel 
bezeghelt met ons vorseids gheduchts heeren zeghele in groenen wasse, gans, gane 
ende gheheel, zonder vicie ende razure, huuthanghende met ziidene corden, in heb- 
bene van woorde te woorde den teneur die hier naer volghet : 

c Pheltpe, par la grâce de Dieu duc de Bourgongne, etc. (ut supra pp. 49 et sqq). 

c Ende naer den ziene ende horen lezene van der vorseider opene lettre, zo 
cam voor ons, bailliu ende mannen vornomd in wetteliken hove ghemaect, in be- 
bouveliker stede, Wiidt de Visch, buerchmeester van den commune van den lande 
van den Vryen, toochde ons ende zeide mids dat hii buerchmeester ware van den 
commune van den vornomdt lande van den Vryen in dieu tideu hii vuUe macht 
hadde te sprekene te allen zaken den ghemeenen lande van den Vryen aenghaende» 
ute dien toochde voort ende zeide, dat Wulfaert Snibbel houdende ware een leen- 
goed te leene ende in manscepe van onsen vorseiden gheduchten heere als van der 
vorseider buerch, groot wesende viere ende twiintich hoedt witter evenen siaers 
bezet up den spikere van Brugghe; item, viere ghemeten lands, lett«l min of meer, 
ligghende in de prochie van Sinte Cruus buten Brugghe, in den brouc; item, tienne 
scellinghen Parisiser up ons gheduchts heeren grote brieven; item, tiene penninghen 
Parisiser up de brieve van Arssebrouc; item, eene camere staende in den zuudt 
oosthouc van der vierscare van den Vryen; item, viere reifters siaers te Sinte Donaes; 



LE PALAIS DU FRANC A BBUOES 85 

item, drie penninghen Parisiser ende eenen stallicht van eenen vierendeel ponds 
was elcx siagrs, van den welken leengoede de vorseid btierchmeester zeide dat hii 
gbecocht hadde ieghen den vorseiden Wulfaert bi goeder ghetrauwer voorwoorden 
tvoorseide camerkin bchorcnde ten zelven leengoede, gheheien ende ghenaemdt in 
ons voorseids heeren lettren een hoaxkin staende voor den stpghere van der camere 
van den Vryen, ende bi oozen voorseide gheduchten heere in de zelve lettren ghe- 
consenteirt ende bevolen te spliteno van den vorseiden leengoede naer dat dien van 
den Vryen iselve camerkin vercreghen zouden hebben, ende van den selven caœer- 
kinne ende houxkin erfve te makene, dat te wellene ende te anncxeerne an den erve 
van der vierscare van den Vryen, omme bi den voornoomden van den Vryen die 
erve te ghebrukene ende te posse&seirne euwelic ende ervelic, net al/.ulken rechten 
ende beerlicheden in iusticien ende anders als zii tote den daghe van heden in de 
vierscare van den Vryen gheuseert ende ghepossesseerjt hadden, ende gheliic ende 
in der manieren als ons voorseids gheduchts heeren lettren wel ende te vuilen 
verclaersen. 

c Ende achtervolghende den zelven openen lettren so beghecrde de vorseid 
barchmeester van den commune, dat wii, bailliu ende mannen, vulcommen zouden 
de weitelichede die ter vorseider splete behoorde, naer de coustume van den hove, 
naer der vertuut van der voornoomde lettren, daer toe dat wii, bailliu ende mannen, 
ons presenteerden, bii also dat de vorseid ervachtighe van der vornoomden leengoede 
in hove came ende daer toe dade dat hii sculdich ware te doene te wetten. 

c Ende omme wettelike hier mede voort te gane so cam stappans al daer int hof 
de voorseid Wulfaert Snibbel^ metgaders meester Pieter den Groten als zinen leecken 
bistaenden voochd hem te wetten ghegheven mids dat hii clerc was, aizo hii zeide, 
ende hem voochts behoufde ten zelven sticken die hier naer vol^hen, kende dat 
hii houdende ware tvorseid leengoet van onzen vorseiden gheduchten hcere als 
van der voorseider buerch van Brugghe, ende dat hii van descn voorseidcn leengoede 
loyalike vercocht hadde tvoorseid camerkin ende houcxkm, of boe ment nomen 
wilde, gheleghen voor den stegherevan der vierscare van den Vryen, in don zuudt 
oost houe van der vierscare, den voorseiden Wiidt den YUch, buercbm^ester van 
den commune slands van den Vryen, omme daer of erve te makene naer den in- 
houdene ons voorseids gheduchts heeren opene lettren, ende den voorseiden buerch- 
meester daèr naer daer in te ervene svoorseids lands van den Vryen bouf, met 
aisulken rechte ende in alzulker manieren als ons voorseids gheduchts heeren 
lettren verclaersen ende voorseid es, van den welken cope de vorseid Wuifaert 
kande dat hy wel ende ghetrauwelic vernoucht ende betaelt was van den pen- 
ninghen diere hem of beloeft waren, hiesch ende begheerde mids desen van zinen 
vorseiden leengoede onthervet te wesene, ende dat te bringhene in sheeren handen 
omme daer of te spiitene tvoorseid houcxkin ende camerkin, ende dier . naer daer 
of erve ghemaect te hebbene, ende versocht, dit ghedaen ziinde, wedere in tremenant 
van zinen leengoede gheervet te wesene. 

< Aldaer begheerde Wiid de Yisch^ als buerchmeester van den commune van den 

IV * Il 



86 LE PALAIS DU FRANC A BEUQE8 

lande van den Vryen, slands bouf van den Yryen, int voorseid houcxkin ende 
camerkin, erve ghemaect wesende, gheervet ende verghift te zine, alsoot behoorde» 
naer de costume van den bove, ende gheliic hii vooren versocht hadde. 

f Ende omme voort te ghane naer den rechte van den hove, ter neerenster 
bede van beede paertien so maende ic, bailliii vornoomd, de voorseide mannen, 
of zii nu machtich kendën de wettelichede te doene behorenden ghedaen te zine 
ten sticke boven verhaelt bi virtule van ons voorseids gbeduchts heeren opene 
letlren, ende wii, voorseide mannen, naer der maninghen ontfaen kenden onsen 
vornoomd bailliu wel machtich ende vulle macht hebbende aile de wettelichede 
te doene behorende ghedaen te zine ten zelven sticke naer der macht ende virtute 
van ons voorseids gheduchts heeren lettren. 

c Doe maend ic voort, bailliu vornoomd, de voorseide mannen van den rechte, 
ende wii, voorseide mannen, wiisden dat m^^n Wulfaert Snibbel ghevrach doen zoude 
hoe hii te buten wilde gaen van zinen voorseiden leengoede, zo bii hoire, zo bii node; 
alda^r zo was hem ghevrach ghedaen van mi, bailliu voraoomd, ende hii andwoorde 
dat hiis te buten wilde gaen bii noede om beters wille, ende omme daer of ghespleten 
te hebbene tvoorseid houcxkin ende camerkin, ende daer of erve te makene, also 
boven wel gheex presse! rt staet, ende ne begheerde van dien camerkinne niement zine 
naerhede te ontstekene daer toe dat Wulfaert zinen eedt dede alsoot behoorde, naer 
den welken eede de voorseide mannen kenden den voorseiden Wulfaert zinen noot, 

c Voort maende ic, bailliu vornoomd, de voorseide mannen van den rechte, ende 
wii, voorseide mannen, wiisden dat Wulfaert Snibbel met zinen voorseiden leeken 
bistaende voocht, ziin voorseiden leengoed up ende in handen draghen zoude onzen 
vornoomd bailliu, als in sheeren handen, ende hem daer of plocken ende halmen 
zoude, omme daer of te treckene ende te spliicne tvoorseid camerkin ende houcxkin 
ligghende ter voorseider stede, ende dat onse voorseid bailliu, achtervoighende ons 
gheduchts heeren lettren, daer of erve maken zoude, ende erve ghemaect ziinde, dat 
hii die erve wellen ende annexeeren zoude an de voorseid erve van der vierscare van 
den Vryen, ende daer naer daer in erven den voorseiden buerchmeester van den 
commune van den lande van den Vryen, slands bouf van den Vryen, omme de zelve 
erve bi dien van den Vryen te ghebrukene ende te possesseerne euwelike ende ervelic 
met al>ulken rechten ende beerlicheden in iusticien ende anders als zii tote den 
daghe van heden ghehuseirt ende gheposse^seert hebben de erve van der voorseider 
vierscare van den Vryen, ende gheliic ende in der manieren als ons gheduchts heeren 
lettren te vuUen ende bet van desen verclaersen, dese splete ende wettelichede vul- 
commun ziinde bi onsen vornomdt bailliu, dat hii wedere int* remenant van den 
vorseiden leengoede erve den voorseiden Wulfaert, omme dat te houdene van onzen 
ghedui hten heere gheliic hii voren ende achter ghedaen hadde. 

c Daer so vulcam de voorseid Wu'fnTt, bï consente van zinen leeken bistaende 
voocht, tvoorwii^de vonnesse van ons, mannen, ende drouch up ende in handen onsen 
voornobmden bailliu, als in sheeren handen, ziin voornoomd leengoedt, ende onther- 



LE PALAIS DU FRANC A BBÏÏOES 87 

vede hem daer of wel ende wettelike met zinen leeken bistaende voocht, met plockene 
ende met halmene, naer weiten, coustumen ende usagen van den hove. 

c Ende ic, bailliu vornomdt, tvorseid leengoed aldus hebbende in minen handen, 
als in sheeren handen, ende vulcommende ons gheduchts heeren lettren ende tvoor- 
wiisde vonnesse van den manneu, trac ende spleet daer of tvorseid houcxkin of 
camerkîn, of also ment nomen wille, ende veranderde daer naer den veitute van ons 
vorseids ghedachts heeren lettren de natiiere van leene, ende maecte aldaer int hof ' 
daer of hcrve, ende dese zelve erve ligghende 1er voor^eide plaetse weldese stappans 
ende annexeerdese an de vornoomd erve van der vierscare van den Vryen, ende 
daer naer ervede in de voorseid erve den voorseiden Wiidt den Visch, buerchmeester 
van den commune van den lande van den Vryen, slands bouf van den Vryen, omme 
bi den goeden lieden van den Vryen dese voorseid herve le houdene, te gh^'brukene, 
ende te possesseerne euwelic ende ervelic aïs haeriieder propre erve gheliic de mannen 
boven ghewiist hadden. 

c Dese wettelichede aldus vulcommen ziind^, ervede wedere int remenant van 
den vorseiden leengoede Wulfaert Snibbel met plockene ende met hdlmene, wel 
ende wettelike, doe maend ic, bailliu vornoomd, de vorseide mannen van den 
rechte, of ic huerlieder voorwiibde vonnesse wel ende al wettelike vulcommen hadde; 
ende wii, voorseide mannen, wiisden dat bi onsen vorseiden bailliu van den 
voorseiden leengoede zo wel ende zo wettelike ghesplet*^n ware tvoorseid houcxkin 
ende camerkin, of also ment nomen wille, ende dat verandert es van ziere natuere 
van leene in erven, ende die erve zoo wel ende zo wettelike ghewellet ende ghean* 
nexeert ware, ende gheannexeeirt es an de vooriîeid erve van der voorseider vierscare 
van den lande van den Vryen, ende dat vulcommen wesende in de voorseid erve 
stappaps aldaer ter ieghewoordichede van ons, ende van buerchmeesters ende 
scepenen van den lande van den Vryen, die de kennesse van nu voort an van 
der vornomder erve toebehoort, Wiidt de VUch^ buerchmeester van den commune 
van den lande van den Vryen, slands bouf van den Vryen, so wel ende so 
wettelike gheervet ware ende gheervet es, dat de zelve goede lieden van den Vryen 
de voornoomde erve sculdich ziin te houdene, te gliebrukene ende te possesseerne 
euwelic ende ervelic als haeriieder propre goed ende erve, in aizulker maniefen 
ende met aizulken rechten van heerlicheden in iusticien ende anders als de zelve van 
den Vryen toten daghe van heden hezeten ghehuseirt ende ghepo.ssesNeert hebben de 
erve van der vierscare van den Vryen, gheliic ons voorseidt gheduchts heeren ieitren 
bet ende te vullen van desen in houd ende verclaersi, ende also voorseid es; ende dat 
naer desen de voorseid Wulfaert Snibbel zo wel ende zo wettelike weder gheervet ware 
int remenant van zinen voorseiden leengoede, dat hiit ende zine naercommers also 
wel sculdich ziin te houdene van onzen gheduchten heere als van ziire voorseid 
buerch, met al zulken dienste alst toten daghe van heden ghestaen heift, ende dat 
mids desen ton euweliken daghen als sculdich es stede te houdene ende van weerden 
te blivene. 

t Ende omme dat aile dese dlnghen waren ghedaen wel ende wettelike, ende te 



88 LE PALAIS BU FRANC A BBUGES 

iweuen vulcomroen met allen den maninghen ende vonnessen die daer toe biiioren 
ghedaen te zine naer wetten, cobUimen ende usaigen van den hove, ende niet min, so 
hebben wii, baiiliu ende mannen voornoomd, dçsen lettren huuiLangbende bezeghelt, 
elc onzer met zinen zeghele. 

« Dit was ghedaen int iaer ons Heeren, als men screef Ziin Incarnation, M. CGCG 
vive ende darlich, den dartiensten dach van Ouste '. 

L. VAIf CURTRIKE > • 

Rooden bouck i, fol. xliii v., et m, fol. ocxzxv v. 
Aux Archives de FËlat, à Bruges. 



n 

1435, 25 AOUT 

Permission accordée au magistrat du Frauc par le légat du Saint-Siège de faire célébrer la messe 
sur un auiel porlalif dans leur salle de Conseil. 

f Nicolaus, miseratione divina titulo Sancte Crucis in lerusalem Sancte Romane 
Ecclesie presbiter cardinalis, in regno Francie et partibus' adiacentibus Apostolice 
Sedis legalus, dilectis nobis in Cristo viris, bargimagistris et scabinis territorii de 
Franco, diocesis Tornacensis, salutem in Domino. 

c Sincère devotionis affectus, quem ad Romanam geritis Ecclesiam non indigne 
meretur, ut petitionibus vestris, presertim quas ex devotionis fervore provenire 
conspicimus, 'quantum cum Deo possumus, favorabiiiter annuamus. Hinc est quod 
nos, devolis vestris sapplicationibus inclinati, ut liceat vobis habere altare portatile, 
cum débita reverentia, super quo in loco ubi soletis consilia vestra tenere, per 
proprium vel alium sacerdotem idoneum, missam et alla divina oflScia, sine alicuius 
iuris preiudiiio, in vestri presentia possitis facere celebrari, auctoritate apostolica, 
nobis in bac parte specialiter concessa, devotioni vestre tenore pr^'sentium indulgemus. 

c Datum Attrebati, sub nostri appensione sigiili, anno Incarnationis Dominice 
millesimo quadringentesimo trigesimo quinto, die vigesimo quinto mensis Augasti, 
pontificatus domnl Eugenii pape quarti anno quinto. t 

Sur le pli : Thomas SS. 
Original sur parchemin, muni du sceau du cardinal 
en cire rouge encastrée en cire blanche, pendant 
à une COI de. Aux Archives de TËtat, à Bruges. 

* 11 fut payé aux bailli et hommes de flef de la cour féodale du Bourg de Bruges, pour la 
confection de cet acte, la somme de sept livres Parisis : — « Item, betaelt den baiiliu ende 
V mannen van der Borch van Brucghe, van der onlervenesse te doene van den leene dat borch- 
meesiers ghecocht hebben slands bouf, staende in eenen bouc van der vierscare van den Yryen, 
ende van tvorseid leen te veranderne in erven, over vii 1. P. » 

Compte du 15 Sept. 1435 au 11 Sept. Ii38, fol. 57. 



LE PALAIS DU FRANC A BBTTGES 89 



m 

1568, 29 1EAI 

Acte par lequel Philibert, duc de Savoie, lieutenant-gouverneur des Pays-Bas, fixe les conditions 
de la cession du Landshuus faite par ceux du Franc à la ville de Bruges. 

< Sur la requeste présente au Roy notre sire par les boargoiestres, eschevins et 
consil de la ville de Bruges, pour eux, les bourgeois et iohabitans dicelle, a cause 
du lieu de la torture et chambre de retraicte quilz pretendoient avoir en la maison 
de la Loive, située en la dicte ville, mesmes en vertu des lettres de la vendition 
dicelle faicte par feu de très haulte mémoire lempereur Charles, le quint de ce nom, 
a ceulx du Francq, en date du dernier de May xv« cinquante cinq, par laquelle a 
este dict que le lieu de torture demeureroit commun en la dicte maison a toutes 
iustices, ainsy que du passe, et comme il est a présent, et avoir eu tout temps choy 
et usa, non seullement du lieu de la torture, mays aussy dune chambre de retraicte, 
pour tant devant que après torture besoingner et examiner les prisonniers criminelz, 
les rabiller et rechausser selon leur besoing, a quoy les dictz du Franc auroient res- 
pondu, que au regard du lieu de torture ilz sestoient riglez selon le bon plaisir de 
Sa Majesté, sans avoir donne aulcun empeschement aus dicts de Bruges, ny aultres 
justices, au lieu de torture, mays au regard de la chambre de retraicte, que les dictz de 
Bruges ny avoient droict, et silz en avoient use du passe, ce auroit este de grâce, en 
signe de ce, que les aultres justiciers et officiers ayans le mesme droict et accès, si 
comme le souverain de Flandres, le bailly de Sainct Douas, ceulx de Sis^elles, et aul- 
tres, nen auroient jamais use. Sur quoy auroient de par Sa Majesté este commis aulcuns 
des finances dicelle, pour ouyr les parties, les appoincter si faire se pouvriet, si non 
faire le rapport de leur besoingne; par devant lesquelz commis les dictz du Francq, 
pour éviter toutes ultérieures poursuytes, procez et difficultez, comme ilz disoient^ 
auroient présente accommoder les dicts de Bruges de lieu de torture en une aultre 
maison a eux appartenant, appellee le Lanthuys, située eu la dicte ville, plus près 
des prisons, plus commode pour la torture et examen des prisonniers et de moindre 
préjudice, avec chambre de retraicte, soustenans debvoir passe avec icelle présen- 
tation; sur quoy auroient este députez les seigneurs dOngnyes et de M;ildeghem, 
pour yisiter le lieu et sinformer sur la commodité et lincommodite de la dicte 
présentation, par devant lesquelz après plusieurs offres, debatz et communications, 
les dictz du Francq auroient enfin este contons vendre la dic'e maison appellee le 
Lanthuys aus dicts de Bruges pour la somme de mil florins, sauf quilz retiendroient 
en la dicte maison lieu de torture et chambre de retraicte, comme pretendoient 
avoir' les dictz de Bruges a la maison de la Loive, et oulire ce retiendront droict 
de veue par certaine fenestre ayant respect sur la chambre de examinacion, dont ilz 
se disoient estre en ancienne possession pour scavoir si on y examinoit de leur 
francbostes; offrans sur ce les dicts de Bruges quatre cens florins avecques charge 



go LE PALAIS DU FBANC A BRUGES 

de constituer lieu de torture commun aus dictz du Fraucq et toutes aultres justices, 
et particulièrement aus dictz du Francq chambre dexamen, refusans la dicte ser- 
vitude de fenestre comme chose desraisonnable ny nécessaire, et au surplus tendans 
grandement au deffranchi^sement de la dicte maison, les bastimens ou ediffîces que 
en après ilz y vouldroent faire. 

c Le duc de Savoye, etc., lieutenant gouverneur et cappitainne gênerai de ces 
pays de par deçà ayant du tout ouy le rapport, et sur ce en ladvys des consaux 
prive et des finances, désirant le bien et ladvancement de justice, mesmes pour 
nourrir bonne amitié et mutuelle intelligence entre les dictz de Bruges et de Francq, 
si prochains collèges, a ou nom et de la part de Sa dicte Majesté royalle ordonne, 
et ordonne par cestes aus dictz du Francq de laisser suyvre aus dictz de Bruges 
la dicte maison appelle le Lanthuys, et les en adheriter selon les coustumes du pays, 
moyennant la somme de six cens florins de vingt pattars pièce une foys, quilz 
seront tenuz de payer, et a charge que en icelle les dicts de Bruges seront tenuz 
faire et accommoder une place ou voye, longue de vingt buict piedz et large de 
vingtz piedz, peu plus ou moins, au millieii du dict Lanthuys, et selon lexigence 
de la place, et icelle vaulsser a leurs raisonnables despens, pour y estre tenu le lieu 
de tortuere, lequel sera et demourera commun aus dictz du Francq et toutes justices 
ayans du passe accoustume davoir accès a la torture estant en maison de la Loive, 
et avec ce accommoder les dictz du Francq et leur laisser lusaige dune chambre 
estant au dict Lanthuys ou se tient le messagier, longue de vingt cinq piedz et troys 
poulx, et large de quatorse piedz deulx poulz, pour par eulx et nulz aultres en user 
de chambre de retraicte et examiner leurs prisonniers tant devant quapres torture, 
avecq laquelle commodité les dictz du Francq se contenteront sans user de la dicte 
fenestre, ains que par ce sera eslainct le dict droict de veue par icelle. 

€ Faict a Bruxelles, soubz le nom de Son Alteze, le xxix* jour de May mil cinq 
cens cinquante neuf. 

Par Tordonnance de Son Alteze 

ffOverlope. Philibbert. 

Registres aux CEuvres de loi de la Seigneurie 
civile du Canonicat, n« 093, fol. 328 v. Aux 
Archives de r£tal, à Bruges. 



IV 

1561, 12 8EPTE1CBB1 

Déclaration par laquelle les chanoines de réjçlise de Saint Donatien prennent acte de la cession 
du Landsbaus à la ville de Bruges, tout en réservant les droits de la dite église 

c Wii, Nieolaus de Heere ende AnthuenU Rohyn^ canuenicken der collégiale kercke 
van Sinte Donaes binnen Brugghe» doen te wetene allen den ghuenen die dese 



LE PALAIS DU KlANC A BBUGES 91 

ieghenvNoirdeghe lettren ZDllen zien ofte booren lesen, dat wii waeren int collegie 
yan bnrchmeesters ende schppeneo slandts van den Vryen in compétente ghetale 
in hucriieder camere van berechte binnen Brugghe vergadert ziinde, aldaer de 
voors.pyde barchmeesters ende scbepenen oslentie deden van zeker ordonnancie 
ghegheven bii miinen heere den hertoghe van Savoye« lieutenant gouverneur ende 
capitaine gênerai van den lande van herwaers overe in daten xxix Meye xv«Iix; 
welcken achtervolghende de voorseyde burchmeesters ende scbepenen gheven halm 
ende wettelicke ghifte burchmeesters, scbepenen ende raedt der stede van Bruggbe, 
ter presentie van dheer Maertin Lem, burcbmeestre van den commune der zctver 
stede, présent ende accepterende over ende uuter name van der zelve stede, van 
eenen buuse metten plaelse van lande daermede gaende, ghenaempt tLandishuus, 
staende ter voorboofde up den Burch van Brugghe, up d3 west ziide van dien, 
tusschen tcomptoir ofte greffie criminele der vo >rseyde stede, an de zuudt ziide, 
an deen ziide, ende tcomptoir van den bailluaige van Brugghe ende lande van 
den Vryen, an de noordt ziide, an dander ziide, streckende metten wesîhende 
achierwaert tôt an de Reye, ende commende met diversche huusinghen onder den 
steen ofte vanghenesse van Brugghe, an de noordt ziide, ende an de buusen 
ende erfve van de capelaenen van Sinte Baselis, an de zuudt ziide, met al dalter 
aertvast ende naghelvast up anne es ende toebehoort, ende zoo de voorseyde 
burchmeesters ende scbepenen van den Vryen tzelve Landtsbuus metten plaetse 
van lande van allen over tiiden gbebruuct ende ghcpossesseert bebben; wel ver- 
staende ende met conditie, dat de voorseyde burchmeesters, scbepenen ende raedt 
der voorseyde stede van Brugghe ghehouden werden, volghende den accorde tusschen 
beede de voorseyde collégien ghedaen, in de stede ende plaetse in de voorseyden 
acte ghedesigneert, te maeken den piinckeldere in de cuecken van den voorheyde 
Landthuuse, de zelve outrent den halfven afsluutonde met een muer van sieenen 
toi den vauseersele, die ghemeene ziin zal de voorseyden van den Vryen ende 
aile andere iusticien, die in voorleden tiiden ghecostumeert ziin gheweest accès 
thtfbbt-ne tôt de piinckeldere die stont in de Love, ende zuUen oock de voor>eyde van 
Brugghe ghehouden ziin te laten de voorseyde van den Vryen, aïs zii met eeneghe 
pacienten ter torture commen, de usaige ende ghebruuck van een camerkin staende 
neffeus de voorseyde cueckene, an de noordt ziide van dien, ghebeel ghelambroseert, 
ende ooc in de bottelrie te maken een cafcoen omme de pacienten te waermen, daerof 
die van den Vryen ooc tghebruuck ende accès zul'en hebben, de voorseyde huusinghen 
ende plaetse van lande daer hier vooren ghifte oft ghegheven es in de voorseyde lasten 
ende servetuiten ten eeuweghen daghe, ghelast ende verbonden blyfvende, wel ver- 
staende in dien in toecommende tiiden de voorscreven van Brugghe de zelve piinckel- 
dere of vertreccamere verleggb^n wilden omme eenighe nieuwe edificien die ziilieden 
zouden willen maken int zelve Landtsbuus, zullen tzelve mueghen doen tôt ende in 
zulcke andere plaetsen als beede de voornoomde collégien accorderen zullen, mette 
clansele van garande naer costume; naer tverkennen ende lesen van welcke zake, wii, 
canuenicken voornoomd, hebben expresselick verclaerst ende gheprotesteert ter pre- 



92 LE PALAIS DU FRANC A BBnOES 

sentie van beede de voorseyde partyen, dat wii, bii tpasseeren van dese ghifte ende 
kennesse draghen van der voorseyden accorde, niet en verstonden eenichsins te 
adnoveren tvoorseyd bespreck van partie annopende trechten van den voornoomden 
piinckbanck, twelcke zoude wesen eene specie van iudicatuere ter heerlichede van 
den C^nuenichscb, daer gbeene van den voornoomden twee contractanteu ghequalifiert 
en es, noch de zelve exerceren en mneghen, ende de voorseyde kercke aïs alleenlick 
competerende miin heere den proost van Sinte Donaes ter cause van der voorseide 
huerlieder beerlichede ten Canuenicschen. 
c Dit was ghedaen 12 Septembre 1561. > 

Registre aux GEuvres de Loi de la Seigneurie 
civile du Ganonicat de Saint Donatien, n» 693, 
fol. 328 V. Aux Archives de TÉtat, à Bruges. 



MAXIMILIEN FBANS 



PEINTRE 



149» - 1647 

norsque nous publiâmes en 1861 notre Catalogue du musée de 
TÂcadémie de Bruges, nous fîmes connaître un peintre de grand 
talent, dont le nom même était depuis longtemps oublié, Jean 
Prévost de Mons. Récemment nous avons découvert des renseignements assez 
intéressants sur un de ses élèves, resté jusqu'ici inconnu. 

Maxim ilien Frans^ fils de Martin, naquit à Bruges vers 1490. Il fut inscrit 
sur le registre de la corporation de Saint Luc et Saint Eloi comme élève de 
Jean Prévost le 4 Août 1806, et fut admis à la maîtrise le 15 Novembre 1S24. 



Tût lan Provoost es en leercnape die 
men heet Machimiliaen Ferans, f. Martins, 
ende leert vil iaer; zinnen tit ginc in den 
vierden dach van Houst an no xv«vi, * 

Maxchemylyaen Franc, f...... was vrii- 

meester ontfaen als schiilder op den tly^^ 
dach van November anno xV'xxiiii, ende 
op dat pas hen haddy gheen kiinderen. * 



Chez Jean Prévost il y a un élève nom- 
mé Maximilien Ferans, fils de Martin, et 
il apprend pendant sept ans; son temps 
d'apprentissage commence le 4 Août 1506. 

Maximilien Franc, fils de , fut reçu 

franc-mattre comme peintre le 15 Novem- 
bre de Tan 1524, et à cette époque il n*avait 
pas d'enfants. 



Notre peintre habitait une maison lui appartenant dans la rue des Potiers, 
au côté nord. Il y trépassa en Mai 1547, et fut enterré à l'église de Saint 
Jacques, au cimetière'. Il eut de sa femme, Marie Govaert, six enfants, dont 

^ Archives de la Corporation de Saint Luc et Saint Eloi, à Bruges. Registre aux Admissions, etc., 
n» î, fol. 95. 

« Ibid.,fol.84v. 

* Archives de l*égUse Saint Jacques, à Bruges: Comptes de la Fabrique, 1547 à 1303, fol. 3: 
« 1547, Meye. Ontfaen over tbegraven van Maxùmliaen Prans^ buuter processie, vi g. » 

IV 12 



u 



MAXIMILIEN FBANS 



deux décédés en bas âge, l'un en Mars 1527^, et Fautre en Octobre 1K36'. 
De ceux qui lui survécurent*, Guislain trépassa mineur, et Jean fut reçu 
maître dans la corporation de Saint Luc et Saint Eloi, le 12 Janvier 1562'. 
Voici le contrat par lequel Maximilien s'engagea par devant les échevins de 
Dixmude, à exécuter, pour l'église du Béguinage de cette ville, un retable à 
volets, le seul de ses ouvrages dont nous ayons trouvé mention. 



c Actum den xii«° in lunio xv^» xxxix, 
présent, lan Danis ende lacob looris, 
scepeneD. 

c Compareerde in persone Haximiliaen 
Francx, schildere ende poorter binnen der 
stede van Brugghe, de welcke kende wel 
ende duechdelic ghenomen thebben te ma- 
ken ende te leveren een oudtaer tafereel 
van Sinte Katheline, ten behouve ende 
proffiile van meioncvrauwen de Beghiinen 
binnen der stede van Dixmude, ende dat 
in der voormen ende manieren hier naer 
verclaerst. 

t Eerst, den voet van dese tafele moet 
hoghe ziin twee voeten, in welcken voet 



Contrat passé le 12 Juin 1530, pré- 
sents, Jean Danis et Jacques Jooris, 
échevins. 

Comparut en personne Maximilien 
Frans, peintre et bourgeois de la ville 
de Bruges, lequel reconnut avoir bien 
et loyalement entrepris Texécution et li- 
vraison d*un retable d*autel de Sainte 
Catherine, pour et au profit des dames 
Béguines de la ville de Dixmude, et cela 
dans les dimensions et aux conditions 
suivantes : 

Premièrement, le pied de ce retable, 
sur lequel devra être peint la généalogie 



* Ibid., Comptes de la Fabrique, 1526 à 1544, fol. 37 : « i537, Haerte. Ontfaen van den grave van 
den kiinde van MaximiUan, de scilder, in dEzel strate, buter processie, iii g. » 

* Ibid., fol. 308 V. : a 1536, Oclober. Onifaen vaut begraven tkint van Maex Franche, de schildere, 
buten processie, iii g. » 

* « Den XXX» in Décembre xv* xlvii Michiel Govaert ende Lauwereins Griip, als voochden van 
Hannekin, Gheleinkin, ende lannekin, Maximiliaen Frans kinderen, die hii hadde bii Marie Govaert^ 
ziinen wive, brochtcn ten papiere van weescn volghende huerlieder eedt de grootte vaa de goede 
den zelvcn kinderen toecommende ende ghebucrdt bii der overliidene van den voorseiden Maxi" 
miliaeriy der weesen vadere, ende es tnaervolghende met lan Ostaert ter cause van Barbelé 
Frans uxor. 

« Eerst, de rechte heltscheede vaç eenen huuse met ziinen toebehoorten, voorhoofdende in de 
Pootmakerslrate, an de noordt ziide van der strate, belasl int gheheele met zes scellinghen grooten 
onder landcheins ende losrenle die men gheit diversche persoonen, alst biiict bii den verdeele 
daerof v^esende, in daten van den twaelfsten daghe van Décembre duust viif honderl zeven ende 
veertich, onder scepenen zeghelen enz. 

« Ende voort, ten behouve van Hannekin, Gheleinkin ende lannekin, in penninghen commende 
van den caiheylicke goedinghen de somme van zes ponden, neghentien scellinghen ende zes pen- 
ninghen grooten, wetke vil. xixs. vid. g. waren ten overbringhen van desen onder ende in den 
handen van der voorseide Marie Govaerts als moedere metter houdenesse van de zelven kinderen 
enz. » Registres pupillaires de la Section Saint Jacques, tom. x, fol. clxviii. 

' a Item, op den xii<" in Lauwe xv«lxi, zoe loste siinen wiin Hans Franc, ende was vrii mesters 
suene, ende gaf de xii s. gr. » Registre aux Admissions, etc., n« i, fol. 63 v. 



MÂÎIMILIEN FRÂNS 



95 



gheschildert ziin moet tgheslachte van 
Sinte Anna. 

I Ten tweeden, detafele in huer zelven 
moet hooghe ziin zes voeten, daerinne 
gheschildert moet ziin in platte schilderie 
Tan goede behoorliicker schilderye van 
goeder stoffe ende colueren de légende 
van Sinte Kathelyne. 

c Item, ten derden, beede de dueren 
moeteD ooc gheschildert ziin, te wetene, 
van binnen, an deen duere, de zeven 
Ween van Marie, ende an dander duere, 
de zeven Bliscepen van Maria; ende van 
bnuten beede de voornoomde dueren moe- 
ten gheschildert staen de vier Doctueren 
van der Heiligher Kercke, al in goeder 
schilderye, also goedt buuten als binnen. 
Ende dese tafele moet breedt ziin, aise 
ghesloten staen zal, neghen voeten en half 
breedt, ende als beede de voorseide dueren 
open staen zullen, neghentien voeten breedt. 

c Item, boven de tafele moet commen 
een reprinse, hooghe ziinde twee voeten, 
ghestoffeert van houtenwerck ende tselve 
gheschildert naer den heesch van den 
wercke. 

i Item, ten viifsten, boven de reprinse 
moet staen een ghesneden houten beelde 
van Sinte Katheliine, lanc ziinde drie voe- 
ten, ende dat costelick ghestoffcert van 
ghebrunecrde goude naer ziinen aert. 

« Item, ten vi«°, boven de voorseide beil- 
de moet staen een tabernaker hoghe ziinde 
drie voeten, ghestoffeert van matte goude 
alsoot behoort. 

t Item, ten zevensten, de voorseide ghe- 
sneden beelde moet sluuten met duerkins, 
daerinne ghescildert moet ziin tbcghinsel 
van de légende van Sinte Katheliine, ende 
dit al naer tuutwiisen van tpatroon twelcke 
hii Maximiliaen ghelevert heift in handen 
van de voorseiden ioncvrauwen. 



de Sainte Anne, aura deux pieds de haut. 

Deuxièmement, le tableau même aura 
six pieds de haut, et il y sera peint la 
légende de Sainte Catherine, en peinture 
plate de bonne et convenable exécution 
en bonnes couleurs. 

Troisièmement, les deux portes seront 
aussi peintes, à savoir, à l'intérieur, sur 
Tune porte les sept Douleurs de Marie, 
et sur l'autre, les sept Joies de Marie; et 
sur Textérieur des deux dites portes seront 
peints les quatre Docteurs de la Sainte 
Eglise, le tout en bonne peinture, aussi 
bien à Textérieur qu'à l'intérieur. Et ce 
tableau aura, lorsqu'il sera fermé, neuf 
pieds et demi de large, et lorsque les 
deux dites portes seront ouvertes, dix-neuf 
pieds de large. 

Et au-dessus du tableau il y aura une 
corniche, haute de deux pieds, en travail 
de menuiserie peinte de la manière que 
pareil ouvrage exige. 

Cinquièmement, au-dessus de la cor- 
niche il y aura une statue en bois sculpté 
de Sainte Catherine, de trois pieds de 
hauteur, laquelle devra être richement 
dorée avec de l'or bruni conforme au style. 

Sixièmement, au-dessus de la dite statue 
il y aura un baldaquin haut de trois pieds, 
doré eu or mat, ainsi qu'il est convenable. 

Septièmement, la niche où la dite statue 
sera placée, devra être munie de portes, 
sur lesquelles sera peint le commencement 
de la légende de Sainte Catherine; le tout 
d'après les indications du modèle que lui 
Maximilien a livré entre les mains des 
dites dames. 



96 



HiXIMILESN FRANS 



c Item, dese voorseide tafele, te wetene, 
thoutwerck, yzerwerck, schilderye, ende 
al datter toebehoort, moet hii Maximiliaen 
al leveren tsiioen vryen ende eyghen co&- 
ten» also wel van tscepe te doene, den toi, 
sciphuere, ende uut den scepe tôt in de 
capellevandenvoornoomden Beghynhove, 
ende aldaer steilen up ziin plaetse alsoot 
behoort, ongheschaet ende ongheschendt, 
wel verstaende dat tvoornoomd tafereel 
vuldaen ende ghestelt moet wesen te Sine- 
len xv« een ende veertich, ende dat up 
de verbuerte van twee ponden grooten 
ten proffiite van de voornoomden ionc- 
vrauwen. 

f Item, al dit voorseid werck heift hii 
Maximiliaen ghenomen te maken, te leve- 
ren, ende te stelien ter plaetse voorseit voor 
de £K>mme van twintich ponden grooten 
Vlaemscher munte, te betalene, te wetene: 
twee ponden, thien scellingben grooten 
ghereedt; item, als de scriinewercker thou- 
teawerck, te wetene, de scraprade, de 
beelde ende tabernacle, vuldaen zal heb- 
ben, twelcke zal wesen outrent uutgaende 
Ougst, iiii 1. g.; ten zelven tiide, omme den 
voorseiden Maximiliaen twee ponden groo- 
ten; item, te Vastenavendt xv« xxxix, noch 
twee ponden grooten; item, te Sinexen 
xv^* veertich, drie ponden, tien scellingben 
grooten, maken tsamen xiiii 1. g.; ende 
voort, te Sinexen xv« een ende veertich, 
ofte eer, in dien tvoornoomd werck eer 
vuldaen ende ghestelt zii, noch zes ponden 
grooten, ende dit over de vulle betalingbe 
van de voornoomden twintich ponden groo- 
ten.Item ende in dien de voorseid Maximi- 
liaen van levende live ter doot ghinghe 
eer anderstont dat de voorseide tafel vul- 
maect, ghelevert, ende ghestelt ware ter 
olaetsen zo voorseit es, zo zuUen in dat cas 
4e boyrs ende aeldinghers van den voor- 



Item, lui Maximilien devra livrer œ 
susdit retable, à savoir, la boiserie, la 
ferrure, la peinture, et tous les acces- 
soires à ses propres frais; il aura aussi à 
sa chaîne le transport sur bateau, les 
droits, Taffrétement, et le déchargement 
et transport du bateau jusque dans la 
chapelle du dit Béguinage; il devra en 
outre le fixer dans sa place d'une manière 
convenable, sans dommage ou dégftt; il 
est en outre bien entendu que le dit 
retable devra être achevé et placé pour 
la Pentecôte 1841, et cela sous peine d'en- 
courir une amende de deux livres de gros 
au profit des dites dames. 

Item, lui Maximilien s'est engagé à 
exécuter, livrer et placer dans la dite 
chapelle ce dit retable pour la somme de 
vingt livres de gros, monnaie de Flandre, 
qui devra lui être payée, à savoir, deux 
livres, dix escalms de gros an comptant; 
item, lorsque le huchier aura achevé la 
boiserie, à savoir, le corps du retable, la 
statue et la niche à baldaquin, lesquels 
devront être terminés vers la fin du mois 
d*Août, quatre livres de gros; item, en 
même temps, pour le dit Maximilien, deux 
livres de gros; item, au Carnaval 1839, 
encore deux livres de gros; item, à la 
Pentecôte 1840, trois livres, dix escalins 
de gros, fesant ensemble quatorze livres 
de gros; et en outre, à la Pentecôte 1841, 
ou avant, en cas que le dit ouvrage sera 
terminé et placé avant cette époque, en-- 
core six livres de gros, et cela en solde 
de compte des dits vingt livres de gros. 
Encore, en cas que le dit Maximilien 
trépassera de vie à mort avant que le dit 
retable soit achevé, livré et placé à la 
place susdite, alors les héritiers et suc- 
cesseurs du dit Maximilien devront resti- 
tuer les deniers que lui Maximilien ou 



ifATT«n.rEW fBANS 



97 



noomden Màximiliaen wederomme resti- 
taeren de penninghen die hii Màximiliaen 
ofte ziin hoyrs meerontfaen zullen hebben 
dan an de voorseide tafele verdient zal 
irerden» al ten zegghen yan yier mannen 
Tan eeren hemlieden dies verstaende. 

c Yoor al dies voorseit es ende elc 
poinct zonderlinghe te valcommen de voor- 
noomd Màximiliaen es ghehouden goede 
sonffisante zeker ende borghe te doene 
wettelicke voor die van Bragghen, tsche- 
liicx zo moeten de voorseiden meesters 
eode meesterghen hem Màximiliaen ooc 
zeker ende borghe doen binnen der stede 
van Dixmnde te betalene de voorseiden 
twintich ponden grooten ten daghen ende 
payementen zo vooren gheseit es. t ' 



ses héritiers anront reçu en plus que la 
valeur de la partie exécutée du retable» 
le tout d*après la déclaration de quatre 
hommes honorables au courant de ces 
affaires. 

Pour Texécution de tout le contrat sus- 
dit et de chaque article le dit Maximilien 
est tenu de fournir bonne et suflSlsante 
caution et garantie par^evant le magistrat 
de Bruges, et de même les dits maîtres et 
maîtresses doivent aussi fournir caution 
et garantie dans la ville de Dixmude pour 
le paiement des dits vingt livres de gros 
aux jours et par atermoiements ainsi qu*il 
est susdit. 



* Archives de la viHe de Dizmude. Registres aux OBuvres de Loi, 1838 à 1843, fol. 33 v. 



MICHEL MEBCATOB 



OKPÉVEE, GRAVEUR DE MÉDAILLES ET FACTEUR D'INSTRUMENTS DE MUSIQUE 



1491 - 1544 



a et artiste Gueldrois, sur lequel on n'avait jusqu'ici d'autres 
renseignements qu'une mention incidente faite par l'historien 
Eric van den Put ou Puteanus, dans le volume qu'il a publié 
sur sa propre famille *, est bien décidément un maître qui de son vivant 
jouissait d*une très grande réputation. Il appartenait à une famille hono- 
rable de la Gueldre, famille qu'on ne doit pas confondre avec celle de 
Cremer, qui, au moins depuis Tépoque à laquelle remontent nos recherches, 
en est parfaitement distincte '. 

Le 5 Juin 1427, Arnould, duc de Gueldre, vendit à Lambert Mercator, 
à sa femme Mechtilde, et à leurs héritiers le droit de passage de la Meuse 
à Venloo ainsi que l'ofiSce de messager (bodeampt) de cette ville, en titre 
de fief de Sutphen *• La profession de Lambert Mercator n'est pas men- 
tionnée dans l'acte de vente mais on peut supposer qu'il était dès lors 
maître de la monnaie du duché de Gueldre, office qu'il transféra le 21 

* V. Eryci Puteani « Gcnealogia Putcanaea Bamclrodiorum Venlonensium », pp. 17 et 18. 
Lovanii, 1630. 

* SERRURE,(Hevue de la Numismalique Belge, série i, tom.v, p. 113. Bruxelles, 1830), et £. Slanghin, 
(Geschiedenis van het tegenwoordige Hertogdom Limburg, p. 185. Amsterdam, 1865), sont tous les 
deux tombés dans cette erreur. Pinchart, (Histoire de la gravure des Médailles en Belgique, p. 9. 
Bruxelles, 1870], se trompe aussi lorsqu'il dit que Mercator n*est pas le véritable nom de la famille, 
mais seulement une traduction Latine. La famille Mercator était nombreuse à Venloo au seizième 
siècle et on rencontre souvent leurs noms dans les archives de cette ville. 

* Charte originale aux Archives provinciales de la Gueldre, à Arnhem. Les fiefs de Sutphen 
différaient des autres fîefs par cette particularité que les femmes aussi pouvaient les acquérir et que 
la succession était réglée par d'autres définitions. 



MICHEL MEBCATOB 99 

Décembre 1431 avec le consentement du duc Arnould, à Jean Mercator, 
son fils, et à Gérard Taelholt *. En U3t Lambert Mercalor devint ncft/er 
ou mayeur de la ville de Yenloo, position qu'il occupait encore en 
1449 ■. Le 5 Février 1456 Marguerite van Gymmenich, dame de Wickraide, 
déclare que Lambert Mercator et ses enfants ont liquidé les émoluments 
provenant de TofiSce d'écoutéte de Venloo •. Lambert décéda en 1436, entre 
le 22 Février ' et le 31 Juillet. Son sceau porte un écusson chargé d'une 
massacre de cerf de Saint Hubert, brisé en chef d'un lambel à trois points; 
autour, la légende : s. lamberti mercator. 
Lambert Mercator eut de sa femme Mechtilde quatre fils et une fille : 

I Jean Mercator, maître de la monnaie du duché de Gueldre; 2 Lambert, 
mayeur de Venloo de 1450 à 1452, et de 1455 à 1457, année de son 
décès. Son sceau porte les mêmes armoiries que celui de son père, mais 
ayant pour brisure une étoile à cinq rais au lieu du lambel •. 3 Pierre. 

4 Matthias, qui releva en 1457 le fief acquis par son père du duc Arnould •. 

II fut mayeur de Venloo en 1466", renouvela son serment de fidélité 
au duc en 1465, 1473 et 1492 «S et parait être décédé en 1500 ou 1501. 

5 Elisabeth, qui épousa Martin van Rueremunde, échevin de Venloo. 
Lambert Mercator fut échevin de Venloo en 1463 et 1475 ". Il s'est servi 

du même sceau que le Lambert qui était mayeur en 1457 et dont il fut 
probablement le fils. 

* Placards, règlements et ordonaances sur la monnaie de 1431 à 1609, aux Archives communales, 
à Venloo. 

> On conserve aux Archives du bureau de bienfaisance à vénioo, vingt-cinq chartes revêtues de 
son sceau; elles datent toutes des années 1434, 1435, 1438, 1440 à 1444 et 1446 à 1449. 

• « Ick, Margriete van Gymmenich, vrouwe te Wickraide, wedewe, bekenne in desen brieve vor 
my ende voir myne erven, dat ick mynlick, vrienllick ende wael verslecht ende gcscheiden byn 
mil Lambrecht Mercator den alden, mit lohan, Lambrecht, Peler ende Matfiys, gebroeders, synen 
soenen, ende voirt myt Merten van Rueremunde des vursseids Lambrecht eydom, van ailen saktn, 
puncten ende opkumsten als van des scholteden amptz wege bynnen Venlo, enz. » E. Slanghin, 
« GeschieiJenis van het tegenwoordige Hertogdora Limburg », p. 185. Amsterdam, 1865. 

^ Dans les actes antérieurs au 22 Février 1456 il se qualifle le jeune. 

• On conserve aux Archives du bureau de bienfaisance à Venloo, huit chartes revêtues de son 
sceau, datant des années 1450 à 1452, et de 1455 à 1457. 

* Registre aux reliefs de fiefs, aux Archives de la Goar provinciale de Justice de la Gueldre, à 
Amhem. 

^* Comptes de la Ville, aux Archives communales de Venloo. 
** Registre aux reliefs de fiefs, tibi supra. 

" On conserve aux Archives du bureau de bienfaisance à Venloo, deux actes revêtus de son sceau, 
datant des années 1463 et 1475. 



100 MICHEL MEBOATOB 

En 1492 le fief susmentionné fut transporté à Hathias Mercator, fils de 
Lambert, et son neveu, Jean Mercator, le releva en ISO 1. Nous croyons que 
ce dernier fut père de notre Michel qui naquit en 1490 ou 1491 et fit le 
relief de ce fief le 4 Janvier 1S15 *^ 

Nous n*avons rien pu découvrir quant à la jeunesse de Michel Mercator. 
En 1527 il était à Grave, au service de Floris d'Egmont, comte de Buren, 
de Leerdam, etc., et seigneur d'Isselstein. Vers la fin du mois de Juin de 
cette année Mercator arriva à Londres, porteur de deux instruments de 
musique de sa propre fabrication, et muni de lettres de recommandation pour 
le cardinal Wolsey, l'une de la part de son patron, et l'autre de celle de 
...Heddyng, maître d'hôtel de la duchesse de Savoie. Wolsey étant sur le point 
de partir pour la France, Mercator ne put obtenir une audience de oe 
prélat, et pour cette raison il se rendit auprès du roi qui, ayant fait essayer 
les instruments, lui commanda de les porter au palais archiépiscopal de 
Moor et d'attendre le retour de Wolsey ". Il parait que le roi et le cardinal 
furent tous les deux fort contents des œuvres de Mercator, et que Henri vui 
exprima le désir de l'attacher à son service. Au mois de Septembre nous 
le trouvons de nouveau à Grave auprès de son patron qui, le 24 de ce 
mois, lui confia une lettre pour Henri viii *•, qu'il lui délivra en personne 
le IS Mars 1528*®. Mercator entra à son service dans le courant de cette 
année "; cependant il retourna à Grave pour achever un orgue pour le 
comte de Buren qui le 25 Novembre écrivit au roi une lettre d'excuse et 
promit de lui renvoyer son serviteur sous peu ". 

« Registre aux reliefs de flefs, ubi supra, 

** Voir la leUre de Mercator au Cardinal Wolsey, aux Annexes. 

'* Nous imprimons cette lettre parmi les Annexes. 

*• Sir Thomas More, écrivant de Windsor, au cardinal Wolsey, le 16 Mars ISâS, lai dit : « Tester^ 
nyghtethe Kinges Highnes commaunded me toadvertise Tour Grâce, that his servaunt, Michael the 
Geldrois, delivered hym a lettre from Mons'de Iselsteyne, which His Grâce halh sent unto Yours ». 
Cette lettre, conservée au Musée Britannique, Mss. Golton, Galba B v. 12â (134), se trouve im- 
primée dans le recueil intitulé : « State Papers published under the authoriiy of His Majesty*s 
Commission », vol. i, p. 284. Londres, 1S30. More relate la conversation qu'il avait eue avec 
Mercator, et ajoute que Floris d'Egmont priait le roi d'ajouter foi aux paroles de ce dernier. 

" Son nom cependant ne se trouve pas dans les comptes de Sir Brysti Tuke, trésorier de la cham- 
bre, du 1 Octobre 1528 à Mai 1531. Plus tard ses gages étaient de 22 livres 10 escalins par an, tandis 
qu*Antoine Basson, facteur d'instruments de musique, ne recevait que 18 livres 10 escalins, Guil- 
laume Belon, facteur d'orgues, 20 livres, et Guillaume Lewes, facteur d'iubtrumenls de musique, 
10 livres. 

<• Voir ces lettres aux Annexes. 



MICHEL MEBCATOB 101 

En 1535 Mercator était de nouveau auprès du comte de Buren, qui lui 
donna une lettre de recommandation pour Henri viii, dans laquelle il fait 
un grand éloge des talents de notre artiste qui venait d'achever un nouvel 
instrument de musique pour ce roi "; mais c'est surtout par les lettres 
adressées par d'Egmont au Secrétaire d'Etat Cromwell et au roi, !e 15 
Octobre .1538, que nous pouvons juger de l'estime que Mercator avait 
gagnée non seulement comme orfèvre, graveur de médailles et facteur 
d'instruments de musique, mais aussi comme agent diplomatique secret **. 

A Toccasion de la nouvelle année 1539 Mercator présenta au roi deux 
pistolets, et reçut en recompense la somme de six escalins et huit deniers **. 
Le 28 Février de cette année Henri viii lui concéda comme marque de sa 
faveur une augmentation royale de ses armoiries "; à partir de cette date 
Mercator porta de gueules au massacre de cerf d'argent, portant entre les 
cornes une croix haussée d'or; au chef de sinople à la bordure engrêlée 
d'argent; le chef chargé d'un demi-lévrier courant d'argent, accolé de gueules 
et d'or, entre deux demi-herses d'or. Quelques jours après le roi le créa 
chevalier et l'envoya à la Gouvernante des Pays-Bas, chargé d'une mission 
secrète •*. En se rendant à Bruxelles, ou en y retournant, Mercator passa par 
Bois-le-Duc, où il fut entretenu par les échevins qui lui offrirent un banquet 
à la demande, il parait, du comte de Buren **. 

" Voir ces lettres aux Annexes. 

'* « Rewardeson New Teres day anno xxx« Item, to Mighell Marcator ihat gave ii handgons, 

Tî 8. Tiii d. B Registre aux dépenses de la maison de Henri vni depuis Février 1538 jusqu*à la Saint 
Jean 1541. Au Musée Britannique, Arundel Hss. 97 Plut, clxiii. F. fol. 56. 

'^ Voir cet acte aux Annexes. ' 

" Cromwell écrivant au roi, le 14 Mars 1539, lui dit: « I hâve despeched Michel, accordin;^ to Your 
Grâces commandement; assuredly I take hym lo be suche as Your Grâce jngeth hym. He desyreth 
yet to speake ones with Yoiir Grâce, but 1 remitte the same to your highe discrétion. » Cette 
lettre, conserv(''e au Musée Britannique, Mss. Collon, Titus B i. 263 v. (270 v.) se trouve 
imprimée parmi les « State Papers », vol. i, p. 599. Voir aussi la lettre du comte de Buren 
à Marie, reine d'Hongrie, aux Annexes. 

•• « Item, ahoe die grève van Bueren aen de heeren scepenen deser siat zeker brieven 
gescreven hadde, begerende datse heeren Michielen Mercatoir, by den coninc van EDgelant ridder 
geslaigen wesende, festiveren ende eerlycke ontfangen souden, alsoe ter begeerte der voirge- 
nœmpde gfeve van Bueren opte gaffel by den voirseiden heeren scepenen genoyt ende hem 
eerlycke getracteert ende tgelaigh gesconken beloepende 6 Car. gui. 17 Vi st. » Compte de la 
ville de Bois-le-Duc du 1" Octobre 1538 au 1 Octobre 1539 ap. R. A. van Zuijlen, « Inventaris 
der archieven van de stad *s Hertogenbosch », tom. i, p. 555. *s Hertogenbosch, 1863. 

IV 13 



102 MICHEL MEBCATOB 

A la nouvelle année 1540 Mercator présenta des pistolets au roi, et reçut 
en recompense six escalins et huit deniers *'. Le 22 Mars le roi le gratifia 
d'une somme de cinquante livres pour des services très acceptables qu'il 
lui avait rendus •*. Au mois de Mai il fut de nouveau envoyé aux Pays-Bas, 
le 22 de ce mois il écrivit d'Anvers à Cromwell, lui envoyant en même 
temps par la main d'un de ses serviteurs une lettre du comte de Buren ". 
Lors de son retour en Angleterre il reçut du roi en recompense de ses 
bons services, une somme de quarante livres *^. Bientôt &près il retourna 
à Venloo où, dit-on, il décéda dans le commencement de l'année 1544 •'. 

Plusieurs des médailles gravées par Mercator sont encore conservées. De 
celles-ci la plus intéressante, jadis dans la collection Dimsdale, se trouve 
actuellement au Musée Britannique. Cette pièce unique est en argent; elle 
oflFre le portrait de Mercator lui-même, vu de trois quarts et tourné à droite, 
coiffé d'un bonnet et portant une robe fourrée qui laisse voir un riche 
collier passé deux fois autour du cou et dont pend une rose Tudor. Autour 
on lit cette légende : A REGE ANGLORVM PRIMI MILITIS CREATI EX 
VENLO EFFIGIES, suivie d'une feuille de chêne et d'une étoile à .cinq rais. 
Sur le revers se trouve cette inscription gravée sur le champ : MIGHAEL. 
MERGATOR. iETATIS SViE XLVIIL GRATIA. DEO ET REGL M. D. XXXIX. 
Après le mot régi se trouvent trois glands de chêne sur une tige, marque 
qui est répétée trois fois au-dessous de l'inscription. Gette médaille a été 
gravée dans l'ouvrage déjà cité de Puteanus, ainsi que le pendant qui 
représentait le portrait de la femme de l'artiste, vue de profil et tournée 
à gauche, coiffée d'un couvrechef, avec cette légende autour : ELISABETH 
MERCATOR VXOR D. MICHAELIS MERCATOR EQVITIS AVRATI. Au 

■■ « Rewardes geven on Thursday New Yeres day at Grenewiche anno xxxi (1540) Ilem, to 

Mighel Marcator that gave the king bandgonnes, vi s. viii d. » Registre aux dépenses de la maison 
de Henri vni sup. cit., fol. 111. 

** u Paymenis in Marche anno xxxi» (1540) item, to Sir Mighell Marcator ^ knighl, by ihe kingis 

warraunt dated xxii^i» Marcii anno xxxi<>, for ihe right acceptable service don to the kingis highnes, 
the somme of 1 H. » Ibid., fol. 121 v. 

■* Voir sa lettre, aux Annexes. 

■• « To S' Mighell Marcalor, knighle, in reward, xl H. » Compte rendu par Jean Goslwyck, trésorier 
des premiers fruits et des dîmes depuis le 7 Novembre 1539 (ou 1540 7) Au Musée Britannique, 
Gotton Add. Mss. 97. 

" Ses héritiers, Elisabeth et Mâthilde Mercator, relevèrent le fief susmentionné le 8 Juillet 
1544. Jacques Aerntssoen comparut comme homme lige de sa mère Elisabeth et de sa tante 
Mâthilde, et Elisabeth Mercator, veuve de Michel, prêta garantie. 



MICHEL MERCATOE 103 

revers «e trouve gravé sur le champ : MVLIERIS BONiE BEATVS VJR. 
NVERVS ENÏ ANNORV ILLORV DVPLEX. ECCLES. XXVI. M. D. XXXIX, 

Le Musée Britannique possède un exemplaire en plomb d'une médaille 
uniface avec le portrait de notre artiste, mais vu de profil et tourné à 
gauche, avec la même inscription sauf qu'au lieu de primi on lit prima *•. 

Au Musée de South Kensington, à Londres, il y a un exemplaire en 
bronze d'une quatrième médaille " qui offre le portrait d'un Chartreux 
de Ruremonde, vu de profil et tourné à droite, avec cette légende autour: 
F. RODOLPHVS CONFESSOR CIIRISTI VIRGLNV : IN RVREMVNDA 
iETATIS. LVII. Le champ du revers est occupé par une inscription gravée : 
BONORV OPERVM GLORIOSVSEST FRVCTVS. ECGL. I. VIL M. D. XXXX 
au-dessous de laquelle se trouvent trois glands de chêne sur une tige. 

Nous croyons pouvoir attribuer à Mercator une médaille en argent con- 
servée au Musée royal de Berlin, autrefois dans la collection Moehsen '•. 
Elle offre le portrait de Henri Andrius de Sitlard, vu de profil et tourné 
à droite, coiffé d'un bonnet et portant " une robe fourrée qui laisse voir 
un collier composé d'un double cordon de perlçs dont pend une croix. 
Autour on lit cette légende: HENRICVS ANDRIVS SITTARDVS. ARTIVM 
ET MEDCNE DOGTOR. ANNO iETATIS LXXI. Sur le revers se trouve 
cette inscription gravée sur le champ : OMNIBVS ADDE MODVM. ANNO 
M. D. XXXXI. 

Puteanus rapporte que Henri vin ne voulait être reproduit en médaille 
que par Mercator; mais jusqu'ici nous n'avons vu aucune médaille de oe 
monarque que nous oserions attribuer à notre artiste. 

Voilà le résultat de nos recherches concernant cet artiste. Il est fort pro- 
bable que les archives de la ville de Grave peuvent contenir d'autres ren- 
seignements à son égard; jusqu'ici il ne nous a pas été possible de nous y 
rendre pour les examiner. Et maintenant il ne nous reste qu'à remercier ceux 
qui ont bien voulu nous aider dans nos recherches, et surtout Sir Albert 
V^^. Woods, Garter Ring at Arms, Monsieur A. W. Franks, Directeur de la 

** H. Serrure a déjà fait connattre (Revue de la Numismatique Belge, s6,r\e i, (om. v,) un exem- 
plaire en bronze de cette médaille qui se trouvait dans la collection de M. van Santen, vendue aux 
enchères publiques à Amsterdam, le 12 Mars 1849. 

•» N» 6C20 de l'Inventaire, acquis en 1857. 

"^ Gravée dans Moehsen, « Beschreibung einer Berlinischen Medaillen-Sammiung » th. i, bl. 33, 
Berlin, 1773. Dans la môme collection se trouvait un autre exemplaire de cette médaille en plomb. 



104 MICHEL MEBCITOB 

Société des Antiquaires de la Grande Bretagne, Monsieur le D' Friediander, 
Directeur du cabinet royal de Numismatique, à Berlin, Monsieur J. Gerdes 
Oosterbeek, conservateur des Archives de la Gueldre, à Arnhem, Monsieur 
Gallot, secrétaire de la ville de Venloo, etc. Nous les prions de vouloir bien 
agréer nos meilleurs reraercîments pour leur bienveillante coopération. 



-A.3<r3iTBX:ES 



1537, SEPTEICBEE 
Iiettre de Miohel Meroator au Cardinal Wolsey. 

RevcreDdissime ac Illustrissime Domne, Reverentie Vestre cognitum sit, me, tridao 
ante vestrum ad Gallorum regem hinc discessum, binas eidem Révérend issime ac 
Illustrissime Dominationi Vestre litteras tradidisse atque consignasse, unas nomina 
illustris comitis de Burem, domni de Isselsteyn, altéras yero magistri Heddyng, 
illustrissime domne de Savoeiem curie magistri, nomine, duorum instrumentorum 
musices mentionem facientes, sed Reverendissima ac lUustrissima Dominatione Vestra 
tune seriis occupata negotiis ob profectionem iam iam adeundam, sum spe alicuius 
responsionis frustratus, quapropter accessi ad inclitissimum ac invictissimum prin- 
cipem ac dominum nostrum dominura Henricum serenissime Anglie regem, qui, re 
cognita ex meo relatu, iussit dicta instrumenta ad Reverentie Vestre aedes Moer 
adduci, ubi Nobilis Sua Gratia eadem instrumenta probari fecit, et me super deli- 
berationem voluntatis ad Reverendissime ac Illustrissime Dominationis Vestre reditum 
detinuit. Cum autem hisce diebus Regia Maiestas intellexisset Reverentiam Vestram 
ad dictum locum Moer sese recepturam aut locum iili vicinum, mihi ut antea iternm 
atque imperavit, ut eaudem Reverendissimam ac lUustrissimam Dominationem 
Vestram sequerer, illique prefata duo instrumenta, prout Sue Maiestati antea, osten- 
derem, atque mihi ab illustri duce de Gelre ad Reverendisâimam Dominationem 
Vestram concredita conficerem, voluntatem vestram (cui me unice commendo) iilic 
recepturus. 

Reverendissime ac Illustrissime Dominationis Vestre deditissimus ac perpetuus 
servitor et ad quevis semper paratissimus* 

MiGHAEL MeRGATOR. 

Original, sur papier. Au Record Office, à Londres. 

1527. 24 SEPTEHBIIE 

Floris d'Egmont, comte de Buren et de Iieerdam, seignetir d'Iasélstein, 

à Henri VIII, roi d'Angleterre. 

Sire, tant et sy très humblement que faire puis a vostre bonne grâce me re- 
commande. 



- « 1 .^ 



MICHEL MERCâTOB 105 

Sire, jay peceu les lettres que par maistre Michiel Marcator, mon orfebvre, vous 
aupoit pieu mescripre, estant bien joyeulx de ce que prenez plaisir en aucunes 
choses de sa science dorfevre, et aultrement. Et quand a ce, Sire, que seriez 
désirant lui donner entrelenemenl bonneste, et le retenir en vostre service, nestoit 
quil fut a moy, vous povez estre sceur, Sire, que ne le vous vouldroye nullement 
refuser, mais en ce et plus grand chose vous désire complaire, et faire chose qui 
soit a vostre grande plaisir et contentement. 

Sire, jay par mon dit orfèvre entendu, dont ay este et suis très joieulx, que 
desirez sur toutes choses la continuation de la bonne amytie, fraternelle intelligence, 
et très singulière dilection dentre lempereur mon souverain seigneur et Vostre 
Sérénité, que je considère bien qui vous meult et procède de la très singulière 
àtoour que vous lui portez, qui a la vraye vérité ne le porte moindre envers Vostre 
Majesté, quelque chose que Ion dye, estant bien délibérez et en volunte dainsy 
demeurer et continuer sa vie durant; et je vous prometz, Sire, quil ny a cestui 
par decha qui ne désire vous faire tout honneur, plaisir et service, et de ma part, 
aprez lempereur mon souverain seigneur, ne congnois prince au monde a qui jen 
feisse sy voluntiers que je ferois a Vostre Majesté. 

Sire, mon dit orfèvre vous auroit parle dune haghenee, quant il vous viendra 
a plaisir, en aurez souvenance, et au surplus me commander sil est chose en quoy 
vous puisse faire service, je mettray paine a mon povoir de lacomplir a layde du 
Créateur, auquel je prye vous donner. Sire, bonne et longue vye avec lentier 
acomplissement de voz très nobles et vertueulx désirs. 

Escript a Grave, le xxiiii*» iour de Septembre, anno xxvii. 

Sire, je vous recommande le dit porteur car vous le trouvères homme de bien et leal 

en tout se que vous plaira a luy commander. 

vostre très humble serviteur 

Florts. 
Sur le dos: Au Roy. 

Original, sur papier. Au Record Office, à Londres. 

1528, 25 NOVEMBRE 
iloriB d'Egmont, comte de Baron, eta, à Henri viii, roi d'Angleterre. 

Sire, le plus humblement que faire puis a vostre bonne grâce me recommande. 

Sire, il plaise a Vostre Grâce scavoir que puis quelque temps encha vostre serviteur 
Michiel Marcator auroit este occuppe en ceste ville a moy faire une pièce dorghels, 
laquelle pour la grandeur de louvraige nauroit ancoires achevé, qui lui tourne bien a 
r^ret, par ce que de longtemps il a eu bon envy de soy retirer pardevers Vostre 
Majesté, et pour ce, Sire, que lay ycy tenu plus que son gre, je vous requiers très 
humblement, quil vous plaise durant son absence le tenir ))our excuse et du nombre 
de voz serviteurs, et de brief le vous renvoyeray pour faire entièrement ce quil vous 
plaira lui commander, et ne doubtez pas, Sire, comme aultreffois je vous ay escript, 
Vostre Majesté le trouvera bon et leal serviteur en tout ce quil vous plaira lui 
ordonner et commander. 



106 MICHEL MERCATOB 

Sire, des mouvelles de pardecha me déporte de vous en escripre par ce que je 
congnois que Voslre Majesté est journellement adverty de toutes choses occurantes, 
meisment comme puis nagaires lappoinctement dentre lempereur mon souverain 
seigneur et monseigneur de Gheldres seroit fait et conclud en sorte que le dit 
seigneur de Gheldres lui auroit jure et promis demeurer bon et leal serviteur, 
et ne double pas que ainsy ne demeura sa vye durant. 

Sire, il vous plaira adez moy commander voz bons plaisirs pour les acomplir 
a mon povoir aydant le Créateur, auquel je prye, Sire, vous donner bonne et 

longue vye. 

Escript a Grave, le xxv« jour de Novembre anno xxviii. 

vostre très humble serviteur 

Fflorys. 

Sur le dos : Au Roy. 

Original, sur papier. Au Record Office, à Londres. 

1535, 8 JUIN 
FloriB d'Egmonty comte de Buren, etc., à Henri VlH, roi d'Angleterre. 

Sire, sy très humblement que faire puis a vostre bonne grâce me recommande. 

Sire, le porteur de cestes, Michiel Marcator, vostre serviteur, sen va présentement 
pardevers Vostre Majesté pour vous porter certain instrument quil a refaict de nouveau 
et construyt de sa main, lequel trouverez beau et bon, et fort mélodieux a oyr tant et 
plus quil est possible de trouver, et tiengs que Vostre Majesté y prendra plaisir pour 
autant quil est arlifficieilement fait et ne sen trouve peu ou gaires de samblable. Et 
combien. Sire, que je congnois que Vostre Grâce a le dit Michiel en bonne souvenance, 
ce neantmoins, pour autant quil est natif de par decha et manant soubz moy, uay voullu 
laisser de le vous recommander, et je ne faiz double que Vostre Majesté se trouvera de 
lui bien et loyaulment servy en ce que lui commanderez, car de ce dont il se mesle ny 
a son samblable en ce quartier. Ce scet le Créateur auquel je prye, Sire, vous donner 
bonne et longue vye. 

Escript a Bruxelles, ce viii»* de Juing anno xxxv. 

Vostre très humble sennteur^ 
Florts. 

Sur le revers : Au Roy. 

Original, sur papier. Au Record Office, à Londres. 

1538, 15 OCTOBRE 

Florifl dnSSgniont» comte de Bnren, etc., à Thomas Cromwell, premier secrétaire de 

Henri VIII, roi d'Angleterre. 

Clarissimo viro ac amico incomparabili, domno Thome Crumvello, Régie Ma- 
iestatis apud Angles sigillifero primario. 



r 



MICHEL MEBGATOB 107 

Salatem plurimam, clarissime vir, amice incomparabilis. Non possum noD utrique 
multum congralulari, et Régie Maiestati, et tui nominis amplitudini foelicitatique, 
ignoraûs uter vestrum sit foelicior, serenissimus rex ne, qui virum tam inclytum, 
magnificum, et in omnibus rébus tanta experienlia ciarum semper ad manum habeat, 
an tua humanitas, cui contigit inservire régi tam pio et amabili.Tua quidem integritas, 
ingeiiium, animi candor, eruditio rara^ cetereque animi dotes, quibus apud exteras 
nationes clarus et magnus haberis, non foruina, ad hune dignitatis gradum provex- 
erunt. His tuarum virtutum igniculis accensus, factum est, ut me aliqnanto audaciorem 
quam alioqui ipsa natura me finxit, preberom, ad provocandum his lilteris, veluti 
symbolo quodam et tessera legittima, tuam amicitiam, nam talibus amicis magis cupio 
ditescere et adornari, quam vei latifundiis, vel margaritis pretiosis. De huius autem 
animi mei synceritate, qua in te affectus sum, facias aiiquando pericuhim rogo, nihil 
enim mihi impones tam grave aut molestum,quod non tui amore levissimum videbitur. 
Et postea quia, charissime Vir, magna autoritate et favore apud Regiam Maiestatem 
polleas, velim ac omnibus modis optarem, te pari diligeutia et studio, ad omnem 
affulgentem occasionem hune nostrum Michaelem, et eius in regem studia, ac alia 
négocia, si que transigendâ habet, provehas, quo ille vicissim hic omnes, qui vel ex 
aula regia vel régis nomine hue provolant, provehere solet, rem et mihi et Michaeli 
facturus gratissimam, et tua humailitate dignam. Bene vale. Ex Bruxella, anno 
Domini M. D. xxxviii, décima quinta mensis Octobris. 

Fflorentius de Egmonda, comes de Bueren et Leerdamo, et domnus de Iseisteyn, 
etc., capitaneus generalis Cesaree Maiest'atis. 

vostre bon amy 

Florys. 
Original, sur papier, Au Musée Britannique. Mss. Gotlon. Galba B, tom. x. p. 86 

1538, 15 OCTOBRE 
FloriB d'Efi^ont» comte de Buren, etc., à Henri VIII, roi d'Angleterre. 

Serenissime Rex idemque Princeps Illustrissime, salutem, pacem et immortaiitatem, 
cum iugi et perenni meo fldelitatis obsequio. 

Non frustra iam olim Vestra Regia Maiestas hune Hichaelem Mercatorem mihi 
charum et fidelem tanta munificentia et benignitate complexa est, quandoquidem is 
non solum apparatu instrumentorum musicalium» verumetiam in aliis artibus 
muhiiugis tam insignis et quodammodo prodigiosus artifex prodit, ut regium 
amorem, favorem et pietatem erga se, quotidie propius et ultro invitare possit. 
Divinum hominis ingenium laudare, et ad satietatem usque admirari non possum, 
qui tum divini alicuius numinis benignitate, tum sua industria et diligentia inex- 
hausta, tam varias animi dotes, que in eo vigent, assequutus est. Accedit his mira 
quedam in publicis et privatis negociis obeundis dexteritas foelicitasque, in quibus 
eius fidem et integritatem iam olim in muUis rerum tempestatibus et fluctibus, 
quibus etiam hec inferior Germanie pars aliquamdiu quassata et concussa fuit. 



108 MICHEL MEBCÂTOE 

toties probavi, ut in administratione rerum quarumiibet nihil tam socretam aut 
arcanum apud me esse voluerim, quod eius fidei candori non auderem committere. 
Pacis autem conciliande tam est studiosus et flagrans amator, ut nibil perinde 
invisum habeal atque eos, qui alicuius discordie, tumultus, dissidii aut seditionis 
occasionem prestant. Quid multis! Tôt virtutibus, ingenii dotibus ac variis orna- 
menlis preditus est, ut plane dignus sit, qui a regia pietate, tum ab aliis principibus 
ac magnatibus viris, in precio et autoritate baberi debeat. De meo autem animi 
candore, quem, ego semper erga Vestram Maiestatem propensissima voluntate, ut 
benevolum et dedilissiraum servitorem decet, spiravi, nihil hic de me ipso arroganter 
iactare volo, quem ego potius insigni aliqua occasione per Vestrani Maiestatem mihi 
oblata notum et probatum reddere optarim. Huius anijotii mei constantiam et pro- 
pensissimam benemerendi voluntatem, qua Vestram Celsitudinem religiose prosequor, 
eidem per hune nostrum Hichaelem, et alia nonnulla que a me in mandatis habet, 
declarauda relinqno, in quibus omnibus et singulis ei plenam faciat fidem oro. 
Christus Dominus Optimus Haximus Vestram Regiam Maiestatem, Anglorum 
reipublice ac nobis omnibus diu florentem et incolumem servare dignetur. 

Datum Bruxelle, anno Domini miliesimo quingentesimo trigesimo octavo, décima 
quinta meiisis Octobris. 

Vestre Régie Maiestatis 
deditissimus inservitor 
Pflorentius de Egmonda 
comes de Buereu, etc. 
Sur le dos : Serenissimo Anglorum régi ac illustrissimo principi et domno, domno 
Henrico, eiu3 nominis octavo, domno suo gratiosissimo ac iugiter summa fide 
observando. 

Original^ sur papier. Au Musée Britannique. 
Mss. ColtOD, Galba B., lom. x, p. 87. 

1539, 28 FSTRIEB 

Augmentation royale d'armoiries ooncôdôe à Miohel Heroator par Henri vjxl» 

roi d'Angleterre. 

Henricus octavus. Dei Gracia Rex Anglie et Ffrancie, Fidei ^ Defensor, dominus 
Hibernie, ac in terris supremum Ecclesie Anglicane sub Christo Caput, universis 
et singulis regibus, principibus, ducibus, marchionibus, comitibus, baronibus, 
proceribus, dominis ac nobilibus quibuscunque tam ecclesiasticis quam secularibus 
ad quos présentes littere nostre patentes perveneriut, ^alutem et scincere dilectionis 
affectum. 

Cum sepius nobiscum cogitaverimus Régie dignitatis culmen nulla magis causa 
ad tantum apicem erectum, quam ut florentibus in omni actione viris sua premia 
plena lance referre studeat, admoniti precipue sumus eo plus debere regem hiis 
qui non modo progenitorum suorum nobilitate contenti hiis terminis se continent 



MICHEL H£BCÂTOE 109 

• 

qaibus patris iam sua prosapia eos reliquit, sed propria virtute propriis gestis suis 
suorum stemmata ornare ac decorare ianituntur. Nec ab re quidem ea uobis 
semper fuit firma sentencia, quoniam virtus laudata maiore laudis studio ardeat et 
incendatur, et accedens dignitas immensum glorie calcar addat ceterosque ad im- 
mitanda vîrtutis exempla magis provocet atque impellat. Cum itaque nobilis ac 
strenuus fir Hichael Mercator de Vemlo terre Geidrie, ex preclara familia ortus 
atque tum animi cum corporis dotibus preditus, ad nos in regnum nostrum Anglie 
venerit, quem ob preclaras eius virtutes et animi nobilitatem in nostrum servitium 
admisimus, eumque in ordinem militarem cum gladio constituimus et ordinavimus, 
ac etiam arma quibus sui progenitores usi i'uerint additamento sive augmentacione 
insignivimus sicut hic inferius declarabitur, videlicet : De rubeo, super caput cervi 
argentei inter cornua crux plana aurea; in capite scuti de viride, semicanis 
leporarius argenteus, circa collum colare rubeum ornatum cum auro, inter duas 
dimidias portas cataracteas aureas, cum bordura argentea ingradata; et pro crista 
sua supra galeam, caput unius cervi absissi in proprio colore, gerens super caput 
inter cornua crucem planam auream, una cum lacerniis sive apendicibus de rubeo 
cum argento duplicatis, ut latins in.scuto hic depicto apparet. Qua quidem addicione 
armorum et crista non secus quam si sua propria insignia semper fuissent, tam 
ipse Michael Mercator uti possit et valeat, quam sui quoque liberi et heredes de 
corpore suo exeuntes libère ac tute uti possint et valeant in perpetuum. 

In quorum omnium et singulorum robur et testimonium has nostras litteras fieri 
fecimus patentes.. 

Datum in palacio nostro apud Westmonasterium, ultimo die mensis Ffebruarii, 
anno a Nativitate Domini millesimo quingentesimo xxxviiii?, ac regni nostri trigesimo. 

Faite et compose par moy, Thomas Hawlay alias Clarencieulx, roy darmes. 

Hem. that Michael MarcaUTr ^as mayd knyght by the kyng our souveran 

Henry the viii'^ the of Marche, and the xxx of his moste noble reyng at 

his plalys of Westminster. 

Copie contemporaine, sur parchemin. Au Collège of Ârms, 
à Londres. Registre 2 H. 5. Concessions d^armoiries par 
Hawley, Benoit, etc., fol. 4 v. 

1539, 11 AYBIL 

FlorlB d'Egmont, comte de Buren, etc.» à Mariei reine d'Hongrie, 

gouvernante des Pays-Bas. 

Madame, tant et sy très humblement que faire puis en vostre bonne grâce me 
recommande. 

Madame, le roy dAngleterre ma escript quil a donne charge au porteur de cestes, 
messieur Michiel Mercator, de parler a Vostre Majesté des aulcunes afTeres que 
Vostre Majesté les pourra entendre de luy, me requerrant vouloir le dit porteur 
adresser et faire avoir audience de Vostre Majesté, che que jeusse desja faict se 

IV 14 



110 MICHEL HEBCATOB 

neust este lempeschemént de ma maladie et feaublesse, pourquoy Madame, je vous 
prie vouloir ouyr le dit porteur de ce quil dira a Vostre Majesté de par le dit roy» 
lequel luy a faict tout plain de Ihonneur en lavoir aussi faict chevalier. 

Madame, je prie a Dieu donner a Vostre Majesté bonne vie et longue. De Grave, 
cbe xi< jour dApuril lan 1839. 

vostre très humble et très obéissant serviteur 

Floris. 

SuperscripUon : A la royne. 

Copie, sur papier. An Record Office, à Londres. 

1540, 23 MAI 

Michel Meroator, à Thomas Cromwéll» comte d'Essez» grand chambellan de 

Henri VIII, roi d'Angleterre. 

Monseingur, tant et sy humblement que faire puis en vostre grâce me recommande. 

Monseingur, il vous plaira scavoir que jay délivre vostre lettre a monseingur le 
conte de Bueren, et ay faict mon debvoir en ladvertissant de toutes chozes le 
myeulx que ma este possible de faire, que vous entendrez le tout plus a plan 
par sa lettre que vous envoyé avec ze lettre. Touchant de moy, et de tous mes amys, 
nous sommes tousjours prestz a faire che qui plaira a la noble grâce du roy et 
pour royaulme, che que Dieu congnoist, en Le priant de jour a aultre quIl donne 
bonne vie et longue a la noble grâce du roy et a tout son bon conseil. 

Monseingur, le conte dOistfryse enno ma escript, désirant de moy luy envoyer 
trois ou iiii bonnes hacquenays dAngleterre, et me mande ausy de venir devers luy, 
pourquou vous supplie bien humblement de vouloir faire despescher le plus to mon 
homme, présent porteur, qui a charge de moy dachter les dits haucquenays pour 
le dit conte. 

Monseingur, jenvoye mon dit serviteur devers Vostre Seingnorie, suppliant très 
humblement de vouloir desspescher le dit mon serviteur ainsi que Vostre Seingnorie 
ma promis, car jay toute ma fiance et espoire en Vostre Seingnorie et Grâce, che 
que Dieu scet et congnoisse, lequel vous veule garde et préserver en Sa Saincte 
Grâce. Escript Anvers xiii jour de May Tan xl. 

de par vostre très humble et obéissant serviteur a jamais 

Laus Deo et régi 
S. MiCGUEL Mergator R. 

Sur le dos : A monseingur, monseingur le conte dExsex, grand chambeliain du roy dEngleterre. 

Original, sur papier. Au Record Office, à Londres. 



DOCUMENTS INEDITS 



sus 



LES ENLITIQNEÏÏBS DE BRUGES 



^^^■^^ armi les nombreux manuscrits que renferme la Biblipthèque 

I ■ impériale à Vienne, il y a un livre de prières des plus remar- 

Mv, ,^^ quables (n* 1 8K7), qui porte sur le premier feuillet le mono- 

• ^^^- gramme de l'empereur Matthias (1612 à 1619), timbré de la 

couronne impériale fermée. 

Le volume se compose de 186 feuillets de vélin in-quarto, à larges bords; 
mais au premier coup d'oeil on peut voir qu'il appartient à deux époques 
différentes. La partie la plus ancienne a été exécutée vers le milieu du 
quinzième siècle par un artiste Néerlandais inconnu, pour une dame, qui 
probablement se nommait Livine ou Barbe, les noms de Saint Liévin et de 
Sainte Barbe étant dans le calendrier écrits en lettres d'or. 

En tète du livre se trouve le calendrier occupant les douze premiers 
feuillets. Les fêtes sont inscrites en lettres d'or et d'argent sur fond noir. La 
bordure latérale extérieure de chaque page est ornée d'arabesques avec un 
médaillon. Le premier médaillon de chaque mois représente les sujets ordi- 
naires (celui de mois de Mai mérite une mention spéciale à cause de sa 
beauté); le deuxième, le signe du zodiaque dans un paysage. Au bas de 
chaque page se trouvent des fleurs coupées, des monstres, des oiseaux, 
animaux ou poissons. 

Les 34 feuillets suivants sont écrits en lettres d'or et d'argent sur fond noir, 
les bordures étant occupées par des arabesques avec des fleurs, des oiseaux, 
des singes, des dragons et autres monstres, et parfois des figures humaines. 



112 LÈS ENLUMINEURS DE BBUQES 

Parmi les miniatures les plus anciennes, exécutées vers 1450, il y en a 4 
qui sont de véritables chefs-d'œuvre. Dans la première (fol. 14v.)ravant- 
plan est occupé par un oratoire ou une tribune formant saillie, dont la 
fenêtre trilobée à deux jours donne sur le chœur d'une église du style ogival 
tertiaire très délicatement peint dans un ton gris tendre. Les battants de la 
fenêtre, garnis de rondelles, sont ouverts. A droite est assise une dame, sans 
doute la personne pour qui ce beau livre fut exécuté, tenant entre les mains 
un livre muni d'un fourreau vert. Elle est vêtue d'une robe brun verdâlre 
clair, à collet rouge rabattu, ceinte d'une large bande de brocart pourpre et or. 
Un grand hennin blanc orné d'or, une chemisette en gaze et un riche collier 
en or complètent son costume. Sur le banc vis-à-vis d'elle se trouve son 
manteau en brocart noir et or muni d'un cordon attaché à deux joyaux. Sûr 
la tablette de la fenêtre se trouvent un mouchoir, une chaîne en or avec un 
joyau, deux œillets rouges et un verre dans lequel des fleurs d'iris. Le chœur 
de l'église, clôturé par un parclos on pierre, a ceci de remarquable qu'une 
baie du triforium étant supprimée^ l'arc oriental est beaucoup plus élevé que 
les autres et laisse voir la voûte de l'ambulatoire ainsi que la chapelle orien- 
tale éclairée par une fenêtre à quatre jours. Le maitre-autel, revêtu de violet, 
avec un retable cintré dont les volets sont fermés, est entouré de six colon- 
nettes en cuivre surmontées d'anges et réunies par des tringles sans courtines. 
Le marche-pied est revêtu d'un tapis vert. Sur le pavé du sanctuaire, au pied 
des degrés de Fautel, est étendu un riche tapis pourpre et blanc rehaussé d'or, 
à chaque coin duquel se trouve un ange à aîles vertes, en aube lilas, tenant 
un chandelier. Au milieu d'eux est assise la Vierge glorieuse revêtue de bleu, 
couronnée, et tenant l'Enfant Jésus nu sur un drapel blanc. A gauche, un jeune 
homme en chape cramoisi doublée de vert, avec chaperon en drap d'or, 
encense la Madone; à droite est agenouillée une dame noble, richement vêtue 
en brocart or et bleu, avec trois dames d'honneur derrière elle, toutes coiflfées 
de grands hennins, deux pages et une levrette blanche. A droite de l'autel se 
trouve un bénitier portatif; dans l'ambulatoire on voit des personnes qui 
regardent à travers le parclos. 

Le Crucifiement (f. 43 v.) est l'œuvre du même artiste. Les bourreaux sont 
en train d'attacher la main gauche du Christ à la croix; à droite, Saint Jean 
soutient la Vierge. Le bon larron se trouve au pied de l'échelle posée contre 
la croix à droite, déjà l'on crucifie l'autre larron. Dans l'avant-plan , six 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 113 

femmes et quatre hommes. Cette scène, composée avec beaucoup de goût, 
est vue à travers un arc ogival tertiaire soutenu par deux colonnes en 
marbre de couleur foncée, dont les bases et les chapiteaux sont dorés. 
A droite de cette baie se trouvent deux groupes sculptés peints en gris : 
le Sacrifice d'Abraham, et Moïse élevant le serpent, posés sur des consoles, 
lesquelles, ainsi que les baldaquins, sont dorées; tous ces détails archi- 
tecturaux sont traités d'une main de maître. Sur la tablette d'appui de 
cette arcade on voit un coussin en brocart noir et or, garni de glands verts, 
sur lequel se trouve un chapelet de perles. A droite, sur un banc, une cas- 
sette de joyaux et une bouteille avec une petite bande de parchemin; à gauche, 
un livre de prières ouvert, muni d'un fourreau noir, tous sans doute des 
objets ayant appartenu à la dame pourtraitée dans la première miniature. 

La troisième miniature, due au même artiste, représente le Calvaire 
(f. 99 V.). Au pied de la cfoix se trouvent la Mère de Dieu, Saint Jean et les 
saintes femmes. Les larrons ne sont attachés à leurs croix que par des cordes 
passées sous les aisselles. A droite, des Juifs descendent la montagne en 
jetant des regards vers le Christ; dans l'avant-plan, des hommes et des enfants. 
L'encadrement est formé par des arabesques avec deux anges portant les 
instruments de la Passion. Cette miniature se distingue par la beauté de la 
composition, le grand caractère des têtes, et la délicatesse de l'exécution. 

Une quatrième grande miniature (f. 35 v.), œuvre d'une autre main, dé- 
passe en fini celles que nous venons de décrire, mais nous la trouvons inférieure 
sous le rapport des types des figures qui sont moins belles et moins caracté- 
risées. Elle représente la Vierge glorieuse assise sur un trône en or sous un 
baldaquin en style tertiaire dont les montants sont ornés de statuettes placées 
dans des niches. Par derrière est suspendu un drap d'honneur en brocart 
cramoisi et or. Marie vêtue de bleu, le manteau sur la tête, les pieds posés 
sur un coussin, retient avec un drapel l'Enfant Jésus qui, debout sur les 
genoux de Sa Mère, tend les mains en avant. Au côté du marchepied du trône 
deux anges en aubes blanches ombrées de lilas touchent de l'harpe et de la 
mandoline. Au delà du mur du jardin où la scène se passe on voit une ville 
avec de nombreuses tours, et dans le lointain, des montagnes. Le tout est 
encadré par une bande étroite cramoisi et or, sur laquelle est écrit le Salve 
Regina en lettres blanches, et par une lai^e bordure d'arabesques avec trois 
anges jouant d'instruments de musique. 



114 LES ENLUMINEUBS DE BRUOES 

Une troisième main a exécuté (f. U) une demi-figure de la Vierge avec 
l'Enfant sur un croissant de lune en argent, devant un drap d'honneur cra- 
moisi et or. Le dessin est faible, les traits manquent de noblesse, les draperies 
sont angulaires, et malgré le fini des détails, cette miniature est de fort peu 
d'importance. Les mêmes remarques peuvent s'appliquer au Saint Jean dans 
l'île de Patmos (f. 27), représenté assis, tenant une plume, un livre ouvert 
sur les genoux, un ange debout à côté de lui; un démon nageant dans la mer 
renverse l'encrier du Saint au moyen d'un long croc. Dans le lointain on voit 
le continent avec des rochers et une ville. 

Parmi les initiales se distinguent un L (f. 15) en brun rehaussé d'or, avec 
Saint Thomas de Gantorbéry, à genoux, un livre ouvert entre les mains, 
devant la Madone; un G (f. 16 v.) avec une Vierge glorieuse; un prêtre disant 
la messe (f. 36), et la messe des morts (f. 147). La bordure de cette dernière 
page,, où est représenté un enterrement, est d'une beauté remarquable. 

Nous citerons encore comme dignes de remarque l'Annonciation (f. 19 v.) 
avec un prophète dans la bordure tenant une banderole portant les mots 
Ecce Virgo concipiet; Saint Michel terrassant les démons (f. 116); Saint Bavon 
(f. 123); Sainte Ontcommere ou Wilgeforte (f. 125 v.); et David priant 
(f. 128 V.). 

Dans les bordures on remarque des sujets comiques, fort peu à leur 
place dans un livre de prières, mais exécutés avec beaucoup d'habileté. 
Sur le f. 31 se voit une vieille truie avec un fuseau, assise sur un billot, un 
chapelet suspendu à sa ceinture; deux cochons debout sur leurs pattes de 
derrière sucent leur mère; un singe s'enfuit avec la laine. Sur le revers de ce 
feuillet, une truie pinçant la harpe, tandis qu'un singe sonne deux cloches. 
F. 48, un évêque aveugle et un cardinal mendiant. F. 52 v., un jongleur avec 
trois faucilles et un chien. F. 59 v., un renard habillé en frère gris avec 
des oies dans son capuchon. F. 73, un singe mettant un cor dans la bouche 
d'un petit singe dans un berceau. F. 80 v., un singe jouant du psaltérion; 
à partir d'ici les sujets sur les bordures de chaque feuillet sont répétés 
sur le verso mais en d'autres couleurs. F. 86, un loup déguisé en frère 
gris prêchant à un coq. F. 113 v., un soldat armé d'un bouclier et d'une 
épée se défendant contre les attaques d'un oiseau de proie. F. 169 v., un 
homme monstre à une seule jambe, se protégeant avec le pied des rayons 
du soleil. 



LES ENLUMINEURS DE BBUGES 



115 



Le f. 188 est occupé par une miniature représentant une Sainte Hostie 
exposée dans un ostensoir; à la suite on lit : 

XJng Jaid mutillait iadis 

Iihostie du Saii^ot SaGrement* 
Far fraper des oopa plua de dix 

Fit sortir sans aboindamment. 

Sngene ou trésor de leglise 

La print, ooxnœe son bref le témoigne» 

Et puis tat de par luy transmise 
A Phelippe» due de Bourgoingne. 

lie due, pour quelque occasion 

Lors étant arrive a Lille, 
La receupt par devooion 

Lan iiil« zzx avec mille. 



Mais pour sainctement disposer 
De la relique solennelle, 
« Honestement la flt poser 

A Bison, dedans sa chapelle. 

Ce livre, ou plutôt la partie la plus ancienne se trouvait en 1466 dans la pos- 
session d'un bourgeois de Bruges nommé Marc le Bongeteur. Il le vendit pour 
100 saluts au magistrat du Franc de Bruges, qui en fit cadeau au comte de Gha- 
rolais, au mois de Février de cette année. Dans le compte de cette adminis- 
tration du 12 Septembre U65 au 11 Septembre 1466 nous trouvons (f. 182v.) 
les dépenses occasionnées par cet achat inscrites dans les termes suivants : 



Marcke le Bungeteur, poorter ende 
^isselare te Brugghe, van eeoen boucke 
inhoudende Onser Vrauwe Ghetyden ende 
anderen Godtsdienst, met guldenen ende 
zilveren lettren ghescreven in zwart par- 
chemyne, ende met goude ende zelver 
gheillumineerl, ende anders rikelicke gbe- 
stoffeert, ieghen hem ghecocht c saluten, 
ende mynen voorseyden gheduebten heere 
van Cbaerlois van svoorseits lants weghe 
in Sporcle voorseyt ghegheven ende ghe- 
schoncken, betaelt ii«l I. P. 

loosse van Straien, merssenîer te Brug- 
ghe, van eenre ellen wits zidins lakene 
daerin tvoorseid ghetyde gheleidt ende 
gheschoncken was, betaelt ii I. P. 



Payé à Marc le Bongeteur, bourgeois 
et changeur à Bruges, pour un livre con- 
tenant les Heures de Notre Dame et autres 
offices, écrit en lettres d'or et d'argent sur 
parchemin noir, et enluminé d'or et d'ar- 
gent, et autrement richement étoffé, acquis 
de lui pour cent saluts et de la part du 
Franc présenté et donné à mon redouté 
seigneur de Charolais au mois de Février, 

800 1. P. 



Payé à. Josse van Straten, mercier à 
Bruges, pour une aune de soie blanche 
dans laquelle le dit livre fut enveloppé 
lorsqu'il fut présenté au comte, 2 1. P. 



116 



LES ENLïïHINEUfiS DE BRUGES 



II parait que le comte ne fut pas entièrement satisfait du cadeau. Le livre 
en effet était inachevé. Il chargea donc un enlumineur Français alors établi 
à Bruges, Philippe de Maroles, de le compléter, et écrivit, une lettre au 
magistrat du Franc leur demandant de payer la note. Des- demandes de ce 
genre ne subissant guère de i;efus à cette époque, nous trouvons les articles 
suivants dans les comptes de cette administration: 



Philipse de Masereulle, de welke van 
onzen gheduchlen heere ende prince te 
illuminerene ende verlichtene heift eenen 
bouc inhoudende Onser Vrauwen Ghetide 
ende andre zaken van devocien, onzen 
voorseiden gheduchlen heere ende prince 
van svoojfseids'lands weghe ghegheven int 
iaer xiiii* Ixv, eer hy vulmaecl was ter 
ghenouchten van den vornomden onzen 
gheduchlen heere etc., up diverse figuren 
ende historien die hy ghenomen heift 
daerin te makene, ghegheven ende betaelt 
ten scrivene van den zelven onzen ghe- 
duchlen heere ende pnnce, ende bi wetene 
ende lasle van der collège van der wet, 

cxx 1. Par. * 

Phillipse de Hazereule, camerknecbt 
ende verlichlere ons gheduchts heeren 
ende princen, de ^elke ghenomen heift te 
verlichtene ende vul makene eenen bouc 
inhoudende Onser Vrauwen Ghetighe ende 
vêle andere zaken van devotien, onsen 
voorseiden gheduchlen heere ende prince 
int iaer xiiii<^ Ixv, van svoorseids lands 
v^eghe ghepresenteert ende ghegheven im- 
perfect, ende zident te zinen scrivene ende 
begherten gheconsenteerd te doene vul- 
maken omme de somme van xxxv 1. groo- 
ten, makende iiii« xx 1. Parisiser; betaelt 
over de reste van dien hem noch ghebre- 
kende, iii« 1. P.* 



 Philippe de Masereulle, lequel a reçu 
de notre redouté seigneur et prince un 
livre contenant les Heures de Notre Dame 
et autres dévotions, pour Tenluminer et 
orner, livre qui fut donné par le pays du 
Franc à notre dit redouté seigneur et prin- 
ce en 1465, avant qu*il fut achevé à la 
satisfaction de notre redouté seigneur, en 
à compte pour divers figures et sujets qu'il 
a entrepris de peindre là dedans, donné 
et payé à la demande de notre redouté 
seigneur et prince et au su et par ordre 
du collège des magistrats, 120 1. Par. 



A Philippe de Mazereule, varlet de 
chambre et enlumineur de notre redouté 
seigneur et prince, lequel a entrepris d'en- 
luminer et d'achever un livre contenant 
les Heures de Notre Dame et beaucoup 
d'autres prières, présenté et donné de la 
part du pays du Franc en Tannée 1465, 
le dit livre étant alors inachevé, et depuis 
sur sa demande et requête on a consenti 
à le faire achever pour la somme de 35 
livres de gros, faisant 420 livres Parisis; 
payé au dit Philippe en solde de compte, 

300 1. P. 



* Compte du Franc du 11 Septembre 1466 au 10 Septembre 1467, fol. 88. 
' Compte du Franc du 10 Septembre 1467 au 15 Septembre 1468, fol. 77v. 



LES ENLUMINEURS DE BRUSES 117 

Ce Philippe de Haisereulles, de Hayserolis, de Maroles ou de Morolis, car 
on trouve son nom écrit de toutes ces façons, était natif de la France. Ainsi 
que nous apprennent les extraits qu'on vient de lire, il fut en 1466 au service 
du comte de Flandre. Admis comme maître dans la Gilde de Saint Jean et de 
Saint Luc en 1469, il est inscrit sur le registre de cette association comme 
écrivain et enlumineur de livres *. Il reçut pour élève Marguerite Michiels 
en 1478^, et Nicolas de Goutere en 1479 \ Il habitait sa propre maison dans 
la rue dite Peerde strate, où il décéda en 1479; sa veuve le suivit au tombeau 
la même année ^ La gilde reçut pour sa dette mortuaire, déduction faite de 
tous les frais du service, la somme nette de 40 gros, et pour celle de sa 
fenmie 32 gros. Us ne laissèrent pas d'enfants. Le frère de Philippe et les 
autres héritiers des trépassés étant sujets du roi de France, les biens délaissés 
par eux, furent sur la dénonciation de Jean Roeland, écrivain de livres, 
cpnfisqués au duc\ 

Nous croyons probable que Philippe de Marolles a été un des artistes 
employés à orner le magnifique manuscrit de Froissart conservé à Breslau, 
mais jusqu'ici le livre de prières de Charles le Téméraire est le seul qui 
puisse lui être attribué avec certitude. 

Nous ne saurions dire quels furent les artistes qui aidèrent Philippe de 
Marolles à orner le manuscrit de Vienne; on trouve cependant dans le 
compte du Franc du 10 Septembre 1467 au 15 Septembre 1468 (fol. 63), 
l'article suivant : 

Van iiii kannen wiins te vi grooteD den Pour quatre canettes de vin, à six gros 

stoop, Saterdaechs den xxx**** in Âpril la mesure de quatre pintes, présentées^ 

ghepresenteert Maerc le Bungeteur, Moris- Samedi 30 Avril, à Marc le Bongeteur, 

sis de Haec, Wiliemme van Vrelant ende Maurice de Haec, Guillaume van Vrelant, 

Passcbiere van der Wieghe, costen metten et Passchier van der Wieghe, payé avec le 

draglien, 1 s. P. port, 50 esc. P. 

Il parait probable que ces quatre membres de la gilde de Saint Jean et 
Saint Luc furent appelés par le magistrat pour apprécier la valeur du travail 
de Philippe de Marolles; le premier faisait le commerce des manuscrits enlu- 

* Comptes de la GUde de Saint Jean et de Saint Luc, 1454 à IS23, fol. 57. 

* Ibid., fol. 96. 

* U)id., fol. 99. 

* Ibid., fol. 99 V. et 100. 

^ Les extraits des registres de la Chambre des Comptes, contenant mention de ce fait ont été 
publiés par M. A. Pinghart, « Archives des Arts », tom. ii, p. 209. Gand, 1863. 

IV i« 



118 LES ENLUMINSUBS DE BEUGBS 

minés, le second était écrivain et libraire, et les autres, deux des meilleurs 
miniaturistes alors établis à Bruges. Nous publierons prochainement les ren- 
seignements que nous avons pu réunir sur eux. 



Nous avons publié dans notre deuxième volume * une notice sur l'enlumi- 
neur Simon Bynnynch, fils d'Alexandre et de Catherine van der Goes. Depuis 
lors nous avons trouvé dans les archives communales à Dixmude une minia- 
ture exécutée par lui pour le magistrat de cette ville en 1530. Elle a trente 
centimètres de haut sur dix-neuf de large et représente le Christ en. croix entre 
la Sainte Vierge et Saint Jean. Les personnages ont environ treize centimètres 
de hauteur. Le Christ, attaché à une croix en tau surmontée du titre, porte la 
couronne d'épines. Sa Mère, vêtue d'une robe bleue, d'un voile blanc et d'un 
manteau bleu superposé, tient les mains jointes et serrées. Saint Jean, vêtu 
de rouge, les mains croisées sur la poitrine, contemple le Sauveur. Sur le 
devant, des rochers; au pied de la croix, un crâne et des pierres; au delà, des 
soldats et d'autres personnes, quittant le Calvaire, s'acheminent vers la ville. 
Dans le lointain, une montagne^ des rochers et une échappée de mer avec un 
vaisseau. Le dessin et la coloration de cette miniature sont excellents, l'ex. 
pression des figures bien rendue. Un arbre à droite, et le lointain sont admi- 
rablement peints. 

Cette miniature, pour laquelle l'artiste reçut dix livres Parisis est placée en 
tête du canon du missel qui servait autrefois au chapelain du magistrat de 
la ville de Dixmude, missel écrit en 1530 par Pierre Esquaillet, contra-ténor 
de l'église Saint Nicolas en cette ville, qui reçut de ce chef 46 livres 8 escalins 
Parisis. La reliure, en peau de truie, estampée avec des fleurs, dragons, san- 
gliers et chiens, fut exécutée par les frères du Tiers Ordre de Saint François, 
elle leur fut payée 6 livres Parisis. Voici les articles concernant ce missel que 
contiennent les comptes de l'administration communale : 

Betaelt voor ix cayeren fransiins ghe- Payé pour neuf cahiers de vélio achetés 

cocbtte BruggheommetescriveDe den mis- à Bruges pour y écrire le missel destiné à 

sael bouck up tbereck, iiii 1. x s. P. ende rhôtelnde-ville, 4 I. 10 esc* P., et pour 

ii s. P. van vrechte, comt iiii 1. xii s. Par. fret S esc . P., ensemble 4 1. 12 esc. Par. 

• Pages 306 à 319. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



119 



Betaeit d'heer lan de Brouckere, voor 
xii vellen fransiins i^hens hem ghecocht 
om tselve, te y s. P. tstick» comt 

iii 1. Par. 

Betaeit noch van gheliicke xii vellen 
ghecocht om tselve, iii 1. Par. 

Betaeit Pierchon Esqualliet, van ghe- 
screven thebbene den voornoomden mis- 
sael groot xxix cayeren, te xxxii s. P. elc 
coyer, ende iiii 1. xvi s. P. die hem up den 
hoop gheconsenteert waren voor tcorri- 
gieren ende collacioneren, comt tsamen 

xlvi 1. viii s. P. •. 

Betaeit meèstre Symon de verlichtere te 
Brngghe, van te schilderen een Crucifix in 
den missaelbouck up tbereck, x 1. P. 

Betaeit den broeders van de Derde Oor- 
dene, van te biindene den missael bouck 
up tbereck ende anders vi 1. P. **. 



Payé an sieur Jean de Brouckere, pour 
douze feuilles de vélin achetées chez lui 
pour le même livre, à cinq escalins la 
feuille, 3 1. Par. 

Payé pour encore douze feuilles pareil- 
les achetées chez le même, 3 1. P. 

Payé à Pierchon Esqualliet,- pour avoir 
écrit le dit missel composé de 29 cahiers, 
à 32 esc. P. le cahier, et 4 livres, 16 esca- 
lins Parisis, qui lui furent accordés en sus 
pour avoir corrigé et coliationné le tout, 
ensemble, 46 1. 8 esc. P. 

Payé à mattre Simon Tenlumineur à 
Bruges, pour avoir peint un Crucifix dans le 
missel destiné à rh6tel-de-ville, 10 1. P. 

Payé aux frères du Tiers Ordre, pour 
la reliure du missel destiné à rh6lel-de- 
ville, 6 1. P. 



• Compte de la ViUe de Dixmude du 1 Mai 1£«0 au 1 Mai 1530. 
<• Compte de la Ville de Dizmnde du i Mai 1530 au 1 Mai 1531. 



NOTES ET DOCUMENTS 



POUB SEBYIfi A L'HISTOIBE DE 



LA FABRICATION DE LA POTERIE 



AUX FATS-BAS 



ahargé par la Direction du Musée de South-Kensington du clas- 
sement et de la description des nombreux objets d'art, pro- 
venant des anciens Pays-Bas et que renferme cette institution, 
nous nous mîmes en route au mois d'Octobre dernier avec l'intention 
de rechercher les lieux de fabrication des vaisseaux en grès orné anciens, 
dont le classement en gros, indistinctement, sous la rubrique « Grès de 
Cologne » ou c Grès Rhénan > 'ne nous satisfaisait point, vu que ces vais- 
seaux portaient sur eux des preuves évidentes d'origine diverse. Déjà ep 
dépouillant des archives çà et là, nous avions recueilli plusieurs notes 
relatives à la fabrication du grès au moyen-âge, et nous étions arrivé à 
connaître les lieux exacts où trois différentes gildes de potiers avaient 
exercé leur industrie : Siegburg S Raeren, et Grenzhausen. Ayant en outre 
rencontré plusieurs fort belles pièces provenant des ateliers de Raeren, 

• 

^ Cette première localité n^âvail jusqu'alors était mentionnée dans aucune publication, mais 
Ghaffers, dans son livre utile : c Marks and Monograms on Pottery and Porcelain », était dans 
le vrai lorsqu'il disait que les cruches en grès orné, de meilleure qualité et du plus grand fini, 
avaient été indubitablement fabriquées en Allemagne, et selon toute probabilité entre Cologne 
et Mayence pendant les quinzième et seizième siècles. Il est à remarquer que Brononiart, dans 
son « Traité des Arts Céramiques », (tom. ii, p. 226. Paris, 1844), avait déjà dit que la plupart 
des grès ornés devaient avoir été fabriqués non-loin des rives du Bas-Rhin. 



i 



LA POTEBIE AUX PAYS-BAS 121 

nous nous sommes procuré des lettres de recommendation pour le bourg- 
mestre de cette commune le priant de nous obtenir la permission de fouiller 
le terrain dans les environs des anciennes poteries. En passant par Cologne 
nous apprîmes qu'un chapelain de Sainte Ursule, Monsieur J. B. Dornbusch, 
avait déjà entrepris un travail semblable à celui que nous abordions. 
Immédiatement nous nous rendîmes chez lui et eûmes la satisfaction de 
nous convaincre que pour ce qui regardait une des localités sus-mentionnées, 
Siegburg, le travail était déjà terminé. M. Dornbusch achevait la rédaction 
d'une notice, déjà en grande partie imprimée, sur la gilde des potiers de 
Siegbnrg, notice dont grâce à la bienveillance de son auteur nous offrons 
aujourd'hui à nos lecteurs une traduction accompagnée de quelques notes. 
Elle sera suivie de documents que nous avons recueillis dans les archives 
sur les corporations de potiers qui ont fleuri dans d'autres localités, ainsi 
que de notes rédigées d'après les fouilles que nous avons dirigées nous 
même, dans le but d'être en position de déterminer les caractéristiques 
des produits de chaque atelier. 



* n y en a une au Musée royal d'Antiquités à Bruxelles qui porte rinscription sui>aDte : 

mestër. baldem. mennicken. potenbegker. wonêde. zo. den. rorren. in. leiden. 

GEDOLT. 1577., c'est-à-dire: Maître Baudouin Mennicken, potier, demeurant à Rorren. Patience 
dans les souffrances. 1577. Le Catalogue officiel rédigé par M. Théodore Juste, conservateur du 
musée (Bruxelles, 1864, p. 273), traduit cette légende de la manière extraordinaire que voici : 
« Fabriqué en 1577, par maître Balde (Hubald) Mennicken, potier, demeurant à la Fontaine, 
à Leide »1II Si le conservateur n^est pas assez au courant de la langue de la majorité des 
habitants du pays pour pouvoir traduire correctement deux phrases composées en tout de onze 
mots, il ferait mieux de s'abstenir. • 



u 6ILDE m mm 



DE U VILLE ABBATIALE 



DE SIEGBURG 



ET SBS PRODUITS 



a ne des branches de l'industrie artistique les plus importantes 
et les plus florissantes dans le Bas-Rhin au seizième et au dix- 
septième siècle était la fabrication du grès. Nulle part cette 
industrie ne fut exercée sur une si grande échelle que dans le Bas-Rhin, où, 
dans la seconde moitié du seizième siècle, elle atteignit sa plus haute per- 
fection aussi bien sous le rapport du dessin et du modelé que sous celui 
de Texécution matérielle. Les gildes de potiers qui fabriquaient le grès dans 
les pays Rhénans dépassaient à cette époque en nombre et en importance 
celles des autres contrées, et Iwrs produits, exportés en grandes quantités 
vers les autres pays de TEurope, étaient alors un article de commerce très 
recherché. Les grès ornés anciens conservés encore aujourd'hui dans les 
musées et dans les collections privées de l'Allemagne, de l'Angleterre, de la 
France et des Pays-Bas, portent sur eux-mêmes assez d'indices pour prouver 
à ceux qui les étudient avec attention que de beaucoup le plus grand nombre 
provient indubitablement des ateliers du Bas-Rhin. La matière, le glacis, et la 
forme des vaisseaux, le genre et le style des ornements, ainsi que les 
écussons armoyés et le dialecte des inscriptions, tout cela offre des preuves 
d'une telle origine. 

Les grès fabriqués par les potiers du Bas-Rhin à l'époque de la floraison 
de cet art doivent, à cause de leur forme et de leur ornementation, prendre 
place parmi les meilleures œuvres que cette branche de l'art ait produites; en 



r 



LA OILDE DES F0TIEB8 DE SIEOBUBG 123 

même temps ils présentent beaucoup (l*intérét au point de vue artistique et 
archéologique. Les sujets nombreux et variés qui s'y trouvent représentés 
ainsi que les inscriptions qui les accompagnent, sont souvent sous le rapport 
du dessin et du modelage d'une grande beauté, et offrent une mine profitable 
à exploiter pour l'illustration de l'histoire des mœurs, de la poésie populaire, 
du costume, de l'héraldique et de la généalogie. 

Il est cependant assez remarquable que les archéologues — même ceux 
qui se sont occupés spécialement de l'histoire de la poterie — ont jusqu'ici 
prêté peu d'attention à cette branche de Fart industriel autrefois si florissante. 
Elle a été au moins presqu'entièrement négligée par les investigateurs de ce 
district du pays; comme si l'histoire des gildes des potiers du Bas-Rhin n'avait 
aucune importance au point de vue de la science, ni en elle-même, ni par 
rapport à d'autres gildes, et comme si les représentations de sujets et les 
inscriptions ne communiquaient aucune valeur à leurs produits, et n'offraient 
point de matière pour les branches d'études y correspondantes. Et pourtant 
plusieurs de ces corps de métier, à cause de l'originalité de leurs constitu- 
tions, très différentes de celles des autres gildes Rhénanes, ainsi qu'à cause de 
leur floraison pendant plusieurs siècles, sont dignes de l'attention de 
l'historiographe, tout autant que leurs produits méritent par leur excellence 
l'observation des archéologues. L'obscurité qui enveloppe l'histoire des diffé- 
rentes gildes de potiers du Bas-Rhin est si grande, que mainte importante 
localité de ces corps de métier se trouve passée sous silence par ceux même 
qui ont fait de la poterie ancienne le sujet d'une étude spéciale. Ainsi 
Demmin dans ses ouvrages sur la céramique ^ ne mentionne ni les grès de 
Siegburg, ni ceux de Raeren, ni ceux de Frechen, pour ne citer que les trois 
lieux de fabrication les plus importants; — leur existence même lui était 
inconnue. On cherchera aussi inutilement dans les ouvrages topographiques 
et historiques * ayant rapport au Bas-Rhin des renseignements sur ces corpo- 
rations dont les fabrications étaient si florissantes pendant des siècles, et 
dont les produits artistiques leur ont gagné une position éminente parmi les 
autres corps de métier. Les sociétés historique et archéologique du Rhin 

* A. Dbmiun, « Guide de Tamaléur de faïences et porcelaines, poteries, terres cuites, etc., » 
Paris, 1S67. 

* L^ouvrage de Ph. E. Scbwaben, f Geschichte der Stadt, Festung und Abtei Siegburg », contient 
quelques notes sur les poteries de cette localité, mais elles sont inexactes sous beaucoup de 
rapports. 



[ 



124 LA OILDE DES FOTIEBS DE SIEGBUSG 

ndéme n*ODt dans leurs annales rien publié de quelque importance ' sur la 
fabrication du grès le long des rives de ce fleuve. 

Lorsqu'on prend en considération le silence que les historiens locaux ont 
gardé sur cette matière, il n*est guère étonnant que les archéologues ont 
jusqu'ici prêté peu d'attention aux grès anciens encore conservés. Les nom- 
breux spécimens de grès orné de fabrication locale qui se trouvaient encore 
dans les provinces Rhénanes, ont été pour la plupart exportés du pays dans 
le deuxième quart de ce siècle par des étrangers, surtout par des Anglais 
qui commençaient déjà à collectionner ces objets en 181 S. 

Cependant on trouve encore actuellement sur les lieux même où l'on fabri- 
quait jadis le grès, des vaisseaux et i^urtout des fragments de vaisseaux en si 
grand nombre qu'ils peuvent servir de preuves certaines des caractéristiques 
des produits provenant des différents ateliers, mais on est accoutumé aujour- 
d'hui à n'évaluer le grès que comme friperie, et il n'est encore entré dans la 
tête d'aucun directeur de musée ni d'aucun collectionneur privé, d'arranger 
les pièces de qualité inférieure et les fragments même selon le lieu de leur 
origine et selon leur date, comme autant de matériaux pour la constitution 
d'une série chronologique comparative des produits sortant des ateliers des 
diverses localités ^. Le musée de Cologne, entre autres, offre un exemple 
frappant du peu d'attention que les institutions artistiques et archéologiques 
du Bas-Rhin ont prêté jusqu'ici aux grès précieux de fabrication locale. Ce 
musée, dont la Direction devrait estimer comme un de ses premiers devoirs 
le rassemblement avec soin assidu des spécimens encore conservés des 
anciens produits artistiques du pays Rhénan et leur préservation de la 
destruction ou de l'exportation, possède beaucoup moins de vaisseaux en 
grès orné que bon nombre de collections privées en Angleterre et en France. 
En vain voit-on exposés en vente sur les marchés de Cologne de vieux pots 
en grés, enrichis d'ornements en relief, exhumés chaque année en grandes 
quantités dans ses environs, et qui cependant trouveraient si bien leur place 

> Od y trouve des notices cependant de différents spécimens de cruches en grès orné de fabrica- 
tion Rhénane. V. « Jabrbûchern des Vereins von AUerlhumsfreunden im Rheinlande, » tom. v et 
VI, p. 342, tom. VIII, p. 149, tom, Jix, p. 147, et tom. xxii, pp. 126 et 134. Bonn. 1844-1S55. Quant 
aux giides des potiers même, et quant à leurs établissements on n'y trouve rien sauf une petite 
notice concernant Raeren, tom. xxn, p. 129. 

* Nous devons cependant citer comme exceptions très honorables ie musée de Mayence dirigé 
par un savant qui a rendu d*immenses services à l'archéologie, M. le D' Lindenschmit, et le Musée 
Britannique, à Londres, dont la section des antiquités du moyen-ftge est confiée à M. A. W. Franks. 



LA GILDE DES POTIERS DE SIEGBUBG 125 

au musée de cette ville. Quoique dans les derniers vingt ans beaucoup de pièces 
de grande valeur, originaires de Siegburg et de Frechen et d'autres localités 
dans les environs de Cologne, aient été vendues aux enchères publiques dans 
cette ville, le musée Wallraff-Richartz en a très peu profité pour augmenter 
sa petite collection d'objets de cette catégorie. Ce n'est guère ici la place de 
rechercher la raison de ceci et d'autres faits analogues frappants; qu'il nous 
soit permis de dire qu'on ne peut en imputer le blâme aux conservateurs qui 
ont fait preuve d'une activité constante. 

Demmin a le mérite de nous avoir donné dans son livre déjà mentionné 
entre autres, une classification au moins partielle, et d'une manière générale, 
des corporations de potiers du Bas-Rhin, et d'avoir entrepris la description 
et la critique de leurs produits pour autant qu'il était à même de les préciser. 
Il est le premier archéologue qui ait appelé l'attention sur la haute valeur 
artistique et archéologique des grès de fabrication Rhénane dont il traite 
sous la rubrique c École Rhénane » , et qui ait soutenu la thèse que ces grès 
précieux, jusqu'ici connus généralement en France et même ailleurs grâce 
aux publications de H. Brongniart', sous le nom de Grès de Flandre, 
n'ont pas été fabriqués en Flandre, mais sur les bords du Rhin et 
par des artistes Allemands®. Toutefois les résultats des recherches de cet 
auteur sur les poteries du Bas-Rhin et leurs produits ne sont que de peu 
d'importance et très souvent erronés, à cause des maigres matériaux que 
lui fournissaient les collections, et aussi à cause de son ignorance des 
renseignements locaux. C'est ainsi par exemple qu'il n'a déterminé cor- 
rectement l'origine des grès Rhénans que d'une seule poterie, celle de 
Grenzhausen% et n'a rien su dire quant aux lieux de fabrication des pré- 
cieux vaisseaux ornés de sujets. 

Il faut dire cependant que cette ignorance quant à la détermination 
des difi'érentes espèces de grès de fabrication ancienne est universelle. 
On trouverait difficilement un conservateur de musée qui fût en état de 
déterminer avec exactitude le lieu de fabrication d'une seule des cruches 
de grès orné confiées à sa charge. Cest tout au plus si l'on sait que ce 
sont là des productions Rhénanes. Jusqu'ici il est encore impossible de 

^ « Traité des Arts Céramiques ». Paris, 18i4. c Description méthodique du Musée Céramique 
de la Manufacture Royale de Porcelaine de Sèvres ». Paris, 1843. 
• Op. cit.y tom. I, pp. 166 et 240. 
« Ibid., tom. I, p. 251. 

IV 16 



126 LA OILDE DES FOTIEBS DE SIIQfiUBQ 

classer d'une manière scientifique et critiqué les poteries du Bas>Rbin, et de 
juger sûrement leurs produits à cause de Tabsence presque totale des travaux 
préparatoires. Ou sera seulement à même d'écrire une histoire de la fabri- 
cation du grès sur le Bas-Rbin lorsque les renseignements sur chaque gilde» 
encore enterrés dans les archives, auront été livrés à la lumière» et lorsque 
des fouilles étendues pratiquées dans les dépôts de débris qui entourent 
partout les emplacements des poteries anciennes* auront mis au jour des 
matériaux d'après lesquels on pourra déterminer les produits de chacune de 
ces poteries. 

Le travail qui suit traite de l'histoire, de la , constitution et des produits 
d'une des plus éminentes corporations de potiers du Bas-Rhin, savoir, la 
Gildedes Potiers de Siegburg. Il a avant tout pour but d'attirer l'attention 
des historiens et des archéologues sur ce sujet. Il fournit en effet la preuve 
que l'histoire et la constitution de ces corporations offrent un intérêt particulier 
pour l'histoire de la civilisation, et que le grès orné du Bas-Rhin, jusqu'ici 
si peu estimé, mérite une place distinguée parmi les produits industriels de 
ce pays sous le rapport artistique et archéologique. Â cause du manque 
entier de travaux préparatoires^ la recherche et le rassemblement des maté- 
riaux documentaires et autres pour la rédaction de ce travail nous ont coûté 
beaucoup de peines et de difficultés. Depuis de longues années nous avons 
rassemblé les vaisseaux et fragments de vaisseaux découverts en quantité 
considérable par suite des travaux de terre à Siegburg et dans les environs. 
Quand l'acquisition de ces vaisseaux ou fragments ne nous était pas possible, 
nous avons eu soin de connaître, leur composition surtout quant aux orne- 
ments, sujets, inscriptions et dates. Pour compléter le résultat ainsi obtenu 
nous avons fait exécuter des fouilles importantes dans les grands dépôts 
de débris où pendant des siècles les potiers de Siegburg ont jeté la vaisselle 
gâtée dans la cuisson. Par ce moyen qous avons obtenu de riches matériaux 
pour déterminer les produits de la gilde Siegburgeoise. Ces matériaux joints 
aux vaisseaux conservés dans les collections, offrent un tableau assez complet 
de la fabrication Siegburgeoise depuis les temps les plus reculés jusqu'à la 
décadence du métier. 

Pour ce qui concerne les matériaux documentaires qui nous ont servi, 
pour la rédaction de l'histoire et la description de la constitution de la gilde 
Siegburgeoise, nous devons avouer qu'ils sont incomplets sous plusieurs 



Li eiLDE DSS POTIERS DB SIEaBOSO W 

rapports nonobstant des recherches sérieuses £aiites de tous les côtés. Ainsi 
nous n'^avons pu déoouyrir le moindre renseignement sur les artistes qui ont 
confectionné les moules employés pour décorer la vaisselle. D'un autre 
côté au contraire, tes renseignements que nous avons trouvés dans les 
Archives, sur tout ce qui concerne la constitution de la Gilde sont d'une 
abondance presque complète. Les Archives de l'État, à Dusseldorf, les 
Archives de l'église de Siegburg qui renferment plusieurs milliers de docu- 
ments pour la plupart non encore dépouillés, ainsi que plusieurs chartes 
provenant des archives de la gilde, actuellement en notre possession, présen- 
tent de riches matériaux pour l'histoire de la constitution de ce corps de 
métier. Les comptes de la ville, les registres aux délibérations, les regis- 
tres aux œuvres de loi, et d'autres documents encore conservés à Siegburg 
dans les archives de l'église, nous ont fourni bien des éclaircissements 
intéressants et dignes de remarque pour l'histoire chronologique de la gilde. 
Parmi les documents, les règlements du métier encore conservés sont d'un 
intérêt spécial. Il y en a cinq, qui appartiennent à des époques diverses: 

1 Les statuts ayant rapport aux potiers dans le Kuhrbuch de la ville de 
Siegburg, et qui remontent au moins au commencement du seizième siècle^. 

2 Les statuts de l'année 1816, approuvés par l'abbé Gérard v6n P^ettenberg^ 

3 Les statuts approuvés, le 13 Décembre 1531, par l'abbé Jean von 
Fûrstenberg**. 

4 Les statuts approuvés, le 31 Mai 1552, par l'abbé Herman von Wachten- 
donck^*, 

5 Les statuts approuvés, le 30 Octobre 1706, par l'abbé François Bernard 
von Westrem". 

De ces documents, d'une si haute importance pour le travail que nous 
avons entrepris, on trouvera les numéros i, 4 et 5 fidèlement reproduits 
parmi les Annexes. L'impression des statuts, n** 2 et S, nous a paru superflue 
puisque les divers articles de ces règlements se trouvent reproduits presque 
entièrement et sans changement dans la charte de 1552; toutefois nous 

* Dans un HS de la fin da seizième siècle, aux Archives de TÉglise de Siegburg. 
' Copie contemporaine incomplète, aux Archives de I*État, à Dûsseldorf. 
*» Copie contemporaine, aux Archives de FËtat, à DQsseldorf. 

" Original, dans la possession de Tauteur; deux copies contemporaines se trouvent aux Archives 
de TÊtat, à Dûsseldorf. 
^* Original, dans la possession de Tauteur. 



128 LA 6ILDE DBS POTIERS DE SIEOBUBO 

avons eu soin d'indiquer en note les quelques variantes entre les dispositions 
de ces chartes et de celle reproduite dans les Annexes. Ph. E. Schwaben, dans 
son Histoire de la ville, forteresse et abbaye de Siegburg", a déjà publié 
quelques extraits des numéros 1 et 2. Mais de même qu'il a agi de la manière 
la plus arbitraire, surtout dans son emploi de documents manuscrits inédits, 
et qu'il a très souvent estropié et modifié le texte aux dépens de la vérité 
historique, de même aussi les fragments qu'il a cités des documents sus- 
nommés ont été modifiés et défigurés de telle sorte que souvent ils ne 
rendent pas du tout le sens de roriginal^\ Gilles MûUer dans son ouvrage sur 
la ville et l'arrondissement de Siegburg*' ne fait aucune mention du métier 
des potiers. 

Pour ce qui concerne les planches Jointes à notre notice, nous devons dire 
que les objets qui s'y trouvent reproduits ne présentent qu'un tableau 
très incomplet des productions artistiques de la gilde Siegburgeoise. Le 
matériel riche et varié trouvé dans les dépôts de débris ne se prête guère à 
la reproduction en dessin, puisqu'il ne présente pour la plupart que des 
vaisseaux en fragments ou autrement endommagés. Dans les musées et 
collections privées du pays Rhénan nous n'avons pu trouver qu'un nombre 
fort restreint de vaisseaux en grès orné, de fabrication indubitablement 
Siegburgeoise, qui soient en bon état de conservation. Il nous a été im- 
possible d'examiner et de tirer parti des collections de grès orné conservées 
dans les musées de l'Angleterre qui renferment des vaisseaux Siegburgeois 
de forme rare et de valeur remarquable. Ce qui a rendu encore plus parti- 
culièrement difScile le choix des objets à reproduire, c'est la règle que nous 
avons cru devoir nous imposer de ne faire usage d'aucun vaisseau conservé 
dans les collections, dont l'origine Siegburgeoise n'est pas établie d'une 
manière péremptoire par leur identité avec les objets trouvés dans les 
dépôts de débris, non seulement sous le rapport de la matière, de la couleur 
et de la forme, mais spécialement en ce qui regarde le style, le dessin des 
ornements, et les initiales ou marques des potiers ou des artistes qui ont 
fabriqué les moules. Des nombreuses espèces de vaisseaux nommés dans les 

» « Geschîchte der Sladt, Festung und Abtei Siegburg », p. 252. 

^* On peut juger de quelle manière superficielle Schwaben a écrit son histoire, si Ton com- 
pare les extraits des statuts de la gilde de 15K2 avec la reproduction textueUe de cette intéressante 
charte imprimée parmi les Annexes sous le n* 2. 

** c Siegburg und der Siegkreis ». 



LÀ QILDB DES POTIERS DE SIEGSUBO 129 

Charles du métier du seizième siècle, il n'y en a qu*un nombre restreint 
qui soient reproduits dans les planches; — là série la plus complète que nous 
ayons pu reconstituer est celle des petites cruches en entonnoir^^. Celle-ci 
offre un tableau assez exact du développement de la fabrication du grès 
à Siegburg depuis les temps les plus anciens jusqu'à la décadence du métier. 

Nous avons divisé notre travail en deux parties: la première traite de 
rhistoire et de la constitution de la gilde, la seconde, de ses produits. Dans 
cette seconde partie nous avons cru bien faire de ne pas limiter nos recher- 
ches strictement aux productions Siegburgeoises, mais nous avons étendu 
nos observations aux objets fabriqués par d'autres gildes de potiers remar- 
quables et spécialement par celles de Raeren, de Frechen, et du pays dit 
des potiers dans le ci-devant duché de Nassau, afin de pouvoir préciser de la 
manière la plus complète les caractères spéciaux des grès de Siegburg et de 
démontrer ses analogies avec les autres fabrications. Les renseignements que 
nous avons rassemblés par rapport aux produits des potiers Rhénans seront, 
nous osons l'espérer, d'un intérêt spécial pour les archéologues et pour les 
collectionneurs puisqu'ils fournissent des points d'appui positifs, basés sur 
des recherches locales, pour la détermination des différentes espèces de grès 
Rhénan. 

Parmi ceux qui nous ont aidé à rassembler les nombreux matériaux néces- 
saires pour notre travail, nous devons mentionner surtout M. Essenwein, 
directeur du Musée Germanique à Nuremberg, M. le D' Ennen de Cologne, 
H. le D' Harless, conservateur des archives à Dûsseldorf, M. le D' Lin- 
denschmitt de Mayence, et M. le professeur Mohr dé Cologne. Nous les 
prions d'agréer nos meilleurs remercîments pour leur bienveillante coo- 
pération. 

" Planche i, n" 3 à 15, pi. ii, n" 5 et 6, et pi. iii, n»« 3 et 6. 






mSTOIBE ET OAGANISATION DE LA GILDE 

Parmi les nombreux établissements de potiers au Bas^Rbin et ses 
affluents, à partir de Rûdesheim,Siegburg était un des plus t^nciens et 
des plus importants. Les grands dépôts d'excellente ai^ilè des environs 
de la ville ont été utilisés de bonne heure, en tout cas vers 1300,. pour, 
la fabrication des pots. Les potiers s'étaient état)Us au milieu de ces 
dépôts d*argile, et on peu^ démontrer que. leur établissement était déjà 
devenu au commen^cement du quinzième sièctle un. vUla^^ d'une certaine 
importance, qui trahit clairement son origine: par son nom d^Aulgmse (rue 
des pots), en Bas-Allemand : Vlga^se, nom qu'il porte encore aujourd'hui.. 
Les potiers de Siegburg s'appelaient i//ner, du vieux Allemand u/. Voila 
du Latin, un pot\ L'expression* (7/ner, qu'on rencontre dans les plus, 
anciens documents et qui est encore en usage parmi le peuplci a subi de 
nombreuses modifications dan3 le cours des siècles avant de passer dans. 

• r 

*■ Le nom de la ferme i4u/ra/A (en bas-Allemand Vlerott) %\\\xét dans la banlieue de Siegburg 
sur le ruisseau de TAgger, à une demi-lieue de l'Aulgasse^ûe semble pas dériver du susdit ul 
(pot), quoique des poteries y aient été eo exploilation vers 1800. La ferme n*avait pas de rapports 
avec la Gilde des potiers et leur étabJissement avant l'année iS83; mais elle portait déjà le nom 
A^Àulralh dans les premières années du quinzième siècle. Àulraib, ainsi que d'autres fermes et 
localités de la vallée de l'Agger, comme par exemple, Ajueï Hof, Ingersauel, Schachenaud, Baus- 
Auel, doit son nom à au, àuel, (près du ruisseau ou petit cours d'eau). (Voir F. W. Oligsghlaêgbr, 
c Deutungen aller Orts âaiiien am Mittel-und Niederrheine» dàûs les c Annalen des Hisloriscbén 
Vereins fur den Niederrbein », tom.xxiei xxit,p.170). Au témoignage d*un document du 12 Février 
1583, conservé aux Archives de relise de Siegburg, ce bien était la propriété des Seigneurs d*£del- 
kirchen, qui se mirent alors d*accord pour la vente de la dite ferme grevée de deux cents florins 
d*or et de trois cents thalers en faveur des potiers Jean et Herman Flach. Elle semble être devenue 
par là la propriété des dits maîtres potiers. Ce furent probablement eux aussi qui érigèrent en cet 
endroit des établissements et des fours de potiers; car les débris nombreux qui se trouvent aux 
alentours de cette ferme, dont tes environs fournissent de la bonne argile, démontrent que la 
fabrication de la poterie y a été exercée sur un assez grand pied vers les années 1600. Il y a 
environ une cinquantaine d*années on y a déblayé un grand monticule de débris qu*on a trans- 
porté à une centaine de pas de là, sur le Brûckberge, en pleine campagne. Le monticule qui en est 
résulté, aujourd'hui couvert de broussailles, s'appelle chez le peuple le Galgenberg (montagne de la 
potence), et on le considère généralement comme Tancien lieu d*exéculion. ITappuyant sur cette 
tradition, j'ai dans mon Histoire de l'organisation de l'avouerie et de la ville de Siegburg 
(« Annalen », tom. xxiii, p. 86) indiqué cette colline comme l'endroit où se trouvait « la potenqe 
sur le Brûckberge » appartenant à l'abbaye de Siegburg, et dont il est si souvent fait mention dans 
les documents anciens. Toutefois cette donnée puisée, dans les traditions populaires, n'est pas 



LA OILDS DES POTIEfiS DE SIEOBUEa 131 

le Haut-AIlemaiKl jlu/n;er« Dans les docmneiits du quinzième siècle et jusque 
vers 1530. on trouve ulner^ uylner; de là jusque vers 1600 oUner, oelner, 
oulner^ etUner^ euler^ eueler^ aueler, aulner; après 1600 eulner et aulner. 
. VÂulgasse est située au nord-est de la ville dé SieglMirg, actuellement 
h <^inq minutes de Fancien mur d'enceinte, et appartenait autrefois comme 
aujourd'hui, à la commune de 8iegburg. Avant les ravages des guerres 
du dix-«eptième siècle, si fune3tes pour Siegburg,. elle doit avoir eu une 
plus grande QxtensioH qu'à présent; car dans les prairies et les jardins 
environnants, aussi bien dans la direction du Driesche que du côté de la ville, 
on découvre encore souvent en creusant la terre, des traces d'anciennes 
bâti8j3e3i II résulte des rôles des contributions et d'autres documents du 
seizième siècle que ses maisons s'étendaient alors jusqu'à la porte de la 
ville dite Holzlhore. D'après la liste des hommes de compagnie de TAulgasse 
avec leurs armes, de l'an 1583, qu'on trouver^ plus loin dans les Annexes 
au n"" 4, elle comptait alors trente-huit propriétaires de maisons. On ne* 
peut étendant rien déduire de cette note par rapport au nombre de 
maisons, car la liste ne donne que les noms de propriétaires, et il est 
certain que de riches potiers possédaient encore, outre leur propre maison, 
d'autres à l'usage des ouvriers qu'ils employaient dans leurs ateliers. 

Dans l'Aulgasse la ville prélevait une taxe sur la grand'route qui con- 
duisait de la vallée de l'Agger à Siegburg. Pour ce motif elle était fermée 
par une porte déjà depuis le quinzième siècle*. L'octroi de l'Aulgasse 
était affermé tous les ans avec les accises et généralement à un potier ^ 

A l'entrée de l'Aulgasse, à l'endroit où se trouve le cimetière actuel, 
s'élevait autrefois un prieuré dépendant de l'abbaye de Siegburg et appelé 

exacte. Gomme il m*a été raconté depuis par de très vieux habitants de la ville de Siegburg, la 
colline désignée cpmiâe Tancien lieu d'exécution doit son origine au dit transport de débris; ceux 
qui m*ont garanti Texactitude de cette assertion se souvenaient du temps ou en effet la colline 
n'existait pas encore. La potence, au dire des mômes témoins, se serait trouvée bien plus près de 
la ville dans les environs du Driescb, et ils m*ont indiqué la place où s'élevaient les deux plUers 
maçonnés en briques qui portaient la traverse de la potence et qui n'ont été démolis que de leur 
temps. Alors ce dernier endroit s'appelait encore le Galgenberg et ce ne fut que plus tard, après que 
la charrue eut fait disparaître les dernières traces du lieu d*exécution, que le peuple transporta le 
nom de Galgenberg au monticule de débris de poterie susmentionné. Je relate ce fait ici pour mour 
trer le peu de foi qu'on peut attacher aux traditions populaires et avec queUe prudence Thistorien 
doit en faire usage. 

' Comptes de la Ville de Tannée 1432 : « Item, zo der portzen in der uylgassen han wir 
gegeven xvii mrc > 

' Comptes de la Ville. 



132 LA OILDB DES FOTIBBS DE SISGBUBG 

« zur Krucht ». Il ne nous a été conservé que fort peu de données sur 
son histoire ; on ne sait pas même quand il a été supprimé. En temps de 
calamités publiques on faisait des processions avec le Saint-Sacrement ou 
avec la châsse de Saint Bénigne de Siegburg à réglise de ce prieuré ^ 
Entre le Driesch et la partie nord-ouest de TAulgasse se trouve un 
terrain qui porte encore aujourd'hui le nom de Dakaul (fosse à argile). 
Les vastes dépôts d'argile situés autour de l'Aulgasse semblent avoir été 
exploités tout d'abord en cet endroit qui était le plus rapproché des 
établissements des potiers; de là le nom encore en usage aujourd'hui. 
La profondeur des prairies et autres terrains du Dakaul en comparaison 
des terrains adjacents démontre qu'une quantité considérable d'argile a 
été extraite du sein de la terre/ Un document de Tannée 1332' nous 
apprend qu'il y avait déjà en cet endroit une ferme qui portait le nom 
c zur Dakaule ». Un échevin de la justice noble de Siegburg, Godescalc 
van Wyle, fait en cette année don de la dite ferme à Fautel de la Sainte 
Trinité à l'église abbatiale de Siegburg. Le groupe de maisons encore 
existant aujourd'hui marque l'endroit ou cette ferme s'est trouvée jus- 
qu'au siècle passé. Il n'est pas du tout improbable que ces fosses à argile 
aient été épuisées en cet endroit avant la construction de la ferme, et que 
celle-ci n'ait été construite qu'après, quand les terrains étaient de nouveau 
rendus à l'agriculture. Quoiqu'il en soit, le document démontre en tout 
cas qu'avant l'année 1322 on a extrait de l'argile en grande quantité 
dans les parties les plus voisines de l'Aulgasse, indubitablement pour 
servir à la fabrication des pots. Le document en question ne démontre 
pas cependant qu'il existait déjà alors une colonie de potiers dans l'Aulgasse. 

Le plus ancien document qui fasse mention de l'Aulgasse, appartient 
à Tannée 1384*. Il y est fait mention d'une < hereditas sita inter figulos ». 
Dans un autre document du commencement du quinzième siècle il est 
question de rentes de maisons et de pièces de terre sises « in vico figu- 
lorum dicto uylgassen ». 

Dans les environs de TAuIgasse, surtout dans les terres entre l'Aulgasse 

* Comptes de la Ville. 

' Aux Archives de TËtat, à DQsseldorf. 

• Acte notarié du 4 Mars 1411 concernant les revenus des deux vicaires de Téglise paroissiale 
de Siegbucg, qui rapporte textuellement le document susmentionné de Tannée 13^. L'original se 
trouve aux Archives de l'église de Siegburg. 



LA GODE DBS POTIEBS DE SIEGSUSO 183 

et Dakaul et au Tônnisberge (mont d'argile), on trouve parfois des pots 
et des fragments de pots en grès % de forme sans goût, d'un travail très 
grossier et de laide couleur (Pi. I, 1, 2). Quoique en général les ouvrages 
en grès d'une fabrication antérieure k Tan 1500, n'offrent pas de points 
d'appui surs pour la détermination de l'époque de leur fabrication, — car, 
chose singulière, l'art de la poterie n'a pas progressé d'un pas égal avec les 
autres arts accessoires, mais a commencé seulement vers 1500 à prendre 
un développement artistique, — il n'y a pas de doute cependant que ces 
pots appartiennent à une époque, où la fabrication du grès au Rhin n'avait 
fait que commencer. Que la fabrication du grès même avant l'époque de sa 
splendeur au quinzième siècle était établie sur un grand pied à Siegburg, c'est 
ce que démontrent les nombreux étangs des Marches de Klinkeuberg, situés 
sur le Stallberg, souvent mis à sec dans ces dernières années, dont plusieurs 
existaient déjà au quinzième siècle, et étaient alors, comme après, utilisés 
pour la pêche. Ces étangs, de l'avis d'hommes compétents, étaient presque 
tous d'anciennes fosses à argile. Le registre aux copies des fondations de 
messes matinales de l'église paroissiale de Siegburg depuis 1439 jusqu'à 
U95, contient les noms d'un grand nombre de fondateurs, établis dans 
}es Marches de Klinkenberg, censitaires de la ferme de Klinkenberg qui 
appartenait à Tabbesse de Vilich ^ 

Les documents qui nous ont été conservés nous fournissent fort peu de 
renseignements sur l'organisation et l'histoire du métier des potiers de 
Siegburg antérieurement à l'année 1500. Nous ne trouvons des données plus 
précises que dans les documents du seizième siècle, époque où le corps de 
métier se transforma en une Gilde artistique proprement dite, et prit le 
premier rang parmi les métiers de la ville de Siegburg. La plus ancienne 
charte de la corporation encore existante appartient, comme nous l'avons 
déjà dit, à l'année 1516. Les statuts y relatés, qui contiennent des indications 
minutieuses sur les*>cas principaux qui se peuvent présenter, portent le 
caractère évident d'un développement et d'un perfectionnement datant déjà 
de longues années. Aussi l'organisation telle qu'elle est établie dans cette 
charte, s'est elle conservée presque sans changement dans ses principales 

' Les potiers de Siegburg n'ont fabriqué que du grès, ainsi qu*on verra dans la seconde partie 
de cette étude. 

« Voir les actes i, 4, 11, 12, 13, 14 et 20 du dit registre conservé aux Archives de l'église 
de Siegburg. 

IV n 



134 LA OILDE DES FOTIEfiS DE SIEGBUBa 

prescriptions jusqu'au déclin de la Gilde, dans la seconde moitié du dix- 
septième siècle. Le règlement de 1531 diffère peu de celui de 1516. Les 
indications les plus détaillées et les plus circonstanciées se trouvent dans 
les statuts de 1552 que nous donnons sous le n"" II des Annexes. Les règle- 
ments des chartes précédentes y sont reproduits presque complètement et 
sans variation. Ce document intéressant donne des notions précises et dé- 
taillées sur tout ce qui regarde la corporation, sur l'apprentissage et la 
maîtrise, sur le commerce, sur la qualité et le prix des différentes espèces 
de vaisseaux, ainsi que sur ses ordonnances de police. 

Les potiers de Siegburg, comme tous les métiers de la ville, étaient 
organisés en corporation. Aussi loin que remontent les comptes de la ville 
— jusqu'en 1429 — les potiers {Ulner) figurent sur la liste des recettes de 
Faccise comme corporation. Le métier des potiers, de même que les autres 
gildes, dépendait de l'abbé; celui-ci lui donnait des statuts et les modifiait 
sur le désir de ses membres après avoir entendu l'avis du magistrat et de 
récoutête de la justice échevinale noble. Elle était une corporation close; seuls 
les fils légitimes de ceux qui étaient eux-mêmes maîtres, pouvaient appren- 
dre le métier et le pratiquer ^ Aucun maître ne pouvait accepter un étranger 
comme ouvrier, parce que par là, ainsi qu'il est dit dans une plainte très 
vive concernant la transgression de cette disposition, l'art de la poterie, 
qui n'était pratiqué nulle part comme à Siegburg, pouvait être transporté 
ailleurs. Celte disposition sévère qui excluait de l'association de la Gilde 
tout étranger, ne se trouve pas seulement dans tous^les règlements, de la 
corporation , mais est aussi inscrite comme loi fixe dans le c Kuhrbuch » 
de la ville de Siegburg *^ L'abbaye et la ville étaient fières de la Gilde 
des potiers dont la réputation s'étendait au loin, et dont les produits artis- 
tiques fort recherchés ne contribuaient pas peu à la prospérité et au déve- 
loppement du commerce dans la ville abbatiale. Tous les abbés cherchaient 
à rehausser le métier des potiers par l'octroi de privilèges et de libertés, 
et veillaient à ce qu'on ne transportât à d'autres centres industriels une 
fabrication dans laquelle on excellait à Siegburg et qui était inconnue 
partout ailleurs. 

Aussi, tandis que dans le « Kuhrbuch » de la ville on ne rapportait des 

• Charte de 1582, § I. Voir aux Annexes, n* II. 
*• Voir aux Annexes, n» I. 



LA OILDE DES POTIERS DE SIEOBUBO 135 

règlements des métiers que les statuts ayant trait à la violation des ordon- 
nances de police et au dommage des acheteurs^ on avait, par exception, 
pris des chartes de la corporation des potiers les stipulations concernant 
Fexclusion des étrangers, et par là Texacte observation et accomplissement 
de ces articles du règlement n'étaient pas confiés seulement à la surveillance 
des autorités du métier, mais encore soumis au contrôle des employés de 
l'abbaye et de la ville. 

Il semble que, forcé par les circonstances, on s'est écarté parfois de la 
prescription du statut susdit : que les fils seuls des maîtres pouvaient 
apprendre et pratiquer le métier. Il peut être arrivé que des maîtres qui 
n'avaient pas d'enfants, ou au moins pas de fils, et ne voulaient pas laisser à 
des étrangers leur grande position, adoptaient pour ce motif, avec l'approba- 
tion de l'abbé et du métier, comme élèves et héritiers les fils de leur frère 
ou sœur ou d'autres parents. Ainsi seulement on peut expliquer la présence, 
à différentes époques, de noms nouveaux, inconnus auparavant, sur les listes 
de potiers qui nous ont été conservées. On tenait cependant avec la plus 
grande sévérité à ce qu'aucun étranger n'entrât dans l'association du métier 
comme apprenti ou même comme ouvrier. On ne trouve mentionné dans 
les documents qu'un seul cas, où l'entrée de la Gilde Siegburgeoise est 
accordée à un potier étranger. Lorsque après la prise et la destruction de 
Siegburg par les Suédois, la poterie comme les autres métiers était près de 
sa ruine et menaçait de s'éteindre faute de membres , l'abbé Jean Werner 
von Bock zu Pattern, pour prévenir l'extinction de l'ancienne Gilde artistique, 
admit sans réserve, dans la corporation Siegburgeoise, par lettres du 
1 Septembre 1 654 , l'honorable et pieux potier Everard Lutz du bailliage 
d'Ehrenbreitstein ". Par là cependant il ne fut apporté aucun changement à 
la prescription du règlement quant à l'exclusion de toute personne qui ne 
descendait pas de maîtres-potiers; car l'admission de l'étranger en question 
ne s'opéra que par un décret de l'abbé en sa qualité de seigneur de l'endroit, 
et ce même étranger eût à promettre lors de sa réception, de se conformer 
aux ordonnances et statuts de la ville et de la corporation. La rigueur avec 
laquelle on tenait encore alors à l'observation du dit statut est démontrée 
par différentes plaintes que les maîtres potiers adressèrent à l'abbé à cause 
de sa violation. En 1656 les potiers se plaignent que leur voisin Edmond 

>^ Copie, aux Archives de TEtat, à Dilsseldorf. 



136 LÀ OILDB DES POTIERS DE SIEGBUBO 

Duppenbecker ait Faudace d'empiéter sur leur métier en contrevenant 
directement non seulement à leurs antiques chartes et sceau, mais encore 
au c Kuhrbuch » de la ville de Siegburg, puisque durant tout un temps il a 
cuit des canettes et des pots. Ils prient l'abbé de défendre sérieusement au 
prévenu la fabrication des pots et des cruches, et de l'obliger & faire au 
métier la réparation due pour la peine qu'il a encourue^*. Quand, en l'annoe 
1675, les maîtres de la corporation des potiers se plaignirent à l'adminis- 
trateur de l'abbaye, le cardinal Bernard Gustave, margrave de Baden-Gurlach, 
que maître Pierre Zander, leur compagnon, avait accepté comme domestique 
un étranger, le défendeur fut obligé de fournir une caution de cent florins 

• 

d'or, et le domestique dut jurer que quand il quitterait Siegburg, il n'entre- 
prendrait rien au détriment de la Gilde. Ce n'était qu'à celte condition qu'il 
fut accordé à Zander de conserver plus longtemps le domestique*'. Encore 
au dix-huitième siècle la corporation Siegburgeoise maintenait Texclusion 
rigide des compagnons ouvriers étrangers. La charte confirmée par Tabbé 
Bernard von Westrem, le 30 Octobre 1706, établit comme toutes les précé- 
dentes, que les iSls seuls de maîtres pourront être admis comme apprentis, et 
que si, après avoir obtenu la maîtrise, ils quittent la gilde pour aller s'établir 
ailleurs, ou pour exercer un autre métier, ils perdront tous privilèges et fran- 
chises, e.t il ne leur sera plus permis d'exercer l'art de potier. L'abbé se réserve 
cependant de faire recevoir dans la corporation, si bon lui semble, un étranger 
au courant du métier, mais qui, en ce cas, devra faire serment de vivre et de 
mourir comme membre de la gilde Siegburgeoise *^ 

Les plus hauts dignitaires étaient les quatre maîtres élus du métier {die vier 
gekorenen meister de^ Handtverks), dont deux sortaient annuellement et étaient 
remplacés par deux autres qu'on choisissait à leur place **. Depuis 1706 deux 
d'entre eux portaient le nom de maîtres du sceau et étaient tous les ans élus 
de rechef '^ Les quatre jurés représentaient le métier dans toutes les affaires 
de droit au dehors, ils veillaient à la ponctuelle exécution des statuts, contrô- 
laient la quantité et la qualité des marchandises fabriquées, terminaient les 
différends entre les compagnons potiers et plaidaient devant le conseil de la 

" Copie aux Archives de l'église de Siegburg. 
" ScHWABEN, op. cit., p. 2S2. 
" Charte de 1706, § 3; Annexes, n« VIII. 
" Charte de 1552, § 39; Annexes, n* II. 
*• Charte de 1706, § 1 ; Annexes, n» VIII. 



P1:.I. 



U GILDE DES POTIE&S DE SIEOBURG 137 

gilde Qade) pour les parties en contestation. Il entrait dans leurs attributions 
de faire de temps en temps inspection dans les ateliers particuliers et d'exami- 
ner si l'achat et la vente se faisaient honnêtement, et si la moralité et le bon 
ordre régnaient partout. Tous les compagnons du métier devaient aux quatre 
jurés une obéissance absolue et une prévenance empressée. Celui qui s'opposait 
à eux, ou osait leur fermer la porte, était passible de peines ^\ Dans quelques 
cas particuliers le métier choisissait encore d'autre maîtres pour être adjoints 
aux quatre jurés, comme par exemple, quand une fournée de marchandises 
s'était gâtée par suite de négligence et qu'on devait faire estimer l'indemnité 
à payer**. 

Gomme employés de police de la gilde fonctionnaient deux maîtres de quar- 
tier (tirmeister) **. Ils faisaient les proclamations, convoquaient les assemblées, 
recueillaient les petites amendes et faisaient les saisies pour leur non-paie- 
ment **. De même que les maîtres des sceaux de la corporation des tisserands 
en drap, ils prêtaient serment en présence des autorités de Tabbaye et de la 
ville '^ Gomme ils connaissaient des transgressions des statuts du ^Kuhrbuch^ 
en ce qui regardait les potiers, et qu'ils faisaient entrer dans la caisse commu- 
nale les amendes courantes, ils recevaient chacun annuellement à la Saint 
Martin, ainsi qu'on peut le voir par les comptes de la ville, deux quarts de vin 
des caves municipales. 

Pour l'admission à l'apprentissage la preuve de la naissance légitime était 
prescrite dans le métier des potiers, comme dans toutes les autres corporations 
de la ville. L'apprentissage était fixé à six années '*, et était ainsi de la même 
durée que celui des apprentis des peintres, des verriers et des sculpteurs de 
Gologne. Dans la charte de 1706 il est fixé à sept ans *>. Lors de l'acceptation de 
l'apprenti, le maître, qui était d'ordinaire le père, devait payer un florin d'or 
à l'abbé, un quart de vin à l'écoutête de la justice noble, et le même à la gildo. 
Si le maître venait à mourir avant le terme de l'apprentissage, l'élève devait 
continuer son instruction auprès d'un autre maître désigné par les quatre jurés. 

" Charte de 1552, § 42; Annexes, n« II. 

« lbid.,§41. 

■» Tir-, Tyr-, Tier-, Thie^meister dérive bien de terminus. 

M Charte de 1552, §§ 32, 33 ; Annexes, n» H, 

'* Compte de la Ville de l'année U75 : « Item, do die segelmeister ind die tirmeister yre eyde 
daden, ban wir myt ioncker Rembolt (von Plettcnberg, IVcoutéie) vertzert i mrc. • 
» Charte de 1552, § 6; Annexes, n* II. 
» Charte de 1706, § 4; Annexes, n* VIII. 



138 LA OILDE DES POTIEBS DE SIEGBUBO 

Si le défunt était son père, on accordait que Tapprenti continuât son appren- 
tissage chez sa mère. Le temps de l'apprentissage accompli, il était proclamé 
libre par les quatre jurés en réunion publique du conseil et en présence de 
tout le corps de métier. Il pouvait alors continuer de servir comme ouvrier, 
ou s'établir et exercer le métier pour son propre compte. Dans ce dernier cas 
il devait payer à Tabbé deux florins d'or, deux quarts de vin à l'écoutête» et le 
même à la gilde '\ Dans la charte de 1S31 il était en outre stipulé qu'on four- 
nirait deux livres de cire pour les cierges de la corporation. Depuis 1706 per- 
sonne ne pouvait passer maître avant l'âge de vingt-cinq ans ". 

Outre les ouvriers qui devaient avoir fait leur apprentissage statutaire, appar- 
tenaient encore au métier les bêcheurs d'argile, les travailleurs de l'argile, 
les gens de serment, les préparateurs et les bûcherons (holzer) *^ La désigna- 
tion gens de serment fait allusion à ce que cette espèce d'aides devaient promet- 
tre sous serment le secret, avant d'être initiés aux mystères de la fabrication. 

L'année de service commençait avec le Mercredi des Cendres et finissait à la 
Saint Martin, le reste de l'année on ne travaillait pas. Pendant l'année de service 
aucun ouvrier ne pouvait quitter son maître, ni aucun maître prendre pareil 
ouvrier à son service. Celui qui voulait changer de service à la fin de l'année, 
devait l'annoncer à la Saint Jean-Baptiste. S'il était en dette auprès de son 
maître, il devait le payer en quittant, à défaut de quoi il devait continuer son 

service *^ 

Pour la Gilde des potiers, comme pour la plupart des corps de métier Sîeg- 
burgeois il existait une sévère contrainte, aussi bien par rapport à la fabrication 
et la vente, que pour le prix des marchandises. Les membres seuls de la cor- 
poration pouvaient faire la poterie dans les limites du ressort de l'abbé de Sieg- 
burg, et depuis l'année 1552 le droit de fabriquer des tuiles était aussi réservé 
à eux. L'abbé cependant jouissait du privilège de faire cuire par qui bon lui 
semblait les tuiles nécessaires pour l'abbaye et ses fermes *■. 

Pour rendre possible une diislribution proportionnelle des profits, on avait 
déterminé exactement combien de fournées de marchandises chaque maître 
pouvait cuire annuellement. Chaque maître pouvait fabriquer annuellement 

« Charte de 15S2,§§ 2, 6; Annexes, n«> IL 
« Charte de 1706, § 9; Annexes, n» VIII. 
M Charte de 1553, §38; Annexes, n« II. 
" Ibid.,§§l,3,12. 
"• Ibid.,§40. 



r 



LA OILDE DES POTIERS DE SIEGSURG 13d 

pour sa personne neuf fournées de vaisseaux ; en outre, par chaque ouvrier* 
qu'il employait, six; un par apprenti de seconde année d'apprentissage, deux 
pour ceux de la troisième année, quatre pour ceux de la quatrième, et six pour 
ceux de la cinquième. Il était cependant expressément stipulé que personne 
ne pouvait cuire plus de seize fournées pour l'ensemble de sa domesticité. Ces 
règles étaient si strictement observées que pour celui qui s'établissait comme 
maitre dans le courant de l'année, les quatre jurés déterminaient le nombre 
de fournées qu'il pouvait cuire pendant l'année courante. De la même manière 
le conseil du métier fixait le nombre de fournées que perdait un maître quand 
un ouvrier ou un apprenti mourait ou s'enfuyait dans l'année. Celui qui avait 
cuit son nombre de fournées et à qui il restait encore des marchandises non 
cuites, pouvait bien encore les cuire mais il ne pouvait vider le four qu'après 
le Mercredi des Cendres de l'année suivante. Pour rendre impossible la 
fraude quant à la quantité de la marchandise à fabriquer, il était défendu 
de cuire des produits qu'on n'avait pas préparés soi-même avec les gens de sa 
maison. Si un maitre mourait, sa veuve pouvait cuire le nombre complet de 
fournées pour l'année courante. Pour la suite il lui était aussi accordé de con- 
tinuer le métier du maitre, aussi longtemps qu'elle restait dans le veuvage et 
se conduisait honnêtement; elle ne pouvait cependant cuire annuellement avec 
toute sa maison plus de neuf fournées de marchandise fabriquée '^ La charte 
de 1706 contient la même faveur à l'avantage des veuves des maîtres, avec cette 
ajoute, qu'elles pouvaient abandonner le nombre de fournées qui leur était 
concédé à un autre maitre, moyennant une redevance de dix thalers du Rhin 
par fournée. La même charte accorde au conseil du métier de déterminer selon 
les circonstances, après en avoir délibéré préalablement avec toute la corpora- 
tion, combien de fournées chaque maître pouvait cuire en plus cette année -\ 

Le contrôle sur le nombre des fournées cuites revenait aux quatre jurés. 
Deux aux moins d'entre eux devaient, sous peine d'une amende d'une bouteille 
devin pour chaque négligence, faire tous les quinze jours une tournée et mar- 
quer chez chaque maître, sur les tailles, les fournées qui avaient été cuites 
durant l'année. Celui qui par après contestait leurs données était passible 
de peine ". 

Toutes les chartes de la corporation contiennent des prescriptions sévères 

» Ibid.,§§5, 10, 11, 17,21,30. 

»• Charte de 1706, S§6, 11 ; Annexes, n* VIII. 

" Charte de 1S52, §14; Annexes, n« II. 



i 



AJ» 



140 LA OILDE DES POTIEBS DE SIBOBUEIQ 

concernant la qualité et la valeur des marchandises. Les règlements de métier 
aussi bien que le « Kuhrbuch » de la ville établissent que personne ne pou- 
vait travailler à la lumière '*, et que de la Saint Martin au Mercredi des Gen^ 
dres tout travail serait suspendu dans les ateliers ". Cette dernière prescription 
était fondée sur ce que le temps d'hiver était peu propre aux travaux de la po- 
terie, et que les marchandises fabriquées à cette époque le cédaient en qualité 
h celles confectionnées pendant le temps chaud de Tannée. Une exception tou- 
tefois était faite pour le cas où des princes et seigneurs, ou la ville de Cologne, 
commandaient des poteries pour leur usage. De tels ouvrages pouvaient être 
exécutés par les potiers qui étaient ouvriers des seigneurs (Herrenwerkleute) à 
toute époque de l'année, au su et gré de l'abbé et de toute la corporation. On 
ne pouvait itilroduire dans le commerce que d'honnêtes et vraies marchandises 
et non des produits fracturés ou gâtés; il était aussi défendu de vendre dans 
un rayon de trois milhs autour de Siegburg du côté droit du Rhin l'espèce de 
poterie nommée Bndofflswerk '*. 

Pour rendre impossible toute concurrence dans la corporation, les prix 
qu'on devait recevoir pour les marchandises étaient exactement fixés. Toutes 
les chartes du seizième siècle renferment des listes détaillées des différentes 
espèces de produits avec l'indication de leurs prix. Dans les statuts de 1 S52 on 
énumère trente-deux espèces de vaisseaux. Quand on parcourt ces tableaux, 
^n comprend à peine comment il était possible de mettre ces œuvres artisti- 
ques à un prix en général si minime. Les vaisseaux les plus riches étaient ceux 
qui portaient le nom de mieten ou mietwerke. Ceux-ci n'étaient fabriqués que 
sur commande; ainsi, entre autres sur commande du magistrat de la ville de 
Siegburg, qui avait l'habitude d'en faire cadeau aux grands seigneurs, cadeau 
qui sans doute était très agréable à ceux-ci. Un tel vaisseau coûtait d'après 
les statuts de 1K52 dix albus. Mais ce prix semble encore très élevé en 
comparaison de ceux d'autres produits. Cent canettes de conseillers (raths- 
kannen) coûtaient 27 raderalbus, cent pots dits sassenswerk 16 marcs, 
cent pièces de belle œuvre ronde (rundwerk) 8 marcs, cent beaux pots à la 
façon de Nuremberg 16 albus, cent belles coupes à boire 10 albus, cent pots 
dits stechpôtt 13 albus, cent beaux pots à vin pâles {bleiche toeinpôU) 19 albus, 

>* La môme prescription existail à Cologne pour les tisserands de draps en laine. Voir Enicer , 
« Geschichte der Stadt Kôln », tom. n, p. 616. Neuss, 1869. 
w Charte de 1552, § 1 ; Annexes, n« II. 
» Charte de 1552, }§ 19, 22; Annexes, n« II. 



LA GILDE DES FOTIEBS DE SISOBURG 141 

cent petites canettes 8 albus, cent pâles schnetlen 8 marcs, cent beaux pots à' 
bière S marcs, les ordinaires 20 albus ^^ Les schnellen sont ces chopes cylin- 
(friques de couleur blanchâtre (PL II, 1,2) qui, à cause de leur riche décora- 
tion à figures sont si recherchées aujourd'hui par les collectionneurs et payées 
à des prix fabuleux. Une telle chope de la meilleure qualité coûtait autrefois 
K Vs heller. Aujourd'hui on paye un exemplaire bien conservé, avec des figu- 
res et ornements nets, quatre cents francs et davantage '\ Dans le tarif établi 
par la charte de 1516 les prix étaient encore fixés bien plus bas. Alors par 
exemple cent kochduppen coûtaient quatre marcs; en 1552, le double; cent 
pots à la façon de Memel (Memelger) 8 albus; en 1552, le double. Dans la com- 
paraison des prix il faut cependant tenir compte de la diminution de la valeur 
de Fargent. Cette même charte de 1516 nomme différentes espèces de vaisseaux 
que les statuts subséquents ne mentionnent plus dans leurs catalogues, telles 
par exemple que les cruches de vin de Malvoisie (Malmesyen kroichen)^ kap- 
pesduppen^ buschofspôtt. 

Ainsi qu'il conste du règlement de 1706, le conseil du métier avait à fixer 
annuellement, avec l'approbation de toute la corporation, le prix des diffé- 
rentes espèces de marchandises '^ Inventait-on une nouvelle espèce de cru- 
ches qui n'avait pas été fabriquée jusqu'alors, les quatre jurés d'après les 
statuts du seizième siècle, en fixaient les prix. C'étaient eux aussi qui devaient 
déterminer quand par suite de circonstances défavorables les prix devaient 
être temporairement abaissés. Les prescriptions concernant les prix des mar- 
chandises étaient si strictement observées, que jamais les potiers ne pouvaient 
vendre à un plus bas prix, quelque loin que la marchandise devait être ex- 
portée; seulement dans le cas de revente dans l'Aulgasse l'achat et la vente 
étaient abandonnés quant aux prix aux membres du métier '^ 

Tous les vaisseaux, que fabriquait la Gilde Siegburgeoise, devaient contenir 

une mesure déterminée ; ils étaient par là comme étalonnés à la jauge. La 

charte de 1516 ordonne: 

c Item, man en sali geyn kanneit verfin Item, on ne fabriquera que des cruches 

dan van tzwen quarten ind anders neit, d'une contenance de deux quartes, à l'ex- 

vyssgescheiden funfflinck ind roitkroi- ception des cruches dites funfflinck et 

chen. t roitkroichen. 

'S Ibid.J24. 

** Voiries prix de vente des schnellen décrits dans la seconde partie de ce travail. 

" Charte de 1706, § 6; Annexes, n« VIII. 

*• Charte de 1552, §§ 25, 34, 35, 37; Annexes, n» II. 

IV 18 



142 LA OILDE DES FOTISfiS DE SIEOBUBO 

Les statuts de 1SS2 accordent plus de liberté sur ce point. Ils ne contien- 
nent que la prescription de ne point fabriquer de vaisseaux c au dessus 
de la mesure ordinaire » ''. 

Le salaire qu'on payait aux ouvriers et aux apprentis était en rapport avec 
le prix modique des produits. 11 était aussi établi par les statuts. Pour mettre 
une fournée au four on donnait six schellings et la nourriture. Pour chaque 
jour ouvrable de la semaine un ouvrier recevait annuellement trois, et un 
apprenti deux florins de marchand. S'ils avaient la table chez le maître» les 
quatre élus avaient à en déterminer le prix, qui était alors retranché du 
salaire. En outre le travail à forfait était aussi permis, et les statuts en 
établissaient également le prix. Pour la fabrication de chaque centaine des 
vaisseaux nommés unkruchen, stechpôU, nôlger^ pots à vin, pots à la façon 
de NuriBmberg, pots à bière, on payait huit heller; pour la même quantité 
de pintes, kochduppen et demi-cruches, six heller; pour les coupes, trois 
heller; pour les sassenswerk^ 1 albus; pour les krausen^ un et demi heller; 
pour une grande miete, quatre heller, et ainsi en proportion. Les ouvriers 
recevaient en outre la nourriture. Le maitre ne pouvait donner, ni l'ouvrier 
recevoir un salaire plus élevé que celui que portaient les statuts. Si ceci avait 
eu lieu, l'ouvrier devait rendre au maître ce qu'il avait reçu en plus, et tous 
deux étaient passibles d'amendes. Il était sévèrement défendu par les chartes 
de donner des cadeaux (liebnissen), usage encore existant aujourd'hui çà et 
là dans la vallée de la Sieg, et qui consistait alors en pièces d'habillement 
qu'on ajoutait au salaire *\ 

Pour ce qui regardait les différends des membres du nâétier entre eux et 
les infractions prévues dans les statuts, la Gilde des potiers comme tous les 
corps de métier de la ville de Siegburg, était exempte des tribunaux 
ordinaires. Tous les outrages par paroles ou par actes, toute dispute pour 
le mien et le tien, ainsi que la violation des statuts, étaient de la compétence 
du corps de métier ^^ Tandis que dans les autres gildes on pouvait en 
appeler du jugement du doyen du métier au bourgmestre de la ville et à 
l'écoutête de la justice échevinale noble comme arbitres, la corporation des 
potiers semble avoir eu le privilège spécial qu'on ne pouvait en appeler 

" Ibid., §89. 

*Mbid.,§§l,8,9,26,47,28, 

*^ « Annalen », tom. xxiii, p. lU. 



LA QILDB DES POTIERS DE SIBQBnBO 143 

contre Tarrêt des quatre jurés qu'auprès de Tabbé lui-même. Tandis qu*en 
effet, les chartes de tous les autres corps de métier établissent le bourgmestre 
et récoutête comme arbitres pour les cas de litige, les statuts des potiers ne 
disent rien à cet égard. Les amendes pour infractions aux règlements de la 
gilde étaient aussi infligées par les quatre jurés, quand par ces violations 
on avait porté dommage au public ou à des particuliers ne faisant pas 
partie d'une corporation. En ce cas cependant les kuhrmeisier ** de la ville 
devaient être adjoints comme co-assesseurs. Leur contrôle sur l'examen des 
infractions aux statuts au dedans du métier était facilité par les paragraphes 
qu'on avait extraits des règlements des différentes gildes pour les porter au 
c Kuhrbuch » de la ville. 

Pour toutes les grandes infractions aux statuts il était établi dans les 
chartes des potiers une forte amende pécuniaire uniforme. En outre, des 
amendes plus petites en argent ou en vin étaient fixées pour des infractions 
moindres. D'après les statuts de 1516 et de 1531 la grande peine consistait 
alors en huit florins de YOberland, dont il revenait quatre à l'abbé, un à 
l'écoutéte, et trois au métier.* Au lieu de florins de YOberland^ la charte 
de 1 552 porte des florins d'or, seulement l'abbé au lieu de quatre en retient 
trois*'. Pour la violation d'un accord fait entre les potiers le 10 Octobre 1564, 
concernant l'écoulement de leurs marchandises dans YOberland, on devait 
payer une amende de vingt florins à l'abbé, au corps de métier dix, à l'écou- 
téte un, et trois à la justice échevinale**. La charte de 1706 fixe la grande 
amende à quatre florins d'or, dont trois revenaient à l'abbé et un au métier. 
Il était en outre abandonné au jugement du conseil du métier de porter 
l'amende au quadruple d'après les circonstances; alors il en revenait deux 
tiers à l'abbé et un au corps de métier". 

Dans toutes les affaires du métier qui se traitaient devant le conseil en 
présence de toute fassociation, personne ne pouvait prendre la parole sans 
l'autorisation des quatre jurés* Celui qui avait quelque chose à porter devant 
le conseil, devait choisir un des jurés pour plaider sa cause. Celui qui rom- 
pait le silence de rigueur, ou coupait la parole à un autre et l'accusait de 
mensonge, donnait comme amende un quart de vin. Était passible de la 

" Ibid., p. 98. 

** Charte de 1552, préambule; Annexes, n« II. VOberUmd était le pays au-dessus d'Andernach. 

** Original, aux Archives de TËiat, à Dûsseldorf; Annexes, n* III. 

«' Charte de 1706; Annexes, n* VIII. 



144 U OILDE DES FOTIEBS DE SIEGSUBO 

même peine, celui qui aux enterrements, ou aux processions avec les châsses 
des Saints ou avec le très Saint Sacrement, auxquelles tous les corps de métier 
prenaient part, négligeait de porter ou de placer son flambeau *^. Celui qui 
jetait les débris à des endroits défendus, devait, d'après le c Kubrbuch • , 
payer à la caisse communale cinq schelliogs d'amende pour chaque panier^'. 
La désobéissance aux ordres du maître de quartier (tirmeister) était punie 
d'une amende de six albus. C'étaient les maîtres de quartier qui faisaient 
rentrer ces amendes dites petites amendes. S'ils rencontraient de la résistance 
dans les saisies, ils pouvaient demander secours aux compagnons de métier 
des environs, et ceux-ci avaient à répondre à cet appel sous peine d'une 
amende de six albus. En cas de refus de payement des petites amendes, les 
maîtres de quartier enlevaient au débiteur la roue, et la gardaient jusqu'à 
ce qu'il eût satisfait à ses obligations. Quant aux grandes amendes c'était 
l'écoutête de la justice noble qui les faisait rentrer; il devait remettre au 
métier les gages saisis à cette occasion **. 

La plus grande peine que le corps de métier pouvait porter contre ses 
membres, était l'exclusion de la corporation. Il devait cependant obtenir à 
cet effet l'approbation de l'abbé alors en fonctions. En cas de violation du 
règlement par un dignitaire du métier, qui représentait naturellement la 
corporation toute entière, l'abbé punissait tout le corps, et en règle générale 
la peine était forte. C'est ainsi que l'abbé Guillaume von Hochkirchen 
(1588-1610) vers la fin du seizième siècle, décréta contre la gilde des potiers 
c à cause de graves excès » une amende de six cents florins d'or, et nonob- 
stant les prières et supplications de la gilde pour obtenir une diminution de 
la forte somme, il accorda seulement qu'on la paierait en deux termes se- 
mestriels *•. 

Les contributions que la gilde des potiers devait payer à l'abbé et à la ville 
étaient très minimes. De même que tous les autres corps de métier, elle 
aussi avait à payer les accises des produits de son industrie. Elles revenaient 
en parties égales à l'abbé, comme seigneur, et aux comtes — plus tard ducs — 
de Berg, comme avoués de l'abbaye. Tous deux cependant abandonnèrent à 
la ville de Siegburg le prélèvement de cet impôt de consommation contre 

** Charle de 1552, §§ 32, 33; Annexes, n« II. 

" Annexes, n» I. 

" Charte de 1552, Préambule; Annexes, n« II. 

** Copie contemporaine d*une pétition des potiers à l'abbé, aax Archives de Téglise de Siegburg. 



PI. II. 



U GILDB DES ?OTIEBS DE SIEOBUSa 145 

payement de sommes déterminées. La ville aussi ne prélevait pas elle-même 
les accises sur chaque ouvrier et marchand, mais les affermait chaque année 
au plus offrant. Ce ne fut que vers la fin du seizième siècle qu'elle fit lever 
l'accise des potiers par ses employés. Il n'y a pas moyen de voir par les rôles 
des accises dans les comptes de la ville, à combien s'élevait l'impôt par 
fournée de marchandises durant le temps que la ville affermait les accises. 
On n'y trouve que l'indication des sommes globales que payaient les fermiers. 
En l'an 1439 l'accise des potiers s'éleva à trente marcs, en 1431 à quinze 
florins, en 1432 à vingt florins, en 1468 à dix-huit florins, en 1471 à seize 
florins, en 1481 à quatorze florins, en 1491 à neuf florins, en 1S06 à dix 
florins, en 1S46 à onze florins, en 1 557 à dix-huit florins, en 1574 à dix> 
neuf florins. Si les prix de fermage étaient si modiques, même pendant la 
seconde moitié du seizième siècle où la fabrication était en pleine pros- 
périté, cela provint de ce que de coutume il n'y avait que des membres 
du métier qui se présentaient pour prendre l'accise à ferme, et que ceux-ci 
s'entendaient au préalable sur les sommes à offrir. Cette circonstance très 
I désavantageuse pour la caisse communale, semble avoir enfin déterminé le 

; magistrat, à faire prélever par ses propres employés l'accise des potiers, 

j chez qui la disproportion entre les sommes payées et la production était par- 

I ticulièrement frappante. En l'an 1579 la ville se fit payer pour chaque fournée 

( de marchandises 12 albus* Dans les comptes de la viUe de 1579-80 on lit : 

s 

i c Item, die Eulner AcCyss ist nietver- Item, raccise des potiers D*est pas af- 

S( pacbt, sondern wirdt mit den Kerferen fermée, mais levée d'après les tailles, et 

h iobracht und vonn jeder Ofen 12 Alb. pour chaque four on a donné 12 albus. 

gegeben. 
, Wilcher Ofen diss Jair durch Pelern Lesquels fours cette année sont par 

S Flach und Hilgers Johan siebentzig seindt Pierre Flach et Jean Hilgers levés au 

^ inbracht, macht xxxv Gld. i nombre de septante, fait 35 florins. 

I En l'année 1593 l'impôt sur chaque fournée de marchandises rapportait 

encore 12 albus, cependant dans le compte de cette année il est ajouté au 
poste de l'accise sur les potiers, qu'elle ne doit et ne peut s'arrêter à ces 
sommes. 

Aussi pour l'année 1594 l'accise est élevée de 12 albus à trois marcs (dix- 
huit albus). En 1615 elle rapportait un florin par fournée. 
L^ Outre l'accise les potiers, d'après la charte de 1552, devaient fournir à 

a l'abbé de chaque fournée deux pots à bière et deux pots à la façon de 

— t.» 



«< 



1 






M 






•^ 



146 Li GILOS DES POTIERS DE SIEOBUSO 

Nuremberg, que les maîtres du métier devaient livrer au couvent à la 
fête de Saint Ânnon ou de Sainte Barbe "^ Cet impôt fut dans la suite élevé 
d'une manière sensible. Les statuts de Tannée 1706 indiquent comme une 
ancienne coutume que de chaque fournée on livrât à Tabbé pour deux thalers 
du Rhin de vaisselle blanche, que des serviteurs de Tabbaye pouvaient 
choisir quand on relirait la fournée. Pour ce motif on ne pouvait ouvrir le 
four qu'en présence de deux employés de Tabbaye. Les maîtres du métier 
recevaient en retour, quand ils portaient ces vaisseaux au couvent, une bou- 
teille de vin et sept petits pains blancs ^^ 

Les Potiers avaient aussi à payer une redevance pour Targile aux proprié- 
taires du sol dont ils la retiraient. Les statuts de 1552 ordonnent à ce sujet, 
qu'aucun potier ne pourra acheter ou vendre de l'argile des fosses d'autrui 
que mesurée avec la jauge, afin que la propriété ne fut pas frustrée de son 
revenu '^^ On extrayait )a meilleure argile dans les Marches de Klinkenberg 
et la forêt de Lohmar. Le prélèvement des redevances de la terre à potier 
extraite de là était d'ancienne date un droit de l'écoutête forestier de ce 
district. En Tannée 1637 le duc de Berg semble avoir élevé des prétentions 
sur les revenus en provenant. L'écoutête forestier d'alors, Guillaume von 
Zweiffel zu Wahn, maître de la vénerie de Berg et amman de Portz, Lôwen- 
burg et Lûlsdorf, déclare en effet dans une lettre du 21 Juillet de la même 
année, adressée aux bourgmestre et échevins de la ville de Siegburg, que pour 
la défense de son droit antique concernant les amendes forestières (Wald- 
briichté) et redevances sur Targile. extraite dans la forêt de Lohmar et les 
Marches de Klinkenberg, il lui importe grandement que la vérité soit attestée, 
et prie les dites autorités de vouloir entendre sous serment tous les potiers 
sur les points suivants et autres : 

1"" Si le témoin n*a pas eu connaissance depuis sa jeunesse et ne Ta encore 
de terre pour fabrication de poterie extraite dans les bois de Lohmar ou la 
justice des Marches de Klinkenberg, paroisse de Geistingen. 

2. Si le témoin sait pour avoir vu ou entendu d'autrui, que la recon- 
naissance ou fermage de cette argile a été annuellement donné à quelqu'un 
d'autre qu'à l'écoutête forestier alors en fonctions; que ce fermage lui 
appartient et lui revient, et qu'il en a eu jusqu'ici la jouissance réelle vel quasi. 

'• Charte de 1552, § 4; Annexes, n* II. 
^^ Charte de 1706, § 12; Annexes, n* VIII. 
» Charte de 1552, i 31; Annexes, n« II. 



LA OILDE DES FOTIEBS DE SIEOBUBO 147 

5. Si depuis temps immémorial jusqu'ici Técoutête forestier en fonctions 
n'a pas réellement obtenu possession et jouissance de cette reconnaissance 
annuelle. 

4. Si le témoin a jamais vu ou entendu de ses ancêtres qu'un prince quel- 
conque de Berg ou qu'un de ses employés et régisseurs en ait eu une jouis- 
sance quelconque ". 

Les documents ne nous font pas connaître si Técoutête forestier perdit 
alors son privilège qui en tous cas reposait sur un droit féodal. 

Par le quatrième article de la convention d'hérédité entre le duc de Berg 
et l'abbé de Siegburg, de l'année 1676^S il fut stipulé, que les minerais et la 
terre à potier dans l'avouerie reviendrait au duc, et dans la banlieue et le 
Steinkauly à l'abbé. En conformité avec ceci l'abbaye leva, après 1676, 
l'impôt sur l'argile qu'on extrayait dans les Marches de Klinkenberg qui 
étaient situées dans la banlieue. 

Les nombreuses fosses d'argile dans les environs de la ville étaient pour 
les propriétaires une source de riches revenus. L'argile qu'on en extrayait 
n'était pas employée seulement dans les poteries de l'Aulgasse, mais au 
siècle dernier et jusqu'au commencement de celui-ci elle était transportée 
en quantité considérable par bateaux à Cologne et aux Pays-Bas, où on s'en 
servait principalement, à cause de sa blancheur, pour la fabrication de pipes. 
Déjà au dix-septième siècle elle semble avoir été employée pour la fabrica- 
tion de cet article. D'après un document de l'année 1630, il s'éleva un procès 
entre les chapelains de la ville de Siegburg, usufruitiers de la ferme de Seiden- 
berg et le propriétaire de la maison zur Muhlen par rapport à quelques chênes 
et à l'extraction de terre à potier et de pipes ". Comme les potiers de Sieg- 
burg n'ont jamais fabriqué des pipes de terre, il semble que déjà alors l'argile 
de Siegburg était exportée pour la confection de cet article de luxe. Il ressort 
des comptes de la ville que celle-ci retirait de ses fosses à argile, en 1 550> 
trois marcs quatre schellings, en 1567 dix-huit marcs, de 1578 jusqu'en 1615, 
annuellement cinquante-deux marcs, en 1625 huit florins seize albus. 

Outre les redevances mentionnées jusqu'ici, les potiers devaient encore 
distribuer tous les ans une certaine quantité de cruches aux pauvres de la 
ville et de la banlieue. Us n'y étaient en vérité astreints par aucun statut, 

*" Une copie contemporaine de cette lettre se trouve aux Archives de Téglise de Siegburg. 
^ Cette convention a été publiée par MOller, « Siegburg und den Siegkreis ", lom. ii, p. 54. 

** SCBWABEN, op. cit., p. 155. 



148 LA OILDE DES POTIEBS DE SIEOBUBO 

mais un long usage avait fait de cette largesse un impôt fixe. La veille de la 
Tête de Saint Annon, le fondateur de Tabbaye, fête qui était célébrée d'une 
manière toute particulière par Tabbaye et par la ville, tous les pauvres de la 
ville et de sa banlieue recevaient au couvent chacun une cruche de bière, une 
livre d'orge et un denier blanc. Ils cherchaient auparavant les cruches chez 
les potiers à l'Âulgasse. Gomme il a déjà été dit, il n'était pas permis d'in- 
troduire dans le commerce des marchandises endommagées; on mettait donc 
de côté pendant toute l'année les cruches qui avaient des défauts pour les 
distribuer aux pauvres la veille de la fête de Saint Annon. Heureux celui 
qui dans la distribution obtenait une grande cruche! à l'abbaye on la lui rem* 
plissait de bière jusqu'au bord. La coutume voulait cependant que le pro- 
priétaire de la cruche remplie devait pouvoir l'emporter avec une main. S'il 
n y réussissait pas, on vidait le contenu de son pot jusqu'à ce que le poids 
n'excédât plus la force du bras de l'individu heureux qui devait l'emporter. 
Cette coutume s'est conservée jusqu'aux dernières années avant la suppres- 
sion de Tabbaye; les plus anciens habitants de la ville de Siegburg s'en 
souviennent encore ". 

De même qu'elles avaient des prescriptions concernant la quantité, le 
prix, et la nature des produits, les chartes de la corporation renfermaient 
concernant l'achat et la vente, le commerce et le crédit, des stipulations 
précises et détaillées. Suivant les règlements de 1516 et 1531, personne ne 
pouvait donner à crédit des marchandises qui avaient une valeur de plus 
d'un demi-florin. La charte de 1552 porta celte quantité jusqu'à six florins. 
On ne permettait pas de caution pour des marchandises achetées et non 
payées immédiatement. L'acheteur pouvait cependant donner un gage dont 
les jurés avaient à estimer la valeur. Ces gages devaient toutefois lui 
appartenir en toute propriété, et ne pouvaient être empruntés à un 
membre de la corporation. Le potier qui prêtait à un marchand des 
marchandises qui devaient être données en gage à un autre, était passible 
d'amende. Tout payement pour acquisition de marchandises d'une valeur de 
deux florins devait se faire argent comptant. Pour la vaisselle d'une valeur 
de deux florins ou en dessous on pouvait aussi accepter des marchandises 
en échange; si les circonstances exigeaient un commerce par échange de 

** Un ancien employé de Tabbaye de Siegburg, décédé récemment à Thôpital de celte ville, kgé 
de près de cent ans, nommé Schneller, racontait que tous les ans on brassait pendant des mois de 
la bière à la Saint Annon, et que le houblon et Torge n^étaient pas épargnées à cette occasion. 



LA QILDE DES POTIERS DE SIEOBURQ 149 

plus d'étendue, on devait obtenir rautorisation des quatre jurés, qui estimaient 
la valeur de l'article servant à l'échange. Le grain faisait exception; il pou- 
vait être pris en échange pour une quantité arbitraire au prix courant du 
marché de Siegburg. Personne ne pouvait déloger des marchandises en 
bloc ou en tas non comptés; il était aussi défendu de mettre en vente une 
collection de cruches ". 

Dans les limites de la banlieue de la ville personne à l'exception des 
potiers ne pouvait exposer de la poterie en vente. La charte de l'année 1S16 
ordonne : 

c Item, es soll auch geyn man oilwerk Item, personne n'exposera de la poterie 
veyll hauen, dan yn der Uylgassen, ind en vente, que dans TUylgasse, et nulle 
anders nyrgens bynnen Sybergh. « part ailleurs dans Siegburg. 

A cette stipulation les statuts de 1831 ajoutent : 

• Daer umb en sali geyn Oelner nemantz Pour ce motif aucun potier ne vendra 
verkouffen, dat vort bynnen Syberg ver* à personne pour revendre dans Siegburg, 
koufft werde up peene vurss. • sous la peine susdite. 

Cette ordonnance reçut une plus grande extension par le règlement de 
1S52. Un document de 1602 fait voir avec quelle exactitude elle était encore 
observée au dix-septième siècle. Par contrat notarié ^^ du 19 Juin de cette 
année, le corps de métier des potiers autorisait Frantzen, à la Petite Étoile, 
bourgeois de Siegburg, de vendre jusqu'à la Saint-Martin, des kochduppen à 
Siegburg. Mais si après la Saint-Martin de l'année courante il exposait encore 
des marchandises en vente à Siegburg, il devait payer, comme amende, six 
florins d'or à l'abbé* trois au métier et un aux pauvres. 

Les dispositions des chartes du seizième siècle concernant le commerce 
au dehors sont fort remarquables. On y voit bien que la Gilde des potiers 
Siegburgeoise ne redoutait alors aucune concurrence^ et que ses produits 
avaient dans le commerce la préférence sur ceux des autres ateliers 
Rhénans. Il était défendu de la manière la plus sévère aux membres de la 
corporation de conduire par eau ou par terre des marchandises à Dùsseldorf 
et Andernach, ou à des endroits situés entre ces deux villes, pour les y 
exposer en vente ou les livrer aux acheteurs. Celui qui, dans le pays compris 
entre Siegburg, Dùsseldorf et Andernach, avait besoin de poterie, devait, 

»' Charte de 1532, §§ 15, !6, 36, 37; Annexes, n» II. 
^ Original, aux Archives de Féglise de Siegburg. 

IV 1» 



150 LA 6ILDE DES POTIERS DE SIEGBUBa 

ainsi s'expriment les statuts, venir ou envoyer à Siegburg, y acheter et 
payer, et transporter les marchandises à ses frais, risques et périls. Aucun 
potier ne pouvait fournir à des commerçants des marchandises qui devaient 
être livrées ou exposées en vente à Cologne, ou à n'importe quel endroit 
entre Cologne et Siegburg. Si l'on découvrait qu'un commerçant violait 
cette stipulation, les jurés l'avertissaient, qu'en cas de récidive on défendrait 
aux potiers de lui vendre encore dans la suite de la poterie ^^ Par cette sti- 
pulation les potiers . Siegburgeois rendaient le commerce intermédiaire im- 
possible dans la région indiquée, et s'assuraient à eux-mêmes le bénéfice 
qui autrement s'en allait à la caisse du négociant. 

Le commerce vers le Nord, principalement vers les grandes villes Han- 
séatiques de la mer du Nord, se faisait par l'intermédiaire de marchands 
de Cologne. Ceux-ci prenaient des marchandises en grande quantité, et les 
transportaient sur leurs navires vers les pays étrangers. La poterie répandue 
par eux dans le commerce fut connue à l'étranger sous le nom de c Grès 
de Cologne » , nom qu'il doit à la circonstance qu'il y était introduit par des 
négociants de Cologne •^ 

Les commerçants en gros de Cologne, comme nous l'avons déjà dit, ache- 
taient tous les ans à Siegburg une quantité considérable de grès, et proba- 

» Charte de 1£{32, §§ i8, 20; Annexes, n« II. 

*^ Un document conservé au Musée Britannique nous fait connaître qu*un certain Gérard Tynes 
d'Aix-la-Chapelle jouissait vers 1570 du privilège exclusif d'importer en Angleterre les pots en 
grès fabriqués à Cologne; ce document — que nous imprimons aux Annexes, n« IX, — contient la 
supplique d'un négociant Anglais nommé Guillaume Simpson qui sollicite ce privilège pour lui- 
même et s'engage à introduire dans le pays le double de ce qui y a été importé dans les années 
précédentes, et en outre de faire son possible pour attirer des ouvriers en Angleterre et d'y 
établir une fabrique de grès. Il y a lieu de croire qu'il s'agit dans ce document de grès du 
Limbourg (Raeren, Nieudorp, etc.) dont on exhume souvent des pots et des fragments de pots à 
Londres et ailleurs en Angleterre, tandis qu'il est excessivement rare qu'on y trouve du grès Rhénan. 
En tout cas on ne doit pas tirer des termes employés par le pétitionnaire la conclusion que le grès 
importé en Angleterre, était fabriqué à Cologne môme. Simpson s'est servi de la désignation ordinaire 
de son temps; peut-être a-t-il cru qu'il était de son intérêt de taire le véritable lieu de fabrication de 
ces pots. Sans doute on a fait de la poterie à Cologne, peut-être même du grès, mais non du grès 
orné artistique, car en ce cas on trouverait sans aucun doute dans les documents nombreux qu'on 
possède sur les corps de métier de cette ville des renseignements sur les potiers. La première 
mention concernant la poterie qui se rencontre dans les protocoles du Conseil de la ville des 
seizième et dix-septième siècles, est de l'an 1540; il y est question de fabricants de cruches 
{Krugbâcker); ceux-ci n'étaient pas réunis en corporation et leurs produits ne semblent pas avoir 
joui de cflielque réputation. En 1542 le Conseil chargea le maître des rentes de leur interdire 
l'exercice ultérieur de leur industrie, défense qui fut souvent renouvelée dans le courant du 
seizième et du dix-septième siècle. 



r 



LA 6ILDE DES POTIERS DE SIEGBUBa 151 

blement en faisaient venir aussi deFrechen, de Bottenbroich et des poteries 
des environs de Meckenheim, où pendant le seizième et le dix-septième 
siècle on a fabriqué des beaux grès d'une valeur artistique réelle. 

Par les rapports actifs que le commerce et l'industrie avaient établis entre 
Cologne et Siegburg, il s'était formé entre ces deux villes des relations par- 
ticulièrement amicales. Les potiers Siegburgeois faisaient, comme nous 
l'avons déjà remarqué, en faveur de la ville de Cologne une exception à la 
prescription des statuts qui défendait de fabriquer de la marchandise en 
hiver. Les commandes de la ville de Cologne pouvaient être préparées à 
toute époque. La puissante Cologne accorda» au quinzième siècle, aux né- 
gociants et aux artisans de Siegburg un privilège qui ne fut concédé aux 
habitants d'aucune autre ville. Il leur était permis de résider deux ans durant 
à Cologne sans se faire inscrire dans une corporation, obligation imposée 
à tous les bourgeois ainsi qu'à tous les étrangers qui faisaient des affaires 
dans Cologne pendant plus de trois jours, et aussi sans que Ton exigeât d'eux 
une redevance à cause de statuts de corporations. Ce n'était qu'après ces deux 
années que les Siegburgeois qui désiraient conserver leur domicile à Cologne, 
étaient tenus de se faire inscrire dans une corporation ^^ Déjà au treizième 
siècle il avait été conclu un traité entre Cologne et Siegburg pour le déve- 
loppement du commerce et pour la garantie des personnes et des propriétés 
de leurs habitants ®'. En outre les bourgeois de Siegburg tenaient depuis 
1125 des archevêques de Cologne, pour le commerce par eau et par terre 
la franchise de douane à Cologne ^', et plus tard aussi à Bonn "\ privilège 
dont on peut voir qu'ils faisaient encore usage en 1579 ^^. 

Avec les négociants qui faisaient le commerce des grès à l'étranger, les 
potiers Siegburgeois concluaient des contrats pour un certain nombre d'an- 
nées. Les négociants devaient s'engager à prendre tous les ans au métier 
une certaine quantité de marchandises; les potiers de leur côté s'obligeaient 
à ne fournir à aucun autre négociant de la poterie pour le marché indiqué 
dans le contrat. Le commerce avec Hambourg, par exemple, fut le mono- 
pole du marchand Colonais Thierri Dulman jusqu'en 1599. Après son décès 

*i EifiiEN, op. cit., lom. III, p. 9. 

** Ibid., tom. Il, p. 215. Lacomblkt, t Urkundenbuch ftir die Geschichte des Niederrheins •, 
tom. II, p. 468. Cologne. 
*■ Lacomblet, op. cit., tom. i, p. 196. 
** ScHWABEif, op. cit., pp. 149, 150. 
** « Annalen •, tom. xxui, p. 93. 



152 LÂ^eiIiDE DES P0TIEB3 DE SIEQBUBG 

un autre négociant de Cologne, l'honorable et distingué Thierri Strauss, 
sollicita ce privilège. Le 16 Août de la dite année, la Gilde des potiers fit 
avec lui un accord pour douze ans, par lequel Strauss s'obligeait à prendre 
tous les ans de chaque maître une certaine quantité de poterie, à cinq 
florins de Cologne le cent. S'il rompait le contrat avant le tei'me des douze 
années, il était sujet à une amende de quarante florins d'or. Les potiers de 
leur côté s'engageaient à lui payer une amende de dix florins d'or, si un 
de leurs maîtres fournissait à un autre négociant des marchandises qui 
devaient être exposées en vente au marché de Hambourg. Pour le privilège 
qu'on lui accordait, le susdit Thierri Strauss devait faire cadeau tous les ans 
de cinq quarts de bon vin à fournir le jour du Holzfahrt **. 

Pour l'écoulement de leurs produits dans le Haut-Rhin, les pays de la 
Moselle et les contrées du sud de l'Allemagne, les potiers Siegburgeois 
avaient de même des commerçants intermédiaires, qui chargeaient tous les 
ans pendant l'automne une quantité considérable de grès à Siegburg, et le 
transportaient aux foires de Francfort et de Worms, et vers la Moselle. Ce 
commerce dans VOberland était pour la corporation une source de beaucoup 
de contestations, sur lesquelles il existe encore toute une série de documents. 
Dans les années soixante du seizième siècle, la Gilde des potiers adressa à 
Tabbé une plainte contre leur compagnon, maître Pierre Knûfgen *\ La 
corporation, est-il dit dans la plainte, a ses marchands de poterie déter- 
minés, qui tous les ans en automne transportent des marchandises vers 
YOberland. Or nonobstant qu'il fût expressément défendu de livrer des mar- 
chandises à d'autres qu'aux négociants nommés à ce par la Gilde, Pierre 
Knûtgen avait fourni des marchandises à des commerçants étrangers, qui 
avaient aussi vendu parmi les produits de Siegburg du grès provenant d'au- 
tres ateliers, or cela n'était pas permis, car par de tels mélanges la poterie de 
Siegburg était dépréciée. De plus Pierre Knûtgen avait encore manqué 
contre le métier en ce que lui seul avait envoyé plus de marchandises dans 
YOberland que tous les autres maîtres ensemble, quoique le contrât portât, 
que tous les potiers devaient fournir la même quantité de pots pour YOber- 
land. Knûtgen nia ces accusations, et accusa la corporation d'avoir elle-même 
violé douze articles du règlement. Après beaucoup de pourparlers, on en 

•« Copie contemporaine, aux Archives de TégUse de Siegburg; Annexes, n® V. 
«' Copie, sans date, aux Archives de TÉlal, à Dùsseldorf. 



PI. m. 



LA OILDE DES POTIERS DE SIEOBUBG 153 

arriva, le 10 Octobre 1564, par l'intermédiaire de Tabbé Herman von Wach- 
tendonck, à un arrangement ", par lequel il fut convenu que dorénavant 
l'exportation des marchandises dans YOberland ne se ferait plus par des 
négociants étrangers, mais par deux maîtres de la corporation. Ces maîtres, 
la Gilde devait les élire, l'un de TAulgasse haute, l'autre de l'Aulgasse basse. 
Ils devaient chaque automne après la Saint-Barthélemi, conduire en personne 
le train vers YOberland. Quand ils deviendraient vieux et infirmes, s'ils 
avaient des fils adultes, ceux-ci pouvaient les remplacer. Ils étaient obligés 
de prendre la même quantité de marchandises de chaque potier et de fournir 
caution jusqu'au payement. A leur retour de voyage, ils devaient immédia- 
tement payer tout ce qui avait été vendu. S'ils avaient dû donner des marchan- 
dises à crédit, le métier devait prendre patience jusqu'à ce que l'argent 
rentrât. Dorénavant on ne pouvait plus confier qu'à ces deux maîtres 
des marchandises pour le commerce au-dessus d'Andernach. Une amende 
de trente-quatre florins d'or était établie pour la transgression de cet 
arrangement. Cependant cette convention ne semble pas être restée de 
longues années en vigueur. La fabrication, qui allait se développant de plus 
en plus tous les ans et atteignait sans cesse un degré de splendeur nouvelle, 
et le débit, qui ne faisait que s'accroître tous les jours davantage, rendirent 
nécessaire de remettre de nouveau à des négociants l'exportation vers TO- 
berland. Le 12 Janvier 1K83, le métier conclut avec Chrétien Spitzgrosz, 
négociant de Siegburg, une convention par laquelle celui-ci s'obligeait de 
prendre de chaque fournée achevée une quantité déterminée de grès, et 
le métier était tenu de lui faire remettre à volonté, à toute époque, et avant 
tout autre négociant, autant de poterie qu'il en désirait. La corporation 
conclut un pareil arrangement, à la même date, avec Chrétien Rietsetzer. 
Aucune des deux conventions ne fut observée. Les accusations et les défenses 
faites à ce sujet, donnent sur l'étendue de la fabrication et le développement 
du commerce à cette époque des renseignements intéressants, et méritent 
pour ce motif que nous nous en occupions de plus près. 

Les demandes de grès de la fabrication de Siegburg étaient devenues si 
importantes dans les années quatre-vingt du seizième siècle, que le corps 
de métier n'était plus en état d'exécuter toutes les commandes. C'était de 
Cologne surtout qu'on demandait des livraisons de plus en plus fortes, et 

*« Original, sur papier, aux Archives de TÉtat, à Dûsseldorf; imprimé aux Annexes, n<' III. 



154 U 6ILDE DES POTIERS DE SIEGSURQ 

comme probablement les marchands de Cologne donnaient des prix plus 
élevés que ceux stipulés dans les contrats avec les deux commerçants de 
Siegburg déjà nommés* il arrivait souvent que ceux-ci n'obtenaient pas les 
marchandises commandées, nonobstant les préférences qui leur étaient faites 
par les conventions. Pour mettre fin aux plaintes et procès qui avaient surgi 
à ce sujet, un nouvel accord fut fait en 1K90, grâce à l'intervention de l'abbé. 
Le 26 Juin de la dite année, le métier renouvela, en la présence des deux 
bourgmestres de la ville, la convention conclue en 1583 avec Chrétien Riet- 
setzer avec la clause que celui-ci devait prendre de chaque fournée de 
marchandises une certaine quantité de cruches, sans avoir égard aux cir- 
constances de temps, ou aux récoltes de vin que celles-ci fussent bonnes ou 
mauvaises. Il lui fut aussi imposé de payer les marchandises moitié à la 
livraison et moitié après la vente. Pour l'observation ponctuelle de ces 
stipulations il devait fournir comme garants deux bourgeois établis à Sieg- 
burg ®^ On renouvela à ces mêmes conditions le contrat avec Chrétien 
Spitzgrosz ^^. Mais encore une fois ces engagements ne furent pas exécutés 
ponctuellement. A l'entrée des années nouante du seizième siècle, ce dernier 
négociant se plaignit auprès de la justice noble, de ce que le métier des 
potiers lui avait occasionné de grandes pertes en refusant de lui livrer les 
marchandises. Des quatorze mille pots qu'il avait commandés on ne lui en 
avait fourni que cinq mille, tandis qu'à la même époque la corporation avait 
fourni à des marchands Colonais vingt-huit mille pots. Il était constaté que 
de ce nombre ils en avaient exposé quatre mille en vente à la foire de Grach 
et trois mille à celle de Worms. En outre sa belle-fille, qui conduisait l'ex- 
portation vers la Moselle, avait eu à subir, par suite de ibauvaises mar- 
chandises que la Gilde lui avait fournies, une perte de cent florins ^^ La 
corporation dans sa défense, excusa la non-observation du contrat de sa 
part, par la raison que le plaignant n'avait pas payé ses anciennes dettes ^*. 
Des actes de ces procès il ressort encore que le débit des cruches dans 
YOberland dépendait surtout de la réussite des vins. 

Le statut déjà mentionné qui n'accordait qu'aux fils seuls des maîtres 
d'apprendre et d'exercer le métier, • devait nécessairement avoir pour con- 

•* Original, aux Archives de Téglise de Siegburg. 

^* Copie, aux mêmes Archives. 

7^ Copie, sans date, aux Archives de l'église de Siegburg. 

^* Copie, sans date, aux Archives de Téglise de Siegburg. 



LA GILDE DES FOTISKS DE SIEGBVEO 155 

séquence de limiter la profession de potier à un petit nombre de familles- 
Pendant des siècles ce sont toujours les mêmes noms de famille qu'on 
rencontre dans les listes des potiers; ce n*est que rarement qu'un nom 
nouveau se fasse jour, et son apparition, comme nous l'avons déjà dit plus 
haut, s'explique par la circonstance qu'un maître potier sans enfants aura 
adopté l'un de ses proches. Les familles de potiers renommées étaient les 
Knûtgen (Knuytgin), les Simons (Zeimans), les Flach et Oniian (Oem Joban). 
De celles-ci les Knûtgen '^ appartenaient aux familles les plus riches et les 
plus considérables de la ville de Siegburg. Plusieurs membres de cette 
famille ont rempli de hautes fonctions dans l'administration de la ville et 
de l'avouerie de Siegburg. En 1 568 un Annon Knûtgen était sous*avoué du 
duc de Berg à Siegburg; en 1685 un Jean Knûtgen était bourgmestre de 
cette ville. Trois siècles durant, l'art du potier a été pratiqué par un grand 
nombre de membres de cette famille. Déjà en 1427, on fait mention dans 
le registre aux fondations du couvent de Bôdingen d'un Knuytgin figulus 
comme fondateur. 

Dans les documents se rencontrent les noms suivants de maîtres potiers : 
1485, Pierre Druytmoit; 1487, Oem Johan, Ârnould Emoitz; 1500, Jean 
Symons, Pierre Knuytgin, Heyntz Knuytgin, Heyntz. Vlach, Heyngyn Uyl- 
ner, Teil Knuytgin, Jean Elias, Louis Symons, Jean Vlach, Herman Ylacb, 
Jean Girlichs; 1522, Jean Roloffs; 1526, Bertram Oem Johan; 1527, Pierre 
Vlach, Heinz Knuytgen; 1535, Jean Knuetgen sur le ruisseau; 1536, Jean 
Neuss, Elie Knuetgen; 1537, Jean Rensgen; 1564, Jean Zeimans le vieux, 
Jean Flach le vieux, Herman Flach le vieux, Ânuon Knuetgen, V. Simons 
(de même origine que les Zeimans), Jean Elie Omian, Thierri Knuetgen, 
Jean Flach, Herman Flach, Jean Elie Flach, Gurstgen Knuetgen, Herman 
Knuetgen, Gurstgen Omian, Jean Zeimans le jeune, Pierre Knuetgen; 1570, 
Jean Bach, maître très renommé; 1583 ", Jean Overstolz ", Heylliger 
Zeymans, Vais Zeymans le vieux. Vais Zeymans le jeune, Roger Knûtgen, 
Hans Hilgers, maître célèbre; 1597, Daniel Flach; 1635, Thierri Kneutgen 



''^ Aujourd'hui encore le nom de KnOtgen est commun parmi les potiers de Nassau. 

"** On peut voir, au n» IV des Annexes, la liste complète des maîtres potiers appartenant à la 
Gilde en 1583. 

^« 11 était membre de la famille patricienne Golonaise de ce nom. Une branche de cette famille 
opulente quitta Cologne et s'établit à Siegburg vers la fin du quatorzième siècle. Ses descendanus 
figurent comme simples ouvriers dans les documents du seizième et du dix-septième siècle. 



156 LA OILDE DES P0TIEB8 DE SIEOBURQ 

au tilleul ^°; 1680, Jean Knutgen, Frédéric Flach, Guillaume Knutgen; 1675, 
Jean Kamp, Daniel Flach, Pierre Zander. 

Comme nous l'avons déjà dit, la corporation des potiers Siegburgeoise at- 
teignit sou plus haut degré de splendeur au seizième siècle. Ce qui le prouve, 
ce ne sont pas seulement les renseignements que nous fournissent les ar- 
chives, mais encore les grands dépôts de débris qui couvrent plusieurs 
arpents de terre aux alentours de l'Âulgasse. Les marchandises endom- 
magées jetées là appartiennent pour la plus grande partie au seizième 
siècle, comme on peut le voir à la couleur des matériaux, aux ornements, 
et à Tannée qui s*y trouve souvent indiquée. La raison du développement 
splendide de la Gilde Siegburgeoise à cette époque se trouve en partie dans 
la préférence qu'on accordait à ses produits sur ceux des autres ateliers 
Rhénans, en partie aussi dans les circonstances favorables que la situation 
et l'organisation de la ville de Siegburg présentaient pour la fabrication et 
le commerce. La seconde partie de ce travail renferme des indications pré- 
cises sur la nature des grès fabriqués à Siegburg. Ce qui démontre bien la 
préférence que l'on accordait dans le commerce aux produits Siegburgeois 
sur tous les autres grès, c'est ce fait, qu'annuellement ils trouvaient un 
grand débouché même, dans ces contrées où la fabrication du grès avait pris 
un développement considérable. Il est très étonnant, par exemple, qu'ûux 
foires de Francfort, de Worms et de Boppart, le grès Siegburgeois, qui 
devait être cependant transporté à une grande distance en remontant le Rhin, 
pouvait soutenir la concurrence avec les produits des pays les plus rapprochés 
de ces localités; car on sait que dans la seconde moitié du seizième siècle les 
ateliers de poterie du Nassau et du pays de Wied étaient en pleine splendeur 



7* Le maflre-potier Thierri Knutgen au UUeul eul un sort terrible. Le 14 Juillet 1638 il fut 
arrêté pour crime de sorcellerie, et brûlé vif le 22 du même mois. Le procès fut dirigé par les 
docteurs en droit François Buirman et Gaspard Lieblar, deux fameux pourchasseurs de sorciers 
qui parcoururent alors de tous côtés le Rhin et livrèrent aux flammes Dieu sait combien de per* 
sonnes innocentes. Thierri Knutgen fut la onzième personne quMls firent monter sur le bûcher 
à Siegburg dans Tintervalle de six semaines. Des 86 thalers du Rhin et 52 albus que coûta son 
procès, et que sa veuve fut forcée de payer immédiatement, ces bourreaux en empochèrent plus 
du tiers. Le reste fut partagé entre le bourgmestre, les échevins, le maître des rentes, etc. Dans 
les procès de sorcellerie il revenait quelque chose à tous les employés; môme la femme du bourg- 
mestre et la gilde des archers qui composait la garde d'honneur à Texécution, recevaient leurs 
petites douceurs. U n'y en avait qu'un seul, à qui il revenait de droit une part considérable dans 
les émoluments des procès criminels, qui ne prenait rien, — c'était TAbbé. Comptes concernant 
les personnes accusées de sorcellerie; aux Archives de l'église de Siegburg. 



LA GILDE DES POTIERS DE SIEQBUBO 157 

et fournissaient des travaux remarquables. On ne peut expliquer ce fait que 
d'une manière, c'est que les poteries de Siegburg remportaient par leur 
qualité et la modicité de leur prix. Les archives nous fournissent quelques 
renseignements intéressants sur la réputation dont jouissait le grès Siegbur- 
geois, non seulement comme vaisselle de cuisine ordinaire, mais aussi 
comme article de luxe chez les nobles et les riches. Les grès artistiques 
remplaçaient, aux seizième et dix-septième siècles, la porcelaine, et de 
même qu*on se sert aujourd'hui pour Tornementàtion des chambres, de vases 
en porcelaine remarquables par leurs formes et leurs peintures, ainsi bril- 
laient alors sur les buffets, les tables et les dressoirs des riches, comme 
pièces décoratives , les belles cruches de grès à Tornementation si riche et 
si artistique. On estimait et aimait surtout les pots en grès de Siegburg 
bien vernissés à l'intérieur et blancs comme la neige. Garnis de couvercles 
et de supports d*étain et même d'argent artistement travaillés, ils servaient 
comme cruches ou comme chopes entre les magnifiques verres de Venise 
et la vaisselle d'or à la table de la noblesse et des riches négociants. Dans 
un passage des mémoires de Herman von Weinsberg, où il décrit la manière 
dont §e donnait un banquet en 1 589 , à Cologne , il est fait spécialement 
mention des cruches de Siegburg. On y lit : c Et après avoir placé d'abord 
de^etits verres et pots à côté des pots à bière et des pots à vin d'absinthe 
ou de baume, on met, pour le rôti, sur chaque table, quatre grands verres, 
quelques uns avec des pieds en or , ou de grands pots de terre de Siegburg 
bien vernissés à l'intérieur et blancs comme la neige , et quand on est resté 
assis pendant quelque temps , l'hôte se met devant ou à la table et remercie 
les convives et amis, en termes pleins de politesse et d'amitié, en les accom- 
pagnant de beaux gestes, de ce qu'ils se sont rendus avec tant d'empres' 
sèment à son invitation et les prie de s'égayer. Après cela on met des 
coupes et de la vaisselle d'or et on commence à se porter mutuellement des 
toasts, » etc...." 

^^ MS. conservé aux Archives de la ville de Cologne. Voici le texte de ce passage : « Und 
alss man eirst klein glesser und pott neben den beirpotten und wermut oder saU)en weinss 
potten uffgesatzt, so setzst man zum gebrat uff jeden dische 4 groisse roemer etliche mit 
^ulden foissen oder groiss pott von Siberscher erden schoin glaseirt bynnen sneweiss, und 
als man eyn weii gesessen, dan stehet der kosther oder wirdt vor oder am dischs und danckêt 
den herm und frundenn mit efartitulen und fruntliche worten und gebeir, dass sei im so vriUich 
gefolgt syn und bidt sie troMch zo syn, darnach selzet man gulden kop und gescheir auff und 
fengt an sich mit parn zuzudrincken » etc.; tom. m, p. 154, sous la date du' 15 Novembre 1589: 

IV 20 



158 



U OILDE DES FOTIEBS DE SIEOBUBQ 



Une autre preuve que le grès de fabrication Siegburgeoise était recherché 
et estimé dans les plus hautes classes de la société, se trouve dans cette 
particularité, que pour les cadeaux que la ville de Siegburg avait coutume 
de faire fréquemment à de grands seigneurs ou à des employés haut placés 
des pays les plus divers, le grès Siegburgeois était ce qu'on choisissait de 
préférence. Dans les plus anciens comptes de la ville conservés aux Archives 
on trouve déjà des postes y ayant trait, ainsi par exemple on lit dans les 
comptes de 



1430. c Item, wyr hain an kannen ind an 
potten Kallenhart gegeven ii mrc. iv s. • 

1431. f Item, wyr hain dem officiail van 
Colne geschenckt an potten i il. » 

1459. c Item, mynre vrauen van dem 
Berge geschenckt an potten ind eyme boe- 
den, die potte zo dragen zo Nydecken, 
gegeven iv mrc. > 



1 430. Item, nous avo ns payé à Kallenhart 
pour cruches et pots, 2 marcs, 4 schellings. 

1431. Item, nous avons offert en présent 
à Tofficial de Cologne des pots, 1 florin. 

1459. Item, offert à Madame de Berg 
des pots, et payé un messager pour les 
porter à Nydecken, ensemble 4 marcs. 



D'autres détails sur des présents de cruches se rencontrent dans les comptes 
des années 1436, 1454, 1455, 1473, 1526, 1538, 1556, 1570, 1579, 1581, 
1585, 1587, 1615. Quand, en 1570, la ville sollicita du duc de Berg la 
prolongation des privilèges d'accises, le magistrat fit faire des cruches 
précieuses pour une somme de 184 marcs 10 schellings, qui furent envoyées 
comme cadeaux aux chancelier et autres ofSciers du duc ^^ Si la poterie 
offerte en cadeau était destinée à des princes ou des nobles, leur blason 
faisait partie des ornements dont on décorait la vaisselle. Le magistrat 
faisait sculpter à ses frais, les formes nécessaires, qui parfois coûtaient des 



^' Ajoutes au Compte de la Ville de Tannée 1870: t Item von wegen vorberurler accysen 
ist auch hiebevor an S. Ursulen tag des vorschrieben jairs siebentzig Thomas Kisselstein 
mit zweien erden flaschen und anderem schonen ulwerk zu dem Gantzler nach Duisseldorff 
gesant und hat solch werck gekost vierten balben thaler und funff albus, machen xxxi mrc. 
i alb. » 

« Item, gleichfals baben wir nocb Horsten dem ambtmann zu Duisseldorff durch den hitzen 
eine verehrung von potten und anderem frischen ulwerk zustellen lassen, wilch werck bei 
Johan Flach und Bach Johan gegolden ist, und hat zusamen gekost xviii mrc. iii alb. » 

« Item, noch ist die vorschrieben supplication zu Duisseldorff ubergeben und hatman daselbst 
den hem Cantzler, Ambtman Horst, Licentiaten Muilart und Doctorn Fabricium mit etlichem 
Siegbergischem ulwerk verehrt, baben nsamen gekost zweiff gulden weniger siebenn alb. 
* *— xlvi mrc. x' s. » etc. 



LÀ QILDS DES POTIERS DE SIEOBUBO 159 

sommes considérables '^ Il est encore digne de remarque que les hauts 
employés de la ville de Siegburg étaient aussi grands amateurs des grès 
Siegburgeois, et pour ce motif, quand des potiers étaient cités devant la 
cour des amendes pour répondre de certaines transgressions, ils avaient 
soin, pour pourvoir à l'ornementation de leur intérieur, de les condamner 
à fournir une certaine quantité de belles cruches ^\ 

Les circonstances locales ne contribuèrent pas peu à Tessor remarquable 
de la fabrication des grès de Siegburg. Le doux régime de Tabbé, la 
situation favorable de Tendroit, une existence séculaire paisible et des 
privilèges considérables favorisaient le commerce et l'industrie dans la ville 
abbatiale d'une manière extraordinaire. Les impôts que les citoyens de la 
ville de Siegburg avaient à payer sous l'administration de l'abbé, qui ne 
rélevait que de l'empire, furent tout à fait insignifiants *S jusqu'à ce que, 
vers la fin du seizième siècle, les ducs de Berg commencèrent, en leur 
qualité d'avoués de l'abbaye, à faire payer par les habitants de la ville et 
de la banlieue les contributions régulières sur les biens fonds, imposées 
partout le pays de Berg. Nous avons déjà dit combien minimes étaient les 
accises que payait la Gilde des potiers. La situation de la ville entre les 
possessions des seigneurs de Lôwenberg et de Blankenberg, des comtes 
— plus tard ducs — de Berg, et de l'archevçque de Cologne lui assurèrent, 
abstraction faite de quelques querelles de peu d'importance, les bienfaits 
d'une paix qui dura pendant tout le moyen-âge. La jalousie des autres voisins 
mettait une bride aux convoitises que l'ardeur guerrière de l'un ou de l'autre 
pouvait nourrir sur les remparts de Siegburg. La ville put jouir de cette 
existence paisible jusqu'à la fin du treizième siècle, quand par suite des 
troubles occasionnés par l'apostasie de l'archevêque de Cologne Gérard 
Truchses, elle apprit pour la première fois à connaître de plus près les 

m 

'> Compte de la Ville de 1587. c Item noch D. Wilhelm zu Speir 6 quarten pôtt und halber 
teulen mit seinem wapen maehen lassen, wilche gekost zeheo marck. 

« Item, voQ dem wapen za stechea ge^^ebea ein halber thaler. » 

Compte de la Ville de 1615: « Item, vur Graff Henrichs wapen aaszustechen gegeben uff 
pôtt betzalt 7 gulden. » 

^ Protocoles de la cour des amendes, aux Archives de l'église de Siegburg. 1536. « Gluysep 
Johan hat gelovet dem scholtis iii potten zu schencken. 

« item, mit dem richen Johan Knutgen , so as er Kirstgen ScluiUis gewont , hait er syn 
bruchten verdedingt in maissen, dater ein guet foder wins und ein korff potte inwendich 
binnen dry wochen den hem zu vissen levere » etc. 

'^ Voir « Annalen, » tom. xxiii, pp. 70, 71, 102, 103. 



■ 



160 LA OUDE DBS FOTIBUS DE SIEOBUBG 

horreurs de la guerre **. Par la rivière la Sieg, — qu'un grand nombre de 
bancs de sable ont aujourd'hui rendue impropre à la navigation, mais qu'au- 
trefois et même jusqu'au commencement de ce siècle on pouvait remonter 
jusqu'à Siegburg et, à certaines époques de l'année, jusqu'à Eitorf — par cette 
rivière, dis-je, Siegburg était réunie au Rhin, et pouvait conduire facilement 
ses produits aux marchés des villes riveraines de ce fleuve *'. En outre les 
habitants de Siegburg possédaient encore des privilèges importants. Nous 
avons déjà fait connaître les droits et privilèges qui leur iîirent accordés par 
les archevêques et le conseil communal de Cologne. Ils jouissaient aussi depuis 
la fondation de l'abbaye, du droit de bourgeoisie** d'après lequel on ne pouvait 
les faire juger devant aucune justice étrangère. Les comtes de Berg leur oc- 
troyèrent à partir de 1309 exemption de tout tonlieu et droit de péage dans le 
pays de Berg, entre Siegburg et le Rhin *'. Tout ceci ne contribuait pas peu à 
l'accroissement et à la prospérité de l'industrie et du commerce que les 
habitants de Siegburg faisaient avec les nombreux produits de leur activité 
industrielle et ceu3t de leur sol ou de pays étrangers. Les documents encore 
conservés aux archives de l'église de Siegburg démontrent que le commerce 
et l'industrie y ont, surtout au seizième siècle, fleuri, d'une manière extraor- 
dinaire. Si en ce point on peut ajouter foi à Schwaben 'S les gildes auraient 
à cette époque, d'après les rôles qu'il avait devant lui, compté plus de 
membres que Siegburg n'avait d'habitants en f820. 

Le commerce florissant et la vaste industrie de la ville de Siegburg re- 
çurent un premier coup dans les années quatre-vingt du seizième siècle. 
Dans la guerre qui éclata à la suite de l'apostasie de l'archevêque Gérard 
Truchses, Siegburg n'eu| pas peu à souffrir du passage des troupes et des 
escarmouches qui eurent lieu dans ses environs. Le quartier des potiers, 
l'Aulgasse, fut le plus éprouvé, comme d'ailleurs dans toutes les guerres 
subséquentes.* Sa situation hors des murs d'enceinte l'exposait toujours aux 
déprédations de Tennemi qui, après avoir en vain attaqué les remparts, 
déchargeait généralement sa rage sur l'Aulgasse. D'ailleurs les assiégeants 
y établissaient leur quartier et tiraient d'elle comme des autres faubourgs 

•* Comptes de la Ville de 1882 et sqq.; MttLLBR, op. cit., tom. ii, p. es. 
*" « Annalen », tom. xxiii, p. 92. 
** Lacomblet, op. cit., tom. i, p. 342. 
*< « Annalen », tom. xxiii, p. 93. 
•• Op. cit., p. 145. 



LA QILDE DES FOTIEBS DE 8IE0BUBQ 161 

tout ce dont ils avaient besoin, aussi longtemps qu'il s'y trouvait quelque 
chose. Dans le compte de la ville pour l'année qui se clôture à la Pentecôte 
1 587 on lit que les Espagnols firent l'assaut de la ville et mirent le feu à 
l'AuIgasse. Deux autres documents, qui font mention de cet acte de vengeance 
de la part des troupes Espagnoles, prouvent clairement que les pertes 
éprouvées par les potiers furent considérables. Dans la réponse de la Gilde , 
dont il a été question plus haut, à la plainte du marchand de poterie Chrétien 
Spitzgrosz , il est dit que le plaignant n'ayant pas pris livraison d'une grande 
quantité de cruches qu'il avait commandées, aes cruches avaient été dé- 
truites par l'incendie allumé dans la guerre. La pétition de la même 
époque, dont nous avons déjà fait mention, et par laquelle les potiers 
demandent l'adoucissement de l'amende de six cents florins d'or dont 
les avait frappés l'abbé, allègue aussi comme motif de cette mitigation le 
dommage considérable qui est résulté pour la corporation des énormes 
dégâts occasionnés par l'incendie* Cependant les membres du métier 
étaient trop fortunés pour que les traces de cet événement pussent durer 
longtemps. 

La Gilde des Potiers ne semble pas avoir souffert gravement des mal- 
heurs que la guerre de succession du duché de Juliers répandit sur le 
pays de Berg et particulièrement sur la ville de Siegburg, quoique, en 
1615, les troupes Brandebourgeoises aient érigé des batteries et creusé 
des tranchées dans les alentours de l'AuIgasse ^\ En cette année la cor- 
poration, ainsi qu'il paraît par les comptes de la ville, fabriqua encore 
quarante et une fournées de marchandises. Jusqu'en 1632 la Gilde des 
Potiers se tint à la hauteur d'une institution artistique. Alors même 
que, par les troubles de la Guerre de Trente ans, le commerce eût été 
affaibli d'une manière considérable, et que l'expédition des marchandises 
fut devenue difficile, la beauté des produits ne s'en ressentit cependant 
pas. Les grès sortis des ateliers des potiers Siegburgeois pendant les 
trente premières années du dix-septième siècle se distinguent encore 
toujours des produits des autres poteries Rhénanes par la beauté de leur 
forme, leur blancheur, et le caractère artistique de leur ornementation, 
comme le démontrent les cruches et fragments de cruches avec date que 
nous possédons encore (Voir pi. m, n* 6). Mais en 1632 il arriva un 

*' MuLLER, op. cit., tom. II, pp. 7S et sqq.; Scbwabbn, op. cit., pp. 40 et sqq. 



162 LA GILDE DES F0TIEB8 DE SIEGBUBG 

un événement par lequel le commerce, Tindustrie et la prospérité de la ville, 
abbatiale furent détruits pour deux siècles. Dans la dite année les Suédois, 
sous le commandement du général Baudissin passèrent un peu au-dessous de 
Bonn sur la rive droite du Rhin, et après avoir pillé les abbayes de Schwarz- 
rheindorf et Vilich, exigèrent la reddition de Siegburg. Sur le refus des 
habitants, ils bombardèrent la ville et prirent d*assaut la forteresse abbatiale *^ 
La dévastation que ces bordes barbares firent éprouver à la ville fut terrible. 
L'avant-propos d'un livret de confrérie rare " assure que la ville avec les 
faubourgs fut pillée, et qu'elle fut presque réduite en cendres ainsi que l'église 
paroissiale. Les Suédois occupèrent Siegburg pendant trois ans et en firent 
le centre de leurs excursions dans le pays de Berg. Pendant ce temps ils , 
commirent des pillages, des déprédations et des infamies de toute espèce. La 
misère devint si grande que le magistrat dut s'emparer des biens de l'église 
afin de pouvoir payer les contributions renouvelées sans cesse, et satisfaire 
aux exigences du commandant Loyson qui avait établi sa résidence dans les 
bâtiments de l'abbaye •^ 

De même que l'intérieur de la ville l'Aulgasse aussi avait énormément 
souffert lors de la prise et de la destruction de la place; elle avait été brûlée 
pour la plus grande partie. Aujourd'hui encore les décombres de maisons 
incendiées, ainsi que des fours en partie remplis de marchandises, que les 
travaux de terre mettent au jour, témoignent de cette destruction. Dans les 
comptes de l'administration des biens des pauvres de ce temps, conservés 
aux archives de l'église de Siegburg, on lit que les maisons grevées de cens 
au profit des pauvres, situées près de la porte dite Uolzihore ne rapportèrent 
rien parce qu'elles avaient été incendiées par les Suédois. Les membres de 
la Gilde des Potiers qui survécurent à cet effroyable sinistre reconnurent 
qu'au milieu des troubles de la guerre dont on Jie pouvait encore prévoir 
la fin, l'Aulgasse n'était plus un endroit convenable pour l'exercice de leur 
métier. Les Suédois avaient rebâti les fortifications en partie détruites, et il 

** Khevenhillep., • Annales Ferdinandei, » tom. xii, p. 256. Leipzig, 1637. « Theatr. Europ., » 
tom. II, p. 688. La prise de Siegburg doit avoir eu iieu après la Pentecôte de l'année 1632, car le 
compte de Tannée 1631-1632, ne fait aucune mention de cet éTénement. Les comptes des 
années suivantes jusqu'en 1643 n'existent plus. 

" « Neu in Drock ausgegebener Stadt Sigburgischer Pilgrams-Trost Nacher Trier zu dem 
heiligen Weit in der Welt berûhmten Teutschen Apostel Matthiam. Gedruckt zu Bonn Bei den 
Erben Rommerskirchen in der Churf. Hoffbuchdruckerei im Jahre 1744. 

*^ Documents originaux, aux Archives de Téglise de Siegburg. 



LA OILDE DES FOTIE&S DE SIEGEURG 163 

était à craindre que la ville ne fût bientôt de nouveau exposée aux horreurs 
d*un siège; alors, comme toujours, l'Aulgasse souffrirait encore une fois tout 
d'abord des attaques de Fennemi. Pour ce motif les potiers, à l'exception de 
trois maîtres, abandonnèrent leur ancien séjour et se retirèrent dans les 
montagnes du côté d'Altenrath pour y établir leurs ateliers dans les bois, et 
y continuer la fabrication des cruches, loin des grandes routes dans le 
voisinage desquelles sévissait la guerre. De même que ceux-ci, beaucoup 
d'autres habitants de la ville de Siegburg avaient abandonné leurs habitations 
détruites et s'étaient réfugiés dans les villages des montagnes où ils pouvaient 
trouver un abri et sauver au moins leur vie*^ Le nombre des habitants 
de Siegburg baissa tellement que ceux qui restaient n'étaient plus suffisants 
pour monter la garde aux portes. En 1636 la plus grande partie de la ville 
était encore en ruines. Le 12 Mai de cette année l'abbé Bertram van 
Bellinghausen afin de parer à la ruine complète de la ville, adressa une 
sommation ^* à tous les bourgeois vivant au dedans et au dehors de la ville, 
de vouloir prendre soin de leurs maisons et foyers détruits, d'en commencer 
la reconstruction endéans les trois mois, de monter la garde et de payer 
les cens et redevances de leurs biens, sous peine, en cas de non soumission, 
de voir l'abbé appendre ses armes aux maisons et propriétés abandonnées 
et après une année écoulée se les approprier comme biens perdus. Non- 
obstant que Tabbé tâchât d'exécuter son édit avec toute la sévérité possible, 
le but ne semble pas avoir été atteint. £n 1659 Siegburg était encore si 
dépourvue de maisons et d'habitants que l'abbé Jean von Bock zu Pattern 
se vit obligé de publier un privilège en vertu duquel tous ceux qui vou- 
draient s'établir à Siegburg et y construire de nouvelles maisons seraient 
pendant dix ans exempts de tous logements de soldats, services et contri- 
butions, afin, est-il dit dans l'acte, que la ville soit comime autrefois 
remplie d'habitants et couverte de maisons ^^ 

L'émigration de la célèbre Gilde des Potiers semble avoir été surtout 
pénible à l'abbé Bertram von Bellinghausen. Après avoir essayé en vain 
de faire revenir les potiers à l'Aulgasse par des moyens de douceur, il fit 
arrêt, en vertu du décret du 12 Mai 1636 sur leurs propriétés délaissées 

" Dans la préface du Uvret de confrérie déjà cité, il est dit que la ville et ses faubourgs sont 
restés presque entièrement déserts et inhabités pendant plusieurs années. 
** Copie contemporaine, aux Archives de Téglise de Siegburg ; Annexes, n^ VI. 
^ Copie contemporaine, aux Archives de l'église de Siegburg. 



\ 



i 



164 U GILDE DES FOTIEBS DE SIEGBUBO 

et fit exiger de force les impôts et les amendes pour le service de la garde 
quMIs n'avaient pas rempli en personne. Les potiers réfugiés à Altenrath 
se tournèrent vers leur nouveau seigneur, le duc de Berg, pour obtenir 
aide et secours. Le comte-palatin et duc Wolfgang Guillaume — qui, 
comme ses prédécesseurs et ses successeurs, cherchait par tous le; moyens 
d*étendre les droits qui lui revenaient en sa qualité d*ayoué de Tabbaye, et 
de s'emparer de la suzeraineté de Tabbé qui relevait directement de l'Empire 
^ trouva là une occasion favorable pour engager une querelle avec l'abbé 
et s'immiscer dans les affaires intérieures du pays de Siegburg. Le 6 Avril 
1637 il adressa une missive violente et tranchante à l'abbé ^S dans laquelle 
il lui déclare que sa manière d'agir en faisant citer par messager des sujets 
de Berg à comparaître à Siegburg et en les frappant d'amendes, lui parajt 
tout à fait étrange ; que s'il ne renonce pas à cette procédure insolite, et ne 
restitue pas aux potiers les amendes déjà exigées, il doit s'attendre à une 
autre affaire; car lui, duc, ne manquera pas de leur prêter la protection 
qu'il leur doit comme leur seigneur, et de les défendre contre d'injustes 
violences. Il termine sa lettre en disant qu'il s*attend à une explication de 
la part de Tabbé. £n se servant de pareil langage le duc ne tenait aucun 
compte de la circonstance, que lors de son entrée en fonctions comme avoué 
de l'abbaye il avait prêté un serment à Tabbé par lequel il s'était engagé 
à défendre de toutes ses forces l'abbaye et tous ceux qui en dépendaient, 
et à les assister en toutes nécessités et dangers quelconques; en outre l'abbé 
avait bien le droit de saisir les propriétés sises dans le ressort de sa juri- 
diction en cas de non payement des taxes dont elles étaient chargées de par 
la loi. Les documents ne nous renseignent pas sur l'issue du différend. Une 
chose toutefois est certaine, c'est que les potiers émigrés à Altenrath ne 
retournèrent point à l'Aulgasse. 

La Gilde, réduite à quelques membres, n'eut plus depuis le temps de 
l'occupation Suédoise qu'une existence pénible. En 1643 à ce que nous 
apprennent les comptes de la ville, on ne cuisit que quatre fournées de mar- 
chandises. Des trois maîtres dont se composait le métier en 1654, un ou 
deux seulement travaillaient constamment. Il y avait donc tout lieu de 
craindre que la Gilde autrefois si célèbre ne disparût bientôt entièrement. 

** Original, aux Archives de l'Etat, à Dasseldorf; Annexes n« VII. 

*< Voir « Annalen n, tom. xxin, p. 04, et Schwaben, op. cit., pp. $7 et 58. 



LA aiLDE DES POTIERS DE SIEGBÏÏBG 165 

Pour ce' motif Tabbé Jean von Bock zu Pattern tâcha d'attirer à Siegburg 
des potiers étrangers. Le 1" Septembre 1654, il admit, comme nous l'avons 
déjà dit, dans la Gilde des Potiers de Siegburg Everard Lutz du bailliage 
d'Ehrenbreilstein. Dans le décret concernant celte admission il est dit : 

t Weil durch die langen verderblichen Comme par suite des guerres longues et 

kriegszeiten die bûrger und unterthanen funestes les bourgeois et sujets ont tellement 

dergestalt verlauffen und auswichen, dasz diminué en nombre et émigré, et que de 

zugleich auch aile handwerker in ab- même aussi toutes les industries sont tom* 

gangh kommen, insonderheit das Ewler- bées en décadence, et spécialement le mé- 

handwerk , deren uber einen oder zwei tier de la poterie, dont il n y a plus qu'un 

nicht bcstândig arbeiten, auch der dritter ou deux membres qui travaillent con- 

keine kinder zum selbigen handwerk zu stamment, et le troisième n'a aucun enfant 

erzeigen vorhabens, und leicht geschehen qu'il peut former à cette industrie, de sorte 

kônte, dasz bei dem geringsten widerigen qu'on peut facilement voir que dans un 

zufall selbiges handwerk zu nicht kleinem court espace de temps le moindre hasard 

interessen und schadens unseres Gottes- défavorable suf&ra pour faire disparaître 

hauszes und der bûrgerschaft selbsten le dit métier entièrement et pour toujours, 

inner kurtzem gang und zumall abgehen au grand préjudice et détriment de notre 

môchte : wir daher verursacht worden ein abbaye et de la bourgeoisie elle-même ; 

einseben zu haben und die conservation nous nous trouvons obligés de veiller avec 

selbigen handwerks uns sonderlich ange- soin et de nous charger tout particulière- 

legen sein zu lassen, welches ohne mehr ment de la conservation du dit métier, 

personen nicht wird underhalten werden lequel ne pourra se maintenir sans un 

kônnen u. s. w. '^ plus grand nombre de membres, etc. 

Tous les efforts de l'abbé pour relever l'industrie de la poterie restèrent 
sans résultat. Tout ce qu'il parvint à faire fut d'empêcher le métier de périr 
entièrement. La secousse que le commerce et l'industrie avaient reçue par 
toute l'Allemagne lors de la désastreuse Guerre de Trente Ans avait été un 
coup mortel pour la ville abbatiale de Siegburg. Pour relever le commerce 
et les industries entièrement ruinées il aurait fallu un temps plus calme que 
ne fut celui qui suivit la paix de Westphalie. Aussi, même après l'occupation 
Suédoise, Siegburg n'eut pas peu à souffrir des malheurs continuellement 
répétés de la guerre. Tantôt ce furent des militaires du Palatinat de Neubourg, 
tantôt des impériaux, et tantôt des Français qui firent de la forteresse de 
Siegburg le centre de leurs opérations dans la campagne, ou qui s'en ser- 
virent comme quartier d'hiver, et qui imposèrent aux habitants les charges 
les plus vexatoires. 

*• Copie, aux Archives de TEtal, à Dûsseldorf. 

IV SI 






166 U (IILDE DES POTIEBS DE SIEOBUBO 

■ 

En 1688 et en 1689 Siegburg eut à souffrir une Visitation terrible qui sur- 
passa presque en horreurs la destruction de la ville par les Suédois. Dans la 
nuit du 18 au 19 Décembre 1688 une partie des Français venant pour aider 
le cardinal von Fûrstenberg à se maintenir en possession de la dignité électo- 
rale de Cologne, s'arrêtèrent devant les portes de Siegburg et demandèrent 
à être admis en ville. Sur le refus des habitants ils y entrèrent le lendemain 
par la force en escaladant les murs, et pillèrent la ville si complètement qu'il 
ne resta plus à beaucoup de bourgeois que ce qu'ils portaient sur eux. 
Le but des Français était de faire de Siegburg un fort point de halte afin 
de pouvoir appuyer de là les opérations de leurs armées campées à Bonn, 
à Kaiserswerth et en d'autres endroits. Gomme Siegburg avait perdu en 1672 
toutes ses fortifications à l'exception du mur d'enclos, ils commencèrent à 
exécuter de nouveaux travaux de fortification. Les bourgeois furent obligés 
de fournir et d'apporter sur place tous les instruments et matériaux néces- 
saires ; les femmes et les enfants de même que les hommes furent forcés 
par toute espèce de mauvais traitements à aider dans ces travaux ^\ Le 
séjour de ces hordes barbares se prolongea jusqu'au 12 Mars de Tannée 
suivante, et fut pour Siegburg une époque de terreur. On ne peut imaginer 
aucune espèce d'infamie ou d'oppression dont les incendiaires Français ne 
se rendissent coupables. Ils volèrent et pillèrent comme bon leur semblait et 
maltraitèrent les bourgeois de la manière la plus impitoyable. Non satisfaits 
de voler, ils brisèrent et ruinèrent tout ce qu'ils ne pouvaient emporter **. 
Les dégâts occasionnés seulement dans l'abbaye, par le simple plaisir de dé- 
truire furent évalués à 5000 rixdales. Les fournitures imposées aux habitants 
si éprouvés de la ville, pour le maintien de la troupe, forte de 2000 hommes, 
étaient si considérables qu'en dépit de toutes les offrandes qu'on ap^iorta, 
le magistrat ne fut pas en état de satisfaire complètement aux demandes 
exagérées. Les infortunés bourgeois s'adressèrent avec humble supplication 
au cardinal von Fûrstenberg afin d'obtenir quelque soulagement et d'être 
libérés des charges pesantes qui leur étaient imposées. « Mais si, très-ex- 
cellent Prince Electeur et Seigneur, » est-il dit à la fin de leur supplique, 
« devant Dieu et le monde il est purement impossible d'extorquer de notre 
pauvre peuple un tel total, et particulièrement la somme d'argent susmen- 

*^ SCHWABEX, op. cit., p. 110. MULLER, Op. Cit., lOm. II, p. 96. 

•• Documents aux Archives de Téglise de Siegburg. 



U QILDEDES FOTIEBS DE SIEOBURQ 167 

lionnée (29 rixdales par jour) avec literie, nourriture et boisson, puisque 
notre petite ville, que Dieu en ait pitié ! a été pillée de telle manière que la 
plupart des habitants ne possèdent guère plus que ce qu'ils portent sur leur 
corps, en passant sous silence que chez beaucoup il ne reste plus le moindre 
petit morceau de viande, ainsi nous supplions Votre Altesse électorale et 
Éminence, très humblement prosternés à vos pieds par la volonté de Dieu, 
que Vous de Votre Clémence paternelle et princière veuillez gracieusement 
prendre compassion de nous et par amour de la miséricorde daigner nous 
délivrer de la calamité et misère de telles charges insupportables et impos- 
sibles. > Là dessus le cardinal promit, ainsi qu*il parait par d'autres pièces 
conservées aux archives de l'église, de s'intéresser à la ville affligée; toutefois 
celle-ci ne semble pas avoir reçu grand soulagement de cette promesse, car 
la vie déréglée et les exactions durèrent jusqu'à ce que les hordes brutales 
fussent chassées de Siegburg par les troupes Brandebourgeoises. Nonobstant 
toutes les misères et calamités infligées à Siegburg par les Français, la ville 
pouvait encore s'estimer heureuse d'en être quitte à si bon prix; ce ne fut 
en effet que grâce à l'intercession de la comtesse de Marck auprès du Car- 
dinal qu'elle ne fût pas alors démolie et réduite en cendres *^\ 

Dans ces calamités terribles ce fut encore l'Aulgasse qui eut le plus à 
souffrir. Peu de temps après leur expulsion de Siegburg les Français diri- 
gèrent une attaque contre deux régiments de cavalerie de Munster campés 
dans l'Aulgasse. Ne réussissant pas à surprendre ces troupes qui avaient en 
grande hâte cherché leur salut derrière les murs de la ville, ils mirent pour 
se venger le feu à l'Aulgasse dont une grande partie fut détruite par les 
flammes; les pertes furent évaluées à 6000 rixdales *°*. 

Après les horreurs de l'occupation Française, la ville de Siegburg, jadis si 
florissante et si riche, déclina jusqu'à devenir un pauvre bourg. Toutes les 
industries dégénérèrent, le commerce s*arrèla et les quelques membres 
survivants de la gilde des potiers furent réduits pour la vente de leurs pro- 
duits aux cantons appauvris et dépeuplés du pays environnant. A la fin du 
dix- septième siècle Siegburg, d'après des documents contemporains, ne 
comptait pas même une centaine de bourgeois y résidant, tandis qu'une liste 
des personnes imposables de l'année 1620 porte les noms de 418 propriétaires 

** Copie sans date, aux Archives de l^église de Siegburg. 

^^ Ennen, « Frankreich und der Miederrhein », tom. i, p. S09. 

*' SCHWABBN, op. cit., p. 113. 



168 LA OILDE DES POTIEBS DE SISaBURG 

de maisons, sans compter les membres du clergé, les fonctionnaires ei les 
Juifs. Par suite des désordres permanents de la guerre quelques industries 
avaient tellement décliné qu'elles étaient près de disparaître. Les anciennes 
vénérables chartes en parchemin , les sceaux, la vaisselle de la corporation, 
toutes ces reliques de la gilde avaient été en partie emportées dans les 
pillages, en partie détruites par les incendies. Ce ne fut qu'au commence- 
ment du dix-huitième siècle que les membres des différentes corporations 
commencèrent de nouveau à s'unir étroitement. Les abbés donnèrent de 
nouvelles chartes avec des privilèges étendus afin d'aider le commerce et 
l'industrie à se relever. Quelques gildes firent faire de nouveaux sceaux, 
dont ceux des maréchaux, des tonneliers et des cordonniers sont encore 
conservés "*. 

Les abbés firent tout ce qui était en leur pouvoir pour relever l'industrie 
si entamée de la poterie. Le 30 Octobre 1706, l'abbé François Bernard von 
Westrem donna aux potiers de nouveaux statuts ^^' parce que d'après leur 
rapport les anciens règlements avaient été perdus et détruits dans la guerre 
et par les incendies. Les privilèges et franchises de la gilde furent étendus, 
les contraintes imposées par ses lois rendues plus sévères, les maîtres du 
métier armés de pouvoirs plus amples que jamais auparavant aucune gilde 
eût reçus. La durée de l'apprentissage fut fixée à sept ans, et en même 
temps il fut ordonné que personne ne pouvait être admis à la maîtrise avant 
d'avoir atteint la vingt-cinquième année de sa vie; l'introduction dans le 
commerce de poteries fabriquées par des personnes étrangères à la gilde 
fut strictement défendue. Mais ces ordonnances rigides eurent juste l'effet 
contraire de ce qu'on en attendait. La gilde n'avait plus aucun secret à 
garder; la manière de fabriquer qui lui était autrefois particulière était un 
secret que les potiers avaient eux-mêmes oubliés dans la deuxième moitié du 
dix-huitième siècle. La vaisselle fabriquée à Siegburg était, sous le rapport 
de la matière et de l'ornementation, du même genre qu'on savait alors 
produire partout ; elle était même bien inférieure, sous le rapport de l'orne- 
mentation, aux excellents produits des poteries du Nassau qui, jusqu'à une 
période avancée du dix-huitième siècle s'étaient maintenues à leur ancienne 
hauteur artistique. Ainsi disparut la cause principale pour laquelle la vaisselle 

^'* Ils portent les dates de 1707 et 1709, et sont actuellement en la possession de H. Everard 
de Glaer à Bonn. 
"' Original, en notre possession ; imprimé aux Annexes n« viii. 



LA 6ILDE DES POTIERS DE SIEGBÏÏBG 169 

Siegburgeoise tenait autrefois le premier rang dans le commerce. En outre 
les nécessités au dix-huitième siècle étaient tout autres que ce qu'elles avaient 
été jadis. Le temps était déjà longtemps passé où le sentiment commun 
pour la beauté artistique s'accusait dans les efforts de tous, pour donner 
même aux ustensiles ordinaires de la vie domestique une forme élégante 
et une ornementation artistique, quand Fart et l'industrie réunis étaient chez 
eux dans la demeure du bourgeois le plus humble. La perte du goût et de 
l'intelligence de la beauté artistique était le résultat de la décadence des 
sentiments religieux et de la dégénération des mœurs causée par les troubles 
permanents des guerres du dix-septième siècle. Aussi les laids et lourds 
enroulements du style rococo qui s'était établi dans les églises et les palais 
des riches n'étaient pas faits pour ranimer et renouveler l'intelligence et 
rintérét pour l'art qui étaient perdus désormais chez le peuple. L'industrie 
artistique ainsi n'avait plus son ancienne raison d'être. La vaisselle la plus 
ordinaire satisfaisait aux besoins de la multitude, les pots à forme laide et 
surface unie rendaient le même service que jadis avaient rendus les cruches 
à belle forme et aux ornements artistiques. 

Tout ceci fit que la compagnie des potiers de Siegburg malgré les peines 
des abbés ne put plus se relever des durs coups qu'elle avait reçus dans les 
guerres du dix-septième siècle. Elle avait déjà à la fin du dix-septième siècle 
entièrement perdu le caractère d'une gilde artistique; et les marchandises 
qu'elle fabriqua à partir de cette épeque étaient sous le rapport de la forme 
et de l'ornementation tout à fait sans importance. Quand dans l'année 1806 le 
duché de Berg tomba au pouvoir des Français et que les corporations furent 
abolies, la gilde des potiers de Siegburg ne comptait plus que trois ou quatre 
membres. qui ne fabriquaient que des vaisseaux en grès d'une qualité tout 
à fait ordinaire et entièrement dépourvus de goût. Aujourd'hui même, malgré 
l'existence d'excellente argile en grandes quantités, on ne fabrique plus à 
Siegburg ni grès ni poterie. 

J. B. DORNBUSGH. 



ANNEXES 



I. 



Paragraphes du Euhrbucb de la ville de Siegburg, ajant rapport à la 

Oilde des Potiers ^ l^' siècle. 



Von den Eulneren. 

69. Item, die Eulner sollen ire schiruelen * dragen unnd schutten auf die stet 
und pletzen, dar die meister, so daruber gesatzt seindt, innen bevelhendt, und so 
jemandt solcbes niet thuen wurdt, soll vaih jeglichem korve die Kubr gelden funff 
schilIiDgk. 

70. Die Eulner sollen auch von Sanct Hertens tag an biss auff Eschtag ' niet 
arbeiten, und welcber solcbes tbuen wurdt, soll von jeglichem hundert die Kuhr 
gelden zwa marckh. 

71. Dergleichen sollen die Eulner zu keiner zeit bey kertzen arbeiten. Kuhr 
vier marckh. 

72. Item es soll niemandt dass Eulner ambt lehrnen nocb gebrauchen, er sei 
dan eins eulners und burgers zu Siegbergh rechter ehe son, und welcber daruber 
solcbes thuen und jemandt zu lernen annehmen wurdt, soll die Kuhr gelden vier 
marckh. 



* Ces paragraphes sont extrails d*un fragment d'un manuscrit de la fin du seizième siècle conservé 
aux Arrives de Téglise de Siegburg. Les articles reproduits ici se trouvent aussi en partie dans 
les chartes de la Gilde de 1516 et de 1321. 

* Fragments de pots. 

* Le Mercredi des Gendres. 



U OILDE DES F0TIE6S DE SIEOBUBG 171 



n. 

Charte de la Qilde des Potiers octroyée par Tabbé Hennan von Wachtendonck. 

1552, 31 Mai. 

Wir Hennan von Wacbtendungk ', von Gots gnaden abt desgotshuiss unnd barre 
zu Sieberg, vort gantz gemein convent ordens Sanct Benedicti, inn dem gesticbte vonn 
Collenn gelegenn, thon sementlicbenn kbundt allenn luiden unnd bekennen ubermitz 
diesem brieff vur unns unnd unnsere nacbkoemlingen, das vur unns khomenn unnd 
erscbienen unnser bui|;ere unnd unndersassenn mit namen die Oulner semenllich 
unnd babenn unns vorbracht, wie das ire werck unnd gewahr * gemeinlicb durcb 
die lanndt verfilt unnd verfolt, dardurch dann solch werck vernichtiget unnd in 
veracbtung kbomenn, also das ire ufifkumpst ' unnd narung vortbin vergencklich 
werde, unnd sie dar durcb inn armut unnd verderbenn geratbenn unnd vurbas * 
von dage zu tage weyter abnemenn unnd verderb irer unnd irer kinder unnd 
nacbkoemlingenn gewisslicb besorgenn muesten, wo mann denn dingenn mit 
zeitigem ratb unnd beqwemenn wegenn nit widerstandt tbete unnd vorqweme, 
derbalbenn an unns diennstlicbenn begert, innen zu erleubenn, damit sie sicb unnder 
einannder woll besprecbenn unnd beratben moecbten, me sie solcben beschwe- 
rungenn unnd besorglicbenn vorstebenden scbaden, armut unnd verderb enntgegen 
kbomenn unnd ratb unnd wege findenn moecbtenn, damit sie wider ires erlittenen 
scbadens ergetzung ' erlangen moecbtenn unnd in wollfart, gedeyen unnd uffnemenn * 
irer narung geratbenn, ire banndtwerck (des doch nit zu untberen) nit so vergencklicb 
unnd ungeubt blibenn, aucb ire scbwere costenn, aniage unnd arbeit nutzlicb 
anngelegt, unnd ire werck wider inn geburlicbenn werdt unnd acbtung waxsen, 
unnd also sie sicb, ire weyb unnd kinder redlicb unnd gotlicb generenn unnd 
gefoden^ moecbtenn. 

Nacbdem wir innenn dan solcbe unnderredung unnd beraitb gegunt und zuge- 
lassenn, baben sie sicb semenntlicb unnd eindrecbtiglich einess gemeynen nutziicben 
gesetz unnd ordnung verglicbenn, welcbs sie unns inn scbrifftenn vorbracbt unnd 
vleissiglicb danebenn gebettenn, solcbs zu confirmierenn unnd zu bestettigenn. 
Demnacb so babenn wir, als ir recbter grundtberr, der seiner unndertbanen nutz, 
ufnemen unnd wolfart gernn befordernn unnd iren scbaden verhuetten wolte, solcbe 

^ Herman II von Wachtendonck, abbé de 1549 à 1576. 
' Marchandises. 
» Profits. 

* Dorénavant. • 

* Compensation. 

* Obtention. 

^ Nourrir, soutenir. 



i 



172 LA QILDE DES POTIERS DE SIEOBUM 

ire fleissige bit annmerckende, berurte ire gesetz unnd ordnung angenomenn unnd 
confirmiert, annemen unnd confirmierenn solchs biemit unnd in crafft dièses brieffs 
unnd geloben innenn, daruber schutz unnd scbirm zu thun, nach irem gemeynen 
rade zu verbessern unnd nit zu verergern, welchs geselz unnd verordnung auch sie, 
die gemelte Oulner, sambtlich unnd ir jeder inn sonderheit, eintregticklich vur unns 
gekoren, angenomenn unnd innen undereinander selbst mit unnserm willenn zugesagt 
unnd gelobt haben vur sich unnd ire erben, von nu an zu ewigenn zeitenn vast, 
stede ^ unnd unverbruchlich zu halten und weder durcb [sich noch jemandtz 
anndern darwider zu thun oder zu thun gestatten, mit diesem ussdrucklichem be- 
scheide, wo sache were, das jemandtz von genanten Oulnern, er wer, wer es wer, 
inn eynigem punct dièses brieffs, clein oder gross, bruchig * wurde unnd gebrechlich 
er&ele unnd anders thete, dan hierinnen geordnet unnd verwilkurt '% so habenn 
sie sich sementlich unnd eindrechtiglich verdragen, inngesatzt unnd geordnet, das 
derselbe unns unnd unnsern nachkomiingen inn eyne poen '* van vier goltguldenn, 
nemlich unns oder eynem abt zur zeit zu Sieberg drey goltguldenn unnd dem 
obersten schultissen '* einenn goltgulden unnd dem handtwerck drey goltguldenn, 
so dick " unnd manchmal er vcrbrucht ^* hette, zu liebernn erfallen und erfallen 
sein soll. Unnd damit soll dièse gemechnis nit gekrenckt noch unthert *' sein, 
sonder nichtzdestominder sollenn die ehegnannte ambachtzluide einen jechlichen 
punct dièses brieffs vast, stede, unnd unverbruchlich haltenn unnder poenen unnd 
verbundenn inn massenn wie vursseidt. Unnd seindt daruff vur unns die vurg- 
nanten Oulner inngegangen unnd sich mit unnserm consent verglichen, das 
sulcher kuntlicher, anngebrachter bruchten ein schultis zurtzeit, so dick unnd 
manchmall innhalt der nachfolgenndenn articulenn gebruchtet wirdt, unverzoeglich 
pfende nemen unnd dem hanndlwerck gebenn solle, welchs alsdan dieselbe vereus- 
sernn moegenn ; unnd besonder soll inn der bruchtenn sein, der wider einigen punct 
dièses brieffs handlenn oder darinn tragen und nicht haltenn wurde inn massenn 
unnd nach underscheydt, wie solchs durch die genanten unnsere burgere unnd 
ambachtzluide mit unnserm conssent inngesatzt, gewilligt unnd geschlossen ist unnd 
vonn worde zu worde hernach geschrieben foigt, aisus unnderscheydentlich folgende: 
1. Item, es soll kein man das Oulner ambt 'Mehren noch ubenn, erseydann 
eyns Oulners burgers sonn zu Sieberg unnd ein recht geboren ehekindt. Und es 



• stable. ^ 

* Punissable. 
" Prescrit. 
^> Amende. 

" Ecoutête ; au seizième siècle le premier échevin de la justice noble de Siegburg était appelle 
VobersckulUieiss, et son remplaçant Vunterschtdtheiss. 
" Souvent. 

^* Enfreint les statuts. 
^< Supprimi^s, abandonnés. 
«• Méiier de polier. 



f 



U GILDE DES POTIERS DE SIEGBURG 173 

soll kein Oulner noch Oulners ^eyb bey kertzen ^vircken, noch lassen wircken, 
unnd nach Sant Hertens tag und zwischen dem Escfadage gar ubcra'l nichtz wircken. 
Unnd es soll kein Oulner noch Oulners weyb mehe geben vonn cincm ofenn inn- 
zuthun dann scx schilling coisch geitz unnd die cost, dis vurgcschrioben allet unnder 
poenen unnd verbunden wie vurgnant, aiso wer das thete oder liesse thun, 
vorbehaltenn doch dem kuirboich sein gerechtigkeit unnd den koerniolstern '% die 
daruber gesatzt seynndt, das der sqnnder cynich nachlassen gestraffi soU werden. 

2. Item, \van eins Oulners son das hanndtwerck lehren unnd ubonn \s,'ill, so 
soll der meister, darbey er das hanndtwerck lehrt, unnserm crwirJigenn herren 
geben einenn goltguldenn, unnd dem schultissen ein virthel '" weins, unnd den 
handlwercksluiden eynn virthell weins, unnd, wanri cr sein lehr jahr ussgelehrt bat 
unnd im selbst wircken wolde und meister sein, alssdann soll er g- hcnn unnserm 
erwirdigen herren zweeu gollgulden, unnd dem schulliss zwey vircîell weins, unnd 
den handiwcrcksluidenn zwey virthel weins. 

3. Item, es sol kein Oulner noch Oulners weyb dem anndern soine kinder off 
gemiedt gesindt ufThaltenn, noch arbeyt geben buissen ^' wissen unnd willen irer 
ellernn oder ires herschaffs, da sie bey gedingl seynn, unnd wer das îhele, so dick 
unnd manchmall soll er seyn gefallen inn poen wie vursseidt. 

4. Item, ein jegklich Oulner, so manchen ofen kannen er beckt, soll us eynem 
jederra ofen zu gesinnenn '^ unnserm erwirdigen herren uff Sanl Auno oder Barbaren 
tag zween bierpoct unnd zweenn Nuerenberger poetschenn liebernn unnd durch 
die ambachtzmeister uberanntworten lassenn. 

5. Item, ein Oulner, der zu hauss unnd zu hoff sytzt bestat ", soll jars nit mehe 
dan nuin ofen kannen backenn, unnd eyns Oulners sonn oder ein werckman, der 
unbestat ist, oder ein lehr junge, der jeglichem ist gegundt unnd erlaubt zu machen 
sex ofenn kannen, unnd das mit alsolchem underscheyde, das ein kindt off ein 
lehrjunge, das off die vonn dem erstenn upgesatzt wurdo, soll das erste jar ein 
krosen '* wirckman und das annder jar, nachdem die vier gekorenn des handtwercks 
erkhennen, ein kindt oder lehrjunge machenn einen ofen, unnd das dritte jar 
wirckenn zeewn ofen nach erkentnis der vursseiden vier gekornenn, das vierdte jar 
yier ofenn, das funffte jar sex ofen unnd das sexte jar auch sex ofen, wie vurgnant 
ist unnd annd«rs nit. 

6. Item, das ist zu verstan. das ein son, lehrjunge oder werckman der vurgnanten 
sex ofen wercks nit wirckenn soll, er habc dan zum mynndstenn sex jahr gelehrt 
bey eynem meister unnd, were es sache, das der meister sturbe, soll er bey einem 
andern meister die lehr jar vort ussdienen nach erkentnis der vier gekornen, unnd 

" Voir p. 143. 

" Le quart devin à Siegburg était une ancienne mesure qui contenait 4 quartes ou 8 pintes. 

«» Sans. 

" Selon l'ordre. 

" Etabli indépendamment, pour son propre compte. 

** Krosen, krausen^ une etpùce de cruche, probablement de fabrication ordinaire. 

IV S3 



174 LA OILDE DES POTIERS DE SIEOBUfiG 

hier innen vurbehaltenn , ob ein lebrjange das hanndtwerck bey seinem vatter 
anngefangen bette zu lehren, unnd der vatter sturbe, mag derselb jung seyn lehrjar 
bey der mutter vort usslehren unnd vort seyne anndere brueder lehren. 

7. Item, wer bat eynenn werckmann oder einen lehrjungen uss vergunstigung 
seins meisters in der wochen einen tag, der soll haben das jar eynen ofen, so 
mancben tag inn der wochen, so manchen ofen unnd, wer bat einen werckman unnd 
einen lehrjungenn jeglicben eynen tag inn der wochenn, der soli habenn das jar 
drey ofen. 

8. Item, seindt aucb die vursseiden ambacbtziuide uberkhomenn, das niemanndt 
einicbenn werckmann zu wircken uff einenn tag inn der wochenn eynn jar lang 
mebe dan drey kouffmans guldcn, noch einem lehrjungenn mehe dan zween kouff- 
mans gulden lohnen noch gebenn soll, unnd dartzo soll niemanndtz einich liebnus *' 
gebenn noch than gebenn, noch der >yerckman oder lehrjunge sollend des nit 
gesynnen**, heyschenn noch nemen, unnd wassie âes nemen, soUen sie wider gebenn, 
vonn dennenn sie solcbs genomen hettenn; unnd dis ailes bey poenen unnd ver- 
bunden in massen vurgnant. 

9. Item, ob eyn werckman oder lehrjunge bey dem jenigeu, da er bey wyrckt, 
nach irer beyder verlragen " inn der costseyn wolte, was die vier gekorne erkhennen, 
soll er gebenn oder ime an seynem lohn abgan, darboven aber soll niemantz gebenn 
noch nemen inn keyner weyse. 

10.. Item, es sol niemandt, er sey, wer er sey, reich, arm, ait noch jung, mehe 
backenn noch macbenn dat jar, dann sexzebn ofenn kannen mit kindern, lehrjungen 
unnd werckluidcnn, allet unnder poenen unnd verbundenn wie vursseidt. 

11. Item, sonnderlingen ist verdragenu, ob sache were, das ein son oder lehr- 
junge sich bestattet unnd ime selbst wirckenn wolle, alss dann sollenn die vier 
gekorne des hanndtwercks ime die ofenn setzenn unnd bescheydenn '* nach belauffe 
der zeyt des jars. Auch solenn die vier gekorne vursseidt setzen, ob ein werckman 
oder lehrjunge sterbe, oder ob der einich hinweg lieife, wie vill eynem meister ann 
seinen ofenn zu backenn abgan solde nach gebuer der zeyt. 

12. Item, auch ist mann uberkhomenn, das ein werckmann oder lehrjunge, der 
sich verdingt bat, eynem meister ein jar lanng oder inn der wochenn eynenn oder 
zween tage mehr oder mynn zu wircken, unnd sein geld davonn enntfangen 
hait, unnd denckt, gegen das ander jar nicht darbey zu bleyben, der soll dem her- 
schafft upsagen *^ unnd das zu Sannt Johanns missen Mitsommers, unnd bleybt er 
dann dem herschafft etwas schuldig, vill oder wenig, das soll er u£f Sant Hertens 

" Douceur. 

*« Demander. 

•« Accord, convention. 

•« Désigner. 

«^ Donner congé. 

*« Direclement, d'abord. 



LA GILDE DES FOTIEBS DS SIEGBUBQ 175 

tag strack'^ betzalenn, damit soll er alssdan des herschafftz ledig stain '^ Tbete 
er des nit, so soll er das zukhoinennde jar dem berschafft vorbas '" zu wirckenn 
veibundeD stain uff dieselbige tage unnd niemandtz annders, unnd das ailes unnder 
poenen unnd verbunden inn massen vursseidt. 

13. Item, hierînnen isl vurbehallen, das derselbe werckman oder lehrjunge, 
^ann er allso abstain wolde der tag, noch tan eins theyls das zukhomennde jar 
verbleyben mag, unnd wan er bleyben wurde, soll er nit verbundenn seyn, dem 
berschafft den vurgenanten tag das gelt wider zu gebenn unnder poen vursseidt. 

14. Item, vort ist mann uberkhomenn, das man habenn soll eynn kerb '* ; daruff 
soll mann kerben " die ofenn, was ein jeder gebackcnn bat, unnd niemannd soll 
kerben dann in beywesenn der vier gekorner menne des banndtwercks oder zum 
mynndsten irer zween, ob die annder nit daheyme weren, unnd mann soll den 
vieren oder den zweyen des kerbenns auch gleubenn uff peene unnd verbundtnus 
vursseidt, welcbc aucb aile viertzebn tage einmall umbgehn unnd kerben soUenn. 
Wo aber jemanndtz vonn innen darinne seumig wurde, der oder die sollen allewege 
ein flescbe weins zur busse dem handtwerck zu gebenn schuldig seynn, oder wie 
Yurgnant gepfandt werden. 

15. Item, aucb ist man socnderlingenn uberkhomenn, das kein Oulner, er sey 
mann oder fraw, mit ail " niemandt vur eynige schuldt oder werck zu burgenn 
nemenn, setzen, noch werbenn, noch habenn soll, weder vill noch wenig, inn geiner 
weyss, dan mann mag pfennde nemen, die besunnder kein Oulner dem kauffmann 
oder frawen zu behulff gelehennt of gethain belten, unnd wanne ein kouffmann oder 
frawe pende lassenn wolten, die enn soll kein Oulner nemen, dan mit rade unnd 
beywesenn der vier gekornen, unnd wa vur die vier gekorenn die pfennde setzenn, 
schetzenn oder zeyendt '* dat sie werdt seyndt, darfur mag mann werck folgenn 
la>sen, oder die pfennde zu bessernn, nacbdem sie werck genomenn betten, oder 
das werck lassenn ligenn. Forder ob jemandtz gleublichers'' borgenn mueste off 
solde, soll niemanndt borgenn bovenn sex guldenn, zwenntzig weyspenning vur 
denn guldenn, unnder allen poenen unnd verbunnden in massenn vursseidt. 

16. Item, auch soll kein Oulner einichem koffmanne oder frawen pende lehnen 
vur werk, anndernn Oulnern zu versetzen unnder derselber poenen vurgnant. 

17. Item, were auch sache, das eynich Oulner krannck wurde oder sturbe, des 
huissfraw mag das erste jar ussgebruichenn '*, inn aller massenn als lebte der man 
noch, unnd darnach nit boher dann nuin ofenn overmitz werckluidenn, kindernn 

•» Sera libre, quiUe. 

•® Encore. 

»» Taille. 

'* Faire des coches ou des entailles pour tenir compte des fournées. 

w En généril. 

•< Evaluer ou fixer le prix. 

^ D'une manière digne de confiance, qui mot hors doute Tintenlion de payer uUérieurement. 

»« Achever Fouvrage, cuire le complément des fournées. 



176 LA OILDE DES POTIERS DE SIEOBUBO 

Oder lebrjungen ubonn '' unnder peenen wie vursseidt ; unnd wann sie darbovena 
thete oder ubcte, so soll sie des hanndtwercks nit mehe gebraucheon, unnd solchs 
ist auch annders nit vcrgandt, dann sovern die fraw wydwe sytzenn bleybt unnd 
sich erbarlich helt, unnd die widwenn soUen inn ailenn puncten dicss brieffs ver- 
bondenn seynn, wie die vur unnd nach geschrieben stain, unnder ailenn peenenn 
unnd massenn, wie vursseidt steyt. 

18. Item, vorder ist verscheydenn ubermitz der vurgnanter ambachtzluide uber- 
khomenn, das keynn Oulner ubermitz sich selber noch niemanndt annders vonn 
seynennt wegen kein werck zu Sieberg auss der Oulgassen zu wasser noch zu lannde 
foerenn '' noch brengenn soll feyll oder zu verkauffen vur oder binnen der stadt 
Goellenn, noch niemandt vonn den Oulnern soll auch eynich werck jemanndtz ver- 
kauffen oder folgenn lassenn, das zu wasser oder zu lannde zwischenn Sieberg unnd 
Goellenn veruissert, geliebert oder verkaufft werde. Dann were einich burger oder 
inngesessen binnenn Goellenn, der wercks behoefte'* unnd habenn mueste, der 
mag darumb zu Sieberg khomen oder schickenn unnd inn massenn vonn denn 
qwitenn unnd gelden, unnd dan fort zu wasser unnd zu lannde uff seine kost, anxt 
unnd arbeyt fuorenn unnd brenngenn binnen die stadt Goellenn ; unnd kein Ouiner 
soll niemanndt werck verkauffen oder folgenn lassenn, das vur oder binnen Goellen, 
hie oder da, fort unnd wider ussgesatzt unnd feyl gebat wurde, das den GoUnernn 
hinderlich sey, off dar sie zu redlicher weyse uber clagenn moechtenn, unnd den 
jenigenn, dar sust *^ uber geclagt wurde, wanne der da mehe wercks gesunne *\ 
so sollenn die vier gekorne den off deme sagen, das sie des nit mehe thun, unnd 
dar achter mehr aiso veyll hettenn oder uff den steden verkauffen vor oder binnen 
Goellenn, so soll kein Oulner noch Oulners weyb oder gesinde den off deme einich 
werck mehe verkauffen oder volgenn lassenn unnd dis inn allcn vursseiden puncten 
sonder aile bebulf ^', schwigen ^', forthell unnd behendigkeyt **, unnd darumb soll 
dis heimlich noch offenbar anders nicht gehaltenn werden, dann allbie inn diesem 
brieff vur unnd nach beschrieben steyt unnder ailenn poenen unnd verbundenn inn 
massenn vursseidt. 

19. Item, hierinnen ist auch aussgescheiden^'^ etlicher fursten und herrcn uoth, 
unnd auch solchs die stadt vonn Goellen inn diesenn sachenn anntreffennde ist sich 
gefueglich darinn zu haltenn, unnd wurde sache, das furslenn unnd herren einichs 
wercks behoefften, der jene, der herren werckmann were, in dem das es vor winter 
fiele, soll er das werck nit machen noch ubenn, dann mit wist unnd willenn meines 

" Préparer. 
• »• Conduire. 
» Avait besoin de. 
*^ Auparavant. 
<> Désirerait, demanderait. 
" Prétexte. 
" Artifice. 
** Ruse. 
« Excepté. 



LA 6ILDE DES POTIERS DE SIEQBÏÏBG 177 

erwurdîgenn liebenn herren uond des ganntzen hanndtwercks uff poenen vursseidt. 
30. Item, vort ist mann eindrechtiglicb uberkhomenn, das kein Oulner vonn 
Sieberg oss der Oulgassenn faeren noch brenngen soll inn kauffmans wèyse zu 
wasser noch zu lannde, das er bovenn Duisseldorff oder benedenn Ândernach 
ussiadenn, verkauffenn unnd liebernn wolle, inn keynerley weyse, unnd wer das 
vonn innen theté vor Coellenn, inn Coellen oder za Anndernach, zu Duisseldorff 
oder darentzwiscben, das man verneme solchen hanndell, stuckenn unnd puncten 
zu wasser zu lannde annders bebaltenn wurde, dann in diessem brieff vur unnd 
nach erclert unnd beschrieben sleyt, der jeniger er wer, wer er were, der das vonn 
unns Oulnernn tbete, unnd mann weiss ** wurde, soll erfallenn seyn inn poen unnd 
verbunt vurgnant. 

21. Item, es soll kein Oulner noch Oulners weyb gedruckt oder geschniedenn 
werck backen, er habe es dan selber oder seyne haussfraw oder ire kindcr oder die 
jenigen, so das handwerck leren, mit irs selbst hanndt geschnitten unnd mit irem 
gemietem haussgesinde, wëlchs durch die vier gekorne vur haussgesinde redlich 
erkannt werdenn soUenn, oder gedruckt buissenn jemandtz anders huiff, der sey, 
wer er wolle, ufif poene vursseidt. 

22. Item, auch soll kein Oulner umb Sieberg drey meylen wegs uff disseit Reins, 
lang oder breyt, brnilofs werck ^^ verkauffen uff poen unnd verbundtnus vurgenannt. 

23. Item, seynndt auch die Ambachtzluide vursseidt vorder gemeinlich uber- 
khomenn eindrechtiglicb unnd habenn gesatzt eynen gemeynenn, feyienn kouff^^ 
ires werks, also das darnebenn niemandt feyienn kauff thun noch folgenn lassenn 
soll unnd habenn jechlich mit unnderscheydc gesatzt, was jechlichs wercks das 
hundcrt gelden soll unnd dabey auch, was ein jeder Oulner haltcn sol, und in 
dermassen sein werck veruissern, verhandienn unnd verkouffen mag und anders nit. 

24. Item, einhundert schoner bierpoet, funff marck ; item, einhundert schones 
rundtwercks und weisse krugen, das hundert acht marck ; item, ein hundert bleich- 
wercks, rundtwercks, funf marck; item, ein mietwercks", zehn weyspenning; 
item, ein wurff " milchduppen, drey albes vier heller; item, ein hundert kochduppen, 
acht marck; item, ein hundert Memmelger, sexzehn weyspenningh ; item, ein hundert 
kleyner krùchelger, acht wysspenning; item, ein hundert funffdeling vonn lialven, 
achtundtzwentzig weyspenning; item, ein hundert funfftheling, der drey uff ein qwart 
geht, zweyunndtzwentzig albes; item, die funfdeling vonn pinten, sechtzehn albes; 
item, schon Nuerenberger, das hundert sexzehn weyspenning; item, das hunder 
mit den henken, acbtzehn weyspenning ; item, ein hundert bleicher Nuerenberger, 

*^ Connaissance, certitude. 

" Litléralemenl : ouvrage de noces, espèce particuliôre de poterie. 

« Vente, débit. 

*^ MielCj cadeau, récompense ; mieiwerk, espèce de vaisselle richement ornée qu'on offrait 
en cadeau, et qui n'était fabriquée que sur commande. 

*• Cinq pièces. 



178 LA GILDE DES POTIERS DE SIEGBDRG 

dreutzehn weisspenning; item, ein hundert blaer ''' poett, viertzehn weyspenning; 
item, dieschone weinpoet, das hundert dreutzehn weysspeuning; item, das hundert 
von den bleichen, nuiuzehn weyspenning, und die blawen, zehn weysspenning ; 
item, das hundert stechpoet, druiizehn weyspenning; item, die schone bêcher, das 
hundert zehn albes; item, das hundert bleicher bêcher, sieben wysspenning; item, 
das hundert schoner schalen, zehn weispenning; item, das hundert bleichen, sieben 
weibpenning; item, das hundert schoner herrenschalcn, zwcntzig wysspenning; item, 
ein hundert Sassenswcrcks, scesszehn mark, und das hundert cleins, achl marck ; 
blcichc schnellen, das hundert acht marck; item, das hundert noelger, dreutzehn 
wysspenning; ilem, bleiche bierpoet, das hundei'-t zwentzig wysspenning; item, das 
hundert ralzkannen, siebennundtzwenlzig raderalbs, ailet bey paiment unnd penning, 
wie zu Coellenn gangbar ist, zu verkoufTen und nicht myn uff poene unnd verbunden, 
als vursseidt steyt. 

25. Item, ob sie hernachmals einich werck ijin dem kouff hoegen oder sencken 
muesten nach golegeuheit der zeyl, so wie das die vier gekoren des hanndtwercks 
setzon, soll ein jeder hanndtwercksman oder frawe schuldig sein zu halten unnd 
nicht naher '^^ geben, allet under poenen und verbunden, aïs vursseidt steyt. 

26. Item, ist man eindrechtiglich uberkhomen, was man von jeder kunne " werck 
zu lohn geben soll zu machen unnd die cost, wie hernach folgt, und das zu belohnen 
mit payment, wie zu Coellen gangbar ist. 

27. Item, soll man geben von unckruchen und stechpotten^ noelger, weinpoetle, 
Nurenberger poet, bierpoet, von eynem jedern theyll acht haller. 

28. Item, von einem theyl pinten und haiven kruichen, kochduppen und qwarten, 
von eynen jedern Iheill sex heller; item, von haiven hellen kannen und hoUen 
kanneu, von milchduppen, viertbzehniing und zweyling, von jedern theyl sex heller; 
item, von einer grover '* mylen vier heller, und von einem theyll schalen drey 
heller; item, von jederm theill Sassens wercks, clein unndgross, eynen wysspenning; 
item, von einhundert krausenn anderthalben heller; herboven soll niemandtz geben 
noch nemen, ailes under poenen und verbunden, wie vursseidt steyt. 

29. Item, man soll kein werck boven ungewontlicher massen machen ", wer 
darenboven thete und sich erfunde, sollen ime die vier gekornen sagen, solchs nit 
mehe zu thun, geschege darbovcn und man verneme, sol erfallen seyn in poen wie 
vursseidt. 

30. Item, were auch sach und so queme, dat ein Oulner seyn ofen unnd getzal '* 
gebacken hette, und ime souill wercks overt, das er eynen ofen oder mehe gebacken 

" Bleu. 

" A un prix plus bas. 
" Façon, espèce, genre. 
** Epais. 

" On ne pouri-a fabriquer aucuns vaisseaux de mesures inusitées, c'est-à-dire : chaque vaisseau 
contiendi-a une mesure déterminée, ^U^ Vè, 1, 2, 3, 4, ou un plus grand nombre de quartes. 
" Nombre. 



LA GILDE DES POTIERS DE SIBGBURG !79 

kan, don mag er backen und nicht ussthun bis uff den Eschdag, dan mag derselbige 
usslhun und das werck verkauffen, allet uff poen vursseidt. 

3t. Item, kein Oulner noch Oulners weyb soll uffder kuilen " keyn dae geldeu 
noch verkoufFen, anders dun mit der ichen " gemessen wirt, ufdas dem landltrben, 
dem der grundt zugeboert, seyn landtgeh nit verbindert werde, uf poene vurgnant. 

32. Item, ein jecblicber bandtwercksmann soll dem geboJe '' folgen, als die 
tirmeister das gebot thun, und wer des nit tbut sonder ursach und verleuff, der 
soll die boiss gelden den banndtwercksiuiden ses wyspenning, und die bandtwerckà- 
luide moegent in darum pfenden, wie hernach volgt. 

33. Item, aucb ist verdragen, ais die Oulner vergadert seyn von des handtwercks- 
wegen, und irer ein den andern versprecbe oder biescbo legen, der soll die buss 
gelden ein vierdell weins, se duck das geschehe, wie vurgnant. Und were sache 
einich Oulner oder werckman, er wer, wer er were, der solcbs zu ihun het, soll seyn 
wort nit selber tbun, dan eynen van den vier gekornen nemen, sein wort vur innen 
zu tbun, und wer das nit thete, soll erfallen sein uf ein peen wie vursseidt ein 
viertell weinss; und wem die kertzen werden gesatzt zu tragen, und sie stain liesse, 
der soll zur busse gelden*'' ein viertel weins, und man soll innen darfur pfenndenn, 
allet wie vurgnant. Wer die kertzen vergeesse zu setzen, der soll aucb gelden die 
buss ein vierdell weins ; und vur solche cleine bruchten *', als antreffende sees 
wyspenning und weyn, darfur moegen die tirmeister demselben, der also bruchtig 
wurde, sein ratf ussbeben und nach sich nemen, bis so lang das derselbe, der also 
bruchtig worden were, die brucht betzalt hett, und wan derselbe dar entgegen thete 
mit worten oder mit wercken, so soll er inn allen poenen gefallen seyn wie vurgnant, 
so duck und manchmall solchs geschege, er sey reich oder arm, und die handtwerck- 
luide solien mit den tirmeistern gain und heiffen solche pendung thun, und wer des 
nit thete sonder erleuff *' der tyrmeistern, soll auch die buss gelden sex wyspenning, 
und man soll in penden wie vurgnant. 

34. Item, were auch sache, das einichs wercks mehe were oder uffqweme, das 
bier innen nit geschrieben were, und von neues erdacht wurde, offman machen 
mueste, was die vier gekoren das handwercks das setzen zu gelden, soll ein jeder 
ambachtz man und fraw verbunden seyn under allen poenen wie vurgnant zu halten. 

35. Item, ob sie hernachmals eynich werck in dem kouff nach gelegenheyt anders 
setzen dan nach ussweysung dies brieffs, das sie umb mercklichen uoih mit rathe 
der vier gekornen thun und furnemen solien, soll ein jeder ambachtzman das 
schuldig zu halten seyn und verbunden, in massen wie vurgnant ist. 



" Fosse. 

«• Avec la jauge. 

<* Convoeaiion. 

M Payer comme amende. 

*i Amendes. 

•• Roue. 

•* Permission. 



180 LA GILDE DES POTIERS DE SIEOBUBO 

36. Item, auch soll niemandtz eynich goit verkauffen dan mit der zalen, nit 
uberhauff ** usswendig, noch niemandtz in den kouff eynich gut geben, das diesem 
verdrag hinderlich sey zur erkentnus der vier gekoren vursseidt up poene vursseidt. 

37. Item, auch ist gefurwart *^ und underscheyden, das ein Oulner dem andern 
verkouffen und affgeidenn mag, so nahe und so duire sie des eins werden, und 
davon nicht bruchlich zu seyn noch werden, sofer derjenige, welcher das guide oder 
gegulden hetten, dasscibe werck in der Oulgassen veruisserte, und nicht anderswahr 
fo'rder zu wasser oder zu lande stuern wolte boven Andernach oder beneden 
Duisseltorff, das werck soU ein Oulner gelden gleichs einem andern frembden 
kauffman. Auch soll kein Oulner eynige kommerschafft'* an werck, das besser 
were dan zween gulden buitcn ^^ und die soll er nemen, als bynnen Coellen und 
Sieberg die kommerschafft zurtzeyt gemeinlich gelden und geneme ist, es were dan 
mit rath unnd beywesen der eb^genanter vier gekorner, die soUen auch die kommer- 
schafft, sover die mehr were dan zween gulJcn, wert setzen nach kauff und lauff der 
stede von CoUen und Sieberg, allés under vurgescbriebener poenen, ausgescheyden 
das ein Oulner mag allso vil und wenig frucht vor wcrck nemen, als ime geliebt, 
doch soll er die frucht nit duirer nemen, dan zu der zeyt zu Sieberg uff dem 
markt gilt. 

38. Item, ist gegundt unnd erlaubt, ob sach wurde, das sich die Oulner hernamals 
sament und eindrechtiglich besprecbent des holtz halben, umb irer huitzer nach 
gelegenheyt der zeit schadt und ungluck zu verhoeten, auch der dagreber '^ und 
damecher und eytzluidc und bereitzluiden halben, so was die vier gekoren des 
hanndtwercks hierinne ordieneren und aussprechen, das soll eyn jeder Oulner und 
Oulners weyb seyn schuldig und verbunden zu halten under allen poenen und 
verbunden, wie vursseidt steyt. 

39. Item, sonderlingen haben sie sich auch vertragen, das man allô jars soll zween 
von den vier gekornen absetzen und zween neuen kiesen und ansetzen. 

40. Und wir, Abt und Convent obgemelt, bevelhen hiemit ernstlich vur uns und 
uuser nacbkhomen, und wollen vestlich gehalten haben, das niemandt alhie zu 
Sieberg inn unserm burgbande oder herlicheyt eyniche pannen mehe backen soll, 
dan allein die Ou]ner und Oulners weiber, da dieser brieff uff gemacht ist, und das 
mit solchem underscheyde, wie hernach folgt. Nemlich ein Oulner, der zu huiss 
und zu hoff sytzt, und ein Oulners wpyb, die wydwe sytzen bleibt und sich erbarlich 
helt, soll ein jeder das jar nit mehe dan zween ofen pannen backen, und so manchen 
ofen pannen sie mehe backen, das soll innen an irem kannen backen abgain. Doch 
haben wir, Abt und Convent, uns und unscrn nachkhomen hier innen vorbehalten, 

«« Avec le nombre, non en général, c'est à dire en quanliiés comptées, et non en bloc. 

«5 Convenu. 

*« Marchandise. 

•T Troquer. 

*• Bêcheur d'argile. 



LA GILDE DES POTQSBS DE SIEOBUfiQ 181 

das wir sotil pannen moegen machen und backen lassen, als wir zu bedeckuog 
uDsers gotzbuiss und hoefen behôffen**, und weiter nit zu machen noch zu backen. 

41. Item, ob sache wurde, das eim Oulner oder Oniners weyb einen ofen kannen 
verwarlost wurde des feurs halben, dat soll derselve betzalen, der sulchen schaden 
gethain bette, und dis soll man besehen lassen mit zehn kuirmeistern und vier 
gekornen des hanndt\vercks und den koermeistern ire gerechtigkeit davon geben, 
und was sie dan sprechen, das der schade werdt sey, soll der schultis von dem 
bescbediger die pfende nemen und dem cleger die pfende geben und die umb- 
schlain '•, wie hie recht ist. 

42. Und wir, Abt und Couvent obgemeit, bevelhen hiemit ernstlich vur uns und 
unserenachkbomen, und willen es vestiglich gehalten haben, also das die ambtzmeister 
und vier gekornen des handtwercks uff aile puncten und arlickel dis brieffs eyn 
uffsehn^' haben und besuchen, damitsienit misbraucht werden, und wer dargcgen 
thete mit worten oder v^ercken oder mit zuschliessen seiner thueren, der soi), so 
dick solchs geschege, erfallen sein in aile poenen, wie vursseidt steyt. Und die 
besuchung moegen aitzeit zween ambtzmeister thun oder zween von den vier 
gekornen, als die ander nit dabei en weren; und damit der borch und der kouff 
strack gehalten, me vursseidt steyt, und verordent mag werden, also das keyn 
bedrug darinnen geschehe, soUen die ambachtzmeister die Oulner und Oulners 
weiber daruff bey iren eyden die >varheit zu sagen, ob sie auch den kauff und den 
borch strak gehalten haben, schuldig sein sonder arglist, und wer sich des weigert 
zu thun, der soll erfallen sein in poenen, wie vursseidt steyt, und desgleichen sollen 
auch die ambtzmeister solches zu thun schuldig seyn, allet sonder ai^elist. 

Unnd dweill die Oulner vurgnant gemeinlich sementlich und eyn jeder von innen 
besonder uns aile dièse vursseide sachen, puncten, articnlen und ordinantien dis 
briefs gentzlichen zu verstain und zu erkennen geben haben und mit unserm consent 
und gunnen des also eindrechtiglich uberkomen und eins wordcn seyndt, und wir 
dan nit verstain, das eynich gesetz hierinne begriffen wider eynieh puncte und gesetze 
der statuten und gesetzen unserer stadl Sieberg oder unser burger gesetz oder 
herlicheit sey, sonder wir erkennen und verstain auch gemeinlich, das solches in 
al nicht ist gegen die herligkeyt, statuten . und gesetzen einicher fursîen, herren oder 
anderer stede oder landschafften, sonder allein zu vorkhomen ires verderbs und 

4 

erlangung irer narung sonnder jemandtz schaden uffgericht ist : 

So haben wir in des ailes vur uns und unser nachkoemlinge gutlichen zu irer 
sament fleysslicher beeden und begeren erlaubt, gegunt und zugelassen, erlauben, 
gunnen und zulassen in aller massen na inhall und uisswysung dis brieffs von nu 
an zun ewigen zeyden unverbrochen, vast und stede zu halten. Und ist darumb 

*• Avoir besoin. 

'• Vendre. 

" InspectiOD, surveiUance. 

'* Permission. 

IV 93 



■ 



182 Li GILI» SBS FOTIKBS DE SOfilDBG 



unse eraste gebot, mid mit gebieten mit dieaMt umcni brîefe eyœm jeglkheta 
uns«rm ondcpsassen and bnrgern aad ncailick den jesen» die das Toa der TVFge- 
rurten anbachli wegen bentefenist", mnder poenen sad Terbwideii vurfteidt allc 
vargenante stocke, puiftcten und articHlen dis lurieffs imd jedm beiouder, îa nasseB 
TurcIerikheQ ^^ gesebriebea steyt, ?asl^ stede^ gan(2 ond iiii¥erbrttchli<À lu ballen 
V0& poncten lu panctoi, under poenea ttnderlbenigâr gihcHrsMidieîl» als sie semeat- 
lichen aad ejn jeder voa inD«a besoader var ans bedaakt aad gekd>t babea, wie 
Turgnaat s(»der indracbt o&d widerrede za balten, uad das allés mit anderschridea, 
poenen und verbunden in massen vursseidt; aile alte uad aeue boese fiinde ^' oad 
lose bebeadigkeyt, die gegen einigen puncteo dis briefs erdacbt seyndt oder her- 
aaduaals erdacbt moegea werdea, aucb bekaUùiis oder beschutois geistlichs of 
welllichs oder einiches andera gericbtz oder recbten aad alie argelist sollendt bier 
innea geatzlichen and zumal ossgescbeydea seya aad bleyben. 

Dieser aller vai^puiater sacbea aad paactea za eiaem recbten viiarea arkhaadt 
and mdirerem vastem, stede haltea babea wir Herman von Waebtendonck, ab4, 
aad ?ort gaatz gemeia oonveat vargaaat, var uns uad uase aacbkbomea, uas^ 
abdeyea und eoaveatz siegell za rechter volbert^*, volgea» willen und bUtea der 
ambachtzluide.gemeialicb vursseidt an diesea brieff varaa thua hangen. Und zu 
nocb mebrer kaadea and vaster stedicheit aller sacbea varsseidt babea wir ge- 
beiscbea aad bevolhea anserem liebea getreaea Henricbea Roilmann von Dadeaberg 
aad loisi Laiaing^ uasern scbultissea und scbeffen unser Gericbtz za Siebergb» ir 
siegel bey das uaser an diesea brieff zu baagen. Das wir Henricb Roîlmaa von 
Dadenberg aad Joisi Laiaing ander aaser jeder eias siegel ass bevelh aasers 
erwirdigea liebea herrea, aacb bit and begert berarter Oalner sementlich bieran 
gebaangea, war seya und gem getbaia zu babea bekeoaen. 

Datam ia unserm gotzbuiss Sieberg am letstea tage May im fuafftzebnhuadert 

zwey aand fualRzigstea jare. 

Original, sur parchemia, sceau enlevé. 
Pênes J. B. Dornbuscb, à Cologne. 



m 

Goaveatioa das Potiers quant au débit de leors produita dans rObeclaod. 1564» 10 Octobre. 

Im jaer nacb ansers Herren Cbristi Geburt dansent funffhundert secbstzig vier ara 
zehenten October, babenn wir samptiiche Oelner ambacbs luede dureh aniigende noit 

'» Regarde, concerne. 
'* Ci-dessus déclaré. 
'5 Prétexte. 
^c Consentement. 



Là €IIiDE D8B VUSBUS DE SIBeBUBS 163 

» 

aneh etva bose hiriss S idlchs dann bemeltenn Yinserm faandtwerck vorfalten^ ynr« 
nenlkh wie das nnse poett kaaffloede nnd verhandder diselbige inn der hervest 
zek irîe gevonlkh inn Oberhndt pliegen* zuTerfoeren nnd verhandelen, daruff 
jed«rmenfich im handtwerck su seiner narnn{;h vertroestoDg gehabt, wie aldie^eill 
non ein zeit langh fdrberoerte ka^fflaede die poeUkaufferschafft im handtwerck 
parteîsch nnd nach gnnst geubet, so das edichen ambocfas meisteren ihre poett jaer 
imd dagh nnverhandelt verpHeben, mlAs innen znm groessen schaden und nach- 
tbeill nnd irer narnngfa entsetzt worden. 

Und dieweill nnn nnser heupt handtwercksbrieff meldnng suoderlich anff dem 
pfnndt', was schade und ungluck dem handtwerck farfeldt und enstaen wnrdt, was 
die vier gekornen des^ faandtwercks daraber sich besprechenn nach geiegenheît der 
zdt, soll ein jeder Oelner nnd Oelners weib schuldigh sein zu halten, yrie auch 
nachmails nnsers E. L. H., Abts zn Sigbei^b, snnderlicfas bericht und abscheidts * 
meldnng, nemlich was gebrechen mangels in bemelten handtwercks sachen fnrfallen, 
was alsdann die vier gekoren des handtwercks sich daruber besprechen, impfall der 
meiste theill von faandtwerck bei innen staen worden, soll salchs kreffligh nnd 
bundigh gehalten werden. 

Demnach haben wir Turgeroerte ambochsluede nnss gemeinlich besprochen, 
setzen und ordnen, das nun vortan die poettkaufFerschafft, was Im Oberlandt boven 
Andernach von poetten verfurt und verhandelt kann werden» under uns zwein 
ambochsmeister erwellen und ansetzen, der dann einen oben in der Oelgassen und 
einen under ion der gassen gekoeren soll werden, diesdbige fur die poettkauffleudt 
angenommen sollen werden, was derselb der kanfferschaff von poetten in das 
Oberlandt verfurt und verhandelt kann werden angaenss' St. Bartholomei und dann 
den gantzen hervest auss, und wass die zwein angesetzte meister von weithers 
gesellen zu vurberurter poett kaufferscbafft noettnrfftigh haben, solchs soll innen mit 
vurwist und willen des handtwercks vergunt werden. 

Item, es sollen auch die zwein ermelte ambochs meisler poçit geldenn und laden 
nach gelegenheit eines jederen baeckes seîuer offen, wildis von dem handtwerck 
geordneirt soll werden, darmit der arm alsswoU za seiner naningh befuedert werdt, 
als der reiche, wie auch dieselbigh erwelte keuffer irer eig^ier poett niet mehr dann 
nach geiegeuheit ires backes mit auffnemmen sollen, aber was von krochen in das 
Oberlandt verfurt und verhandelt kann werdtm, soll den zweyn erwelten ambochs 
meisteren von irem eigen werck auffzufueren vergnnt werden; auch sollen die 
gelder, alssbaldt sei die poett geladen kaben, dem handtwerck gewisse burgen 
zuversetzen * schuldigh sein, guete betzalungh zu Ihnn UBd sollen, alssbalt sie von 
Franckfort kommeo, dem handtwerck an geidt geben, was sie von guet verhandelt 

> Abus. 

* Sont accoutumés. 
' Pour le cas. 

* BédskMU 

* Commençant. 



i 



184 LA QILDE DES FOTIEBS DE SIEGBUBO 

haben» dessgleichen auch von allen andern zuechen. Wer sach das den keufferen 
elliche poett unverhandelt verpleben oder verborgen muesten» davoa sol! das handt- 
werck mitdemselben der betzalung gedult haben, bis die keuffer zu irem geldt komen. 

Und kein Oelner noch Oelners weib sali keinem kauffmann odei* frauwen kein 
poett verkauffen, die dissen zuegen scbedlich oder hinderlich scindt. 

Auch sollen die zwein erwelte ambochs meister die vurgerurte zuege selbs thun, 
wae aber jeinandt von den alden meisteren erweldt wurde, wan die soene haben, 
die aldt und witzigh gnoch weren der zuege zulhun, denselbigen soll sulchs vur iren 
vatter zuthun zugelaissen und yergunt werden, und soll hierinnen den vier gekoren 
des handtwercks furbehalten sein, impfall innen der mehrer theill im handtwerck 
zustendig, sulchs nach gelegcnheit der zeit zu hoegen oder zu senken, und soll ein 
jeder Oelner und Oelners weib sulchs unverbruchlig sonder einigh argetist schuldig 
sein zu halten; und wer saeh das einigh Oelner oder Oelners weib hergegen thun 
wurde, so mannigmal und duck als das geschehe, der oder die soll also offt und 
duck unserm Ë. H. Apt zu Sigbergh, in ein peen von zwentzig goltgulden, dem 
schultissen 1 goltgulden, den semptlichen scheffen 3 goltgulden, und dem handtwerck 
10 goltgulden erfallen sein. Dess zu urkundt der warheit baben wir gemeinliche 
Oelner ambochsluede diess mit eigener handt underschrieben. 

Bekennen ich lohann Zeimans der allt diess vursseidt wair sem. 

Johann Flach der ait. 

Herman Flach der aide. 

Anno Knuetgen. 

y. Simons. 

Johan KLjetgen up der Baich. 

Johan Elias Omian. 

Derych Knuetgen. 

Johan Flach. 

Herman Flach. 

Johan Elias Flach. 

Herman Flach. 

Curstgen Knuetgen. 

Herman Knuetgen. 

Curstgen Omian. 

lohan Zeimans de ionge. 

Peler Knuetgen. 

Hermanus Wachtendonck, abbas, manu propria. 

RoUman von Dadenberg, schultiss zu Sigbergh. 

Joest Lunningh zu Hoenraedt myn eigen hant. 

Jan van Selbach gnant Loe myn eigen hant. 

Original; aux Archives de TEtai. à Dûsseldorf. 



LA 6ILDE DES F0TIEB8 DE SIEOBUBS 1» 



IV. 



Spécification des potiers appartenant à la section de TAulgasse, avec leurs armes. 1583, 2 Mars . 

Anno 83 denn zweyttenn tag Martzii heffen dye handtwercks meister von denn 
Oelner jere abdei wacht, wye sey dye fundten unnd gesehen heffenn vur 50 oder 
60 jaren, unnd jere rostung unnd wehr besehenn, wye foliigt» dat innen dann 
Tonn unserm lyebenn ehrw. herren unnd burgemister unnd rhait bevollenn ist '. 

1. Item, Offerstoltz', eynn hamerst ' unnd eyn schlagschwert unnd zwey bo(zenn\ 

2. Item, Anno Knutgen, eyn lang rohr ^ und seytten wehr. 

3. Item, Struhans ', eynn hamerst unnd iiii botzen. 

4. Item, der jung Herman Fiach, eyn harnerst unnd lang rohr unnd staff. 

5. Item, Heyligers Jann ', eyn harnerst, zwey lang rohr, eyn kordt. 

6. Item, Johann Flach *, eynn harnerst unnd laog rohr unnd eyn seytten wehr. 

7. Item, Heylliger Zeymans ', eynn lang rohr unnd seydtenn wehr. 

8. Item, der aide Vais Zeymans, eyn harnerst unnd eyn lang rohr und eyn kordt. 

9. Item, der jung Vais Zeymans, eyn harnerst unnd lang rohr und rapperdt. 

10. Item, Johann under Erhenn, eynn harnerst, eyn helbart unnd eyn lang rohr. 

11. Item, Kerstgenn Knudtgen, eyn reynckkoller '^ und lang rohr. 

12. Der Becker Baldis *S eyn harnerst und lang rohr. 

13. Item, Bressen Hans '', eynen staeff und seydten wehr. 

14. Item, inn Bach Jan's " hoesz, eyn lang rohr und seidten wehr. 

15. Item, Rudtger Knudtgen, eyn harnerst und helbardt. 

16. Item, Berthrum Knudtgen, eyn harnerst und lang rohr und seidten wehr. 

^ Avant le dix-septième siècle la ville de Siegburg n'avait pas de soldats proprement dits. 
Tout bourgeois en état de porter les armes devait servir comme guetteur, et, en temps de guerre, 
comme soldat. Pour le service du guet la ville était divisée en sections; TAulgasse eu formait 
une. De temps en temps les Kulirmeister devaient revoir les listes des compagnies et inspecter les 
armes. Le document ci-dessus est une de ces listes. Les noms de famille étant écrits tels que le 
peuple les prononçait, nous ajoutons en note la forme orthographique. 

* Jean Overstollz. 
» Armure. 

* Cuisses. 

« Fusil de rempart. 

* Jean Siroehaas. 
^ Jean Hilgers. 

* Jean Flacb dit Hergens. 

* Hiiger Simons, al, Seimans. 
** Camail en mailles. 

*> Ballhasar Becker. 

» Hans Presen. 

» CShez la veuve de Bach Johans. 



r 

l 



m Là «LUS BBS FOniBS OB SIBSBUSS 

17. Item, Godert **, eynen staff und seydten wehr. 

18. Item, Hermann Flach, eyn harnerst unnd eyn baettesung *'^ und eyn lang rohr. 

19. Item, Johann Zeymans, eyn harnerst und helbart und eyn rohr und seydten 
wehr. 

20. Item, Petter Flach, eyn harnerst, zwey langer rohr und zwey kocrdter. 

21. Item, Kerstigenn Oem Jann '*, eyn harnerst und ein lang rohr. 
92. Item, Fraiisz '^, eynen staeff. 

23. Item, Johann Feldemer*s frawe, eyn kamerst nnd lagseps (sic). 

24. Item, Roerig Feldemer, eyn harnerst nnd lang speis. 

25. Item, der Banner Schuidys, eynen staff nnd seidten wehr. 

26. Item, der Brester, eynen lang spf*ysz. 

27. Item, Strums frawe, eynen staff undt seidten wehr. 

28. Item, Koennen Hermann, eynen staff und seidten wehr. 

29. Item, der Gra Jann **, eyn fetter staff nnd seydten wehr. 

30. Item, der Stortzinnbach'*, eynen staff. 

31. Item, Wyifaelm auff der Wellergassen, eynen staeff und seydten wehr. 

32. Item, Schepperdt ^, eynen staeff und seydten wehr. 

33. Item, der Knap ", eynen staeff nnd seydten wehr. 

34. Itéra, Freyns Dyederich *', eynen staeff und seydten wehr. 

35. Item, Johann auff der Betzen *', eynen staeff und seydten wehr. 

36. Item, Petter anff dem Kleynckenberg *', eynen staeff ond seydten wehr. 

37. Item, Banner Koerstgenn, eynen staeff. 

38. Item, der Haiffen auff dem Zeyff ". 

Original, aux Archives de r^Use de Siegburg. 



^ Goddart voo Droslorff. 

" Partisan. 

" Rirstgen Oehm Jehan; ce nom, qu*on rencontre dans des documents de la première moitié 
du quinzième siècle s^écrit aussi : Oem Johao, Oem Jan, Om Jan et Omian. 

" François Weiszgerber? 

** Grae Johan von Oelp. 

" Pierre Sturtzenbach. 

^ Jean Schabbert. 

*^ Herman Knapp. 

" Thierri Fryn. 

*' Jean auff der Bitzen. 

'* Pierre auff dera Klinckenberg. 

** De la maison sur le Zief, appellée aussi le Ziefshof, qui se trouvait à une centaine de pas de 
la rue principale dans la partie est de TAulgasse, il ne reste plus que des ruines. 



U SILOS lOS POTIBBS IS SIBGBUBa 187 



V. 

Convention des Potiers avec Tfaierri Strauss, bourgeois de la ville de (Mogne, 
relative â Texportation du grès i Hambonrg; 1599, 16 Août. 

"V^ir des Enler handtwercks meistere unod ambtsgenosseR zn Sergberpb ibsEû 
sembtiich knndt und bekennen biemit vor jedermennigKch, betzengende, das aaff beiit 
date, bieunden gescbrieben , vor unsz personlicb kommen nnd erscbienen isc der 
acbtbar und vomebmer Dedericb Strausz, bui^er der stadt Ce^lln, mnndtlicb anzâ- 
gendt (wie ohn das uns bewuist und knndiicb), wasz gestalc efwan die nacbgeiassene 
erbgenabmen ' Dederichen Dulmans seligfa sicb nunmehr ibrer ge!^nheit nacb des 
Hamborgiscben zogs une) reisen mit dem anllwerk ' begeben und lenger denselben 
zugebraucben niet gemeint entscfalossen webren. Derwegen er dan bei einem enrbaren 
bandtwerck allhie angebalten nnd fleissigb begert, ime vofgerurten z(^b und hand- 
tierungb mît dem aollwerck anff Hamborgb zubewifligen» zuverlebnen und in der 
erbgenabmen Dubmans plalz zuslehen zuzulassen. Wan dan wir, meistere und 
ambtzgenossen (^enannt, zu befurderungh unnsers handtwercks auff sein, Straussen, 
anhalien unsz zusamen gethan und nach gehabter underredungh endtlich entscfalossen, 
ime hierin zuwilfahren, auff und an zunebmen, ais faaben wir ime, Dedericb Strausz 
obgenannt, aisolchen zogh und gewerb mit dem aullwerck auff Hamborch zwelff 
stracker jair negst nach einander folgende obn einigh auffsagen zugesagt, versprochen 
und verlehnett, thun auch solcbes biemit und crafft dièses in massen und geslalt, wie 
hemach bescbrieben tbut folgen. 

Aïs nemlich anfencklich soll vilgenannter Strausz bei einem jeden meisteren 
unseres bandtwercks, wannehe er sein werck fertigh und gebacken bat, dasselbig 
zu seiner recbtter zeit gesinnen, cntpfangen und nach getroffenem kauffbetzalen, 
nemlich das bnndert vor fnnff Colnisdter gulden. Da aber er, Srraiisz,^ nach 
empfan^Lb und lieberungh des anllwercks von etnem jedeo meisteren niel zufrieden 
nnd daran ein miszfalleii haben wurdt, soII er macbt baben nnd ime vorbehalten 
seindt, zween ansz den cbnrmeisteren unseres bndtwercks znnenne» nnd loerweblen 
und durcb dîeselbige solches guet besichtigen und sebetzen lassen, md nacli be§n- 
dungh und scbatzungh desselben soll er aïs dan solches annebnmi, empfaBgeo imd 
betzalen. Daqjegen bat sich obgenannt Strausz mem gaolzen handtwerck ver- 
bunden und gnetwilUgb eingdassen, jartiefas anf Hdtzfarts tagb ' einem bandfwerek 
zn verehren, er kom oder nit, funff^firdell gnetes weins, so guet alsdersetb gevracbsen 

«Héritiers. 

* VaisseUe. 

* Le Holzfahrt était une fête populaire qui se célébrait à la Pentecôte. Le bourgmestre, les con- 
seillers et les bourgeois de là ville allaient en procession, musique en tète, dans la forêt où l*on 
dansait et buvait. La plus ancienne mention de cette lète que nous avons rencontrée dans les 
archives, se trouve dans le compte de la ville de 1868-69. 



188 Li QILDE DES F0TIEB8 DE SIEOBUEG 

und gefallen ist. Neben dem bat Strausz sich aach verbuoden, die li jair stracks 
auszzuhalten auf straff von 50 goltgulden. Auch ist verabscheidt^, wannehe Strausz 
zu seiner rechter zeit das werck von jedem meistern nit abholen wurdt, und daruber 
einiger scbadt durch kriegb oder brandt entstehen wurdt, solches soll ime Strauszen 
zum nachtheill und nit dem handtwerck gereichen. Letztlicb ist auch bewilliget, 
wannehe einiger meister befunden wurdt, der diesem zogh zum nachtheill heimlich 
verkauffen, derselb soll dem handtwerck und kauffnian (vorbeheltlich unserm Erw. 
Herrn seinen straff) mit zehen goltgulden erfallen seindt. Zudem ist letzlich auch 
hierin mit vorwissen und willen unsers gantzen handtwercks Herman Flach dem 
alten frei gelassen und vergunstiget worden, ailes, was er seinem kauffman vor und 
nach an aullwerck lieberen und. zustellen wurdt, soll er ohn abbruch und schaden 
dièses Hamborgischen zogs thun und vornemmen. Dessen ailes zu warem urkundt 
und fester sletigkeit seindt hieruber zween zettelln eines inhalts auffgericht und durch 
sembtlich ambtzmeistere und genoszen (so schreibens erfahren) mitt eigenen henden, 
wie gleichfals durch obgenannt Dederichen Strausz underschrieben \ AIso gesche- 
hen und verhandelt in der Aullgassen, am 16len Augusti im jair der ringer ZalF99. 

Copie contemporaine; aux Archives 
de l*église de Siegburg. 



VI. 

Bertram von Bellinghansen, abbé de Siegbnrgi ordonne aux bourgeois de la ville de 
reconstruire leurs maisons détruites par Tincendie lors de la prise et du pillage de 
Siegburg par les Suédois, de payer les cens et redevances de leurs biens, et de monter 
la garde selon leur devoir. 1636, 12 Mai. 

Wir Bertram von Bellinckhauszen ^ zu alten Bernsauw, abt und herr zu Siegbergh, 
Stralen, Gûlsz und Ewenheim, post. abt und furst zu Fulda, erpietten euch burgern 
und beerbten in und auszerhalb unszer statt Siegbergh unszeren geneigten grusz 
und geben darbey zu erkennen, dasz wir durch die taglichen erfahrungen und 
augenschein genugsamb vermerckt, dasz viele haûszer und wohnplatzen alhier in 
Siegbergh zu groszen schaden und déformation der statt zerfallen und ungebauwet 
liegen pleiben, wie dan auch, dasz verscheidene burger ihre hâuszer, so allnoch in 
ziemlichen bauw, unbewohnet li^en laszen, zum theill sich hin und wiedder auff 
cammeren verstechen *, zum theill auch nach unszere vor stett und nach anderen 
ôrttern begeben und sich ihrer ôrter und platzen im geringsten nit annehmen. Wan 
wir nun in der that befinden, dasz dardurch die burgerliche narungh den einge- 

* Convenu. 

* Les signatures des parties contractantes ne sont pas jointes à la copie. 

* Bertram von Bellingbausen, abbé de 1620 à 1653. 
' Se cacher. 



LÀ 6ILDE DES POTIERS DE SIEGBÏÏBQ 189 

seszenen wirdt abgeschnitten, die wachten und andere burgerlicbe lasten auffgedrun- 
gen, und also bey solchem standt sich es zum endiichen ruin und underganck 
unszerer siatt ansehen lâst, deszwegen vor eine notturfft erachtet, solches unheill iu 
zeitten vorzubauwen und ein gepurliches einsebens zu thun, alsz befeblen wir hiemit 
allen unszeren burgern und beerbten unszer slatt Siegbergh, ein oder auszwendig 
geseszen, dasz sey inwendig ' 3 monat a dato dieszes ibre verfallene und verwuesete 
hâuszer wiederumb ahnfangen auff zu bauwen, deren platzen sich anzunebmen, die 
andere aber, so noch stehen. repariren und in guettem bauw halten, ibre wacbten 
sowoll ausz den ledigen bâuszern und bauwplatzen alsz andern thuen laszeu, fahren» 
zinsen und pensiones richtig bezbalen ; ibm widdrigen fball, dahe sich jemandt in 
einem oder anderen obgemelten puncten ungeborsamb oder saumigh w'urde fînden 
laszen, sein wir bedacht, auff die obnbeuwigh * verpliebene bauwplatzen und bâuszere 
unsere wapffen zu schlagen und uber ein jabr nach dato deszes alsz verfallene ein- 
zuziehen wegen verweygerter wachten, unbezhalter fahren, zinszen und pensionen 
aber immissionem schleunich erkennen : darnacb sich ein jeder zu richten. Deszen 
zu mehrer sicherheit, und damit keiner sich der unwiszenheit zu entschuldigen, 
haben wir durch botten disze unszere verordnungh und befeich in der kirchen nach 
altem brauch publicieren und auff gewohnlichen ortten auffschlagen laszen. Signatum . 

Copie contemporaine, aux Archives de 
réglise de Siegburg. 



vn. 



Wolfgang Wilhelm, comte palatin et duc de Juliers, de Clèves, de Berg, etc., menace 
Tabbé de Siegburg, Bertram von Bellinghausen, de représailles s'il continue à 
molester les potiers de. Siegburg réfugiés à Altenrath. 1637, 6 A^ril. 

Van Gotlesz gnadeh Wolfgang Wilhelm, pfaltzgrave bey Rhein in Bayern, zu 
Gulich, Cleve und Berg hertzog, 

Unsern gnedigslen grusz zuvor. Ehrwurdig lieber andechtiger — Wir werden 
glaublich berichtet, wasz massen ihr euch gelusten lassen, unsere underthanen, 
welche sich hiebevor mit unser gnedigster bewilligung in unser ambt Portz nacher 
Alderadt mit der wohnung begeben und sich daselbst nider geschlagen*, durch 
eweren botten nacher Siegberg schriftlich citiren und zuruck forderen zulassen, auch 
welche ihr von denselben aida zu Siegberg angetroffen, mit groszen bruchten 

> Endéans. 
* Non bâtis. 
' EtabUs. 

IV 21 



■ 



190 LA QILDE DES POTIERS DE SIEQBUBO 

belagen, der ubriger erbschafft aber einzuziehen auch bedrewlich vernehmen lassen. 
Weill uns nun solche vorbin unerhorte procedur vas befremdlich vorkombt, wir aucb 
nicht ermessen koennen, mit wasz schein uiid fuegen * solchcs zu bebaupten, so 
baben wir iiicbt underlassen wollen, euch bieruber zu vernehmen mit der gnediger 
erinnerung, dasz ihr imfall solches allein darumb, dasz sicb bemelte underthanen 
von Siegberg nach Âlderath umb ihrc narung und handthierung daseibst mit den 
kannen backen zu treiben begeben, gescbeben, von solchem ewerm unbefugten 
vornehmen absteht, die abgezwungeuen bruchten wider erstattet und sie diessert- 
wegen uubeschwert lasset, oder aber auff den widrigen fall andere verordnung von 
unsz gewertigt seiet, dan ihr leichllich zu ermessen, mr uosz derer mit unserm 
landesfurstlichen schutz anzunehmen und vur unbilliger gewalt zu defendiren nicht 
underlassen werden. Erwarten daruber etwer nachrichtiicher erclerung und seint 
euch zu gnaden geneigt. 
Geben zu Dasseldorff, 6 Âprill, 1637. WoU'gang Wiih. 

(Sceau en placard du duc sur le revers de la lettre.) Original, aux Archives de 

IDlal, à Dûsseldorf. 



VIII. 

Charte de la Oilde des Potiers octroyée par l'abbé François Bernard von Westrem. 

1706, 30 Octobre. 

Wir Franciscus Bernardus, friherr von Westrem *, abt und herr zu Sigberg, zu 
Strahlen, Guis, Ewenheimb und Weiszkirchen , fort gantzer couvent dhaselbsten 
thuen kundt hiemit allermâniichen ubermitz dièses briefs, das vor uns kommen undt 
erschienen unsere bûrgere undt kannen beckere hieseIbstQ, die Aulner genandt, 
sambt und sonders und haben aiso erscheinende mit mehrerem vor und anbracht, 
wie dasz ihr gewehr und handtwerck durch viele darin verubte miszbrauech von 
zeith zu zeith in verderben gerathen und von tage zu tage nit allein weiter abnehme, 
so gahr auch ihr undt ihrer kinder undt nachkomblinge gantziicher ruin und 
verderb zu besorgen stunde, wan man deme mit zeitigem rath in bequeme weg nit 
einbieg thete *, undt wan auch vor zeithen dergeleichen miszbrâuch unter ihnen 
eingeschlichen, unsere vorfahren hochseligen gedechnises aber dieselb auch abzuthun 
gemeinet und beflissen gewesen, ihnen den kannenbeckeren zu unterhaltung des 
handtwercksz, nutzen undt freybeith, sigil undt brieff ertheylet, welche durch krieg 
undt brandt endikommen und verlustigt worden seyndt. 



• Droit. 

* François Bernard von Westrem, abbé de 1706 à 1735. 



Arrête. 



a^n 



LA GILDE DES FOTIEBS DE SIËGBUBG 191 

Derohalben an unsz ihrem rechtmaszigen herren unterthanig begchrt, ihnen zu 
erlauben, damitten zu fernerer verhuhtung ihres verderbsz sie ihr handtwerck 
gleichsz anderen zQnfften wieder in standt setzen und des erlittenen schadens 
hinfurter ergantziich undt linderlich seyn môgten. Nachdeme wir dan aus mehren 
uns mundlich vorbrachten ursachen undt umbstânden auch sonderlich, dhae uns 
wieszig, dasz solch ihr handwerck grosze anlag und kôsten erfordere, bewogen 
worden, solchem ihrem begehren umb dem mehr zu wilfahren, die wir unserer 
unterihanen ufnehmen ' undt wohlfahrt gantz gerne beforderen undt deren schaden 
zu verhuhten g^neygt seyn, ihnen solhane privilegien undt vorhero geuoszene zunfft- 
gerechtigkeiten zu renoviren undt zu confirmiren undt, nachdeme sie handtwercksz 
meister des endes auf unser gutheischen sambtlich ûber eine gemcinc ordtnung, so 
demselben handtwerck nûtzlich, gesetzt verglichen, wie sie solches ailes unsz in 
schriften vorgebracht und nochmahlen fleiszigstens gebetten zu confirmiren und zu 
bestattigen, alsz haben wir, ihr tleisziges bilten anmerckende, berurte ihre gesetz 
und ordtnung angenommen und confirmirt, annehmen und confirmiren solche hiemit 
in kraft dièses brieffs und geloben ihnen darubcr schulz undt schirm zu thuhen, 
auch darwieder zu handtlen nit gestatten werden mit der austrucklicher vorwarte^, 
dasz, so ihmandt gegen die herin endthaltene statuta handtlen, darwieder zu handtlen 
gestatten oder daran brûchig werden soUte, derselb unsz undt unseren nachkomblin- 
gen, âbten zu Siegberg, loties quoties mit drey goltgulden, undt dem handtwerck mit 
einem goltgulden, auch nach schwehre des verbrechens mit mehreren nach guth- 
dûncken der handtwercksmeisteren, welche dasz jahr dem handtwerck vorstûnden, 
bestrafft werden sollen, welche brûchten gemelte meistere unsz oder zeitlichem abten 
hirselbsten jedes jahrs richtig einzulieberen haben. 

Indeme dan vor erst dienlich befunden, dasz aus ihnen meisteren nach guth- 
dûncken des handtwercksz zwey sigilmeistere aile und jedes jahrs angeordtnet, die 
ailes nach masz undt ordtnung dièses brieffs richten undt schlichten sollen, alsz 
ordtnen undt befehieu wir hiemit ernstlich sambtiichen zunfftgenossen, sie, die 
sigilmeistere, in allem zu handthaben, die verwûrckte brûchten abzustatten, in allem 
nach dièses brieffs ordtnung gehorgen undt ailes, wasz zu der zunfft nutzen gereicheu 
môgte, helfen zu befûrderen. 

So soll auch zweytens kein meister einen anderen, welcher keiues zunfftmeisters 
sohn wehre, sothanes handtwerck lehren oder zu lehrnen aufnehmen, undt wehre 
er schon ein meisters sohn, ehender nit annehmen, er habe dan bevor die gebûhr 
davon abgestattet und sich gebûbrendt einschreiben lassen. 

3tens. Sollte ein meister, so das handtwerck allhie zunfftig gelehrnet» daszelb 
handtwerck verlaszen, ander.gewin und gewerb anfangen oder anderwertlich ' 
hinziehen undt niedersetzen, so soli demselben hinfurter nit mehr gestattet werden, 

• Prospérité. 

* Réserve. 
> ÂiUeurs. 



* 

I 



192 LÀ GILDE DES POTIERS DE SIEGBUfiG 

1 

4 

daszelbig handtwerck zu gcbrauchen, sondcrn verstoszen und dessen privilcgien undt 
freyheiten ganlz undt zumahlen beraubt seyn undt bieiben. 

4tens. Ein Ichrjunge, welcher einmahl dasz handtwerck zu erlernen angcnommen 
worden, sieben liach einander folgende jahren bey einem noeisler, es seyc auch bey 
seinem aygenem vatter, die bcnante lehrjahrc nit aussiehet undt binnen solcher zeilh 
davon laufft, so soll derselb vom handtwerck verstoszen seyn undt nimtner wieder 
angenomoien werden. 

5tens. Item soll auch kein meister dem anderen sein gesinde als knecht undt 
handlwerckszgesellen verfûhren und zu S"" oder eines anderen handtwercksmeisieren 
diejiste annehmen ohne erlaubnusz deszjenigen, wobey er wohnet, er habe dan bey 
demselben die verdungene zeith gearbeitet. 

Wie dan Ihro Hochivurdigen Gnaden Unserseitz gnadigster Heir sich reserviren^ 
auch fur dasz hockadeliche Gotteshaus einen zun/flig gelehrnten insz- handtwerck zu 
schenken, welcher aber mit leiblichem ayde hier in solchem stande zu leben undt zu 
sierben einschwehren mues; so geschehen ut inferius •. 

6tens soll den siegel meisteren mit zuziehung undt guther befindung der ganlzen 
zunfft erlaubt, sothanem handtwerck einzusetzen, wie gering und thewe ' in ansehung 
der unkosten dasz guth jahrlichsz zu verkaufen oder, wie vielmahl nacb abgang des 
gutsz ein jeder meister dasz jahr durch backen soUe, jedoch nach masz undt guth- 
dûnken der gantzen zunfiTt, welcbe sich hierbei zu vereinbahrea. 

7tens solle den siegelmeisteren frey stehen, die lehrjungen, nachdeme dieselben 
ihre gebûhrende zeith ausgelehrnet, frey zu sprechen, gesellen undt meister zu 
machen, jedoch ein solches nach abstattung des handtwercksz gebûhr. 

8tens soll kein meister dem anderen in erwerb undt abtreibung der kaufleuthe, 
womitte einer fur dem anderen in handtlung stûnde, kein abtrag thuen oder 
denselben an sich erwerben, es wehre dan dasz der so mit ihme handelte, darin 
verwilligen thete, ailes nach gutbedûncken des handtwerksz. 

Dhae dan auch 9tens die lânder, wohin die kannen gefiihrt undt verhandeit werden, 
mit vielen untauglichen wahren anderen zum hôchsten nachtheyl angefûllet werden, 
alsz verordtnen yvir, dasz keiner unter zwantzig funfif jahren bey straff von funifzen 
goltgulden, so offt hergegen gehandelt werde, womitte derselb, so dargegen thete, 
unsz verfallen seyn solle, kannen backen undt insz landt verkaufen solle. 

lOtens. solle auch keinem handtwerckszgesellen zugelassen sein, binnen halben 
jahresfrist deszelben angenommenen meisters dienste zu qwitiren, es geschehe dan 
mit deszen bewilligung oder sonst erheblichen ursachen. 

Und wan auch lltens ein meister sothanen handtwercksz absterben undt eine 
wittib hinterlaszen soit, deroselben frey stehen, so lange sie lebt und ungeheyrathet 
bleibt, ihr handthierung gleichsz anderen meistern durch ihre kinder oder handt- 

« Le paragraphe imprimé en italiques se trouve sur la marge de la charte ; il est écrit de la 
môme main que la charte. 
' Cher. 



>«e^B9B9BiB^^srsaH!SP 



LÀ 6ILDE DES FOTIEBS DE SIEQBUBO 193 

werckszgesellen ireiben zu laszen, wofern dieselb herzu fàhig, sonsten aber nicht, wie 
deroselben wiuiben auch zugelassen seyn soll, jeden ofen einem aiideren meister 
fur zehn rllr. zu uberlassen und zu verkaufen, welcher fur sie backen und den 
genosz haben wolle, wie dan auch das handlwerck solch hinterlaszener wiltiben 
an handt gehen solle, wan sie noch einig ungebacken guth vorrathig hette, solches 
auf ihro, der vvittiben, kosten zu backen. 

Wenn auch 12tens sie kannenbeckere unseren vorfahren hochseligen andenkens 
ausz allen undt jeden ôffen vor zwey rtlr. weiszeu guthsz geliebert haben, auch die 
ôffen nit anders alsz in unser undt unseres Gotteshauses bedienten anwesenheith, 
welcbe dasz erste aussuchen haben, nit erôffnen dôrfen, alsz solle es damit auch 
sein bewenden mit dieser bescheidenheith , dasz weilen sie meistere unsz solch 
ausgesucht undt competirendes guth auf unser Gotteshaus selbsten hinlieberen 
mueszen, ihnen herab ihr gebiihr, wie solches von alters hero gewcsen, nemlich 
eina ilâsch weins undt sieben weeken àusgereicht werden soUen. 

Undt ist darumb unser erstlich gebott, dasz sie kannenbeckere undt meistere in 
aller maszen undt nach inhalt dièses brieffsz in allen puncteu und clausulen, wie 
selbe vorhin benent, stebt undt fest halten, wie lieb ihnen seye vorbenente poen der 
3er goltgulden, und stellen anbey solchen handtwercks siegelmeistercn frey, gegen 
die ungehorsamben undt bruchtfâiligen nit allein mit aygemachtiger " exécution zu 
verfahen, auch befindenen dingen nach die straff zu verduppelen undt 3 oder 
vierfach anzusetzen, ailes nach befinden des verbrechens; jedoch soUen unsz von 
sothanen brûchten zweytheyl undt dem handtwerck ein theyl gereichet werden und 
solches aile und jedes jahr durch die siegelmeistere. 

Dieser aller vorgenanter sachen zur urkundt undt festhaltung haben wir, abt 

vorbenent, vort gantzes couvent vorbenent, fur unsz undt unsere nachkomblinge, unser 

abdeyen und couvents siegele wohlwieszentlich an diesen brieff thuen hangen. 

Geschehen im jahr nach Cristi Gebuhrt ein tausendt siebenhundert sechs, den 30 tag 

Oclobris. 

Franz Berndt von Westrem, abt. 

Original, sur parchemin ; le sceau enlevé. 

Pênes J. B. Dornbusch. 



Supplique adressée à Elisabeth, reine d'Angleterre, par M. Tolcame au nom de Ouillaume 
Simpson, négociant, afin d'obtenir le privilège exclusif d'importer en Angleterre les 
pots en grès fabriqués à Cologne. Vers 1570. 

The sewte of William Simpson, marchaunt. 

Whereas one Garret Tynes, a straunger, lyvinge in Acon in the partes beyond 
ihe seas, being none of her Maiestes subiectes, doth buy upp ail the pottes made at 

• Arbitraire. 



i 



194 U GILDE DES POTIERS DE SIEQBUBa 

Cullein, called drinking stone pottes, and he onlie transporteth them ioto this realm 
of England, and sellelh tbem : yt maye please her Maieste to graunte unto the sayd 
Simpson full power and onlie licence to provyde, transport, and bring into this 
realm the same or such like drinking pottes : and the sayd Simpson will putt in 
good suerties that it shall not be preiudiciall to any of her Maiestes subiectes, but 
that he will serve them as plentifuUie, and sell them at as reasonable priées as the 
other hath solde them from tyme to tyme. 

Item he will be bound to double her Maiestes customes by the yeare, whensoever 
it hath bene at the most. 

Item he will as much as in hym lieth drawe the making of such like pottes into 
some decayed town within this realm, whereby manie a hundred podre men may 
be sett a woork. 

Note that no English man doth transport any pottes into this realm, but onlie the 
sayd Garret Tines : who also serveth ail the Lowe Countreis, and other places with 
pottes. 

Sur le verso : M' Tolcarnes &uite in the behalf of William Simpson, merchani, for 
a licence to bringe into the reaime stone pottes. 

Original, sur papier ; au Musée Britannique. 
LaDsdowne Mss. 108, n« 60. 



MELANGES 



Manuscrit enluminé de l'abbaye de Messines, vers 1S30. — Au Musée Britannique 

Londres se trouve un charmant petit livre de prières, manuscrit sur vélin (H. 46 

fÇ'nt. ; L. il cent.), orné de vingt-deux miniatures exécutées à Bruges avec un talent 

fmarquable tant sous le rapport du dessin que sous celui du coloris. 

L calendrier contient quelques indications de fêles et d'anniversaires observés dans 

ébaye de Messines ; ce sont au 8 Janvier : Adèle comitisse, veuve de Baudouin le 

Pieax, comte de Flandre, qui après la mort de son mari prit l'habit religieux des 

mains du pape Alexandre II, et se retira à l'abbaye qu'elle avait fondée en 1062 

et où elle décéda le 8 Janvier 1079. Au 3 Mars : 0. Gertrudis comitisse, fille de Thierri 

d'Alsace, qui après la mort de son deuxième mari devint religieuse ici '. Au 3 Juillet, 

en rouge : Sydronii xii L Les reliques de ce saint, données par Alexandre H à la 

comtesse Adèle, furent transférées à Messines en 1069. Au 10 Juillet: Oct. S. Sidronii. 

Au 21 Septembre, en rouge : Mathei apostoli, Dedicatio ecdesie. Au S2 Septembre : 

Slauricii sociorumque eius ; ensuite en rouge : Dedicatio chori. Au 28 Septembre : 

Octava dedicationis. Au 8 Octobre : Hagenfredis et Bénédicte. 

Au fol. 218 se trouvent les rubriques concernant la vêture, l'onction et l'enter- 
rement des religieuses ; nous les reproduisons ici au long. 

c Vechi le manière de vestir ung enfant. Premirement, quant ung enfant doit 
estre vestu on le doit mener en capitele, labbesse et le couvent et les canones présent, 
et doit le doyen ou ung prestre commenchier Veni Creator, et puis dire le vers : Emitte 
Spiritum, et le collecte: Deus, Qui hodierna die corda. Puis doit venir celle qui sera 
vestue devant labbesse, et doit agenoulier et demander le prouvende pour Dieu. Et le 
abbesse luy ottroye, et dist ce versus : Dominus concédât tibi societatem electorum 
Suoruni per gratiam Suam. Et puis luy donne le pain et le rieule en ses mains, et 
adonct le deveston ses draps et diston : Exue veterem hominem cum actibus suis ; et 
adont luy veston labbiit et souplis, et diston : Indue novam feminam que secundnm 

* Despars (« Cronijcke van Vlaenderen » éd. De Jonghe, tom. i, p. 343. Bruges, 1839) dit qu'elle 
devint abbesse. Nous croyons que c*est une erreur. 



l 



196 MSLÂNOES 

Deum crcata est. Et puis doit elle mettre ses mains es mains de le abbesse, et doit 
promettre a vivre et raorir en lordene sans proprç et en obédience et en subiection 
de vous ma prelate, cl en casteyt, et garder le rieule selonc les bonnes costumes et 
apronnes. Puis le baisse le abbesse et tout le convent, et après le main on le graut 
aultel, et puis cousse en vanine, et doit labbesse dire che verset trois fois: Suscipe 
me, Domine, secundum cloquium Tuum et vivam, et ne confundas me ab expectatione 
mea, et le convent le respont trois fois, et doit on dire : Gloria Patri, Kyrieleyson, 
Christeleyson, Kyrieeleyson, Pater noster. Le abbesse dist ce verset: Salvam fac 
ancillam Tuam elcetera, et le collecte: Prétende, Domine, famule Tue dexteram 
celestis auxilii: ut Te tolo corde perquirat et que digne postulat consequi mereatur. 
Per Christum Dominum noslrum. Amen. Et puis se reiieve et se assiet sur ungne 
scahire, et labbesse luy en volpe les mains de celle qui est revestu en touuelles del 
auItel, et après vient les prochains amis et offrent selonc leur volente. 

« Quant ungne religieuse est en unction doit madame ou le prieuse chascun iour 
dire ungne psalme des vii penitentiaulx comme il sensieult : Domine, ne in furore, 
Kyrieleyson, Christeleyson, Kyrieleyson. Pater nosler. Et ne nos, versus: Et veniat 
super hanc famulam Tuam misericordia Tua, Domine; Et salutare etc. Exurge Domine, 
Domine exaudi. Oremus. Prétende, Domine, famule Tue etc. Lautre jour : Beati 
quorum, Kirieleyson, Christeleyson, Kyrieleyson comme dessus. Oremus. Largire, 
quesumus Domine, famule Tue indulgenliam placatus et pacem : ut pariter ab omnibus 
mundetur offensis et secura Tibi mente deserviat. Per Christum Dominum. Benedica- 
mus Domino. Dco gratias. 

c Ychi ensient aultres psalmes les quelez on doit dire quant on mest en terre ungne 
religieuse ou ung chanone de Messine. Premirement, quant on met en toile ungne 
religieuse ou ung chanone, on doit dire après les vu psalmes, les psalmes qui sen- 
sient : Inclina, Domine, aurem Tuam: Domine, ne in; Deus deorum; Ad Dominum 
cum tribularer; Levavi; Letatus sum; Ad Te, Domine, levavi; Nisi quia Dominus. Et 
quant on le met en terre, on dist les psalmes qui sensient : Confitemini; Quemadmo- 
dum desiderat; Mémento, Domine, David; Domine probasti; Domine ne, i; Beati, 
quorum; Domine ne, ii; Domine, exaudi, i; De Profundis; Domine, exaudi, ii; Miserere 
mei, Deus; De Profundis; Laudate Dominum de celis i . 

Les miniatures représentent : 1° (f. 13 v.) la Messe de Saint Grégoire, qui se célèbre 
dans une église ogivale dont les colonnes sveltes sont sans chapiteaux, dans la bordure 
est représenté le Purgatoire avec des anges vêtus d*aubes bleu clair qui portent des 
âmes au ciel. 2* (f. 27 v.) L'Agonie au Jardin des Olives: dans le lointain on aperçoit 
Judas et la troupe des soldats. 3<> (f. 34 v.) David en prière, avec une vue sur le quai 
à Cologne: on distingue la tour de Téglise de Gross Saint-Martin. 4* (f. 64 v.) La Résur- 
rection de Lazare, avec paysage, dans le fond, la porte d'une ville. 5^ (f. 117 v.) L'Office 
des Morts, chanté par sept frères Mineurs dans le chœur d'une église en style du com- 
mencement du seizième siècle. Les volets du retable de l'autel sont fermés, l'extérieur 
de ceux-ci présente en camaïeu la résurrection de Lazare et l'Agonie au Jardin des Oli- 
viers. Un petit triptyque au-dessus représente le Christ en croix entre la Sainte Vierge 



HfiUNGES 197 

et Saint Jean, Longin et le centurion. L^autet, revêtu de rouge et dénué de tout son mo- 
bilier est entouié de rideaux verts. Le catafalque est recouvert d'un poêle noir. La bor- 
dure de la page en face (f.li8) représente un fossoyeur creusant une tombe dans un 
cimetière. 6^ (f.442 v.}La Cène; Judas agenouillé à Tavant-plan, aux pieds du Christ, 
reçoit la Sainte Hostie et tient d^une main ferm^a bourse ^. Un dressoir en bois sculpté 
est surmonté d*un petit triptyque peint représentant la Madone entre deux Saints. Cette 
admirable miniature est entourée de joyaux peints sur un fond rouge laque. La bor- 
dure de la page en face (f. i43) représente un prêtre revêtu de Taube, donnant la Sainte 
Communion à un groupe composé de quatre hommes et de trois femmes; sur Fautel 
revêtu de vert il n y a qu'une pyxide hexagone, par derrière se trouve un grand triptyque 
ouvert. T» (f. 146 v.) Le Christ, entouré d une auréole, montrant Ses plaies. 8« (f. 154 v.) 
La Déposition,' admirable composition de trois figures. 9° (f. 157 v). La Madone assise 
sur un trône, entourée d'anges dont trois jouant de la musique; le quatrième offre une 
fleur à FEnfant Jésus ; le fond est occupé par un paysage boisé. 10' (f. 170 v.) La Ré- 
surrection; sur le bord de la page en face, le Christ apparaissant à Sainte Marie-Made- 
leine, et les trois Maries au tombeau. 11' (f. 174 v.) La Très Sainte Trinité entourée d'an- 
ges. 12° (i80 V.) La Nativité; sur le bord, des bergers dansant au son du chalumeau ; 
dans le lointain, une ville. 13* (f. 182 v.) L'Adoration des Mages. 14' (f. 106 v.) L'An- 
nonciation. 15* (f. 194 V.) Saint Michel terrassant les démons. 16<> (f. 197 v.) Saint Jean 
Baptiste; dans le lointain, le Baptême du Christ. 17o(f. 201) Saint Adrien, debout 
sur un lion, tenant un glaive dans la main droite, et un marteau et une enclume dans 
la gauche. 18» (f.203 v.) Le Martyre de Saint Sébastien. 19» (f. 206 v.) Saint Benoit 
priant devant un Crucifix dans une cave; la tête du Saint est fort remarquable; sur la 
bordure, un démon, en forme de dragon ailé à tête de femme, b&t le tambour, tandis 
qu'un vieux boiteux, tenant une lanterne, danse. 20' (f. 209 v.) Saint Roch.21*(f.212.) 
Sainte Anne; dans le lointain, une vue de ville prise de la campagne. 22* (f. 215 v.) 
Sainte Marie Madeleine, à genoux devant une grotte, revêtue d'un manteau rouge, 
tient un Crucifix dans la main gauche et essuie ses larmes; devant elle, à terre, une 
tête de mort, et dans la grotte, le vase de baume. Dans le lointain, les anges transpor- 
tent la Sainte au ciel. 

La reliure, en cuir estampé au fer, avec des figures d'hommes dansant au son d'une 
cornemuse, et des animaux, porte cette inscription répétée quatre fois : ob lavdem 
xPRisTi LiBRVM HVNG REGTE LiGAvi LVDOviGvs BLOC. C'est le uom d'uu relieur Brugeois 
sur lequel nous publierons prochainement une notice. Ce manuscrit, jadis la propriété 
de M. Deltil à Peruwelz, fut acheté pour le Musée Britanique le 10 Décembre 1870. 



^ Judas avait la bourse (S. Jean xu, 0; xni, 29) et dans celte miniature est bien représenté la 
portant ouvertement, la tenant d^uae main fermée pour indiquer son avarice. C'est par erreur 
qirAlbert Durer dans sa Grande Passion le représente cherchant à cacher sa bourse. D^autres 
artistes Allemands Tont représenté cachant la bourse dans les plis de sa tunique comme s'ils 
pensaient que celte bourse renfermait les trente pièces d'argent. 

IV S5 



198 MfiLANOSS 

Inventaire des reliques conservées a la cathédrale de Thérouanne en 1283-1286. 
— L'inventaire que voici est extrait du cartulaire de la cathédrale de Thérouanne : 

Hoc est inventarium reliquiarum ecclesie Morinensis factum anno Domini M^ CC* 
octuagesimo tercio, Dominica ante Magdalenam. 

Zona Béate Marie Virginis. ^ 

Ymago Béate Hargarete tenentis in quodam vasculo magnam iuncturam digiti sui. 

Ymago Sancti Michaelis tenentis capillos Béate Marie Virginis. 

Coste Sancti Blasii. 

Tabula argentea in qua est lignum Sancte Crucis. 

Quedam busta plena diversis reliquiis in decem partibus. 

Reliquie Sancti Eligii. 

Vasa Sancti Nichasii. 

Vasa Sancti Amandi. 

firachium Sancti Bertini. 

Unum cornu eboris plénum reliquiis. 

Quoddam scrinium eburneum in quo sunt plures reliquie in duabus pissidibus et 
tribus bursis. 

Brachium Sancti Maximi. 

Item, brachium Sancte Berte. 

Item, capud Sancti Maximi. 

Item, très magne cruces deaurate cum lapidibus, quarum due sunt pares et alia maior. 

Et omnes predicte reliquie posite fuerunt in capella Béate Margarete in ecclesia 
supradicta, et tradite in custodia magistri lohannis de Magnicourt et domni Pétri de 
Sancto lohanne, capellanorum ecclesie supradicte, in presentia venerabilium virorum 
lohannis de Corbeia decani, lohannis de Fieffés, archidiaconi Flandrensis, Dyonisii de 
Taruannia, Ymberti de Salinis et Willelmi de Boy, canonicorum ecclesie supradicte, 
et plurhim aliorum. 

Actum anno et die supradictis. 

Anno Domini M* CC Ixxx' sexto, die Veneris ante festum Beati Martini hyemalis 
posite fuerunt reliquie que secuntur in archa magna ubi inventus fuit Beatus Maximus 
et ubi requiescit Beatus Hunfridus : 

Vas cristallinum coopertum de argento, de Sancta Anna, et de aliis pluribus sanctis. 

Très cruces auree in qualibet quarum continetur de Ligne Domini. 

Due patène sine calicibus. 

Unum thuribulum. 

Septem calices cum patenis. 

Quoddam vas rotundum de ebore continens quoddam os de Sancto Hunfrido. 

Due burete de argento. 

Presentibus I. decano, magistro D. Lemovicensis, B. de Renenghen, R. de Parma, 
I. de Baigneus, Bonifacio, N. de Beluaco, et magistro 6. de Tortofonte, canonicis 
Morinensis. 

Item duo candelabra parva argentea. 



MELANGES 199 

Item, in alia archa ubi reponitur argentum ecclesie, anno et die predictis, presen- 
tibus I. de Corbeya, decano, et aliis canonicis predictis, reperte fuerunt reliquie 
que secuntur : 

Quinque anuli pontificales. 

Quatuor calices argentei, duo sine patenis. 

Item, unus calix aureus cum patena aurea. 

Item, quatuor cruces, très auree. 

Duo pedes crucis. 

Catalogue des reliques conservées a l*Ëglise de Saint Donatien a Bruges au 
TREIZIÈME SIÈCLE. — Le cataloguo suivant est extrait du Cartulaire de i*église de Saint 
Donatien, écrirvers 1300, actuellement conservé aux archives de TËvêché à Bruges. 

c Hec sunt reliquie Sanctorum contente in ecclesia Sancti Donatiani, et primo de 
hiis que spectant ad Dominum Ihesum Cristum. 

De vestimentis Domini. De pallio, quo Dominus coopertus fuit. 

De sandaliis Domini. De vite quam plantavit Deus. 

De presepio Domini. De virga Âaron, qua fecit miracula 

De sindone Domini multum. in terra Egypti, et qua traduxit popu- 

De ligno et cruce Domini. lum Domini per mare Rubrum et per 

De sepulchro Domini. desertum. 

De mensa Domini. De monte Calvarie. 

De spongia Domini. De monte Oliveti. 

De spinea corona Domini. De terra lordanis et de lapide eiusdem. 

De sudario Domini. De auro, quod optulerunt Magi Domino. 

De sanguine ymaginis Domini. De petra, supra quam stetit Dominus 

De petra Domini. quando dixit Petro : Tu es Petrus, et ce- 

De concba, unde Dominus in Cena lavit tera. 

pedes discipulorum Suorum. De fragmentis quinque panum, et de 

De linteo, quo pedes eorum in Cena ter- septem cophinis. 

sit. De manna, quo pavit Dominus populum 

De columpna, ad quam flagellatus fuit. Suum in deserto. 

De marmore, supra quod Dominus natus De sepulchro unde resuscitavit Laza- 

fuit. rum. 

Reliquie de Sancta Maria Matre Domini nostri Ihesu Cristi. 

De capillis Sancte Marie. De pallio eius. 

De lacté eius. De aliis vestimentis eius. 

De tunica eius. De calceamentis eius. 

De vélo eius. De lecto eius et aliis reliquiis eius. 

Reliquie de Sancto lohanne Baptista et aliis Prophetis. 

De sanguine Sancti lohannis Baptiste. De vestimentis eius. 

Dens ab eo. De sepulchro eius. 

De capillis eius. De ossibus Samuelis prophète. 



200 



MSLANGES 



De ossibus 2acharie prophète, 

Reliquie lone prophète. 

De Sancto Symeone et Sancta Anna. 

Reliquie de Âpostolis et Ewangelistis. 



De tribus pueris, Sydrac, Misach, e^ 
Abbenago. 



Dens Sancti Pétri apostoli. 

De ossibus eius. 

De barba eius. 

De capillis eius. 

De cruce eius. 

Detunica eius. 

De stola eius. 



De cathedra eius. 

De sepulchro Sancti lohannis Evange- 
liste, et de manna quod ebuliit ex eo. 
De mensa ejus. 
De lecto eius. 

Reliquie de Martiribus. 



De sanguine Sancti Pauli. 

De barba eius. 

De capillis eius. 

De aliis reliquiis apostolorum Pétri et 
Pauli. 

De capite Sancti Bartholomei. 

Reliquie Apostolorum Andrée et Mathei. 

Item, de cruce Sancti Andrée apostoli. 

Duo dentés Apostolorum lacobi et Phi- 
lippi, et alie reliquie eorum. 

Reliquie Apostolorum Symonis et lude. 



De ossibus Sancti Clementis pape. 
De sanguine Sancti Stephani. 
De ossibus eius. 

De lapidibus quibus lapidatus fuit, et 
alie reliquie eiusdem. 
De digitis et sanguine Innocentium. 
Dens Sancti Laurentii. 
De ossibus eius. 

De crate, super quam assatus fuit. 
De vestimentis eius. 

De cingulo eius, et alie reliquie eiusdem. 
De brachio Sancti Syxti. 
Dens Sancti Cornelii. 
Reliquie de eodem et de Sancto Cypriano. 
Dens Sancti Cristophori. 
Os de manu eius. 
Os de capite eius. 
De capillis eius. 
De vestimentis eius. 
Digitus Sancti Sébastian!. 
Dens Sancti Quintini. 
De sanguine eius. 
De vestimento eius. 



Reliquie Sancti Dyonisii, et sociorum 
eius. 

De capillis Sanctorum Crispini et Cris- 
piniani. 

De ossibus Sancti Leodegarii. 

De capillis eius et de sandaliis eius. 

De Sanctis Cosma et Damiano. 

De ossibus Sanctorum lohannis et Pauli. 

De Sancto Pancratio. 

De Sancto Albano. 

De capite Sancti Henné. 

De brachio Sancti Georgii et alie reli- 
quie eiusdem. 

De Sancto Lamberto. 

De Sancto Hagno. 

De Sancto Calixto. 

Digitus Sancti Iuliani. 

De Sanctis Marcellino et Petro. 

De Sancto Nichasio Remensi archiepis- 
copô, et sorore eius. 

De Sancto Vincentio. 

De Sancto Adriano. 

Reliquie Sancti Ypoliti martiris. 

Dens Sancti Livini. 



HfiLANaSS 



201 



' Reliqaie de Confessoribus. 
Corpus Saûcli Donatiani, qui fuit vii De Sancto Vedasto. 



Remorutn archiepiscopus. 

Magna pars corporis Sancti Basilii. 

Magna pars corporis Sancti Crisolii Ar- 
meniensis archiepiscopi. 

Duo dentés Sancti Martini. 

De ossibus eius. 

De pallio eius. 

De vestimeutis eius. 

Costa Sancti Machuti. 

De aliis ossibus eius. 

Baculus eius. 

De digito Sancti Gregorii pape. 

Os de Sancto Patricio. 

De Sancto Âlbino. 

Reliquie Sancti Severini. 

De ossibus Sancti Hylarii. 

De Sancto Germano episcopo Capue. 

De Sancto Maximo due coste. 

Crus eius. 

De brachio eius duo ossa. 

De digitis eius quinque ossa. 

Digitus Sancti Benedicti, et duo dentés 
Sancti Bavonis, et barba eius. 

Brachium Sancti Gaugerici. 

De Sancto Amando et de barba eius. 



De Sancto Remigio. 

De Sancto Audomaro duo digiti. 

De Sancto Bertino duo digiti. 

Duo digiti et duo dentés Sancti Wan- 
dregisiii. 

Dexter pollex Sancti Folquini. 

Dens unus Sancti Trudonis et de capite 
eius. 

De Sancto Alexandre papa. 

De Sancto Silvestro papa. 

De scapula Sancti Paulioi archiepiscopi. 

De capite Sancti lohannis episcopi. 

De Sancto Theoderico iuxta Remis, très 
dentés et brachium eius. 

Duo digiti et duo dentés Sancti Odulfi. 

De Sancto Brictio. 

Os de Sancto Eligio. 

Digitus unus de Sancto Eusebio. 

Dens Sancti Richarii. 

Reliquie Sancti Servaiii. 

Reliquie Sancti ludoci. 

Reliquie Sancti Remacli. 

De capite Sancti Nicholay. 

Reliquie Sancti Arobrosii. 



Reliquie de Virginibus et de Sanctis mulieribus. 



De digito Sancte Marie Magdalene. 

De capillis eius et Marte, sororis eius. 

De sanguine Sancte Agnetis. 

Alie reliquie de eadem. 

Reliquie Sancte Aghate. 

De vestimento eius. 

De cerebro Sancte Cecilie. 

Alie reliquie de eadem. 



Reliquie Sancte Columbe. 
De scapula Sancte Iuliane virginis. 
De scapula Sancte Margarete virginis. 
Reliquie Sancte Walburge. 
Tunica Sancte Brigide virginis. 
Reliquie Sancte Gertrudis virginis. 
Digitus Sancte fierté. 
Reliquie Sancte Hélène. 



Prêter bas reliquias, quas hic nominatim expressimus, alie mague reliquie et multe 
martyrum et confessorum quorum quidam fuerunt summi pontifices, quidam archie- 
piscopi, quidam episcopi, quidam presbiteri et inférions ordinis clerici, quidam et 
sancti laici, necnon et sanctarum virginum et feminarum in nostra, sicut cartule ab 
antiquis temporibus eis appense testificantur, habentur ecclesia et venerantur, quorum 



i 



202 MSLANOES 

nomina ad presens sub silentio pertransimus ne prolixa eorum recitatio generet fasti- 
dium audiendi. Credimus autem indubitanter quod Deus eorum meritis et precibus 
piis nobis mansionem largietur in celis. • 

Contrat pour l^exécution de deux tombeaux pour Sire Guillaume Sandes, cham- 
bellan DE Henri viii, roi d'Angleterre, en 1535. — Le contrat que voici, dont nous 
devons la communication à l'obligeance de Monsieur le chevalier Léon de Burbure, 
fut passé devant notaire à Anvers, le Lundi 1^' Mars 16(^6. 

Sire< Guillaume Sandes, Tune de*s deux parties contractantes, fut fils aîné de Sire 
Guillaume c of the Vine i ' par sa femme Edith, fille de Sire Jean Cheney de Sherland 
en File de Sheppey, et d'AIianore Shottisbrook. Il fut élu chevalier de Tordre de la 
Jarretière le 24 Avril 1518, et installé le 16 Mai suivant. Il fut constitué trésorier 
de Calais dans la quatorzième année du règne de Henri VIII (d2 Avril 1522—21 Avril 
1523), et créé, entre 1523 et 1529 pair d'Angleterre avec le titre de t Lord Sandes 
of the Vine • . Après le décès de Charles, comte de Worcester, en 1525, il devint 
chambellan du roi. 11 épousa Marguerite, fille et héritière anique do Sire Jean Bray. 

Vers 1516 vSire Guillaume Sandes fonda à Basingstoke dans le Hampshire, une 
belle chapelle dont les murs construits en briques, étaient revêtus à Textérieur de 
pierres de taille. Les contreforts du côté sud, ainsi que ceux de Télégante tourelle 
hexagonale au sud-ouest de la chapelle, étaient ornés de statues de saints, surmontées 
de baldaquins. L'intérieur de la chapelle était richement décorée; les vitraux peints, 
le mobilier sculpté, les peintures murales étaient tous remarquables par leur beauté. 
Camden dans sa c Britannia » décrit Fédifice comme c sacellum perpulchrum Spi- 
ritui Sancto sacratum, in cuius laquearibus Historia Sacra cum prophetarum, apos- 
tolorum et discipulorum Christi iconibus precellenti artificio spectatur. • Cette chapelle 
fut donnée par le fondateur à une Gilde qu'il y établit en honneur du Saint Esprit, 
avec Fapprobation de Fox, évèque de Winchester. Cette gilde, dissoute par Edward VI 
dans la première année de son règne, fut rétablie par Marie en 1556 sur la 
pétition des habitants et grâce à Fintercession du cardinal Pôle. Cromwell s'empara 
des biens de h gilde et enleva le plomb des toitures de la chapelle pour en faire des 
balles de canon. 

Peu à peu la chapelle tomba en ruines et il n'en existe plus qu'une partie du mur 
sud et de la tourelle. A la fin du siècle dernier on déterra des morceaux de marbre 
noir ornés d'écussons, qui paraissaient avoir formé les c6tés d'un tombeau, peut être 
de celui du fondateur qui par son testament daté du 8 Décembre 1540 (il trépassa 
avant le 20 Avril 1541), ordonna que son corps fut enterré dans cette chapelle. 

'■ « Ce château » est situé à une lieue de Slraifield Say. La chapelle, fut restaurée par Sire 
Guillaume Sandes. Les stalles sont d'une sculpture remarquable ; les trois fenêtres vers Test 
sont ornées de vitraux peints représentant des sujets du Nouveau Testament, sous lesquels se 
trouvent les figures de François 1 de France, de ses deux femotes Claude et Marguerite, et de leurs 
sainis patrons. 



MELANGES 203 

i Maistre Thomas Leigh, marchant dÂngleterre, et Cornille Hermaossone, pour et 
au nom et comme mandataires de très noble seigneur, Sire Guillamme Sans, cham- 
bellain du très puissant et très excellent prinche, Henry, huytiesme de ce nom, 
Roy dEngleterre, pour icelluy aussy entrevenans et soy faisans fort et ferme forme 
de droict, dune part, et Arnoult Hermanszone, natif dAmsterdamme en Hollande, 
a présent demourant a Aire en Artois, en son nom propre, dautre part, coguurent 
et confessèrent de leur bon gre, franche voulente et sans contraincte aulcune par 
ensemble avoir faict et conclu ung contract touchant la facture de deux tombes ou 
sépultures eslevees eu forme et manière comme sensuit : asscavoir, que ledict Arnoult 
Hermanssone a promis et se oblige parcestes ausdicts M"" Thomaes Leigh et Cornille 
Hermanssone, es noms que dessus, faire lesdictes tombes, dont lune sera longue 
yiii piedz et iiii '/s piedz de large, item encoires iiii piedz et ung quartier de haulteur, 
estant trestous piedz et mesure de Flandres et de pierre dAntoing; laquelle tombe 
aura aussy dessus la pierre haulte une croix de cuivre estant rouge et blancq corn- 
menchant de la teste jusques a bas aussy longue que la pierre mesme, estant poulx 
de large. Et en cas que ledict Arnoult ne pourra trouver de cuivre rouge, pourra il 
prendre du cuivre blancq moyennant quil soit du meilleur quil pourra trouver. 
Laquelle croix aura en escript ces noms Willem Sans et Margere Sans, dont les 
lettres ensemble la date dicelluy tombe seront aussy en cuyvre blancq et troix poulx 
de large. Item contiendra encoire icelle tombe sur chacune longue couste trois armes, 
et seront tailleez en la mesme pierre et dorez, ou de cuyvre sans dorure tailleez et 
ouvrez en icelles pierres collatérales a loption dudict seigneur, le tout et ensuyvant 
le patron par lesdictz comparans illecqs exhibe et monstre oculairement. Item, laultre 
tombe sera longue vii piedz de Flandres et iiii piedz de large et iiii piedz de haulteur, 
ayant seullement deux pierres longues collatérales et la pierre dé dessus, car la teste 
et pied dicelle sépulture ne se monstrera point, a cause qu'il sera mise entre une 
muraille. Et touchant lescriplure ou date dicelle tombe ou sépulture, debvra estre 
mise en cuivre de trois poulx de large ; mais la croix que sera mise sur le pierre de 
dessus sera aussy de cuivre de large de quattre doigz ou poulx et de quatre piedz de 
longeur et de semblable matière et pierre dAntoing comme laultre sépulture. Les- 
quelles deux tombes et sépultures ainsy faictes et ouvrez comme dessus ledict Arnoult 
a promis et se oblige par cestes de livrer a ses despens propres ausdicts facteurs ou 
leurs commis icy en Anvers, sur la kaye, entre cy et scept moys premièrement venans 
ou ung mois après ou plus tard, soubz la payne de x 1. de gros monnoye de Flandres 
a applicquier au prouifit dudict seigneur. Pour lesquelles deux tombes ledict maistre 
Thomas et Cornille Hermanssone ont promis et se obligent par cestes bien et leaul- 
ment payer au mesme Arnoult la somme de trente livres de gros dicte monnoye de 
Flandres et ce en fourme et manière comme sensuyt : asscavoir, astheure en sa main 
comtant dix semblables livres, lesquelles ledict Arnoult confesse desja avoir eu et 
receu dudict maistre Thomas, et encoires dix livres lui payera quant la moindre 
desdictes tombes sera faicte et achevé et la reste quant lautre tombe sera aussy du 
tout faicte et achevée et polye c(Tmme il appartient. Si est il toutefois pourparle entre 



204 



MfiLANOES 



lesdicts contrabans que avant que lesdicts deux ouvraiges seront faictes et achevées 
comme dict est ledict Ârnoult sera tenu de advertir ledict Gornille Hermanss uug 
mois devant pour venir vers luy pour veoir et visiter lesdictes deux tombes si seront 
légalement faictes et polyes selon et ensuyvant cestuy contract et le patron par eulx 
exhibe. Et lesdjctes deux tombes par ledict Arnoult délivrez icy en Anvers comme 
dit est, serail.en.oulirt; tenu desen retirer en Engleterre (premièrement ayant icy en 
Anyers receu son derrenier payement) vers le lieu ou il debvra mectre et ordonner 
lesdiotes tombes, et ce aux despens et risicque et aventure dudict seigneur tant 
seullement en luy baillant ausby les despens de bouche; pour laquelle délivrance 
par le mesme Arnoult a faire icy en Anvers comme dict est le susdict Gornille Her- 
manss en son propre et prive nom en est demoure plesge comme principal, faisant 
de ce sa propre cause et debte pour payer ladicte payne audict seigneur Guillamme 
Sans en cas que lesdictes tombes ne soyent audict temps délivrez, dont le mesme 
Arnoult promist aussy ledict Gornille Hermanss tenir quicte et indempne de tous 
dommaiges, despens et interetz esquelies a ladicte occasion il pourroit aulcunement 
tomber. Tous lesquelz etc obligeantz etc et renunchant etc etc. > 



i 



JEAN PREVOST 



FEINTEE 

oiBCA 1470 — 1629. 

Iean Prévost, originaire de Mons en Hainaut, vint s'établir à 
Bruges en 1494. Il y acquit le droit de bourgeoisie le 10 Février 
de cette année*. Il paraît pour la première fois sur le registre 
de la corporation de Saint Luc et Saint Eloi à Bruges» comme vinder en 
1501-02; nous l'y retrouvons comme vinder en 1507-08, 1509-10 et 1514-15, 
comme gouverneur en 1511-12, et comme doyen en 1519-20 et 1525-26*. 
11 fut marié quatre fois. Sa première femme, dont nous n'avons pu découvrir 
le nom, décéda avant le 31 Août 1506. Il parait qu'elle ne laissa pas 
d'enfants, car il fut payé à la ville par ses héritiers, qui étaient étrangers, 
la somme de 35 escalins, 8 deniers de gros comme dixième denier de la 
fortune dont ils héritèrent d'elle '. 

Prévost épousa eu secondes noces Madeleine de Zwaef, fille d'Adrien, 
sellier de Bruges. Elle décéda avant le 20 Janvier 1509, laissant un fils 
nommé Adrien qui suivit la profession de son père *. 



' Archives tle la Ville de Bruges. Registre des Admissions à la Bourgeoisie, 1470 à 1496, fol. 66 v.: 
« lan Provost, nez de Mons en Ilaynau, cochte tpoorterscip den x«° dach van Sporcle xciii, présent 
Pieter van den Diicke, omme te doene de neeringhe \an den scilders, voor de somme, ende die 
hii ghereet betaelde, van xxiiii s. gron. > «— Compte de la Ville du ^ Septembre 1493 au 2 Sep-* 
tembre U94, fol! xxi v. Un lan Provoosl se trouve inscrit parmi les francs-maflres reçus dans 
la Gilde de Saint Luc à Anvers en 1493 (voir « De Liggeren der Antwerpsche Sint Lucas-gilde » 
éd. Ph. Rohbouts et Th. van Lerius, tom. i, p. 46). Nous ne saurions affirmer qu*il s^agit de notre 
peintre, mais nous le croyons probable car ce nom ne reparaît plus dans les Liggeren. 

■ Archives de la Corporation de Saint Luc et Saint Eloi, à Bruges. Registre aux Admissions, 
etc., n» I, fol. 62, 67, 69, 72, 74, 80 v. et 85. 

s Compte de la Ville du 1 Septembre 1505 au 31 Août 1506, fol. xxxi v. 

* Journal de la Chambre pupillaire, 1505 h 1510, fol. 119. Voir Annexes, n9 I. 

IV 26 



206 JEAN PREVOST 

La troisième femme de notre artiste se nommait Catherine Beaureins. 
Elle lui donna trois enfants : Thomas, qui devint peintre-verrier, Anne et 
Marie, et décéda au mois de Janvier 1528 *. 

Nous ne connaissons pas le nom de famille de la dernière épouse du 
peintre; son prénom était Gillette. Leur union fut courte, car Prévost 
trépassa en Janvier 1529. Il fut enterré auprès de sa troisième femme en 
l'église de Saint Gilles \ 

Au mois d'Août 1 506 notre peintre reçut pour élève Maximilien Frans, 
qui fut admis à la maîtrise le 15 Novembre 1524, et qui peignit en 1559-41, 
un grand retable à volets pour le maître-autel de l'église du Béguinage de 
Dixmude '. 

En 1509 Prévost fut chargé de laver, restaurer et vernir les armoiries 
des chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or, suspendues au-dessus des stalles 
dans le chœur de l'église de Saint Donatien, et d'y ajouter six nouveaux 
panneaux; il reçut pour ce travail cinq livres, dix escalins de gros*. Il 
lui fut aussi payé deux livres, quatorze escalins, pour avoir restauré les 
décors polychromes de la face du jubé donnant sur le chœur •. 

En 1513 notre artiste reçut des trésoriers de la ville de Bruges la somme 
de quatre livres, onze escalins, huit deniers de gros, pour la peinture de 
huit cartes montrant la position du Zwin, l'état du Zwarte Gat, du Passe- 
geule, et du nouveau canal, avec les polders, paroisses et manoirs y 
avoisinaut * '. 

En 1516 Prévost fit le plan de la charmante voûte en bois de chêne — 

* Voir Annexes, u9 II. 

* Comptes de la Fabrique de Téglise de Saint Gilles de 1527 à 1544, imprimés dans « La Flandre », 
vol. I, pp. 349 et 351. Bruges, 1867. 

' Voir pp. 93 à 97. 

" Compte de la Fabrique de Téglise de Saint Donatien du 24 Juin 1509 au 24 Juin 1510, 
fol. xxxTii V.: « lohanni Provoost, pictori, pro lavandis, reparandis et poliendis armis Veileris 
Aurei, una cum pictura sex novorum parcorum et ceteris necessariis, ex composilione seu con- 
veniione per eum fada, Ixvi 1. P. » 

* Ibid., fol. xxxvii v.: « Eidem, pro reparalione et politura ac renovatione doxalis a parte chori, 
ex conventione cum eodem facta, xxxii lib. viii s. P. » 

^^ Compte de la Ville du 2 Sept. 1513 au 2 Sept. 1514, fol. clv v.: « Betalinghe ghedaen omme 
tvervolghen ende yercriighen van der beteriinghe van der Zwene ter Sluus. lan Prouvost, de 
somme van iiii 1. xi s. viii d. grooten, ende dat van ghemaect ihebbene in pointraiure acht 
qaarten inhoudende den leghere van der Zwene, den ghestande van den Zwarten Gale, Passe- 
ghuele ende nieuwen bedelve, mids den polders, prochien ende steden daer omtrent. Jus hier 
de voorseide iiii 1. xi s. viii d. g. » 



JEAN PREVOST 207 

actuellement recouverte de badigeon — du chœur de l'église de Saint Jacques. 
Pour deux dessins coloriés il reçut de la fabrique de cette église neuf 
escalins, quatre deniers de gros *\ 

Lors de la joyeuse entrée de Charles Quint comme roi des Romains, le 
24 Juillet 1520, Prévost entreprit la construction et Tornementation de la 
sixième estrade, ainsi que les décors de la rue Haute ". En sa qualité de 
doyen de la corporation des peintres il fut chargé de la supervision de tous 
les décors officiels, et reçut pour ses peines des trésoriers de la commune 
la somme de dix escalins de gros ". 

Au mois d'Avril 1521 notre peintre se trouvant à Anvers y fit la connais- 
sance d'Albert Durer qui vint à Bruges en sa compagnie, et logea chez lui, 
rue dite Oost Ghistelhof. Le soir même de leur arrivée. Dimanche 7 Avril, 
Prévost offrit à l'illustre artiste un banquet auquel beaucoup de monde fut 
convié. Avant de quitter Bruges (le 9 Avril) Durer dessina au crayon le 
portrait de son hôte **. 

En 1 524 Prévost peignit un retable pour l'autel du prophète Daniel en 
l'église de Saint Donatien ; ce travail lui fut payé seize livres, dix-huit esca- 
lins de gros. Ses ouvriers reçurent lors du placement du retable, une 
gratification de quatre escalins, huit deniers de gros ^\ 

En 1525 le magistrat de la ville confia à Prévost l'exécution d'un tableau 
représentant le Jugement dernier, destiné à orner la salle des échevins à 



^^ Compte de la Fabrique de Téglisede Saint Jacques de Tannée 1516 : « Betaeltlan Provoost, de 
schildere, van dat bii in schilderîie ghesteit heift de fighuere ende voorme van der verheme- 
liinghe van den hoghen choor in twee patroonen, ii Rinsche gulden, comt ixs. iiii d. g. » Les clefs 
de voûte furent sculptées par Laurent Weins sur les dessins de Corneille de Smet. Le tout fut 
peint et doré, en 1518, par François de Wintere. 

" Compte de la Ville du 2 Sept. 1519 au 2 Sept. 1530, fol. cxlviii. 

" Ibid., fol.clii. 

" « Am Sonnlag nach Ostern bin ich mit dem Hans Lieber und mit Meister Jan Ploos, einem 

guten Maler von Brùgge (erreur pour Berg) gebûrlig ; und als ich nach Brûgge kam, da nahm 

mich Jan Ploos z\i Herberge in sein Haus, und richtete dieselbe Nacht ein kôstliches Mahl zu, und 

lud mir zu Liebe viele Leute Zuvoraber habeich Jan Ploos mit dem Stift portrâtiert, und 

seiner Frau 10 Stûber zum Abschied gegeben. » Extraits du Journal de voyage d'Albert Durer, éd. 
M. Thausing, p. 114. Vienne, 1873. 

" Compte de la Fabrique de l'église de Saint Donatien du 24 Juin 1524 au 24 Juin 1525, fol. 
xix: « Solutum loanni Provoosi, pictori, pro piclura et opère tabule ad altare Danielis, xvi 1. 
xviiis. g.; valet per quitantiam, ii«ii 1. xvi s. P. 

« Solutum servitoribus eiusdem, pro eorum laboribus dictam tabulam portando el reportando, 
iiii s. viii d. g., valet ii 1. xvi s. P. » 



208 JEAN PREVOST 

THôtel de Ville**. Ce tableau est actuellement conservé au Musée deTAca- 
demie *\ Au milieu, le Christ, entouré d'une auréole et revêtu d'un manteau 
rouge, est assis sur l'arc-en-ciel , la main droite placée sur la plaie de Son 
côté, tandis que de la gauche il tient levé le glaive de la Justice. Ses pieds 
posent sur le globe terrestre; sur Ses genoux est placé un livre ouvert 
portant la légende bonvm et malvm. A la droite du Christ est assise la Reine 
des Sainls, couronnée et vêtue d'une robe blanc-rosé et d'un manteau bleu; 
elle montre son sein à son Fils dont elle semble implorer la miséricorde pour 
ceux qu'il doit juger. Derrière elle une foule de bienheureux, parmi lesquels 
Sainte Catherine, tenant un fragment de roue; Saint Pierre, une clef; 
Saint Paul, un glaive; Saint Barthélemi, un couteau; Saint André, une croix 
en sautoir, etc. A gauche du Christ, Saint Jean Baptiste, en draperie brune, 
ayant sur les genoux un agneau debout, tenant, avec sa patte, une croix à 
bannière flottante; David couronné, portant une harpe en mains; Saint 
George ; Moïse avec les Tables de la loi sur lesquelles on lit ces légendes : 
Crede unum deum et Diliges fratres tuos\ Saint Antoine, tenant un bâton dans 
la main droite et un chapelet dans la gauche ; Saint Etienne, une pierre ; 
Saint Augustin, un cœur, etc. Sous le Christ, deux anges en aubes sou- 
tiennent une croix d'or et sonnent des trompettes dont sortent les légendes : 

ÂPROPINCATE vos ELECTI Ct ITE HALEDICTI IN ËTERNVM. En baS, aU milicU, la 

terre et la mer rejettent leurs morts ; à droite, on voit la Jérusalem céleste 
dont les murailles en or sont semées de pierres précieuses ; à gauche, l'enfer 
représenté par une cité en feu. Dans l'avant-plan, à droite, un ange donne un 
habit blanc orné de pierreries k une bienheureuse devant laquelle est placée 
une couronne. Derrière l'ange, on voit une foule d'élus entrant dans la Jéru- 
salem céleste. A gauche, une femme agenouillée sur les bords d'un lac de feu, 
s'arrache les cheveux de désespoir ; un monstre horrible s'apprête à la saisir. 
Un soldat, dont la tête est couverte d'un casque à deux plumes et qui tient 
une pique, est englouti dans le lac, où un monstre de petite taille se dispose 
à l'attaquer. Près de là on voit une roue patibulaire sur laquelle est assis 
un démon. 
Le dernier plan représente la mer bordée par une vaste plage de sable. 



A* Il éiait placé au-dessus d*une cheminée sculptée, entre les deux portes ogivales, dans la grande 
salie à reloge, actuellement la Bibliothèque de la Ville. 
" Ciniré. H. I«i7. L. i'-ÔS. Bois. 



JEAN PREVOST 209 

Sur celte mer on remarque des vaisseaux de différentes formes, parmi 
lesquels on en voit dont les mâts supportent des anges, d'autres avec des 
anges et des croix à la poupe et à la proue ; un autre, espèce de bateau plat 
dans lequel sont des démons, supporte un château-fort en feu. Quelques-uns 
de ces vaisseaux abordent et débarquent des groupes nombreux de personnes 
que des anges et des démons conduisent et entraînent, les uns vers la Jéru- 
salem céleste, les autres dans les gouffres de l'enfer. 

Ce tableau est empreint de sentiments religieux, et malgré quelques détails 
assez bizarres, il produit un effet saisissant. Le coloris est généralement bon, 
le dessin un peu raide. La partie supérieure se distingue par la beauté, la 
variété et le sentiment des têtes; à part la Vierge et Saint Jean, les bien- 
heureux sont tous vêtus en blanc. La sainte qui reçoit l'habit des élus, et 
l'ange qui le lui donne, forment un petit groupe charmant. Quelques réprou- 
vés, engloutis dans le lac de feu, méritent d'être remarqués sous le rapport 
de l'expression, ainsi que les démons, dont quelques-uns sont aussi bizarres 
de fornre que les diables de Breughel et de Callot. Les fleurs sur l'avant- 
plan, à droite, sont très fidèlement peintes 

Prévost reçut, pour la peinture de ce tableau, la somme de vingt livres, 
douze escalins de gros, ainsi qu'il paraît par les extraits que voici des 
comptes des tfésoriers de la commune : 

c Item, lan Prevoost, schildere, over Item, à Jean Prévost, peintre, pour la 

de schilderie' van den tavreele van den peinture du tableau du Jugement placé 

Oirdeele staende in scepencamcre, bii dans la salle des échevins, selon la con- 

doorwaerde met hem gbemaect, vention faite avec lui, 20 livres de gros. 

XX 1. gron. >" 

c Item, lan Prevoost, ooc schildre, over Item, à Jean Prévost, aussi peintre, pour 

zekre reparacie ende beteringhe bii hem certaines réparations et améliorations faites 

ghedaen an tOordeel bin den scepenca- par lui au Jugement dans la salle des 

mère, ende anders, xii s. gron. » '^ échevins, et ailleurs, 13 escalins de gros. 

Il paraît que le peintre, se conformant à la manière traditionelle de 

représenter le Jugement dernier, avait introduit dans ce tableau, parmi les 

réprouvés, des figures d'ecclésiastiques, ce qui, quelques années plus tard 

^ donna lieu à des plaintes. Le peuple, qui perdait avec la foi le respect pour 

la dignité du sacerdoce trop souvent compromise par les personnes indignes 

'« Compte de la Ville du 2 Sept. iHU au 3 Sept. 1525, fol. ciiii v. 
<» Compte de la Ville du 2 Sept. 1525 au 2 Sept. 1526, fol. c v. 



r 
l 



210 J£AN PREVOST 

qui en étaient revêtus, aurait probablement relevé l'incident du tableau pour 
rappliquer à des membres du clergé Brugeois. Le magistrat de la ville, 
poussé probablement par l'autorité religieuse, peut-être de son propre chef, 
jugea bon de faire effacer du côté gauche du tableau tous les ecclésiastiques, 
qui ne paraissent plus parmi les reprouvés dans aucune représentation de ce 
sujet exécutée à Bruges dans la seconde moitié du seizième siècle. Ce fut à 
Pierre Pourbus que l'on s'adressa pour faire les changements jugés néces- 
saires ; il lui fut alloué pour ses peines la somme de dix escalins de gros 
ainsi qu'il paraît par les comptes de la commune où l'on lit : 

t Pieter Pourbus, de schildere, ter cause A Pierre Pourbus, le peintre, pour avoir, 

van dat hii bii lasie van den collège uut- par ordre du collège, effacé et changé le 

ghedacn heeft ende verandert uut tafereel char, avec les personnes ecclésiastiques qui 

van den Oordeele, staende in scepenen y étaient représentées, dans le tableau du 

camere deser stede, de waghcne mette Jugement se trouvant dans la salle des 

gheestelicke persoonen die daerinne ghe- échevins de cette ville, la somme de 

figureert waereh, de somme van 10 escalins de gros. 

X s. gr. 1^^^ 

Le cadre du tableau porte les légendes suivantes : en haut, de celo avditv 

FECISTI IVDICIV : TERRA TREMVIT ET QVIEVIT CV EXVRGERET IN IVOl"* DEVS. A droitC, 
EXALTABVNTVR CORÎSVA IVSTI. PS" 74**. A gaUChc, CORN VA PECCATORV CONFRINGAM 

PS**. 74**. En bas, videte qvid faciatis no eni hois exercetis ivdiciv sed dni. 
PARALi*"* 2^ La partie extérieure du cadre, fort bien sculptée, a été enlevée ; elle 
se trouve actuellement appliquée à une bibliothèque placée dans le cabinet 
du bourgmestre à l'Hôtel de Ville. Au milieu de la partie supérieure se 
trouvent deux lions soutenant un grand écu d'or à l'aigle double de sable 
qui porte sur la poitrine un écusson aux armoiries de Charles Quint. Au 
dessus la date 1525, et sur les côtés, les piliers d'Hercule et la devise plvs 
ovLTRE. Ce cadre fut sculpté par le huchier Jacques Kempe qui reçut pour 
son travail quatre livres de gros **. 

Une belle copie de ce tableau, avec des variations notables, peinte en 1578 
par Jacques van den Coornhuuse de Fumes pour la Prévôté de Saint Dona- 
tien, ornait autrefois la salle de son tribunal ". Elle appartient aujourd'hui 

'0 Compte de la Ville du 2 Sept. 1549 au 2 Sept. 1550, fol. xcvii. 

*^ Compte de la Ville du 2 Sept. 1524 au 2 Sept. 1525, fol. ciiii.: « llem, lacob Kempe, scriine- 
werkere, over tlevren ende maken van den houllewercke van den tavereele daerinne tOirdeel 
ghescildert es, staende in de camere van den scepenhuuse, bii ziine quictantie, iiii 1. gron. » 

" Voirtom. II, p. 1. 



JEAN PREVOST 211 

à Monseigneur Wemaer, vicaire général, à Bruges. 

De 1525 à 1528 Prévost fut à différentes reprises consulté par le magistrat 
du Franc quant aux décors de leur nouvelle salle échevinale ". 

En 1 527 les marguilliers de Téglise de Saint Gilles vendirent l'ancien tableau 
du maître-autel à un certain Pierre Voghelare pour quatre livres de gros. Le 
nouveau tableau fut peint par Prévost; il est probable qu'il représentait le 
patron de Téglise, mais les détails manquent quant au sujet et au prix. 
Dans le plus ancien volume de comptes de la fabrique encore conservé aux 
archives de cette église, nous avons trouvé qu'il fut payé aux héritiers de 
l'artiste en 1528 la somme de 3 livres, 16 escalins, 9 deniers de gros en 
solde de compte pour la peinture de ce tableau **. 

Voici maintenant un résumé succinct de nos découvertes sur les descen- 
dants de Jean Prévost. 

Adrien Prévost, le seul enfant du second mariage, fut admis à la maîtrise 
dans la ' corporation Brugeoise en 1527". Au mois d'Avril 1530 il perdit 
sa femme et, quelques jours après, son enfant unique; ils furent enterrés 
au cimetière de l'église de Saint Jacques '^ Adrien parait avoir visité Anvers 
ensuite car son nom se trouve parmi les francs-maîtres inscrits cette année 
sur les Liggeren de la Gilde de Saint Luc de cette ville ^\ En 1532 il exposa 
des tableaux en vente à Bruges; à la foire du mois de Janvier il occupa 
trois échoppes, et à celle du mois de Mai, une échoppe ^^ 

Thomas Prévost, le seul fils issu du deuxième mariage, fut admis à la 
maîtrise comme peintre-verrier dans la corporation Brugeoise, le 25 Février 
1533 '^ En 1543 il fut admis comme franc-maitre dans la corporation 

Anversoise'^ Il parait s'être établi à Anvers où il exécuta en 1554 une 

• 

*s Comptes du Franc du 1 Sept. 1525 au 31 Août 1536, fol. 72 v., et du 1 Sept. 1527 au 31 Août 
1528, fol. 78 V. 

** Voir « La Flandre, » vol. ii« p. 202. Bruges, 1868. 

"^ Registre aux Admissions, etc., n» I, fol. 86 v.: « Adereaen Provoestf*. lan Provost was oni- 
fanghen ende loste siinen wiin. » 

*« Comptes de la Fabrique de Téglise de Saint Jacques, 1526 à 1544, fol. 122 et 122 v. 

*^ Ed. cit., tom. I, p. 114. 

*• Compte de la Ville du 2 Sept. 1531 au 2 Sept. 1532, fol. xxxix v. 

*' Registre aux Admissions, etc., n* I, fol. 89 : « Tomaes Provoest was ontfanghen als vrii 
mester miisd Uossen van siinen wiin als ghelaeswerkere cp dcn xxv«" dach van Sporkelle anno 
xxxii, es ghetraut kiint, filius lan Provoest. » 

^ Ed. cit., tom. I, p. 144. 



212 JEAN PREVOST 

verrière pour les résidents Anglais qui fut placée dans Téglise de Saint 
Jacques". Les peintres Anversois François et Pierre Prévost furent pro- 
bablement ses descendants ". 

Un certain Hugues Prévost, peintre, se trouve inscrit à la date du 22 
Février 1511, parmi les francs-maitres admis dans la Gilde Brugeoise". 
Il en fui vinder en 1S17-18, 1524-25, 1526-27, 1531-32, 1553-34 et 1542, 
et gouverneur en 1527-28 et 1529-30". Il eut pour élèves: en 1516, 
Olivier Laneel, fils de Jacques ; en 1518, Alexandre Meyne, fils de François; 
et en 1524, Jean Laruwe '^. Il exposa des tableaux en vente à la foire dans 
les mois de Janvier et de Mai des années 1527, 1529, 1530, 1531 et 1532. 
L*étalage de ses œuvres occupa Irois échoppes. Hugues décéda dans sa 
maison sise dans la rue dite Ylamincdam, au mois de Décembre 1542 et fut 
enterré à Saint Gilles, au cimetière '^ Il eut de sa femme, Anne Cools, qui 
trépassa au mois de Mai 1559, huit enfants: 1 Oste, qui devint peintre et 
fut vinder de la corporation Brugeoise en 1554-55; il mourut en 1558; 2* Jos- 
sine, épouse d'Evérard Stock, décédée veuve à Nieuport le 9 Août 1595; 
3** N., décédé en Mars 1530, et enterré au cimetière de Saint Gilles; 4* Barbe, 
décédée en Mars 1579; 5* Anne, femme de Jean Luton; 6**N.; 7" Martin, 
et 8" Jeanne, femme de Chrétien Daneels, décédée veuve le 8 Juillet 1584 ". 



" Ibid., p. 144, noie 4. 

»* Ibid., pp. 209 el 359. 

>' Registre aux Admissions, etc., n» 1, fol. 70 v.: « Ilem, up den xxii dach in Sporkele anno xv*x 
50 wiert vrti meester Hucinc Provost, en nam an Uet van de scilders ; hii was vremde ; hii en 
adde op dai pas gheen kinderen. 

»* Ibid., fol. 78 V., 84, 85 v., 88 v., 89 v. el 94 v. 

« Ibid , fol. 100, 102ell05v. 

'^ Comptes de la Fabrique de l'église de Saint Gilles de 15i7 à 1544 imprimés dans « La Flan- 
dre », vol. I, p. 374. 

"7 Registres pupillaires de la Section Saint Nicolas, tom. viii, fol. cxlv (128) ; Ibid. de la Section 
Saint Jacques, tom. x, fol. 89. Comptes des Rentes viagères sur la ville de Bruges, 1578 à 1579, 
fol. xxviii v. et xxx, 1583 à 1584, fol. xxviii v., 1584 à 1585, fol. Ivii, et 1594 à 1595, fol. Ixxx. 



MNEXES 



Begistres pnpillaires de la Section Saint-Nicolas. Tome YI, fol. clxxii (159). 

Den viii«|* dach van Haerte int iaer duust viif hondert ende achte, Adriaen de Zwaef 
ende meester lan de Maech, als voochden van Adriaenkin, lan Provoost kiinde, dat 
hii hadde bii ioncvrauwe Magdaleene, ziinen wiive, brochten ten pampiere van weesen, 
volghende haerlieder eedt, voor dheer Piètre van Riemslede, als oversiendre, dheer 
Symoen van der Banc, sheer lans sone, ende diieer loos de Roode, als scepenen van 
weesen in dien tiide binnen der stede van Brugghe, de groote van den ghoedinghen 
van den voornoomden kiinde hem toecommen ende ghebuert bii der doot van ziinen 
voorseiden moedre; ende es by vriendelicke uutcoope in penninghen de somme van 
zesse ende tsestich ponden grooten Tornoysis; de welke Ixvi 1. gr. waren ten over- 
bringhen van desen ondre ende in den handen van den voornoomden lan Provoost 
als vadre, metter houdenesse van ziinen voornoomden kiinde ende met weddinghe 
ende stedekiesinghe up de Vlamiincbrugghe in Siinter Niclaeux zestendcel, omme 
aldaer pandinghe ende aile manieren van wettelicheden te ghenientene. Ende in 
. meerder versekerthede van den voornoomden Ixvi 1. g. zo heift de voornoomd lan 
Provoost daer inné beset ende gheypotequiert twee huusen met hueren toebehoorten, 
twelke eene wuenste es, te gadre staende deen neffens den andren in de Hoedemakers 
strate, an de oost ziide van der voorseide strate, naesten den huuse wylen toebehoi- 
rende dheer looris de Wulf, ende nu ziinder weduwe ende aeldinghers, an deen ziide, 
ende noordwaerts streckende met eenen grooten hove ende eestre, met aile den 
mueren, galeryen, glenden, haghen, ende al datter toebehoort toter strate die loopt 
ten Viif houcke waerts, ende also omme keerende ende uute commende int Noord 
Ghistelhof tôt ende neffens den hanse toebehoirende Willem de Coornebiitere, an 
dandre ziide, met viere ponden ende dertien schellinghen Parisiser elkes iaers daer 
uute ghaende ten rechten landcheynse gheldonde diverschen persoonen, kercken, 
cloostren, disschen, ende andren die men ten passeirne van desen niet en wiste te 
nomene, ende noch met twiintich schellinghen grooten eeuweliker renten elkes iaers 
der ute ghaende boven den voorseiden landcheinse, te lossene ende te betalene zo den 
chaertre van besettinghe danof ziinde dat breedre verclaerst ende uutwiist, alst te 
vuUen bliict bii der weddinghe danof wesende in date van den xii«>* dach van Spoorcle 
• int voorseiden iaer duust viif hondert ende achte, ondre scepenen zeghelen lan de 
Damhoudere ende loos van Hulst; clerc, lacop de Dene. 

nr srr 



214 JEAN PREVOST 

Den XXV'" dach van Hoycnaent xv«xxv, meester lan de Maech en de Fransois Hughe» 
als voochden van Adriaenkin, (an Provoost zuene, die hii hadde bii ioncvraawe 
Magdaleene de Zwaef, ziinen wive, brochten ten papiere van weesen, volgende huer- 
lieder eedt, de groote van de goede den zelven kinde toecommende ende gbebuert 
bii den overliidene van Adriaen de Z\vaef, der weesen grootheere, ende es etc., etc. 

II 

Registres pnpillaires de la Section Saint Nicolas. Tome 711, fol. ii"* zxvi (211). 

Den xx'" dach van Ougst xv" xxviii, Hughe Provoost ende Symoen Vegghelman^ als 
voochden van Thomasekin, Tannekin ende Maikin, ian Provoost kinderen, die hii 
hadde bii ioncvrauwe Katheliine Beureins, ziinen derden wive, brochten ten papiere 
van weesen, voighende huerlieder eedt, de grootte van de goede den zelven kinderen 
toecommende ende ghébuert bii den overliidene van de voorseide ioncvrauwe Kathe- 
liine, huerlieder ioncvrauwe moeder, ende es tnaervoighende : 

Eerst, de rechte heltscheede van twee huusen met hueren toebehoorten loovewiis 
staende ten voorhoofde int Oost Ghistelhof, an de west ziide van der strate, naesten 
den huuse toebehoorende Adriaen van de Velde, ghelast met zeven ponden ende 
zeventien scellinghen Parisiser elckes iaers gaende uuten zuuderschen huuse ende 
dweerselove van de tween huusen met calxcyde plaetse, ende noch met xxix scellin- 
ghen Parisiser gaende uuten noordersten huuse ende dweerseloove metten hove 
westwaerts daer thende ligghende. 

Voort noch, de rechte heltscheede van den voornoomden huuse met dsTtter toebe- 
hoort staende ten voorhoofde in tvoornoomd Ghistelhof, an de oost ziide van der strate, 
naesten den huuse toebehoorende Ian de Roule an de noord ziide, an deen ziide, ende 
den huuse toebehoorende lacop Lille an de zuud ziide, an dandre, achterwaerts strec- 
kende met een cleen plaetskin van lande totter boven ghenomde ghecalcxside plaetse 
vooren verhaelt, mede ghelast in de voorseide vii 1. xvii s. Parisiser landcheins in tghe- 
heele, ende voort noch met drie ponden grooten eeuwelicker renten gaende uut aile 
de parcheelen. 

Ende voort noch in penninghen commende van de catheylicke goedinghen de somme 
van twee ende veertich ponden grooten, welke xlii 1. g. waren ten overbringhen van 
desen onder ende in den handen van den voorseiden Ian Provoost ende ioncvrauwe 
Gilline, ziin wiif, als vadre metter houdenesse van de zelven kindren, weddinghe 
stedekiesinghe up de Vlamincbrugghe in Sinter Niclaus zestendeel, omme aldaer pan- 
dinghe te ghenielene ; ende in meerder versekerhede zo ypothéquierden ende ver- 
bonden daer inné de voorseiden bezitters de wederheltscheede van de huusen ende 

* Ces maisons avaient été recouvertes en tuiles en 1533. La ville entra dans les frais pour un 
quart. Le payement est inscrit au Compte de la ville du 3 Sept. 1533 au 3 Sept. 1533, au fol. cxi : 
« Ian Prevoost, over tvierde van vii duust iii hondert teghelen verdect up ziine huusen, staende 
int Noord Ghistelhof te vooren met stroo ghedect, vi s. i d. gron. » 



J 



JEAN PSEYOST 215 

parcheelen van lande met bueren toebehoorten vooren verhaelt, aist bliict bii de 
weddinghe ende verdeele daerof wesende, beede in daten van den zeventiensten dach 
van Ougst duast vyf hondert acht ende twintich, onder scépenen zeghelen lan Glaeis 
zuene ende leronimus Moye; scépenen clerc, Bernaer.ts. 

Den xii*" dach van Ougst xv« xxix, Adriaen Provoost ende Symoen Vegghelman, als 
voochden van Tbomasekin, Maykin ende Tannekin, lan Provoost kinderen, die hii 
hadde bii ioncvrauwe Katheliine Baeareins, ziinen derden wive, brochten ten papiere 
van weesen, voighende haerlieder eedt, de grootte van den goede den zelven kinderen 
toecommende ende ghebuert bii den overliidene van den voorseiden lan Provoost, 
huerlieder vader, ende es in penninghe de somme vive ende dertich ponden, veertien 
scellinghen grooten Tornoysen daerof de xxvii 1. x s. g. sculdich was by wed- 
dinghe Cornelis Geillaert doude, keersghietere, aIst bliict bii weddinghen daerof 
wesende, ende van de reste bedraghende viii 1. iiii s. g. kenden hemlieden de voor- 
seiden voochden vernoucht van ioncvrauwe Gilline, wedewe ende bezitteghe van den 
sterfhnuse van den voorseiden wylen lan Provoost alst blyct bii den verdeele daerof 
wesende in daten van den neghenentwintichsten dach van Meye duust vyfhondert 
neghen ende twintich, onder scepen zeghelen lan de Bood ende lacop van Eer- 
driicke; scépenen clerc, Bernaerts. 



LE PALAIS DU PEANO 



A BBUGES 



na nécessité d'agrandir les bâtiments du Franc se fit bientôt 
sentir de nouveau, et au commencement du seizième siècle le 
manque d'espace donnait lieu à tant d'inconvénients que le 
magistrat dût aviser aux moyens d'y remédier*. Au dehors de la porte du 
Burg se trouvaient des maisons avec un terrain qui s'étendait à l'est de la 
maison de l'écoutéle et des bâtiments du Franc jusqu'au canal, et dont le 
propriétaire vint à décéder au commencement de l'année 1508. Le 20 Jan- 
vier, le magistrat décida d'en faire l'achat, et ayant pris des précautions pour 
que cette résolution ne vint pas à la connaissance des héritiers^, chargea 
un certain Jean Ghiselin et quelques autres d'entrer en négociations avec 
ceux-ci et de faire l'acquisition de la propriété aux meilleures conditions 
possibles. Le 20 Juillet, messire Robert van Belle, seigneur d'Eecke, et 
George Boudins, au nom des héritiers leur vendirent la propriété qui était 
grevée d'une rente annuelle de deux livres de gros, pour la somme de 
16S livres de gros à payer en trois termes, savoir soixante livres au comptant 
et le restant en deux payements égaux à la Noël de 1509 et de 1510 '. 

* Voir Annexes I. 

* Registre aux Résolutions secrètes du Magistrat du Franc, tom. i, fol. 19 : 1508, 20 Janvier. 
« Es gheslolen te coopene thuus van wiilen lacop Bouditis ende Robrecht Boudins, staende bachten 
der Love an slands husinghen met alziinen loebehoorten, ende dat zonder ideen deeltever- 
coopene zonder tandre, hoe eer boe lievere, zonder de edele ende nolabele daer up te vergaderen, 
ten hende dat hoirs van de voorseiden lacop ende Robrecht daerof niet gheadverieirt en werden. » 

* Compte du Franc du 1 Sept. 1308 au 31 Août 1509, foi. cii : « Uute dien dat bii laste van der 
wet van den lande, ende overeendraghene van beede den saysoenen, omme de commediteyt ende 
tgherief van der zelver wet ende supposten van den lande, mids der cleender erve ende husinghen 
ende plaetsen die zii hadden van der vierschare ende cameren van den zelven lande daer zii 
daghcliicx de iusticie administreerden, recht ende v^et daden, zo was lan Ghiiselin, mer looris 
zone, ende andere goede mannen bii goeden middele ghedaen vraghen ende vernemen an de 
aeldiiighers van wiilen lacop ende Ruebrecht Boudins, hoe men de erve ende husinghen van 
wiilen de zelve lacop ende Robrecht, staende buuten der Burchpoorte, ieghen over Blanckeberghe, 



LE PALAIS DU FRANC A BBUdES 217 

Le 27 Août les maîtres-ouvriers (charpentier, maçon et forgeron) du Franc 
furent appelés par le magistrat dans la salle de conseil pour donner leur 
avis; et alors on leur présenta le vin d'honneur*. Une partie des bâtiments 
achetés fut ensuite reparée ' ; la maison hors de la porte du Burg et derrière 
celle de l'écoutéte fut louée au receveur du Franc ®. Les autres bâtiments, 
après avoir été loués à un sculpteur, furent démolis, et les matériaux en 
provenant vendus pour la somme nette de soixante livres, quinze escalins 
de gros\ 

Le 25 Avril 1512 Corneille de Smet sculpta un mannequin en bois pour 
frapper les heures sur fhorloge de la tourelle qui surmontait le tribunal ®. 
Ce mannequin fut doré par George de Meyere ^ 

Le 16 Avril 1516 il fut résolu d'employer tout l'argent provenant des 
droits d'issue qui se trouvait entre les mains du receveur, aux frais de la 
construction de deux nouvelles chambres : une chambre des échevins et une 
chambre privée, l'une à côté de l'autre, ainsi que d'une salle de tribunal, 

bin der stede van Brugghe, an de oost ziide van Schouleetens, Love, sLandshusinghen, ende de 
husinghen van den Blenden Ezele, van vooren toter reye, best van hemlieden ghecriighen zoude ; 
daerof de zelve lan Gkiiselin, ten biiziine van eeneghe van der wet, zo verre communiquierde ende 
sprac met ioncheere Robrecht van Belle, heere van Eeken, aïs een van den hoirs van wiilen de 
zelve lacop ende Robrecht Boudins, metgaders looris Boudins, de vvelke hemlieden beede sterc 
ende machfich maecten over aile dandere aeldinghen van wiilen de voorseide lacob ende Ruebrecht, 
ende vercochten den zelven lan Ghiiselin tslands behouf de zelve erve ende husinghen van 
vooren tôt bachten ende met al den toebehoorten, metten lasle van twee ponden grooten tsiaers 
daer uute te renie gaende, omme de somme van clxv 1. g., te betaelne, te wetene, de Ix 1. g. 
ter date dat elc van den voomoomden aeldinghers ghifie gheven zoude, ende de reste, bedra- 
ghende cv 1. g., den heelft te Kerstmesse eerstcommende, ende dander helt te Keerstmesse xv* 
thiene; dus hier betaelt bii ordinancie van der wet de voorseide Ix I. g. als over teersie payment, 
mids dat tselve land van den roeesten deele behoorlicke ghifie heeft, bii diverssche quitanclen 
van den zelven aeldinghen, valent vii<>xx 1. P. » Voir aussi fol. ixxiiii v. et Compte du 1 Sept. 1500 
au 31 Août 1510, foi. Ixvii v. et ci v. 

* Compte du Franc du 1 Sept. 1508 au 31 Août 1509, fol. Ixxxiii. 

s Id. du 1 Sept. 1509 au 31 Août 1510, fol. xcii v., et du 1 Sept. 1510 au 31 Août 1511, fol. Ixxxv v. 
< Id. du 1 Sept. 1512 au 31 Août 1513, fol. vii v. 

7 Id. du 1 Sept. 1510 au 31 Août 1511, fol. viii v., xxv, xlv et xciii v.; du 1 Sept. 1511 au 31 Août 
1512, fol. Ixxxvi, et du 1 Sept. 1513 au 31 Août 1514, fol. Ixxxv. 

• Id. du 1 Sept. 1514 au 31 Août 1512, fol. Ixxx: « Betaelt den xxv**^ in April xii, Comelis de 
Smet, beildesnidere, over ziinen salaris van ghesneden ende gheleveri thebbene tmannekin 
dienende up duerclocke van den orloge in torrekin van der vierschaere van den lande, daer hem 
vooren betaelt es ix 1. xii s. P. » 

' Ibid., fol. Ixxx : « loorts de Meyere, schiidre, over ziin aerbeyt ende stoffe van gheschildert 
ende ghemaect thebbene zekere wapenen up torrekin van den wentelsteeghere, ende ooc tman- 
nekin zittende up de huerclocke vergoudt mitgaders den appel van den zelven torrekin, met- 
gaders tgoudt daer toe ghelevert ; voor al betaelt twaelf Phelips guldenen die maken xxx 1. P. » 



218 LE PALAIS DU F&AIIC A BBUaSS 

sur le terrain acheté en i508, el de faire faire des projets de ces construc- 
tions avec des devis estimatifs '\ Il fut en outre décidé, le S Septembre, 
que les compte.^ seraient passés par les bourgmestres, et qu'on n*en ferait 
aucune mention dans les comptes annuels de l'administration **. 

Le projet d'ensemble fut fait par le maître-maçon Jean van den Poêle, qui 
reçut pour ses dessins vingt-cinq escalins de gros **. 

Le 14 Avril 1519 le magistrat décida de poser la première pierre des 
nouveaux édifices au commencement de l'été, mais cette résolution fut 
subordonnée à l'obtention préalable du consentement de la ville à renoncer 
à sa juridiction sur le terrain où devaient s'élever les nouvelles construc- 
tions *^. Ce consentement se fit attendre, et ne fut accordé que le 3 Décem- 
bre **. Deux jours après le magistrat du Franc en reçut la communication 
officielle *^ 

Le 3 et le 4 Janvier 1 520 les bourgmestres se réunirent pour délibérer avec 

10 Registres aux Résolutions, tom. i, fol. 47 v.: 1516, 16 Avril. « Ghesloten dat mea de pen- 
ninghen alnu ia buerse wesende van den iissuwen inné houden zal omme te emploierene int 
maken van twee cameren, een scepene ende een verlrec camere, deen neffens den andren, ende 
een nieuwe vierschare, up de erve nieuweiinghe vercreghen van slands weghe ieghens de hoirs 
van lacop ende Robrecht Boudins, ende dat men maken zal de concepten ende bestekinghen daer 
toe dienende omme te wetene wat costen datter anne cleven zuUen. » 

^1 Ibid. fol. S2 : 1517, 5 Septembre. « Ghesloten dat men de rekeninghen van den incommen 
van den yssuwen hooren zal ende sluten bii de buerchmeesters deze ende aile andre loecom- 
monde iaren, ende dat men de penninghen daerof commende in wesene houden zal zonder in 
de rekeninghe van den lande te bringhene totter anders up gheordonneirt zii mids den wercke 
dat up handen es. » — Ibid., fol. 52 v.: 1517, 11 Septembre. « Ghesloten dat men aile de pen- 
ninghen van den yssuwen emploieren zal in de lossinghe van eeneghe partien van renten belast 
up Uant, ende dat men zal laten loopen ten proffile van den lande up den name van Woutre van 
den Hecke, ende dat men van stonden an ontbieden zal eeneghe temmerlieden ende metsenaers 
omme te concipierene hoe, waer ende te wat coste men maken zal een scepene ende een vertrec 
camere metgaders een nieu vierschare. » 

" Compte des droits d'issue du 1 Cet. 1519 au 1 Ocl. 1530, fol. 22 v.: « Belaelt meester lan van 
den Poele^ meester maetsenaere, over ziinen sallaris vau ghemaect thebbene zekere concept 
nopende der edifficie van den voorseiden wercke, bii ordonnancie, xv 1. P. » 

^ Registre aux Résolutions, fol. 57 v.: 1520, 14 Avril. « Ghesloten dat men van den toecom* 
mende somersaisoene zal doen legghen tfondament van der nieuwer scepene camere, ende noch 
een vertreck camere, behouden dat men alvooren consent hebbe van der wet van Brugghe van 
der iurisdictie in de zelve camers gheliic in dandre oude plaetsen ; ende dat men tconcept van 
lan van den Poêle, maetsenare, daer toe ghemaect met Woutre van den Hecke, greffier, als daer 
toe ghelast, communiquieren zal met meer andre werclieden omme zekelic ende bii der bester 
manière hier inné te procederene. » 

■' Voir Annexes I. 

I 

» Compte du Franc du 1 Sept. 1519 au 31 Août 1520, fol. xxi. 



LE PALAIS DU FRANC A BBUOES 219 

les maîires-charpenliers et les maîtres-maçons du Franc". Des plans et 
projets supplémentaires furent ensuite dressés par les maîtres-charpentiers. 
Corneille de Bavelare et Balthasar de Hane, et les maîtres-maçons, Jean van 
den Poêle et Godefroid Cauwe; ceux-ci reçurent pour leurs peines quarante- 
huit escalins de gros ". On leur présenta le vin d'honneur le 14 du mois ". 
Le 16 Janvier les bourgmestres s'assemblèrent pour soumettre les plans à 
l'avis des maîtres-charpentiers, Corneille van den Westhuuse et Philippe 
Wouters, et des maîtres-maçons, Roger Wittebroot et Jean de Maech*% 
à qui l'on présenta le vin d'honneur *° ; ils reçurent en outre pour honoraires 
vingt-quatre escalins, six deniers de gros**. Le 23 Janvier on commença la 
démolition des vieux bâtiments se trouvant sur le terrain qui avait été acheté 
en dernier lieu ". Le 8 Février quelques membres du magistrat se rendirent 
à Scipstale avec le receveur pour examiner les briques « qu'on proposait d'em- 
ployer dans les nouvelles constructions ". Le 29 du même mois on délibéra 

^* Ibid., fol xxii : « loncheere Ghilain van Haefskercke ende meester loos Thiibanlt, burch- 
meesters, besich warea met zekere temmerlieden eode maetsenaers omme ladviserene ende 
concept te nemene up tmaken van der nieuwer camere. » 

" Compte des droits d*issue du 1 Oct. 1519 au 1 Oct. 15â0, fol. â3 : « Betaelt Comelis de Bavelare, 
BalUn de Hane^ lan van den Poêle ende Govaert Cauwe, temmerlieden ende maetsenaers, over 
huerlieder concept ende patroon van der plaetse daer men tnieuwe werc gheediffieri beeft, ende 
de manière vandien, daerinne zii ghevachiert hebben diverssche daghen, ii 1. viiis. g., valet bii 
ordonnancie xxviii 1. xvi s. P. » 

i« Compte du Franc du 1 Sept. 1519 au 31 Août 1520, fol. Ixx. 
•" Ibid., fol. xxii v. 
«• Ibid., fol. Ixx. 

*' Compte des droits dissue du 1 Oct. 1519 au 1 Oct. 15:S0, fol. 23 : « Betaelt meester Comelis 
van den Westhuiise, temmerman, over ziinen sallaris van, ten verzoucke van der wet, bezich 
gheweest thebbene omme toverziene de concepten ghemaect nopende der voorseiden vierschare 
ende camers, ende daer up ziin advis thebbene, xli s. g., valet, bii ordonnancie, vii I. iiii s. P. 

« Betaelt Ao^iar Wittebroot, meester lan de Maechy maetsenaers, ende PheUps Wouters, temmer- 
man, over huerlieder sallaris, van, ten verzoucke van der voorseiden wet, huerlieder advis ghe- 
gheven thebbene up de concepten van den voornoomden nieuwe wercke, xiis. vid. g., valet, 
bii ordonnancie, vii 1. x s. P. » 

** Ibid., fol. 9. Compte du Franc du 1 ^ept. 1519 au 31 Août 1520, fol. xxiii : 23 et 24 Janvier, 
t Miin heere vfl« Proer, mer Guydo van Blasvelt, meester /005 Thiibault, burcbmeesters, Nicase 
Hanneron, HugJie van Cramez, Loys le Meire, ioncheere loos van Vlamdren, meester Pieter Lau- 
werin, Franssois van Hoccron, lan le Cherf, lacop de Vooght, Adriaen Loonis ende meester lan 
de Plvmcoper, metgaders miin heere de bailliu, besich ende gheoccupeirt waren omme of te doen 
steken twerc ende plaetse daer men de nieuwe vierschare, scepenen camere ende vertrec camere 
oorboirlicxt te wercke legghen zoude, ende daer up te hoorene tadvis ende resolucie van den 
werclieden die dat overgaven beworpen bii patroone. » 

*> Compte du Franc du 1 Sept. 1519 au 31 Août 1510, fol. xxiiii v. 



320 LE PALAIS OU FBANC A BBUGES 

I 

quant à la qualité de chaux à employer *S Enfin, le magistrat, réuni en plein 
conseil le 5 Mars, décida de commencer les travaux *\ Le 26 du même mois 
Jean van den Poêle fut nommé maître de Tœuvre au salaire de seize deniers 
de gros par jour^^ A cette occasion le magistrat lui présenta le vin d'hon- 
neur ainsi qu'au maître-charpentier Corneille van den Westhuuse*^ Le 
même jour les trois bourgmestres et deux échevins se rendirent auprès du 
magistrat de la ville et du Ganonicat dont les territoires aboutissaient au 
terrain sur lequel devaient s'élever les nouvelles constructions ; cette dé- 
marche avait pour but d'éviter toute contestation ultérieure". En même 
temps Jacques lacobs fut nommé surveillant des travaux, aux appointements 
de douze deniers de gros par jour ". 

Le 4 Avril 1520 la pierre de fondation fut posée par Guislain van Haves- 
kerke, fils du bourgmestre du quartier nord'^ Le 12 Mai le magistrat 
appella chez lui les doyens et notables des corporations des charpentiers et 
maçons de Bruges pour les consulter quant aux travaux, et leur présenta 



■♦ Ibid., fol. XXV V. 

» Ibid., foi. XXV V. Registres aux Résolulions, tom. i, fol. 62 v.: 1520, 5 Mars. « Ghcslolen dat 
men van stonden an ende van de toecommende zomer saisoene zal doen legghen de fondamenten 
van de nieuwer vierschare ende van den nieuwen scepene ende verirec camers, ende dat naer de 
concepten daerof ghemaect eerst bii meester lan van den Poêle, metsenare, met WotUre van den 
Hecke, ende daer naer bii diverssche werclieden te meer stonden daer overe gheroupen, ghesloten 
ende gheapprobeirt, te wetene : dat men de vierschare stellen zal oost ende west ende de voor- 
seide twee camers van daer zuutwaert streckende naer de reiie, ende dat men de zelve vierschare 
proporcioneren zal van wiidden naer de langhde van Ixx voeten in langhden. » 

** Compte des droits d'issue du 1 Oct. 1519 au 1 Oct. 1520, fol. 10 : « lan van den PoeU, meester 
maelsenaere, den welcken bii der wet van den lande tprincipael last van den wercke ghegheven 
was te xvi s. Parisiser sdaechs, om tsteken van den draden volghende den concepte, ende den 
delvers mate te ghevene om te muegheu delvene om tfondament te legghene. » 

*7 Compte du Franc du 1 Sept. 1519 au 31 Août 1520, fol. Ixx. 

** Ibid., fol. xxvii : « Omme tnieuwe werck, tofbreken van slands huusekin daer de wedewe 
van Franssois Maes inné woende ieghens over Blanckeberghe, ende omme tvauteren van den 
putte van der heymelichede tusschen scepenen camere, der Greffe van Brugghe, ende den 
Blenden Ezele. » 

** Compte des droits d*issue du 1 Oct. 1519 au 1 Oct. 1520, fol. 10 v.: « lacop lacops bii der 
wet ghestelt es altoos up twerc te wesene, omme te bezorghene al dies den werclieden behouven 
ende van noode wesen zoude, ende ooc omme van huerlieder dach hueren conterolle te houdene» 
te xii s. Par. sdaechs. » ' 

■<^ Ibid., fol. 23 : « Betàelt ende ghegheven, den iiii<» dach van April xv*xix, Ghileyn, den zuene 
van ioncheere Ghileyn van Haefskerke^ eenen angeloot omme te legghene onder den eersten steen 
van den fundamente van den voorseiden nieuwe wercke, valet, bii ordonnancie, vi I. P. > À cette 
époque c'était Tusage qu'un enfant posa la première pierre à tout nouvel édifice. Voir tom. lu. p. 47. 



LE FlUIS OU FBANC A BBUOES 221 

• 

le vin dlionneur '^ Les travaux furent poussés avec activité et tout marcha 
bien jusqu'au S Juillet quand, à la suite de quelque différend, Jean van den 
Poêle ne voulut plus continuer la direction des travaux. Le magistrat se 
réunit et nomma à sa place Godefroid Gauwe et Roger Wittebroot, le 
premier aux appointements de seize deniers de gros par jour, et l'autre de 
quatorze ^*. 

Le magistrat surveilla de près la construction de son palais et voulut 
lui-même prendre connaissance de la qualité des matériaux mis en œuvre. 
Nous trouvons des preuves de cette surveillance active dans les comptes 
de l'administration. Ainsi le 18 Juin 1530 on se réunit pour examiner et 
acheter de la pierre de taille '' ; le 1 5 Octobre on se rendit aux bdqueteries 
^ Stalbille pour choisir des tas de briques '^ ; le 27 Octobre, le 6 et le 
90 Novembre on se réunit pour examiner le devis du bois et de la pierre 
de taille "; le 18 Décembre et le 7 Janvier 1521, pour arrêter les conditions 
pour l'adjudication de la charpente des deux salles, et des cinq poutres de 
la salle du tribunal, adjudication qui fut faite à l'extinction du feu le 17 
et 23 Janvier '^\ La soumission la plus basse était de 216 livres, 9 escalins 
de gros; ceux qui concoururent au rabais furent Eloi Kieken, Jean de 
Busscop, Balthasar de Hane et Corneille van den Westbuuse '® à qui l'ad- 
judication définitive fut faite pour la somme de 188 livres, 9 escalins de gros, 
somme qui devait lui être payée en trois termes, le premier, endéans les 

» Compte du Franc du 1 Sept. iS19 au 31 Août ISfiO, fol. Ixxii v. 

» lbid.^fol. xxxiu. — Compte des droits d'issue du 1 Oct. 1519 au 1 Oct. 1520, fol. 15 ▼.: « Waren 
Govaerl Camoe ende Rogier Wittebroot, mids dat ian van den Poêle uuten wercke ghebleven was 
ende Terclaerst hadde dat hiis hem ntet langber moyen en wilde, bii der wet ghestelt omme 
tregement ende beleed van den zelven wercke ihebbene ende vuldoene, Govaert te xvi s., ende 
Rogier te xiiii s. P. sdaechs. » 

** Compte du Franc du 1 Sept. 1510 au 31 Août 1520, fol. xxxiiv.: « loncheere C/it^'n tiofi 
Haefskercke, burcbmeestre, ende Wicasis Hanneron roetten ontfanghere besich waren omrae te 
bestedene ende coopene zekere ordunsteenen dienende ende behouvende ten nieuwen wercke 
van der vierscbare ende camers. » 

** Id. du 1 Sept. 1520 au 31 Août 1521, fol. xx v. : « Ian de Griise, burcbmeestre, sMaendachs den 
xv<» Octobre, bii laste van den burchmeeslers gbeweist heift te Stalhille, omme aldaer metten 
maetsenare van den lande ende lacop lacops te besiene de teghelclampen, omme te wetene welc 
tbeste steen was. » 

« Ibid., fol. xxi et xxii. 

»• Ibid., fol. xxiii v et xxiiii v. 

»' Ibid., fol. XXV V. et Ixviii v. 

*• Compte des droits dMssue du 1 Oct. 1520 au 1 Oct 1521, fol. 18 v. On accordait alors aux 
soumissionnaires comme pourboire [wiingelt] te quart de la valeur de la somme dont ils dimi- 
nuaient la mise à prix des ouvrages. 

IV 98 



222 LE PAUI8 DU f BANC A BBUOES 

é 

quinze jours après l'adjudication, le second lors de racbëvement des deux 
salles, et le troisième lors de la livraison des cinq poutres. Avant de payer 
les deux derniers termes le magistrat fit Tinspection du travail avec plusieurs 
experts ". 

Le 27 Juillet 1 522, le surveillant des travaux, Jacques lacobs; et le maitre- 
cbarpentier, Balthasar de Hane, furent envoyés en Zélande par le magistrat 
afin de rechercher et d'acheter du bois de chêne de la meilleure qualité 
pour la toiture, les portes, les fenêtres, le lambris et les sièges des deux 
nouvelles salles *•. Ils en trouvèrent à Ter Vere. 

Le I Septembre et le 2 Novembre le magistrat présenta le vin d'honneur 

à Godefroid Cauwe**, le oO Octobre, au maître-charpentier Jean Tant*% et le 

• lî$ Février 1523, aux compagnons de maître Corneille van den Westhuuse*'. 

Le 9 Mars 1523 un des bourgmestres se rendit avec Godefroid Cauwe à 
Sceipstale pour choisir et acheter des briques*^. Le 23 Mars le magistrat 
surveilla le mesurage de la toiture en ardoises des deux nouvelles salles**, et, 
le 12 Mai, la démolition du mur de la Loove donnant sur le Burg^^. Le 8 Juin 
le bourgmestre Robert van den Berghe et Godefroid Cauwe choisirent et 
commandèrent les bases des fenêtres de la salle du tribunal *^ Le 10 Juin le 

' «* Compte du Franc du 1 Sept. 1521 au 31 Août 1522, fol. xxx : 24 Avril. « Adriaen Kxmis, 
bnrchmeester, metten ontfangbere ende greffier besich was met meesier Comelis de Baveiare^ 
Baltin de Hane, Fransois Bruwant ende Pieier van der Eenoghe, temmerlieden, omme te visiierene 
de baicken ende andere bout dat meester Comelis van den Weslhuuse gbereet badde omme de twee 
nyeuwe camers van den lande. » Id. du 1 Sept. 1522 au 31 Août 1523, foi. xzvii v. : 23 Mars. 
« M' Robrecht van den Berghe, burchmeestcr, ende M' loos ThubauU besich waren omme te visi- 
ierene twee baicken van der nieuwer vierschare». Id. du 1 Sept. 1523 au 31 Août 1524, fol. xxix : 
22 Septembre. « lan de Cherf, burchmeestre, ende Loys le Maire^. metten temmerlieden bezicb 
waren omme te ziene ende visiterene de balken die meesier Comelis van den Westhutue iegghen 
ende leveren zoude in de nieuwe vierschare. » 

'* Compte du Franc du 1 Sept. 1521 au 31 Août 1522, fol. 1 v. : « lacop lacops^ van dat hii, den 
xxvii*" Hoymaent. ghesonden was in Zeellandt met Ballin de Hane, temmerman, omme aldaer te 
zouckone ende coopene tôt viifhondert van den besten waghenscoi omme tscailledack, dueren, 
veinsteren, ende binnen wercke van den twee nyeuwen cameren van den lande, daer inné bii 
vachierde ende uute was mids tzcive hout tscepe te doen doene ende te Brugghe le doen bringhene 
viii daghen, comt ende belaeit viii 1. P. » 

*^ Id. du 1 Sept. 1522 au 31 Août 1523, fol. li et lii. 

« Ibid., fol. lil. 

^ Ibid., fol. Iv: c Van twee kannen wiins ghepresenteirt den ghczellen van meester Comelis 
van den Weslhuuse, thuerlieder cueninc fees;e, xl s. P. » 

** Ibid., fol. xxviiv. 

*« Ibid., fol. xxviiv. 

<• Ibid., fol. xxviii. 

*^ Ibid., fol. xxviii : 8 Juin, •yieesler Robrecht van den Berghe^ burchmeestcr, besich was mel 



LE PALAIS DU FBANC A BAUGES 223 

même bourgmestre s'entendit avec le sculpteur, Roger de Smet, quant à la 
sculpture des armoiries et devises du Franc ainsi que du millésime sur les 
clés des six poutres dans les deux salles des échevins^^, travail pour lequel il 
lui fut payé deux livres, huit escalins de gros. Le 17 Juin deux des bourg- 
mestres délibérèrent avec le maftre-serrurier, Michel Willays, et les charpen* 
tiers, quant à la façon des serrures, des armatures des portes et fenêtres, 
etc.**. Le 20 Juin il fut résolu d*établir une voûte sous la salle du tribunal ^^; 
le 9 Mai suivant on délibéra quant à la manière la plus économique d'ob- 
tenir le bois nécessaire pour faire les cintres afin d'établir cette voûte ''. 
Le 17 Juin ou présenta le vin d'honneur à Godefroid Gauwe et à d'autres des 
maîtres- ouvriers^', et, le 13 Octobre, à Livin van Maie, maître-maçon de 
Gand, à qui on fit un achat considérable de pierre de taille ^^. 

Le 11 Décembre 1524 les bourgmestres se réunirent pour donner des 
instructions à Gilles Tienpondt quant à la peinture et dorure des fenêtres et 
des épis qui surmontaient les tourelles de la petite galerie de la façade méri- 
dionale donnant sur le canal. Ils eurent en même temps une conférence avec 
le maître-charpentier. Corneille van den Westhuuse, quant au renforcement 
des grandes poutres dans la salle du tribunal. Le lendemain on appela maître 
Corneille de Bavelare pour avoir son avis sur le même point. On leur présenta 
le vin d'honneur ainsi qu'au maître-serrurier, Michel Willays, et aux maîtres- 
charpentiers, Adrien Rasch et Balthasar de Hane^^. Le 2 Janvier nouvelle 

Giwaert Cauwe^ maetsenare, oinme te bevoorwaerdene ende coopene de baessen van den yeynslrea 
van der nieower viersehaere. » 

** Ibid., fol. xxviii : 10 Juin. cDen voornoomden burchmeeslre besich was met Roegier de Smet, 
beildesniidere, omme hem te'bestedene te sniidene de wapenen ende devisen dienende ghesneden 
in de sloiels van zes balcken van den twee nyeuwe scepenen camers. » 

^ Ibid., fol. xxviii : 17 Juin. « loncheere Adriaen van Bokeghem ende meester Robrecht van den 
Berghe^ burchmeesters, besich waren metten slootmakere, temmerlieden ende andere wercliedea 
van den lande nopende den fautsoene ende leverinshe van diversscbe partien van wercken. » 

■* Registre aux Résolutions, tom. i, fol. 78 : 1S23, 20 Juin. « Gheslolen dat de nieuwe vierschare 
onder al vautcren zal, ende dat men de aerde diere es doen lialen omme die daer mcde te hoc- 
ghene weder wech voeren zal. 

" Compte du Franc du 1 Sept. 1523 au 31 Août 152i, fol. xxxi v. : 9 Mai. •lan de Cherf, burch- 
meeslre, metten ontfanghere ende pencionnarissen bezich was omme metten werdieden van den 
lande te adviserene ten mintsten coste te bestedene of coopene thout dienende omme tmaken van 
de siiuneren omme den grooien keldre onder de vierschare up te vauterene. » 

" Ibid., fol. Ixiiiv. 

o Compte du Franc du 1 Sept. 152i au 31 Août 1525, fol. Ixvii. 

^ Ibid., fol. xxxiiiv. Il D<îcembre. «loncheere lacop de Vooght, miin heere van Licbierveide, 
meester loos Tliiibaull, burchmeeslers, ende Adriaen I.oanis, bezich waren met meester Cornelis 



224 * LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 

conférence sur la même question avec Corneille van den Westhuuse, Baltbasar 
de Hane et Michel Willays» à qui Ton présenta le vin d'honneur ^^ le 17 on 
fit un accord avec les charpentiers et le forgeron quant à la facture et livraison 
du bois et du fer devant servir pour le renforcement des dites poutres ^^ 
Le 23 Février les ouvriers tinrent leur fête annuelle, et Godefroid Gauwe 
étant roi de la fève» le magistrat lui présenta quatre canettes de vin ^\ Le 
< Mars le collège conféra avec les maîtres-charpentiers quant au buffet et 
quant à la cage de l'horloge à placer dans la nouvelle salle ^*; le 7, on fit un 
accord avec Adrien lonas quant à la réparation de l'horloge, et avec Herman 
Glosencamp pour la sculpture des clés des poutres dans la salle du tribunal "^ 
Le 28 Mars 152K, le magistrat fit examiner la nouvelle salle du tribunal 
par les maitres-charpentiers Corneille de Bavelare et Ballin de Hane, qui 
trouvèrent l'exécution des travaux satisfaisante. Lorsqu'ils firent leur rapport 
on leur présenta le vin d'honneur. Le même jour le magistrat ordonna de 
faire des plans pour les sièges et pour la clôture de la place où les échevins, 
le crichoudere, le clerc, les avocats et autres devaient se tenir les jours où 
l'on plaidait *^ Le 24 Avril le magistrat présenta le vin d'honneur à Godefroid 

van den Westhuuse, temxnerman, up trenforcement van den balken ligghende in de nieuwe vier- 
schare, ende te bestedene te schilderen de lelyen ende veinsterkins up de galderie an de reye. • 
13 Décembre. « De voornoomden besich waren met meester Comelis de Bavelare, temmerman, 
omme ziin adviis tbebbene up trenforcement van den balcken ligghende in de nieuwe vierschare. » 
Voir aussi fol. Ixviii v. 

s> Ibid., fol. xxxiiii : 2 Janvier. « loncheere lacop de Vooght, miin heere van Lichtervelde, ende 
meester loos ThiibauU, burchmeesters, bezich vraren metten temmerlieden ende smet van den 
lande, omme te wercke te doen legghen tmaken van den iisers ende viise om tverstiven van den 
balcken in de nieuwe vierschare. » Voir aussi fol. Ixix. 

>* Ibid., fol. xxxiiii v. : 17 Janvier. « loncheere lacop de Vooght ende meester lOBS TkUbauU, 
burchmeesters, metten temmerlieden ende smet bezich waren omme herolieden te besteden 
tmaken ende leveren van den iisers ende houten omme tverstiven ende verzekeren van den balken 
in de nieuwe vierschare. » 

<T Ibid., fol. Ixxii: 23 Février. « Van vier kannen wiins ghepresenteert Govaert Cauwe als 
cueninc van den werclieden van den lande, comt iiii I. P. » 

" Ibid., fol. xxxvi: 1 Mars, a loncheere lacop de Vooght, miin heere van Lichtervelde, ende 
meester loos ThiibauU, burchmeesters, metten ontfanghere ende pencionarissen bezich waren 
omme te communicquieren metten temmerlieden van den lande omme tmaken van den buffette 
ende stellen van der oorloge in de nieuwe camere. » 

w Ibid., fol. xxxvi : 7 Mars, t loncheere lacop de Vooght, meester loos Thiibault, burchmeesters, 
ende Adriaen Loonis bezich waren met eenen beeldesniidere omme de slotels te sniidene van den 
balcken in de nieuwe vierschare, ende voort, metten oorlogemaker omme toorloge te verslellen 
ende maken dienende in de nieuwe scepencamere ende in de voorseide vierschare. » 

M Ibid., fol. xxxvi V.: 28 Mars. «loncheere lacop de Vooght ende miin heere van Lichtervelde, 
burchmeesters, bezich waren met Comelis de Bavelare ende Baltin de Hane, temmerlieden, omme 



LE PALAIS DU FRANC A BBUOES 225 

Gauwe, et, après une inspection détaillée de la toiture il y fit faire quelques 
améliorations par les charpentiers et plombiers**. La forme à donner aux 
bancs du tribunal fit le sujet d'une délibération nouvelle le 2 Juillet, quand on 
présenta le vin d'honneur aux maîtres-ouvriers ". 

Le 8 Juillet le magistrat présenta de nouveau le vin d'honneur à Godefroid 
Cauwe et à ses compagnons ". En Août Gilles Thienpont peignit et dora les 
trois écussons armoyés qui ornaient la tourelle donnant sur le Burg ". Déjà 
quelques mois auparavant il y avait placé un grand aigle aux ailes déployées, 
chargé sur la poitrine d'un écusson aux armes de l'empire *\ 

Les comptes originaux de ces constructions, heureusement conservés 
parmi les archives du Franc, sont trop détaillés pour être imprimés au 
long. Nous avons cru bien d'en faire une analyse sommaire, et de ne repro- 
duire que les postes qui offrent un intérêt particulier. Voici le résumé des 
six premiers comptes, c'est-à-dire des dépenses occasionnées par tous les 
travaux exécutés depuis le 25 Janvier 1520 jusqu'au 30 Septembre 152S. 

MAITRES DE L'ŒUVRE. 

L. 8. d. 

Jean van den Poêle, 1520, 26 Mars à 1520, 23 Juin 57 Vs journées à 16 escaUns Par. 46 . 0.0 



Godefroid Cauwe, 1520,2Juinetàl520, 17Nov.71 » 16 » » 56 . 16 . 

1521,27Janv.àl521, 9Mars22 » 12 » » 13 . 4 . 

» 11 Mars » 20 Juin. 89 » 16 » » 71 . 4 . 

te doen visiterene of meester Cornelis van den Westhuuse, ooc temmerman, ziin weerck al yuldaen 
badde van den maken van der nieuwer vierschare volghende der voorwaerde, ende een concept 
te makene omme te maken de siegen ende plaetsen daer de scepenen, crichoudère, clerc, taei- 
lieden ende andere zitten zouden ende hemlieden houden in de nieuwe vierschare als men aldaer 
dingben zoude. » Voir aussi fol. Ixxiii. 

<^ Ibid., fol.xxxvii : 24 Avril. « loncheere lacop de Vooght, miin heere van Lichtervelde, ende 
meester loos TJiiibatU, burcbmeesters, bezich waren metien temmerlieden ende lootghieters omme 
te doen beteren zekere ghebreken an de nieuwe vierschare ende cameren. » Voir aussi fol. Ixxiii . 

** Ibld., fol. xxxix V. : 2 Juillet. « De voomoomden burcbmeesters bezich waren metten weere- 
lieden van den lande nopende tmaken van de siegen in de vierschare. • Voir aussi fol. Ixxvi v. 

•» Ibid., fol. Ixxvi V. 

•* Ibid., fol.xcvii V. : cBetaelt den xxv«« van Ougst, GUUs Thienpont, schildere, voor tscilderen, 
stofferen van couleuren, ende vergulden van den drie wapenen ghestelt an torrekin boven den 
wentelsteeghere int huus van den lande commende up den Burch, bii ordonnancie, viii 1. P. » 

» Ibid., fol. cxixv.: «Betaeltden xx» van Haerte, GilHs Thienpont, schildere, vaneenen 

grooten houten arendt, ghestelt up torrekin van der oorloge ende vieringhe zwart ende een wapene 
up den borst ghescildert ende den hoet roet, bii quictantie, iii i. P. » 



226 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 



1521, 12 Sept. Oyer ziin sallaris van ten diversschen ston- 
den gheoccupeirt gheweest thebbene in de aifairen van 
den lande omme tbesteden ende hauwen van den ordain 
steenen, van te makene de patroonen ende exeint>lari8sen 
van der ateke ende sneden van den zalven steenen, ende 
in vele andere manieren daerof hii gheene dachvaerden 
ghehadt en heift, 
1521, 20 Oct. à 1521, 25 Oct. 4 journées à 12 escal. Par. 



L. s. d. 



1522, 25 Juin, à 1522, 5 Oct 51 */♦ 
» 6 Oct. à 1523, 15 Mars 79 

1523, 16 Mars » 22 Mars 1 
» 23 Mars » 3 Oct. 73 
» 5 Oct. à 1524, 16 Avril 32 

1524, 18 Avril » 17 Sept. 69 

» 3 Oct. !à 1525, 22 Janv.60Vt 

1525, 22 Mai « 27 Mai 1 Vi 



r' 



Roger Wittebroot, 1520, 23 Janv. à 1520, 24 Mars 11 » 



30 Jnin 21 »U 



» 14 Mai » 

» 2 JuilL > 10 Nov. 75 Vi' » 

1521, 25 Fév. à 1521, 2 Mars 5Vt » 



Jean Canwe, 



1520, 18 Juin à 1520, 7 Juill. 12 Vi » 
» 9 Juill. » 28 Juill. 13 Vi » 
» 30 JuilL » 25 Août 8 » 



Piierre Biese, 



1522, 4 Août à 1522. 5 Oct. 41 Vi 
» 6 Oct. à 1523, 15 Mars 57 Vi 

1523, 16 Mars à 1523, 3 Ocl. 33 

» 5 Oct. à 1524, 16 Avril 27 Vi 

1524, 18 Avril * 10 Sept. 39 

» 3 Oct. à 1525, 22 Janv. ô3Vt 

1525, 29 Juin » 15 Juiil. 9 



16 
12 
14 
16 
14 
16 
14 
16 



à 10 
12 
14 
12 






SURVEILLANT. 

Jacques lacops, 1520, 9 Avril à 1525, 30 Sept. 1003 » à 12 » 

MAITRES-MAÇONS. 
Ambroise Roelands, 1520, 9 Avril à 1520, 19 Mal 26 «/♦ » à 14 » 



12 


. . 


. 


2 . 


8 . 





41 . 


. 


. 


47 . 


8 . 


. 




14 


. 


58 . 


16 


. 


22 . 


8 


. 


55 . 


4 


.0 


42 . 


7 


. 


1 . 


4 


.0 



424 . 13 . 

» 5 . 10 . 

* 13 . 1.0 

» 53 . 0.6 

» 3.6.0 





74 . 


17 


.6 


» 


601 . 


16 . 


, 


» 


18 . 


. 7 


.6 



à 12 


» 


» 


7.7.0 


14 


» 


» 


9.9.0 


12 


» 


» 


4 . 16 . 



21 . 12 . 



à 14 


» 


> 


29 . 4 . 6 


12 


» 


» 


34 . 10 . 


14 


» 


» 


23 . 2 . 


12 


» 


» 


16 . 10.. 


14 


» 


> 


27 . 6.0 


12 


» 


» 


38 . 2.0 


15 


» 


» 


6.6.0 



175 . 0.6 



LE PALAIS DU FBAKC A BBUOES 



227 



Pierre Gaawe, tail- 15^2, 25 Jaill. à 1532, 5 Oct. 27*/4Joarn. à 12 escal. Par. 16 



leur de pierres, 



> 6 Oct. à 1523, 15 Mars 11 

1523, 16 Mars à 1524, 17 Sept. 32 

1525, 10 JuilL à 1525, 25 Jaill. 2 

» 7 Août » 12 Août Vi 

» 14 Août » 26 Août IVt 



George van der Piet, 1520, 16 Ayril à 1520, 3 Nov. 103 

» 5 Nov. à 1521, 9 Mars 37 

1521, 11 Mars » 20 Avril 26 

1522, 4 Août à 1522, 5 Oct. 44 
> 6 Oct. à 1523, 15 Mars 67 

1523, 16 Mars à > 28 Mars 11 



André van Oost, 



Pierre Raebins, 



1520, 16 Avril à 1520, 3 Nov. 127 «/t » 

» 6 Nov. à 1521, 9 Mars 24 

1521, 11 Mars à 1521, 6 Jnill. 69 

1523, 8 Juin à 1523, 9 Août 25 



1520, 15 Oct. à 1521, 16 Mars 5 

1521, 8 Jaill. à 1522, 30 Jaill. 7 Vi 

1522, 4 Août à 1523, 15 Mars 65 Vs 
1523, 16 Mars à 1524, 17 Sept. 57 Vi 

1524, 17 Oct, » 22 Dec. 36 

1525, 27 Mars à 1525, 8 Avril 7 





Lit S. fl. 


12 escal. 


Par. 16 . 13 . 


10 » 


> 5 . 10 . 


12 » 


* 19 . 4.0 


14 > 


> 1.8,0 


12 » 


» 6.0 


14 > 


> 1.1.0 



44 . 2.0 



» 


à 12 


> 


> 61 . 16 . 


» 


10 


» 


* 18 . 10 . 


» 


12 


» 


» 15 . 12 . 


» 


12 


> 


» 26 . 8 . 


» 


10 


» 


» 33 . 10 . 


» 


12 


» 


* 6 . 12 . 



162 . 8.0 



> 


à 12 


» 


» 76 . 10 . 


» 


10 


> 


» 12 . 0.0 


» 


12 


» 


» 41 , 8 . 


» 


12 


» 


» 15 . 0.0 



144 . 18 . 



10 


:» 


» 2 . 10 . 


12 


» 


» 4 , 10 , 


10 


» 


» 32 . 15 , 


12 


» 


» 34 , 7 . 


10 


3 


» 18 . 0.0 


13 


» 


> 4.4.0 



96 . 6 . 



Eloi Meedx, 



1520, 16 JaiU. à 1520, 11 Août 14 

1521, 4 Fév. à 1521, 2 Mars 16 

» 1 Avril » 13 Jaill. 40 V« 

1522, 8 Dec. à 1523, 15 Mars 11 V> 

1523, 16 Mars » 2 Mai 13 
» 5 Oct. à 1524, 20 Mars 22 

1524, 11 Sept. » 18 Sept. 3 



» 


12 


» 


» 


8.8.0 


» 


10 


> 


» 


8.0.0 


» 


12 


» 


» 


24 . 3.0 


> 


10 


> 


» 


5 . 15 . 


» 


12 


» 


» 


7 . 16 . 


» 


10 


» 


> 


11 . 0.0 


» 


12 


» 


» 


1 . 16 . 



Michel de Goeninc, 1522, 25 Jaill. à 1522, 5 Oct. 51 Mt > 

* 6 Oct. » 18 Oct, 8Vt * 



66 . 18 . X) 

12 » >' 30 . 18 . 
10 » :» 4.5.0 

35 . 3.0 



\ 



m LE PALilS DO FBiMO A BRUGES 

L. 8. d. 
Jacques Roelands, 1530, 14 Mai à 15^, 25 Août 63 joarnêes à 13 escal. Par. 37 . 16 . 

Mahieu Heerweer, » 3 Avril » 7Jaill. S8Vt » 13 » » 35 . 3 

Jean de Clerc, » 16 Avril » H Juill. 46 V* > 13 » » 27 . 15 . 

Jean van der Mote, » 36 Mars » 14 Juill. 45 Vi » 12 » > 27 . 9 . 

J'vanVlienderbeke, > 16 Avril » 30 Jain 44 Vi » 12 « » 26 . 17 . 

Mahien van Axpoele. » 16 Avril » 30 Juin 43 Vt » 12 » » 25 . 10 . 

André 
van Langhemarc, 1521, 29 Avril à 1521, 20 JuiU. 32 Vt • 13 » » 19 . 10 . 

Colin de le Camere, 1520, 14 Mai à 1530, 20 Mai 5 > 12 » » 3.0.0 

» 23 Mai > 7Juill. dOVi » 10 » » 15 . 2 . 6 

18 . 2.6 



Adrien van den Moere 

le vieux, 1523, 22 Juin à 1523, 12 Sept. 23 Vi > 12 > > 14 . 2.0 

JosseCauwe, 1520, 16 Juill. à 1520, 25 Août 23 V» * 13 » » 13 . 19 . 

François van Oost 

levJeux, 1521, 18 Mars à 1521, 13 Avril SVi > 

1522, 25 Juill. à 1522, 30 Juill. 3 > 

1523, 21 Sept, à 1523, 3 Oct. 9 » 

10 . 7,0 



13 


» 


» 


3.3.0 


13 


» 


» 


1 . 16 . 


13 


» 


» 


5.8.0 



JeanValcke, 1520, 36 Mars à 1530, 5 Mai 16 Vé * 13 > » 9 . 15 . 

Jacques 
van Cudseghem, » 11 Juin à > 14 Juill. 15 » 13 » » 9 . 0.0 

Jean de Brouckere, » 14 Mai à » 2 Juin 8 '/« * 13 > » 5.5.0 

1521, 18 Fév. à 1521, 23 Fév. 3 » 10 > » 1 . 10 . 

6 . 15 . 



Eloi de Clerck, 1520. 9 Juill. à 1520, 28 Juill. 11 » 12 * » 6 . 12 . 

lean de Soeppere, » 32 Oct. » 87 Oct. 1 » 12 » :» 13.0 

1523, IJuin à 1533, 13 Juin 8Vi » 12 » » 5.3.0 

5 . 14 . 



Jacques Blievesack. 1520, 9 Juill. à 1520, 14 Juill. 2 » 12 :► » 1.4.0 

losse Wittebroot, 1532, 11 Août à 1523, 15 Mars 120 > 

1523, 16 Mars à 1524, 20 Mars 63 Vi > 

1524, 18 Avril > 2 Oct. 88 Vi » 
» 3 Oct. à 1525, 28 Janv. 73 Vi » 



8 


» 


» 48 . . 


10 


» 


» 31 . 15 . 


12 


» 


» 53 . 3 . 


10 


3^ 


» 36 . 15 . 



169 . 12 . 



LE PALAIS D9 FRANC A BBUOES 



229 



Jacques Meeax, 1520, 23 Juill. à 1520, 4 Août S'/ijonm. à 9 escal. Par. 3 



» 



» 22 Ocl. » 3 Nov. 5 * 

1521, 4Fév. à 1521, 2 Mars 21 Vf » 

> 11 Mars » 4 Mai 33 

1523, 9 Mars à 1523, 15 Mars 6 
» 16 Mars > 10 Août 59 Vi 
» 5 0ct. » 28 Nov. 13 

1524, 30 Mai à 1524, 3 Sept. 32 
» 24 Oct. à 1525, 11 Mars 66 Vî » 

1525, 13 Mars » 22 Avril 36 V* » 



Philippe Caawe, 1524, 20 Juin à 1524, 2 Juill. 8 » 

» 14 Nov. à 1525, 11 Mars 61 Vt > 
1525, 13 Mars » 16 Sept. 37 Vi » 



François Boucken, 1523, 5 Oct. à 1523, 21 Nov. 10 » 

1524, 18 Avril à 1524, 13 Août 8 «/, * 
» 3 Oct. à 1525, 4 Mars 67 Vi » 



Vincent Gauwe, 1520, 18 Juin à 1520, 1 Sept. 45 Vi » 

Michel de Maech, 1524, 26 Avril à 1524, 11 Juin 33% » 

Jacqaes van Ipere, » 26 Avril » 11 Juin 32 » 

Corneille Buekaert, 1525, 14 Août à 1525, 23 Août 9 Vt > 

Jean Carion, 1521, 20 Oct. à 1521, 25 Oct. 5 > 



1523, 1 Oct. à 1523, 5 Oct. 2 » 
» 7 Oct, » 25 Oct, 6 » 



Jean van Braessele, 1524, 3 Oct. à 1524, 8 Oct. 4 » 

Etienne Nolla^l. 152\ 18 Juin à 15?0, 23 Juin 4'/* > 

* 25 Juin à » 14 Juill. 12 Vi * 



IV 



10 
8 
10 
10 
12 
10 
12 
10 
12 



12 
10 
12 



10 
12 
10 



10 
12 
12 
12 
10 



Eloi van Glees, > 27 Jan. » 25 Oct. 


3V. '-> 


10 


Jacques Wittebroot, » 25 Fév. » 2 Mars 


3 * 


10 


Jean Braem, 1525, 27 Mars à 1525, 1 Avril 


IV, » 


12 


Matthieu 






van den Moere, > 7 Août » 13 Août 


1 > 


12 


François van Oost 






le jeune, 1521. 4 Mars à 1321, 20 Juill. 


i:V« » 


8 



10 

8 
9 



» 
» 

> 

» 



» 



» 
» 

» 






L. 8. 
18 

10 

12 

10 



11 

10 

4 

5 

15 



2 

8 
16 

3 
35 

6 
19 
33 
21 



d. 
9 











P 

b 








» 


loO . 


15 


. 9 


» 


4 . 
30 . 

22 . 


16 
15 
10 


. 
. 
. 




58 . 


1 


. 




5 . 

5 . 

33 . 




2 

15 


. 
. 
. 




43 . 


17 


. 


» 


» 

» 


22 . 


17 


. 6 


» 


20 . 


5 


. 


» 


19 . 


4 


. 


» 


> 
» 

> 
» 


5 . 


14 . 


. 


» 


2 . 


10 


. 


» 


1 . 


15 


. 


» 


1 . 


10 


. 


> 




18 


. 


1» 




12 


. 



8 


» 


» 


7.0.0 


» 
8 


> 


> 


16 . 


10 


» 


» 


3.0.0 





10 . 16 . 


» 


2 . 0.0 


> 


1 . 14 . 
5 . 14 . 9 


7.8.9 



S9 



^ 



230 



Jacques Gauwe, 



LE PALAIS DU FRANC A BBUaSS 

L. 8. d. 

152a. 27 Août à 1521, 9 Mars 57 V* jonrn. à 4 escal. Par. 11 . 9.0 

1521, 11 Mars * 20 Juill. 87V« » 5 * » 21 . 17 

1522, 4 Août à 1522, 5 Oct. 48 » 6 
» 6 Oct. à 1523, 15 Mars 66 Vi » 5 

1523, 16 Mars » 3 Oct. 111 » 6 

> 5 Oct. » 12 Oct. 5 » 5 

» 12 Oct. * 28NOV. 24 > 6 

1524, 2 Mai à 1525, 21 Jan. 85Vt > 8 









6 

14 . 8.0 
16 . 12 . 6 

6 . Ù 

5 

4 

4 



33 

1 

7 

34 



Adrien de Gueninc, 1521, 10 Juin à 1521, 13 Jaill. 3 » 

1522, 4 Août à 1522, 5 Oct. 41>/i » 
» 6 Oct. « 8NoY. 23 » 



Adrien Karels, 



> 25Jaiil. » 30Jaill. 1 



Corneille Baert, 1524, 26 Sept, à 1524, 30 Sept. S » 

Jacques 

van der Beke, 1521, 27 Janv. à 1521, 9 Féy. 11 » 

1522, 25 Juill. à 1522, 30 JuUl. 5 » 



Corneille Biese, 1524. 2 Mai à 1525, 25 Fév. 128 » 

Corneille 

van den Moere, » 18 Avril à 1524, 9 Juill. 8 » 

1525, 19 Juin à 1525, 8 JuiU. 5 » 



Adrien van den Moere, 

le jeune, 1523, 25 Mai à 1523, 25 Juill. 42 

» 27 Juill. » 29 Août 20 
1524, 26 Avril à 1524, 16 Juill. 37 
1525, 10 Juill. à 1525, 22 Juill. 3 



Corneille Wittebroot,1524, 3 Oct. à 1524, 19 Nov. 12 » 

Léon Quareyt, 1523, 27 Avril à 1523, 10 Août 40 » 

Corneille de Vos, » 21 Sept. » ^ Nov. 38 > 

George Wittebroot, 1524, 27 Juin à 1525. 25 Fév. 20 » 

George van Liere, 1521, 1 Juill. à 1521, 13 Juill. 7 » 



4 » 
6 > 

5 » 



6 



6 



4 . 
5 



4 
5 



1 
2 
4 











> 



4 » 
4 









140 . 6.0 

» 12 . 

> 12 . 10 . 6 
» 5 . 15 . 





18 . 


17 . 6 






6 . 






12 . 


> 


2 . 

1 . 


4 . 

5 . 




3 . 


9 . 


» 


32 . 


. 




1 . 
1 . 


12 . 
5 . 


s 


2 . 


17 . 



9 2.2.0 

» 2.0.0 

» 7.8.0 

» 15 . 

12 . 5.0 

» 3.0.0 

» 8.0.0 



» * 7 . 12 . 



4 7> » 4.0.0 

r 

4 » > 1.8.0 



Charles Wittebroot, » 4 Fév. » 2 Mars 8Vt » 



» i> 



1.5.6 



» » 

» 3» 



LE PALAIS DU FBÂKC A BBUQES 231 

L. s. d. 

Nicolas Zoele, 1524. 12 Sept, à 1524, 17 Sept. 1 journée à 4 escalins Par. 4 . 

Adrien de Cueninc. » 18 Avril à » 24 Avril 6 » 1 * » 6.0 

RÉSUMÉ DES JOURNÉES. 

Somme totale des journées des maîtres de l'œuvre, 533 . 10 . 6 

du surveillant, 601 , 16 . 

des maçons, 1814 .8.6 

» > des ouvriers employés à creuser les fondations et à 

nettoyer les vieilles briques, et des aides-maçons, 1749 . 12 . 6 

» » des charpentiers ••, 1746 . 3.0 

» ^ des scieurs •'', 288 . 4.6 

» » des couvreurs en ardoises •*, 120 . 13 , 

Somme toUle, L. 6854 .8.0 

MATÉRIAUX. 

ChauxdeSaint'Omer,100hoedenà5esc.,et300hoedenà5esc.3den.lehoed, 101 . 13 . 7Vfl 
:» Tournai, 3050 Vs hoeden à 7 escalins 6 deniers le hoed, 1143 . 17 '. 9 

> Brabant, 25 hoeden à 8 esc. 6 d. , et 50 hoeden à 9 esc. le hoed, 33 . 2.6 

> » 50 hoeden à 9 esc. 6d., et 183 hoeden à 9 esc. 9 d. le hoed, 112 . 19 . 3 
Payé aux porteurs de chaux, 19 . 18 . 

Somme totale, L. 1411 , 11 . 1 Vt 



Rriques : 90 Vi lasts, moins une charretée, de nouvelles briques {coreehteê- 
nen et briicken), à des prix variant de 2 livres 8 escalins à 3 
livres 2 escalins de gros le last, 

Vieilles briques, 

2 lasts de grandes et de petites tuiles de pavage (Ughelen), à 2 1. 18 esc. et 
3 l. le last, 

486 briques de foyer {heerd teghelen), les grands à 2 esc. et 2 esc. 1 d. de 

' gros, les petites à 1 esc. 2 d. de gros la centaine. 



2939 . 


8 . 





379 . 


. 


. 


70 , 


16 


. 


4 . 


12 


. 



L. 3393 . 16 . 

** Voici les noms des charpentiers employés : Jean BaUevel, du 4 Août au 6 Septembre 1521, et 
Baltin d'Hane, du 11 au 16 Août 1521, à 12 escalins. par journée; Henri NueUman, du 11 au 23 
Août 1521, à 10 escalins; Jacques van den Wiichuuse, du 25 Août au 20 Sept. 1521, à 12 escalins; 
Jean Tant, du 8 Dec. 1522 au 30 Sept. 1525, à 12 ou 14 escalins; ElUnne de Meestre, du 8 Dec. 
1522, et Benn de Wale, du 2 Fév. 1523 au 2 Oct. 1524, à 10 ou 12 escalins, et du 3 Oct. 1524 au 30 
Sept. 1525, k 10 ou 14 escalins; Gilles Bierman, du 9 Mai au 4 Juillet 1524, à 12 escalins; Adrien 
Bosch, du 5 Sept, au 2 Oct. 1524, à 12 escalins, et du 3 Oct. 1524 au 30 Sept. 1525, à 10 ou 14 esca- 
lins; Jean de Guynes, du 30 Janv., Jean Beyngoot, du 6 Fév., et George Bazeman, du 20 Fév. au 30 
Sept. 1525, à 10 ou 12 escalins; ComeiUe Hazeman, du 13 Fév. au 30 Sept. 1525, à 10 ou 14 escaliost 
^t Henri lacops, du 6 au 11 Mars 1525, à 10 escalins par journée. 

^ Les scieurs recevaient par journée 10 ou 12 escalina, selon la saison. 

M Les couvreurs en ardoises recevaient par journée 12 ou 14 escalins, selon la saison. 



232 LE PALAIS DU FRANC A BBUQES 

L. 8. d. 

Ciment (terraeê) 18 Vi tonnes et 2 quaerlkins à 2 esc. et 2 esc. 6 d. la 

tonne. L. 24 . 16 . 



Pierre de taille, L. 3043 . 11 . 



Voici les noms des fournisseurs, et quelques extraits de leurs coniptes 



•9. 



1520. lan van der Hofstad, Heindric Worspoel, Beindric van Praet ende Gabriel van Meerlay : — 
3 Brabandsche roeden ende een half voet orduun te 4 1. 6s. %, tBrabandsche roed, 20 voeten vier- 
cant; — 223 Vi voeten dobbel wynckels, te 4 g. tvoet; — 223 voeten voetlysten, te 2 Vt g- tvoet. 
Govaert Cauive, Roger WUUbroot: — 55 Vt voeten zillen, te 4 g. den voet; ^ 10 voeten voetlysten 
omme de kelderveynsters, te 2 Vi g- den voet; — 2 voeten rabbats daer de brugghen van den kel- 
derveynsiers ione ghelâten ziin, 1 stg.; — 13 voelen rabbats van onderhalven teghel breet ver- 
wrocht an de duerc up de Reye, te 10 g. den voet; — 11 voeten rabbats van twee teghelen breet 
verwrocht an de voorseide duere, te 1 s. g. den voet: — 15 voeten breede witte gootsteenen om de 
greppe van den Blenden Ezel, vallende in de wieghe, te 6 g. den voet. 

1520—1521. Simon Mommaert:-- Wiiten Bruesselschen steenen : 350 Vs voeten onder rabat, 
onder dorpers mellen baessen, ende upper dorpers metten bordure rondsomme gaende van 10 
veynsteren, te 14 g. den voet; — 87 voeten calommen de voorseide veynsteren, te 7 g. den voet; — 
45 nootsieenen, onder groote ende cleene, le 2 s. g. tstic; — 110 voeten roufs om de ghevels van 
der zuud zyde, te 16 g. den voet, de naelde ende blommen daer bynnen gaende; — 2 cafkoenen 
van gheheelen ogiven hanghende in semaigen, elc met eeoen sciltin den scousteen, deene 11 voeten 
lanc lusschen de stanlfycken, ende tander 9 voeten; elcke stanifycke 7 dumen dycke, ende.de scou- 
steenen naer advenant, 41. 6s. g.; — 52 voeten rabbats omme 2 dueren, metten dorpers onder de 
baessen mede gbemelen dobbel ghecnoopt, te 20 g. den voet; — 6 paer cruuslentheylen van 6 voeten 
den dach, te 2 s. g. tpaer; — 91 voeten walerlysten, te onder alven groote den voei; — 8 baessen 
van veinstren, te 18 g. tstick. hoegier WUUbroot: — 54 voeien dobbel trappen omme de steegtaere 
van icleen vautkin, te 3 g. den voet. Roegier Wittebroot ende Govaert Camve : — 4 groote reprysen, 
Scleene reprysen, ende acht sticx om dander reprysen of temakene, 18s. g. Govaert Camve: 

3 zillen, elc 4 '/« voelen lanc, in den ganc, om de dueren te 4 g. den voet; — 1 basse of 
beghiuscl van den veinslers in de vierschare in tzuude, 3 s. g.; — 4 lan$;he calommen, elc 
van 7 »/« voeten, te 8 g. den voet; — 3 cruuslenlheylen om de veinslers in looste, die ghebraken, 
2 s. 4 d. g.; — 10 sticx daer de carteelen of ghemaect ziin up iwaier, 3 s. 4 d. g.; — 25 voeten 
slicht rabbaten daer de duere lusschen scepenen ende de verircck camere of ghemaect es, 
ie 6 g. den voet. 

1521—1522. Ion van der Ho fstad : ^ Wiiie steen : 139 Vi voeten ogyven ende ragement steenen, 
te 7 g. den voet ; ■— 20 voeten rond roufifs, te 15 g. den voet ; — 30 voelen platten rouffs, 
le 8 g. den voet ; — 40 voeten lysten van onderhalven teghel breet om de voyen, le 4 g. den 
voet ; — 3 siicken rausteens, te 8 g. tstic. Heindric van Praet ende Beindric \yoerspoel : •— 
"Witte Dyeghemssche steene ; — 8 paer cruucen van veynsieren, le 20 g. tpaer ; — 4 paer breede 
leniheylen ghelyst, te 20 g. tpaer ; — 234 voeten engynen, te 7 g. den voet ; 30 sleegher 
trappen van 4 '/t voelen lusschen de spille, 9 voeten over tcruuce, vooren ghescelpt ende 
achter gheschorreert, 6 dumen dicke ende 12 dumen breet, te 18 g., elcken trap. Govatrt 
Cauwe: — 24 voeten trappen, blaeu ende wit, van 3 ende 4 voeten te 3 Vi g- den voet; — 

4 blocken calcsleen van Valenchiennes, verv^rocht in den gront van teerste torrekin van der 
vertreck camere, le 20 g. tstick; — 1 lene van 2 Vi voeten lanc, 3 s. g.; — 8 carteel steenen, 

** Nous donnons tous les articles qui nous ont paru offrir quelque intérêt sous le rapport 
linguistique, ou pouvoir servir d'indications pour la restauration de cet édifice remarquable. 



LE PALAIS DU FRANC A BBUaSS 233 

elc van 2 voelen laoc, 4 s. g. ; — eene croone up tcafkoen van der vertreck camere, 7 s. g. ; «- 
1 croone up tcafkoen van der camere naest den Blenden Ezele, 8 s. g. 

1523—1523. lan van der Bofstede: — Wilten orduun sleen : 103 voeten callomen, 9 paer breede 
lenlheylen, 46 voeten, 16 paer cruusientheyien, 82 voeten, 3 paer waterschoie lentheylen, 15 
voeten, 2 baessen, 4 voeten, te samen 250 voeten te 5 g. den voet. Jérôme Nopere code Lambert 
Dorlan, sleenhauwers te Archiennes by Nivelle in Henegauwe : — 216 voeten blauwe Sears- 
synsebe veursieenen, reyn ganc goede onghescalpeert, daeriane zes siicken sieens zyn onder 
^ghegrouft ende boven blommen eenen voet over tcruuce vulbrocht totlen looveren onder 
halven voet hooghe onder thooft, te 15 g. den voet. Lievin van Maie: — 124 voeten ogiven 
te 6 g. den voet ; — 6 grooten repr>'sen verwrocht an den ganc over iwaler, 3 groote post- 
steenen onder de balcken van der nieuwer vierschare, ende 6 groote slicke steens verwrocht 
in den ghevele van^den vierschare, 51. 10 s. g. Govaert Cauwe: — 6 blommen up de 
veursten van de twee nieuwe cameren, te 3 s. 4d. g. tstic; — 1 wille zille van 2 Vi voeten, 
te 4 g. den voet. lacop Dodekin : — 3 ' i paer baessen te 6 s*, g. den paer ; — 4 paer baessen te 
5 8. 6d. g. den paer. — lan Keldn: -— 100 voeten blaeuwe pavement steenen van 12dumen 
viercant, 14 s. g. Lauwereins de Moddere: — 102 voeten ronden rouff om de ghevelen van 
den vierschare, te 9 g. den voet. 

1523 — 1524. Comelis de Smet^ steenhauwere, voor tmaken ende leveren eenen wildeman van 
witte steene ghestelt up den oost ghevele van der vierschare, 1 1. 8 s. g. — Jeronime ^opere 
ende Lambert Dorlan: •— 2500 voet steenen van xi dumen viercant, Brugsche mate, te wetene: 
1250 blauwe Scarssines ende 1250 witten Dieghems, al scerp van cante, twee waerf ovre hauwen 
goet reyn ganc goet, te 28 s. g. thondert ; — 200 voet steenen van 12 dumen viercant, te 
30 s. g. thondert. De wedewe van lacop van Oost: — 2 calommen, elc 5 Vt voeten lanc, 
in de vierschare, te 7 s. den voet. Govaert Cauwe : — 5 sticken blau steens, elc 5 voeten 
lanc, verwrocht an den overspronc van der galerye up twater, te 4 g. tvoet ; — 2 wilten zillen 
in de veinstren in de galerye, elc 2 Vi voeten lanc, 1 s. 8d. g.; — 4 sticken steens daer 
baessen of ghemaect waren omme beede de veinstren in de galerye, 1 s. g. ; — 3 slicx omme 
tbeghinsel van den grooten boghe van der vierschare, 3 s. g.; — 1 trap van 4 voeten lanc 
gheleyt in de duere boven den voorseiden grooten boghe, Is. 4d. g.: — 1 reprinse ende 
i clincsteen boven den veinstren van der heymeiichede, 13 g.; — voor den voet van denleu, 
eenen den grooten die up den oude ghevele siaet, 10 s. g.; — 1 reprinse van cen veinstre in 
de zyde van der vierschare, ende 4 voeien trappen, tsamen, 2 s. g. ; — 10 sticken Bruesels 
sleen. daerof den rouf ghemaect es ende den gront daer den wildeman up staet, 10 s. 6d. g.; 

— 4 sticken blauwe Scarssines sleen daer de blomme mcde ghelaoct zyn, te 8 g. tstic ; 

— 12 voeten lysten van onder halven teghele breet, daer de carteelen of ghemaect zyn boven 
den duere achterwaert gaende, 6 s. g. — Franssois Bouckem^ steenhauwere, over zynen aerbeyt 
van dat hy vermact ende verhauwen heeft vier blommen metten loovren, ende elcke ghehoochl 
eenen voet, die ghestelt zyn up tveurste van der vierschare, 10 s. g. 

1524 — 1525. Mcesler Lieven van Male^ coopman van steenen te Ghendt: —570 voeten ogyven 
oicme de nieuwe vaule onder de \ierschare. te 5Vtg- den voet; — 2 zillen, elc 7 voejen 
lanc, te 10g. tvoet; — 147 blaeuwe ende wille paveer steenen van 12 dumen viercant, te 
12g. thondert. loos.vanden Poêle: — 2 nieuwe witte zillen, 8s. g. Govaert Cauwe: — 

3 blauwe zillen, elc 7 voeten, 21 s. g. ; — 2 baessen an den veinstre ini van de vierschare, 

3Vig«'— Jeronime Napereende Lambrecht Dorlan: — 150 witte Dieghemsche paveer steenen 
van 12 dumen viercant, 2 1. 4. s. g. ; — 40 voeten blaeuwe cassine veujrsten om de vierschare, 
\fi 15g. den voet; — 3600 paveer steenen van 11 dumen viercant Brugssche maie, twee waerven 
overhauwen ende scerp van cante, 1800 blaeuwe Scarssines ende 1800 witte Dieghemssche, te 
28 s. g. thondert. lacop de Keysere : — 100 vlercanie zandsteenen omme de schilden van 
den heerden in beede de nieuwe camers, 6 s. g. 



234 LE PALAIS DU FRANC A BBU6ES 

Charpente, L. 4735 .8.0 



1520. Phelips Wouters, lemmerman van den lande, ghemaect ecne gote van 50 voeten lanc 
an den muer van den Blenden Ezele ; ghewrocht tsenner onder de wyeghe ; ghemaect ecn 
glent tusschen der ei*ve van den lande ende der strate voor mer vrauwe van Nieuwenhove, 1. g. 

1520—1521. Piielips Wouiers, van der ieveringhe van den houle orome tmaken van tsenner 
van den vaulen, 22 branckoenen te 10 g. tstic. 

1520—1523. Comelis van den Westhuuse, timmerman, up wiene de Ieveringhe vau den houlte 
ende tmaken van scepenen camere ende de vertreck camer, meigaders oock de vyf baickcn 
van der vicrschare, by den uulgane van den keerssen daerup gheberrent in scepenen camere, 
sWoensdaechs den xxiii<« van Lauwc xv» twintich, ghebleven es up de condicien le vuUen 
in de voorwaerdc ende bestedinghe daerof wesende verclaerst, voor de s^me van 1881. 9 s. g., 
te betalenc, een derde binnen deerste veortien daghen naer de bestedinghe, tweeste dcrden- 
deel zo wanneer tzeWe werc al gherecht gheloken ende upghegheven wert, ende isurplus 
zo wanneer de vyf balcken van den vierscare up twcrc ghelevert werdeu, 188 K 9 s. g. 

1522—1523. Comelis van den Westhuuse, o\eT de Ieveringhe van al den houle ende thand- 
weerc van drie torrekins ghemaect, gherechl ende ghestelt tusschen den ghevels van den 
voorseide nieuwc camere ten Braemberghe wart, meigaders ooc van zekere overwerc ende 
Ieveringhe van houle by hem ghedaen naer den heesch ende begherle van den werke an de 
voorseide nieuwe camere, al wel ende int langhe verclaerst in zekere quoyer by hem daerof 
overgheven, bedraghende naer zyn stellen xlvl. iiiis. iiiid. ob.g., ende hoe wel de voorseid 
Comelis de Ieveringhe van zomeghe van den balcken ende diversche andere pariien van houle 
niet vulcommen en heeft ten ghenouch doene ende naer luwisen van den voorwaettle ende 
bestedinghe daerof wesende, ende eeneghen pariien in de zelve bestedinghe begrepen niet 
ghelevert als in twerc niet noodsakelic wesende, ende dat ooc zekere boeten' ghestelt up 
tvulcommen van den wercke le zekeren lyden by zynen consente verbuert heefl, nochtans 
es hendelic by den wel met hem overcommen up xxl.g. 

1523 — 1524. Comelis van den Westhuuse^ lemmerman, de welcke ghenomen heefl te levrene 
aile thout van der nieuwer vierschare van den lande, uutghesteken de balcken, dueren, 
veinslren ende iscallleberi met den handwercke daerloe dienende, ende de zelve vierschare 
al up ghebrocht, gherechl ende ghereei le levrene omme te mueghen doen deckene, 1501. g.;* 
— over zekere pariien van houle omme tportael van der verirec camere ende galerye achter- 
waert uul up twater, 51. 10 s. g.; — over zekere parlyen van houle verwrocht in de voor- 
seide galerye, 2 1. 4 s. g. 

1524—1525. Meester Comelis van den Westhuuse ende Ballin de Hane, 5 ilier balcken ghe- 
wrocht up de eersie Aller balcken van der nieuwer vierschare ende die ghewrocht met yseren 
balcken met vysen in de principaele balcken van der vierschare ieghens tduerziilen van 
dien, 8 1. g. Baltin de Hane, 4 sticken eecken houlen verwrochl in de vierschare, 11 s. g. 
M^ Comelis van den Westhuuse, van den houle dienende omme tmaken van den siegen 
ende ofslulinghe van der nieuwer vierschare, 101. g. 

Waghescol'», L. 2223 •6.6 



1521—1522. Waghescol ghecochl ter Vere in Zeelant, omme le veroirborene ende verwerc* 
kene in scaillebart, dueren, veynsleren ende syegen van den iween cameren, 27 1. 10 s. g. 

1522—1523. Waghescol ghecochl rAmslerdam : 294 te 47 guldenen thondert, 23 I. 2 s. 2 d. g.; 
190 te 32 guldenen thondert, 10 1. 4 s. 6 d. g. 

T» Le bois coûta sur place 150 livres, 8 escalins, 2 deniers de 'gros; les frais de trans* 
port, droits, etc., s'élevèrent à 28 livres, 17 escalins, 4 Vs deniers de gros. 



LE PALAIS DU FRANC A BRUGES 235 

152a— 15i4. Waghescot ghecochl t*Amsterdamme : 300 le 8 I. g. thondert, 24 I. g. — Sestich 
delen te 1 s. Vs d- g* istic, 3 1. 2 s. 6 d. g. 

15i4— 1525. Waghescot ghecochl t'Amsterdamme : 400 te 8 1. 10 s. g. thondert; 300 le 61. 
6 s. 8d. g. thondert; 100, 71. 1 s. 8d. g.; 100, 7 1. 10 s. g.; te samen, 67 1. Ils. 8d.; 800 
lyms, 17 s. 4d. g.; te samen, 681. 9 s. g. 

Peinture, L. 197 . 12 . 



1521— -1523. Beiaell Adriaen van Thenuicke, schildere, van ghcscilderl thebbene in root 
vermeîUoen ende olye vaerwe xi dacveinsleren in de daken van dcn tween nieuwen camers, 
in elcke eene hoofifiguere te iiii s. g. de veinstere, comt iî 1. iiii s. g. Item, ghestoffeert en- 
de verguU met fynen goude up elcke veynstere een looden busse metten appelen, te xviii g. 
tstick, xvi s. vi d., ende noch twee yseren spillen met vaenkins ghestoffeert ende verguldt 
naer den heesch van den wercke met de wapenen van den Vryen; commen deze partien 
tsamen iii 1. iiii s. vi d. g., daerof by den burchmeesters met hem overcommen es up ii 1. xii s. g. 

1522—1523. Belaelt Gillis Tienpont^ schildere, van dat hy gheschildert ende verguU'heefi 
naer den heesch va^ den wercke aile tyserwerc blommen ende vanckins ghesteit up de drie 
torrekins, 21. 10 s. g.— Gillis Tienpont, van gheschildert ende voorsien iheLbene van diver- 
schen couleuren naer de betaemte ende heesch van den wercke de voorseide drie torrekins, 
dyse^^verc uulghesleken, ende van vernerscht thebbene de schilder)'e van de xi dacveinstren 
van de voomoomden cameren, 3 1. g. 

1523—1524. Betaeit Gillis Thienpotid, schildere, van gheschilderl thebbene van diverschen 
vaerwen ende coleuren alleven daevein^ren up tdack van der vierschare, ende de yseren 
blommen daer up staende, metgaders ooc eenen groote Wildeman up den ghevele van der 
zelver vierschare, ende die ooc vergult thebbene naer den heesch van der wercke, 41. g. — 
Ben zelven, over tschiidren ende dobel vergulden van een groot vaenkin métier wapene 
van den voorseiden lande over beede zyde, gheslell up den ghevele van den ouden sche- 
penen camere, Os. g. 

1524^1525. Betaeit Gillis Tienpondt, schildere, van dat hy ghescildert ende ghestoffeert heeft 
van goude ende diversche colueren de torrekins ende de blommen daer up staende boven de 
eleene galerie ten zuudhende van den nieuwen camers up de reye, . ii 1. g., ende over een 
XV* blomme up de vierschare van den lande ghescildert ende vergult thebbene, xvi g. — 
Ben zelven, over tscilderen van den wisere ende oorloge in scepenen camere ende ooc in de 
nieuwe vierschare, 2 L g. 

Michel Willays, forgeron et serrurier, L. 1252 . 18 . 11 

1521—1522. Eenen grooten leeu ende eenen hancker van xcvi pondl. 

15^—1523. 2 banieren met daller toebehoorl up de achter ghevels, 7 s. g.; — 3 groote blommen 
ende banieren daer up staende metten waterhuven ende veren, 1 1. 13 s. g.: — 12 middelbaer 
blommen die staen up de twee torrekins naest den Blenden Ezele, 2 L 2 s. g.; — 8 eleene blommen 
die staen up den meesten torre, 8 s. g. 

1523— 1524. 4 yseren balcken metten hanckers verlhint, in de galerye beneden an de reye, 
weghende 104 Ib., te 2 g. tpondt; — 1 groole baniere met een standaert van 6 voeten lanc met 
loovers in den middele ende een ooghe daer toe, ghesteit up den achter ghevele, 5 s. g.; — 1 groot 
ysere drie voeten lanc in den steen daer de leeu up staet ende een calkoen, 2 s. g.; — 2 groole 
brekende lenden met ooghen ende roosen verthint, ende een dobele yseren sprincslot met twee 
slotels ende twee handhaven, om de brekende dueren also men gaet van den ouden camere boven 
der vierschare, 5 s. 6 d. g.; — 1 groote blomme up de groote stant veinstere, 9 s. g.; — 10 blom- 
men up de 10 dacveinsters boven der vierschare, 3 1. 10s. g.; — igroole ysere daer de Wildeman 
up staet, 3 1. 14 s. 7 d. g.; — 7 yseren pinnen in den stoc van den Wildeman met dobel poinôten, 



236 LE PALAIS DU FfiANG A BRUGES 

1 8. g.; — twee brekende leden met roosen, twce handhaven met duivers ende clincke, ende een 
grendele ghelic een slot an de duere tusschen der camcreende de galerye, 4s. 6 d. g.; — tbeslach 
van de vi cassinen ende veinsters in de vertrec camere, 15 1. g.; — tbeslach van de twee scap- 
raikins by tcafcoen, elc met twee leden met Iaken, ende een vercleet slot, IL 6 s. g; — al 
tyser werc van den duere in den houe, te wetene : twee groote leden met tacken ende poorten, 
een verkecrde cricke, een vercleet dobel slot, twee grendels ghelyc sloten, ende een handhave 
met een plate, ende drie plaien om insluiene, 1 1. 16 s. g.; — tbeslach van de twee portael 
dueren in de voorseide camere, elcke duere met twee leden met tacken met verkeerde cricken, 
twee handhaven ende twee vercleeden sloien, 21. 16 s. g.; — tbeslach van een siège in de zelve 
camere met een slot ende twee leden, 2 s. 6 d. g.; — tbeslach van den duere tusschen scepenen 
camere ende der vertrec camere, met twee grootcn leden met lacken, poorten ende haverechlen 
cnicken, twee handhaven met pilaren, twee sloten vercleet, een schof ghelic eenen slot, ende 
de platen daertoe dienende, 1 1. 12s. g.;— drie grooten leden om de duere van der vertrec 
camere in de vierschare comroende, ende een vercleet slot met twee handhaven, ende de 
platen daertoe dienende, ende noch een plat schof ende plate metgaders twee slotels, voor 
al, 16 s. g. 

1524—1525. Tbeslacht van der grooier duere van >scepeBen camere, vier groote leden met 
tacken, looveren ende dobbeie cnoopen, met een dobbel slot vercleet van buuten ende binnen 
van twee handhaven met pylaeren ende dacr toe zeslien slotels, ende noch een plat schof, 
31. 16 s. g.; — tbeslach van drie siegen in de zelve camere, 8 s. g.; -- tbeslach van den drie 
scapraeykins in de mueren bin der' voorzeide camere, elc met vier leden met tacken ende 
een vercleet slot met eenen grende van binnen, 2 1. 8 s. g.; — tbeslach van den buffelte in 
de voornomde camere met vier sloten, drie groote dobbel leden ende vier leden met bryo- 
kelten, 11. 8 s. g.; — drie groote goordyn roeden met den latten clauwieren, twee groote 
catroUen ende twee Inde om de gordynen voor de glaseveinslers in de zelve camere, 1 1. 10s. g.; 

— twee groote >seren blommen die staen up de twee meesle torren van der galerye, 1 1. Sa. g.; 

— vier andere blommen om viere van den minsten torren by de groote, 1 1. 168. g.; — zeven 
deene blommen die staen up de veinsterkins van den grooten torren, 11. 8 s. g.; — twee 
groote blommen die staen up de stant veinsters van der heymelichede, 18 s. g.; — tbuvekin 
ende den rinc van thamerkin van den burchmeesters up tbuffet, 6 g.; — 5 groote ende langbe 
yseren inslrumenten onder met vysen daer balcken van der nieuwer vierschaere mede up gfae- 
resen ende verzekert zyn ieghens tzitlen, weghende 257 Ib. te 2 '/i g. tpondt, 8 1. 13 s. 5*/4 d. g.; 

— yseren handiboomen daer de voorseide Vysen mede inghewrocht waeren, 6 s. g. 

Michel Cockaert et Thomas Michiels, cloutiers, L. 358 . 13 . 11 



Maître Jean van Ryssele, plombier, L. 967 .9.4 



1522—1523. Elleven looden peeren, staende up de dacveynstren, te 2 Vig* 
tpont, 11. 38. 4 d. g. 
Lac de Visschere et Pierre van den Dycke, vitriers, L. 115 . 19 . 9 



Le verre, de fabrication Française, fut payé 4 Vi gros le pied carré, 
placement compris. 

Jean Boone, couvreur en ardoises, L. 1335 .8.0 



Les ardoises employées, dites blauwe Martinsfosse coûtèrent 1 1. 11 s. 
8d. g., le mille. 

Varia, L. 1110 . 3 . 11 



LE PALAIS DU FRANC A BBUGËS 237 

1831^1523. Betaelt loos Valckeman, temmerman te Ghendt, van beworpen ihebbene de 
langhede ende wydde van der vertreck camere in scepenen huus le Ghendl, 1 s. g. 

Betaelt meester Comelis Bavelare ende BalUn de Hane, over huerlieder moylen ende vacatien 
van ten diversschen stonden gheweest ihebbene in tengyen huus van der stede van Brugghe 
ende up twerc van den lande, omme te visiterene de Icveringhe van den balcken ende 
ander bout by meester Comelis van den Westhutjae gheleverl omme de nieuwe camers van 
den YOOfSeiden lande, ende van dat de voorseid Bavelare by verclaerse ende extime gheslelt 
heeft de weerde van den partien van den houten omme de vierschare, voor al. 31. g. 

1533—4533. Bogier de Smet, beildesnydere, over zynen acrbeyt van ghesneden thebbene de 
wapenen van den voorseiden lande metten distelen ende incarnacion in de slotelen van den 
zes balcken van de twee nieuwe cameren, 31. 8 s. g. 

1534— i535. Betaelt Adriaen Ikona, orelogemakere, over zynen sallaris ende aerbeit, van dat 
hy toreloge van der ouder camere vermaect, gherepareerl ende ghesielt heeft tusschen scepenen 
camere ende der nieuwer vierschare, 16 s. g. 

Gaernen coorde van drie couleuren an de belle in scepenen camere, ende om de goordynen 
voor de glaseveinsters in scepenen camere mede open ende toe te irecken, 3 g. 

Le total des dépenses s'éleva à là somme de 37035 livres, 2 escalîns, 5 Vs deniers 
Parisis» on 2252 livres, 1 escalin, 10 deniers do gros et 11 mites. 

{Suit.) 



IV .so 



DOCUMENTS INÉDITS 



.* -^ 



BU£ 



LES ENLÏÏMINEÏÏES DE BEÏÏ6ES 



Iusque vers U54, les enlumineurs, calligraphes et relieurs de 
livres paraissent avoir conservé à Bruges une existence indé- 
pendante, et ne pas avoir fait partie d'une corporation quelconque. 
Aussi les documents concernant les personnes qui exerçaient ces arts sont très 
peu nombreux. Le plus ancien dont nous avons trouvé mention, est une 
sentence prononcée par les écbevins de la ville, le 2 Mars 1403. Par cette 
sentence il fut défendu aux écrivains de livres ne sachant eux-mêmes faire 
des images, de conclure des accords pour la confection d'images dans les 
livres ou rouleaux qu'ils entreprenaient de copier. 

Le goût des livres illustrés s'étendait rapidement à cette époque, et natu- 
rellement les écrivains cherchèrent à en tirer profit. Bientôt les peintres se 
plaignirent d'infractions de l'ordonnance que nous venons de rapporter ; ils 
accusèrent les écrivains d'importer en ville des images faites à Utrecht ^ et 
ailleurs, et de les vendre en livres et aussi à part. 

Le 1" Avril 1426, les échevins statuèrent sur cette plainte de la corporation 
des peintres. Voici les principales dispositions de leur ordonnance : 

l*" Le droit de faire des images destinées à être placées dans des livres ou 
des rouleaux est reconnu à toute personne, bourgeois ou non, résidant dans 
la ville. 

2* L'importation d'images isolées est défendue, mais celle de livres, reliés 
ou non reliés, et de rouleaux d'images est permise. 

*■ Ceue mention d'Utrecht comme lieu de fabrication d'images coloriées est fort intéressante. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



239 



S"" La signature avec une marque reconnaissable est rendue obligatoire pour 
toute image faite en ville; le dépôt préalable de cette marque chez le doyen 
des peintres est de même obligatoire. 

Le 17 Août 1447, les échevins décidèrent que les enlumineurs ne pouvaient 
travailler qu'avec couleurs à Feau, et que la faculté d'exécuter des ouvrages au 
pinceau avec des couleurs à Thuile, ou avec de l'or ou de l'argent, était le droit 
exclusif des membres de la corporation des peintres. 

Le 27 Juin 1457, le métier d'enlumineur fut déclaré métier de bourgeois, 
ne pouvant être exercé en ville que par des bourgeois; la vente d'images 
isolées faites en ville et portant la marque de l'enlumineur fut permise, mais 
la vente d'images faites à l'étranger fut défendue sauf en livres reliés. 

Voici le texte de ces diverses pièces dont nous donnons la traduction litté- 
raie en regard : 

1426, 1 AVRIL. 



Van den ghescille dat was in den ghe- 
meenen hoop van scepenen van Brugghe, 
tusschen den deken ende ghezwoornen 
van den ambochte van den beildemaeckers 
ende zadelaers binnen der stede van 
Brugghe, an deen zyde, ende vêle ghe- 
sellen zittende in den ommeganck van 
Zinte Donaes ende andere, beede poorters 
ende vreimde, die hem gheplogben hebben 
te gheneerene binnen der zelver stede met 
boucken te scrivene, te doen scriven ende 
te vercoopene, an dander ziide, sprutende 
ute causen van zekere vonnesse ghegheven 
bii den ghemeenen hoopc van scepenen 
van Brugghe int iaer M. iiii'' ende twee, 
upten andren dach van Maerte, inheb- 
bende onder andere pointen : dat de scri- 
vers van boucken die zelve gheene beilden 
maecken en konnen, ende boucken of rol- 
len nemen te scrivene ommehuere, gheene 
vorwaerde en moghen maecken met haren 
coopman van eenighe beilden te doene 
maecken in de voorseide boucken of roi- 
len ; ieghen tweicke de voorseide ghesellen 
zittende in den ommeganck ende andere 



Un différend ayant élé porté devant le 
collège des échevins de Bruges, entre les 
doyen et jurés du métier des peintres et sel- 
liers de la ville de Bruges, d'une part, et 
beaucoup de compagnons qui se tiennent 
dans le cloître de Saint Donatien, et d'au- 
tres, bourgeois et étrangers, qui ont cou- 
tume de s'occuper dans la dite ville' de 
l'écriture et de la vente de livres, d'autre 
part, différend surgi à propos d'une sen- 
tence prononcée par le collège des échevins 
de la ville de Bruges en Tan 1403 (n. st.), 
le 2 Mars, sentence renfermant entre au- 
tres ceci : Que les écrivains de livres, qui 
ne peuvent eux-mêmes faire des images, et 
qui entreprennent d'écrire des livres ou 
des rouleaux pour gages, ne peuvent faire 
aucun accord avec l'acheteur pour la con* 
fection d'images dans les dits livres ou roa- 
leaux. Laquelle sentence les dits compa- 
gnons qui se tiennent dans le dit cloître et 
autres ont beaucoup enfreinte et journelle- 
ment y contreviennent, et ce qui est plus, 
achètent de temps en temps des images 
faites à Utrechtet en d'autres endroits hors 



i 



240 



LES ENLUMINEURS DE EBUOËS 



grootelicke gbedaen bebben ende dae- 
gbclix doen, ende dat meer es, coopen 
ghetydelike beildekins ghemaect tLUrecbt 
ende tanderen plaetsen buleo der stede 
van Brugghe die zii binnen vercoopen, 
bcede met boucken ende zonder boucken, 
ende die vercutsen deen iegben den ande- 
ren, bii den welcken tambocht van den 
voorseiden beildemaeckers, ende zonder- 
linghe de ghesellen die hem gheneeren 
metten beildekins in boucken ende rolien 
te makene, grootelicke ghequest zyn, ende 
lettel of niet aïs van dien hebben te doenc. 
Begbeerende de voorseide beildemaeckers 
mids dien, ende aenghesien datbeilden te 
maeckene van haren ambochtees, hera dies 
vernietende in haren cuerbrief, dat bii den 
voorseiden scepenen gheordonneirt worde, 
dat van nu voort an niement en gheoor- 
loeft binnen der voorseide stede van 
Brugghe beildekine in boucken of in rolien 
te maeckene hii en zii vry in haerlieder 
ambocht, of half vry, ende dat de voor- 
seide ghesellen van den ommeganghe ende 
andere die hem gheneeren met boucken 
te scrivene of te vercoopene hem onder- 
draghen eenighe beildekins te vercoopene, 
maer dat zii de cooplieden die beildekins 
in hare boucken hebben willen, an hem- 
lieden zenden, zii zullense we ghenoughen 
ende aizo goeden coop in avenante van 
der weerden als buten of van beilden van 
buten. 

Up tweicke de voorseide ghesellen van 
den ommeghanghe ende andere verant- 
woorden, dat ghelike ghescillen aïs dese 
tanderen tiiden tusischen den beildemakers 
ende hemliedengheweisthadden, deweicke 
bii den voorseiden vonnesse van scepenen 
van Brugghe ghesloten hebben gheweist, 
tweicke vonnesse claerlicke inhoudt, dat 
beildekins te maeckene in boucken of in 
rollekins den ambochte van de beildema- 



de la ville de Bruges, images qu*ils ven- 
dent en ville, en des livres et aussi à part, 
et les revendent Tun à Tautre ; par quoi le 
dit métier des peintres, et surtout les mem- 
bres de ce métier, qui s'occupent de la 
peinture d'images dans les livres et rou- 
leaux, souffrent beaucoup de détriment et 
ont peu à faire de ce chef. S'appuyant sur 
ces faits et vu que la fabrication d'images 
est de leur métier, et que leurs privilèges 
sont ainsi rendus de nul effet, les dits 
peintres demandent qu'il soit ordonné par 
les dits échevins, qu'il n'est permis à per- 
sonne dans la dite ville de Bruges de faire 
des images dans des livres ou rouleaux, à 
moins qu'il soit franc de leur métier ou 
mi«franc, et que les dits compagnons du 
cloître et autres qui s'occupent de récriture 
ou de la vente de livres, se gardent bien 
de vendre aucunes images, mais qu'ils en- v^ 
voyent chez eux les acheteurs qui désirent i 
avoir des images dans leurs livres, ils les ! 
serviront bien, et par rapport à la valeur, à ^^^ 
aussi bon compte qu'on les livre hors de 
la ville ou qu'ils se peuvent les procurer à ^ 
l'étranger. 



A quoi les dits compagnons du cloître de 
Saint-Donatien etautres répondirent, quede 
pareils différends avaient surgi autrefois 
entre eux et les peintres, auxquels les éche- 
vins avaient mis fin par la sentence déjà 
citée, laquelle sentence démontre claire- 
ment que la fabrication d'images dans des 
livres ou rouleaux n'appartient pas au mé- 
tier des peintres et que chacun qui les sait 
faire peut faire des images dans des livres 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



241 



kers siet toe en beboort, ende dat zulc 
wercvan beiidekinsin boucken of in rollen 
elc maken mach diet can, ende ooc dat elc 
wie bii zii mach boucken ende rollen met 
beildekine buten gbemaect binnen brin- 
ghen ende vercoopen wien bii wille zonder 
verbueren. Begheerende bii den voorsei- 
den vonnesse ende der goeder possession 
die zii daeraf, beede voor den tydt van den 
voorseiden vonnesse ende oyet ziidert, 
ghehadtbebben tebliveue, zegghendedaert 
anderssins ware, dat de coopmanscepe 
van den boucken, de welcke binnen der 
stede van Brugghe oeyt groot ende notable 
gheweist heift ende noch es, ghescepeu 
ware met ailen te vervreimdene ende de 
goede liede van der stede ende van baten 
grootelicke onlvoucht te zine. Ende ten 
pointe daer de voorseide beildemaeckers 
zegghen dat de voorseide ghezellen voor- 
\^'aerde gbemaect hebben met haren coop- 
man omme beildekine te doene maken in 
haerlieder boucken contrarie deu voor- 
seiden vonnesse, hoopten dat dat niet 
bevonden en was, nietmin kenden dat 
zyt bii den zelven vonnesse niet moghende 
en zyn van doene. Ende als van den beil- 
dekins die zii buten coopen, meenden dat 
zii dat wel doen mochten ende aiso wel 
ais zii by den zelven vonnesse boucken 
buten coopen moghen ende binnen ver- 
coopen daer beildekine in zyn, zegghende 
ooc dat zii beilden buten halen, dat dat 
es by ghebreke dat zii binnen hebben want 
zii binnen gheen ghenouch ghecrighen en 
konnen, al eist dat zii een goed ghedeel 
meer daeromme gheerne gheven zouden 
dan buten. Ende aïs van dat de voorseide 
beildemaeckers begheeren, dat niement 
beilden in boucken maken zoude, hii en 
ware vry in haerlieder ambocbt, of half 
vry, ende dat also gheweist heift van 
ouden tyden, ende dut niement beilden 



ou des rouleaux, et aussi que chacun, n'im- 
porte qui il soit, peut introduire en ville 
des livres ou des rouleaux ornés d*ima- 
ges faites à Tétranger et les revendre à 
qui il veut sans encourir des amendes de 
ce chef. A cause de quoi ils demandèrent 
à se tenir à la dite sentence et à être main- 
tenu en possession de ces droits dont ils 
jouissaient avant la dite sentence ainsi que 
toujours depuis, disant qu'en cas contraire 
le commerce des livres, qui a toujours été A 
et est encore grand et notable en la ville ) 
de Bruges, serait eu danger de se dépla- 
cer au grand détriment des bonnes gens 
de la ville et du dehors. Et quant à l'allé- 
gation des dits peintres, que les dits com- 
pagnons auraient fait des contrats avec des 
acheteurs de faire faire des images dans 
leurs livres contrairement aux prescrip- 
tions de la dite sentence, ils espèrent que 
cela n'est point constaté, toutefois ils recon- 
naissent que cela leur est défendu par la dite 
sentence. Etquant à Tachât qu'ils font d'ima- 
ges au dehors de la ville, ils croient qu'ils 
ont bien le droit de faire de tels achats 
aussi bien qu'il est déclaré dans la dite 
sentence qu'ils peuvent acheter au dehors \ 
des livres ornés d'images et les revendre ^ 
en ville, disant encore que s'ils achètent 
des images au dehors, c'est à défaut d'en 
pouvoir trouver en ville puisqu'ils ne peu- 
vent s'en procurer assez en ville quoiqu'ils 
donneraient volontiers bien plus pour en 
avoir qui sont faites en ville. Et à la de- 
mande des dits peintres, que personne ne 
pourra faire des images dans des livres à 
moins d'être franc de leur métier ou mi- 
franc, et à leur allégation, que c'était ainsi 
du temps passé, et que personne no pour- 
rait vendre des images mais devrait en- 
voyer l'acheteur aux dits peintres, ils 
répondirent, que cela serait un grand 
désagrément pour les acheteurs de la ville 



242 



LES ENLUMIN2URS DE BRUGES 



vercoopen zouden, maer den coopman 
zenden an de voorseide beildemakers, 
zeiden dat dat groot onghenoach omme 
den coopman beede van buten ende van 
binnen ware, zeiden ooc dat dat van ouden 
tiiden niet gheweist en hadde, want lan 
Coene, die nu deken van den voorseiden 
beildemakers es, menich iaer beilden 
maecte binnen der stede van Brogghe, 
zonder eenighe vryhede of halfvryhede 
int voorseid ambocht te hebbene, ende dat 
meer es, van alden ghesellcn die ieghen- 
woordelicke beilden maecken in boucken 
of in rollen, wel wesende in ghetale van 
zestiene, en esser metten voorseiden lan 
Coene maer drie of viere vryhede hebbende 
in tvoorseid ambocht, met meer woorden 
ende renen die de voorseide partien an 
beede ziiden tooghden ende zeiden. 

So was ghewiist ende gheordonneirt bii 
den ghemeenen hoope van scepenen voor- 
seid in der manieren hier naer verclaerst : 

Ende eerst, achtervoighende den voor- 
seiden vonnesse, dat elc, zo wie hii zii, 
poortre of vreimde, die beilden maecken 



et du dehors, et ils dirent aussi, que cela 
n*était point ainsi du temps passé, car Jean 
Coene*, actuellement doyen des peintres, a 
fait des images pendant beaucoup d'années 
dans la ville de Bruges, sans avoir été franc 
ou mi-franc du dit métier, et ce qui est 
plus, que de tous les compagnons qui ac- 
tuellement font des images dans des livres 
ou des rouleaux, lesquels sont bien au 
nombre de treize, il n*y a que trois ou 
quatre, Jean Coene compris, qui soient 
francs de la dite corporation. 



Ayant ou! ceci ainsi que d'autres argu- 
meuts et raisons avancés et allégués par les 
dites parties, le collège des échevins susdit 
arrêta et prononça la sentence suivante: 

Premièrement, conformément à la sen- 
tence susdite, que chacun, n*importe qui ce 
soit, bourgeois ou étranger, qui sait faire 



* Nous avons trouvé mention de plusieurs artistes du nom de Coene : i« Quentin Coene, faiseur 
d'images [beildemakere), vinder de la corporation des peintres en 1303-64 ; il habitait une maison 
qui lui appartenait, sise dans la rue de la Pierre, au côté sud, entre Téglise du Saint Sauveur et la 
boucherie dite V^est Vleeschhuuse ; il décéda avant 1309. 2« Matire Jean Coene, son fils, peintre, 
doyen de la corporation en 1397-98, et vinder en 1401-2 et 1404-5; il décéda à la fin de 1408, lais- 
sant de sa femme, Catherine, qui lui survécut, un fils, Jean, et cinq filles. Son nom se rencontre 
souvent dans les comptes des trésoriers de la ville, e.g.: « Ghegheven bi beveilne van borghmees- 
ters, lan Coenen, van eenen barde daer tlugement in staet bescriven, hanghendc in scepenen 
camere, ende coste xli s. iiii d. gr. » (Compte de 1388-89, fol. lOi.) t TSaterdaeghs den xxiisten dach 
in Laumaend, zo was ghedaen maken bi borghmeesters lan Coenen eenen leeu met den wapenen 
van onsen gheducbten heere staende tcafcoen van den Ghiselhuse daen of dat hi hadde bi vorwor- 
den iiii lib. grole. » (Compte de 1389-90, fol. 56.) On trouve d*autres payements pour la peinture 
d*armoiries, de drapeaux, etc. dans les comptes de 1391-92, fol. 82v., 1392-93, fol. 87 et 92, 1394. 
fol. 57V., 1394-95, fol. 72 et 83, 1395-96, fol. 74v., 1396-97, fol. 81v., 1397-98, fol. 84, 1398-99, fol. 
81 v., 1401-2, fol, 116v., 1403-4, fol. 124, 1404-5, fol. 147, et 1406-7, fol. 112. — 3» Jea» Coene, l'en- 
lumineur (verlichter), doyen de la corporation des peintres en 1426-27 et 1436-37. — et 4° Jean 
Coene, peintre (scilder), élève de Jean Malakiin en 1458, admis à la maîtrise le 11 Juin 1472, vinder 
de la corporation en 1477 et en 1483-84, décédé en 1492, au mois de Juin ou de Juillet. 



LES ENLUMINEURS DE BEUQES 



243 



can, die metter hand maken mach binnen 
der stcde van Brugghe, omme in boucken 
of in rollen ghestelt te zine, zonder 
begryp. 

llem, dat den voorseiden gheselien hem 
gheneerende met boucken te scrivene, te 
doen scrivene, of te doen vercoopene niet 
en gbeoorloeft van nu voort an eenighe 
beilden te vercoopene, het en zii beilden 
binnen der voorseide stede ghemaect, de 
welcke zii coopen zulien moghen ieghen 
elcken die die binnen Bruggbe ghemaect 
zal hebben, noch die beilden anders ver- 
coopen dan met rollen ende bouken ghe- 
bonden of onghebonden, ende niet biizon- 
dere, van welcken beilden zii ooc gheenen 
tooch zulien moghen maken, noch dieopen- 
baerl]keuuihanghen,hetenware in boucken 
of in rollen. Ende waert dat de voorseide 
gheselien bouken scrivende of vercoopende 
gheene beilden hadden die de coopman 
begheerde, dat zii daer af omme die te 
leverene gheene voorwaerde metten coop- 
man maken zulien moghen, maer die 
verzenden an de wercklieden, maer es wel 
gbeoorloeft elcken, wie hii zii, boucken en- 
de rollen met beildekine buten ghemaect 
binnen te bringhene ende te vercoopene 
zonder verbueren. 

Ende omme tgoend dat voorseit es bet 
onderhouden te zine, zozalelcpersoon die 
beilden omme boucken of omme rollen zal 
wilien maken binnen der voorseide stede 
van Brugghe, een teeken hebben, ende 
daer mede zine beilden teekenen, ende dat 
teeken overbringhen, eer hii zal moghen 
wercken, den deken van den beildemaec- 
kers ende zadelaers voorseit, ende den zel- 
ven deken ter ghildewaert van den voor- 
seiden arobochteeene waerfgheven viertich 
scellingben Parisisen. 

Ende dit ende al tgoend dat voorseit es 
updat yemeiitde contrarie dadeupteboete 



des images, peut les faire avec la main 
dans la ville de Bruges pour être placées 
dans des livres ou des rouleaux, et cela 
sans s'exposer à des poursuites. 

Item, quMl ne sera plus permis doréna- 
vant aux dits compagnons qui s'occupent de 
récriture ou de la vente de livres, de ven- 
dre d'autres images que celles faites dans 
la ville, lesquelles ils devront acheter direc- 
tement des personnes qui les auront faites 
en ville, et qu'il ne leur sera permis de 
vendre ces images qu en rouleaux ou en 
livres reliés ou non reliés, et non à part, 
desquelles images ils ne pourront faire au- 
cune montre, ni les exposer ouvertement, 
sauf en livres ou en rouleaux. Et dans le 
cas que les dits compagnons écrivains ou 
vendeurs de livres n'auraient point d'ima- 
ges telles que l'acheteur en désirerait, qu'a- 
lors ils ne pourront conclure aucun con- 
trat pour en livrer à l'acheteur, mais qu'ils 
devront renvoyer celui-ci aux artistes ; 
tout de même, il est permis à tout le monde 
d'apporter et de vendre en ville impuné- 
ment, des livres et des rouleaux à images 
faites ailleurs. 



Et afin que les dites ordonnances soient 
mieux maintenues, chaque personne qui 
veut faire des images pour des livres ou 
rouleaux dans la dite ville de Bruges, aura 
une marque avec laquelle il marquera ses 
images, et qu'il déposera chez le doyen des 
peintres et selliers susdits avant de pouvoir 
travailler, et payera au dit doyen pour la 
gilde du dit métier une fois la somme de 
quarante escalins Parisis. 



Et chacun qui enfreindra celte ordon- 
nance sera frappé d'une amende de cinq 



244 



LES ENLUMII^EUBS DE BRUGES 



van vyf scellinghen Paresisen van eicken 
sticke, alzo dickent aïs ment bevonde, van 
welcken boeten de voorseide deken ende 
zine ghezwoorene tbezouc hebben zullen. 
Actum den eersten dach vao April int 
iaer M.liii^zesse ende twintich '. 



escalinsParisispotirchaqueinfractionaussi 
fréquemment qa'on le prouvera, desquel- 
les amendes le dit doyen et ses jurés au- 
ront le recouvrement. 
Ainsi fait le !«' Avril 1426. 



1447, 17 AOUT. 



Utc dien dat de deken ende vinders van 
den ambochte van den beildemakers, 
zadelaers, clachlich commen waren in den 
ghemeenenhoopvanscepencnvanBrugghe, 
als dat lan Casai, lacbp van den Boon- 
tune, Clays van Bayoghem, ende Ledenaert 
van Cleve, ende meer andere dadendaghe- 
lix, ende useirden zaken contrarie haren 
ambochte, in dat zii wrochten met prenten 
met olye varwe, meiten pinseelevangoude, 
van zelvere, ende van beildewerke in ban- 
cleedren, saergen ende andere Iakenen te 
haerlieder gheliefte; begheerendeende ver- 
zoukende, dat den voorseiden persoonen 
bevolen ^orde af te latene van zuicke 
zaken te doene zonder in haerlieder ambocht 
bevrydt te zine, ende dalby scepenen voor- 
zien worde dat het niet meer en ghe- 
schiede. 

So was by den voorseiden ghemeenen 
hoop van scepenen van Brugghe, alvooren 
ghehoort relatie van den ghonen die de 
voorseide materie van der wet weghe ghe- 
handelt hadden, ende up al ripelicghelet, 
gheordonneirt ende verclaerst, dat van nu 
voortan niementen gheoorlooftnietbevryet 
zynde in tvorseid ambocht van den beil- 
den'akers, zadelaers, te werkene eeneghe- 
rande werc raetten pinseele, noch ooc eeni- 
gherande werc te makene met goude, met 



Vu que le doyen et les jurés du métier 
ides peintres et selliers sont venus déposer 
une plainte devant le collège des échevins 
de Bruges, que Jean Casai, Jacques van 
den Boontnne, Nicolas van Bayeghem, et 
Léonard van Cleve * et bien d autres fai - 
saient journellement des travaux et em- 
ployaient des matériaux contrairement aux 
privilèges du métier des plaignants, en ce 
qu'ils travaillaient en faisant des images 
imprimées avec couleurs à Thuile, avec de 
Tor, de Targent, et des images faites au 
pinceau sur des couvertures de sièges, des 
serges et autres draps selon leur plaisir, 
priant et demandant qu'il soit ordonné 
aux dites personnes de cesser de faire de 
telles choses à moins de se faire francs du 
métier des plaignants, et que des mesures 
soient prises par les échevins pour que do 
pareilles choses n'arrivent plus à l'avenir. 

Le collège des échevins de Bruges, ayant 
entendu le rapport de ceux qui avaient été 
délégués par le magistrat pour examiner 
l'afTaire, et ayant mûrement délibéré là- 
dessus, ordonne et déclare, que doréna- 
vant il n'est permis à personne, n'étant 
pas franc du dit métier des peintres et 
selliers, d'exécuter aucun ouvrage au pin- 
ceau ou de faire aucune espèce d'ouvrage 
avec de l'or ou de l'argent, ou avec des 
couleurs à l'huile, mais que chacun sera 



^ Archives de la ville de Bruges : Groenenbouck A, fol. clxxiii. 

* Léonard van Cleve, fils de Jean, natif de Nimègue, acheta le droit de bourgeoisie, le 12 Juillet 
1443. 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 



245 



zelvere, nocb met olye varwen, maer elc 
zal vry ende onbegrepen moghen maken 
tgoend dat hy zelve metter band maken can 
van gbeprenten wercke, met ^ater vaerwe 
alleenlic, ende zonder eenigbe cnapen te 
bezeghene in eenigber manieren, ende 'dit 
uple boete van iii 1. P. te verbuerene van 
eicken poincte voorscreven teicker waerf 
dat bet bevonden worde, of yement daerof 
bedregben word6 metter goeder waerbede 
voor scepenen, ende voort, dat van na 
voort an, niemene van den voorseiden am- 
bochte,nocb anderen en gbeorlooft eenich 
vremd werc den voorseiden ambochte toe- 
beboorende buten der stede van Brugghe 
ghemaect zynde te coopene omme hier 
binnen der stede voort te vercoopene up 
ghelike boete, behoudenemmer trecbte van 
den mercenier halle; ende mids desen was 
den vorseiden lanne deCasael, lacoppe van 
den Boontune, Glaise van Bayeghem ende 
Lenaerd van Cleve bevolen, dat zy hem 
voort an verdraghen zoude yet te doene 
van dies voorscreven esdan in der manieren 
boven verclaerst. 

Actum den xvii«" dach van Ougste int 
iaer M.iiii«xlvii'. 



libre et pourra impunément faire tout ce 
qu'il sait faire à la main de travail imprimé, '\ 
mais en couleurs à Teau seulement, et sans 
employer des apprentis en aucune manière, - 
et cela sous peine d'encourir une amende 
de trois livres Parisis pour chaque point 
susmentionné, chaque fois qu'il sera trouvé 
en contravention, ou que quelqu'un sera 
poursuivi àxce sujet en bonne justice de- 
vant les échevins, et en outre que dorén- 
avant il ne sera plus permis à personne, 
qu'il soit membre du dit métier ou non, 
d'acheter aucun ouvrage étranger fait hors 
de la ville de Bruges qui entre dans la caté- , 
gorie des ouvrages de ce métier, pour le | 
revendre ici en ville, soos peine d'une pa- 
reille amende, les droits de la halle aux 
merciers toujours saufs; et avec ceci, il 
fut ordonné aux dits Jean de Casael, Jac- 
ques van den Boontune, Nicolas van Baye- 
ghem " et Léonard van Cleve de s abstenir 
dorénavant de faire des travaux autrement 
que de la manière susdite. 



1 



Ainsi fait le 17 Août de l'année 1447. 



1457, 27 JUIN. 



Upte questie ende calaigne wesende 
voor tghemeene collège van scepenen van 
Brugghe, tusschen den deken ende ghe- 
zworne van den beildemakers ende zade- 
laers binnen der voorseide stede van 
Brugghe, an deen ziide, ende Horissis de 
Hac ^ ende andere hemlieden gheneerende 
met librarien, als boucscrivers, verlich- 
ters ende die beildekins in boul^en of in 



Un différend et une affaire de calange 
ayant été portés devant le collège des éche- 
vins de Bruges, entre les doyen et jurés 
des peintres et selliers dans la dite ville de 
Bruges, d'un côté, et Maurice de Hac et ) 
d'autres personnes s'occupant de la librai- ) 
rie, comme écrivains de livres, enlumi- 
neurs et faiseurs d'images dans des livres 
ou rouleaux, de l'autre côté, à cause que les 



* Jean de Gassael et Nicolas van Bayeghem furent frappés d'une amende de 3 livres Parisis en 
1452. Compte de la viUe du 2 Sept. 1452 au 2 Sept. 1453, fol. 12v. 

• Archives de la Ville de Bruges: Groenenbouck A, fol. iii<v. 

^ Voir sur lui tome n, p. 166. ) 

IV 31 



246 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 



rollen maken, an dander ziide, ter causen 
van dat de voorseide deken ende ghe- 
zworne ghecalengiert hadden den voor- 
seiden Horissise ende eenighe andere, 
omme dat zii tooch ghehouden hadden 
van beildekins omme in boucken te 
stellene, daer in zii zeiden hemlieden 
verbaert hebbende, vscellinghen Parisiser 
van elken beildekine, ende voort omme 
dat zii zulke beildekins onder hemlieden 
bevonden hadden ongheteekent metten 
teekene van den ghonen dièse ghemaect 
hadden, daer in zii zeiden hemlieden sghe- 
liix verbuertbebben vscellinghen Parisiser 
van elken beildekine, àchtervolghende ze- 
keren vonnesse dat zii daer af hadden van 
der date van den eersten daghe van Âpril 
intiaer ons Heeren M. CCCC xxvi, twelke 
zii aldaer toochden. 

Daer ieghen de voorseid Morissis ende 
andere librariers zeiden, dat zii van den 
voorseiden vonnesse noyt ghehoort en 
hadden, ende en was noyt onderhonden 
emmer binnen huerlieder ghedinkenesse, 
ende naer dat zii begbeert hadden daer af 
copie thebbene, ende dat ghevisiteirt had- 
den, zo debateirden zii tzelve vonnesse in 
drie pointen. Eerst, int point verclaersende 
dat zo wie, hi zii poorter of vreimde, die 
beilden omme in bouken of rollen te stel- 
lene maken can, die maken mach. ghel- 
dende eene waerf den voorseiden deken 
ende ghezworne xl scellinghen Parisiser, 
zegghende dat tzelve point met allen onre- 
delîc es, ende daer omme niet onderhon- 
den, ende ooc contrarie der eerlichede van 
der voorseide stede, want niement binnen 
der zelve stede eenighe vryhede hebben en 
mach hi en zii al vooren poortre, ende 
metten voorseiden pointe zo zouden vreim- 
de vryhede hebben, ende de voorseide de- 
ken ende ghezworne ter causen van diere 
vryheit, proffiit ende voordeel hebben up- 



dits doyen et jarés avaient frappé d'amende 
le dit Maurice et quelques autres pou r avoir 
fait montre d'images destinées à être mi- 
ses dans des livres, du quel chef ils avaient 
au dire des plaignants encouru une amende 
dé 5 escalins Parisis pour chaque image, 
et en outre parce qu*on avait trouvé chez 
eux de telles images ne portant pas la 
marque de ceux qui les avaient faites» du ■ 
quel chef ils avaient également au dire des 
plaignants encouru une amende de S esca- 
lins Parisis pour chaque image, ensai- 
vant certaine sentence quils avaient obte- 
nue sur ce point, datée du !<'■' Avril 1426, 
laquelle sentence ils exhibèrent. 



Là contre le dit Maurice et d'autres di- 
rent, qu'ils n'avaient aucune connaissance 
de la dite sentence, et qu'elle n'avait ja- 
mais été enforcée au moins à leur escient, 
et après qu'ils avaient demandé à avoir 
une copie de cette sentence et Tavaientexa- 
miné, ils la discutèrent sous trois points : 
— D'abord, quant à l'article déclarant que 
toute personne, qu'il soit bourgeois ou 
étranger, qui sait faire des images à pla- 
cer dans des livres ou des rouleaux, peut 
les faire à condition de payer une fois aux 
dits doyen et jurés 40 escalins Parisis, ils 
alléguèrent que le dit article est entière- 
ment déraisonnable, et pour cela non ob- 
servé et aussi contraire à l'honneur de la 
dite ville, parce que personne dans la dite y 
vUle ne peut jouir de quelque franchise à ! 
moins d'être bourgeois, tandis que par le ' 
dit article les étrangers auraient franchise, 
et les dits doyen et jurés à cause de cette 
franchise auraient du proffitet de l'avantage 
des étrangers, ce que n'a aucune autre 
corporation dans la dite ville. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



247 



tevreimde, twelke gheen andere ambocht 
in de voorseide stede en heift. 

Item, in een andere point verclaersende, 
dat niement zulke beildekins maken en 
mach bi en maecse zelve metter band, 

■ 

zegghende de voorseide librariers, dal bet 
ooc onredelic es, want daer mede zoude 
men verbieden de voorseide beildekins te 
leerene maken, ende zonde daer mede de 
neeriingbe van zulken beildekiDS te make- 
ne cortelike te nientengaen in qaetse ende 
beiegbenthede van dercoopmanscepe, want 
aile neeringbe die men doet, moet men iee- 
ren, ende ooc daer toe hulpe nemen alst 
nood es, omme den coopman te gherie- 
vene. 

Ende in een darde point verclaersende, 
dat niement toocb van zulken beildekins 
maken en macb, noch die bevoorwaerden 
te makene metten coopman etc., zeggbende 
de voorseide librariers tzelve point sgheliix 
onredelic ziinde, want elc met dat hi doen 
can ende vercoopen mach ziin proffiit wel 
sculdich es te doene, ende daer af tooch 
houden ende voorwaerde maken, ende dat 
en gaet den voorseiden ambocbte niet an, 
want niement in tzelve ambocht en es die 
hem gheneert of useirt beildekins omme 
in bouken te stellene te makene, ende es 
de voorseide neeringbe van liberariers poor- 
ters neeriingbe die elc doen mach binnen 
der voorseide stede van Brnggbe paisive- 
like als poorter ende upte poorterlikô 
rechten. Begheerende mids al desen van 
der voorseide calaigne te blivene onghe- 
moeyt. 

Daerup weder de voorseide deken ende 
ghezworne van den beildemakers ende za- 
delaers repliquierden, zeggbende, dat de 
voorseide librariers tvorseid vonnesse niet 
ignoreren en mochten, want zo wanneer 
eenich librarier ontfanghen wordt van hem- 



Item, quant à un deuxième article dé- 
clarant que personne ne peut faire de tel- 
les images à moins qu'il ne les fait de sa 
propre main, les dits libraires alléguèrent ] 
que cet article aussi est déraisonnable, vu 
que par telle ordonnance on défendrait 
d'apprendre à faire des dites images et 
qu'ainsi en peu de temps le métier de la fa- 
brication de telles images serait anéanti 
au détriment et au préjudice du commerce, 
parce que tous les métiers que Ton fait. Ton 
doit apprendre, et aussi avoir des aides 
lorsqu'il est nécessaire afin de pouvoir ser- 
vir les acheteurs. 

Et quant à un troisième article déclarant 
que personne ne peut faire montre de tel- 
les images ni conclure des contrats avec 
des acheteurs pour en faire, les dits librai- 
res alléguèrent que le dit article est aussi 
déraisonnable, puisque chacun a le droit 
de profiter de ce qu'il peut fabriquer et 
vendre, et aussi en faire montre et con- 
clure des contrats, et que ceci ne regarde 
nullement la dite corporation des peintres 
puisqu'il n'y a aucun membre de la dite 
corporation qui s'occupe ou qui a l'habi- 
tude de faire des images pour être mises 
dans des livres, et que le dit métier de li- \ 
braire est un métier de bourgeois que / 
chacun peut exercer paisiblement dans la .' 
dite ville de Bruges comme bourgeois et 
par suite des droits de bourgeoisie. Vu 
tontes ces raisons les défendeurs demandè- 
rent à ne plus être molestés à cause de la 
dite calange. 

Là-dessus les dits doyen et jurés des 
peintres et selliers répliquèrent disant que 
les dits libraires ne pouvaient ignorer la 
dite sentence puisque chaque libraire, lors 
de sa réception par eux, doit déposer la 
marque avec laquelle il marque ses ima- 



248 



LES ENLUMINEUBS DE BRUQES 



Heden zo moet hii ziin teeken overbrin- 
ghen daer mede bi zine beilden teekent, 
ende bi gheift xl scellinghen Parisiser, 
ende danne verclaerst men bem de pointen 
van der voorseide cuere ende vonnesse, 
ende badden tzelve vonnesse dickent ghe- 
executeirt upte gbone diere iegben deden, 
ende de boeten daer af ontfangben. Zei- 
dcn voort ten pointe daer de voorseide li- 
brariers zeiden, dat onredenlic es, dat zii 
kennesse hebben zoude up vreîmde ende 
van bemlieden ontfangben xl sœllingben 
Parisiser contrarie der beerlicbede van der 
stede etc., dat bet niet onredelic en es, 
want ment van ouden tiden zo ghecostu- 
meirt heift, ende hadt onredelic gbeweist, 
de goede lieden van djr wet en zoudent 
niet gheconsenteirt bebben, raaer was ende 
es oorboor ende proffiit omme den coop- 
man te bezoorgbene van scaden, diedicwile 
bedrogben was ende nocb wesen mocbte 
bi den voorseiden librariers, die alnocb 
beildekins buten ghemaect in menicbten 
coopen ongbeteekent ende weder vercoo- 
pen, daer mede benemende den scamelen 
poorters binnen beildekins makende bare 
neeringbe, die daer omme arem ende bis- 
tier worden, ende dat omme daer in gbe- 
remediert te zine bi der voorseiden wet 
ende baren vonnesse gheordonneirt es, dat 
de boucscrivers of librariers gbeene beil- 
dekins vercoopen en zouden dan binnen 
gbemaect, twelke men bi den teekene we- 
ten zal mogben, ende dat in bouken of in 
rollen ghebonden of ongbebonden, ende 
anders niet, ende zondcr tooch daer af te 
boudene. Begheerende tvoorseid vonnesse 
onderhouden te zine, ende de boeten te 
hebbene van den ghonen die zii ghecalain- 
gicrt badden, ende presenterende baren 
faitten ende redenen wel ende souffissante- 
like te prouvene. 
Den voorseiden Morissise ende andere 



ges, et donner 40 escalins Parisis, et qu*a. 
lors on lui fait connaître les articles de 
lear cbarte et de la dite sentence ; qu'ils 
avaient en outre souvent appliqué la dite 
sentence à ceux qui l'avaient enfreinte, et 
reçu les amendes. Et à Tallégation des dits 
libraires qu'il est déraisonnable qu'ils 
aient de juridiction sur des étrangers et 
qu'ils reçoivent 40 escalins Parisis d'eux 
contrairement à l'honneur de la ville, ils 
répondirent qu'il n'est point déraisonnable 
puisqu'on a été accoutumé de faire ainsi 
depuis les temps anciens, et que s'il était 
déraisonnable, les bonnes gens de la ma- 
gistrature n'y auraient pas consenti, mais 
qu'il était et est encore utile et profitable 
afin de préserver de dommages l'acheteur, 
qui avait souvent été trompé et pouvait 
encore à l'avenir être trompé par les dits 
libraires qui actuellement encore achètent 
en quantité des images non marquées fai- 
tes au dehors de la ville, et les revendent, 
de cette façon dérobant aux pauvres bour- 
geois, faiseurs d'images en ville, leur mé- 
tier devenu à cause de cela pauvre et mal- 
heureux, et qu'afin de remédier à ceci, il a 
été ordonné par le dit magistrat et par 
leur sentence, que les écrivains de livres 
ou libraires ne peuvent vendre d'autr&s 
images que celles faites en ville, lesquelles 
on pourrait reconnaître à la marque, et 
celles-ci même seulement en livres ou en 
rouleaux reliés ou non-reliés, et autrement 
non, et cela sans en faire montre. Les 
plaignants conclurent en demandant le 
maintien de la dite sentence. et l'autorisa- 
tion de recouvrir les amendes de ceux 
qu'ils avaient calangé, et oEfrirent de four- 
nir des bonnes et suffisantes preuves des 
faits et arguments produits par eux. 



Les dits Maurice et autres libraires, ré- 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



249 



librariers, daerieghendapliquierende, we- 
der antwoorden als vooren, dat gbeene 
vanbemlieden en ghedochtedat bemlieden 
tvorseid vonnesse te kennene ghegbeven 
was, of yet betoocht was dat zii ieghen 
tvoorseid ambocht mesdoen mochten int 
maken of vercoopen vaa den voorseiden 
beilden of tooch daer af te houdeue» ende 
de voorseide deken ende viinders en zul- 
len niet connen doen staen datter oyt ye- 
ment af ghecalaingiert beift gbewcist of 
boete daer af gbegheven. Zeiden voort, 
dat onredelic ware dat de vreimde mids 
ghevende xl scellinghen Parisiser binnen 
beildekins maken zouden moghen ende 
aizo vrybede bebben ghelike poorters, 
vvant librariers ende boacscrivers ende 
datter an cleift poorters neeriinghe es, en- 
de ziin aile sculdich poorters te zine. Zei- 
den nocb, dat men niet bevinden en zoude 
metter waerhede, dat de coopman bi bem- 
lieden oyt bedrogben was, ende dat ooc 
niement van den voorseiden ambochte en 
es die wel jugieren zoude moghen van den 
voorseiden beildekins van verlichterien of 
zii binnen of buten ghemaect ziin, noch 
watter an verdient es, mids welken de 
voorseide van den ambochte gbeene ken- 
nesse up bemlieden sculdich en ziin te 
hebbene. Zeiden ooc, dat men niet bevin- 
den en zal dat zii buten groote menichte 
van beildekins coopen ende inbringhen, 
maer de contrarie dat zii dagheliix groote 
menichte utevoeren te Brugghe ghemaect 
ende vercoopen in andere steden als te 
Ghent, tYpre, tAnworpen ende elre, pre- 
senlerende hier af te prouvene dat bemlie- 
den van nooden word, ende slutende ende 
begheerende als boven. 

So was bi den voorseiden ghemeene 
collège van scepenen van Brugghe, ghe- 
boort al tgoend dat de voorseide partien 



pliquant à ces arguments, répondirent de 
même qu'auparavant, qu'aucun d*eux ne 
se rappelait d'avoir reçu connaissance de 
la dite sentence, ou qu'il leur avait jamais 
été démontré qu'ils enfreignaient les pri- 
vilèges de la dite corporation des peintres 
en faisant, ou en vendant, ou en exposant 
les dites images ; ils affirmèrent que les 
doyen et jurés de la dite corporation ne 
sauraient prouver que quelqu'un avait ja- 
mais été calangé ou avait payé d'amende 
pour cette cause. Ils dirent en outre que ce 
serait déraisonnable que les étrangers, sur 
payement de 40 escalins Parisis, fussent 
libres de faire des images en ville et ainsi 
jouir de franchises de môme que les bour- 
geois, parce que le métier de libraire et ^ 
d'écrivain de livres, et les industries qui 
en dépendent sont des métiers de bour- ! 
geois et tous ceux qui les exercent doivent j 
être bourgeois. Ils dirent en outre qu'on ne 
saurait démontrer sérieusement que les 
acheteurs avaient jamais été trompé par 
eux, et aussi qu'aucun membre de la dite 
corporation des peintres ne saurait bien 
juger des dites images et enluminures, si 
elles ont été faites en ville ou au dehors, 
ou en apprécier la valeur, à cause de quoi 
les dits peintres ne devraient exercer au- 
cune juridiction sur eux. Ils dirent en 
outre qu'on ne saurait prouver qu'ils ont 
acheté et importé du dehors des grandes 
quantités d'images, mais qu'au contraire 
iU expédient journellement hors ville des 
grandes quantités faites à Bruges, qu'ils 
vendent en d'autres villes ainsi qu'à Gand, . 
Ipres, Anvers et ailleurs, offrant de prou- / 
ver la vérité de cette assertion si on le juge 
nécessaire. Us conclurent en renouvelant 
leur première demande. 

Là-dessus le dit collège des échevins de 
Bruges, ayant entendu tout ce que les di- 
tes parties voulaient prouver et dire, ayant 



250 



LES EiiiLnMINEnilS DE BRUGES 



tooghen ende zegghen wilden, ghehoort 
ooc relatie van deo ghedeputeirden van 
der wet van Bragghe, die ghehoort cnde 
gheexamineirt hadden aile de persoonen 
die de zelve partien wilden beleeden ende 
ghehoort hebben, ende up al ripelike ghe- 
let, ghezeit, ghewiist ende gheordonneirt 
in der manieren naervolghende : ende 

Eerst, dat de voorseid Horissis ende an- 
dere librariers bi den voorseiden deken . 
ende ghezworne ghecalaigniert, sculdich 
ziin van der voorseide calaigne ontsleghen 
te zine ende dies te blivene onghemoeyt. 

Item, dat van nu voortan, de ghone die 
beildekins van verlichterien omme in bou- 
ken of rollen te stellene maken zal willen 
binnen der voorseide stede van Brugghe 
ende hem daermede gheneeren, die zal 
moeten poorter ziin ende gbeven eene 
\^'aerf over al den voorseiden deken ende 
ghezworne xl scellinghen Parisiser ende 
hemlieden overbringhen ziin teeken daer 
mode hi zine beilden zal willen teekenen. 

Item, dat de persoonen beildekins con- 
nen maken, dienende in bouken of in rol- 
len, poorlers ziinde, van den voorseiden 
haren gheteekende beildekins tooch ende 
wiinkel zuUen moghen houden, ende ooc 
cnapen ende leerkinderen te weerke stel- 
len, ende den librariers vercoopen ende te 
hand laten omme haerlieder profiit daer 
mede te doene, den coopman daer mede 
te gherievene ende haerlieder bouken te 
stofferene, alzooi hemlieden ghelieven zal, 
dies ne zulien de voorseide persoonen 
beildekins van verlichterien makende, noch 
ooc de voorseide librariers tooch moghen 
maken binnen der voorseide stede van 
Brugghe van eeneghe vreimde beildekins 
buten der stede ghemaect, of die binnen 
vercoopen, ten zii in ghebondene bouken 
yan buten inghebrocht, of anders yet doen 
dan voorseid es, upte boete van x s. Par. te 



1 



aussi entendu le rapport des députés de la 
magistrature de Bruges qui avaient entendu 
et examiné toutes les personnes que les di- 
tes parties desiraient faire citer et enten- 
dre, et ayant mûrement délibéré sur le 
tout, prononça sa sentence, décision et or- 
donnance de la manière suivante: 

Premièrement, que le dit Maurice et les 
autres libraires calangés par les dits doyen 
et jurés doivent être absous de la dileca- 
lange et rester non molestés de ce chef. 

Item, que dorénavant ceux qui veulent 
dans la ville de Bruges faire des images 
enluminées pour être placées dans des \ 
livres ou rouleaux et s*adonner à ce mé- 
tier, doivent être bourgeois et en outre ^ 
donner une fois aux doyen et jurés de la 
corporation des peintres 40 escalins Pari* 
sis et déposer chez eux la marque avec la- 
quelle ils veulent marquer leurs images. 

Item, que les personnes sachant faire 
des images pour être placées dans des 
livres ou rouleaux, et étant bourgeois, pour- 
ront faire montre et exposer en vente des 
dites images portant leur marque, et aussi 
employer des ouvriers et apprentis, et 
vendre et donner en commission aux li- 
braires pour en faire leur profit, pour 
satisfaire les acheteurs et enrichir leurs li- 
vres avec, ainsi qu'il leur plaira, mais que 
ni les dites personnes faisant des images 
enluminées, ni les dits libraires pourront 
faire montre dans la dite ville de Bruges 
d*aucunes images étrangères faites au de- 
hors de la ville, ni les vendre en ville, 
sauf dans des livres reliés importés de 
dehors, ni agir autrement qu'il est permis 
par cette sentence, sous peine d'une amen- 
de de dix escalins à payer aux dits doyen 
et jurés des peintres et selliers chaque fois 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



251 



verbuerene ieghen den voorseiden deken 
eDde ghezworne van den beildemakers, 
zadelaers, tallen tiden aïs zii daermede bi 
hemlieden daer af bevonden zullen wor- 
den. 

Actum upten xxvii*^ dach van Wede- 
maent int iaer 0ns Heeren M CCCC zeven- 
en ende viiftich. 

DONATIANUS'^. 



qa'ils seront trouvé en contravention. 



Ainsi fait, le ST^* jour de Juin, Tan de 
Notre Seigneur mil quatre cents cinquante 
sept. 

Donatien. 



Un peu avant la date de cette dernière sentence plusieurs des libraires 
s'étaient constitués en gilde sous le patronage de Saint Jean TEvangéliste. Ils 
obtinrent du magistrat, le 27 Juin 14S7, l'approbation de leur règlement et la 
promulgation d'une ordonnance portant que tous ceux qui exerçaient le métier 
de la librairie, ou l'une ou l'autre des industries s'y rattachant, devaient s'en 
faire membres ou abandonner l'exercice de ces industries. Voici le texte de 
cette ordonnance : 

1457, 27 JUIK. 



Upten xxvii*"* dach van Wedemaent int 
iaer 0ns Heeren duu&t vierhondert zevene 
ende vyftich, so waren ter begheerte ende 
vervoighe van den gbonen die hem ghe- 
neeren bin der stede van Brugghe metter 
neeringhe van der librarie, als boucscri- 
vers, verlichters, boucbyuders, beildema- 
kers ommein boucken of rollen te stellene, 
ende andere, bi den ghemeenen collège 
van scepenen van Brugghe gheordonneirt 
ende gheconsenteirt de pointeiî ende arti- 
clen naervolghende : 

Eerst, dat van nu voort an niemene en 
gheoorlooft binnen der stede ende scepen- 
domme van Brugghe eenighe. boucken te 
makene, te scrivene, te byndene, of te ree- 
dene, beilden omme in boucken of rollen 
te stellene te makene, of boucken te ver- 
lichiene, of de coopmanscepe van der li- 
brarie ende datter (oebehoort te doene, of 



Le 27 Juin de l'an de Notre Seigneur 
mil quatre cents cinquante sept, sur la de- 
mande et requête de ceux qui s'occupent 
dans la ville de Bruges du métier de la li- 
brairie, tels que les écrivains de livres, en- 
lumineurs, relieurs, faiseurs d'images pour 
être placés dans des rouleaux, et d'au- 
tres, les points et articles suivants leur 
furent octroyés et consentis par le collège 
des échevins de Bruges. 



Premièrement, que dorénavant il ne 
sera plus permis à qui que ce soit dans la 
ville ou dans Téchevinage de Bruges, de 
faire, écrire, relier ou apprêter aucuns li- 
vres, de faire des images pour être placées 
dans des livres ou rouleaux, ou d'enlumi. 
ner des livres, ou de faire le commerce de 
la librairie et des industries qui s'y rat- 



/ 



• Archives de la Ville de Bruges. Original, sur parchemin, dans la portefeuille de la Gilde des 
Libraires. Enragistré dans le Groenenbouck A, fol. iii^xxxv v. 



252 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



hemlieden daer mede te gheneerene ende 
tooch daerof te houdene, hy en zii al voo- 
ren poorter van der stede van Brugghe, 
upte boete van zes ponden Parisiser, die 
daer af bevonden zoude worden de con- 
trarie doende. 

Item, omme dat de meeste menichte van 
den ghonen die hemlieden nu gbeneeren 
van de voorseide neeringhe van der libra- 
rie, bouden eenen ghilde ter eeren van 
Sint lan Evangeliste int cloostere ten Eec- 
houte in Bruggbe, die zii niet wel onder- 
bouden zouden œoghen ten ware dat zii 
aile daer in waren ende in de costen diere 
toe dienen zullen mogben coniribueren ; 
so es ooc gbeordonneirt, dat aile de ghone 
die de neeringhe van den voorseiden libra- 
riers ende datter an cleift als boven zullen 
willen doen ende hemlieden daer mede 
gbeneeren binnen der stede ende scepen- 
domme van Brugghe, ende ooc de ghone 
die van de voorseide neeringhe wercken 
up hem zelven of anderssins, baerlieder 
brood daer mede winnende, die zullen 
moeten wesen in de voorseide ghilde of de 
neeringhe laeten ; ende zullen gheven van 
incommeneder voorseide ghilde twee pond 
was, ende den clerc eenen grooten, zonder 
meer, ende voort iaerlicx ten dienste ende 
anders ter voorseiden ghilden behouf» te 
wetene, elc man zes groote, ende elcke 
vrauwe drie groote ; ende voort zo zai elc 
leerlync van de voorseide neeringhe ten 
beghinsele van zinen leerstalle gheven der 
voorseiden ghilde twee pond was, ende 
den clerc eenen grooten, zonder meer. 

Âctum xxvii in Wedemaent anno lvii<> *. 



tachent, ou de s*en occuper et d'en faire 
montre, à moins d'être bourgeois de la 
ville de Bruges, sous peine d'une amende 
de six livres Parisis à payer par ceux qui 
seront trouvés en contravention. 

Item, puisque le plus grand nombre de 
ceux qui actuellement s'occupent du dit 
métier de la librairie, tiennent une gitde 
en honneur de Saint Jean FEvangéliste 
dans le cloître de TEechoute à Bruges, la- 
quelle ils ne sauront bien soutenir à moins 
qu'ils n'en soient tous membres, et qu'ils 
ne doivent tous y contribuer, il est or- 
donné, que tous ceux qui veulent exercer 
le dit métier de la librairie ou des indus- 
tries qui s'y rattachent ainsi qu'il est susdit, 
et s'en occuper dans la ville ou dans l'éche- 
vinage de Bruges, ainsi que ceux qui tra- 
vaillent au dit métier pour leur propre 
compte ou autrement, gagnant ainsi leur 
pain, — doivent ou se faire membres de 
la dite gilde ou abandonner le métier. 
Chacun donnera lors de son admission à 
la dite gilde deux livres de cire, et au 
clerc, un gros, sans plus, et en outre, an- 
nuellement pour l'entretien du service 
divin et autrement au profit de la dite 
gilde, à savoir, chaque homme six gros, et 
chaque femme trois gros ; et en outre, cha- 
que appredti au dit métier au commence- 
ment de son apprentissage donnera à la 
dite gilde deux livres de cire, et au clerc 
un gros, sans plus. 



Ainsi fait le 27 Juin de l'an 87. 



Les confiptes des recettes et des dépenses de la Gilde depuis sa fondation 
jusqu'en 1555 sont encore conservés aux Archives de Bruges. On trouve, dans 
le premier compte, les noms des membres qui, afin de subvenir aux frais 



• Ibid., GroeDenbouck A, fol. iii^xxxvii. 



LES ENLUMINEUBS DE BBUGES 253 

d'établissement, et ensuite à ceux du maintien de la Gilde, promirent de con- 
tribuer chacun pour une somme quelconque à payer une fois, et en outre une 
cotisation mensuelle. Quelques-uns ajoutèrent des dons supplémentaires. Le 
nombre des membres s'élève dans le premier compte à cinquante, quarante- 
quatre confrères et six sœurs; le total de la recette, à 3 livres, 15 escalins, " 
9 deniers de gros, et celui de la dépense, à i livres, 3 escalins, 5 '/> deniers 
de gros. 
Nous reproduisons ici intégralement le premier compte *^ : 

Dit naer volghende es de rekeningbe die lan van Vouden ghedaen heeft vander 
andelinghe die hy ghead heeft int hnatgbeven ende int ontfanghen vander ghilde van 
Sinte lan Ewangeliste die men houd ten Heechoute, als van de iare in ghaende Sin 
lans daghe, den sesten dach in Heye anno dust vierbondert vierenvichtich, toot den 
visten dach in Meyeanno Iv. 

Item, loris van Houbouke^ van dat hy eerst beloofde, xii g., ende noch van maend 
ghelde, iiii s. g., ende noch by hem van gracien, x g. */<> draecht int gheele, 

V s. X d. */« d. 

Item, lan van Vouden^ van dat hy eerst belovede, xii g.; item, noch van maend 
ghelde, ii s. g., ende noch van gracien up sinen del, x g. ^st draecht int gheele, 

iiis. xd. '/s g- 

Item, Morissis de HaCy van dat hy belovede, ii s. g., ende van maend ghelde, ii s. g., • 
ende van gracien te sinnen dele, x g. V«f draecht al, iiii s. x d. */« g- 

Item, Boudin ValUn, van dat hy belovede, xii g., ende van maend ghelde, ii s. g., 
ende van gracien up sin del, x d. */«, draecht al, iii s. x d. V« g- 

Item, Mahieu Questier^ van dat hy belovede, ii s. g., ende van maend ghelde, ii s. g., 
ende noch van gracien, ii g., draecht al, iiii s. ii d. g. 

Item, Paeschiei' van der Wieghe^ van dat hy belovede, xii g., ende van maend 
ghelde, ii s. g., ende van gracien, iii g., draecht al, iii s. iii d. g. 

Item, Willem Vredelant^ van maent ghelde, xiiii g. 

Item, van dat de ghilde te vooren was, ii s. vi d. g. 

Item, lan Houdeslot, van dat hy belovede, vi g., ende van maend ghelde, xii g., 
draecht al, xviil g. 

Ilem, Claeis van Houdeslod, van dat hy belovede, vi g., ende van maend ghelde, 
xii g., draecht al, xviii g. 

*• Voici la traduction du préambule et du premier poste : 

« Ce qui suit est le compte que Jean van Vouden a rendu du maniement qnll a eu dans la dé- 
pense et dans la recette de la Gilde de Saint Jean l'Evangélisie, qui se tient à tVabbaye de) TEeck- 
hout, pour l'année commençant le jour de Saint Jean, 6 Mai 1454, jusqu'au 6 Mai 55. 

« Item, George van Houbouke, de ce qu'il promit d'abord, 12 gros, et déplus, d'argent mensuel, 
4 escalins de gros ; et de plus, de lui par grâce, 10 y gros; monte ensemble à 5 escalins 10 \ de- 
niers de gros. » 

Le lecteur intelligent comprendra facilement la suite. 

IV 33 



254 LES ENLUMmSUBS DE BBUOBS 

Item, Aderiaen Mathiis, van dat hy belovede» xii g., ende van maend ghelde, 
ii s. g., draecht al, iii s. g. 

Item, lacob van Gaveren, van dat hy belovede, xii g., ende van maend ghelde, xii g., 
dracht, ii s. g. 

Item, noch een pond was van amende, vi g. 

Item, Aderiaen de Wulf, van dat by beloofde, viii g. 

Ende noch van iaer gheide, viii g. 

Item, loris Caelvaert^ van dat by belovede, vi g. 

Item, idem, van amende te wasse, viii g. 

Item, lan Salvin^ van dat by beloofde, vi g. 

Ende van maend ghelde, ii g. 

Item, Ledenaert van Houbouke belooft vi g. 

Item, Jennin de Cleerc belooft vi g. ende noch v s. g., ende in wasse, dat hem au 
ghewiist was, vi pond, iii s. g., draecht al, viii s. vi d. g. 

Item, lan de Smit belooft iiii g. 

Item, lan de Coninc belooft vi g. 

Item, lan Bortoen belooft vi g. 

Item, Maerch le Bunghettuer belooft xii g. 

Ende iiii pont was van lan Coninc weghen, ii s. g. 

Item, Colinetde Malchien, ii s. g. 

Item, lan Kevael, xii g. 

Item, Geraert van Meyel, als belooft, vi g., ende van iaer ghelde, vi g., draecht xii g. 

Item, de ioufrauwe Omewe, xii g. 

Item, Claeys van Dike, xii g. 

Hannekin van der Wede belooft vi g., ende van maend ghelde, xi g., dracht al, 

xvii g. 

Item, lacob Mottael, van beloften, vig., ende van maentghelde, vig., ende van 
gracien, iiii g., dracht al, xvi g. 

lan de Zwarte belooft vi g., ende van maend ghelde. vii g., draecht xiii g. 

Item, Dierich van Rye belooft vi g., ende van maentghelde iiii g., dracht al, x g. 

Pier Aradiis, iiii g. 

lan de Buzere, vi g. ii ing. 

RobertuB, iiii g. 

Gabriel de Copere^ vi g. 

Aderiaen de Vischere, iii g. 

Herman van Spikere, van beloften, vi g., ende van maend ghelde, viii g., xiiii g. 

Item, Pieter Bertelmeeus, vi g. 

loos Schede, vi g. 

Item, Aernekin, te wasse onder alf pont, ix g. 

lacob de Wul, vi g. 

Nichasis Trubert, viii g. 

Wiliemety ii g. 

Item, de wedewe Valkerts, iiii g. 






LES ENLUMINEUBS DE BSUOES 255 

Item, lozine^ 

Aeimouts Snoukenberghe wiif, 

Baerbele sMuenichcx^ 

Margriete Tclemmers, 

Item, vao gracien by Morissis van den bibel. 

Item, nocb van gracien, 

Item, noch van gracien by Boudin van Cramen^ 

Item, van Everaert van Gat^ wiens ziele God ghedinke. 

Item, van Claeys van^ der Crocht^ wiens ziele God ghedinke, 

Item, lacob van Waes^ 

Somme van desen, iii lib. xv s. ix d. g. 



11 


g- 


• • 

11 


g- 


« • 

11 


g* 


■ • • • 

nu 


g- 


• • 

Xll 


g- 


• • • • 

1111 


g- 


• • • • 

un 


g- 


• • • 

VUl 


g- 


vg. * 


7«. 


• • • • 

nu 


g- 



Dit es dat ic, lan van Vouden^ huutghegheven hebbe bin den voorseiden iare ieghen 
den ontfanch". 

Item, ghecocht twee latonen candelaers, costen iiii s. ii d. g. 

Item, twee ampuUen, twee sloven, costen xvi g. 

Item, een broet wat, iii g. 

Item, betaelt van den torslade, vi g. 

Item, de clippel in de belle te sauderene, i g. 

Item, een paesbart, vi g. 

Item, een sciipscrine, met den voerghelde, iiii s. v d. g. 

Item, een letrin, vi g. 

Item, de corden in den messael, ii g. 

Item, om tliiwaet ende de rame daert up ghemacht was, ix g. 

" Voici la traduction litérale du chapitre des dépenses : « Ceci est ce que moi, Jean van Vouden, 
ai déboursé pendant l^année susdite, en raison de la recette. Item, acheté deux chandeliers de 
laiton; coûte, 4 escalins, 2 deniers de gros. Item, deux burettes, deux éleignoirs; coûte, 16 gros. 
Item, un serre-pain, 3 gros. Item, payé pour la caisse des flambeaux, 6 gros. Item, pour souder le 
battant dans la sonnette, 1 gros. Item, un porte-paix, 6 gros. Item, un coffre de marin, avec le port, 
4 escalins, 5 deniers de gros. Item, un pupitre, 6 gros. Item, les cordes dans le missel, 2 gros. 
Item, pour la toile et le châssis sur lequel elle a été montée, 9 gros. Item, deux nappes d*autel, 
avec la couture et le blanchissage, 7 escalins de gros. Item, pour serge pour un rideau, et drap 
pour un devant d*autel, et toile pour le doubler, et pour la façon, 4 escalins, 4 deniers de gros. 
Item, pour ruban et frange, 7 gros. Item, payé pour des planches pour en faire notre châssis, 4 esca- 
lins de gros. Item, dépensé dans Tauberge La Perche, quand le châssis a été commencé, 4 gros. Item, 
pour la facture d'un cadre et de Tarmoire, 3 escalins de gros. Item, pour deux aunes et demie de 
toile et franges, pour un rideau blanc devant le cadre, 11 gros. Item, pour dix anneaux de laiton, 
1 gros. Item, payé au serrurier pour suspendre la caisse des flambeaux et la sonnette, pour quatre 
gonds, deux serrures avec quatre clés, une clé pour le coffre, et la tringle du rideau, 2 esc. 10 den. 
de gros. Item, payé à Tabbé, 10 esc. Item, pour 9 messes les Dimanches, 27 gros. Item, le jour de 
Notre Dame, 4 gros. Item, le Lundi perdu, avec les cierges d*offrande, S gros. Item, à Lubert, 
pour son service, 5 gros. Item, le premier jour de Saint Jean, à Téglise, 16 gros. Item, pour 53 
messes les Dimanches, 13 esc. de gros. Item, le jour de l'Ascension, 3 gros. Item, le Lundi de 
Pentecôte, 3 gros. » 



256 



LES ENLUMINEURS DE BBUOBS 



Item, twec ootaerdwalen, met naien ende vascben, vii s. g. 

Item, om saerc ter gordine, ende laken om een hoQtaercIeet ende liwaet datter in 
i;hewedert es, ende van makene, iiii s. iiii d. g. 

Item, om linten ende fringhen» vii g. 

Item, betaelt bordens om onse rame te makene, iiii s. g. 

Item, in den Baers als de rame bogunnen was, iiii g. 

Item, van cassin te makene ende et scrappradekin, iii s. g. 

Item, om twee ellen half liwaets ende fringhen om een witte gordin voort cassin, 

xi g. 
Item, om x latoenen ringhen, i g. 

Item, betaelt den smit, om de torsiade te anghen ende de belle, iiii gheangben, twee 



sloten met iiii slotels, een slotel an de kiste, de gordin roede» 
Item, betaelt den abt. 
Item, van ix Sondach messe, 
Item, Onser Vrauven dach. 
Item, Verzworen Haendaghe, metten offer kersen» 
Item, van dat Luberecht diende. 
Item, up den hersten Sint lans dach, ter kerken. 
Item, van Iii Sondach messen. 
Item, Assencbioens dach. 
Item, sanderdachts naer Sinchen, 
Item, Verzworen Maendaghe, metten offer kersen. 
Item, Sacrements daghen. 
Item, Sint lan Baptiste dach. 
Item, Onser Vranwen daghe te alf Hoest, 
Item, up Sint Luncx dach. 
Item, Aider EIghen dach. 
Item, Aider Zielen dach. 
Item, Sinte Katelinen dach. 
Item, Onser Vrauwen dach in Décembre, 
Item, up den Karsdach, 
Item, Sint lans dach daer na, 
Item, Niewe daghe. 
Item, Dertien daghe. 
Item, Verzworen Maendaghe, 
Item, Onser Vrauwen daghe ter Lichmesse, 
Item, Onser Vrauwen dach in Maerte, 
Item, sanderdaechts naer Paeschen, 
Item, Verzworen Maendaghe, 
Item, Sint lans dach, te singhende messe. 
Item, te garse, te meyen ende nuwelen. 
Item, verleit, 
Item, den bouc daer de rekeninghen in staet. 



ii s. X d. g. 

xs. g. 

xxvii g. 

IIII g. 
Vg- 

xvig. 
xiii s. g. 

• • • 

111 g. 

• • • 

111 g. 
'g- 

« • ■ 

m g. 

■ • • 

lUg. 

• • • 

111 g. 

• • • • 

nu g. 

■ ■ • 

111 g. 

• • • • 

un g. 

• • • 

111 g. 

• ■ • 

m g. 

• • • 

111 g. 

• • • 

m g. 

• ■ • 

Hlg. 

• • « 

111g. 

••• ■ 

un g. 

• • • 

m g. 

a • • 

m g. 

• • • 

m g. 

• ••• 
nii g. 

xiiii g. 

eenen g. Vi- 

• • • ■ 
ini g. 



LES ENLUMINEUBS DS BRUGES 257 

Item, ten eersten» et was, een torche ende ii kerchen, ii s. g. 

Item, Sint lans dagbe, twee torchen ende ii houtaer kerchen, iiii s. g. 

Iiem» Doch twee pont half was, xv g. 

Item, te Lichmesse, was te wisselen, iiii g. 

Item, om twee torchen van viii ponden, iii s. iiii d. g. 

Item, twee outaer kerchen van iii ponde, xviii g. 
Somme van desen, iiii lib. iii s. v d. V^ g. 



Dit es dat ic, Bouden WaUin^ ontfaen ende huut ghegheven hebbe aen gaende der 
ghilde van Sinte lan Ewangeliste de men hout ten Eechoute, aïs vanden iaere in- 
gaende up Sinte lans dach, den sesten dach in Meye anno Iv, tote den sesten daghe in 
Meye anno Ivi. 

Eerst, haut ghegheven lan van Voude, van dat hy der ghilde gheleent hadde, 

vii s. viii d. Vs g- 

Item, noch om tsiot van den serine te vermakene, xvii g. 

Item» noch om was, Sinte Lnux daghe, iiii g. 

Item, noch gh^heven lan van Voude, dies hadde ghilde iiii pont was van sinon 
cnape, xii g. 

Item, noch om de dwalen te wasschene ende de kandelaers te scuerne, iiii g« 

Item, noch huut ghegheven vander messe Sinte lans daghe, xiiii g. 

Item, noch van hoeden, van nuwelen, van garse ende van mcyen, iii g. 

Item, noch van tween torchen van viii ponden, xl g. 

Item, noch van tween kersen van iii ponden, x g. 

Somme van desen huut ghegheven, ivi s. iiii d. 7s g* 



Item, dit es tgheent dat ic huut ghegheven hebbe van der siegge. 

Eerst, den temmerman, een pont grote. — De slootmaker, ii s. g., enfle van na* 
ghelen, i g. — Item, noch doen wy ghinghen drincken metten temmerman, iii g. 

Item, dit es tgheent dat ic en seghen ontfaen hebbe, ende personen diere huer 
aelmoesene toe ghegheven hebben. 

Eerst, ontfaen by my Bouden Walliin^ xiiii g. — Item, lan mn Voude, xii g. — 
loris van Houdebouke de ionghe, xii g. — Morissis de Mac, xii g. — Passchier vander 
Wieghe, xii g. — lan de Buzere^ xii g. — Herman van Spikere^ xii g. — Clays van 
Houdeshte^ xii g. — WitUm Vrelant^ xii g. — lan van Houdeslote, viii g. — lan van-^ 
der Weyde^ viii g. — lacop vanden Gaver^ viii g. — Mahieu Kestier^ viii g. — lan de 
ConinCf vi g. — Aernout de Mol, vi g. — Ledenaert van Houdebouc, vi g. — Dieric 
van Rye^ vi g. — Pieter FlorenSy vi g. — lan de Zwarte, vi g. — Pieter Bekaert, 
iiii g. — lanniin de Clerc, iiii g. — Lauwers Decker, iiii g. — Item, noch ontfaen van 
den serine, iiii s. g. 

Somme te gader van dat ic ontfaen hebbe aen gaende der siegen, xix s. x d. g. 

Reste my meer huut gheleit dan ontfaen, ii s. vi d. 



s/ 



258 LES ENLUMINEURS DE BBUOES 

Item, dit es tgbeent dat ic huut gh^heven hebbe vanden messen die buten Son- 

daghe commen, 5 s. 4 d. g. ^ 

Item, noch van twee ende vichtich Sondaghen, xiii s. g. 

Somme van al dat ic huut ghegheven hebbe, xxxviii s. ii d. Vt g- 



item, dit es tgheent dat ic ontfaen hebbe van gracien. 

Item, eerst, ontfaen van gracien, iii g. — Item, ontfaen van Pauwek Metten ghdde, 
xii g. — Item, ontfaen van den Inghelsman ter cause van Horissis bibele, xii g. — 
Item, noch ontfaen, iiii g. — Item, noch by my Bouden tAnwerpe, iiii g. — Item, 
noch van lan Tolnaere, iiii g. — Item, noch van Pieter Florens^ xi g. '/t. — Item, 
noch van Heinric van Goelre^ iiii g. — Item, noch van gracien lacop lan Clays, ii g. 

— Item, noch van gracien Verse, ii g. — Item, noch van gracien van datter goet 
quam ter maeltiit, xii g. 

Somme te gader dat ic ontfaen hebbe van gracien^ v s. x d. '/i g* 

Dit naer volghende es dat ic ontfaen hebbe vande ghilde broeders van Sinte lanne 
Ewangeliste. 

Eerst, van Pieter Worst, xviii g. — By my Bouden Walliin, xii g. — lan van Voude^ 
xii g. — loris van Houdebouc, xii g. — Morissis de Hac, xii g. — Passchier tander 
Wieghe, xii g. — Clays de Tolnaere, xii g. — lan de Tolnaere, xii g. — Adriaen 
MathiiSy xii g. — Mahieu Kestier, xii g. — lannin de Clerc, xii g. — lacop vander 
Gaver, xii g. — lan vander Weyde, xii g. ende vanden selven lan vander Weyde, 
noch xiii g. — Item, ontfaen van Willem Vrelant van dat hy tachter was van ouds, x g. 

— Item, Robert de lagher, iiii g. — lan Bortoen, vi g. — Gabriel de Coper, vi g. — 
Dieiic van Rye, iiii g. — lan de Buzere, vi g. — Clément Toke weduwe, ii g. — laspars 
wiif, iii g. — lan de Zwarte, vi g. — lacop van Waes, ii g. — Willem van den Gaver, 
vi g. — lan Maneziin, vi g. — Aernout van WtUven, iiii g. — Nychasis Trubeert, 
iiii g. — Lauken de Deckere, iiii g. — Kateline sCUmmers, i g. — De wedewe Wal- 
laerts, iii g. — laspars wiif, iii g. — WiUemet, ii g. — Callekin sHons, ii g. — De 
vrouwe vanden Watre, van ii iaren, vi g. — lan de Buzere, vi g. — lacop Motal, vi g. 

— Glieraert van Meyel, vi g. — Gabriel de Coper, vi g. — Pieter Worst, v g. — Dieric 
van Rye, vi g. — lan Bortoen, vi g. — Adriaen, de clerc van Sînt Cornelis ghilde, 
vi g. — Item, noch ontfaen Pieter Florens, xii g. — Item, de vrouwe Karvoets, xii g. 

Somme te gader van al dattic ontfaen hebbe, xxxiii s. x d. '/s S- 

Reste van al meer huut ghegheven dan ontfaen, iiii s. iiii d. g. 



Dit es dat ic, lan Toolnare, huut ghegheven hebbe aenghaende der ghilde van 
Sint lan Ewangeliste die men bout int cloester ten Eechoute als van den iare in- 
ghaende up Sint lans dach den vi sten dach in Meye anno Ivi tote den vi sten dach in 
Heye anno Ivii. 

*■ Nous croyons inutile de donner le détail de ce chapitre du compte. Ici, de môme que partout 
où nous avons abrégé le texte, nous avons eu soin de mettre les sommes en chiffres Arabes. 



LES ENLUMINEURS DE BBUOES 259 

Item, eerst in van aile den Sondaechs messen, te wetene, tôt lii naessen int iacr van 
Ivi tôt Ivii toe bedracht, xiii s. g. 

Item, dit ziin de messen die ghedaen ziin binnen den lare boven den Sondaechs 
messen, 17 s. 10 d. g. 

Dit ziin de messen die ghedaen ziin tsichten dat iaer huut ghinc van Sint lans daghe 
in Meye den vi sten dach anno Ivii, 5 s. 1 d. g. 



Dit es dat ic bout ghegheven hebbe van alderande costen tsichten Sint lans daghe 

anno Ivi, in Meye den vi sten dach, tôt Sinte Pieters daghe toe inghanende Oust 

anno Ivii. 
Item, miin heer de habt vanden Heechoute hebbic betaell vanden iare dat 

leet, anno Ivi, van iaerghelde, vi s. g. 

Item, versvroren Maendaechs na Sinxen, té wetene, te Sinxen leet een iaer een 

half pont offerkeersen, iii g 

Item, tSakerments daghe daer na, van blommen, xii m 

Item, up Sinte Luucs avende, van was te wisselen, iiiig 

Item, up Sint Luuc avende, om nuwelen te hanghe, xii m 

Item, voer Kersavende, de kandelare te soudeerene, iii g 

Item, up do Kersavende, om was te wisselen, vig 

Item, up den Dartiendach, om was, iiiig 

Item, up Onser Yrauwen dach in Haerte, i Ib. was, vig 

Item, up Sint lans dach in Heye^ om nuwele, meyen ende gars, iig 

Item, noch ghegheven om was te wisselen, xg 

Item, noch ghegheven van voor scepenen te ontbiedene, iii g 

Somme van desen bedraecht, ixs. vid.g 

Dit es dat ic betaeit hebbe voert sboucskin dat de tummerman heift die onse 

zyege maecte want hem belooft was ten nausten gherekent int gheheele, iii s. g. 



Dit es tghuent dat ic ontfanghen hebbe aengaende der ghilde tsichten Sint lans 
daghe in Meye anno Ivi den vi sten dach in Meye tôt Sinte Pieters daghe toe 
in gaende Oust anno Ivii van ghildebroeders. 

Item, eerst ontfaen van lan van Youde^ xii g. — Item, loris van Houdeboucke 
de ionghe, xii g. — Item, Morissis de Hac, xii g. — Item, Clays de Thoolnare, 
xii g. — Item, lacop van Gavere, xii g. — Item, Adriaen Mathiis, xii g. — 
Item, Maiou Questier, xii g. — Item, Genniin de Klerc, xii g. — Item, ontfaen 
van Herman^ xii g. — Item, Dieric, de prentere, xii g. — Item, ontfaen van 
Pascharis vander Wyeghe^ xii g. — Item, van Casin, vi g. — Item, van lan 
de Busere, vi g. — Item, van lan de Swarte, vi g. — Item, van Dieric van Rye^ 
vi g. — Item, van Annekin vanden Berghe^ miin knape, vi g. — Item, van 
loos Sceede^ vi g. — Item, van Adriaen^ klerc van Sinte Gornelis ghilde, vi g. 
— Item, Pieter AradUnn^ vi g. — Item van Vktoer Huuschs, vi g. — Item, 
ontfaen van Lauckin^ vi g. — Item, van lan Beernaert^ xii g. — Item, ic, 



260 LES ENLUMINEURS DE BRUGES. 

lan Toolnaer^ zelve deken was, xiig. — Item, van Lenaert van Houdebaucken, 
van ii iaren, xii g. — Item« ontfaen van lan de Smit, ii g. 

Item, dit es dat ic ontfaen hebbe vanden ghildezasters. — Item, laspers wiif, 
iii g. — Item, de vrauwe vandm Watere^ ii g. — Item, van Zwarte Baerbele^ ii g. 

Dit es dat ic ontfaen hebbe van gracien tsichtent dat ic, lan Thoolnare, 
deken was van onser ghilde. 

Item, ten eersten, aïs ic deken vrorde zo kammer goet van gracien int 
Fonteynekin, iiii g. 

Item, up Sinte Luucs dach, int Keteikin, ixg. 

Item, ontfaen van lan Beemaert, ixg. 

Item, van Annekin Mortroel^ iig. 

Item, ontfaen van Pierkin van over zee, ii g. 

Item, ontfaen van Annekin vander Vorst, iig. 

Item, zomme van alden ontfaen bedraecht, xxii s. i d. g. 



Dit es dat ic, lan van Voude^ ontfanghen hebbe tsichtent Oust Ivii toten 
daghe van xv in Htïye anno Iviii. 

Item, eerst in broeder lan van Luevene^ de lacoppine, x g. — Item, eerst 
ontfaen van Gnetkin Blauvoet, xii g. — Item, heer Laureyns voor de Wiin- 
gaerde, xii g. — Pietei* Covent^ xii g. — lan vanden Dale^ xii g. — lannes van 
Ottregheem^ xiii g. — lannes vanden Berghe^ dictus Nazareth xv g. — Pelegrim^ 
xii g. — lacob Goetiit^ xii g. — Lanceioets wiif, xiii g. — Meester Willem^ in 
de Witte Leerlauwers strate, xii g. — De vrauwe sDonckers^ xii g. — Baerbele 
vanden Kasteele^ xiig. — Tannekins Booms, xiig. — Adriaen Visckers leer- 
meyskin, xiig. — Adryaen de Visschere, xiig. — lacop MoUael leerlinc, xiig. — 
Minekin Lamenduers, xii g. — Heynric Priem^ viii g. — Clays de Dievele^ viii g. 

— Willem tôt Gheeraerts, vi g. — lozine leerkiins poltemakere, x g. — Item, 
Katheline Skelmers, iiii g. — Vrauwe Loens, ii g. — Betkin ande scole, iiii g. — 
lannes Bloc, iiii g. — lan de Kueniinc, vi g. — Adriaen KaervoeU wiif, vi g. 

— Meester Druus^ xii g. — lan Manoziin^ vi g. — lan Bortoen, vi g. — 
Casin TrubaerU vi g. — lacop Mottael, vii g. — Colaert Monzioen^ xix g. — 
De vrauwe vanden Walere^ iiii g. — laspers wiif, iii g. — Betkin Dullaerts, 
iiii g. — Hannekin vander Berghe, vi g. — lan de Toolnare, vi g. — Theenkin, 
lan Beernaerts knape, vi g. — Clays Knodde^ ii g. — Item, van Hannekin 
de Neve^ ii g. — By lozine^ van gracien, xviii g. — lan de Smit, i g. — Item, 
noch van gracien by loris van Houdeboucke^ xvg. — Item, noch van gracien 
van Cornelis Covent, iii s. ix d. g. — Item, ontfaen van Metx de wisselare, van 
verachteriughe, xviii g. — Item, Maiou Questier^ vi g. — Item, van Gheeraert 
van MeyeU vi g. — Item, Clays van Dike^ xxii g. — Item, van Adriaen de Klerc^ 
vi g. — Item, Dieric van Oye^ vi g. — Item, per my zelve, lan van Voude^ 
vi g. — Item, van Grietkin Blauvoet, iii g. 



LES SNLÏÏHIUBUBS de BRUOES 261 

Dit es dat ic, lan van Youde^ haut ghegheven hebbe tsichtent Sint Pieters daghe 
in gaende Oust anno Ivii tôt den xv sten daghe in Meye anno Iviii. 

Item, betaelt lacop^ de sheere knape, iiii g. • 

Item, te wasse binnen roiinder iaerscare, vs. iiii d. g. 

Item, van mesaen, 13 s. 9 d. g. 

Item, om voer wet te ontbiedene : Item, Pelegrim, ii g. — Item, lohannes van 
OUregheem^ iii g. — Item, Lanceloets, i g. — Item, Victoer Dullaerts, i g. — [tem« 
Robeert Kanipeèl, u g. — Item, Adryaen de VUschere, i g. — Item, larop Gocttiit, 
i g. «^ liem, lacop MoUael, i g. — Item, Colaert Manzioen^ i g. — Item, Clays van 
Dike^ i g. — Item, loris Kaluwaert, i g. — Item, lacop de Wulf, i g. — Item, 
Pietet' Bekaert, i g. — Item, Anthuenis Nevekin, i g. — Item, Gillis de KueniinCt i g. 

Item, betaelt tan de Toolnare, van dat de ghiide hem tachter was als hi dekea 
was, . xiii s. iiii d. g. 

Somme van al dat ic, lan van Voude^ haut gheleir, bedraecht xxxiiii s. iiii d. g. 

Reste meer ontfanghen dan houtghegheven, xxiii g. 

Soivit al betaelt anno Iviii. 



Dii es dat ic, lacob van der Gnvet'c, ontfanghen hebbe sichtent den xv sten dach 
van Meye Iviii tote den xi sten dach in lunius anno lix. 

Item, inden eersten ontfanghen van Bouden Waliin, xvi g. — Item, ontfanghen 
van Anthueniis Nevekin, iiii g. — Item, van Pieter Bekaert, iiii g. — Item, van loriis 
van Ouîboeke doude, xvi g. — Item, van Willem vander Gavere, xii g. — Item, lan 
de Cueninc^ vi g. — Item, van Ctey$ vanden Diike, xxviii g. — Item, de vrouwe van 
Eede, iii g. — Item, de vrouwe Loens, iii g. — Item, Barbelé Minnincx^ ii g. — - 
Item, lanniin de CUrc^ vi g. — Item, lacob de Wulf, xii g. — Item, Adriaen Mathiiê^ 
vi g. — Item, lannes vander Leye^ xviii g. — Item, van ioncfrouwe Steylens, xii g. 

— Item, Katheline Scelmers^ vi g. — Item, lannes van Hulst^ vi g. — Item, lacob 
Moltaelf vi g. — Item, vander wedewe Rnsens^ xii g. — Item, van Hughe f. tacobs, 
xii g. — Item, ontfanghen van gracien, vii g. — Item, van Heynric Priem, iiii g. 

— Item, van loos^ in Sente Loys huus, ii g. — Item, Colaert Mencyoen ende ziin 
knape, xix g. — Item, van Dieric f. lans^ de prentere, vi g. — Item, lan vanden B( rghe^ 
die men heet Nazarelh^ vi g. — Item, de vrouwe Quesliers, xiiii g. — Item, Chys 
vanden Diike, vi g. — Item, meester Willem f. Heinrics, vi g. — Item, de vrouwe 
Sieykns, vi g. — Item, Willem vander Gavere, vi g. — Item, Adriaen Carvoets 
wiif, iii g. — Item, Hannekin vanden Berghe^ vi g. — Item, Mahieu Quehtier, vi g. — 
Item, van Tannekins leer meysen, Minekin ts Bons, xii g. — Item, de wedewe 
Nockebroets, ix g. — Item, de vrouwe vanden Watere, iii g. — Item, Pieter Aradiins^ 
xxiii g. — Item, Nichasius Trubeert, vi g. — Item, lan van Dale, vi g. — Item, meester 
lan Bortoen^ vi g. — Item, van Adriaen Mathiis leer knape, xii g. — Item, van 
Fieren^ van in comene, xii.g. -^ Item, van Adriaen Mathiis knape, Andii^^ xii g. — 
Item, noch van Adriaen Mathiis knape, Dominicus^ xii g. — Item, van meester 
Drv^us^ vi g. — Item, van meester Druesus knape, xii g. — Item, van lannes de 

IV 33 



262 LES ENLUMINEURS DE BfiUOES 

Swarte, vi g. — Item, van graciien, vi g. — Item, Cleys de Diwel^ Tiii g. — Item, 
lanniin de Clerc^ iiii g. — Ilem, Adriaen, de clerc in Sinte Corneliis gbilde, vi g. 
Somme, een lib. ivii s. v d. 



Dit es dat ic, lacob mnder Gavere, huut gbegbeven hebbe ter cause vander ghilde 
sichtent den xv sten dach van Meye int iaer Iviii tote den xi sten dacb in lanias 
anno lix. 

Item, inden eersten buutgbegheven als lan van Voude rekeninghe dede van 

gbelagbe datter quaet was, iiii g. 

Item, beiaelt den abdt vanden Eechoute, vi s. g; 

Item, lan de Béer, van ons coppie te vermaken, xii g. 

Item, van Gilliù de Cueninc te panden, iii g. 

Van wasse, 4 s. 7 *l% g. 

Item, Lnbrecht, vanden dwalen te wasscben, ii g. 

Item, Lhbrecht nocb gbegbeven, ii g. 

Item, van messen, 20 s. 5 g. 

Item, den abdt vanden Eecboute, vi s. g. 

Item, op Sinte lans dacb, xvi g. 

Item, Lubrecht, van gerse ende van meyeo, ii g. 

Item, Lubrecht nocb gbegbeven, iig. 

Somme ii lib. vii d. g. 

Reste meer buutghegbeven dan ontfanghen, iii s. ii d. 

Sol. al betaelt. 



Dit naervolgbende es de rekeningbe Boudin Wallins, van alden ontfanghe ende 
buutgbevene zidenl den xii sten dacb in lunius anno lix toten vii sten dagbe van 
Meye anno Ixi. 

Eerst, ontfaen van laspers^ iii g. — Item, ontfaen van lanne den Clerc, ii g. — 
Item, ontfaen vander vrauwen Landsheeren, iii g. — Item, vander vrauwe sDonckers, 
iii g. — Item, ontfaen van Heinderiic Priem, vi g. -- Item, ontfaen van Maerc le Boin- 
giteur, vi g. — Item, van Kateline Clemmers, iii g. — Item, ontfaen van oude larù 
VM Oubouke, vi g. — Item, van Adriaen de Vmchere, vi g. — Item, ontfaen vander 
vrauwe Loens, iii g. — Item, ontfaen van Victoor Huugfu, vi g. ~ Item, ontfaen van 
Diederiic van Riede, vi g. — Item, ontfaen van Gheraerd Verlegans, vi g. — Item, 
ontfaen van Tannekin Boms, iii g. — Item, ontfaen van BaerbeU vanden Casteele^ 
iii g. — Item, ontfaen van Ianne4i Bloc, ixg. — Item, ontfaen van Bannekin Mortroel, 
vi g. ^ item, ontfaen van LanchehuU wiif, iii g. — Item, ontfaen van loos Sceede, 
vi g. — Item, ontfaen van Michiel ManisUn, vi g. — Item, van Willem Zeghers, van 
ii iaren, xii g. -— Item, ontfaen van lannes Bloc, vi g. — Item, ontfaen van lan de 
Zwarte, vi g. — Item, ontfaen van Adriaen Mathiis, vi g. — Item, ontfaen van Fierin 
Gobbe, vi g. — Item, ontfaen van PieU*r Convent, vi g. — ' Item, ontfaen van gracien, 
ii g. — Item, ontfaen inden Wiingaert, i g. — Item, van Denaerd van Oudebouk^, 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 263 

vi g. — Item, ontfàen van Gheraert Yerteganc^ ii g. — Item, ontfaen van lan Salvin, 
vi g. — Ilem, ODtfaen van gracien, iiii g. — Item, ontfaen van lacop Mottael, vi g. — 
Item, ontfaen van lacap den Wulf^ vi g. — Item, ontfaen van Victor Buughs^ vi g. — 
Item, ontfaen van der Alaert Puelellyc, vi g. — Item, ontfaen van Jannin de Clerc^ 
vi g. — Item, ontfaen van lan Salvin, vi g. — Item, ontfaen van lacop Govaert, vi g. 
— Item, ontfaen van Pieter Convent^ vi g. — Item, vander vrauwe Loens, iii g. — 
Item, ontfaen van Casin Tmbert^ vi g. — Item, ontfaen van Adriaen Mathiis^ vi g. — 
Item, ontfaen van lan de Cueniinc^ vi g. — Item, ontfaen van Maerc le Boinguetuer^ 
vi g. — Item, ontfaen van meester lan Borloen^ vi g. — Item, ontfaen van PieUr 
Aradiis^ vig. — Item, ontfaen vander ioncvrauwe Carvoets^ iii g. — Item, ontfaen van 
Lancheloots wiif, iii g. — Item, ontfaen vander vrauwe sGraven^ iii g. — Item, ont- 
feen van Heindriic Priem^ vi g. — Item, ontfaen van Berman van Spikerp., vi g. — 
Item, ontfaen van Gabriel de Copere^ vi g. — Item, ontfaen van Triistram f. lacops^ 
iiii g. — Item, ontfaen van Jennin de Cat^ vi g. — Item, ontfaen van laspers wiif, iii g. 
-^ Item, ontfaen van Cotaert Mansion^ vi g. — Item, ontfaen vander vrauwe Paselins^ 
xii g. — Item, van meester Willem^ vi g. — Item, ontfaen van Clais vanden Dyhe^ 
vi g. — Item, ontfaen van loos Sceede, vi g. — Item, ontfaen van Andries van 
Gombrugghe^ vi g. — Item» ontfaen van Laukin de Deckere^ vi g. — Item, ontfaen 
van lacop de Wulf^ vi g. — Item, ontfaen van meester Drues, vi g. — Item, ontfaen 
van Bughe f, lacops, vi g. — Item, ontfaen van Adriaen de Visschere, vi g. — Item, 
ontfaen van Dominicus Bekel^ vi g. — Item, ontfaen van Kateline s Clemmers^ iii g. — 
Item, ontfaen van Barbelé vanden Casteele, iii g. — Item, van lacop vanden Gaver^ 
vi g. — Item, ontfaen van Lievinen^ iii g. — Item, ontfaen van Coppin^ lacops vanden 
ilavere cnape, ii s. g. — Item, van Mahieu Kestier^ vi g. — Item, ontfaen van Pieraert 
Becart, vi g. — Item, ontfaen van lan de Toolnaere^ vi g. — Item, ontfaen van Coppin 
deZagher, vi g. — Item, ontfaen van Lenaerdvan Oubouke^v^n ii iaren, xii g. — Item, 
ontfaen van Tannekin Boms^ iii g. — Item, vander vrauwe vanden Watre, iii g. — 
Item, al gherckent met Passchier, ontfaen van hem, ii g. — Item, ontfaen van lan 
Eleas, vi g. — Item, ontfaen vander vrauwe sDonckers, iii g. — Item, ontfaen van 
lacop vanden Gavere^ een ouden gr. — Item, van Betkin Dullaerts, iii g. — Item, 
ontfaen van Adriaen Willemsone^ vi g. — Item, ontfaen van Bannekin vander Linde, 
vi g. — Item, ontfaen van Fierin Gobbe^ vi g. — Item, ontfaen vander vrauwe Hoche* 
broucx^ iii g. — Item, ontfaen van Gheeraerd van Meyel, vi g. — Item, ontfaen van 
Gheraerd Scellebom^ vi g. — Item, ontfaen van lannes Bloc^ vi g. — Item, ontfaen. 
vander ioncvrauwe Stelins^ vi g. — Item, ontfaen van lan vanden Bcvgke, vi g. — 
Item, ontfaen van loos vanden Damme^ vi g. — Item, ontfaen van Minehin Victors 
docbter, vii g. — Item, ontfaen van lan vanden Berghe^ van gracien, iiii g. '*- liem, 
ontfaen van lan de Toolnaere, vi g. — Item, ontfaen van Triiatram Bietscoof^ viii g. — 
Item, ontfaen van Coppin^ de beldemakere, vi g. — Item, ontfaen van looris Calu- 
waert^ vi g. — Item, ontfaen van Dieric lanszone, van ii iaren, xii g. — Item, ontfaen 
van Passchier vander Wieghe^ vi g. — Item, ontfaen van Adriaen Mathiis, vi g. — 
Item, ontfaen van lacop Mottael, vi g. — Item, ontfaen van Adriaen de Visschere, 
vig. — Item, ontfaen van Colaert Mansioen, vi g. -— Item, ontfaen van Pieter Aradiis, 



264 LES ENLUMINEURS DE BRUMS 

vi g. — Item, ontfaen van Willem Vrelant, vi g. — Item, ontfaen van Heindtie Priem. 
vi g. — Item, ontfaen van meester lan Britoen, vi g. ^ Item, ontfaen van Fransayn^ 
van ii iaren, xii g. — Item, ontfaen van Thomaes Stelin$ wiif, vi g, — Item, ontfaeo 
van Kateline Hugheloens, iii g. — Item, ontfaen van LancelooU wiif, iii g. — Item, 
ontfaen vander weduwe sRtizen^ iii g. — Item, ontfaen van Kateline sQemmer^^, 
iii g. — Item, ontfaen vander vrau^*e vanden Water, iii g. — Item, ontfaen vander 
vrauwe Nockebroucx^ iii g. — Item, ontfaen vander ioncvranwe Kaervoeis^ iii g. — 
llem, ontfaen van ionghe looris^ iiii g. — Item, ontfaen van lannes Bloc^ vi g. — 
Item, ontfaen van Victor Huugs^ v g. — Item, ontfaen van lannes Nazareth^ vi g. — 
Item, ontfaen van Huchon Donne^ vi g. — Item, ontfaen van lan de Buzere^ vi g. — 
Item, ontfaen van Michiel Manisyn^ vi g. — Item, ontfaen van lan Salvyn^ vi g. — 
Item, ontfaen van lan Elyaes, vi g. — Item, ontfaen van lacop Landsheeren wiif, 
iii g. — Item, ontfaen van lannes van Ottreghem^ vi g. — Item, noch ontfaen vau 
Clais vanden Oudeslote^ vi g. — Item, noch ontfaen van ^«rnelîit, xinen knape ende 
al of ghesleghen dat hem de ghilàe tachter was, vi g. — Item, ontfaen van LisebetU 
vanden Eeede^ Adriaens wiif, iii g. 

bit naer voighende es tghoent datter ontfaen es van leerkindren ende van nieuwen 
gbiidebroeders binden iare van lix ende Ix. 

Ëerst, ontfaen van lan Elgaes, xii g. — Item, ontfaen van laspers Dammers 
dochter, xii g. — Item, ontfaen van lan loos, xii g. — Item, ontfaen van C^ppin de 
Zaghere^ xii g. — Item, ontfaen van Aemoulet Bazekin^ xii g. — Item, ontfaen van 
Piete^' van Overzee^ x g. — Item, ontfaen van loos van Damme^ x g. — Item, ontfaen 
van Michiel Mannisiin, xii g. — Item, ontfaen van Maes ende Thuene vanden Gavere^ 
xii g. — Item, ontfaen van Baerbelkin Boms, xii g. — Item, ontfaen van loris Calu- 
waert, xii g. — Item, ontfaen van lacop Govaert^ xii g. — Item, ontfaen van Pter, lan 
Toolnaers knecht, xii g. — Item, ontfaen van Bave Warre, xii g. — Item, ontfaen van 
béer lorib Hilsebrant^ xii g. — Item, ontfaen van Tkuriaen van Riebeke, xii g. — Item, 
ontfaen van Gheraerd Awet^ xii g. — Item, ontfaen van loorkin dat leert met Gheraert 
van Meelf xii g. — Item, ontfaen. vander vrauwe Kestiers leermeiskin, xii g. — Item, 
ontfaen van lannes Nazareths leercnecht, xii g. — Item, ontfaen van Comelis de Naeht^ 
xii g. — Item, ontfaen van Jennyn van Troyes in Champaigneu, xii g. — Item, ontfaen 
van Theeus Bertholomeus^ xii g. — Item, ontfaen van Hannekin vander Linde, xii g. — 
Item, ontfaen van BarbeU^ Pieter sPotten dochter, xii g. — Item, ontfaen van Maykin 
StiermanSy xii g. — Item, ontfaen van Callekin van Oudenaerdê, xii g. — Item, ontfaen 
Cristinekin Yweins, xii g. — Item, ontfaen van looris van Thielt, xii g. 

Item, ontfaen van gracien tAndwerpen, xxii g. 

Item, noch ontfaen tAndwerpen van gracien van eenen Spaengaert, xii g. 

Item, ontfaen vander doot van meester lan Britoens wive, xiiii g. 

llem, ontfaen vander doot van lacops vanden Gaver kinde, xii g. 

Item, ontfaen vander doot van meester lacops Gheelen kinde, viii g. 

Item, ontfaen van lan de Buzere^ van gracien, i Vig- 

Item, noch ontfaen van meester Drues^ vi g. 

Item, ontfaen van Janin de Clerc^ vi g. 



LES SNLUHINEUBS DE BBÏÏQES 3fi5 



Ontfaen vjid vrasse datter in commen es. 

Eerst, van B^kin Dnllaerts, een toorlse van ii ponden was. 

Item, ontfaen van Michiel Riicquaert, ii ponden was. 

Item, ontfaen van Pietei- Aradiis leermeiskin, ii ponden was. 

Item, van Engherans wive, ii ponden was. 

Item, ontfaen van der Michiel Roose, ii ponden was. 



Dit naer voighende es tghuent dat ic, Boudin Wallin vorseid, hnot ghegheven hebbe 
adchtent den xii sten dach in lunius anno lix toten vii sten daghe in Meye anno Ixi. 
Eerst, lan van Vouden^ iiii g. 

Item, betaelt den abt vanden Eechôute^ anno Iviii ende lix, 13 s. g. 

Item, om Qais kneebt voor scepenen tonbiedene, i g. 

Item, van messen, SI. Os. 8g. 

Item, den clerc, van daghene, enz., 1 s. 9 g. 

Item, van garse, nuwelen ende roosen hoeden» 7 g. 



Dit uaer volghende es tghoent dat ic huutghegheven hebbe van ongheordeneerden 
zaken aengaende der ghilde. 

Van keersen ende toortsen, 9 s. g. 

Item, noch om een slot, ende de tortslade te vermakene, ii '/« g. 

Item, noch huutghegheven om de crucen, i 1. g. 

Item, noch uutghegheven om de gordinen roede te makene vertint, v g. 

Item, om riinghen ende om clauwieren de pelder an te hanghene. 

Item, noch haut ghegheven int wisselkin aïs wii fronchiin cochten, iig. 

Item, alsmen bestede de bordure vanden peldre te makene inden Buerch- 

grave, iiii g. 

Item, noch om de dwalen te dwane, ii g. 



Tttutgheven om den pelder. 

Eerst, om den pelder, xxixs. g. 

Item, noch om den pelder, xxxiiig. 

Item, noch om een cordiin roede, ende om de ysers daer de erneen in staen ende de 
baken daer de sparre in hanct, xv g. 

Item, noch om de bordure te makene» xiiii s. viii d. g. 



Dit »in de ghone die ghegheven hebben ten costen waert vanden cmcen ende 
fanden peldre. 

Eerst, Boudin Wallin heeft ghegheven ii s. g. -^ Item, lan ié Toolnare^ aiso ghe- 
gheven ii s. g. — Item, lan vanden Bergke, ghegheven ii s. g. — Item, Thuene ende 



S66 LES ENLUMINEUBS DE BfiUOES 

Maes mnden Gaver, xii g. — Item, lan vander Weyde, ii s. g. — Item, Passehier 
vander Wieghe, ii s. g. — Item, Willem Vrelant, xii g. — Item, lan de Buzere, xii g. 
-- Item, Victoor Huughs, xii g. — Item, Adriaen Willemssone, viii g. — liem, 
latines Nazareth, ii g. — Item, lan de Cueninc, vi g. — Item, loos Sceede, xii g. — 
Item, lan Elyaes, vi g. — Item, Laulin de Dechere, vi g. — Item, lacop Govaert, 
vi g. _ Item, Gheraert de Med, ii g. — Item, lan vanden Dole, ii g. — Item, meester 
Druez. — Item, loris van Boubouke, xviii g. — Item, Willem Zeghers, x g. — Item, 
Fierin Gobhe, iiii g. — Item, Adriaen Caervoets wiif, vi g. — Item, meester Willem, 
ii g. — Item, Pieter Florens, x g. — Item, Pieter Couvent, viii g. — Item, LiisebeUe, 
Adriaens van Eede wiif, vi g. -- Item, lan Salviin, x g. — Item, Janniin de Cleerc, x 
g. — Item, Hughe lacops sone, viii g. — Item, looris van Thielt, iiii g. — Item, lan 
van Vouden, vi g — Item, lacop vanden Gavere, ii s. g. — Item, Hannekin vander 
Linde, ii g. — Item, Morissis de Haec, ii s. g. — Item, Mahieu Kestier, xii g. — Item, 
Ledenaerd van Houbouke, vi g. — Item, meester tan Bortoen, v g. — Item, lan de Cat, 
xii g. — Item, Stasin Hughelin. — Item, Gabriel de Copere, iiii g. — Item, Triistram 
f. lacops, iiii g. — Item, Thuriaen van RiebeJte. — Item, onlfaen van lan de Toolnaere 
ende Maikin Boms, xii g. — Item, ontfaeo van Adriaen Mathiis, vi g. — * Item, ontfaen 
vao Mahieus wiif, xxiii g. 



Ihesus Maria. 

Item, dit naer volghende es tgheent dat ic, Bouden Walliin, ontfaen hebbe vanden 
ghilde brocders ende ghilde zusteren sichtcnt den vii daghe in Meye anno Ixi tote den 
xxvi in Iulius anno Ixii. 

Item, eerst, ouifaen van Andries van Crombruggïie, vi g. — liem, ontfaen van lan de 
Gat, vi g. — Van Marc le Boingeteur, vi g. — Van meester Willem, vi g. — Van lacop 
van Gaver, vi g. — Van Lievinen, iii g. — Van Tannekin Booms, iii g. — Van Pieter 
Floreins, vi g. — Van Comelis de Nacht, vi g, — Van der Alluerl van Puelewiic, vi g. 
— Van loris van Thielt, vi g. — Van der vrouwe Engherants, iii g. — Van Willem van 
Gaver, vi g. — Van Clays van Dyke, vi g. — Van Ledenaert van Oudebouke, vi g. — 
Van Gabriel de Copere, vi g. — Van Willem Zeeghers, vi g. — Van Mahieu Kestier^ 
vi g. — Van Barbelé vander Castele, iii g. — Van loos Sceede, vi g. — Van Matheus 
Bertelmeus, vi g. — Van lan de Neve, vi g. — Van lannes Nazareth, vi g. — Van 
Adriaen Willemssone, vi g. — Van Gherart van MeeÀ, van ii iaren, xîi g. — Van Pieter 
Covent, vi g. — Van laspars wiif, iii g. — Van gracien int wisselkin, ii g. — Van 
Over Zee, vi g. — Van Gherart Scellebom, vi g. — Van der vrouwe Donckers, iii g. — 
Van Thuene ende Maes van Gaver, vi g. — Van lan de Coninc, vi g. — Van gracien 
int wisselkin, een onde placke. — Van Dominicus Bekel, vi g. — Van Fierin Gobbe, 
vi g. — Van de Dievel, vi g. — Van Nycasis Trubert, iiii g. — Van Laukin de Ueckere, 
vi g. — Van lacop Huten Brouhe, vi g. — Van Victor Huuchs, vi g. — Van Hannekin 
te Colaert Mansioens, viii g. — Van Hannekin vander Linde, vi g. — Van lacop de 
Wulf, vi g. — Van Victor Hunchs, vi g. — Van lan van Dnle, iiii g, — Van loos van 
Damme,^ vi g. — Van lan Eveler, xii g. — Van Thuene ende Maes van den Gaver^ 



LES ENLUMINEURS DE BBUŒES 267 

VI g. — Van Dieric Ian$ sone, vi g. — Van lan de Buzere^ vi g. — Van Michiel 
Manisiitif V\ g. — Van Adriaen Willems sone, vi g. — Van Huchon Donne, vi g. — 
Van Adriaen de VUschere, vi g. — Van Colaert Mansioen, vi g. — Van loris van 
Ttiielt, vi g. — Van lan de Cat, vi g. — Van lacop Motael, vi g. — Van Marc le Boin- 
geteur, vi g. — Van ioncvrouwe Caruoets, iii g. — Van LamelooU wiif, iii g. — Van 
der vrouwe van den Water, iii g. — Van der vrouwe Nockebroux^ v g. — Van der 
vrouwe Paselins, iii g. — Van loos Sceede, vi g. — Van Kateline Clemmers, iii g. — 
Van Victor Huuchs, vi g. — Van Gabriel de Copere, vi g. — Van lannes Nazareth, 
vi g. — Van Picter Convent, vi g. — Van Heinderic Priem, vi g. — Van der Weyde, 
vi g. — Van lan de Clerc, vi g. — Van lan Britoen, vi g. — Van lan de Coninc, vi g. 
— Van Adriaen Mathiis, vi g. — Van Cornelis de Nacht, vi g. — Van lan de Neve, 
vi g. — Van lacop van Gaver, vi g. — Van Lievine, iii g. — Van Tannekin Boms, 
iii g. — Van Lenekin Tayaert, iii g. — Van meesler Drous, iiii g. — - Van William 
lanssone, vi g. — Van lacop Uten Brouke, vi g. — Van Willem Vrelant, vi g. — Van 
Pieter Aradiis, vi g. — Van Pieter Florens, vi g. — Van Clays van Dyle, vi g. — Van 
Eughe f. lacopft, vi g. — Van Fierin Gobbe, vi g. — Van meesler Willem, vi g. — Van 
Willem van Gavei\ vi g. — Van Pa^scliier vander Wieghe, vi g. — Van der vrouwe 
Kesiiers, iii g. — Van lacop de Wulf, vi g. — Van Cornelis Merseman, vi g. — Van 
Tristram lacops sone, vi g. — Van de vrouwe Donkers, iii g. — Van loris van Oubouke, 
vig. 

Item, dit es tgbeent dat ic, Bouden Walliin, onlfaen hebbe van nieuwen ghilde 
broeders ende leerkinderen int iaer Ixi. 

Eerst, van Maykin, lacop van Gavers dochter, xii g. — Van Amolet de Cat, xii g. — 
Van Hannekin van Best, xii g. — Van lacop van Gaver, xii g. — Van Thomaes de 
Scoite, xii g. — Van Leenelin Tayaerts, xii g. — Van Cornelis Merseman, xii g. — 
Van Cornelis Mersemans leercnape, xii g. — Van gracien int wisselkin, ii g. — Van 
der doot van Maliieu Kestier, xl g. — Van lan de Clerc, vor ii ponden was, xii g. — 
Van Hannekin Buus van Belle, xii g. — Van Adriaen Kint, f. Gosins, xii g. — Van 
Bannekin Mauwe, xii g. — Van lan van den Berglie, xii g. — Van lacop van Bielant, 
vi g. — Van lan Claerbout van Slrasele, ix g. — Van Grietkin Boens, Arnouts docbter, 
xii g. — Van Heinderic Gillis sone, xii g. — Van Willem Vrelants leermeyskin, ii pon- J^ 
den was. 

Uutghegheven van messen, den clerc van daghene, enz., 27 s. 7 g. 

Van torsen ende kersen, 6 s. 3 g. 

Item, aïs wy omme ghinghen te lans van Voude, een oude placke ende 2 g. 

Item, nocb te lacop Motaels veriert int gbelacb, iiii g* 

Item, om de dwalen te wasscbene, iig. 

Item, dit es tghent dat ic, Bouden, buut gbegheven bebbe bin desen vorseiden iare 
aen gaende den polder ende ander ongbeordenerde zaken. 
Item, eerst betaelt Clays Payant, ii lib. ix g. 

Item, nocb om twe linen lakea gbegheven, iii s. g. 

Item, nocb betaelt den abt vanden Eecboute, vanden iare Ix, vis-.g. 



ttS LS8 ENLUMIMBUBS DE BaUGES 

Dit es tghent dat ic, Bouden Walliin, ODtfaen hebbe vander ghilde weghe sichtent 
dat ic rekenJDghe dede te Ian$ van Voude^ up den eersten dach vao int iaer Ixii, vaa 
iaer ghelde ende anders. 

Eerst, ODtfaen van lacop lueies&ne^ vi g. — Item, ontfaen van Theus Berthelmrui, 
TÎ g. — Vander vronwe van Eede^ iii g. — Van Betiin Dullaerts, iii g. — Van dal lan 
van Vaude der ghilde tachter was, xvi g. — Van Michielhin Ryquaert^ iii g. — Van 
tannes van OUergheem, vi g. — Van Cioys de Tolnare^ vi g. — Van Bernaert van Eert^ 
vi g. — Van Pieter Becaert^ van iii iaren, ivi g. — Van lan Sawiin^ vi g. — Van 
Andries van Cromhrugghe^ vi g. — Van lan van Dale^ vi g. — Van Passchier vander 
Wieghe, over Hannekin de Smit^ sinen cnape, xiiii g. — Van laspers wiif, iii g. — • 
Van Dominicw! Behel^ vi g. — Van Perriin Trousset, xii g. — Van Symonei le Ballu. 
xii g. — Van Maykin^ Michiel Robreckis dochter, xii g. — Van PUrone^ GiUis Nutins 
dochter, xii g. — Van Grietkin^ Heinric sVos dochter, xii g. — Van Betkin Beits, 
lacops dochter, xii g. — Van Morissis de Hac^ vanden pelder, xii g. — Van Pieter 
Àradyst vanden clenen pelder, vi g. — Van lan van Voude^ vanden pelder, xix g. 
^ Item, ontfaen van lan vanden Berghe^ een pont was. — Van Mkhiel Roze, een pont 

was over een iaerghelt. 



Dit es tghent dat ic, Bouden Wallun^ hnnt ghegheven hebbe vander ghilde weghe 
sichtent dat ic laets rekeningh dede int iaer Ixii. 

Van messen, den clerc van daghene, den sanghers, den orghelare, van nuwelen, 
van den rozen hoet, enz^ 9 s. 10 g. 

Item, noch vander ziel messe van lan van Voude^ iiiig. 

Item, noch betaeit den abt vanden Eechoute, vanden iaere Ixi, vî s. g. 

Van wasse, 4 g. 



Dit es tghent dat ic, Paeschier vander Wieghe, ontfaen hebbe van onser ghilde van 
Sint lan Ewangeliste, beghonnenden Sint lans daghe te Midwinter int iaer Ixii. 

Eerst, ontfaen Robert Canipel, xii g. — Van lohannes, de orghelare, xii g. — Van 
GiUekin van Partis, xii g. — Van Hannekin de Pape, xii g. — Van MaurisHs knecht, 
xii g. — Van Loy tanden Dale, xii g. — Van Maykin, Pieter tRoden dochter, xii g. — 

Ontfaen van pelre ghelde. 

Item, van lan vanden Berghe, xii g. — Van lan Springhel, van gracien, vii g., 
twee inghftlsce. — Van lan vanden Berghe, vi g. — Van lacop vanden Gavere, vi g. — 
Van lan de Buzere, vi g. — Van Anthuenis vanden Gavere, vi g. — Van Adriaen Mat- 
«M, vi g. — Van lan de Clerc, vi g. — Van lan van Date, vi g. — lan Elyas, xii g. 

— Van Pieter Covent, vi g. — lan vanden Berghe, vi g. — Gheeraert Scelleboem, xii g. 

- Van Clais van Dyke, vi g. — Willem Vrelant, vi g. — Van lan Eveler, vî g. — 
Cornelis Merrseman, vi g. — lan de Neve, vi g. — Van meester lan Briton, vi g. — 
Van lorû van Tielt, vi g. — Van Colaet Mention, vi g. — Van Hannekin Smit, de Hol- 
landere, vi g. — Willem van LonderzeeU, vi g. — Van Heynriic Priem, vi g. — Van 
heer Laurens, vi g. — Clais van Houdslote, vi g. — Van Aert van Lommele, vi g. — 



LES ENLUIONEUBS DE BRUGES 269 

Van Bemaert van Eert^ vi g. — Van Willem van Gavere^ vi g. — Van EanneXin de 
Pape, vi g. — Van lan le Cat, vi g. — Van Maerc le Bungeteur, vi g. — Van Tristaem 
Riitscoeff vi g. — Van Hughe lacop zone, vi g. — Van Theus Bertelmeux, vi g. — Van 
lohannes Bloc, vi g. — Van lehannes van Ottergheem, vi g. — Van meester Willem, 
vi g. — Van lan de Cueninc, vi g. — Van Pieter Aradins, vi g. — Van Pieter Florens, 
vi g. — Van Mighel Riiquaert, duc de Gloechestre, vi g. *- Van Victor Huchs, vi g. — 
Van Leanaert van Houdtboucke, vi g. — Vander vrauwe Questiers, iii g. — Vander 
vranwe Lanchers, iii g. — Vander vrauwe vanden Watre, iii g. — De vrauwe, laspaes 
wiif, iii g. — De vrauwe Clemmers, iii g. — De ioncvrauwe Carvoets, iii g. — Lievine, 
I008 de droghescerre wiif, iii g. — Maykin van Hulst, iii g. — Tannekin Booms, iii g. 
— Leenekin Tayarts, iii g. — De vrauwe Loens, iiii g, — Van Tolfin, ii s. g. — Van 
Marc, van pelre ghelde, iiii g. — Van Paeschier, vi g. — Van de heer Migheel Roze, 
een kerse van eenen ponde vor siin iaer ghelt. 



Dit es tweike dat ic, Paeschier vander Wieghe, betaelt hebbe ende huut ghegheven 
int iaer Ixii, na Sint lans daghe te Hidwinter. 

Eerst, betaelt loris Catewaert, onsen clerc, 1 s. g 

Item, van messen, 20 s. 11 g 

Item, van torsen, 2 s. 2 g 

Item, betaelt den abt vanden Heechoute, vi s. g 

Item, van nieulen ende van hoedekins, 3 g 

Item, betaelt int cabret, xiig 

Item, betaelt vor lan de Ghele, barbier, v g 



Dit heeft Paesschier af ghesleghen van dat hii der ghilde gheleent hadde. 

item, inden eersten, voer hem selven van twe iaren» xii g. 

Item, voer Staeskin, zinen knape, van in comene, xiig. 

Item, noch voer Staeshen, van iaer ghelde, vi g. 

Item, voer lanniin de Caet, zinen knape, xii g. 

Item, van iaer ghelde, vi g. 

Item, van Hannekin, Paschier vander Wyeghe kiint, xii g. 



Dit heeft Cleys de ToUenaere af ghesleghen van dat hii de ghilde gheleent hadde. 
Item, inden eersten, voer hem selven, van ii iaren, xii g. 

Item, voer Hanneken, zinen knape, vi g. 



Dit heeft Bouden Waliin af ghesleghen van dat hii de ghilde gheleent hadde. 
Item, der ghilde ghegheven, iii s. g. 

Item, inden eersten, voer hem selven, vî g. 

IV 84 



k 



270 LES ENLUMINEUBS DE BBUGES 

Item, voer HanneJUn Waliin^ ziin neve» van in commene, xii g. 

Item, voer Gabriel de Coopère^ vi g. 



Dit heeft loriis van Ouboeke af ghesleghen van dat hii der ghilde gheleent faadde. 
Item, inden eersten, voer hem selven, van il iaren, xii g. 

Item, voer ziin twe kinderen van in commene, ii s. g. 

Item, voer meester lacoh^ de beilde maker, vig. 

Item, voer MathiU Walaerts dochter, van in commene, xii g. 



Dit heeft lacob vander Gavere af ghesleghen van dat hii der ghilde gheleent hadde. 

Item, inden eersten, voer hem selven, xii g. 

Item, voer Hannekin de Neve, van in comene, xii g. 

Item, noch, van iaer ghelde, vi g. 

Item, voer Hannekin Hevileer^ van in commene, xii g. 

Item, noch, van iaer ghelde, vi g. 

Item, voer Coppen Vten Broecke, van in commene, xii g. 

Item, voer Tueniis vanden Vinne, van in commene, xii g. 

Item, van Betkin, lacop van Gavere leerkins meyskin, xii g. 



Dit es dat ic, lan Toolnare^ ontfanghen hebbe tsichtent den xviii sten dach van 
Lauwe int iaer H. CCCC ende Ixiiii, ende dit naervoighende hebbic ontfanghen van 
gracien toten xxix sten dach van December, anno Ixvii. 

Eerst, in ontfaen ten iiii stonden int kaberet, ende vande koniinfeeste, 10 Vt g* 

Item, noch, van gracie commende van Boudin Waliin ende van my, lan Tool- 
nare, iî g. 

Item, noch np een Onser Vranwen dach zo vvasser een messe ghesonghen, daer toe 
ghaven dese personen : eerst in, ic, lan Toolnaer, lan vanden Berghe^ Boudin Waliin, 
lan Beemaert^ lan vander Wyeghe ende Pieter Covent, int gheheele bedrouch, vii g. 

Item, noch ontfaen voer een pont was commende van Matheeus de Buechgrave, vig. 

Item, noch ontfaen van gracie commende huut ghemeene gheselscap van eender 
f eeste ghehouden, xix g. 

Item, noch ontfaen van gracie van heer lan vander Visecherie^ iiii g. 



Dit es al tghuent dat ic, lan Toolnaer, lan de Klerc als deken ghelevert hebbe. 
^ Eerst in : een scriinkin daer de ii pelders in ziin ende een groot liinlaken. 

Item, de vane in een liinlaken gherolt, ende i canevets sac. 

Item, de ii crnusen met ii cleen stocxkin ende met zwarte cleerkins. 

Item, noch een ghevonde dwale, die de vrau Cocxs gaf. 

Item, een ghewiede scaelge om messe daer up te doene, ende noch een qnispele, 
ende dit gaf heer lan vander Scave. 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 271 

Item» voert so ziin dit de iuweelkins die inde kerke ziin. 

Eerst, ii grote candelaers, een hoataer kleet, ende i zwart cleet, ende iii ghewyede 
dwalen, ende ii cleen hant dwaelkins, eode ii blaeawe gordynen, ende i scakierde 
gordyne, eode een gordyne van liinwade, ii toortscoven, ende ii ampoilen, i brootvat 
ende i paesbart van yvoren, i quispele. 

Item» noch een doese daer de brieven van onser gbilde in ziin, ende den bouc van 
onse ghilde broeders ende ghilde znsters. 



Item, al tghuent dat hier boven ghescreven es, dat my lan de Clerc ghelevert es, dat 
leveric wedere lan de Bmere, ende noch meer hebbic hem ghelevert alsoot hier na 
volcht. 

Item, aider eerst, den brieven van onzer pardoen. 

Item, een groote scip serine onghesloeten dat Colaerd Manchion gaf. 

Item, ii ledere custoden om de crucen daer in te bestedene. 

Item, noch ii ronde custoden, om de appels vanden crucen daer in te bestedene. 

Item, noch ii custoden van honte, omme beede de polders van houle in te bestedene. 



Dit es dat ic ontfanghen hebbe tsichtent den daghe voorseit van pelder ghelde, ende 
van dat ic ontfiinc van de weduwe van Gavere als dat lacob van Gavere meer ontfaen 
hadde dan huut ghegheven vander ghilde weghe toten xxix*^ dach van December 
anno Uvii. 

Item, eerst in ontfaen vande weduwe van Gavere^ over tghelt dat hii ontfaen hadde 
vander ghilde ende iaerghelde ende vane ghelde ende pelder ghelde, ende over ziin 
selfs pelder ghelde, de somme van aile dese verachteriinghe, so hebbic ontfaen 

xviiis. xd.g. 

Item, ontfaen van pelder ghelde commende van laç&p vander Munte^ vi g. 

Item, ontfaen van pelder ghelde, van lan vander Weyde^ vi g. 

Item, ontfaen van Willem van Londerzeele^ van pelder ghelde, vi g. 

item, ontfaen van pelder ghelde over Boudin Walliin^ iii s. g. 

Item, noch ontfaen van pelder ghelde ende van iaerghelde die lannes Nazareth 
verachtert was, iii s. g. 

Item, noch ontfaen van lan vander Weyde van pelder ghelde, vi g. 

Item, noch ontfaen van de weduwe Clays Toolnaers van pelder ghelde ende van 
belofte ter vane ende van achterstelle, te gader, iii s. g. 



Dit naervolghende hebbic, lan Toolnaer, ontfaen vander belofte die belooft hadden 
ter ghestichte vander vane. 

Item, eerst in, ontfaen van Boudin Waliin^ ii s. g. — Item, ontfaen van Willem 
van Londet^eUt xiî g. — Van lan vander Weyde, xii g. — Van Willem Vrelant, xii g. 



272 LES ENLUMIMEUBS DE BBUOES 

— Van lan vande Berghe, xii g. — Van loos Scheede^ xii g. — Van lan vander 
Wyeghe^ xii g. — Van Morisiis de Haec, ii 8. g. — Van de yrauwe sCocxs, xii g. — 
Van de vrauwe van Heede^ xii g. — Van de weduwe Questiers, vi g. — Van Hannekin 
de Pape, viii g. — Van Pieter Floreùu^ vi g. — Van Comelis de Nacht, vi g. — Van 
lacop Huten Broucke, vi g. — Van lan Tolfin^ vi g. — Van Ledenaert van Boude-- 
bouche^ vi g. — Van Pieier Covenê, vi g. — Van Pieter Aradiins, vi g. — Van ffetn- 
deric Piiem, vi g. — Van Gillehin van Pariis^ ter vane waert, iiii g. — Van Hannekin 
vander Linde^ in minderiinghe, ii g. — Van Mattkeeus Burchgrave^ iiii g. — Van lan 
de Busere^ xii g. 



Dit es dat ic ontfanghen hebbe tsichten den daghe voorseid, ende dit es van al 
dat incommende ghelde van leerkiinderen ende van incommende ghildebroeders ende 
ghildezusters toten xxix"^° dach van Décembre anno Ixvii. 

Eerst in, ontfaen van de vranwe van Heede leerliinc, xii g. — Item, ontfaen van 
een maechdekin dat leerde met de vranwe van de Watere^ xii g. — Van Stevin CoeU 
soen, de beildemakere, van ziin incommende ghelde, xii g. — Van een leerliinc dat 
met lan de Kterc leerde, ende heet Hannekin Meese, xi g. — Van Coorin de Braban- 
dere, van ziin incommende ghelde, xii g. — Van Clays Knodde, de beildemakere, van 
ziin incommen ghelde, xii g. — Van Hannekin Minnins incommen ghelde, xii g. — 
Van Veronis Hemelriic incommen ghelde, xii g. — Van loerhin du Mont incommen 
ghelde, xii g. — Van Ghillekin, lan Smits zone, leerghelde, xii g. — Van Clays van 
Riisewiic incommen ghelde, xii g. — Van Hannekin Casin incommen ghelde, xii g. — 
Van een leerkin, een meyskin wonende met Willem Vrelant, Lodewiic BreyeU 
dochter, xii g. — Van een leerliinc die met loes Sceede leerde, ende heet Leyn 
Croec, xii g. — Van Hydekin^ loes dochtere vander Ameye, leerde met lan de Klercx 
wiif, xii g. — Van lan Pyzen, die men heet van Acxele^ van ziin incommen ghelde, xii g. 

— Van Colinetf die ten Damme woende, incommen ghelde, x g. — Van Salmoen 
Ryneel incommende ghelde, viii g. — Van heer lan Gotulesent incommen ghelde, vi g. 

— Van Willem Peckelmoes incommen ghelde, vi g. — Van Cristoffels de Vos, in min- 
deriinghe van ziin incommen ghelde, vi g. — Van Neilkin van Zwevezeele, leerde 
met Levine droechscherres wiif, in minderiinghe, v g. — Van Thuenine Brune^ scoe- 
makers wiif, in minderiinghe van incommen ghelde, iiii g. 



Dit es dat ic, lan Toolnaer, ontfanghen hebbe tsichtent den xviii*^<> dach van Lauwe 
int iaer M. cccc ende Ixiiii, dit naer volgbende hebbic ontfaen van iaer ghelde, ende 
van verachteriinghe van iaerghelde toten xxix*^° dach van December anno Ixvii. — 
Item, eerst in, ontfaen van Pieter Covent, vig. — Item, ontfaen van lacop toi Boudins 
plach te wonen, vi g. — Van lan de Busere, van ii iaerscaren, xii g. — Van lan de 
Caet, vi g. — Van loris van Tielt, vi g. — Van Pieter Aradiins^ vi g. — Van Willem 
f. lans, vi g. — Van Adriaen van Sint Cornelis ghilde, vi g. — Van loes Scheede^ vi g. 
— Van Adriaen MathiiSj vig. — Van meester lan Britoen^ iiii g. — Van lan de 
Koniinc^ vi g. — Van Lenaert van Houdeboucke, vi g. — Van de vrau Lantsheere, iii g. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 273 

— Van Lievine droechscheerers, iii g. — Van de vrauwe vande Watere^ iii g. — Van 
Babekin Boems^ iii g. — Van Babekin Knibbe^ iii g. — Van lan vander Weffde, van 
twee iaerscaren, xii g. — Van Boudin WaHin^ vi g. — Vande vrauwe sDonckers^ iii g. 

— Van Cristinelins Yweins, iii g. — Van Pieter Floreins, vi g. — Van lan de Toolnaere 
zelve, vi g. — Van Willem Vrelant, vi g. — Van Merc le Bungetuer^ vi g. — Van 
Mercx neve, vi g. — Van Periin Baetsoleyr, vi g. — Van Hubin vander Linde^ vi g. — 
Van meester Willem f. Heindericx^ vi g. — Vande vrauwe Paselins, iii g. — Van 
Tannekin Boems, iii g. — Van lan de Neve, vi g. — Van Gabriel de Coopère, vi g. — 
Van Pieur van Over zee, ende huter ghilde ghedaen int iaer au no Ixv, den xiv^^ dach 
van Oust, voer xviii g. — Van lan de Klerc, van achterstelie, xii g. — Van lacob 
Buten Broucke, vi g. — Van Beernaert van Heert, van achterstelle, xii g. — Van lan 
vander Linde, vi g. — Van Clays van Dyke, vi g. — Van Matheeus Bertelmeeus, vi g. 

— Van ioncfrau Kaervoets, iii g. — Van de vrau Lantsheere, iii g. — Van de vrau 
Nockebroucxs, iii g. — Van Willem van Gavei^e, vi g. — Van Anthuenis van Gapere, vi g. 

— Vande weduwe van Gavere, vi g. — Van lannes Nazareth, vi g. — Van Victoer 
Huuchs, vi g. — Van Matheeus Burckgrave, van achterstelle, xvii g. — Van Loy van 
Dale, vi g. — Van lan de Klerc, van verachteriinghe, iii g. — Van de weduwe Ques- 
tiers, iii g. — Van Stevin Coetsoen, vig. —Van Philips Boopzomers,yig,--\^nHanne' 
kin de Raymakere, vi g. — Van Hughef. lacop, vi g. — Van Pieter Covent, vig. — 
Vande vrauwe van Heede,mg. — Van lanHeveleyr, van verachteriinghe, xii g. — Van 
lacop de Wulf, iiii g. — Van Adriaen de Visscliere, vi g. — Van lan van Ottre-^ 
gheem, vi g. — Van Mechiel Ryquaert, iiii g. — Van Fierin Gobbe, van verachteriin- 
ghe, xii g. — Van Clays Toolnare, vi g. — Van Colaert Monsyoen, vi g. — 
Van Lenaert van Houdebouche, vi g. — Van Uaernout van Hummele, vi g. — Van 
Adriaen Mathiis, vi g. — Van Cornelis de Nacht, van verachteriinghe, xviii g. — Van 
Gabriel de Coopère, vi g. — Van Hubin vander Linde, vi g. — Van lan de Busere, vi g. 

— Van lan vander Weyde, vi g. — Van lan de Neve, vi g. — Van loos Sclieede, vi g. 

— Van lacop Mottael, vi g. — Van lan de Koniinc, vi g. — Van lannes, de orghelare 
teFreren, van verachteriinghe van iaerghelde, xii g. — Van Merc le Bungeluer, vi g. — 
Van Mercx neve Reynaut, vi g. — Van Willem Vrelant, vi g. — Van de weduwe van 
Gavere, vi g. — Van ionfrau Kaervoet, iii g. — Van de vrauwe van de Watere, iii g. — 
Van de vrau Lantseloets, iii g. — Van de vrau sgrauwerckers, iii g. — Van de vrau 
sdroechsceerers, iii g. — Van Cristinekin Yweins, iii g. — Van de vrau Paselins, iii g. 

— Van Grietlin Boudins, iii g. — Van Baerbelkin vanden Kasteele, iii g. — Van lan 
de Pape, vi g. — Van loris van Tielt, vi g. — Van lan Toolnaer zelve, vi g. — Van 
lacop Huten Broucke, vig. — Van meester lan Britoen, iiii g. — Van lan Tolfin, 
van verachteriinghe, xviii g. — Van Saelmon Ryneel, vi g. — Van Boudin Waliin, vi g. 

— Van Hughe f. lacob, vi g. — Van Pierkin Booms, vi g. — Van Matheeus Bertel- 
meeus, vi g. — Van lacop Huten Broucke, vi g. — Van Willem van Londerzeele, vi g. 

— Van lan vander Wyeghe, vi g. — Van lan de Klerc, vi g. — Van Haernoulet, lans 
knape, vi g. — Van Willem vander Gavere, vi g. — Van Anthuenis vander Gavere, vi g, 

— Van Adriaen van Sint Cornelis ghilde, vi g. — Van Matheeus Burchgrave, vi g. — 
Van Veronis Hemelriic, vi g. — Van Victoer Huuchs, vi g. — Van Pieter Covent, vi g. 



274 LES EHLUMINEUBS DE SBUOES 

— Van Adriaen de Vischere, vig. — Van Fierin Gobbe, vig. — Van WiUem 
Zeghers, iiii g. — Van Babekin Boems, iii g. — Van de vrau van Hesde, iii g. — Van 
Babekin vande Kasteele, iiî g. — Van loris Kaluwaert, vi g. — Van Pieter Aradiins, vi g. 

— Van Haemoulet, vi g. — Van meester Willem f. Heinncx^ vi g. — Van Cillekin 
van Pariis, vi g. — Van lan de Pape^ vi g. — Van Clays de Dievele, van verachteriinghe 
van iaergbelde, xxvii g. — Van Tannekin Booms, iii g. — Van Babekin vande Kas^ 
teele, iii g. — Van Hannehin Minnins, iii g. — Van lan Elyas, van verachterin* 
gbe, xiig. — Van Pieter Flûreins^ vig. — Van Matkin tôt WiUem Vulant, van 
verachteriinghe, vi g. — Van Beinric Priem, van verachteriinghe, xviii g. — Van de 
v?eduwe Questiers, van verachteriinghe, vi g. — Van Minekin tôt de wedawe voorseid, 
van verachteriinghe, vi g. — Van de weduwe Nockebroucx, iii g. — Van lohannes van 
OUregheem, vig. — Van lan de Pape, vi g. — Van lannes Bloc, vi g. — Van Haemekin 
van Hummele, vi g. ^ Van Babekin vande Casteele, iii g. — Van Veronis Hemelriic, vig. 

— Van Lenaert van Houdeboucke, vi g. — Van de vrau sDonckers, vau verachteriin- 
ghe, vi g. — Van lan de Neve, vi g. — Van lan de Busere, vi g. — Van Adriaen van 
Sint Cornelis ghilde, vi g. — Van WiUem Vrelant, vi g. — Van lan de ConiinCt vi g. — 
Van WUlem van Londerzede, vi g. — Van Stetnn Coetson, vi g. — Van lan vander 
Weyde, vi g. — Van Matheeus de Burchgrave, vi g.— Van Roegier Boentant, vi g. — Van 
lan de Toolnare zelve, vi g. — Van loes Sceede, vi g. — Van Pieter Boem, vi g. — Van 
meester lan Britoen, iiii g. — Van ionfrau Kaervoet, iii g. — Van de vrauwe vande 
Watere, iii g. — Van de vrau NockebroucXt iii g- — Van Matkin tôt Willem Vre- 
lant, iii g. — Van Tannekin Booms, iii g. — Van Babekin Boems, iii g. — Van Baer^ 
bêle sMuenicx, iii g. — Van Liivine droechsceeres, iii g. — Van Gabriel de Coopère, vi g. 

— Van loris van Tyelt, vi g. — Van Hubin vander Linde, vi g. — Van lan vander 
Wyeghe, vi g. — Van Hughe f, lacop, vi g. — Van Heinderic Priem, vi g. — Van 
Triistram Rietscoof, vi g. — Van Saelmoen Ryneel, vi g. — Van de vrau vanden Borne, 
van verachteriinghe, ix g. — Van de weduwe Waliins, iii g. — Van Fabri, gheheeten 
lan de Smit, vi g. — Van Clays van Dyke, vi g. — Vân WiUem van Gavere, vi g. — 
Van Anthuenis vanden Gavere, vi g. — Van lan Hevelere, van verachteriinghe, xviii g. 

— Van Paschier vander Wyeghe, van verachteriinghe xviii g. — Van Paschier, 
over heer Laureyns, van verachteriinghe, xii g. — Van lan de Klerc, vi g. — 
Van Clays van Rysewiicx moeder, vi g. — Van loris du Mont, vi g. — Van 
Maykin Robrechts, iii g. — Van de vrau Lantsheere, iii g. — Van Cristinekin 
Yweins, iii g. — Van Maykin skupers dochter, iii g. — Van Baerbele sMuenicx, ii g. — 
Van de weduwe Qutsiiers, iii g. — Van Minekin, haer ioncwiif, iii g. — Van lacop 
Mottael, iiii g. — Van Grietkin Boudins, iii g. — Van de vrau Lantsdoets, iii g. — Van 
de vrau sDonchers, iii g. — Van Maykin van Gavere, iii g. — Van loris Kaluwaert, v g. 

— Van Merc le Bongetuer,yi g. — Van Mercx neve, Reynaut, vi g. — Van meester WUlem 
f. Heindericx, vi g. — Van Pieter Aradiins, vi g. — Van Colaert Monsyoen, van ver- 
achteriinghe, xii g. — Van Michiel Manesiin, vig. — Van Adriaen Mathiis, vig. — 
Van lacop Huten Broucke, vig. — Van lannes van OUregheem, vi g. — Van Hannehin 
van Gheeme, v g. — Van Hannehin de Ray makere, v g. — Van Vicloer Huuclis, iiii Vt g- 



à 



LES EULUMINEUBS DE BBUOES 275 

Dit es dat ic, lan Toolnaei\ huut gheghevea hebbe van messen tsichtenl den 
iviii'^ dach van Lauwe int iaer M cccc ende Ixiiii toten xxix'*^ dach van December 
anno Ix^ii. 

Betaelt van messen, 2 1. 15 s. 10 g. 

Van ziinghen ende van orghelen, 6 s. 4 g. 

Item, noch de zielmesse van lan van Date S iiii g. 

Item, de ziel messe van Boudin Waliin *, iiii g. 

Item, de ziel messe van lannes Nazareth ', iiii g. 

Item, de ziel messe van Clays Toolnaere ^, iiii g. 



Dit es dat ic, lan Toolnaere, huut gbegheven hebbe tsichtent den xviii*^» (j^ch van 
Lauwe int iaer H cccc ende Ixiiii, van allerande oncoste aengaende der ghilde toten 
xxix"*** dach van December anno Ixvii. 

Item, betaelt van wasse, 14 s. g. 

Item, noch betaelt van de dwalen te wasschene, 4 g. 

Item, noch betaelt van te daghene, 2 s. 4 g. 

Item, betaelt in de Vlieghende Hert ende in de Kolve, 11g. 

Item, noch betaelt als wy omme ghiinghen, 3 g. 

Item, noch van nuwelen ende van hoedekins ende van beyaerden, 1 s. 1 g. 

Item, noch gbegheven Haemout de Mol^ sDicendaechs naer Sinte Luucxs dach, 
updevane, xxs. g. 

Item, noch gbegheven ende betaelt den abt vanden Heecoute vande iaren 1464, 
1465 ende 1466, ghevallen den vi«««'' dach in Meye anno 1465, 1466 ende 1467, 18 s. g. 

Item, noch betaelt van oncoste ten Ecchoute, ii g. 

Item, noch gbegheven doen wy tôt Haernout de Mol ghinghen om de vane te besiene, 
een stoop wiins van vi g., vi g. 

Item, noch gbegheven om de stocken vander vane, iiii g. . 

Item, noch gbegheven om de knoepen ande stoc te maken, ii g. 

Item, noch om de vane stocx te beslane met yser, iiii g. . 

Item, noch gbegheven Haernout de MoU als wy de vane thuus haelde, xvi s. g. • 

Item, noch betaelt iiii hellen flueyl laken daer de vane mede ghemaect es, - 
coste xxiii s. g. 

Item, noch de zyde friingen die an de vane ziin, coste v s. i d. g. . 

Item, noch betaelt Haemout de Mol de reste dien wy hem scnldich bleven, xiiii s. g. ^ 

Item, om de crucen te vermakene, costen x g. 

Item, noch gbegheven van oncoste den sceppere doen wy tlaken fiueeyl cochten 
vander vane, iiii g. 

< Cette somme est portée en compte immédiatement après le payement pour la messe célébrée 
le Lundi après le Dimanche de Q^as^modo, 14 Avril 1466. 

* Porté en compte entre le 37 Octobre et le 1*' Novembre 1466. 

* Porté en compte entre le 23 et le 30 Novembre 1466. 

* Porté en compte entre le 29 Novembre et le 6 Décembre 1467. 



276 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Item, noch ghegbeven den scepper die de vane maecte, iii s. g. 

Item, nocb ghegbeven om kanevetsdaer of dat gbemaect es een sac daer men de 

vane in besteyt, iii g. 

Item, gbegheven om lan Tolfin te bereciien, i g. 

Item, nocb gbegbeven om Clays de Dievel te berecken, i g. 

Item, noch om de weduwe van Date te bereckene, i g. 

Item, noch ghegbeven int kaberet doen Bouditu hautvaert ghedaen ?ra8, ii g. 

Item, nocb gbegheven int kaberet doen de huutvaert van lannes Nazareth ghe- 
daen was, vi g. 

Ilem, nocb gbegheven lan de Zwarte, i g. 



Dit es dat ic, lan Toclnaer, ontfaen bebbe tsichtent Nyeudach int iaer H cccc Ixvii 
toten xxix*^ dach van December anno Ixviii, dit commende van gracien. 

hem, eersl in ontfaen van gracien inde Vlieghende Hert, ende was Verzworen 
Maendach naer Dartiendach, iii g. 

Item, ontfaen van gracien, den x*^° dach van Sporkelle, xvi g. 

Item, ontfaen van gracien van Dominicus ende van HaernouUi^ iii g. 

Item, ontfaen van gracien van broeder loos van Compienge^ viii g. 

Item, ontfaen van gracien by lan de Klerc over een loos ende over een lacop onder 
hem beeden, xiig. 

Item, ontfaen van gracien ten diversche stonden van béer lan vanden Vischerye ten 
Eechoute, int gbebeele, ii s. i d. g. 

Dit es dat ic ontfaen bebbe van incommende ghelde van leerliinghe ende van nyeuwe 
gbildebroeders tsichtent Nyeudach voorseid toten daghe van beden int iaer van Ixviii. 

Van achterstelle, van Neilkin van Zwevezeele, leerde met Lyvine droechscee- 
rers, viig. — Van veracbieriingbe van Cristo/fels de Vos, vig. — Van frère Berthol- 
meeus de Eugubyo, xii g. — Van Griffoen Sôhier, xii g. — Van Lieuin Forcx, xii g. — 
Inde ghilde van Hannekin Ftft, ii pont was. — Van miin ghenade Triistram scoema- 
kers wiif, iiii g. — Van een meiskin dat leert met miin ghenade voerseid, ende beet 
Miinkin^ xii g. — Van Bannékin sMoers incommen, xii g. — Van Thueninekin Lants- 
heere, xii g. — Van een Peerinekin Croocxs^ xii g. — Van Paschier over een Grietkin 
Breyels, xii g. 



Dit es al dat ic ontfaen hebbe van iaer ghelde ende van verachteriinghe van iaer 
ghelde tsichten Nyeudach int iaer M cccc ende Ixvii toten xxix'^*" dach in Décembre 
anno Ixviii. 

Van loris du Mont, vi g. — Van Donêinicus vander Bile, vi g. — Van Victoer 
Huuchs, i Vi g. — Van Haernoulet Bazekin, vi g. — Van Haeimout van Hummele, vig. 
— Van Matheeus Bertelmeeus, van ii iaerscaren, xii g. — Van Lenart van Houdt- 
bouche, vi g. — Van lan de Klerc, vi g. — Van tan Toolnaer zelve, vi g. — Van Gabriel 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 277 

de Capere^ vî g. — Van Pieter Tkomaes^ vî g. — Van lacop Buten Broucle^ vi g. — 
Van lan de Neve^ vî g. — Van Colaert Monsyoen^ vi g. — Van Willem f. lans, vi g. — 
Van lohannes Fabri^ vi g. — Van Willem Vrdant^ vi g. — Van meesler lan Bri- 
tœn, iiiig. — Van Tannekin Boems, iiig. — Van Babekm Boems, iiig. — Van de 
vranwe vanden Borne, iii g. — Van lan Beemaert, vi g. — Van de weduwe Ques^ 
tiers, iii g. — Van Nyetkin, haer ioncwiif, iii g. — Van scrauwerckers, iii g. — Van 
Cristinekin Yweins, haer ioncwiif, iii g. — Van de weduwe Walliins, iii g. — Van iono- 
fraa Kaervoets, iii g. — Van vrau van de Watere, iii g. — Van Babekin vanden Cas- 
teeU, iii g. — Van vran sDonckers, iii g. — Van vrau LanUeloeU, iii g. — Van de 
vrauwe van Heede, ii iàerscaren, vig. — Van Babekin Knibbe, up ii iaren, iiiig. — 
Van loris Kaluwaert, ii g. — Van lan de Busers wiif, i */« g« — Van lan dé Buser, vi g. 

— Van Michiel Manesiin, vi g. — Van lan van Acxele, vi g. — Van Adriaen van 
Sinl Cornelis ghilde, vi g. — Van lan vander Wyeghe, vi g. — Van loris van Tyelt, vi g. 

— Van lohannes van OUregheem, vi g. — Van Willem vanden Gavere, vig. — Van 
Anthuenis vanden Gavere, vig. — Van Clays van Dike, van ii iaren, xii g. — Van 
loes Sceede, vi g. — Van meester Willem, vi g. — Van Saelmon Ryneel, vi g. — 
Van lan Hevelere, vî g. — Van Haemoulet Basekin, vi g. — Van Cristoffels de Vos, in 
minderiinghe, iiii g. — Van lan vanden Serghe, van ii iaren, xii g. — Van lan de 
Pape, van ii iaren, xii g. — Van Loy van Dole, van ii iaren, xii g. — Van Merc le 
Bongetuer, vi g. — Van Beynout, ziin neve, vi g. — Van Hughe f. lacops, vî g. — 
Van loris du Mont, vi g. — Van Paschier vander Wyeghe, vi g. — Van Hubin vander 
Linde, vi g. 



Dît es dat ic, lan Toolnaer, huut ghegheven hebbe ,van de messen tsichtent Nyeudach 
int iaer van Ixvii toten xxix*^° dach van December anno Ixviii. 

Eerst, van messen, 19 s. 6 g. 

Item, de sanghers, van de messe te ziinghen up Sint Luucx dacb, ende up Sint lans 
dach, tsDicendaechs naer Kersdach. 2 s. g. 



Dit ziin aide costen die ic, lan Toolnaer, betaeit hebbe vander ghilde weghe tsichtent 
Nyeudach int iaer van Ixvii toten daghe van xxix in December anno Ixviii. 
Item, ghegheven loris Kaluwaert, van daghen, 8 g. 

Item, van nnwelen ende van hoedekins, 3 g. 

Item, van oncosten, 10 g. 

Item, den abt vanden Heechoute, vanden îare dat vîel in Meye anno Ixviii, 6 s. g. 
Item, van toortsen ende keersen, 4 s. 3 g. 



Item, dit naer volghende is dat ic, lan de Clerc, ontfaen hebbe anghaende onser 
ghilde van Sint lan ende Sint Luuc, beghinnende den xxviii«^° dach in Décembre 
anno Ixviii toten xxvii^t^Q dach van Décembre anno Ixix. 

Item, eerst van iaerghelde van Hannekin Guillebert, vi g. — Item, van Cristoffels 

IV 85 



278 LES ENLUMINEURS DE BRUGES 

de Vos^ van achterstelle, ii g. — Van lan Tolnare, vi g. — Van WiUem vanden 
Gavere, vi g. — Van Thuene vanden Gaverr^^ vi g. — Van lan vanden Berghe^ vî g. — 
Van Adrian MathiU, van achterstelle, vi g. — Van lan de Neve, vi g. — Item, meester 
Willem inde Ledertanwer strate, vi g. — Item, van meester lan Borton, iiii g. — Van 
Loys Liedet, vi g. — Van Reynout de Tylly, vi g. — Meester Veronimus^ van 
ii iaren, xii g. — Van loorù van Thiell, vi g. — Van Willem Yrelant^ vi g. — Van 
Kaerle van It/te, vi g. — Van lan de Buzere, vi g. — Van Gabriel de Capere^ vi g. — 
Van lan Soors^ van achterstelle, vi g. — Van Marc le Bungeiuer^ vi g. — Van SaUmon 
Rineel, vi g. — Van lacop Mottad^ iii g. — Van lan Piisen, vi g. — Van Arnaud 
van Eommeley vi g. — Vân Matheeus Berihelmeem^ vi g. — Van Clais Knodde^ van 
ii iaren, xii g. — Van Heimic Pîiem, van ii iaren, xii g. — Van Stevin Cochon^ van 
ii iaren, xii g. — Van Corin, de scolmeester, viiig. — Van Hannekin vander Lende^ vig. 
— Van Bubekin vander Lende, vi g. — Van loos Scheede, vi g. — Van Pieter Ara- 
dinSf vi g. — Van lacop Uuten Bronche^ vi g. — Van my, lan de Clerc^ vi g. 

Item, van ioncfraawe Karvoets, iii g. — Van Barbelé Minnekins^ iiii g. — Van Tan- 
nekin Booms^ iii g. — De vrauwe LancelooU, iii g. — De wedewe Keyts^ iii g. — Van 
Nietkin Lamenduers^ iii g. — Van Lievine^ loos wiif, iii g. — ^ De vrauwe Lants^ 
heeren, iii g. — De wedewe Wallins, iii g. — Maykin Gillis^ iiii g. — Van de verlich- 
teghe inden Wingaert, Babekin Booms^ ende van Bavinehin^ ontfaen by lan Tolnare^ 
tsamen, v g. — De wedewe Beverlincs^ iiii g. — De vrau sbackers of van Hee^ by 
Berghe^ iii g. — De vrauwe vanden Barne, iii g. 



Det ziin de niewe ghildebroeders. 

Item, ontfaen niewe inde gilde, eerst, Pieters Cupers dochtcr, Paulinekiny die wont 

met Paschier^ xii g. 

Item, Hannekin van Besdie, xii g. 

Item, van Loys Liedet^ xii g. 

Item, van Philips de Marole, xii g. 

liem^ Claerkin Moermans, xii g. 

Item, van Henrice de Coninc, xii g. 
Item, van lohannes Zunne, twee pondt was. 
Item, nocb ontfaen van gracien, iiii Ib. was, by lan vanden Berghe. 

Item, nocb ontfaen van ofTermyten. 3 Vt 8* 

Item, ontfaen van gracien van dheer lan vander Vischerie^ vi g. 

Item, Laukin de Fine, xii g. 

Dit na volgende is dat ic, lan de Clerc, hebbe ontfaen van liiken van pelder gelde. 
Item, eerst vander doot van Pieter Floreins wive, v s. viii g. 

Item, vander doot van der vrauwe vanden Watere, aile oncosten betaelt blivende 
der gilde net, xii g. 

Item, vander doot van Pieter Floreins, iii s. g. 

Item, vander doot van Dominicus wiifs brocder, iig. 



LES ENLUMINEÏÏBS DE BBUOES 279 

Item, vander doot vaa dheer lan vander Scane^ met den achterstelle van tween 

iaren, iiii s. g. 

Item, vander doot van Willem van Londerzeele^ iii s. g. 

Item, vander doot Aemoudt van Hommele^ iiii s. vi d. g. 

Item, vander doot van lans van OUergheems dôchter, iii s. g. 



Dit naer voighende is dat ic, lan de Clerc^ uutgheven hebben ter gilde behouf, 
beghinnende tSint lans dach na Midwinter anno Ixviii, den xxviii'^'^ dach in December, 
eindende den iare Ixix. 

Betaeit van messen, SI s. 3 g. 

Item, den zanghers ende orghelare, 2 s. g. 

Item, om boedekins ende om nuwelen, 4 g. 

Item, den clerc om daghen, 1 s. g. 

Item, up Sint Luucx dach ende Sint lans dach, ghegheven den gheseischepe in 

rekreacie, 1 s. 6 g. 

Item, om toortsen ende om was, 3 s. 5 g. 

Item, noch verleit upden Versworen Maendach na Midwinter, ii g. 

Item, noch den clerc, om daghen te liike van Pieter Floreins wiif, ii g. 

Item, de messe in ons cappele, . iiii g. 

Item, aldoe, voor offer kersen, iii g. 

Item, aldoe, voor daghen in ons cappelle, ii g. 

Item, upden selven dach verleit inde Viieghenden Hert» ix g. 

Item, noch den clerc, om daghen ten liike vanden Watre, ii g. 

Item, om te doen daghen ten liike van Pieter Floreins^ ii g. 

Item, om de zielmesse tonser cappelle, den priester, iiii g. 

Item, aldoe, ter selver messe, om te daghen, ii g. 

Item, ten selven daghe, verleit inden Viieghenden Hert, xili g. 

Item, om te doen daghen over dheer lan vander Scane tSint Ouburghe, ii g. 

Item, om te doen daghen tonser cappelle, ii g. 

Item, den priester, vander messe, iiii g. 

Item, om de messe, over dheer lan vander Vischerie^ iiii g. 

Item, om den zelven heer lan te doen dagen twee reysen, iiii g. 

Item, om te doen daghen om Arnekin van Humle twee reiseû, iiii g. 

Item, de messe in ons capelle, iiii g. 

Item, om thornament thuus te bringhen, i '/t g* 

Item, om te doen daghen ten liike van Willem van Londerzeete, ii g. 

Item, noch om daghen te Sint Gillis ende tonser cappelle, iiii g. 

Item, den priester, voor de messe in ons capelle, iiii g. 

Item, aldoe, ten selven daghe verleit inden Vliegenden Hert, vi g. 

Item, omt oornament thuus te bringhen vanden voorseiden Willem^ ii g. 

Item, om te doen daghen ten liichuuse van lans dochter van Ottergheen^ ende ooc 

tOnser Vrauwen, iiii g. 



280 LES ENLUMINEUfiS DE BBUOES 

Item, noch ghedaen dagen tonser capelle, ii g. 

Item, de priester, vander messe tonser capelle» iiii g. 

Item, doe, omt ornament tbuus te bringen, ii g. 

Item, up den zelven dacb nade messe, verleit ten Eecboutte, i Vt g* 

Item, betaelt de abt van Eechoute, vi s. g. 

Item, betaelt ter cause van onsen pardone int bof van Doornike, iis. vid. g. 

Item, betaelt Pieter Covent^ voor waschen ons dwalen, ende de candelaren te 

schueren te Paeschen, ii g. 

Item, noch te Paeschen, ii kersen, elc i Ib., uiig. 

Item, om Sint lans dach in Heye ende Onse Vrauwe dacb talf Oust, om roosen 

hoedekins, ; ii g. 

Item, om i slotel ende om i yser vander gordiin roede, ii g. 



Lan mille ilii"" Ixx, le jour Saint Pol, xxv* jour de Janvier rendj comte lan le 
Clerc, doyen des lybrayries a Bruges, et lyvra a lan de Buzer tout che que icy après 
sensieut. 

Item, dit naervolgbende is dat ic, lan de Clerc, ontfangben bebbe angaende onser 
ghilde van Sinte lan ende van Sinte Luuc, begbinnende den xxviii in Décembre 
anno Ixix toten Nieudacb daer na anno Ixx. 

Item, aider eerst van nieu ghilde broeders ende van pelder ghelt. — Item, van 
Callekin vander Banc tôt miin vraumoeder, xii g. — Item, Adriaen Drabbe, xii g. — 
Item, ontfaen van Adriaen de matsenare, xii g. — Item, lannekin vanden Wimgaerde, 
totc de vrauwe sgrauwerkers, xii g. — Ilem, meester Anthuenis de Floorentiin, xii g. 
— Item, lan Dt>rtca;, xii g. — Item, Hannekin, lan Diericx zuene, xiig. — Item» 
Hannekin, lan Diericx leerknecht, xiig. — Item, Tibaut, de verlichtere, xiig. — 
Item, Heindric f. Heyndricx, de parkementmakere, xii g. — Item, lohannes Kar- 
lier, xii g. — Item, Hendric de Mossa. vi g. — Item, loos van Breda, vi g. — Item, 
Francisco de Aeste, xii g. — Item, bii lan vanden Berghe, om een van Loochem, iiii g. 



Item, dit es den ontfanc vanden pelder ghelde. 

Item, ontfaen ter cause van lan van Hottregkeem, iii s. g. 
Item, ter cause van Clais van Diike, ii s. vi d. g. 

Item, loris van Thielt, iii s. g. 

Item, om lan de Neve, iii s. g. 

Item, om lan Piizens kindekin, vi g. 

Item, om lan Toolnarens zuene, xii g. 

Item, dit naer volghende es den ontfanc vanden iaerghelde. 

Item, aider eerst, voor my, lan de Clerc, vi g. — Aernout Bazekin, vi g. — Hannekin 
Guillebert, vi g. — Stevin Cootson, vi g. — Aernoulet de Cat, vi g. — Willem van 
Gavere, vi g. — Anthuenis van Gavere, Willems zuene^ vi g. — loos Scee, vi g. — lan 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 281 

de Neve^ vi g. - lan Heveler^ vi g. — ClaU Cnodde^ vi g. — Meester lan Briton, iiii g. 
-^ PUter Aradiins, ii g. van gracie ende ziin iaergbelt, viii g. — Lomis Liedet^ vi g. — 
Meester Robert Canipeel, vi g. — Willem Vreylant^ vi g. — Adriaen Avezuene^ iiii g. — 
Régnant de Tylli, vi g. — lan Pus, vi g. — Adriaen de Vischere^ per lan Piis, vi g. — 
lan de Buzere, vi g. — Colaert Mansion^ vi g, — Philips de Maroeles^ vi g. — lan de 
Cat^ vi g. — Marc le Bongeteur^ vi g. — Adriaen Mathiis, van ii iaerscaren, xii g. — 
lan Toolnare^ vi g. — lan vanden Berghe, vi g. — lan van Hesche, vî g. — looris van 
Thielt, vi g. — Item, voor dbeer Alaert, een messe van iii g. — Item, dheer lacop de 
Clerc, een messe van iii g. — lanTolfin, van iii iaerscaren, xii g. — Bannekin 
Meese, iii g. ter cause van Lenaert van Houboucke, ende ic, lan de Clerc, ooc iii g., vi g. 
— Fierin vander Gobbe, van ii iaerscaren, xii g. — Gabriel de Copere^ vi g. — Loy van 
Dale, vi g. — Pieter Bekaert, vi g. 



Item, dit naer volghende es tghildeghelt van den vrauwen. 

Item, aider eerst, ioncfrauwe Kaervoet, iii g. — De wedewe Keyts, iii g. — De vraawe 
van Beyde, iii g. — De vrauwe sLansheerens, iii g. — De vrauwe sdroochsceeres 
in Sint lacops strate, iii g. — De vrauwe sBrunens, iii g. — De weduwe Walyns, iii g. 
— Barbelé Booms^ iii g. — Barbelkin vanden Casteele, iii g. — Zuster Tannehin 
Booms, iii g. 

Dit naervoighende is dat ic, lan de Clerc, huut ghegheven hebbe ter gbilde behouf 
beghinnende Sint lans daghe te Middewiinter anno Ixix toten nieu iare van anno Ixx. 

Item, aider eerst, verleit aïs wii rekende ten Eecboute, iii g. 

Item, om messen, 19 s. 1 d. g. 

Item, verleyt ter cause van lan van Hottregheem om tboorleraent ihuns te brin- 

ghene ii g., de ghezellen ter recreacien, xii g. 

Item, om de messe, iiii g. 

Item, als wii omme ghingben, i g. 

Item, in de Veronike, als wii de custode bestede bii Paschier, iii g. 

Item, verleit ter cause van Clais van Diike, om de messe, iiii g. 

Item, thoorlement tbuus te bringhene, ii g. 

Item, de gbesellen ter recreacien, xii g. 

Item, ter cause van looris van Thielt, van twee waerfte te daghene, iiii g. 

Item, om thoorlement tbuus te bringhene, ii g. 

Item, om de messe, iiii g. 

Item, de ghezellen recreacie, xii g. 

Item, ter cause van lan de Neve verleit van daghene twee waerve, iiii g. 

Item, thoorlement thuus te bringhene, ii g. 

Item, om de messe, iiii g. 

Item, de ghezellen van recreacie, ilii g* 

Item, om stroo iii reyzen, i g. 



^ 



282 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Item, om hawelen eade om hoedekins Sint lan in Meye ende te half Houst, ende 

up Sinte Luucx dach, 4g% 

Item, om do zanghers van Sinte Donaes, 2 8. g. 

Item, up Sinte Luucx ende Sint lans daghe, de ghezellen ter recreacie. 1 s. 8 d. g. 

Ilem, de clerc, van daghene, 1 s. g. 

Item, om de toortse sleven te verwisselene, ii '/t g» 
Item, om te doen wasschene iii dwalen, iii servietkins, ende tpelder laken, ii '/s g. 

Item, om wasse keersen ende toortsen, 3 s. il d. g. 

Item, verleit om den abt vanden Eechoute, vi s. g. 

Item, om loris Calvaert, iiii s. g. 

Item, om de custode van onzen crucen. v s. g. 



Dit na volgbende es dat ic, lan de Buzere, ontfanghen hebbe angaende onzer 
gildc, beginnonde Nieudagbe anno Ixx tôt Nîeudaghe anno Ixxi. 

Eerst, van nieuwe giidebroeders ende leerkindren. — Item, Pierkin Dammins^ 
woonl met lan van Ypre, xii g. — Item, Germain VieUaert, de verlichter, xii g. — 
Item, Neilken Agoets, per Puetevin, fîlia Pieters, xii g. — Item, lan ParadiiSy scriver 
van Hesdiin, xii g. — Item, van lan de porpointstickers wiif, per Toolnare^ xii g. — 
Item, lacomine, ûH^l lacaps van Ylaenderen^ leert met /ans wiif voorseid, xii g. — 
Item, Triistram scoemakers wiif, perlanTolnare^ xii g. — Item, lan vanden Win- 
gaerde, scriver uut Hollant, per Berge^ xii g, — Item, Toorkin f. lacops van Gavere^ 
verlichter, xii g. — Item, lan de Wignacourt^ per CoUaert^ xii g. — Item» Cazin 
Bobreel^ scriver, per Colaei% xii g. — Item, Htighet Lembourch, per Colaert, xii g. — 
Item, Zegher de Vos, van Bruesele, scriver, per Berge. — Item, Maertin die met 
WHlemet cam. 



Dit ziin iaerghelden. 

Item, Stevin Cotson, vig. — Hannekin Guillebeert, dictus Meese^ vig. — Heerster 
WiUem inde Ledertauwer strate, vig. — De vrauwe Lanceloots^ van twee iaren, vi g. 

— Reynoudt de Tilly, de scriver, vi g. — Thybout, de verlichter, voor i half iaer, iii g. 

— Lawiis Liedet^ de verlichter, vi g. — lan de Ratmaker^ in minderinghe, vi g. — 
Willem Vrelant, de verlichter, vi g, — lan Piisele, de boucscriver, vi g. — Kersti" 
nekin Yweins, de verlichleghe, iii g. — Heinric Priem^ scriver, vi g. — Liisbette, 
Adriaens mif van Hee, iii g. — Heester Kaerle van Lille, vi g. — loos Tants wiif, de 
droochscherer, iii g. — lacop Lantsheeren wiiff, de verlichteghe, iii g. — Meester lan 
Borton^ iiii g. — lan de Cat, boucbinder, vig.— De wedewe Waîlins, ni g. — 
Adriaen Mathiis, vi g. — Hannekin ande Braemberch brugghe, vi g. — lan Diericx^ 
dictus van Ypre, voor i half iaer, iii g. — lan de Clerc, vi g. — Griffoen Sohier, de 
schriver, vi g. — lan de Buzere, vi g. — Zusler Tannekin Booms, iii g. — Philipe de 
Maroles, verlichter, vi g. — lan Tolnare, vi g. — Gabrieel de Copere, vi g. — lan 
vanden Berghe, vig. — Paschier vander Wieghe, van drien iaren, xviii g. — Victoor 



LES ENLUMUIEUBS DE BRUGES 283 

Huuchs^ van vier iaren, ii s. g., ende van beloften ter vanen, vi g. — lacob Vuten 
Bronche^ in mioderingbe, vi g. — Adriaen Avesuene, de matsenare, yi g. — Zalmoen 
Rineelf de tafflet dragher, vi g. — loncfrauwe lane^ Adriaen Karvoets mit, iii g. — 
lan vander Weede, dictus Bemarts, vi g. — De vrauwe vanden Barne, van twee 
iaren, vi g. — Pieter Aradins^ vi g, — Dheer Alaert, priester ten Eechoule, iii g. — 
Willem van Gavere^ vi g. — lan Eveleir^ de scriver, vi g. — Arnoulet de Cat, ver- 
lichter, vi g. — loorHn de Monts, scriver, in minderinghe, vi g. — De wedewe Ques- 
tiers, iii g. — Hannekin Mauwe, in minderinghe, vi g. — Aernout Bazekin, vi g. — 
Meerster Robrecht Kanipeel, xiig., ende neweivan nu voort an niet meer in ons 
gheseiscip ziin noch hem metter neeringhe ghehelpen; ware de contrarie bevonden, 
zo wil hii staen ter correxie ende te zulker boete als wii daer up hebben ; dit was 
ghedaen by my, lan de Buzere, lan Tolnare, lan de Clerc, lan vanden Berghe, etc. — 
Item, Matheeus Burchgrave, in minderinghe, viii g. — Item, ontfanghen van gracien 
van dheer Anthonis. iii g. — Item, Marc le Bungetuer, vi g. — Item, Anthonis vanden 
Gavere, vi g. — Item, Loy vanden Dole, voor ii iaren. — Van lan de Ratmaker,^ in 
mynderinghe, xii g. — Van Galeyne achter Sint Loys huus, vi g. 



Dits den ontranc van liiken. 

Item, ontfaen vander doot van lans wii£f vanden Berghe, iii s. ii d. daer of betaeit den 
priester, iiii g., den ghesellen snoens in recreacien, iii g.; bliift der gilde net xxii g. 

Item, ontfaen vander doot van Willem vanden Gavere, iii s. vi d., daer of betaeit 
den priester iiii g., bliift der gilde iii s. ii d. 

Item, ontfaen vander doot van Pieter Convent, ii s. g.,daer of betaeltden priester iiii g., 
den clerc ii g., bliift der gilde xviii g. 

Item, ontfaen van pelder gelde ?an Aernoudt Bazekin, x g. 

Item, ontfaen van pelder gelde van meester Kaerle van LiUe, iiii g. 



Item, als lan de Clerc der gilde rekeninghe dede, ghaf hy my over de gilde te 

boven, viii s. xi 7s d. g. 

Item, up Sint Luucx dach, van seinen ende offermiten, i '/tg. 

Item, up Sint lans dach te Midwinter sgheliicx, iiii ingelsce. 

Item, van dheer il^erto koninc feeste cam te boven, vii g. 



Item, dit na volgende is dat ic, lan de Buzere, uutghegheven hebbe angaende onzer 
gilde, beginnende Nieudaghe anno Ixx endende Nieudaghe Ixxi. 

Eerst, van messen, 20 s. 9 d. g. 

Item, den clerc, van daghene, i s. g. 

Item, een messe over Adriaen de Visdiere *, iiii g. 

Item, up Sint Luucx dach ende Sint lans dach, den zanghers, van singhene, 1 s. 10 d. g. 

' A la fin du mois de Juillet. 



B84 LES ENLUMINSUBS DE BBU0E8 

Item, om hoeden, nuwelen, gars ende gaero, 2 g. ende een oude placke. 

Item, betaelt miin heere vanden Eechoute, van dat hy ons levert bouc, kelct, orna- 
ment, wiin ende broot, yi s. g. 

Item, betaelt onsen clerc van sînen dienste, iiii s. g. 

Item, betaelt de scrinewerker om twee peider laden, een groote ende een cleene, 
van beeden, xx g. 

Item, betaelt den smit, van de meeste wel te beslane, xi g. 

Item, om lan Elyas int berec te stellene, i g. 

Item, als lan de Clerc ziin rekeningbe dede, in recreacien, vi g. 

Item, Yersworcn Maendaghe na Paeschen, verleyt in recreacien, v g. 

Item, up Aider Zielen dach, verleitin recreacien, iii g. 

Item, aïs Pietej Convent ghestorven was niement wilden draghen dan lan Bernaerts 
ende loorU Caluwaert^ dies scanc ic hem den wiin, iii g. 

Item, de groote scipkiste te minen te bringhen, i Vi g* 

Item, van wasse kersen ende toortsen, 8 s. 3 d. g. 



A 



Receu par moy, Colard Manchion^ comme doyen de ceste année anno Ixxi"* commen- 
çant le premier de Janvier, par Jehan de Buzere, la somme de xiii s. i d. g. en la pré- 
sence de Jehan de Tolenare^ Jehan de Clen^ Willem Yreeland^ Pierre Âlardin^ Jehan 
Bernard et pluisseurs autres. 

Ihesus. lehannes. Lucas. 

Dit na volghende es dat ic, Colard Manchion, ontfanghen hebbe aengaende onser 
ghilde, beghinnende den eerste dach van lanuario anno Ixxi"* tôt Ixxii*". 

Eerst, van nieuwen ghildebroeders ende leerkinders. 

Willekin van Belle, wonende te Tybauld, xii g. — CoUinet de Pois, wonende te 
Colaerd Manchion, xii g. — Pieter Bouchier, te Colaerd Manchion, xii g. — Martin Rost, 
par Berghe, xii g. — Van Pieter Aradis knecht, xii g. — Pauwelhin Monnekin, xii g. — 
Margarite, lacob Coks wedewe, xii g. — Philebert Poitevin, barbier van miinen heere 
van Honferrant, vi g. — lohannes de Masio ende lohannes de Finellis, inden wouker 
te lacopinen, xii g. — Comelis f. Willems, par lan de Clerc, xii g. — Ghiis de par- 
kement maker, xii g. — Zeker de Vos, van incommende gheld, xii g. — Denis vander 
Veene, van incommende gheld, xii g. — Grietkin Aghets, van incommende gheld, xii g. 

Tontfanc van ghildebroeders. 

lan de Clerc, vi g. — Clais Knode, vi g. ^ De vrauwe Keils, iii g. — lan ToU 
naere, vi g. -^ Gabriel de Copere, vi g. — Bethin vanden Wattre^ in minderinghe van 
haer incomste ende iaergheld die dracht xviii g., ontfaen vi g. — Vrauwe vanden Ee^ 
van twee iaren, vi g. — Pauline de Brune, van twee iaren, vi g. — De pourpointers 
wiif, van twee iaren, vi g. — Zegher de Vos, vi g. — lan vander Lende, vi g. — Guil- 
lame Robert, vi g. — Hannekin Guillebert, vi g. — Victor Hugues, vi g. — Barbelé van 
der Castede, iii g. — KaeUin vander Banc, iii g. — De vrauwe vander Baeme, iii g. — 
De wedewe inden Zelver stratte, iii g. — Meestre Kaerle, vi g. — • Phelipe de Ma^ 



LES ENLUMINEURS DE BBUOES 285 

rolles^ vî g. — lan Paradis^ vi g. — lan vander Weeghe, vi g. — lan Pise, vî g, — 
Meester lan Breton, iiii g. — Lievine, loos miU iii g* — Thibauld, vi g. — Corin^ v g. 
— Colaerd JfancAto», vi g. — Thuene van Gavre^ vi g. — lan vanden Berghe^ vi g. — 
lan vanden Winghaerde, vi g. — Loy vanden Dale, van ii iaren* xii g. — Adriaen 
MathiiSt vi g. — George du Mont, vi g. — lan Eveler, vi g. — Tannekin Boms^ van 
ii iaren, vi g. — lan vanden Hessche, vi g. — Willem Vrelund, vi g. *~ lan de Bu- 
zere, vi g. — Loys Lyedet, vi g. — Pieter Aradis, vi g. — lan Bemaerd, vi g. — loos 
Sehee, vi g. — Dbeere Alaerd PaveUlon, iii g. — Dheere Anthonis, iii g. — De 
wedewe Lameers, iii g. — Meester WiUems, vi g. — Baerbele sMeunekins, iiii g. — 
lan Tolphin, van ii iaren, xii g. — Kerstine inden Poitevin, iii g. 



Dit es tonfanc van liicken ende van gracie. 

Ontfanghen van lan vanden Berghe, omme drie ponden vras, xv g« 

Ontfanghen van Pieter Aradis moeder. xvi g. ; ghegheven in recreade viii g., zo 

bliift net ter ghilde, viii g. 

Item, vanden oSèrande, iii g. 

Item, vanden offerande upden Allen Zielen dach, ii g. 

Ontfanghen van meester Kaerle, ii s. ; ghegheven den priester iiii g., ende ter re- 

creacie iiii g., zo bliift net xviii g. 

Van Marc wiif . 

Item, van messire Nicole de Tilly. 

Ontfanghen biider hand van lan de Buzere, in promptis, xiii s. i d. g. 



Dit na volghende es dat ic, Colaerd Manchion voorseid, uutghegheven hebbe ter 
ghilde behouf. 

Eerst, van messen, 21 s. 9 d. g. 

Den clerc, 1 s. 2 d. g. 

Luce Ewangeliste ende Sainct lan dach, omme den zanghers, 1 s. 10 d. g. 

Den orghelare, 4 g. 

Omme nieuwelen, 2 Vt g* 

An miinen heere den abdt, vi s. g. 

Die zelve dach, in wiinen, v g. 

Item, an onse clerc, omme siin salaris, iiii s. g. 

Item, omme was, iiii s. v g. 

Item, als wii onzen rekeninghe dede, in recreacie, vii g. 

Item, omme den schoenlaken te wasschene, ii g. 

Item, an lan Mayaerd, omme Sinte Luc te sniden, vii s. vi d. 

Item, in recreacie, als de cop ghemaect was, iiii g. 

Item, Allen den Zielen dach, in recreacien, v g. 

Item, omme den belde thuus te bringhene, i Vt S- 

86 



286 LES BNLUHINEnBS DE BBUOES 

Ihesus. lofaannes. Lucas. 

Dit na voighende es dat ic, Colard Manchion^ ontfaDghen hebbe aïs deken van onsen 
ghilde, begbinnende deneerste dach van lanuario anno Ixtàv" tôt IxxiiK 

Eerst, van leerkinderen. 

Kaerlekin^ wonende met lan vander Lende, den bouken bindere, xii g. — Michiel 
van Gavre^ boukbinder, xii g. — Hannekin van Gavre^ xii g. — Lauwekin le Waerder^ 
van lan de Clerc^ xii g. — Guyot Dangerans^ ii ponden was van zin incommende gheid • 



Tontfanc van ghildebroeders ende ghildesusters. 

Colaerd Manchion^ vi g. — lan Paradis, vî g. — Thibauld, vi g . — Stevin Cochon^ vi g. 

— lan vander Lende, vi g. — lan de Toolnaere^ vi g. — Gabriel de Coopère^ vi g, — 

Ernoulet le Cat, vi g. — La veve Lanselot^ iii g. — lohannes de Finellis^ iii g. — lan 

. Eveler^ vi g. — Henry, parcheminier, vi g. — lan de Clerc, vi g. — lan van Hespe, vi g. 

7- Anthoniis van Gavre, vi g. — lan vanden Berghe, vi g. — Adrian Mathiis, vi g. — 

I008 Scheede, vi g. — lan van Ypre, van ii iaren, xii g. — lan Guillebert, vi g. — lan 

Mauwe, van iiii iaren, ii s. g. — Loyset Lyedet, vi g. — Clarekin, de verlichtere, van 

, ii iaren, vi g. — Kerstine, iii g. — Ernoul Bazekin, vi g. — Casin . Boberel, vi g. — 

. laniin Zone, vi g. — Guillame Robrecht, vi g, — Guillame Vreeland, vi g. — lacob 

, Ute Brouke, vi g. — lan Bernaerds, vi g. — Regnauld de TUli, van ii iaren, xii g. — 

lan de Buzere, vi g. — Dheer lan de Lanseere, iii g. — De vranwe Keits, iii g. — Clais 

Knode, vi g. — Dheer Anthoniis, iii g. — Meester Willem, den scollen meester, xii g. 



Dit es tontfanc van liicken ende van gracient 

Van Calekin vander Banc, iii s.; ghegheven ten recreacien den ghesellen xii g., ii s. g. 

Van lan van Esken, iii s. ; ghegheven ten recreacien vii g.» reste ii s. v. g. 

Item, van lan voorseid, vi g. 

Item, van Anthoniis van Gavre, vi g. 

Item, van gracien, 10 Vt £• 

Item, ontfaen van lan Bernaerd wedewe, bii der hand van Theeux, ii s. viii g. 



Den huatgheven om den messen, 21 s. 6 d. g. 

Den clerc, 2 g. 

Sint Luc ende lohannis, omme den zanghers ende organista, 2 s. 2 d. g. 

Omme niewelen ende ga rs^ 8 g. 

Omme te bringhene de belde ten autaer, i Vt g* 

An miinen heeren den abdt, vi s. g. 

Die zelven dach in recreacien, in winen, vg. 

Item, an den smet die den ancheren anden outaer ghemaect heeft, xg. 

Item, in winen omme recreacien als den cop vanden outaer ghemaect was, x g. 

Item, betaelt omme torsschen ende was, iii s. iii g. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 287 

Dit navolghende es den utgheven vanden outaer dat ic, Colaerd Mansion voorseid, 
als deken, mitsagaders miinen ghesellen gbildebrqeders, lan de Buzere, lan de \ 
Ckrc, lan Tolnaere^ loos Scheede, lan vanden Berghe, lan Bemaerds^ Thibaud, ende ) 
meer anderen, hebbea doen maken, die intgheheel ghecost heeft iii 1. g. 

Betaelt biimii, Colaerd^ an lanMayaerd, temmerman, den somme van ii 1. ix s. viiig. 



Hier naer volcht den ghaene die ten zelven outaer wat ghegheven bebben. 

Eerst, den vorseiden Côlaerij yieren waghescotten ende vis. g. /a» de Tolnaere^ 
lan vanden Berghe, lan de Buzere^ lan vander Weyde^ Arnould Bazekln, GuUlem de 
Scoonhove^ Stevin Cochon, Willem Vreeland, Regnauld de Tilly, Emoulet le Cat. Dese 
voornoomden persoonen bebben ghegheven alsoot bliikt bii huerlieder bandscrifften. 



Ibesus. lohannes. Lucas. 

Dit naervoighende es dat ic, loos Scheede, ontfangben hebbe van ghildebroeders 
ende ghildezusters van onser ghilde, aïs deken, twelke men houdende es ten Eechoute 
binnen Bruggbe, beghinnende den eersten dach van lanuario anno Ixxiiii tôt Ixxv. 

Van iaergbelde. 

Eerst, dbeere lacob de Cleiv, iii g. — Meester lan Britoen, iiii g. — Lievin de Toi- 
lenare, vi g. — Betkin vanden Watre, van ii iaren, vi g. — Victoor Huuchs, vi g. — 
lannekins sConiincx, van achterstelle, vi g. — lan Piise, vi g. — Zuster Tannekin, 
van ii iaren, vi g. — Cristofels de Vos^ vi g. — lan Evelleer, vi g. — Zuster Siiekin, iii g. 

— De grauwerkiighe/oon'ts Muushonts wiif, vanii iaren, vi g. — Gabrielde Coopère, vi g. 

— Tybaut, vi g. — De weduwe Lantsloots, iii g. — Francissco de Asquo, iiii g. — 
Meester Anthuenis de Florense, doctor in Theoiogia, vi g. — De vrauwe sDonckers, van 
achterstelle betaelt, xviiig. — De weduwe Waliins, van ii iaren, vig. — lan vander 
Lende, vi g. — lan van Essche, vi g. — Thonine vanden Watre, van ii iaren, vi g. — 
Salamon Rineel, vi g. — Heindric Priem, vii g. — lan de ToUenare, vi g. — loos 
Scheede, vi g. — lan de Clerc, vi g. — lan . Tolfin, betaelt bii lan de ClercK, vi g. — 
loncfrauwe lane, Adriaen Carrevoets, iii g. — Anthuenis van Gavere, vi g. — Adriaen 
Mathiis, vi g. — Lievin de Tollenare, vi g. — Marcx Bongetuer, van ii iaren, zii g. — 
lan de Caet, vi g. — lan GuiUebeert, vi g. — Meester lan Briitoen, iiii g. — Pieter 
Aradiis, vi g. — Greffoen, vi g. — Loys Liedet, vi g. — Pauwelline sCupers doch- 
ter, iii g. — Coppin Uten Bronche, van ii iaren, xiig. — Willem Vredandt, vig. 

— De vrauwe inde Poteviin, maetsenariigbe, iii g. — lan Piise, vi g. — Loysei de 
Noyelis, vig. — PhUlippe de Morolles, van ii iaren, xiig. — De vrauwe sCocx, iii g. 

— Lievine, in Sint lacobs strate, iii g. — Betkin vanden Watre, iii g. — lanehin 
sConiincx, iii g. — lan Tolfin, vi g. — lan de Busere, vig. — Victoor Huughs, vig. — 
lan vanden Berghe, vi g. — Arnoudt Basehin, van ii iaren, xii g. — Bubeert, vi g. — 
De weduwe Keyts, iii g. — D'beere Anthuenis, ten Eechoute, iii g. — Colaert Man- 
schion, vi g. — Babekin Boems inden Wiingaert, per lan van Ypre, van ii iaren, vig. 

— lan van Ypre, voor hem zelven, vi g. — Barbare, dicius Lussch, iii g. — 
Reynoud de Tilli, vi g. — lohannes Fabrii, van iiii iaren, ii s. g. — Casin Bokerd, vi g. 



288 LES ENLUMIKEDBS DE BEUGES 

— Meester WilUm^ scoelmeester, vi g. -— Pauschier vander Wyeghe, vi g. — loorkin 
de Mont, vi g. — Rombout van Utrecht, van ii iaren betaelt, xii g. — Hannékin 
Moes, vi g. — Fierin Gobbe, betaelt tiaer Ixxiiii^^ tôt Meye Ixxv val met xvi g. — 
I008 vanden Damme^ vi g. — Dheere AUaert PoUeunic^ iii g. — lan Mauwe, vi g. 



Dit es nocb ontfaen bii der bant van loos Scheede^ als deken, van nieucommende 
broeders ende leerkinderen. 

Eerst, Piatiin MoreeU xii g. — Truekin Mariins, die moeder beift enen vleeshouder 
ghetrauwet, xii g. — Dheer Boudin des Près, lii g. — Frankin Scheede, xii g. — lan 
Pinte, xii g. — Loys Wittoen, viii g. — Ancelmus vander Beeke, xii g. — Hubei^t van 
den Nieuwen Casteele, xii g. — Franskin de Paeu, te lan Piisen, xii g. — lanneUn 
van Eede, te Paesschiers, xii g. — Betkin vanden Watre, xii g. — Grietkin Gossaerts, xii g. 
Betkin de docbtere <Ftt//s, xii g. — lannekin van Baelberghe, xii g. — Grietkin, Pau-- 
wels sPayers docbter, xii g. — Adriaenkin, loriis Riiquaerts kint» biider bant van 
Moriscus dBaec, xii g. — Kallekin vander Vaert inde Poteviin, xii g. — Laukin 
Zwanchaert, Pauwels Zwankarts kint, xii g. — Lievin van Loeuvene tôt lan Guille^ 
bert, xii g. — Reynouds broeder, xii g. — fan Helias knecht, tôt lans vander Lende, 
betaelt up ziin incommen^ — Cornelis Houbare, betaelt up siin incommen. — Beelkin 
vanden Wiingaerde tôt lans Raymakers, xii g. — Adriaenkin de Raet tôt Willem Yre-- 
lands, xii g. — Willekin van Ossele, up ziin incommende ghelt betaelt, iiii g. — Cor^ 
nelis Boubare, up ziin incommende gbelt betaelt, iiii g. — Pierkin Cristiaens zone 
Heindricz per Croock^ xii g. 4 

Nocb ontfaen biider bant loos Scheede van gracien ende offermiten. 

Eerst, Willem inden Woucker, ter gracien, vi g. 

Bastiaen biiden Nazaretten inden Wouker, iiii g. 

De wedeive Keyts, ter gracien, vi '/t g- 

Den eersten Verzwooren Haendacb, van offermiten quam, ii g. 

sWondaecbs messe gbedaen over de doot van Willem Zeghers, in offermiten 
quam, ii g. viii miten. 

Den tweesten Verzwooren Haendacb, i g. 

Ten overlidene als Barbelé Nockebroucx messe ten Eecboate gbedaen wort, ende 
ten overlide vander zielmesse van Paesschier vander Wieghen, tsamen in offer- 
miten, iiii g. 

Den Verzwooren Maendach naer Sinxen, xiiii miten. 

Sinte Luucx dagbe, de offermiten bedragben, xx miten. 

Sint lans dagbe, de offermiten, i g. 

Nocb ontfanc bii mii, loos Scheede, van pelder gbelde ende liicken. 

Eerst, Willem Zeghers quam vi g. 

^ L*apprenU dont il est question ici fut probablement Guillaume van Ossele, inscrit quelques 
lignes plus bas. 



LES SNLUMINEUBS DE BBUGES 289 

Item, eens radders kint tsieghens over miin heere vaa Sint loriis in recreacien 
ghegheven den ghesellen te vooren, xiig; het ghinc wech zooder profiit vander 
ghilden. 

Item, noch ontfaen vander doot van Barbelé Nockebrocx ten Vlamincdamme, van 
iiii iâren achterstels ende de messe ende pelderghelt al tsamen, voor al xliiii g. 

Paesschier vander Wieghe item, waer of salighe ghediinkenesse dootscult staet be- 
taelt messe pelder ghelt van twee iaren verachtert, van al tsamen ontfaen int 
tgheheele xivi '/s g* 

Dit naervolghende es al tghuendt dat ic, loos Scheedej huut ghegheven hebbe aen- 
gaende der ghilden, beghinnende den eersten Zondach in lanuario anno Ixxiiii tôt Ixxv. 

Eerst, van messen, 21 s. 6 d. g. 

sVriidaechs naer Onse Vrauwe in September, over de ziele van Barbare Nocke- 
broucx ten Vlamincdamme, iiii g. 

Vanden zanghers ende oorghelare, Sinte Luucx dach ende lohannis, 2 s. '/s d. g. 

Van garse, nnellen, spellen ende roosen hoets, 3 7t g* 

s Donderdaechs naer Aile Zielen daghe, over de ziele van Paesschier vander Wieghe 
messe, iiii g. 

Te beyardene up lohannis dach, 1 g. 

Van wasse» 3 s. 3 d. g. 

Van diversche huut gheleide costen. 

Van wasse, 12 g. 

Item, een slot vanden toorsche lade, ende de ruede vanden outare, ende ii hoochsken 
ende de ruede te vertinnene, tsamen , x g. 

Item, vanden zeghelen ende tclein zegheikin te verdeckene ende tsouderen, ii g. 

Item, een halsseel omme ande groote lade of pelder, coste iii g. 

Item, loriis Caelwaert betaelt van Ceellaers Manschions iaer, twelke gheviel int iaer 
lxxiii»ich, vs. g. 

Item, betaelt miin heere den abt, twelke gheviel Meye vi anno Ixxiiii, vis. g. 

Item, noch be&elt per mi den maetsenare, den steenhoudere, ende van cleinen ysere 
dat zii verbeesden, de somme van xxvii Vi g. 

Item, noch betaelt loriis Caelwaert, upt tiaer Ixxiiii, v s. g. 

Item, betaelt vanden ysere daer den outaer vast an es, xviii g. 

Item, in recreatien ghegheven» 8 g. 

Item, in recreatien vanden dooden Passchier vander Wieghe, eade Barbare Nocke^ 
broucx ten Vlamincdamme zalighe ghedinkenesse ten gheselscepe waert uten name 
vanden draghers, ende ghedaen Sint lans daghe alsmen den deken vermaecte, Ihesus, 
Maria, xii g. 

Item, te Tybauts coninc feeste Colaert mi ghelast als deken, dat ic hem leenen soude 
tsiner feeste, in minderinghe van Colaerts voorseid huut gheleiden ghelde, welke som- 
me staet verclaertst bachten bii Colaerts ontfanghen ghelde, iii s. vi d. g. 



290 LES ENLUMINEURS DE BRUGES 

Dit heift Colaert Manschion oatfaen in miudernesse vanden drie pondeo grooten die 
hii verleit hadde aïs hii dekin of ghinc, angaende onsen outaer, ende ic, loos Scheede^ 
dekeû, int iaer ixxiiii hebbe ghemiudert zine somme alsoot hier ghescreven staet : 

Eerst, biiden ghaenen die belofte ghedaen hadden eade es te wetenealsoo sii staen 
bii namen ende bii toe namen : 

Colaert selve, vi s. g. — lan dp. Tollenare, ii s. g. — lan de Buzere^ xîi g. — lan 
vanden Berghe, xii g. — lan Tolfin^ per Scheede^ vg. — De vpauwe Lan$heev$^ per 
Scheede^ iii '/> S* ^ Arnaud Bas^kueU xii g. — Mor issus dHaec^ ontfaen per Colaert 
selve, ii s. g. — Morissus dHaec noch gheift an Colaert Manschion ter waerdicheit 
vanden outare die men hem noch tachter es, an Colaert voorseid, de somme van xviii 
g. — Willem Vrelandf ii s. g. — lan de Clerc. — Reynoud de Tilli, xvi g. — Amoulet 
de Cat. — Phylippe de Morolis^ ii s. g. — lan van Essche, xii g. 



Dit es noch in minderinghe van Colaerts somme dat hii an hem ghehouden heift 
angaende de iaerghelde ende leerkinders ende incommende nieuwe etc. 

Colaert Manschion selve, Ixxiiii, vi g. — Colaert ontfaen van Loys Witton inden 
Barch, présent mi, viii g. — Colaert ontfaen van enen leerkinde te Paesschiers vander 
Wyeghe daer hii perkement voor hadde, ende zinen nameesilnce/mus vander Beke^ xii g. 
— Colaert ontfaen van Eubei^t incommene ende van enen iare ghelde, ende was tiaer 
Ixxiiii, xviii g. — Colaert ontfaen van lan vanden Berghe vanden iare Ixxiiii, vi g. — 
Colaert ontfaen van Arnoud Basehuul, van ii iaren, xii g. — Colaert ontfaen van Ar- 
nouds Basekuul leerkinde, xii g. — Colaert ontfaen per Scheede voor Tybaudt aïs hii 
coniinc was ten Eechoute ter feesten van hem, iii s. vi d. g. — Colaert ontfaen van 
enen leerkinde tôt Morissus dHaec^ ende heet Adriankin, loriis Ryquaerts kint, biider 
hant van Monssus dHaec, xii g. — metten xviii grooten die de gbilde te boven was als 
Colaert Manschion deken of ghinc, met dien ghelde heift hii in minderinghe vanden 
iii 1. grooten ontfaen xxv s. x Vs d. g.; ende dit was ghedaen présent Colaert Man- 
schion inde Vlieghende Hert in mindernesse van zinen verleiden ghelde, ende was 
présent Morissus dHaec, lan de Tollenare, Paesschier vander Wieghe, lan vanden Ber- 
ghe, lan de Clerc, loos Scheede, als deken, ende veel meer andere ghi^lebroeders, den 
xxiii^ dach in Meye, ende hem over ghegheven bii ghescriifte in eenen brief. 

Aengaende den outaer dat men Colaert sculdich was de drie ponden van den outare 
es vul betaeit up de reste biider hant van loos Scheede. 



Ihesus. lohannes. Lucas. 
Dit naervoighende es dat ic, Pieter Aradiins, ootfanghen hebbe vande ghildebroeders 
ende ghildezusters van onzer ghilde aïs deken, twelke men houdende es ten Eechoute 
binnen Brugghe, beghinnende den eersten Zondach van lanuarius anno Ixxv tôt Ixxvi. 

Van iaerghelde : 
Eerst, lan Toolnare, vi g. — De weduwe sCoxs, iii g. — Anthuenis van Gavere, 
vi g. — lan vanden Berghe, vi g. — Heester Anthuenis, de lacopiin, vi g. — Adriaen 
Mathiis, vi g. — Matheeus de Burchgrave, vi g. — loncfrauwe Kaervoets, iii g. — 



LES EKinMINEUBS DE BBUaES 2gi 

Heyndric Priem, vi g. — De weduwe Lanceloots, iii g. — De vrauwe Muushonts^ iii g. — 
Zasier Tannekin, iii g. — Zuster Siikin, iii g. — lan Eveler, vi g. — Lossche Bar- 
bele^ iii g. — De weduwe Waliins^ iii g.— lan Guillebertyi g. — lan vander Lende, vi g. 

— Victoor Huuchs, vi g. —Betkin vande Waiere, iii g. — Salomon Rineel, vi g. — lan 
Paradiis, vi g. — lan Tolfin^ Vi g. — Livine, loos Tants wiif, iii g. — Heer Boudewiin 
de Près, vi g. — lan Piise, vi g. — Willem Vrelant, vi g. — Tybaut, vi g. — Régnant 
de TyllU vi g. — Tristram de scoemakers wiif, iii g. — loos Scheede, vi g. — lan van 
Hesschen, vi g. — loDcfrauwe Kaervoets, iii g. ende vi miten. — lannekin van Hee, iii g. 

— Meester lan Britoen, iiii g. — De wedawe Keyts, van ii iaren, vi g. — lan 
Pinte, vi g. — Heer lacob de Clerc, iii g. — lan de Clerc, vi g. — lan de Raymakere, 
van ii iaren, xiig. — De vrauwe sDonckers, iii g. — lannekin vanden Braemberghe, iii g. 

— Meester Willem, de scoolmeestere, vi g. — lan de Buzere, vi g. — Germein F«/- 
laert, vi g. — lan Fabry, vi g. — Casin Bobreel, van twee iaren, xii g. — Rombout van 
Hutrecht, vig. — lacob Huuten Bronche, vig. — Meester Lowiis Liedet,\3Ln ii iaren, xiig. 

— Meester Pieter Booms, vi g. — Panliinkin, de porpoinstickeghe, iii g. — Liisbette, 
de backeghe, iii g. — Arnout de Coi, vi g, — Heindric Priem, vg. — Dheer Alaert 
Pnelwiic, iii g. — Hannekin Vilt, van ii iaren, xii g. — lan vanden Berghe, xii g. — 
Hnbin vander Lende, xii g. — Genin de Pateroon, ii g. , 



Dit es noch ontfaen biider hand van Pieter Aradiins, als deken van nieucommende 
Icterkinders. 

Eerst, Gheerkin de HoUandere, par lan Gnillebe7% xii g. — Symon Mannaert, par 
Pieter Aradiins, xii g. — lennin de Corbie, par Stevin, xii g. — Minekin Tronkoos, 
par Stevin, xii g. — Callekin Mesaens, par lan Piise, xii g. — Betkin van Baver e, par 
l%n van Hesschen, xii g. — Nelkin, par de weduwe vander Wieghe, xii g. — Hannekin 
fsebronc, vander Sluus, par Matheus, xii g. — Lowiis Witoen of van Spi^rs, van ach- 
terstelle van zinen incommende ghelde, iiii g. — Grietkin Mazieres, par Cristine, xii g. 



Noch ontfaen biider hand van Pieter Aradiins van gracien ende oSermiten. 
Dertiendaghe, tôt maleene inden Vlieghenden Hert, xii miten. 

Als wii de conincfeeste baden daer wii haten int Dracxkin, xii miten. 

Item, als Colaert Mansions wiif duatvaert ghedaen was, van offermiiten, iiii hinghelen. 
Item, ontfaen up Sinte Loys dach, van offermiiten als men lan vanden Berghens wiif 
zielmesse dede, iiii g. ende iiii mitqn. 

Item, noch van offermilen 12 g. 4 m. 



Noch ontfanghen bii my, Pieter Aradiins, van pelder ghelde. 

Eerst, Colaert Mansions wiif. 

lans vanden Berghens wiif, iii s. g. 



292 LES ENLUHINEUSS DE BBUOES 

Dit Daervoighende es al tghaent dat ic, Pieier Araditnst huut ghegheven hebbe an- 
gaende der ghilde» eerst, van messen begbinnende den eersten Zondach in lanuario 
aono Ixxv tôt Ixxvi. 

Van tnesaen, Si s. 11 d. g. 

Noch, Sinte Luucs dacb, om de zanghers ende den ooi^belare, x g. 

Noch, up den zelven dacb, betaelt looris Calvaert, van nuwelen ende van garse, ende 
van gaerne, ende van twee dwalen te wasscbene, 5 7i g- 

Item, noch verleit om foelie ende vueghels» ii g. 

sVridacha, up Sint Loys dach, een messe over lan vanden Berghens wiif, iiii g. 

Noch, Sint lans dach, de zanghers ende de oorghelare, x g. 

loaris Calvaert, van nuwelen ende gras, i g, 

Den abt van den Eechoute, vi s. g. 

Noch betaelt loaris Calvaeri^ v s. g. 

Noch verleit van wasse, ii s. vi d. g. 

■ 

Ihesus. Ihoannes. Lucas. 
Dit naervoighende es dat ic, Pieter Aradivu^ ontfaDghen hebbe van ghildebroeders 
ende ghiidesusters van onser ghilde als deken, twelke men houdende es ten Eechoute 
binnen Brugghe, begbinnende den eersten dach van lanuarius anno Ixxvi tôt Ixxvii. 

Van iaerghelt. 
Hannekin Moers^ vi g. — lan Mauwe^ vi g. — Stevin Cotson^ vor iii iaer, xviii g, — 
I&rkin de Mons^ vi g. — Michiel van Gaver ^ vi g. — Germeyn VeiUaert^ vi g. — Griffon 
Sohier^ vi g. — Heynric Priem^ vi g. — Martin Rœst^ vi g. — Rotnboui lans^ van ii 
iaer, xii g. — Heer lacob de Cleerc^ iii g. — Heer Giiems^ iii g. — lan Pinte^ 

vi g. — Vrau van Dicke^ van allen achterstelle, xii g. -** Hubin twider Linde^ vi g. 
Framisco de Lombaert^ vi g. — Pierine in den Hout Thuun, ii g. — Pauwelinekin^ de 
cnpers wiif, ii g. ~ De weduwe Stocks^ iii g. — De vrauwe van Londerseele^ vor iii 
iaer, vig. — Maertin Roeest^ vi g. — Matheeus de Buerchgrave^ van achterstelle, xii g. 

— lan van den Beerghe^ van achterstelle, xviii g. — Deer AUaerU iii g* — Olivier vafi 
der Gobbe, iiii g. — Lievin Tolnare^ vi g. — Thorkin van Gaver^ xii g. — Hannekin 
MoerSf vi g. — Lisbette van der Muelne^ iii g. — Buson Liedet. vi g. — Meester Pieter 
Boem^ vi g. — Cornelis Rivelt, vi g. — Griffon Sohier^ vi g. — Phdips de Maroles^ vi g. 

— ArnotU Basekin, vi g. — De vrauwe Passchiers^ iii g. — lan van Heesschen, vi g. 

— lan Tolnare^ vi g. — Gabriel de Copere^ vi g. — lan van den Berghe^ vi g. — An- 
ihonis van Gaver ^ vi g. — Thorkin van Gaver ^M g. — Baerbel Minninchs^ iiii g. — 
Michghiel van Gaver ^ vi g. — Suster Tannekin^ iii g. •» lan Heveleer^ vi g. — De wedu. 
welansfoefo, iii g. — De weduwe Walins^ iii g. — De vrau sDonkers ende lannelUn^ 
vi g. — lan Mauwe^ vi g. — lan Gillebeert, vi g. — lan vander Linde, vi g. — lan 
de Cleerc^ vi g. — De vrauwe vander Muese^ iii g. — Hannekin Fttt, vi g. — Meester Wil- 
lem^ de scolmeester, vi g. — Yichtor Huchs^ vig. — lan de Busere^ vi g. — Loys van 
SpierSf vi g. — lonfrauwe Baerbel Boems, iii g. — lan Paradiis^ vi g. — Mach le Bon^- 
tuer^ van ii iaer, xii g. — De vrauwe Tants, iii g. — Heer Boudin de Prees. vi g. — 



LES ENLÏÏMINEÏÏBS DE BBUOSS 293 

lan Pise, vî g. — Willem Vrdant^ vi g. — Aemout Baesekin, vi g. — De vraawe Keyts, 
iii g. — lacob Huten Brouckhe^ vi g. — Amehin de Caet, vi g. — Triestrams de scoema- 
kers wiif, iii g. — Adrian Maihivs, vi g. — lonfrauwe KervoetSj iii g. — loes Scheede, 
vi g. — le Pieter Aradiins selve, vî g. — Didier Rivière^ vi g. — lan Tolfin, vi g. — 
Willem van Scoenhove^ xiig. — Heester lan Briton, iiiig. — Matheeus Bertelmoeus, van 
allen achterstelie« xii g. — Reynaut de Tilly, vi g. — loorkin de Mons, vi g. — De 
bachigghebacbtenWalle, iii g. — Cornelisvan Rinelt, vi g. — Maeykin van Gaver, van 
aile onde reste, vi g. 



Dit es nocb ontfanghen biider hant van Pieter Aradiins, als deken, van nieuwen 
ghildebroeders ende ghildesusters ende nieuwe leerkinderen. 

Willem van Beyeren, xii g. — lan Fabry, lot deweduwe vanderWieghe, ix g. — Lie- 
vin Martins, per deken, xii g — Baerbelkin van Cruninghen, xii g. — Heester Colaert, 
bacbten Carmes, xii g. — Didier Rivière, xii g. — lohannes de Nuse, liberaris van 
Luevene,vi g. — Paeshin Heverdey, per Heynric Priem, xii g. — Hannekin de Muet, per 
Hessche, xii g. — Baerbelkin, lan Tant dociiter, per lan de Cleerc, xii g. — Gaudiencie 
in de Craene in de Nort Sant strate, vi g. — lacotin de Tilly, xii g. — Kestiinekin Ha- 
saerts, per vrau van Dicke,'j\\ g. 



Dit es nocb ontfangben bider hant van Pieter Aradiins^ als deken, van offermiten 
ende van gracien. 

Ontfan den vi*^" dach van Heye, als men de messe dede vor de porpoutstichkers 
wiif, i V, g* 

Nocb ontfan van offermiten, ii 7t fif** ende nocb xii miten int gbelacb, als men de 
messe dede van ioufer Mushonts. 

Item, ontfan van gracien per my, Pieter Aradiins, van eeaen Spagnaert, xii g. 

Nocb van offermiten ende van raporte, 1 s. 1 g. 



Dites nocb ontfan bii der bant van Pieter Aradins, als deken, van peldergelde ende 
liiken. 

Eerst, van perpoyntstickers wiif ontfan, xxiiii g. 

Nocb, ontfan van den sterfhuuse vander ioncvrauwe Mueshont, vor al, iii s. iiii d. 

Item nocb, ontfan van Willem Vrelant, vor al ter cause vander doot van Warenbout 
van Hutrecht waert, iiii s. g. 



Dit es dat ic, Pieter Aradiins, huut ghegbeven bebbe als deken, om de messen van 
onser gbilde, begbinnende de Nieudaghe anno Ixxvi tôt Ixxvii» 

Eerst, van messen, 21 s. 9 g. 

Frindacbs, Sinte Lucbs dacb, vor de sangbers, xii g. 

IV Sf 



294 LES ENLUMINEUBS DE BBUQE8 

Noch onder halven grooten van hoedekin, ende Nicasis thus te bringhene, i '/t g« 

Noch, van garse ende nuwelen, i g. 

Friendachs, Sinte lans dach, den sanghers, x g. 

Noch, vor nawelen ende gars, i g. 



Dit es dat ic, Pieter Aradiins, bute ghegheven bebbe van diversen costen anghaende 
onser ghilde van iaer Ixxvi toi iaer Ixxvii. 

Aider eerst, al ic rekininghe dede inden Halsberch, ii g. 

Item, betaeit vor iii ellen linwaeus dat men in de Vasten vor den houtaer doet, x g. 

ltem,betaelt vor de dwalen te wasschen ende ander cleen dingben, een boude placke. 

Item, betaeit loris Calwaert, v %. g. 

Item, betaeit vor belde van Sinie Nicasis te snidene, vi s. g. 

Item, betaeit den abt vanden Heecoute, vi s. g. 

Item, betaeit Aemout de Mol, vor Onser Vrauwe ende Sinte Luc te stoffeerene, ende 
goudin laken bachten belden, ende de belden op de siège, xxiiii s. g. 

Item, noch betalt in ghelach als wii Arnout de Mol betalden in Blankeberghe, x g. 

Item, verley op Sinte Luchs dach ter maltiit, 3 g. 18 miten. 

Item, noch betalt vor Sinte Nicasis te wittene, ii g. 

Item, betalt sHandachs vor Onser Vrauwen dach, vor een messe vor Warenboui 
van Hutrecht^ iiii g. 

Item, noch verleyt in Blankeberghe, iii g. 

Item, betaeit een messe over de perpointstichker vriif, iiii g., ende den cleerc, 
lin g., 8 g. 

Item, noch als ionfrauwe Mushont begraven was, vor de messe, iiiii g., ende den 
cleerc oc, iiii g., den draghers oc, iiii g. die waren verdronken, i s. g. 

Item, noch betalt vor drie waerf dat wii omme ghegaen hebben, xii g. 



Noch ontfaen biider hant van loes Scheede, 

Dit naevolghende ziin de leerkinderen ende nieuwe incommende ghildebroeders 
ende ghildezustren. 

Eerst, een loeskin Tortelboem, Pieters suene, ende vuendt met Greffoen, ontfaen, xii g. 

Item, i Betkin Scepens met Willem Vreland ten Vlamincdamme, xii g. 

Maykin Sleeus te Willem van Scoenhove ontfaen binden huuse te Vlamincdamme, 
ende sal gheven twee groote siaers; ontfaen, ii g. 

Liisbette vander Vondele ontfaen tôt Heindric Priems^ scoelmeester, ende heift bo- 
lofte ghedaen van twee groten siaers ende niet ontfaen van incommene. 

Hannekin de Costere, een smandedraghers kint met lan vanden Berghe, ontfaen, xii g. 

WUlekin van Beyeren^ xii g. 



I 



LES SNLUHDIEnBS DE BBITSES 29S 

Dits ontfaen biiden zelven, eerst van liicken ende van pelder gbelde. 

Item, over de dootscult van lan Piise boven alien oncosten, iiii s. g. 

Item, vaD Lievin Tollenaers kint pelder ghelt, Kiî g. 

Item, de dootscalt van Morissis dEaec saliger ghedinkenesse, boven allen on- 

costen, xxxviii g. 

Item, over tkint van lan Eveleer ten pelder ghelde, iiii '/t S- 



Dits noch ontfancq van gracien ende testamenten ende offermiten. 

Eerst, van MorissU dEaec in goede saligher ghedinckenisse met goeden wille 
testament, v s. g. 

Item, van gracien Hannelin Moes^ xii g* 

Item, van gracien, up Sinte Lnucx dach zo gaf de weduwe, lans sPiisen wiif was 
saligher ghedinckenisse, over de ziele ende tenen ghedinkeue, ii s. g. 

Item, van gracien noch ontfaen vander zelver vrauwen up Aider Zielen dach ten 
Eechoute, xii g. 

Item, vanden eersten Verzworen Maendach naest Midwintere, i g. vi m. 

Item, ontfaen vanden heer Philips ten Eechoute huut gracien te verscilderen Sinlte 
Nicasius, xxi g. 

Ilem, van offermiten tonser capelle van eender ziel messe ghedaeu comt, ii g. vi m. 

Item, noch ontfaen den tweesten Verzworen Maendach naer Sincxsen, xx m. 

Item, noch in offermiten de ziel messe over Morissus dEaec, i g. vi miten. 

Item, inde ziel messe over hertoghe Willem offermiten quam, x miten. 

Item» tSinte Luucx daghe in offermiten ende andere gracien ten outare, zonder de 
quade miten, ii g. x m. 

Item, Aider Zielen daghe, ontfaen in offermiten, i g. vi m* 

Item, biider haut van lan Mauwe ende ziin wiif ghegheven teenen salighen ghedinc- 
kene een outaer cleet met enen dwaelken omme ooc ten te beessene ten outare. 

Item, loes Sdieede heift ghedaen maken ende gheve in goeder devocie enen houten 
candelare omme sonderlinghe condicien hem daer toe porrende. 

Item, Sint lans daghe, in offermiten ende andere gracien, iiii Vt g- 



Dit es dat ic, loes Scheede, als deken huut gheleit hebbe vanden messen ende Gods 
dienst tonsen outare ten Eechoute, 18 s. 11 g. 



Dit naervolghende es al tghuendt dat ic, loes Scheede, als deken int tiaer Ixxvii van 
der gbilden huut gheven hebbe sonder de messen, etc. 

Eerst, Pieter Aradiins betaelt, van zinen huut gheleiden dat hii mi over gaf te afscee- 
dene, etc., xvg. 



296 LES ENLUMINBUBS DE BBUOES 

Item, van wassc, 10 s. 6 d. g. 

Item, van wassene de dwalen, H g. 

Item, verteirt als m\ ommeghinghen, etc., 12 Vt S* 

Item, betaeit den abt vanden Eechoutte voor de plaetse, vi s. g. 

Item, betaeit loriis Caelwaert, v s. g. 

Item, omme onse kisté te verboerne ende weder te haelne, ii Vt g- 

Item, aïs men de ziel messe ghedaen hadde over Moriasis dHaec^ snoens inden Hais- 
berch, voor tghemeene verleit vander ghilden weghen, îi g. 

Item, betaeit voor de zanghers tSint Luucx daghe, viii g. 

Item, voor nuellen endc hoedekins, gaers, ghaerne, naghelen, tsamen, iiii g. 

Item, vander sloote vander sietge, ende vanden sloote ende slootelen vander scip- 
scrine, betaeit, vi g« 

Item, van dies noot was vanden papier bouc te meersene omme de diversche iaer- 

y^ scaren int scriven ende enen oude grooten die ic gaf tenen Gods penninc omme Sinte 

Nicasis verscildene, tsamen, ii ^t g* 

Item, ter begheerte van Colaert Mansion^ betaeit in minderinghe ziinder somme die 
de ghilde ende tghemeene gheseiscap tachter bleef ter laetste rekeninghe, v s. g. 

Item, betaeit den sciidre, ix s. vi d. g. 

Item, betaeit van linten ende van fringen, tsamen comt, vii g. 

Item, omme vi yserkins ende meer ander diinchs, tsamen, iii g. 

Item, betaeit omme roosen boeden ende gaers, nuelen, corden ende inkel roosen, 
ende van baeyeren daer mede, tsamen, viii g. 

Item, dat de weduwe van lan Piise, wiens ziele God ghediinke wille, gaf een houtaer 
cleet van tapycheryen ter ghilde behouf, van miin heere Sint lan ende Sint Luuc daer 
inné ghemaect, int iaer M. CCCC Ixxviii den ix^ dach in Meye, ende dat in presencie 
van lan van Hesschen, lan de Caet, lan de Clerc ^ lan Toolnare, Lievin Toolnare^ etc. 

Item, de wedewe van loos Scheede heift ghegheven i scoone groote latoene can- 
delare, etc. 



Dit naervoighende es dat ic, lan van Hesschen, aïs deken ontfanghen hebbe van 
ghildebroeders ende ghildezusters van onser ghilde die men houdende es ten Eecboate 
binnen Brugghe, beghinnende anno Ixxvii den eersten dach van lanuario tôt anno 
Ixxviii. 

Item, eerst, van ghildebroeders die niet verachterl en bliven. 

lan van Hesschen, vi g. — Anthuenis van Gavere,'yi g. — lan iîuillebert, vi g. — 
AdriaenMàthiis, vig. — lan de C/erc, vi g. — lanvander Lende, xii g. —/an lffltt«;e, vig. 

— Michiel van Gavere, xii g. — Cornelis van RieneU, vi g. — Lievin Toolnare, vi g. — 
lan Toolnare, vi g. — Gabriel de Coopère, vi g. — lan Eveler, vi g. — Marc le Bonge- 
tuer, vi g. — Celaert de Rannel, vi g. — Colart Mansion, vi g. — Griffon Sohyer, vi g. 

— Regnault de Tylly, vi g. — lan de Cat, vi g. — lan Coutset, vi g. — Francisque de 
Asque, vi g. — Gheleyn de Crooc, vi g. — lan Tolphin, vi g. — lan Piinte, vi g. — 
Heyndric Pnem, vi g. — Hannekin Moes, vi g. — Salemoen Rineel^ vi g. — Willem 



LES SNLUHniEUBS DE BBTTGES 297 

Vrelant, vî g. — Aemout Bazekin, vi g. — Meesler Willem, scolemeester, vig. — lan 
vande Berghe^ vig. — Heer Boudin des Prees, vi g. — Germain Vidaert, vi g. — Cornelis 
vanderCrele, vi g. -— Loys van Sjriere, vi g. — lan Paradiis, vî g. — Victoor Huuchs, v g. 
— Meester lan Breton, iiii g. — Toorkin van Gavere, vi g. — Guillame de Scoonhove, 
van aile resten, een gulden postulaei ende xii g., xxviii g. — Rombout f. lans, van aile 
resten, xii g. — Meester Loys Liedet, van allen resten, xviii g. — Geniin Zuene, van 
allen resten, xii g. — Pieter Becaert, van allen resten, ii s. g. — loos van Evermghe, 
van aile resten, ii s. x g. — Casiin Broheid, van aile resten, xii g. — lan de Rayma- 
kere, van allen resten, ii s. g. — lohannes Fabri, van aile reste, viii g. — Maertin van 
Roost, van aile reste, xii g. — Olivier vander Gobbe, van aile reste, xvi g. — Willekin 
van Orsele, van aile reste, xii g. — Ghiis van Varewiic, van aile reste, ii s, g. — 
Matheeus Berthelmeeus, ii g. — Broeder Michiel, ii g. — Jacotin de Tylly, ii g. — 
Heer loos, iii g. — Heer Alaert, iii g. — Heer Antheunis, iii g. — Heer lacop de Clerc, 
iii g. — Heer lacop Giins, iii g. — Piatin Moreel, vi g. 



Noch ontfanghen van ghildebroeders die resten bliven anno Ixxviii. 

Meester Pieter vander Goude, ix g. — Huson Liedet, viii g. — Aemout le Cat, vi g. 
— Didier de la Rivière, ix g. — Matheeus Burchgrave, xii g. — Meester Anthuenis, 
doctor in theologia, xii g. — Hannekin Goosiins, viii g. — Clais Knodde, vi g. — lan 
Bacheler, vi g. 



Dits den onlfanc van ghildezusters. 

Item, eerst ioncTrauwe Kervoets, iii g. — De vrauwe vande Wiingaerde, iii g. -* De 
vranwe sDonckers, iii g. — De vrauwe Bouts, iii g. — Betkin sBauers, iii g. — De 
weduwe Lancdoots, iii g. — Zuster Tannekin, iii g. — De vrauwe sCocXy iii g. — * 
Tselversmits wiif inde Eechoute strate, iii g. — loos Tants wiif, iii g. — Tannekin GUliSj 
iii g. — Tristram scoemakers wiif, iii g. — Betkin sWulf, iii g, — Scupers wiif inde 
Corte Wiinkel, iii g. — De weduwe vander Wieghe, iii g. — loncfrauwe Baerbele 
Booms, iii g. — lanekinvan Baelberghe, iii g. — De wedewe Keyts, iii g. — De vrauwe 
Walins, van aile reste, vi g. — Zuster Ziikin, van aile reste, vi g. — Cristinekin, van 
aile reste, ix g. — lanekin sKueniincx, van aile reste, vi g. — Maykin Sleeus, ii g. — 
De vrauwe m» Lomberzeele, ii g. — De vrauwe sKt-ysers, iii g. — Baerbe-le Minniincx, 
vii g. -^ Maykin van Gavere, iii g. 



Ditziin nieu leerkinders ende andere ontfanghen bii mii, lan van Hesschen, als deken 
anno Ixxvii tôt anno Ixxviii. 

Ilem, eerst GrietUn f* Michiels, cum Phelips de Maroles, xii g. — Quintin Poulet, 
cum lan de Clerc, xii g. — Hannekin Bouche^ cum Stevin, xii g. -* Pieter vande 
Woude, met Guillame, xii g. — Cornelis vander Crekd, cum Âlaerdiin, xii g. — 



396 LES ENLUHINinBS DI BBUaBS 

CaUekin Donclermortier^ met Cristine^ xii g. — Griffon van Olmene, met Germeifn, 
xii g. — HanneJUn van ZeUghem, met Moes^ xii g. — Coppiin Heyndricz^ cum Lende. 
xii g. — PierJUn Coomaert, cum Lende, xii g. — Pieriin Camelis^ cum RegnauU^ xii g. 
— Babekin sBauers, xii g. — Broeder lan van Ghent, xii g. — Coppiin Muelenyzere^ 
cum BoUandre^ xii g. — Heyndric vander Eeke, xii g. — Neilkin Sceygaerts, cum 
Cferc, xii g. — lan Spierinc, beildemakere, xii g. — Pieter Becaerts dochter losinekin^ 
met Cristine^ xii g. — Van BeUkin van TyUy^ xii g. 



Noch ontfangben van gracie, ende van peidre ende vane. 

Item, eerst, over de dootscult vander wedewe van loris van Ouboucke^ boven aile 
costen, iiii s. g. 

Item, over de doot scult van loos Scheede zaligher ghediinckenesse, boven aile 
costen, iii s. vi g. 

Item, over de dootscult van Lievin Maertins^ boven aile costen, ii s. iiii g. 

Item, over de dootscult van Adriaen Mathiis wiif, boven aile costen, iiii s. ii g. 

Item, van gracie per^Pieter Àlaerdiin^ vi g. 

Item, van offermiten, 14 g. 6 m. ende i lelyaert. 

Item, van gracie per vidua Piise, vi g. 

Item, van iiii Vs ponden oude was te gader, xxii Vt g* 

Item, lan van Hesschen^ van beloften, ii s. g. 



Dit es dat ic, lan van Hesschen, als deken, hebbe huutghegheven aenghaende de 
ghilde vande lybrariers die wii houden ten Eechoute anno Ixxvii tôt anno Ixxviii hen- 
dende ende beghinnende den eersten in Lauwe. 

Item, eerst, betaeit Colaert Manchion^ vii s. ix g. 

Item, betaeit loos Scheede^ v s. x g. 

Item, betaeit Anthuenis Wanghe, smit, van onse kiste te doene beslaene metter 
hammee, met iii slotelen ende metgaders ii yzerin roede, alte samen, ix s. g. 

Noch, vanden selve kiste te voere, ii g. 

Noch, vanden zelve kiste een houtin brugghe te doene maken, xii g. 

Noch, betaeit van v Vi hellen boerde of gordine laken, de belle iiii g., comt, xxii g. 

Item, van clauwieren, naghelen, belaelt, ii g. 

Item, van 1 of Ix riinghen, iiii g. 

Item, van friingen ende liinten, ii '/t g- 

Item, verteert int ommegane, etc., 2 s. 4 g. 

Item, van tortsen ende kerskins, 2 s. il g. 

Item, den abt vanden Eechoute betaeit, vi s. g. 

Item, loris Caluwaert betaeit, v s. g. 

Item, van te bereckene Pieter Becaert^ loos van Everiinghe, GuiUame de Schoonkove, 
lan vandrr Lende, iiii g. 

Item, van Pierot te doene vangbene, iiii g. 

Daer vore dat lan vanden Berghe heift verandwoort, xvi g. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 299 

Item, ghegheven den scrinewerkere, te wetene : ii s. voor tcassiin van ODse taelBe, 
ende iii s. g. vande duerkios dien ic meester Hans hebbe gheleent vander ghilde 

weghe, etc., ▼^•g* 

Item, verleet tôt Willem Yrelant, aïs de duerkins van onse taefle waren meester 

Bans besteit te makene, xii g. 

Item, noch betaelt den scrinewerkere, van ii ander duerkins, iiii s. g. 

Item, van ii lekins daer de dueren mede ghehanghen ziin, betaelt, viii g. 

Item, van nuweien ende gars ten ii stonden, ende van ii roosen hoet, v g. 

Item, betaelt meester Hans, up de ii duerkins die hii heift van ons te makene, î 1. g. 



Dit es dat ic, lan van Hesschen, hebbe huutghegheven van messen ende ten Gods- 
dienste ghedaen tonsen outare ten Eechoute, etc. 

Van messen, 31 s. 10 g. 

Sint Luncx dacb ende Sint lans dach, voor de zanghers, 2 s. g. 



Dit naervolgbende es dat ic, Lieven de Toolnare, aïs gouvernuer ontfanghen hebbe 
van de gildebroeders ende gildesusters van onser gilde die men houdende es ten 
Hechoute binnen Brngghe, beghinnende anno ixxviii den eersten dach van lanuarius 
tôt anno Ixxix. 

Item, eerst van ghildebroeders die niet verachtert en bliven. Lieven de Toolnare, vi g. 

— lan de Toolnare, vi g. — lan de Clerc, vi g. — Ion van de Berghe, vi g. — lan de 
Caet, vi g. — lan van der Linde, vi g. — lan van Heschen, vi g. — lan Gillebeert^ 
vi g. — lan Mauwe, vi g. — lan Eveleer, vi g. — lan Paradiis, vi g. — lan Tol/iin, 
vi g. — lan de Busere, vi g. — lan de Raymakere, vi g. — lan Moers, vi g. — lan 
Ysebrouc^ vi g. — Henderic vander Heeche, vi g. — Adriaen Mathiis, vi g. — Anikonis 
van Gavere, vi g. - Germein Vielaert, vi g. — Gabriel de Copere, vi g. — Comelis van 
Rinewelt, vi g. — Gullame van Scoonhove, vi g. — Piatin Morel, vi g. — Willem Vre- 
lant, vi g. — Regnout de Tylly, vi g, — Comelis vander Creke, vi g. — Meester Willem^ 
scoelmeester, vi g. — Aemout Basekin, vi g. — Casin Bobrel, vi g. — Griffoen Sohier^ 
vi g. — Pieter Alaerdin, vi g. — Francisque de Asque, vi g. — Willem van Beyeren, 
vi g. — Pieter van der Woude, vi g. — Maertin Roest, vi g. — Ghelein de Croee^ vi g. 

— Anselmus van der Beke, vi g. — Gennin Zuene, vi g. — Michiel van Gavere, vi g. 

— Colaert Rannel, vi g. — Heer Boudin des Prees, vi g. — Lowys van Spiers, vi g. — 
Meester lan Bortoen, iiii g. — Olivier vander Gobbe, iiii g. — Heer Alaert, iii g. — 
Heer Anthonis, iii g. — Heer lacop de Clerc, iii g. — Heer lacop Giiens, iii g. — Heer 
loes, iii g. — Broeder lan van Ghent, iii g. — Broeder Michiel, ii g, — lacotiin de 
Tilly, ii g. — Matheus Bertelmeus, ii g. — lacop Alaert, ii g. 

Item, lan vander Wieghe, van aile resten, iiii s. g. — Philippe de Mayserolis, van 
aile resten, xii g. — Meester Anthonis, doctor, van aile resten, xii g. — Meester 
Pieter Boem, van aile resten, xii g. — Matheus de Burgrave, van aile resten, xii g. — 
Didier de la Rivière, yzn resten, ix g. — Hussen Liedet, van aile resten, viii g. — 



300 



LES ENLUmNEUBS DE BSUOBS 



Baerbele Smits, van aile i^teo, xii g. -- De wedewe van Gherve, van aile resten, 

• • • • Mi 

mi Vt g- 

item, noch ontfaen van ghilde broeders ende ghilde sasters die noch resten bliven 
taechter. 

Âemout de Caet, vi g. — lan Wilt, vi g. — Clays Cnodde, vi g. — Henderic de 
Mossa^ vi g. — lan de Smit, viii g. — Stevin Cotsoen^ vi g. — Baerbek sMonincx^ iiii g. 
De vrau sDonckers, iii g. — Lisbette sWulf^ iii g. — De vrauwe Bauts^ iii g. — 
Zuster Tannekin, iii g. — De wedewe Landieloets, iii g. — De wedewe Wallins, iii g. 
— De vrauwe vander Muelene, iii g. — De wedewe sCoz, iii g. — De wedewe Piise, 
iii g. — De wedewe Keyts^ iii g. — Babekin Boenu, iii g. — Lievine in Sint lacop 
strate, iii g. — De vrauwe scupers, iii g. — Maye van Gavere^ iii g. — Beikin Scepens, 
iii g. — Anthonine de Brune, iii g. — Grietkin Wallins, iii g. — lannekin Conincx, 
iii g. — Tannekin GUIU, iii g. — Cristine, iii g. — loncfrauwe Ketrevoets^ iii g. — 
Maykin sLeus, ii g. — Katheline Mesuens, ii g. — Gaudience, Pieter suster, ii g. 



Dit ziin de nieuwe gildebroeders ende leerkinders ontfanghen by my, 
Toolnare, gouvernuer, anno Ixxviii tôt Ixxix. 
lan de Castilghe, bindere, by Anthonis van Gavere, 
Clays de Coutere, by Philippe de Mayserolis, 
Anthone de Fonteyne, 
Symonet de Stoc, par lan de Caet, 
Cristiaen de Coc, per AernotU Basecul, 
CaUekin sWitte, by de wedewe Ptûe, 
NeiUiin van Brere, by de wedewe Piwe, 
Broeder Fransois van Wùhaghe, up ziin incommen, 
Broeder Anthonis van Inbroucke, ghegheven van incommen, 
Danen van Baelberghe, up ziin incommen. 



Lieven de 

xii g. 
xii g. 
xii g. 
xii g, 
xii g. 
xii g. 
xii g. 

ixg. 
vig. 

mi Vf g- 



Item, omfaen noch van pelderen, ende van wanen, ende van gratien. 

Van lan Mauwe, van gratien ende van pelderen. 

Van Torkin van Gavere^ boven aile costen, 

Meester Pieter Boem, boven aile costen. 

Van der wedewe vander Wieghe, boven aile costen, 

Lowiis Liedet, boven aile costen. 

Van gratien ende van pelderen van Pieter Boems kiint, 

Philippe de Myserolis, boven aile costen, 

Germein Vielaert, boven aile costen. 

Van Philippe de Mayserolis wiif, boven aile costen, 

Van gratien ende pardoenen. 



IX g 
XXX g 

xxxiiii g 
m s. 11 d. g 

• • • » 

nu s. g 
viii g 

111 S. vin d. g 

xxxii g 

4 S. 6 d. g 



LES ENLUMINEUBS DE BBUGES 301 

Item, uoch van gratien ende van wasse. 

Germein^ ii pont was» xii g. — Anthonis van Gavere. twee pont was, xii g. — 
lan vander Linde, een pont was, vi g. — lan Gulghebert, voor een pont was, vi g. — 
lanekin Conincz, voor een alf pont was, iii g. — Van een Godspenninc, van lan de 
Clerc^ ii g. vi milen. — Van een Godspenninc van myn selven, i Vs g« — Stmn 
Colsoen^ van beloften ontfanghen van langhen tieden dat hy verhacter was, ii s. g. 
— Van ii duerkins, van Regnouty xviii g. — Van visselinghen van wasse, xviii g. 



Dit naerwolghene es aide offerande ende revenu wen. 

Item, metten eerste, np de Verzworen Maendach naer Kersmesse, iii g. -^ Item, 
van ofiferen over PierJtin^ wonede met lan vander Linde, iiii g. — Up de feste van ons 
coninc, xviii m. — Up de Verzworen Haendach naer Paeschen, xviii m. — Als men 
de messe dede over Tarhin van Gavere, ii g. — Als ic, Lieven, messe dede doen» 
xxviii m . — Van loes Scede iaerghetide, ii g. xviii m . — Van meester Pieter Boem^ i */• g- 

— Over de wedewe vander Wieghe^ iiii g. — De Verzworen Maendach naer Sinschen, i g. 

— Van Lowiis Liedet^ îi Vi g- — Over Philippe de Mayserolis, xxviii m. — Over 
Germein Vieliaert^ ii g. vi m. — Over de ziele daer of dat wy de kerle hebben, i g. vi m. 

— Up Aider Zielen dach, i g. xviii m. 



Dit naer volghene es dat ic, Lieven, ontfanghen hebbe van beloften ter tae£fel waert. 
Item, metten eersten, lan de Caet ghegheven, viii s. g. — Regnout de Tylly, iiii s. g. 

— lan de Toolnare^ ii s. vi d. g. — Lieven de Toolnare, ii s. g. — Germein Wieliaert, 
ii s. g. — lan de Clerc, xii g. — lan van der Linde, xii g. — Henderic van der Eecke^ 
xii g. — lan vander Wieglie, xii g. — lan Gulghebert, xii g. — Cornelis van Rinevelt, 
un g. — AernotU Basekin, xii g. — De vraawe sDonckers, xii g. — Fransisque de Asque, 
ix g. — lan Paradiis^ vi g, — Cornelis vander Creke, vi g. — Henderic Priem^ iiii 7i g- 

— BaerbeU Boems, iiii g. — Zaster Tannekin Boems, iiii g. — De vrauwe Bouts, i Vt g* 

— Anthonis van Gavere, viii g. 



Dit es ait ghent dat ic, Lieven de Tolnare, als gouvernuer hutghegheven hebbe van 
de iare van ixxviii tôt anno Ixxix. 

Item, lan van Heschen, van veracteringhen van ziine iare, xv g. 

Item, ghegheven meester Hans, al samen in een, iii lib. ii s. g. 

Item, ghegheven den haebt, vi s. g. 

Item, een slot te makene, viii s. g. 

Item, de cnapen te drincghel ende te woren ghegheven, v g. 

Item, ghegheven de scrinewerkere van up te slane et sloet, vi g. 

Item, verleit van ii brieven van meester Robert, xviii g. 

Item, ii sloteren, iii g. 

Item, van kerssen ende toersen, 6 s. 8 d. g. 

IV 38 



302 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Item, Eenne^ van zeinene, 

Item» IotU Caluwaert, van te dienene, enz., 

Item, van ^ascben een dwale, 

Item, van nuwelen ende van gaerse, 

Item, van beiaerden ende van clinkene, 

Item, een sermoen. 

Item, een maetsenare, 

Item, de stenauwere. 

Item, van loede. 

Item, de timmerman ende de smit, samen, 

Item, verleit te diversche plecke^ 5 s. 5 d. g. 



Dit es dat ic, Lieven de Toolnare^ haut gbegheven bebbe van messen ende ten Goeds 
dienste. 
Van messen, 20 s. 7 d. g. 

Van messen up S. Luucs dach ende S. lans dacb, mette sanghers ende orgbelen, 

2 s. 8d. g 
Item, een zielmesse ende vi gouden messen, samen, xxviii g« 



Dit navolghende es dat ic, Pieter Aradiins, als gouvernuer ontfangben bebbe van 
gbilde broeders ende ghilde susters van onser ghilde, die men boudende es ten 
Hechonte binnen Brugghe, begbinnende anno Ixxix den eersten dach van Laamant, 
tôt anno Ixxx. 

Eerst, Heynric vander Heeke^ vi g. -^ Adrian Mathiis^ vi g. — Anthonis van Gaver ^ 
vi g. — lan GUkbeertf vi g. — lan Tolnare^ vi g. — lan vander Linde, vi g. — Cop- 
pin Heynnichs, vi g. — Meesler Anthonis, docblor, vi g. — lan Heveleer, vi g. — 
Heester Willem^ scolmeesler, vi g. — Lowiis van Spiirs, vi g. — Claeys Cnodde^ vi g. 

— lan Tolfin, vi g. — Heynriic Priem, vi g. — Ghylayme van Vatedne^ vi g. — lan 
Paradiis^ vi g. — Piatin MoreeU vi g. — Broeder Anthonis van Inbrouke, iii g. — 
lan van Hesschen, vi g. — Hubrecht vander Linde^ vi g. — lan van den Beerghe^ vi g. 

— Dédier de la Rivière^ vi g. — Arnout de Cœt^ vi g. — Husson Liedet, vi g. — lacob 
Huten Brouchke, vor al achterstei, ii s. g. — Pieter Aradiins, vi g. — Comelis vander 
Creeke, vi g. — Aernout Basekin, vi g. — WUlem Vrelunt^ vi g. — Heer Boudin de 
PreeSf vi g. — lacotin de Tilly, iii g. — lan vanden Bertihe^ xii g. — Piatin Moreel^ 
vi g. — Hannekin Goesins, vi g. — Hannekin Moers, vi g. — Pierkin van Wouwere^ 
vi g. — Hackinet Minoet, vi g. — lan de Raeymaker, vi g. — Ghelein de Croec^ vi g. 

— Anthonis de Fonteine, vi g. — Matheeus Bertelmeeus^ iî g. — Fransishe de Hasque, 
vi g. — Maer le Boniettuer, xii g. — Broeder lan van Ghent, iii g. — Gabrieel de 
Copere, vi g. — Matheeus de Buerchgrave, vi g. — lan Mauwe, vi g. — lan de Caet^ 
vi g. — Rej^nout de Tilly, vi g. — Maertin Roeest, vi g. — Meester lan Bortoen, iiii g. 

— Lievin Tolnare, vi g. — lan de Cleerch, vi g. — Deer lacob Giiens, iii g. — Deer 
loes^ iii g. — Deer Alaert, iii g. — Deer Anthonis, iii g. — Deer lacob de Cleèrc, iii g. 



2 


g* 


8 s. 8 d. 


£• 


xii m. 


2 g. 4 


m. 


1 s. 10 d. 


8- 


vi 


g- 


• • 

xn 


g- 


ii*/t 


g- 


• 

1 

xuii s. 


g- 
g' 



I 



LES ENLUMINEUBS DE BBUOES 303 

— Griffon Sohier^ vi g. — laspaert Casus^ y\ g. — lanne Coninchs, iii g. — De we- 
duwe Lanseloets, iii g. — Susler Tannekin Boems, iii g. — De vraa Bouts^ iii g. — 
Baerbel Minninc^ iiii g. — De wedawe van Gheeme^ iii g. — Griethin Wdin^ ii g. — 
De weduwe Pise, iii g. — Gaudimde^ ii g. — Baerbel Booms^ iii g. — De vrau schep- 
pers an de Vlamincbrugghe, iii g. — De vraa Wabesone, ii g. — Vrau sBruneti^ iii g. 

— Beikin Sceepins^ iii g. — loes Tant wiif» iii g. — lannekin Coninchs^ vi g. — 
Lisbette vander Muelene^ iii g. — Cristine^ iii g. — loncvrauwe Kaervoets^ iii g. — 
De weduwe Walins, ii g. — De wedawe Keyts^ iii g. — Tannekin GiUis^ iii g. — De 
weduwe Cochs, iii g. — lanne van Bambelberghe, iii g. — Maeykin Sleeus^ ii g. — 
Suster Sykin^ iii g. — Lisbette sWuU^ iii g. — De vrau Donckers^ iii g. 



Dit sin de nieuwe ghilde broeders ende leerkinderen ontfaughen by my, Pieter Ara- 
diins, als gouvernuer anno l&xix tôt anno Ixxx. 

Eerst, Melcior Rinnewaert, xii g. 

Hannekin Hillebrant, by Amaut Basekin^ xii g. 

lan Vlaminc, ii g. 

Maeykin Gillis^ by vrau van Dicke^ ontfan xii g. 

laspaert Bonsane^ vi g. 

Colin de la Hoye^ by Anthone de Fonteyne, xii g. 

Coppin^ by Reynout de Tilly, xii g. 



Dit es ontfanc van belofte. 

De weduwe Pise, vi g. — Broeder Michiel, xii g. — lan in den Blenden Eesel, ii s. 
vi d. g. — Lisbette sWuls, vi"g. — Maertin Roest, iiii g. — Fransisque de Asque^ iii g. 



Dit es vaipgracien. 

By Lievin Tolnare, van Gods penuingbe, iii g. — By lan Tolfin, een Gods penninc, 
î g- — By Lievin, van Gods penninghe, iii */t g. — By Heynderic, i pond was, vi g. — 
In den Biter, van gracien, vii g. — Item, ontfanghen op Sinte Bertelmeeus dach, van 
seynen, boven costen, iii s. ii d. g. — Noch op Sinte Luchs dach, xiiii g. — Noch op 
Sin lans dach, van zeynen, v g. — Noch ontfan van iii '/t ponden bout was, xii g. 



Dit es dat ic, Pieter Aradiins, hutgheleyt hebbe als gouvernuer van iaer Ixxix tôt 
iaer Ixxx. 

Eerst, 'betaelt van dat de gilde tachter was, xix s. i d. 

Item, verleyt vor iii ommeganghe, xxv '/> K* 

Betalt lan van Hesschen^ vor eenen brief in francine ghescreven daer onse ordinancie 

in staet, iii g. 

Betaelt den temœerman die de tafel verstelde, vi g. vi m. 



304 LBS ENLUHINEUBS DE BRUGES 

Noch verteert als wy met den pattinmakers dronken, 

Nocb betalt den abt, 

Noch van torsen ende kersen, 

Noch betalt den cleerc, 

Den priester, van preken, 

Van clinken ende beyaerden. 

Van een hoekin, ende nuwelen ende gars» 

Noch van pampier dat in den bouch ghestelt es, 

Verleyt op Sinte Luchs dach» 

Betaeit Reynout van twee duren. 

Van messen, metten sanghers up S. Lachs dach ende S. lans dach, 





xvii 


g- 




vis. 


g- 




5 s. 


g- 




• •• ■ 

liUS. 


g- 




is. 


g- 


S 


8. 4d. 


g- 




3V. 


g- 




• 

1 


g* 




• •• 

Vlll 


g- 




« • • 

XVUl 


g- 


u 


s. 4 d. 


g- 



Dit naervolghende dat ic, lan van den Berghe, als deken ontfaen hebbe van ghilde- 
broeders ende ghildesusters van onser ghilde, die men faoadende es ten Eechoule 
binnen Brugghe, beghinnende den eersten dach in Lauwe anno Ixxx, hendende den 
laetsten dach in December anno Ixxxi. 

Van iaerghelde eerst : 

lan van den Berghe^ vi g. — lan Vlamiinc, ii g. — Ihoes Piinte^ xii g. — De vrauwe 
soupers, ii g. — De vran^e sceppers, iii g. — Jenniin Zunne^ xii g. — lan van der 
Wyeghe, vi g. — Meester Pieter van der Goude, xii g. — lan de Clerc, vi g. — Heer 
loes^ iii g. — Meester lan Bortoen, iiii g. — loes van den Damme, xii g. — Olivier 
Gobbe, iiii g. — Broeder lan van Ghendt, iii g. — Willem van Scoonhove, vi g. — 
lacob Heindericx, vi g. — De weduwe selversmeets, iii g. — Meester Willem Heinde- 
ricx, vi g. — Suster Tannekin Booms, iii g. — lan EveUr, vi g. — Hannekin Moers^ 
vi g. — De weduwe Lameloot, iii g. — De vrauwe van den Dyke, iii g. — Barbelé 
MinninXf iii g. — lan Mauive, vi g. — lan van der Linde, vi g. — lan GuUlebert, vi g. 

— lanekin Coniinx, iii g. — Frater Anthonis van Imbroucke, iii g. — Anthonis van 
Gavere, vi g. — Adriaen Mathiis, vi g. — lan Paradiis, vi g. — Pyatin Moreel, vi g. 

— Livine, loes Tants wiif, iii g. — Dydyer de Rivière^ vi g. — Aernoud de Caet, ix g. 

— lan de Ramahere, vi g. — Willem Vrelant, vi g. — Betkin Scepens, iii g. — Adryaen 
de Raet, iii g. — Aernout Bazekin, vi g. — De wedewe Keyts, iii g. — Tannekin Gillis, 
iii g. — Loys de Noyellis, xii g. — Griffoen Sohyer, vi g. — ReynouU de Tylgy, vi g. 

— lan van Heesschen^ vi g. — De vrauwe Donckers^ iii g. — Kerstine, iii g. — 
Francisco d'Asque, vi g. — Matheeus van Waregkeem^ vi g. — Hannekin Ysebrouc, 
xii g. — Meester lan Bortoen^ iiii g. — Gabriel de Coopère, vi g. — Triistram sBrune 
wiif, iii g. — Heer Alaerd, iii g. — Maertin Roost, vi g. — Masset, vi g. — Heynric 
van der Eecke, vi g. — Jenniin sBacheler, xviii g. •— Comelis pan der Creke, vi g. 



Ontfaen van incommende ghylde broeders, leerkiinderen, ende van gracien. 
Eerst, Willem de Brauwere, xii g. 

Van Gods penniinc ende gracien, 11 Vs g- 

Van offerande, 3 s. 3 d. g. 10 m. 

Masset, tôt Martin Roost, xii g. 



LES ENLUMmSDBS DE BRUGES 



305 



xii g. VI m. 

V s. iiii d. 

m s. iiii d. 

xiig. 

xiig. 

• • • • 

iiii g. 

xiig. 
xiig, 

xiig. 

xiig. 

xiig. 

111 s. 1111 d. g. 

• • • • al 

V s. un Vt g. 
xiig. 



Van lan de Caet, ter cause van Uubin^ vor siin doot scult, 

Ontfaen van een tafereel van den outare, 

lan de Toolenare^ over siin doot scult, 

Willem van de Velde^ 

Pierkin Forestier^ 

Griffoen Sohyer, van beloften 

losinekin, Gillis Dools dochter, cum vidua Lanselot, 

Betkin, lan van Leefdale dochter, cum vidua Lanselot^ 

Lievin Bloumaert^ cum Lende^ 

Minekin Ducar^ cum Crekel^ 

Callekin Leerse^ cum Doncker^ 

Willem Yrelant, over siin doot scult, 

Maerc le Bongetteur^ over siin doot scult, 

Adriaen Maertins, per Cornelis van der Creke^ 

le, lan van den Berghe, als deken, met eenighe sorghers ende ghildebroeders hebben 
ontfaen van lan Vlamiinc ii s. viii d., ter cause dat wii ghilde broeders ghehouden siin 
te commene ten vermane van den clerc te ofFeren ter sielmesse van den vorseiden 
lan Vlamiinc int overliiden van sinen levene, ende gheoffert siinde, den deken dan te 
vcrgarenne met sinen gheseiscepe ende dan ghevende elc man i g. te sinen ghelaghe ' 
waert, ende daer te biddene over siin siele ende aile onse ghildebroeders ende ghilde- 
susters zielen, ende waert bii also datter overbleve van den vorseiden penniughen dat 
soude men legghen ende gheven ter ghylde prophite, ende dit es men sculdich elc out 
deken te kennen te gheven den uieuwen deken ende siin zorghers nu siinde ende hier- } 
naer wesen sullen. 

Item, lan van den Berghe, als deken, hebbe ontfaen van Kerstinekin, onse ghilde 
suster, binnen hueren levende live, ii s. vi d. in vorme van huer doot scult ; dies so 
siin vrii, deken ende sorghers nu siinde of hier naer wesen sullen, vermaent siinde of 
wetende toverliidene van huer sceeden van deser weerelt, te doen doene i siel messe, 
ende al gheseiscap te doen vermanenne biiden clerc te commen offeren over huer siele 
ende aile onse ghildebroeders ende ghildesusters ziele. 



}- 



Dit es dat ic, lan van den Berghe, als deken betaeit van messen ende van Gods 
diensten : 

Van messen, metten sanghers ende orghellen up S. Luux dach ende S. lans 

dach, 23 s. 6 «/t d. g. 

Een sielmesse over vidua Piise S iiii g. 

Een sielmesse over lan Tolenare *, iiii g. 

De sielmesse van Willem Vrelant ', iiii g. 



1 Avant le 6 Janvier 1482. 

* En Mars 1482. 

• Vers la fia de Juin 1482. 



906 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Van hoeden, ende gars ende nuwellen, 8 Vi g- 

Van beyaerden ende cliinkeu, 3 s. g. 

Van sermoenen up S. Luux dach ende S. Uns dacb, 8 Vt g. 

Verleyt in den Baers up S. Luax dach, 4 Vt g- 



Dit es tghaent dat ic, lan van den Berghe^ aïs deken huutghegheven hebbe van 
diverschen costen. 

Eerst, Pieter Aradiins, van dat men hem tachter bief, xiii s. v Vt d. 

Item, Pieter Aradiins, ter cause van den fluweellen kerle, iiii s. g. 

Itedi, de quispelle te makene, ii g. 

Item, in de Vaute, aïs mi droncken met lan Bohter^ vii g. 

Verleyt in de Sopper, in den Haisberch, enz. 3 s. S g. 

Item, van draghene tliic van lan de ToUnare, iiii g. 

Item, de clerc, 4 s. 3 d. g. 

Item, van makene i supplicacie der ghilde aenghaende, ii s. g. 

Item, den abt van den Eechoute, van eenen iaere, viii s. g. 



Dit naervolghende es tghuendt dat ic, Heinderk vander Eeke, als deken onlfanghen 
hebbe van ghildebroeders ende ghildezusters van onzer ghilde, die men houdende es 
ten Eechoute binnen Brugghe, beghinnende den eersten dach van lanuario anno Ixxxi^ 
hendende den laetsten dach van December anno Ixxxii. 

Eerst, van iaerghelde. 

lan de Clerc, vi g. — WiUiem de Brouwere, vi g. — Heinderic vander Eeke, vi g. — 
Lievin Thoolnare^ xii g. — Aemoudt Bazekin, vi g. — Zuster Siikin Mathiis, iii g. — 
Broeder Michiel ter Doest, vi g. — Anthonine de Brune^ iii g. — Broeder lan van 
Ghendt, iii g. — Betkin Scepens^ iii g. — Betkin vander Watre^ iii g. — De vrouwe 
Bauts^ iii g. — De ioncvrouwe Carevoets, vi g. — De vrouwe Donclers^ iii g. — Lievine, 
twiif loos Tands, iii g. — De wedewe Keyts, iii g. — De wedewe lan Thoolnaers^ iii g. 
— De wedewe Wilhem Vreylands^ ii s. ix d. P. — Olivier vander Gobbe^ van allen 
resten, vi s. ix d. P. — Franciscus van Aest, vi g. — Grietkin Walins^ iiii g. — Huson 
Liedet, xii g. — lan EveUer^ vi g. — lacop Huten Bronche^ xii g. — Heer lacop iîiens^ 
priester, vi g. — Heer loos^ iii g. — Heer lacop de Clerc, vi g. — Heer Anthuenis^ 
biider handt van Lievin Thoolnare, iii g. — lanékin van Baelberglie, biider handt van 
Lievin Thoolnarej vi g. — lohannes le Feutre, vi g. — lan Meeze, vi g. — lan van 
Esichen, vi g. — lan Parediis, vi g. — lan Vlaminc, ii g. — lan Mingoet, vi g. — 
Katheline Avezuens, maetsenaers wiif, iiii g. — Loeys de Noeydlis, vi g. — Pyatiin 
Marcel, vi g. — Pieter Arediins, xii g. — Reynoudt de Tylly, vi g. — Tannekin GUlis, 
iii g. — Wilhem van Scoonhove, vi g. — Meester Wilhem f . Beinricx, vi g. — Wilhem 
vanden Velde, vi g. — Zuster Tannekin Booms, iii g. — Heer Boudewiin des Près, 
biider handt van lan van Esschen, vi g. — HanneUn Yseboot, vi g. — lacop Heindei^icx, 
xii g. — Lowiis van Spiere, vi g. — Galeyn de Crooc, xii g. — Anthuenis van Gavere^ 
▼î g- — Adriaen Mathiis, vi g. — lan de Kaet, xii g. — lan de Buzere, xviii g — 



LES ENLUMIUEUBS DE BRUGES 307 

lohannes Ferrie vi g. — Rombout f. lans, xii g. — CornelU van Rinevelt, x g. — 
Colaert Mensyoen, vi g. — lan vander Wieghe^ vi g. — lan de Raeymakere, vi g. — 
Maertin Roost^ vi g. — Anthoni de Fontaeyne, xii g. — Pieter van Middembliic, vi g. 
— Meester lan Rritoen, iiii g. — Comelis vander Creke, vi g. — lan Racheleer, vi g. — 
lan Mauwe^ vi g. — lan vanden Rerghe^ vi g. — lan Goossins, biider handt van Rerghe, 
ter goeder rekeninghe, xii g. — Pierkin van Wouwete, vi g. — De zaster Pieter Âlaer- 
diins, biider handt van Pieteren voorseid, iiii g. — Paukin Moerincx, biider handt 
van Reynoudt de Tylly^ xxx g. — lan vander Lende^ vi g. — Paukin Moerincx, de reste, 
ende daer mede vul betaelt, xii g. — Gabriel de Coopère, per lan vanden Berghe, vi g. 



Ontfaen van incommende ghildebroeders ende ghildezusters, leerkinderen ende 
anders : 

Pieter van Middembliic, prentvercoopere, xii g. 

lohannes Ferri, prenlvercoopere, xii g. 

lohannes le Feuvre, xii g. 

Heyne Stappaert, wonende met Lievin Thoolnaere, biiden zelven Lievin, xii g. 

Coppin Siis, leerende met lan Goossins, xii g. 

Trudekin, de dochtere Fransoeys Huten Kellenare^ leerende met Ydier, ontfaen 
biider handt van lan van Esschen, xii g. 

lan van Diest, met Wilhem de Brouwere, xii g. 

Item, ontfaen van Wilhem de Brouwere, ter cause van eenen bouc gheheten Boecius 
de consolatione philosophie, tanderen tiiden ghegheven bii Colaert Mensioen, ende ver- 
kocht biiden voorseiden Wilhem, x s. g. 

Item, ontfaen vanden voorseiden Wilhem, over de dootschult van ziinen wiive 
zaligher ghedinckeuesse, de messe of gherekent ende het draghen, zo bliift der 
ghilde net boven costen, xxxvii g. 

Item, ontfaen in offeranden, 18 s. 11 d. g. 

Item, ontfaen van gracien, 8 g. 

Item, ontfaen van oude wasse, 3 s. g. 

Dit naervolghende es tghuendt dat ic, Eeinderic vander Eeke, hute hebbe ghegheven 
ter cause van onzer ghilde, ende eerst van Gods dienste. 

Van mess^en, 23 s. li d. g. 

Ter octave Barnabe, de messe van wiilen Wilhem Vreylandt, iiii g. 

Item, verleyt inden Nachteghael, inden Halsbergh, enz., 2 s. S d. g. 

Item, ghegheven lan, onzen clerc, twetene van dienste vanden ouden iare, twelke 
gheviel lohannis ante Portam Latinam laestleden, ende daermede vul betaelt, iiii s. g. 

hem, ghegheven den voorseiden clerc up tiaer inghaende lohannis ante Portam 
Latinam anno Ixxxii, up rekeninghe, ii s. g. 

Item, den abt, van eenen iaere, 8 s. g. 

Item, betaelt up Sinte Luucx dach ende up Sinte lans dach, van beyaerden, 1 s. 
4 g., van de pardoenen te clinckene, 1 s. 8 g., van oorghelen, 2 g., van eenen hoet 
om Sinte Luuc, ende om ghars ende nuwelen, 7 g., tsamen, 3 s. 9 d. g. 



906 LES ENLUHINEnBS DE BRUGES 

Item, van tsermoen up Sinte Laucx dacb, vi g. 

Ilem, van tsermoeD up Sinte laas dach, tweike dede meester lan vanGhUiele^ viii g. 
Item, van was3e, 12 s. g. 

Dit naervolghende es tghaendt dat ic, Lieven de Toolnare, als dekene ontfanghen 
hebbe van de ghildebroeders ende ghildesasters die men houdende es ten Eechoate 
binnen Brugghe, beghinnende den eersten dach van lanuario anno Ixxxii, hendende 
den laetsten dach van Desemberanno Ixxxiii. 

'. Eerst, van iaerghelde. 

lan mn Nusefif ii iaer, xii g. — lan de Clerc^ vi g. — Heer lacop de Clerc^ iii g. — 
Heer loes^ iii g. — Hannekin Moets, vi g. — Lieven de Toelnare^ vi g. — Lewiis van 
Spiers^ vi g. — Comelis van Rinewell^ vi g. — De wedewe lan Tolenaen^ iii g. — 
lan vander Linde^ vi g. — Colaert Mensioen, vi g. — Meester lan BrUoen, iiii g. — 
De vrau Tands^ iii g. — Meester Willem van Sconove^ vi g. — lan Paradiis, vi g. — 
Piatiin Moreel, vi g. — De suster Pieter Alardiin^ ii g. — Heer Boudin des Près, vi g. 
— Lissebette sVulfs, ix g. — Meester Willem Heindericx, vi g. — Giis van Woerunc, 
vi g. — De wedewe sKoecx, ii iaer, vi g. — Lissebette vande Watere, iii g. — lan 
Gilghebert, vi g. — De vrauwe Bouts, iii g. — De vrauwe van Bamelberghe, iii g. — 
De wedewe Lanseloets, ii iaer, vi g. — Zuster Tannekin Boems, iii g. — lan Yseboet, 
vî g. — lan vander Wieghe, vi g. — Broeder lan van Ghent, iii g. — Grietkin Wallins, 
ii g. — Pieter Aradiis, vi g. — Willem de Brauwere, vi g. — Anthone de Fonteyne, 
vi g. — Benderic vander Becke, vi g. — lan vande Berghe, vi g. — Gabriel de Copere, 
vi g. — Item, Tannekin Gillis, iii g. — Griffoen Sohier, vi g. — Didier de la Rivière, 
vi g. — De wedewe Vrelans, iii g. — Betkin Scepens, iii g. — lan de Busere, vi g. — 
Aemout de Caet, vi g. — lan de Raymakere, vi g. — Aernout Basekin^ vi g. — De 
wedewe Keits, iii g. — Comelis vander Creke, vi g. — Huson Lidet, vi g. •— Anthonine 
de Brune, iii g. — Pauwels Marine, vi g. — Heer lacop Giiens, iii g. — Wille/n vande 
Welde, vi g. — Vrau Donckers, iii g. — Antkuenis van Gavere, vi g. — Matheus de 
Burgrave, vi g. — lan Myngoet, vi g. — lan Vlaminc, ii g. — lan Batseleer, vi g. -— 
Regnout de Tilly, vi g. — Cristiaen de Coc, vi g. — Loy van Dale, ghemaecht compo- 
site van eelc ghetide dat hy vercopeo sal ii gr.; hier up ontfanghen, x g. — Ghelein de 
Croc, vi g. — Melcior Rennewaeft, ii iaer, iiii g. — lan de Caet, vi g. — lan van 
Esschen, vi g. — Barbelé Beinaerts, iii g. — Barbelé Boems, iii g. 



Ontfanghen van iucommende gildebroeders ende gildesusters, leerkinderen ende 
anders. 

Lieven, een beldemakere, van Ghent, gheheeten Lieven lacomaert, xii g. 

By der handt van Pieter Alnrdiin, Loy van Ettecove, xii g. 

Yan Regnout de TUly, van wasse, xii g. 

Van ioncvrauwe Carewoets, van gratien, xii g. 

Tan gratien ende van Gods penninghen, 2 s. 11 */i d. g. 

Van lan vande Berghe, een Gods penninc, i V« S* 

Ioncvrauwe Carewoets, over huer doot scult, v s. g. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 309 

De nicbte van Paukin Morinc^ over haer doot scult, iii s. g. 

lan Gosins vader, over ziin doot scuU ende pelderghelt, ii s. g. 

lan EveLeer^ over ziin doot scultende verachteringhe, xx g. 

lacop Ute Bfoucke, over ziin doot scult ende verbacteringbe, v s. g. 

Van peiderghelt van myn nichte, Neilkin van OudeMoei, xiii ^/t g. 

Rombout lans sone, over ziin doot scult ende veracteringhe, iiii s. g. 

Maykin van Gavere^ over huer doot scult ende veracteringhe, xxx g. 

Van out was« 9 g. 



Dit naervolgbende es dat ic, Lieven, buut gbegbeven bebbe. 

Item, tweekerssen ter zielme8seyanioncvrauweJCareu;oet8, van tweeponden, xii g. 

Van kerssen ende toertsen, 8 s. g. 

Betaelt ons clerc, om tedagbene voer ioncvrauwe Karewoets^ 8 g., voev Paukins 
Morinc nicbte, 6 g., voer lacop van Vterecht, 8 g., voer Rombout, 5 g., ende voer 
Maykin van Gavere, 6 g., tsamen 2 s. 9 d. g. 

Betaelt als lacop van Uterec/U begraven was, voer liniakene, viii g. 

Betaelt als Rombout begraven was, vor ziin liniakene, x g. 

Betaelt ons clerc up iaer ghevalle lobannes ante Portam Latinam, ende daer mede 
vul betaelt, iiii s. g. 

Den zelven, up dit iaer, 2 s. 4 d. g. 

Den abt, van ziin iaerghelt, viii s. g. 

Item, S. Luuc, om een oet ende gaers ende nuwelen, al samen, ii g. 

Item, van beiaerden up Sinte Luucs dach ende van klincken, xviii g. 

Item, verieit, 1 s. 4 d. g. 

Item, van nuwelen up Sint lans dacb, i g. 

Item, van een candelaer te vermakene, v seskins 

Item, van messen, 23 s. 6 d. g. 

Item, van zielmessen : in Lauwe, een vor ioncvrauwe Karewoets, ende een vor 
Pauhin Morincs nicbte; in Maerte, een vor lan Gossins vadere; in April, een vor lan 
Eveleer; in Meye, een vor lacop van Utereckt ; in Wedemaent, een vor Willem Vre- 
lant, Bonifacius dacb, ende een vor myn nicbte ; in Hoymaent, Disendach Marie 
tiadalene, vor /tam6ou< ; in September, sMaendacbs Sint Gillis, een v^n Maykin van 
Gavere; ende in December, een vor lan vander Wieg/ie, 3 s. 4 d. g * 



REKENINGHE VAN WILLEM DE BROUWERE ALS DEKENE. 1484. 

Ontfangben eersl van iaergbelde. — lan de Clerc, vi g. — lan vanden Berghe, vi g. 

— Gabrieel de Copere, vi g. — Willem de Brouwere, vi g. — De weduwe Tolenaers, 
iii g. — Cornelis van Rinevelt, xii g. — lan de Cael, vi g. — Antlionis van Gavere, vi g. 

— lan Gosins, xii g. — Henric ver Eien, vi g. — Olivier Gobbe, iiii g. — Willem van 
Scoenhoven, scoelmeester, vi g. — lan Paradiis, vi g. — Piatiin Moreel, vi g. — 
Pauwels Moerinc, vi g. — Grietkin Mosieres, iii g. — lan Tolphin, van aile oude reste, 

IV Sf 



:310 LES ENLUMINEURS DE BBUQES 

viii g. — Gaudiencia, ii g. — Anthonius de Fonteyne, vi g. — Liemere, iii g. — De 
weduwe YrelantSy iii g. — Betkin Yrelants, iii g. — Margarete sKeysers de sceppere, 
iii g. — Aernoudt Baessekin, vi g. — Cristiaen de Coc, vi g. — Jenniin de Fevere, x g. 
Iakemine Keyts, iii g. — Cornelis vander Creke, vi g. — Iakemine Ducaer, iii g. — 
Tristrams wiif de scoemakere, iii g. — Kateline, Adriaen Avesuens wiif, ii g. — 
Griffon Soyer, xii g. — Tannekin Gillis, iii g. — HeynauU de Tyli, vi g. — lan van 
Essche, vi g. — Pieter Aradins, vi g. — Lieviin de Tolenaer, vi g. — lan vander Lende, 
vi g. — Diercde Tolenacr, vi g. — Adriaen Mathiis, xii g. — ïan Guillebeert, vi g. — 
Lieviin van Luevene, vi g. — De weduwe sDonckers, iii g. — Geleyn de Crooc, vi g. — 
De weduwe Lantsloôts, iii g. — Susier Tannekin Booms^ iii g. — Suster Ciiken heefl 
al betaeit, vi g. — De weduwe Hevelers, ii g. — Magister Anthonius^ doctoer ten laco- 
pinen, van allen reste quile anno ii84, xv g. — Margariete, Boudin Waliin dochter, 
ii g. — lan Roelants ofie Dammiem, v g. — Ihoannes Ferrie xii g. — Petrus van 
Medemblic, xii g. — lacop Hendricx, xii g. — lohannes van Diest, xii g. — Betien 
ClocmanSy die gondsmeels wiif, ii g. — De weduwe sCoar, iii g. — Ghiisbrecht van 
Varwiic, vi g. — Meesler Willem^ scoelmeester, vi g. — Broeder lan van Ghent, iii g. 
— ÏLtQT Boudewiin de Pratis, vi g. — Melchior Ronnewaert, iiiig. — Broeder If tcAta/ ter 
Doest, ii g. — Loyken vanden Dale, ii g. — lan Mauwe, xii g. — Myo hère den abt ten 
Eechout, iii g. — Here lacop de Clerc^ iii g. — Hère lacop Giens, iii g. — Hère loest^ 
ten Eechout, iii g. — Meester Quintin, ten Eechout, iiii g. — Loois NoyeUes^ xii g. — 
Broeder lan Moers, vi g. — Betkin sWulfs, iii g. — Huson Liedet, vi g. — Merlin van 
Roo6t, xii g. — Matheus Bertholomeus, ii g. — Nycolaus de Coutere^ vi g. — Adriaen 
de Raet, vi g. — lan de Raj/makere, vi g. — lan de Buzere, vi g. — Willem vanden 
Velde, vi g. — Bannekin deCostere^ vi g. 



Van incommende gildebroeders ende ghildesusters ende leerkinderen. 

Clays vanden WallSy xii g. 

Phelips Aernoutsoen van Utrecht, xii g. 

Gillekin Deg/iele, per lacob Hendrix, xii g. 

Meester Ghcrart Leeu, prenter, wonende ter Gonwe, xii g. 

Pierken Kerstiaens, per Willem de Brouwere, xii g. 

lan de Wulf^ lacop de Wulf, te sameu, xxiii g. 

Loys de Bloc, per lan Gilltbeert, xii g. 



Van gracien, Gods penninghen ende anders. 

Hendric ver Eeken, van gracien, 

Item, van Gods penninghen, 

Item, van offermiiten ende gracien. 

Item, van Berbel ver Scuren dootscuU ende achterstel. 

Item, Jenny die met Colart Mansion wonende was, voor siin doot scult, 

Item, die nichte van Gabriel de Copere, van pelder gheit. 





• ■ 

11 


g- 


Is 


. 8. d. 


g- 


5 s. 


lld. 


g- 




xn 


g- 




■ • • ■ 

1111 s. 


g- 




ii s. 


g- 



LES ENLUMINEURS DE BBUQES 311 

Item, de weduwe Everlee, voer een zielmesse, v g. 

Item nooh« van out was, xi g. 

Item, van lan ver Wieghen, voer siin dootsculi betael: per Lievyn^ xxx g. 



Uutghegbeven van messen, 34 s. 11 d. g. 

Item, van ziel messen : in Wedemaent, Sinte Bonifacius dach, een voer Willem Vre- 
tant; een voer Berbel ver Scueren; in Hoymaent, een voer Gabriels de Copere nichte; in 
Oextmaent, een voer lan Everlee; 1 s. 4 d. g. 



Item, noch uutghegbeven per Brouwere. 

Item, aen den clerc, van siin achtersiel vanden iaer Ixxxiii, iiii s. g 

Item, miin hère den abt, siin iaer gheit, viii s. g 

Item, aen tortsen ende kersen, 10 s. g. 6 m 

Item, aen een zwaert cleet dat men op den outaer leyt, xii g 

Item, noch den clerc, van ommegaen ofie daghen voer Berbel ver Scuren, ii g 

Item, ghegheven den draghers die Gabrieel de Copere nichte droeghen, viii g 

Item, verleyl inden Sopper, enz., 1 s. 8 g 

Item, op S. Lucas ende S. lans dach, beyaerden ende clincken, ^ s. g 

Item, van gras ende nuwelen, 2 g 



REKENINGHE VAN lAN DE CAT, ALS DEKBN, 1485. 

Van iaergbelde. 

Eerst, lan de Clerc, vi g. — Heyndric vander Eecke, vi g. — Willem vanden Velde^ 
vi g. — Willem de Brauwere, vi g. — lan Goissins, vi g. — De wedewe ToUenare, iii g. 

— Hanekin de Costere^ vi g. — Adriaen Mathiis, vi g. — Cornelis de Hollandre, vi g. — 
Meester Guillame Scooenhove, vi g. — lan Paradis, vi f^. —Pyatin Moreel,\ig, — 
Hère Boudin des Près, vi g. — Gaudiense, ii g. — Liisbette sWulfs, iii g. — Meester 
Willem, scollemeester, vi g. — De wedewe sCocks, iii g. — Bettekin van Levendale, 
iii g. — Liibbette Clocmans, ii g. — lacop Heyndricx, vi g. — Arnout de Kat, vi g. — 
Lyevin van Luevene, vi g. — lan Guilbert, vi g. — lan Mauwe, vi g. — Pauwels Moeurin, 
vi g. — lan Yseboot, vi g. — De vrauwe sDonckers, iii g. — De vrauwe Bouts, vi g. — De 
wedewe Lanselots, iii g. — Suster Tanehin Booms, iii g. — Suster Sykin Maihiis, ii g. 

— lan vanden Berghe, vi g. — Loy van Dale, vi g. — Lyevin Tollenare^ vi g. — 
lanekin, Passciers wiif, iii g. — lan de Cal, vi g. — Antlionis van Gavre, vi g. — 
Grietkin Wallins, ii g. — Pierkin vander Woude, vi g. — lannekin van Née, iii g. — 
Pieter Alaerdin, vi g. — Katheline Havesuene, ii g. — Maertin Roest, vi g. — De 
vrauwe sBrune, iii g. — Clays de Coûter, vi g. — De wedewe Keyts, iii g. — Cornelis 
valider Crehele, vi g. — Arnoud Basekin, vi g. — Cristiaen de Cock, vi g. — lan de 



312 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Rayemakere^ vi g. — lan de Buzere, vî g. — lan de Fevre, vi g. — lan vanden Moere, 
van incomme, xii g. — Anthoine de Fontainez, vi g. — Franciske de Lombart, vi g. — 
Item noch, per Willem de Braure, vi g. — lan vander Lende, vi g. — Olivier in Sinle 
Nyclaus huus , iiii g. — Pieter de prentere, vi g. — lan van Hesche, vi g. — lan Tolfin, 
ii g. — Broeder lan van Cent, iii g. — Valentin du Porier^ van incomme, xiig. — 
Item, onlfaen van Clays de Contre, iii g. — Broeder /an Moers^ vi g. — Loys de Noyelle^ 
vi g. — De wedewe vander Wyeghe, iii g. — lan de Wulf, vi g. — Coppin de Wulf, 
vi g. — De wedewe Vrelants, iii g. — BetKkin Sceppens, iii g. — De vrauwe sKeysers^ 
iii g. — Katheline Havezone, i */« g. — /un Vlaminc, iiii g. — Gabriel de Copere, vi g. 

— Didier de la Rivière, xviii g. — Item, ontfanghe van loos inde Bouverie strate, xi g. 

— Adriaen de Raet, vi g. — Hère lacop de Clerc, iii g, — Hère lacop Gyens, iii g. — 
Hère loos, iii g. — Clays naest lan Tolfin, vi g. 



Van incommende ghilde broeders ende ghilde zusters ende leerkinderen, ende van 
gracien, Gods penninghen. 
Ontfaen van gracie, 4 s. 11 g. S2 m. 

Voor Matheeus Berthermyeuz, van achterstel ende van pelderghelt, iiii s. g. 

Item, van bout was, 1 s. g. 

Item, noch van sire Ptere, 1 g. 6 m. 



Huutghegheven van messen, 21 s. 1 d. g. 

Den x^" dach in Febrnario, om Matkeus Beriholomeuz ziele messe, iiii g. 

Item, in Wedemaent, Willem Vreelant iaerghetide, iiii g. 

Sint lans dacb : eerst, om te bearde, vi g. ; om gars ende nnlen, ii g. ; de messe, 
dyakeendesubdyake, vi g.; om den orgelare, ii g.; om de zangbers, xii '/t g*; somme, 

11 s. 1111 *l% g. 

Sint Luuc dacb, S s. 3 ^t g* 

Van wassen kersen ende toorsen, 10 s. 5 g. 

Item, om de dwalen te wasken, iii g. 

Item, om twee sloeten om de tafele, ii ^/t g. 

Item, gbegbeve den clerc, 6 s. 4 g. 

Item, verleyt in den Zoper, in Blankeberghe, enz., 1 s. 5 g. 

Item, om myn bere den abt, 8 s. g. 

Item, om de candelaren ter versauderen, 6 g. 

Item, om broot om te bebangbe Sint Bartholomeeus dacb» 1 g. 
Item, haut gbegbeve om een cruus gbebrodert metgoade om decasuie, xxii s. g. 

Item, buut gbegbeve om blau bograen om de casule mede te voere, ii s. iii g. 

Item, buut gbegbeve om de casule te maeke, iiii s. iiii d. 

Item, buut gbegbeve om siiden fringnen, xii g. 
Item, buut gbegbeve om viii ellen ende baif lynwatz, elke elle viii g., comt v s. viii g. 

Om den albe ende amitte te makene, viii g. 

Item, om de casule ende albe te wye, viii g . 



^ 

^ 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES . 313 

REKENINGHE VAN lAN GOOSSINS ALS DEKEN. i487. 

Van iaerghelde. 

Eerst, lan de Clerc, vi g. — Willem de Brauwere, vi g. — Heindric vander EeckCy 
vi g. — Matkeus de Bnrgrave, vi g. — lan de Caet, vi g. — Anthonis van Gavere, vi g. — 
Hannekin de Costere, vi g. — De weduwe Tollenaers, iii g. — Lievin van Luevene, 
vi g. — Meesler Ghuilliamej vi g. — Pierkin van Wouwere, vi g. — Pierkin Forestier ^ 
iiii g. — Loy van Date, vi g. — lan Paradiis, vi g. — Piatyn Moreely vi g. — Bethin 
sWulfSy iii g. — loos in de Bouvrie, iiii g. — lan Tolfin, ii g. — Pieter Allaerdiins 
zuslere, iig. — lan Nuson,y ^j^g. — Levine, loos Tants wiif, iii g. — Franssiske 
Tassche, vi g. — lan vanden Moere, vi g. — lan Piinte, vi g. — De weduwe Vreylants, 
iii g. — Betkin Vreylants, iii g. — Adriaen de Raet, vi g. — Aernoud Bazekin, vi g. — 
Cristiaen de Cock, vi g. — Clays de Contre, vi g. — Grietkin Hoste, iii g. — De vrau 
sBrunen, iii g. — Adriaen Havezoons wiif, iig. — lan de Wuif, vig. — Coppin de 
Wulf, vi g. — Grietkin Michiels, iii g. — Reynault de Tyllgi, xii g. — lan Vlaeminc, 
ii g. — Grietkin Walins, ii g. — Lievin Tollenare, vi g. — lan vander Lende, vi g. - 
lannes Ferry, xii g. — lan vanden Berghe, vi g. — Gliabriel de Coopère, vi g. — Pieter 
Allaerdiin, vi g. — lan van Hesche, vi g. — Valentiin du Poorrier, vi g. — Meester 
Anthonis, lacopiin, xii g. — Vrau s Donckers, iii g. — De weduwe Lansloots, iii g. — 
De weduwe Eveleers, ii g. — Zuster Tannekin Booms, iii g. — Zusler Sykin, ii g. — 
lan Moors, vi g. — De weduwe s Coz, iii g. — Betkin van Levendate, iii g. — lacop 
HeindriXy vi g. — Aernoud de Caet, vi g. — lan Ghuilliebert, vi g. — lan Mauwe, vi g. 
— Bantone de Fontayne, vi g. — Broeder lan van Ghend, iii g. — Olivier vander 
Ghohbe, iiii g. — Heep lacop de Clerc, iii g. — Heer lacop Giens, iii g. — Heer loos, 
iii g. — Meesler Quintiin, iii g. — Noch, een Walsch priester, iii g. — Maertin Roost^ 
vi g. — lan k Fevre et uxor, viii g. -- De weduwe Keyts, iii g. — Comelis Creke, vi g. 
lan de Raymakere, vi g. — Liisbette Blaeus, ii g. — Ghiis van Vaerwiic, vi g. — Lowiis 
de Noyelles, vi g. — Meesler Willem, scoolmeesler, vi g. — lan Yseboot, vi g. — 
lannekin Bamelberghe, iii g. — Pauwels Moerinc, vi g. — lan Rodants, vi g. — Vrau 
vander Wieghe, iii g. — lannes^ WilUm de Brauwers knechl, xii g. — Wiltem vanden 
Velde, vi g. — Adriaen Mathiis, vi g. — Griffon Soyer, xii g. — Dieric Tollenare^ vi g. 



Van incommende ghilde broeders endeghilde zasters, ende leerkiinderen, ende van 
gracien, ende vanGods penninghen. 

Sanders Beniin, xii g. 

lan Moke, beeldemakere, xii g. 

Noch i leerknecht Salemoens f. wonende toi lacop Heindricx, xii g. 

Adriaen, wilen gheweesl lan Casus leercnape, per Andwoorpen, xii g. 

Item, ontfaen van Clays de Contre, van pelderghelde van sinen kiinde, x g« 

Item, ontfaen i Gods penninc per Lieven ToUenaere, i '/t {• 

Item, ontfaen i Gods penninc van lan de Caet, i g. 



314 LES ENLUMINEURS DE BRUGES 

Item, ODtfaen van my, lan Goossins, i Gods penninc, ii '/t g* 

Item, noch, by my, lan Goossins, 2 ^i% g. 

Item, noch oijtfaen i Gods penninc van lan de Clerc^ i g. 

Item, noch ontfaen van lan van Heschen, i Gods penninc, xii miien. 

Item, ontfaen van gracien inde Croone, in Ypere, enz., 4 g. 12 m. 

Item, ontfaen vande wedawe VreUants ter cause vande messe voort iaergbetide, per 
Willem^ ix g. 

Item, ontfaen van aporte, van offermiten, enz., 3 s. 4 d. g. 

Item, van Pieter Alardiin, ter cause van een bouxkin dat meester Guiliame van 
Scoonliove der ghildeu ghaf, 2 s. g. 

Item, ontfaen van lan vanden Moere, van pelder ghelde van ziinen kinde, xi g. 



Huutghegheven van messen, 21 s. 1 d. g. 

Item, Willem Vreylants iaergbetide in Weedmaent, iiii g. 

Item, de messe, enz., Sint lans dacb, » 2 s. 5 d. g. 

Item, de messe, enz., Sinte Luucx dacb, 2 s. 7 ^t d. g. 

Item, verleyt om broot mete bebanghen, Sint Bertelmeus daghe, i g. 

Item, van toortsen ende kersen, 5 s. 11 d. g. 

Item, om de dwalen te wascben, iii g. 

Item, om den quispeie te vermaken, ii g. 

Item, ghegbeven ons clerc, vi s. g. 

Item, om min beere den abt, van eenen iare. 8 s. g. 

Item, verleyt inde Zoppere ende int Wezelkin, 1 s. 9 d. g. 



REKENINGHE VAN LIEVEN VAN HOUDESLOET, DIE MEN HEET LIEVEN DE TOLNARE, ALS 

DEKENE. 1488. 

Eerst, van iaergbelt. 

Adriotn^ baecten Sinte Naes, vi g. — Adriaen Mathiis, vi g. — Anthuenis van Gavere^ 
vi g. — Adriaen de Raety vi g. — Arnout Basekiinj vig. — Broeder lan van Ghent, iii g. 

— Cornelis van Rinevelt, xii g. — Didier de la Rivire, xii g. — Fransiiske de Ashe, vi g. 

— Gabriel de Copere, vi g. — Henderic vander Hecke, vi g. — Heer Boudiin des Pres^ 
vi g. — Heer lacop de Clerc, iii g — Heer lacop Giens, iii g. — Heer loes, iii g. — 
Hannekin de Costere, vi g. — Hendenc Priem, vi g. — Heer Pieter, vi g. — Heer lan 
Vilt, xii g. — lan Yseboet^ vi g. — lan Roelants, viii g. — ïan de Clerc, vi g. — lan 
de Busere, xii g. — ïan vande Berghe, vi g. — lan de Wulf, vi g. — lacop de Wulf, 
V g. — lan de Caet, vi g. — lan Tolfin, ii g. — lan Gossiin, vi g. — loes van Damme, 
iiii g. — lan de Raymakere, vi g. — lan vander Linde, vi g. — lan Mauwe, vi g. — lan 
Moche, vi g. — lan Gilghebert, vi g. — lan van Esschen, vi g, — lan Paradiis, vi g. — 
lacop Hendericx, vi g. — lan vande Moere, vi g. — Jacotiin de Tylghy, xxxviii */« g- 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 



315 



— Broeder Mychiel, ii g. — Loy van Date, ii g. xviii m. — Broeder de vinghette ma- 
kere, vi g. — Barthelmeeus Ritsaert, vi g. — Myn heer den abt, iii g. — Lieven de 
Tolnare, vi g. — Lieven van Luewene, vi g. — Meesler Anthuenis, dochtor» vi g. — 
Meester Quintiin, iii g. — Meester Willeem Hendericx, vi g. — Meester Willem van 
Scoenhove^ vi g. — Maertin Roest, vi g. — Matheeus de Burgrave, vi g. — Olivier vander 
Gobbey iiii g. — Pierkin van Wouwere, xii g. — Paukin Morinc, vi g. — Piatiin Moreel, 
vi g. — Regnout de Tylly, vi g. — Sanders Bénin, vi g. — Willem de Brauwere, vi g. 

— Willem vande Welde, vi g. — Valentiin du Porier, vi g. — Xprisiiaen de Coc, vi g. 

— Coliin de la Haye, vi g. — lan van Diest, vi g. — Anthonine de Brune, iii g. — 
Barbelé Boems, vi g. — Betkin Scepens, iii g. — Betkin sWulf, ii g. - De wedewe 
Lanseldets, iii g. — De wedewe KeitSj iii g. — De wedewe Tolenaers, iii g. — De 
wedewe Vrelants, iii g. — De wedewe Eveleers, ii g. — De vrau Bouts, iig. xviii m. — 
De vrau Donckers, iii g. ^ De vrau Tans, iii g. — Betkin van Levendale, iii g. — 
Betkin de Tylly, iii g. — Grietkin Wallins, ii g. — De vrauwe Blauwe, ii g. — lanekin 
van Bamelberglie, iii g. — Katheline Avesone, ii g. — Margarete vander Beke, iii g. — 
Zuster Tannekin, iii g. — Zuster Sikin, ii g. — Lowiis de Nowellis, vi g. 



Ontfangben van nieu ghilde broeders eode ghilde susters ende leerkinderen, ende 
Gods penninghe ende gracien ter gbildewaert. 
item, Stevin Boudewitn, per Willem de Brauwere, 
tem, Baltiin Wihil per Cornelis van Rinewelt, met lan Moeke, 
tem, Jacotiin ten Eckoute, 
tem, Massiin Denglos, per Lieven Tolnare, 
tem, Massiin le Cartier, per Lieven Tolnare, 
tem, Pier BauweliinSy per Lieven Tolnare, 
tepQ, Willekin Baseliin, per Adriaen de Raet, 
tem, Pieter Amman, per lan Gossiin ende Lieven Tolnare, 
tem, Andries Leskohier per Lieven Tolnare, 
tem, Anthunis Huglie, per Henderic vander Hecke, 
tem, onifanghen up de nantisacie van de coninc feste van Regnout, 
tem, noch, van Pauwels Morinc, 
tem, Melsior Regnewaert, 

tem, drie Gods penninghen van Cornelis van Rinewelt, 
tem, een Gods penninc van lan van Esschen, 
tem, een Gods penninc van Micolet, 
tem, twee Gods penninghen van myn selven, 
tem, Godsperioinghen per my, 
tem, van offergbeit te drien reisen, 

tem, Sinte Luucs dach, snoens, mde Soppere, meer ontfangben dan ghelach, iii Vs g 
tem, aïs ic posteiien gaf in de Hunte, meer ontfanghe dan gbegbeven, iii g 

tem, onifangben van ont was, 2 s. 5 g 

tem, een Godspenninc van lan Gossin, ii g 



xug 
3Ûig 
xii g 
xii g 
xii g 
xii g 
xii g 

XX g 

xii g 
xii g 

iVtg 

ig 
3 g. 12 m 

ig 

"g 

S'/tg 
ii •/» g 



316 LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 

Item, noch een Godspenninc, i g. 

Item, OQtfanghen van gracien, Sint lans dach, ii </t g. 

Item, de wedewe s Cox doetscult, v s. g. 

Item, van lan de Raymakere wiif doetscnlt, iii s. vi d. 

Item, van de vrau Bouts doedscult, iiii s. g. 

Item, up S. Bertelmeeus dach endeS. Luucs dach, van pardonen, 6 s. {0 d. g. 
Item, ontfanghen van gracien van Arnout Mutserere, per Henderic van der Hecke, vi g. 



Item, ghegheven ons clerc. 

Item, ons clerc, van daghene. 

Item, de messe van de vrau sCox, 

Item, de messe van de vrau Raymakere, 

Item, van stroe« 

Item, de messe enz., Sinte Luucs dach. 

Item, de messe van vrau Bouts^ 

Item, den habt, . 

Item, de messe enz., Sint lans dach. 

Item, van kersen ende torsen. 

Item, verleit inde Soppere, Inde Bitere, enz. 

Item, omde dwalen te wasschen. 

Item, van messen, 

Item, in Wedemaent, Willem Vrdants iaerghelide, 







VI s. 


%' 






2 8. 


t- 






• • * • 

un 


g* 






• ■ • B 

1111 


g- 






1 


g- 




S 


S. 2d. 


g- 






• • • • 

im 


g- 






viii S. 


g- 


2 


s. 


3Vid. 


g- 




13 


S. 4 d. 


g- 


1 


s. 


6 V« d. 


g- 






11 Vf 


g- 




21 


S. 1 d. 


g- 






• • • • 

un 


g- 



REKENinCHE VAN lAN DE BUZERE ALS DEKEN. 1488. 

Eerst, van iaergelde. 

Van lan de Clerc, vi g. — Van Adriaen van Landeghem, vi g. — Van Cristiaen de 
Coc, vi g. — Van lan de Radmaier, vi g. — Van Maertin vanden Rooste, vi g. — 
Van Phelips de Arson, ii s. g. — Van meester Anthonis^ de doctuer, vi g. — Van lan 
de WtUf, vi g. — Van Coppin de Wulf, vi g. — Van Willem vanden Yelde, vi g. — 
Van Amoudt de Cat, vi g. — Van Willem de Brouwer, vi g. — Van lan van Essche^ 
vi g. — Van Pieter Aradiis, xii g. — Van lan Goosin, vi g. — Van Clais vanden WaUe, 
vi g. — Van Henric vander Ecke, vi g. — Van lan de Cat, vi g. — Van Lievin Toolnare^ 
vi g. — Van Aernout Bazekin, vi g. — Van Reynout de Tylly, vi g. — Van Lievin van 
Luevene, vi g. — Van lan Roelants, vi g. — Van Hannekin de Costere, vi g. — Van 
meester Willem van Schoonhove, vi g. — Van Anthonis Huuchs, vi g. — Van laspar 
Casiins, vi g. — Van lan Paradiis, vi g. — Van Pyaet Moreel, vi g. — Van Omet 
Leschoir, vj g. — Van lan Pandelare, van incommenne ende een iaer gell, xviii g. — 
— Van Fiancisco itAske, vi g. — Van mester Willem f. Heinricx, vi g. — Van Ariaen 
de Raet, vi g. — Van Bertelmeeus, vi g. — Van lan vander Lende, vi g. — Van de 



LES ENLUMINEUBS DE BRUGES 317 

Buzere, vî g. — Van Comelis vander Creke^ vi g. — Van Giis van Werwiic, vi g. — 
Van Broeder lan Moes, vi g. — Van lan de Fevre, xii g. — Van lacop Heinricx, vi g. 
— Van lan Guillebert, xi g. — Van Pauwels Moerinc^ vi g. — Van Pieter Midielbliec^ 
vi g. — Van Olitner Gobbe^ iiii g. — Van lan Vlaminc, iiii g. — Van Adriaen Mathiis, 
vi g. — Van lan vanden Moere, vi g. — Van heer Melchior, viii g. — Van Stevin Bon- 
dewin, iii g. — Van lan Tolfin^ iii g. — Van Laukin Zwanckaert^ iii g. 

De vrauwen : De wedewe Vrelants^ fii g. — Betkin Vrelants, iii g, — De wedewe 
Questiers^ iii g. — Triistram de Brune wiif, iii g. — De wedewe Eveleirs, ii g. — 
Zuster Tannekin^ iii g. — De wedewe Lanceloots, iii g. — lanekin vanden Berghe^ 
iii g. — De sceppighe ten Vlamincdam, iii g. — Betkin van Levedale, iii g. — De 
wedewe Tooïnars, iii g. — Yzabeele de Tylle, iii g. — Liisebette sWulfs, ii g. — De 
vrau sDonckers, iii g. — De vrauwe Blauwe, ii g. — De wedewe lans vander Wieghe, 
iii g. — lan de calcdragers wiif ten Vlamincdam, i Vs g- 



Ontfanc van liiken. 

Vander doot van Lievine^ loos Tants wiif, iiii s. g. 

Vander doot van Adriaen Havezuens wiif, iii s. vi d. g. 

Vander doot van Gabrieel de Copere^ iiii s. g. 

Vander doot van Comelis de Hollandre^ iiii s. viii d. g. 

Vander doot van lan de Buzers wiif, iii s. g. 



Noch iaer gelt. 

Item, van miin heere den abt, iii g. — Van heer lacop de Clerc, iii g. — Van heer 
lacap Gyemps, iii g. — Van heer loos, iii g. — Van meester Qtiintin, iii g. — Van heer 
Boudewiin des Près, vi g. 

Item, onifaen up Sint Bertelmeeus dach, van apoorte, ii s. g. 



Uutghegheven eerst van messen, 19 s. 4 d. g. 

Item, in lunius, Willem Vrelants iaerghetyde, iiii g. 

Item, om nuwelen op & Bertelmeeus dach» i g. 

Item, betaelt miin heere den abt, van dat wii hem iaerlicx gheven, viii s. g. 

Item, betaeit lan, onzen clerc, als voor zinen dienst van desen iare, vi s. g. 

Item, van toortsen ende kersen, 9 s. g. 

Item, up S. Luucx dach, de messe, enz„ 2 s. H Vt d. g. 

Item, up S. lans dach, de messe, enz., 2 s. 9 d. g. 

Item, verleit int Blochuus, int Wisselkin, inde Zunne, enz., 2 s. 8 d. g. 

Item, betaelt de zielmesse van loos Tants wiif, iiii g.; aldoe, den clerc, vi g.; voor 

tlinlaken inde Zunne, viii g.; tsamen 1 s. 6 d. g. 

Item, de zielmesse van ildria^M Havezuens wiif, iiii g. ; aldoe, den clerc, vig.; voor 

tlinlaken inde Zunne, viii g.; tsamen 1 s. 6 d. g. 

IV 40 



318 LES ENLUMINEURS DE BRUGES 

Item, de zielmesse van Gabriel de Cepere, iiii g.; aldoe, den clerc, viii g.; voor liola- 
ken, viii g.; tsamen i s. 8 d. g. 

Item, de zielmesse van Comelis de HolUndere^ iiii g.; aldoe, den clerc, vi g.; voor 
tlinlakeo, viii g.; tsamen 1 s. 6 d. g. 

Item, de zielmesse van lan de Clercx wiif, iiii g. 



REKBNINGHE VAN lAN VAN HBSSCHEN ALS DEKBN. 1489. 

Ontfaen eerst van iaerghelde. 

Atithuenis van Gavere^ van ii iaren, xii g. — Adriaen Mathiis^ vi g. — Adriaen van 
Landeghem, vi g. — Andries Lesckuyer^ vi g. — AernouU Bazekin, vi g. — Anthuenis 
HuuchSy vi g. — Berthelmeeus Ridsaert, vi g. — Broeder lan Moes^ vi g. — Broeder 
làn van Ghent, iii g. — Betkin Scepins, iii g. — Broeder lan van Bomale^ ii g. — 
Broeder Mkhiel ter Doest, ii g. — Cornelis de Crekele, vi g. — Colin de la Haye, vi g. 

— Clais vanden Walle, vi g. — Didyer de la Rivière, vi g. — De wedewe Wallins, van 
allen resten, xii g. — De wedewe vander Wieghe, iii g. — De vrauwe sDonckers, iii g. 

— De wedewe Keyts, iii g. — De wedewe Vrelants, iii g. — De wedewe Hollanders, 
iii g. — De vrauwe van Waes, iii g. — De wedewe Toolnaers, iii g. — Francisco de 
Asca, vig. — Griffon Sohyer, vanal,xviiig. — Grietkin Wallins,ug. — Gatidiencie, ii g. 

— Heynderic vander Heeke, vi g. — Hannekin de Gosier, vi g. — Heère Boudewiin des 
Près, vi g. — Heer Pfielips, abt ten Eechoule, iii g. — Heer lacop Giims, iii g. — Heer 
loos, iii g. — Heer lacop de Clerc, iii g. — Heer Melchior Ronnewaert, ii g. — lan de 
Buzere, vi g. — lan de Clerc, vi g. — lan de Cal, vi g. — lan Goossins, vi g. — lan 
van Hesschen, vi g. — lan de Wulf, vi g. — lacop de Wulf, vi g. — lan le Fevere, 
vi g. — lan Datnyens, vi g. — lan de Raymakere, vi g. — lan vander Lende, vi g. — 
lan Mauwe, vig. — lan GuiUebert, vi g. — lan Paradis, vi g. — lacop Heyndericx, 
vi g. — lan de Pandelare, vi g. — lasper Casus, van al, xviii g. — lan Mocke, van al, 
xii g. — lan de Raymakers knape, xii g. — lanekin van Noorthende, iii g. — laJtemii' 
ne, kalcdraghers wiif, iii g. — lan de scrinewerkers dochter, iii g. — lan Vlamiinc^ 
ii g. — Lievin Toolnare, vi g. — Laukin Zwanckaert, iii g. — Heester Willem van 
Scoonhove, vi g. — Maertin Roost, vi g. — Meester Willem Heyndericx, vi g. — Heester 
ûtttn/îw, iii g. — Margriete van der Beke, iii g. — Olivier Gobbe, iii*/» g- — Piatin 
Moreel, vi g. — Pauwels Moeriinc, vi g. — Pieter van Medenbliic, vi g. — Pieter de 
Wulf, vi g. — RegnauU de Tylly, vi g. — Stevin Boudewiin, iii g. — Tristram de 
Brune wiif, iii g. — Willem de Brauwere, vi g. — Willem vanden Velde, vi g. — 
Yzabeele de Tylly, iii g. — Zuster TanneUn Booms, iii g. — Zuster Siikiin, ii g. 



LES ENLUIONEUBS DE BRUGES 319 

Ontfanc van gracien, van Gods penninghen ende rapoorten. 

Van lan Goossins^ Adriaen van Landeghem, ende andren, te gader, xviii g. 

Van Ghiûbrecht van Varewiicx zone, een half pont was, x g. 

Van lacop de Zopper, i 1. was, xx g. 

Van Maertin van Axele, amende» xii g. 
Van rapport up S. Berthelmeeus dach ende up S. Luucx dach, 3 s. 3 '/t d. g. 



Ontfanc van leerkindren. 

loris BromSy xii g. — Hannekin Ghiis, per Bazekin^ xii g. — Cristiaen de Voocht^ 
per Bazekin, xii g. — lan van Gavere^ xii g. — Hannekin de Keyser^ per Griffon, xii g. 
Vincent van Hepe, f . Diericx, per Wieghe, xii g. — Trislram Kniif, per Roost^ xii g. — 
Adriaen Metteneye, per Moeriinc, xii g. 



Ontfanc van liiken boven costen. 

Van lan de Clercx wiif, ii s. x d. — Van meester Anthuenis, doctor, iii s. g. — Van 
lan Guilleberts wiif, xxx g. — Vander wedewe van Gavere^ xviii g. — Van lan Guille- 
bert, iii s. vi g. — Vander wedewe van Cornelis van ReneU, diclus Hollandre, xxii g. 
— Item, vander dootscult van een Gaudiende^ zuster van Pieter Alardiins, de welke 
heift betaelt in hare levende live, mids dat men haer doen zal gheliic andren in vane, 
pelder, enz., ii s. xi g. 



Huutghegbeven van messen, 

Item, over eene Collette, per lan Ferrie 

Item, van Pieter Alaerdiin^ 

Den clerc, van dien, 

Over Willem Vrelant, naer costume, 

Up Sint Luucx dach, de messe, enz., 

Up Sint lans dach, de messe, enz.. 

Item, miin heere den abt» naer costume iaerlicx, 

Den clerc, 

Up Onser Vrauwen dach, een roose hoet, 

Van tliinwaet te waesschen, 

Van een potkin te wisselen, 

Van Maertin van Axele ter camer tontbiedene. 

Van een acte vande vonnesse van den zelve Maertin^ 

Van een slootkin ten outaer, 

Den bordeurwerkere, vande wapene an casule ende alve te maken, 

Item, verteert in drien ommeganghen, 

Item, van was. 



20 s. 10 d. 


g- 


• • • • 

1111 


g- 


• a > • 
1111 


g- 


vi 


g- 


• • • 

m 


g- 


2 s. H V«d. 


g- 


â s. 2 d. 


g- 


viii s. 


g- 


vi s. 


g> 


• « 

11 


g> 


• • • « 

lUl 


g- 


iiV« 


g- 


• • 

11 


g- 


• ■ • 

XVIU 


g- 


m • 

11 


g- 


vii s. 


g- 


xxvi 


g- 


18 s. 2 Vi d. 


g- 



320 LES ENLUMINEUBS DE BBUQSS 



Ontfanc van leerkindren. 

Maertin van Axele, de prenter cooper, xii g. 

Hannehin de BresiUes, xii g. 

Coppin Blauvoetf xii g. 

Willemet Buirette van Camericke» bii lan de Clerc, xii g. 

Monnekin sKueninex, xii g. 



Ontfaen van liicke boven costen. 

Van Adriaen Mathiis, ii s. vi d. — Van beere Baudwin des Pres^ iiii s. viii d. — Van 
lan Yzenboodt, xiiii g. — Van Griffons wiif, iii s. g. 



I 



REKERINGHB VAN AERNOUDT BAZBKIN. 1490. | 

Ontfaen eerst van iaerghelde. 

lan de Buur^ vi g. — lan de Raymaker, vi g. — Adriaen de Raet, vi g. — Berthel- 
meeus Richaert, vi g. -» De wedwe Yrelants^ iii g. — Didier de la Rivière, van twee 
iaren, xii g. — Broeder lan van Ghent, iii g. — Martin Roost, vi g. — lan le Fevre, 
vi g. — Pauwels Morin, vi g. — lan Gossin, \i g. — Stevin Bouduwin, ii g. — lan 
van Gavere, vi g. — Pieter Medebliec, vi g. — Anthuenis vanden Gavere, vi g. — De 
wedwe ToUenars, iii g. -^ De wedwe Mathiis, iii g. — Beitidric vander Eecke, vi g. — 
lan Damiens, x g. — Michiel vanden Gavere, vi g. — lacob Heyne, vi g. — Betkin van 
Levendale, iii g. — lan de Cat, vi g. — Broeder lan Moes, vi g. — Meester Willem, 
scollemeester, vi g. — Anthuenis Hughe, vi g. — lan Paradis, vi g. — Piat Moreel, 
vi g. — Guillaume van Scooenhove, vi g. — Griffon Sohier, vi g. — Aemoudt de Cat, 
vi g. — De vrauwe sceppers, iii g. — Meester Beyndric, priester, den lombaert scriver» 
vi g. — Willem vanden Velde, vi g. — lan van H esche, vi g. — lan vanden Moere, vi g. 

— Heer loos, onsen capelaen, iii g. — lan de Clerc, vi g. — Willem de Brauwer, vi g. 

— Lievin van Oudsloot, vi g. — Min beere daabt, als wii hem beuelde, gaf voor al, 
vi g. — Kaerstiaen de Coc, vi g. — laspar Casus, vi g. — loos van Damme, in min- 
dringhe, x g. — Heindiic Stappaert, clerc vanden Drie Santinne tOnser Vraûwen, in 
mîndringhe, xii g. — Rannékin de Coster, vi g. — De wedwe vander Wieghe, iii g. — 
lan vanden Berghe, xii g. — Ontfaen van lan vanden Berghe, ter cause van Heindric 
Priem, vi g. — Regnault de Tylly, vi g. — Meester lan Breton, in mindringhe, vi g. — 
Pieter de Wulf, vi g. — Tristram de Brune wif, iii g. — De vrauwe Keist, iii g. — 
Comelis de Crekele, vi g. — lan vander Lende, vi g. — lan Mauwe, vi g. — looris 
Brooms, vi g. 



LES EKLUMINEUBS DE BRUGES 311 

Hautgheyen van messen, 21 s. g. 

In lunio, tiaergbetide van Willem Vrelant^ iiii g« 

Up SÎDte Luucx dach, de messe, enz., 2 s. Il d. g» 

Up Sint lans dach, de messe, enz., 2 s. 5 d. g. 

Voor wasse kerssen; 1 s. 3 7« d. g. 

Item, mim heere daabt naer costume gbegheven, viii s. g. 

Item, den clerc Claeys de Conter gbegheven naer costume, vi s. g. 

Item, noch vanden outaer cleettappis te doen maken ende langhen an beede ziide, 
elceen quaertier, iii s. g. 

Van onderbaelf elle canevets, xviii g. 

Van fringe ende van fachon ende tegader te doen naye, bedraecht tsamen, vis. vi d. g. 

Item, van onsen outaer taffelen ende beede de dueren buten ende binnen te ver- 
waeschen, scoen te makene, ende doen vernische, ende te doen beslute, meiscadtrs 
lan de Clerc in ziin presencie verleit, iiii s. vi d. g. 

Sonder de twee nieuwe duere van witte ende van zwaerte, te wetene : Sinte Aernoudt 
ende Sinte Niclaeus, die ic, Aernoudt Basekin, ende lan de Clerc hebben ghedaen 
maken oncost der ghilde. 

Item, verteert in tween ommeghanghe, 3 s. 8 d. g. 



REKENINGHE VAN AERNOUDT BAZEKIN ALS DEKEN. 1491. 

Eerst, van iaergbelde. 

Item, lan de Clerc, vi g. — Willem de Brauwer^ vi g. — Broeder lan van Ghendt^ 
iii g. — Anthuenis Huughe, vi g. — De wedwe Mathiis, iii g. — Willem vanden 
Veilde^ iiii g. — Hannekin de Coster^ vi g. — Meester Willem Heyndrix^ iii g. — 
Betkin van Levendale^ ii g. — Kaei'stiaen de Cok, vi g. — Tristrams wiif scoemacker, 
iiii g. — lan de Buzer, vi g. — Griffon Sohier, vî g. — Lievin Oudeslot ende ziin moe- 
der, ix g. — lan Gossin, vi g. — lan vanden Gaver, vi g. — Heyndric vander EedU, 
vi g. — Meester Qvinttn, iii g. — Heer lacob Geens, prior, iii g. — Heer loos, onsen 
capelaen, iii g. — Heer lacob de Clerc, iii g. — Regnault de Tylly, vi g. — lan te 
Fevre, vi g. — De wedwe Vrelants, iii g. — lan van Hesche, vi g. — Broeder lan 
Moes, vi g. — lan Tolfin, ii g. — Martin Roost, vi g. — lacob Heyne, vi g. — lan Para- 
dis, vi g. — lan vanden Berghe, vi g. — Anthuenis vanden Gaver, vi g. — lan 
Mocke, vi g. — lacob de Tylly, xii g. — Grittkin Wallins, ii g. 

Item, van apoort ende offermite, 2 s. 1 d. g. 

Item, ontfaen van liike van Heindric vander Eecke dochtere, van peider, xii g. 



322 LES ENLUMINEORS DE BRUGES 

Huutghegheven tôt eode Octobre, van messen, metscaders een groote vandeo iaren 
gbetide van Willem Vrelant, de welke gheviel Sinte Bonifacius dach upden 
Sondacb, 17 s. g. 

Verleyt Oustmaent, bii Lieviin Tolnare, 21 g., Septembre, bii lan Gossin, 18 g., ende 
Octobre, bii lan van Heschen, 22 g. 

Item, in Novembre, betaelt bii Willem de Brauwer, vii g. 

Item, verleyt om Pieter^ onsen clerc, voor een half iaer, iii s. 

Item, noch verleyt om de clerc te betalene metscaders siin gbilde gheit al of ghesle- 
ghen in presencie van lan de Clerc, lan Gossin ende Willem de Brauwer, den xi« in 
Iulius aïs bii wec ghinct, verleyt viii g. 

Ende lan de Clerc leender doe noch om hem te vrede te stelle iiii g. 

Item, noch verleyt om min knect die den outaer ende de messe ghedient heift vii} 
maende lanc om een paer scoens, vi g. 

Item, om twee pont was te Paesche verleyt^ xvi g. 

Item, om de quispel te vermaken verleyt, i g. 

Item, om twee ommeganghen veerteert, tsamen, x g. 

Item, verleyt up Sinte Luuci dach, van zanghers, viii g. 

Item, van beyarde ende van oorghele ende roosehoeden ende anders, vi g. 



REKENINGHE VAN lAN GOOSSINS ALS OEKEIf. 1492. 

Eerst, van iaerghelde. 

Item, lan Goossins, vi g. — Maertin van Acxele^ xii g. — Dydier, vi g. — Heer lan 
Bommalia, vi g. — laspar Casus, vi g. — lan ParadiiSt vi g. — lan van Hesche^ vi g. 

— Heyndric vander Eecke, vi g. — Hannekin de Costere^ vi g. — Willem de Brauwere^ 
vi g. — Heer Antonis van Gavere, vi g. — lan vanden Moere, vi g. — Heer Arnout 
Mylot, iii g. — Meester Quintin, iii g. — Griffoen, iii g. — Broeder lan Moes, vî g. — 
tacop Bdndrix, vi g. — Anthonis Hughe, vi g. — Meester Willem, scolmeester, vi g. 

— lan vander Lende, vi g. — Heer lan Bomalia^ vi g. — Heer loos^ hier binnen, iii g. 

— Heer Clais, hier binnen, iii g. — Arnout Bazekin^ vi g. — Pieter de Wulf, vi g. 



Ootfanc van liicken ende van gracien. 

De dootscult vander weduwe LansloU, xiiii g. 

De dootscult van Olivier Gobbe^ 2 s. 6 d. g. 

De dootscult van lan de Buzere, 2 s. 6 d. g. 



LES ENLUMINEURS DE BRUGES 323 



Item, van Calvaerts sone, 
Van apporte. 
Van houtwas, 



fluutghegheven van messen, 

Item, vanden iaerghetide van Willem VreylantSj 

ixexn, Sinte Luucx dach, 

Item, Sinte lansdach. 

Van wasse, 

Item, ghegheven lan Batzeleers wiif voor tlywaet te waschene, ende al reyn te 
makene, candelaers te scuerene, teen metten andren, vi g. 

Item, nocb ghegheven den selven lan voorseid voor ziin moyte dat ghedient hadde, 
een paer scoen van vi g. 





Il 


g- 


is. 


8d. 


g- 




9 


8- 


5 s. 


9d. 


g- 




• • • 

111 


g- 


xxvi Vf 


g- 


• • • • • 

11 s. 111 


V»d. 


g- 


7 s. 


ià. 


g- 



REKBNINGHE VAN LIEVEN VAN HOUDESLOET, DIE HEN HEIT DE TOLNARE^ ALS DEKEN. 1493. 

Eerst, van iaerghelde. 

Item, Anthuenis van GaverCj xviii g. — Antonine de Brune, iii g. — Broeder lan van 
Ghentf iii g. — Cornelis vander Creke, iii iaer, xvîii g. — Didier, vi g. — De wedewe 
Reynout, iii g. — Betkin van Levendale, ii g. — Henderic van der HecJte, voerziiu 
iaerghelt, ii s. g. — Hannekin de Costere, vi g. — Heer lacop Giens, prier, ii iaer, vi g. — - 
Heer loes, iii g. — Heer Clays van Overdile, iii g. — Heer Clays van Rende, iii g. — 
Heer Aernout Myloet, iii g. — Meester Quintin^ iii g, — Heer Kaerle, iii g. — lan de 
Caet, voer ziin iaerghelt, xix g. — lan Gossins, voer ziin iaerghelt, ii s. g. — lan van 
Hesschen, voer ziin iaerghelt, ii s. g. — lacop Hendericx, vi g. — loes van Damme, 
van aile reste, x g. — lan Mauwe, van iii iaer, xviii g. — lan vander Linde, ii iaer, 
xii g. — lan Paradiis, vi g. — laspaer Casus, vor ziin iaerghelt een torse betaelt, 
xxi g. — Lieven Tolnare, vor ziin iaerghelt, ii s. g. — Maertin Reest, vi g. — Afar- 
griete Michiek, iii g. — Pieter de Wulf, vi g. — Willem de Brauwere, vi g. — Willem 
van de Welde, vi g. — Xpristiaen de Coc, vi g. — Zuster Tannekin Boem$, iii g. 



Ontfanghen van leerkinderen. 

Ontfanghe meester lacop Esewiic, xii g. 

Ghelein met laspar Casus, xiii g. 



324 



LES ENLUMINEUBS DE BBUOES 



Ontfanghen van licken. 
Belkin Tolnare^ myn suster, 
Regnout de Ty/y, boven costen, 
Heester Willem, scoelmeester, boven aile costen, 
AnthujiU Hughe, boven costen, 
laspaer Casus wiif, boven aile costen, 
lan vander Linde doet scult, boven aile costen, 
Van apoert, 
Van houd was. 
Van fçracien, laspar Casus^ 
Van gracien, lan vande Moere^ 
Van myn selven, 
Noch van gracien. 
Item, Moore ende Busere^ 
Item, lan van Hesschen^ 
Item, noch van pampier, 
Item, Henderic vander Ecke, 
Item, lan Gossins, 
Item, Hannekin de Costere, 



Xlllg. 

xxviii g. 
xxig. 

111 s. TU d. 

xxiii g. 
xiii g. 

18 g. 
13 g. 

9 g- 
7 g. 

* V. g- 

3 V. g. 
i V. g- 

" Vi g- 

iig. 
ii g. xTiii m. 

• •• 
111g. 

ii V« g- 



le hebbe verleit te by wesen van heer loes, ende te begherte van desen personen op 
de Vcrzvoren Haendach, lan Gossins^ lan vande Moere^ Maerlin Roetit^ lan de Busere^ 
AuHiunis van Gavere^ Willem de Brauwere ende meer anderen, xviii g. 

Item, van slot vande tafel ende ii backins, ii g. 

Item, van kersen ende torsen» 5 s. 2 d. g. 

Item, van messen, ~ 20 s. 9 d. g. 

Item, Wedemaent, Disendaecbs Siinte Loy, vor Willem Vrelant^ iiii g. 



REKENINGHB LIEVBIf VAN OUDESLOOT, DIE MEN HEET DE TOLLENARE, ALS DEKEN. 1494. 

Eerst, van iaerghelt. 

Anthuenis van Gavere, vi g. — Adriaen de Raet, lii g. — Arnout Basehin^ van aile 
resten, xx g. — Didier de la Liviere, ix g. — De vrauwe sceppers, iiii g. — De wedewe 
Reynouts, îii g. vi m. — De wedewe vander Wieghe^ van resten, vii g. — Griffon Sohier^ 
ix g. — Miin heere de abt, xii g. — Heer Clays van Overdyle^ ii g. — Heer lacop 
Giems, iii g. — Heer Clays van Eynde, iii g. — Heer Arnout Miloot, iii g. — Meester 
Quintin, iii g. — Heer Karle^ iii g. — lan de Btiserc, ii g. — lacop de Tromper, vi g. — 
lan de Costere, vi g. — lan de Clerc, vi g. — lan de Cat, vi g. — lacotin de Tylli, xii g. 

— lan Goosins, vi g. — > lan de Fevere, x g. — lan de Ramakere^ van aile resten, ii s. g. 

— laspar Casus, vi g. — lan van Hessche, vî g. — lan Paradiis, vi g. — lan vanden 
Moere, vi g. — CalleUn Bortons, van aile resten, vi g. — Lieven Tollenare, vi g, — 



LES ENLUMINEURS DE BBUOES 325 

Margrieie Michids^ iii g. — Marten vander Roost^ vi g. — Moenen de Coninc^ ii g. — 
Pieter de Wulf, xii g. -^ PMips Artson^ xviîi g. — Willem vanden Yelde^ vi g. — 
Zuster Tannekin^ iii g. — lacap Blaeuvoet^ xii g. — Heyndric vander Hecke^ vi g. 



Ontfaen van gracien ende Gods penninghen. 

Van Lieven de ToUenaere^ laspar Casus^ lan van Hesschen^ Heyndric vander Becke^ 
làn Goosins, Marten vander Roost^ lan de Ramakere, enz., 3 s. 10 d. g. 



Ontfaen van liken ende van nieuwe ghildebroeders. 

Eerst, de dootschult van lans Paradiis wiif, boven aile costen, xl g. 
Item, de dootschult van Beelkin vanden Wiingaerde^ boven aile costen, ii s. vi d. g. 

Item, de dootschult van meester lan Borton, boven aile costen, xv g. 

Item, lacap Heindricx^ vanden cleenen peldre om ziin kint, iiii '/t g. 

Item, loHneken sPorters^ leerkint van laspar Casus^ van incommene, xii g. 

Item, loos van Leede, van incommene, xii g. 



Uutghegheven van messen binnen den iare, met dyake ende subdyake, sanghers 
ende orghelen up S. Lnucx ende S. lans dach, 1 1. 3 s. 2 d. g. 

Item, Sint Bonifacius, voor Willem Vrelant^ iiii g. 

Hiinen heere den abt, dat wii hem tachter waren van allen voorleden iaerscharen, 

xxiiii s. 

Van keersen, 1 s. 8 d. g. 

Verleyt voor de utinghe van Cornelis vander Creken^ dootscult, messe, clerc ende 
liinlaken, te samen, xv g. 

De clerc, tdaghen vander wedewe Vrelants, iii g. 

Verleit van ii iaren, aen hoeykins, gars, iii g. 

Van de dwalen te wasschene, i g. 

Sint lans daghe, voor dliinlaken van Pieter Middelbliec, iiii g. 



REKENINGHE VAN lASPÀER CASUS, ALS DEKEN. 1495. 

Eerst, van iaerghelt. 

Tristraem de Brune wiif, iii g. •— Anthunis vande Gavere, vi g. — Vrau Mathiis, 
iii g. — Willem vande Velde, vi g. — Broeder lan Moes, vi g. — lan de Caet, vi g. 
CrisUaen de Coc, vi g. — Maertiin Roestt xii g. — lan de Raymakere, vi g. — Aertiout 

IV 41 



S26 LES ENLUMINEUBS DE BBÏÏ0E8 

Basekin, vi g. — PhUips Arsoen, vi g. — CaUekin Botieens, iii g. — lacop Eeniericxi 

vi g. — lan ParadiU, vi g. — De Tran lacop vander Becke^ iii g. — hes van Lee^ vi g. 

Vande doetscult van Reynout de Tyly zone» v 7t g.^ 

Item, doetscult van Aemout Basekinê wiif, ii s. vi d. g. 

Item, ontfanghe van acterstel vande ghelde, ix '/i g- 



Utghegheven van messen in Lauwe, Sporkele ende Maerte, 4 8. 7 g. 

Item, sMaendachs naer Paesschen, iii g. 

Item, de messe van Aemout Basehins wiif« iiii g* 

Item, Sint lans dach ante Porte Latinam, Sinte Naes, iiii g. 

Item, Sinte Luucx dach, Sinte Naes, iiii g. 

Item, Sint lans dach, Sinte Naes, iiii g. 

Item, Verzworen Maendach, Sinte Naes, iiii g. 

Item, ghegheven de cleerc van daghen van AematU wiif, iiii g. 

Item, ghegheven gbeselscip vor linlaken van Aemout Basekim wiif« vi g. 



Dit es dat ic, Lieven Tolnare, but ghegheven hebbe aenghaende de ghilde van Sint lan 
ende Sinte Luuc, aengaende prossees ende ander costen. 
Item, verleit meester lan ende prockerrur. 
Item, meester loes^ den heers te makene. 
Item, ghegheven meester Adriaen commessarfis. 
Item, aïs wii de andevorde besaghen, 
Item, meester loes replike. 
Item, als wiise over gave. 
Item, meester loes duplike. 

Item, ghegheven meester lan vor ziin solariis ende pont ghelt. 
Item, meester loes de andevorde te vermakene. 
Item, ons posses te scriven. 
Item, de aparitur. 
Item, van wisdomme ende acte. 
Item, van zeghelen. 
Item, meester lan, van loquitur» 
Item, een acte. 
Item, de aparitur. 
Item, van zeghelen. 
Item, coppie van een ghescrifte, 
Item, coppie van apelacien, 
Item, meester lan, vaka, 
Item, een macbt om Adriaen, 



VI 


g- 


xvi 


g- 


xiiV. 


s- 


un 


g- 


xvi 


g- 


• • 

11 


g- 


• « • 

Vlll 


g- 


XX 


g* 


• • 

Xll 


g- 


■ • ■ • 

lui s. 


g- 


• 

1 


g- 


uu 


g* 


vV. 


g- 


V 


g- 


• • • 

Ul 


g- 


• ••• 

uu 


g- 


iiVt 


g- 


• • 

u 


g- 


vi 


g- 


• • • 

ans. 


g- 


• • •• 

uu 


g- 



J 



LES ENLUMINSUBS DE BSUOSS 



387 



Item, interloqaîtore. 

Item, noch meesXer loes, 

Item, noch meester loes^ 

Item, noch van posses te makene, 

Item, van zeghelen. 

Item, de aparitur. 

Item, i acte meester Gillis^ 

Item, een ghescrifte lan van Eschen, 

Item, meester GUlis, 

Item, de aparitur van vriend ende prokeracie, 

Item, oas prokerar Adriaen, 

Item, meester Gillis vander Houwe^ 

Item, meester Rombout, 

Item, heer Philips, 

Item, van wiine, meester Clays, 

Somme van desen, JB 2. 7 s. 4 d. g. 



XX g. 

• • • » • « 

lui s. VI d. 

••• 

lUg. 

vig. 

• ■ 

"g- 
viii g. 

xxxiiii g. 

iiii s. g. 

iii s. g. 

vi s. iiii d. g. 

ii s. X d. g. 

xiiii g. 



Dit ziin de messe van de iaren xcvi, ende xcvii, ende xcviii, ende xcix. 

1496. Verzvoren Maendach, S. lans dach ante porte Latinam, S. Luucx dach, Aider 
Zielen dach ende S. lans dach, 1 s. 8 d. g. 

1497. De zelve daghen, 1 s. 8 d. g. 

1498. Verzvoren Maendach, Dertiendach, S. lans ante porte Latinam, S. Luucx 
dach ende S. lans dach, 1 s. 8 d. g. 

1499. Verzvoren Maendach, S. lans ante porte Latinam, S. Luucx dach ende 
S. lans dach, 1 s. 8d.g. 

Den abt, van v iaren veractert, ii 1- g. 

Van kerssen ende lorsen, 48. 10 d. g. 

Verleit inde Peckere, Verzworen Maendach, xix g. 

Item, de messe van laspaer Casus, Sint Gillis, costere ende roedraghere, vii g. Vor 
ziin linlaken, x g. De cleerc, van daghen, iiii g. 

De messe van Anthonine de Brune, vi g. De cleerc, te daghen, ii g. 

De messe van Aernout Basekin, Sint Gillis, vi g. De draghers, te voren, viii g. De 
cleerc, van daghen, vg. 

De messe van Pieter de Wulfs wiif ter nieuwe kerke, vi g. vi m. 

Verleit up Sinte Luucx dach daer naer commen, viii g. 

De messe van lan de Cleerc te Stalysere, vi g. Voer linlaken, ix g. De cleerc, van 
daghen, iiii g. 

De messe van de wedewe lan Tolnare, Sinte Naes, vi g. De cleerc, van daghen, iiii g. 
Vol* linlakene, xii g. 

De messe van Lauwers, stegarsoen, Sinte Naes, vi g. De cleerc ende oiferkessen, vi g. 



828 LES EHLUMINBnBS DI BBUOBS 

De messe van fan Tolfln, Sinte Naes, vi g. De cleer, van daghen, ii g. 

De messe van lan Mauwe, Sinte Naes, viiig. De clerc» iiiig. Item, terleit inde 
Brede Steghere, vi g. 

De messe van Clay Ottezone, iiii g. Vor linlake, vi g. 

Item, verleit by lan Baers^ Lieven Essche, Gosins^ Gavere\ diffoen^ i s. 5 d. g. 

De messe van Willem Vrelant^ iiii g. 

Verleit Sakermens dach, van meyen, xii m. 

Verleit van ii scilden, ii Vt 8* 

Van eeo acte van der camer, iiii g« 

Verleit in Dornike, iiii g. 

De messe van Anthunis van Gavere knecht, Berkin^ iiii g. De cleerc, ii g. 

Verleit up S. Bertelmeus dach in S. loriis, x Vig- 

Item, ten Ecoute, van hier, i g. 

De messe van Bastian Xpristus, iiii g. Vor linlakene, vi Vt g* De cleerc, ii g. 

De messe, diake ende snbdiake, ende orghelen ende beiaerden ende sanghers de 
messe goet, xviii Vt g- 

De messen van dese iare (1500), 1 1. 3 s. g. IS m. 

Van gaerne, van nuwelen ende foilghe, ii g. 

Van kerssen, 2 s. 8 d. g. 

Ghegheven lan van Hesschen dat by verleit adde, xiii g. 



Item, dit es dat ic, Lieven, ontfanghen bebbe van de iaren xcv, xevi, xcvii, xcviii, 
xcix. 

Item, ic was sculdich om den abt te betalen ende ic hebt ontfanghen, xxiiii s. g. 

Item, ic bebbe ontfanghen van resten van iaer ghelde lan Tolfiin, xii g. 

Item, Ghelein de Croc, van reste, xviii g. 

Item, de wedewe vander Creke, van reste, xii g. 

Willem de Brauwere, xii g. — Xpristiaen de Coc, ix g. — Tannekin Boems, iii g. — 
Myn heere den abt, iii g. — Bastiaen Xpmtus, ii g. — Pieter van Ycarwic, vi g. — 
lomne Porter s, iii g. — Daneel, de prentere, vi g. — lan Paradiie, viii g. 

Dit ziin de nienwe ghildebroeders ende ghildezusters : Daneel, de prentere, xiii g. 

— Se/tfa;, met Anthunis Trompe, xiii g. — Henderic Aemoutezane, xii g. 
Ontfanghen van zeinen, van gracien ende van bout was, Ss. Sg. 18 m. 
Item, de doet sculden van : laspaer Casus, iiii s. g. — Anthonine de Brune, ii s. 

vi d. g. — Comelis vander Creke, iiii s. g. — Aemous Basekin, ii s. iii d. g. — De 
wedewe Tolenaers, iii s. g. — lan de Clerc, v s. viii d. g. — Pieter de Wulfs wiif, v s. g. 

— Lauwers, gaersoen, iii s. g. — lan Tolfiin, ii s. g. — lan Mauwe, iiii s. g. — Clagi 
Ottezone, ii s. vi d. g. — Bastiaen Xpristus, ii s. g. 

Van gracien van lan vande Moere, Maertiin Roest, Lieven Tolnare^ lan van Esschen, 
Gùssins, Gavere, Caei, enz., 9 s. 5 d. g. 12 m. 



LES ENLUMIKSnBS DE BRUGES 329 

Item, lan de Caet^ xi kerven, xxxiii g. — Lieven Tolnare^ xi kerven, xxxiii g. — 
Anthmis van Gavera^ ix kerven, xviii g. — Henderic mn den Hecke, xi kerven, xxii g. 
— - lacop Eendericx^ viii kerven, xvi g. — lan Gossins^ ix kerven, xviii g. — lan van 
Besschen^ xi kerven, xxii g. — loes van Lee, viii kerven, xvi g. — Xpristiaen de Coc, 
X kerven, xx g. — GHffoen Sohier, xi kerven, xxii g. — lan Mocke, i kerf, ii g. — 
lan van de Moere, vî kerven, xii g. — Didier Rievier, ix kerven, xviii g. — Pieter de 
WiUf, vii kerven, xiiii g. — Adriaen de Raet, viii kerven, xvi g. — Heester Sanders, 
vi kerven, xii g. — Heer lan Bommalia, i kerf, ii g. — Broeder lan Moes, xi kerven, 
xvi V« 8* — Anthunis van Damme, x kerven, xv g. — Philips Arsoen, ix kerven, 
^î V« S- — lande Raymakere, iiii kerven, vi g. — Maertiin Roest, xi kerven, xvi Vt g* 

— Simoen de Coninc, v kerven, vii */, g. — Aemout de Caetj vii kerven, x •/« g- — 
LowHs de Bloc, ix kerven, ix g. — Willem van de Welde, x kerven, x g. — Tram, 
i kerf, i g. — lacop de Trampere, xi kerven, xi g. — lacop Blauwoet, xii kerven, xii g. 

— Claykin de WiUe, xi kerven, xi g. — Adriaen Régnier, ix kerven, ix g. — Anthunis 
de Trompe, xi kerven, xi g. — Clays de CotUere, v kerven, v g. — loes tôt Maertiin, 
xi kerven, xi g. — Meester Buberecht, viii kerven, viii g. — Benderic, ix kerven, ix g. 

— Vrau Clercz, ix kerven, ix g. — Vrau sceppers, ix kerven, ix g. — Vrau van der 
Be^, viii kerven, viii g. — Katheiine van Gavere, i kerf, i g. — Margriete Michiels, 
vii kerven, vii g. — Griekin, selversmit, vii kerven, v g. vi m. — Katheiine Bortoens, 
vii kerven, v g. vi m. — Vrau vander Wieghe, xi kerven, vii g. i inghelsche. — Vrau 
Matkiis, xi kerven, vii g. i inghelsche. — Ghekin de Croc, ix kerven, iiii Vi g- ^ 
Ghysebreeht van Yarwiic^ v kerven, ii VsK* — Anthunis vander Yieghe, i kerf, xii m. 

U99, 16 Août. 

Bentenoa arbitrale sur un dllKrend existant entre Tabbé et le couvent des chanoines 
réguliers de l'abbaye de Saint Barthélémi» dit de TEeckhout, et la gilde des 



In de name des Heeren. Amen. Bii desen ieghenwoordighen openbaren instrumente 
elken zii cond ende biiike claerlic, dat int iaer des selfs Heeren dunst vierehondert 
neghen ende tneghentich, inde tweedste indicde, sVridaechs den sestiensten van 
Ougstmaendt, int paeuschip aider helichsts vaders in Gode, ons heere heer Alexander, 
biider Godliker Voorsienicheil de seste paeus van dier name, in ziin zevenste iaer, 
inde ieghenwoordicheit van mii, openbaer notaris, ende vanden oorconden hier 
onderghescreven te desen diinghen gheroupen specialike ende ghebeden, comparoir- 
den in personen eerweerdich vader in Gode heer Philips, biider Godliker Ghedooch- 
samichede abdt ende prelaet vanden cloostre vanden Eechoute in Brugghe, van der 
ordene van Sinte Augustiin, sbisschopdoms van Dorneken, over hem, ziin conveni, 
ende over ziin naercommers, abdt ende couvent vanden voornoomden cloostre vanden 
Eechoute hier naermaels ziinde, of een ziide, Lievin de Toolnare, deken, lan van 
Besschen, lan Goossin, Beindric vander Eeke, Anthuenis van Ghavere, Maertin Roost, 
Adriaen de Raed, Griffoen Soyer, zoorghers, lan de Kaet, aile liberariers in Brngghe, 



330 LES ENLUMINEURS DE BBUOES 

bvoorseids bisschopdoms van Doorneken, over hemlieden ende aile huerlieder naer- 
commers, liberariers in Brugghe ziinde, over oec ende huutter name vanden ghemeenen 
gheselschepe vanden voorseiden liberariers, dat vervanghendeende bemlieden daer over 
stercmakende, of ander ziide, de zelve personen an beeden ziiden, ende over ende 
huutter namen als vooren, bii huerlieder vryen propren eyghenen wille ende zekere 
wetene, zonder daer toe bedwonghen mesleed ofte vertist ziinde, zo zii zeydeo, 
kenden ende liiden, ende biiden inboudene van de^en ieghenwoordighen openbaren 
instrumente kennen ende liiden, over ende huutter namen als vooren, dat ziilieden 
eendrachtelic ghebleven waren ter causen van zekeren questien, differenten ende ghe- 
schillen onlancx gheresen tusscben beede den voorseiden partien omme den outaer, 
diensty tafle, beilden, ornamenten, ende anders dienende ter ghilde ende outare van 
den voornoomden liberariers ende den ghemeenen gheselschepe van dien, staende int 
voornoomd clooslre vanden Eechoute, ende daer omme dat oec procès ende ghediinghe 
gheresen hebben ghesiin voor miinen heere den officiael van Doorneken tusschen den 
partien voorseid, in eersamen ende discreten heere ende mannen, heer ClaeU vanden 
Rende, priester, religieux int voornoomdclooster vanden Eechoute, lacop vanderAmeydei 
van miins voorseids heeren eude couvents weghe, lan Bœrs ende lan van Hesschen^ 
van den voorseiden liberariers weghe, aile als doe aldaer présent ende voor ooghen 
ziinde, als in arbiters, vriendelike middelaers ende appointieres bii beede den voor- 
noomden partien daer toe ghecooren, ende de voornoomden partien an beeden ziiden 
ende elke van diere, huutter namen als boven, beloofden aldaer te houdene goed, 
vast, ghestade ende van weerden twiisdom, dordonnancie ende tzeggherschip vanden 
voornoomden viere arbiters ende vriendelike middelaers, ende pemmermeer daer 
ieghens te zegghene. te doene, te commene, ofte doen zegghen, te doen doene, ofte 
doen commen hier naermaels in eenigher manieren bii hemlieden ofte by andren per- 
sonen, directelic ofte indirectelic, heymelic ofte openbaerlic, bii rechte ofte bii fayte, 
in wette of buuten wette, oft anders, bii eenighen andereu middele^ title ofte coluere, 
upde peyne ende verbuerte van vichtich maerc fiins zelvers te verbuerene biiden ghue- 
nen die tvoorseid zeggherschip, wiisdom, ende ordonnancie vanden voornoomden arbi- 
ters ende vriendelike middelaers niet onderhouden en sal, de peyne verbuert of niet 
verbuert, tseggherschip, wiisdom ende ordonnancie altoos goed, vast ende van weerden 
blivende, tappliquierne de voorseide peyne ende verbuerte, in dien zii gheviele, in 
drien, te wetene : teen derde den eerweerdighen vadre in Gode, miin heere den bisscop 
van Doorneken, tander derde onsen gheduchten heere ende prinche, ende tderde derde 
partien tseggherscip, wiisdom ende ordonnancie houdende; dies zo zullen de voor- 
noomden viere arbiters mueghen kiesen eenen viifsten superarbitre, ende daert de 
voorseide viifste superarbitre stelien ende appaysieren sal metten tween vanden voor- 
noomden viere arbiters ende vriendelike middelaers, dat sal ziin ende bliven tzegghen, 
wiisdom ende ordonnancie vanden voornoomden arbiters ende vriendelike middelaers; 
consenterende de voorseide partien an beeden ziiden, over ende huutter namen aïs 
vooren, dat de voorseide viere arbiters ende vriendelike middelaers zullen mueghen 
nemen raed, consultacie ende adviis up de voorseiden zaken, ende nood zii met mees- 



LES ENLUMINEUBS DE BBUGES 331 

ters ende mannen van rechte, ten coste van partien; item ende aldaer zo beloofden de • 
voornoomden arbiters ende vriendelike middelaers huerlieder zeggherschip» arbitrage, 
wiisdom ende ordonnancîe te hautene ende te pronuncieirne tusschen dit ende Midde* 
wiinter nu eerstcommende; behondeliken dien dat de zelve arbiters den termiin 
voorseid zullen mneghen prorogeren ende verlanghen daer naer een maend ofte zesse 
weken. 

Ghedaen waren dese diinghen te Brugghe int voorseid cloostre vanden Eechoute, 
présent ziinde aldaer discrète mannen, Andries Dey, de keersghietere, ende lan 
Ooiterliinc^ de slootmakere. 

Item, ende daer naer, sMaendaechs, den drie ende twintichsten dach van Décembre, 
int iaer, indictie ende paeoschip voorseid, de voornoomden viere arbiters ende vrien- 
delicke middelaers, metgaders zekere menichte vanden voornoomden liberariers int 
voornoomd cloostre vanden Ëechonte vergadert ziinde, omme huerlieder zeggherschip, 
wiisdom, arbitrage ende ordonnancie te huutene ende te pronuncierene, omme zekere 
causen ende redenen hemlieden daer toe porrende, prorogeirden ende verlancdeu den 
voorseiden dach den termiin van zesse weken doe naestcommende, zoot breeder blii- 
ken-mach vander voornoomde prorogacie bii eender acte daer of ghemaect ende ghe- 
teekent bii heer Philips HHetins^ priester ende openbaer notaris, met ziinen hand- 
teekene, ter presencie ende biiwesene van zekeren oorconden hier onder ghenomt, te 
dien gheronpen specialike ende ghebeden, mii openbaer notaris hier onder ghescreven 
doe absent ziinde, van welker acte van prorogatie tinhouden van woorde te woorde 
hier naer volcht : 

sMaendaechs den drie ende twintichsten dach van Décembre int iaer duust viere 
hondert neghen ende tneghentich, compareirden voer mii, Philips Mietins, priester» 
biider paeuseliker ende keyserliker macht openbaer ghezworen notaris, ende den 
oorconden hier onder ghescreven, eersame ende discrète personen, heer Claeis van 
Eende^ prioor ende canuenic régulier vanden cloostre van Sinte Barthelmeeus ten 
Eechoute, van Sinte Augustiins ordene, sbisscopdoms van Dornicke, lacob vander 
Ameyde^ als huutter name van seerweerdichs vaders in Gode, heer Philips biider 
Godliker Ghedoochsamichede abdt vanden voornoomden cloostre vanden Eechoute, of 
een ziide, lan Baers ende lan van Hesschen, aïs huutter name vanden liberariers in 
Brugghe, of ander ziide, de welke voornoomden personen aile viere als arbiters, 
arbitrateurs ende vriendelike middelaers ghecooren ende ghenomen bii beede den 
voornoomden partien, eendrachtelic zeyden ende verclaersden aldaer, hoe dat achter- 
voighende den inhoudene vander submissie ende bliverschip tanderen tiiden ghedaen 
biiden voornoomden partien voor den eersaem ende discreten heere ende meester 
Romboud de Doppere, priester, openbaer notaris, etc., ende den oorconden als doe 
daer toe gheronpen specialike ende ghebeden, van zulczegghen, huutten ende wiisdom 
als zii aïs arbiters voornoomd upde questie, gheschil ende vanden processe dat 
tusschen beede den voornoomden partien gheresen was ende anders, zegghen, huuten 
ende wiisen zouden binnen eenen zekeren termiin als doe gheexpresseirt, dat zii oec 
hadden die auctoriteyt ende macht, in dien zii daer of niet accoorderen en consten, 



332 LES ENLUMIMEUBS DB BBUOBS 

ofte eenich ander impediment hemliedoD overquame, dat zii dien tiîd ende termiio 
noch mochten prorogeren ofte verlanghen eenen anderen zekeren tiid om de pronua- 
ciacie ende de publicacie van dies voorseid es te doene; so eist dat zii« omme zekere 
caasen hemlieden daer toe porrende dat zii vander zelver pronanciade ende publicacie 
te doene noch differeren ende huatstel nem6n den termiin van tes weken voor aile 
dylayen. 

Actum binnen den ommeganghe vanden voornoomden cloostre iot iaer, maend 
ende dach voorscreven, ieghenwoordich ziinde aldaer discrète mannen, meester loos 
Ruusbrouc^ priester, ende Michiel Convent, de pasteydebackere, oorconden te desen 
diinghen gheroupen specialike ende ghebeden, ende mii. Aidas gheteekent : Phi.Mietins, 
presbitre» sacra apostolica et imperiali auctoritate notarius iuratus. 

Hendelic ende daer naer, upten derden dach van Laumaend, int iaer, indictie ende 
paeuschip voorscreven, naer dat de voornoomd eerweerdich vader in Gode ende heere, 
heer Philips^ abdt vanden voornoomden cloostre vanden Eechoute in Brugghe, over 
hem, ziin voornoomd convent, gheconsenteirt hadde dat de voornoomden viere arbi- 
ters ende vriendelike middelaers huerlieder z^gherschip, wiisdom ende ordonnancie 
up de voorseiden gheschilien, questien ende differenten voor den voornoomden libe^ 
rariers doen huutten ende pronuncieren zoaden, ende naer oec dat hii begheerd hadde 
datmen eenen van ziinen religieusen dien zii daer toe nemen wilden huntter name als 
vooren gheven zoude in ghescrifte van pointe te pointe, van article tarticle, de copie 
anctentike vanden voornoomden zeggherscepe, zegghende dat achtervolghende den 
inhoudene vander voorseide submissie ende de teuuere vaa diere hii, huntter name aïs 
vooren, twiisdom ende ordonnantie vanden voornoomden viere arbiters hii mids der 
peyne daer up ghestelt behoorde te houdene, ende oec naer dat de copie vanden 
voornoomden zeggherscepe, wiisdomme ende ordonnancie, auctentiquelic gheteekent 
metten handteekenen vande voornoomden viere arbiters ende vriendelike middelaers 
overghegheven was inden handen van heer lan Danckaerê, priester, religieux ende 
canuenic régulier, al daer ende bii hem ontfaen in dient den voornoomden miinen 
heere den prelaet also beliefde ghedaen te ziine, compareirden in propren persoonen 
de voornoomden heer Claeis van Bende^ lacop vander Ameyde, lan Baers ende lan van 
Hesêchen^ als arbiters ende vriendelike middelaers voorseid, huutter namen als vooren, 
metgaders Lievin de Toolnare, deken, lan de Caet^ Griffoen Soyer^ Maertin Roost, 
Anthuenis van Ghavere, Adriaen de Raed, lan vander Moere, Pieter de Wulf, Aernoud 
de Caet, loos van Le, Wiilem vanden Velde^ Cristiaen de Coc^ Anthuenis de Trompes^ 
lacop Blaeuvoet^ lan Mooke, Sebastiaen Cristus, lacop Heindricx^ Claeis de Coutere ende 
heer lan de Bomalia, presbitre, religieux van Sinte Dominiciis ordene, aile liberariers 
binnen der stede van Brugghe, ende tghemeene gheselschip ende ghildebroeders van 
dien presenterende, ende hemlieden daer over stercmakende ende dat vervanghende, 
de voorseiden submissie ende bliverschip aldaer voor mii, openbaer notaris, ende 
oorconden hier onder ghescreven te desen diinghen gheroupen specialike ende ghe- 
beden, also overghenomen, gheresumeert, verhaelt ende vernieut al int langhe inde 
voorme ende manieren vooren verhaelt, de voorseiden arbiters, arbitrateurs ende 



LES ENLUHINEUBS DE BRUGES 333 

vriendelike middelaers, voortgaende melter voorseide zaken, zeyden, pronuncieirden 
ende bauteden den voornoomden liberariers huerlieder zeggherschip, wiisdom ende 
ordonnancie arbitrale, iader voormen ende manieren gbescreven ende verclaerst in 
een quayerne papiers gheteekent met huerlieder ende met elcx van huerlieder hand- 
teekenen als vooren, daer of dat tinhouden hier naer volcht van woordt te woorde : 

In Gods name. Amen. Up de submissie ende bliverschip ghedaen onlancxleden» 
tnsschen eerweerdighen heere ende vader in Gode, heer Philips, biider Godiiker Ghe- 
doochsamichede abdt vanden cloostre vanden Eecboute in Brugghe, vander oordene 
van Sint Augustiin, sbisscopdoms van Doornike, over hem ende ziin convent, ende 
voor hem, ziin naercommers, abdten vanden voorseidcn cloostre ende convent hier 
naer ziinde, of een ziide, Lievin de Tooinaref deken, lan van Hesschen, lan Goossins^ 
Heinàric vander Eecke, Anthuenis van Ghavere, Maertin Roost, Adriaen de Raed^ 
Griffoen Soyer ende lan de Caet, zoorghers, over bemlieden, aile liberariers in Brugghe, 
ende over huerlieder naercommers liberariers ziinde, vervangbende ende hemlieden 
stercmakende over aile tghemeene gbeselscbip vanden liberariers van Brugghe» of 
ander ziide, in heer CCaHs van Hende, priester ende religieux binnen deu zelven 
clooster vanden Eecboute, lacop vander Ameyde, van miins beeren sabdts ende cou- 
vents weghe, lan Baers ende lan van Hesschen, aïs doe aldaer présent ende voor- 
ooghen ziinde vanden voorseiden liberariers weghe, als in arbiters, vriendelike midde- 
laers ende appointieres, ende dat 1er cause van zekeren question, gheschillen ende 
differenten onlancx gheresen tnsschen beeden den voorseiden parlien, omme den 
outaer, dienst, tafle, beilden, ornamenten ende anders dieuende ter ghilde ende outaer 
vanden voornoomden liberariers staende int voornoomd clooster, ende daeromme oec 
procès ende ghediinghen gheresen hebben gheziin voor miinen heere den ofBciael van 
Doornicke, tnsschen beeden den voornoomden partien, so es ter eere ende love van 
Gode van hemelriike, Maria, Ziinder ghebenedider Moedre, ende aile Gods helighen, 
tzegghen, wiisdom ende ordonnancie van ons, arbiters ende vriendelike middelaers 
voorseid, bii ons vriendelike gheappointiert ende eendrachtelic gheaccoordeirt dat 
hier naer volcht : 

Eerst ende al vooren, dat de voornoomden liberariers houden ende ghebruucken 
zullen den outaer ende plaetse van ouds ghecostumeirt, staende int voorseid clooster 
vanden Eecboute, ande zuud ziide vander voorkerke van dieu, streckende westwaert 
totter zuud duere vander voorseide voorkerke, ende noordwaerd streckende omtrent 
twaelf voeten, ende wederomme ioyeren ende ghebruucken aile huerlieder ornamenten 
ende die in handen hebben daer of questie gheweist heift, ende zullen de zelve libe* 
rariers aldaer doen celebreren haer Godlike diensten daer toe dat tvoornoomd convent 
hemlieden leveren sal brood, wiin ende water, ende aile de ornamenten die zii noch 
van doene hebben zullen, mids iaerlicx ghevende ende betalende den zelven con vente 
zes scelliinghen grooten Vlaemscher munten. Item, dies zo zullen de voorseide libera- 
riers alleene hebben, befTcn ende behouden aile tappoort ende incomstc ende andre 
dévote ghiften die thuerlieder outaer commen sal, wat dat zii, was, vlas, gheit of 
anders, also wel dat commen sal van zeynen up Sinte Berthelmeeus dach als up 

IV 4-3 



334 LES ENLUMINEURS DE BEUQES 

andren daghen, niet hnatteghesteken dan alleonlike de offermiiten die commen zullen 
ten voorseiden outare van allen den messen diemen binnen den iare aldaer ten zelven 
outare celebreren sal, also wel vanden messen van Requiem als van andren messen, 
die sal Ivoorseid convent alleene hebben ende behouden, ende oec mede balf de offer- 
keerssen die van vrienden ende maghen ghebrocht zollen worden ten voorseiden 
outaer alsmen eenighe zielmessen celebreren sal van eeneghen overleden ghildebroe- 
ders ofte ghildezusters, ende anders ne gbeene; item, zo zulien de voorseiden libera- 
riers up de daghen ende avenden van huerlieden patroonen mueghen doen beyaerden 
ende luuden metten clocken vanden voorseiden cloostre ten coste vanden voorseiden 
liberariers, ende in sgheliicx zullen mueghen doen oorghelen metten oorghelen vander 
voornoomde kerke, mids betalende den oorghelare vander messe te oorghelen twee 
grooten, ende vanden vespere eenen grooten; dies zo zullen de voorseiden liberariers 
hemlieden bezoorghen ende voorzien van eenen blazere thuerlieder cost, zonder den 
cost vanden convente, ende zullen alsdan de voorseiden liberariers moghen doen 
commen zanghers van Sinte Donaes kerke of van andren kerken, zulke aist hemlieden 
believen sal, omme huerlieder messe te ziinghcne, ende eist dat de voornoomden libe- 
rariers begheeren te hebbene dyaken ende subdyaken thuerlieder voorseiden messen, 
zo zullen zii elcken gheven onder halve grooten, ende elc vanden ionghers die wierooc 
ende candelaers draghen, zullen hebben elc twaelf miiten; voort, zullen de voorseiden 
liberariers ghehouden worden te betalene voor elke messe, zii ziinghendo of lezende, 
van requiem oft andre, den priestre vanden voorseiden convente die de zelve messe 
ziinghen of lesen sal, vier grooten; ende daert zo ghebuerde, bii belette oft anders, dat 
gheen priester vanden voorseiden convente de voornoomden messen niet celebreren en 
mochte, in dat cas zullen die vanden voornoomden convente eenen andren priester 
bezoorghen sliberariers costen, de welke messen men celebreren sal te al zulker hueren 
als den prioor vanden voorseiden clooster ende den deken vanden voorseiden liberariers 
die stellen ende ordonneren zullen; item, zo zullen die vandeu voorseiden convente 
ghehouden ziin te commene tôt beede de vesperen van elken van huerlieder patroons, 
te wetene : van Sinte lan Ewangeliste ende Sinte Luuc, thuerlieder outaer met wierooc, 
also zii doen voor andre outaren aldaer; item, telken Aider Zielen daghen, upde 
Verzwooren Maendaghen, ende tôt allcn andren zielmessen die men celebreren sal 
ten outare vanden voorseiden liberariers, so sal de clerc vanden voornoomden libera- 
riers mueghen stellen bancken, stroo stellen ende stroyen, also men elders ghecostu- 
meirt es van doene in allen zielmessen, zonder dat die vanden convente daer mede 
ghemoeyt zullen ziin, ende sal de zelve clerc daer naer wederomme wecb doen ende 
de plaetse weder scoone maken zonder den cost vanden voorseiden convente; item, 
dat de zelve liberariers up de daghen van huerlieder voornoomden patroonen zullen 
moghen huerlieder peldre, vane, casulen, tapiitsen ende andre chierlicheden hanghen» 
staen ende verchieren huerlieder voorseiden outaer ende plaetse, Gode teeren ende 
den helighen daghen, ende zullen alsdan moghen doen zeynen daer toe dat die vanden 
convente den voornoomden liberariers leenen zullen monstrancie zonder huerlieder 
cost, ende ooc also wel up Sinte Berthelmeeus dacb ende andre daghen als zii dat 



LES ENLUMINEUBS DE BBUOES 335 

begheeren zallen; item, de zelve liberariers zuUen ap Sinte Berthelmeeus dach moghen 
zeynen thoerlieder voorseiden outaer of daer omirent gheliic up de daghen van huer- 
lieder patroonen, ende oec up andre feestelicke daghen van ouds ghecostumeirt, ende 
zuUen alsdan die vanden voornoomden convente open houden de noordduere vander 
voorkerke» gheliic up andre daghen; item, de zeive liberariers zullen ghehouden ziin 
te decken of te doen decken hnerlieder outaer metten outaercleede, cortiinen, rabatten, 
ende deccleed, tewetene: sPaessche daecbs, Siincxen daechs, Âscentioens daghe, 
upden dach vander Heligher Drievoudicheit, tsHelichs Sacraments daghe. Aider Heli- 
ghen daghe, Keersdaghe ende aile Onser Vrauwe daghen die men viert, ende dat 
svoornoens, ende in dien die vanden convente willen den voornoomden outaer ghe- 
dect hebben als vooren te vesperliiden up de voorseiden daghen, zo zullen de voor- 
seiden liberariers daer toe leenen huerlieder outaer cleed ende anders den voornoom- 
den convente, ende tvoornoomd couvent sal die bewaren tziinen laste, ende de zelve 
liberariers zullen den voornoomden huerlieder outaer upde voorseiden daghen lichten 
zo zii daer of loon ende eere ontfaen zullen willeu; voort, ende overghemerct dat de 
voornoomden liberariers niet en ziin in zulken ghetale ende menichte aïs zii hier 
voormaels gheweist hebben, ende biidien niet en vermueghen zulken cost ende last 
als zii hier voortiids ghehadt ende ghedaen hebben, so eist dat zii niet verbonden 
noch ghehouden en zullen ziin meer messen te doen celebreren dan huerlieder ver- 
moghen ende devocie ghedraghen sal; item, zo zullen de voorseiden liberariers hier 
naermaels mueghen doen maken, ter verchieriinghen ende decoracie van huerlieder 
voorseiden outaer, een thuun van houlte omirent den voornoomden huerlieder outaer, 
met motalen oft andre pilaren, ten beschermenesse ende bescudde vanden voornoom- 
den huere ornamenten, met eender reese staende up twee andre pilaren thender cor- 
tiinen roede zo datheesschen ende begheeren sal; suUen oec mede moghen doen 
maken de voorseiden liberariers aldaer twee bancken, diemen sal moghen verdraghen 
aist nood ziin zal, gheliic alsser processie gênerai ziin zal iat voorseid clooster ende 
anders, welcke bancken de voorseiden liberariers stellen zullen, den eenen noord 
ende zuud, ende den andren oost ende west, voor huerlieder outaer, ende die altoos 
wech doen alst nood ziin sal, zoot voorseid es; item, zo zullen de zelve liberariers, 
nu ende hier naermaels ziinde, ghehouden ziin iaerllcx altoos upden Helighen Sacra- 
ments dach te zendene int voorseid clooster vanden Eechoute, tsnuchtens voor de 
processie, huerlieder clerc met eender wassen tortsse, ende die doen draghen biiden 
zelven clerc bernende inde processie voor tHelich Sacrament, ende oec terelevacie 
vander hooghemesse upden zelven dach, ende in sgheliici naer vesperen up de octave 
vanden Helighen Sacramente, omme de zelve tortsse te draghen al bernende als 
vooren inde processie [aldaer ten bestedene vanden Helighen Sacramente; item, ende 
daert zo ghebuerde hier naermaels, twelke God verde, dat miin heere dabdt ende ziin 
couvent den voornoomden liberariers orlof gaven, ende hemlieden niet langher hebben 
en wilden in huerlieder voorseide kerke, ofte oec dat de voorseiden liberariers van 
daer vertrecken wilden, ende daer niet langher en wilden bliven, dat alsdan de voor- 
noomden liberariers met hemlieden draghen ende voeren zullen moghen paisivelike 



336 LES ENLUMINEURS DE BRUGES 

aile huerlieder ornamenten die zii nu of dan hebben zullen» te wetene ; dwalen» 
oulaer cleedren, casulen, cortiinen, vane, pelder, candelaren, boucken, keilcten, 
wassen kerssen, tortssen, kiâten, scriinen, ende aile andre zaken hemlieden toebeboo- 
rende dienende thuerlieder outaer ende Gods dienste, bet zii der gbilde ghegheven 
of dat de voorseide gbilde die becosticht beift, generalike al dat portatiif ziin sal; 
ende noch boven dien, huerlieder outaer tafle metten viere dueren daer an ziinde, daer 
Willem Vreland ende ziin wiif zalegher ghedachte in gheconterfeit ziin, ghemaect 
biider hand van wiilen meesler Hans, ende daer toe beede de beilden van Sint lan 
Ewangeliste ende Sinte Luuc, huerlieder patronen» ghesneden van houtte ende ver- 
cbiert, staende boven der voorseide tafle; ende omme dat den voorseiden outaer niet 
blood en zoude bliiven, zo worden de voorseiden liberariers ghehouden aldaer te 
latene de beilden van Onser Vrauwe ende van Sinte Nichasis; ende boven dien, zo 
werdden de voornoomden liberariers noch ghehouden inde plaetse daer de outaer 
tafle als nu staet eene andre tafle te doen maken, aiso groot als de gheheele plaetse es, 
van olye vaerwe, ende daer inné zulke beilden doen maken ten coste vanden voor- 
noomden liberariers, als den prelaet dan ziinde ende die vanden voornoomden con- 
vente begheeren zullen, emmers tôt viere beilden of personaigen toe ofte viive ende 
niet mcer, ende dat aIso eerlicke ende also chierlike also de zelve liberariers daer 
inné huerlieder eere bewaren zullen wiilen, ende daer toe twee dueren van houtte» 
buuten ende binnen ongheschildert ende onverchiert, hanghende an de voorseiden 
tafle; ende noch boven desen, zo- zullen de voornoomden liberariers aldaer den voor- 
noomden conveute laten eene lettren van pardoenen ende gracien sprekende up tvoor- 
noomd cloostre ende den voorseiden outaer aldaer, commende ende gheimpetreirt 
Tan Roome; item, ende daert zo ghebuerde hier naermaels, dat God voorhoede, dat 
miin heere den prelaet ende couvent vanden voornoomden cloostre vanden Eechoute 
den voornoomden liberariers orlof gbaven, ofte dat de zelve liberariers vander voor- 
seide plaetse vertrecken wilden aïs vooren, ende elders huerlieder Godlicken dicnst 
wilden doen doen, in dat cas zo zullen miin heere de prelaet ende couvent voor- 
seid den voornoomden liberariers, ofte de voorseiden liberariers den voornoomden 
prelaet ende tconvent dan ziinde, dat elc andren te kennen gheven een iaer te vooren, 
behouden altoos den zelven liberariers tghuent dat int voorgaende article verclaerst 
ende gheexpresseirt staet angaende der tafle ende anders; ende mids desen zo wiisen 
wii, arbiiters ende vriendelike middelaers voorseid, beede de voornoomden partien 
goede vrienden an beeden ziiden de costen ghedaen int voorseid procès ende ghediin- 
ghe, also wel an deen ziide als an dandre ziide compenserende, ende dat omme redene. 

In oorconde der waerheden ende vastichedon van desen, so hebben wii, arbiiters 
voorseid, elc ziin hantteekene hier onder ghestelt. 

Actum anno xcix, den tweedsten dach van Lauwe. Aldus ondergheteekent: van den 
Hende^ Hameyde^ Baers, I. Hesschen. 

Ende tvoorseid zeggherschip, wiisdom, ende ordonnancie arbitrale vanden voor- 
noomden viere arbiiters ende vriendelike middelaers inder voormen ende manieren 
voorscreven ghehuut, gheseid ende overluud al int langhe ghepronuncieirt ziinde, de 



LES ENLÏÏMINEUBS DE BBUOES 3^7 

voornoomden liberariers, verlrec nemende naer de voornoomde pronnnciacie ende 
daer ap te rade gaende, van rade commende wel daer up ghedelibereirt ende ghe- 
aviseirt, alzo zii zeyden, voor hemlieden, huerlieder naercommers liberariers hier 
naermaels in Brngghe ziinde, over tvoornoomd ghemeene gheselschip ende ghilde van 
dien vervanghende ende hemlieden daer of stercmakende, loofden, eendrachtelic 
emologierden, approbeirden, adnoveirden ende ratiffierden, ende bii desen ieghen- 
woordighen openbaren instrumente loven, emologieren, approberen, adnoveren, ende 
ratiffieren tvoornoomd zeggherschip, wiisdom, ende ordonnancie arbitrale, belovende 
tzelve zeggherschip, wiisdom, ende ordonnancie arbitrale te houdene goed, vast, 
ghestade ende van weerden, up de peyne ende verbuerte als vooren, de peyne verbuert 
ofte niet verbuert, tvoornoomd zeggherschip, wiisdom, ende ordonnancie arbitrale van 
weerde blii vende, zonder daer ieghens te zegghene, te commene, te doen zegghen, ofte 
doen commen, directelic ofte indirectelic, heymelic ofte openbaerlic, in wette ofte 
buuten wetten, bii rechte ofte bii fayte, bii hemlieden ofte bii middele van andren 
personen, ofte bii eenighcn anderen middelen, title ofte coluere, al zonder fraude, 
fute, aerchlise, ofte maloDgien, aile manieren van exceptien, also wel van rechte als 
van fayte, cesserende; van aile welke voorscreven diinghen de voornoomden libe- 
rariers, over ende huutter name als vooren, verzochten ende begheerden van mii, 
openbaer notaris, hier onder ghescreven, ghemaect te hebbene een openbaer instru- 
ment ofic meer, den onder ghescreven personen in oorconden roupende. 

Ghedaen waren dese diinghen in den reyfter van den voornoomden cloostere, int 
iaer, indictie, dach, maend, ende paeuschip voorscreven, ieghenwoordich ziinde 
aldaer heer Philips Mietins, priester ende openbaer notaris, ende Piètre van Eyeweerve, 
poorter in Brugghe, torconden te desen diinghen gheroupen specialike ende ghebeden. 

Et quia ego, Rumoldus de Doppere^ clericus Tomacensis diocesis, etc. 

Original, aux Archives de TÉtat, à Bruges. 



TABLE GÉNÉRALE DES MATIÈRES 



L — Iconographie Chrétienne. Sainte Barbe 1 

II. — Proses, Hymnes et Antiennes en honnear de Sainte Barbe 27 

m. — Portrait de Hans Memlinc peint par lui-même, eaa-forte de Jacques 

van Oost dit le vieux 45 

lY. — Le Palais du Franc, à Bruges 46,216 

y. — Maximilien Frans, peintre, 149* — 1547 93 

YI. — Michel Hercator, orfèvre, graveur de médailles et facteur d*instru- 

ments de musique, 1491-1544 98 

YII. — Documents inédits sur les Enlumineurs de Bruges 111, 238 

YIII. — Notes et Documents pour servir à Thistoire de la fabrication de la 

Poterie aux Pays-Bas 120 

IX. — La Gilde des Potiers de la ville abbatiale de Siegburg et ses pro^ 

duits, par le Rév. J. B. Dornbusch 122 

X. — Jean Prévost, peintre, c. 1470-1529 205 

XL — Mélanges. 

Manuscrit enluminé de Fabbaye de Messines, c. 1530, 195. — Inventaire 
des reliques conservées à la cathédrale de Thérouanne en 1283-1286, 198. — 
Catalogue des reliques conservées à Téglise de Saint Donatien, à Bruges, au 
treizième siècle, 199. — Contrat pour Texécution de deux tombeaux pour Sire 
Guillaume Sandes, chambellan de Henri VIII, roi d'Angleterre, en 1535, 202. 



PLANCHES 

L — Hans Memlinc, gravé par Jacques van Oost, d'après le portrait 

original conservé à THApital Saint-Jean, à Bruges ..... 45 
U, m et IV. — Poteries Siegburgeoises 133; 141, ♦«! '^ 



TABLE 



Adoration des Mages (l*), miniature, 197. 

Adrien (Saint), 197. 

Aernoutsoen, Henri, 328. Philippe, 310-329. 

Aghets (Marguerite), 284. 

Agoets (Comélie), 282. 

Agonie au Jardin des Olives (l*), miniature, 196. 

Alaert (Jacques), 299. 

Ameye (Ide van der), 272. 

Amiens (d*), v. Roland. 

Amman (Pierre), 31 S. 

André (Saint), 208. 

Andrius (Henri), médecin de Sittard, son por- 
trait gravé par Mercator, 103. 

Anne (Sainte), 197. Tableau représentant sa gé- 
néalogie, 95. 

Anneaux pontificaux, 198. 

Annon (Saint). Coutumes observées à Siegburg, 
le jour de sa fôte, 148. 

Annonciation (1*), miniature, 114, 197. 

Antoine (maître), le Florentin, docteur en théo- 
logie de Tordre de S. Dominique, 280-319. 

Antoine (Saint), 208. 

Antoine (sire), chanoine régulier de l'abbaye 
de TEeckhout, 283-306. 

Apans (Jacques), tapissier, 80. 

Aradiins, Joyeuse, 293-319. Pierre, 254-319. 

Armoiries: Mercator, 99, 101, 109. 

Asti (François d'), 280-318. 

Avezuene, Adrien, maçon, 280, 281, 283. Cathe- 
rine, 306-317. 

Augustin (Saint), 208. 

Autel portatif, 88. 

Autels (dessins d'), 112, 196, 197. 

Awet (Gérard), 264. 



Axele (Martin van), marchand d*estampes, 319- 
322. 

Axele (van), v. Pise. 

Axpoele (Mahieu van), maçon, 228. 

Bach (Jean), potier, 155, 158, 185. 

Bacheler (Jean), 297-323. 

Baelberghe (Jeanne van), 288-315. 

Baers (Jean), 328-336. 

Baert (Corneille), maçon, 230. 

Baetsoleyr (Périne), 273. 

Baille (Thomas), forgeron, 79. 

Ballu (Simon le), 268. 

Bamwede (Léonard van der), plombier, 60, 64. 

Banc (Catherine van der), 280-286. 

Barbe (Sainte). Sa légende, 6-11. Ses reliques, 
11. Son culte, 11, 13-16, 18. Représentation 
la plus ancienne de cette Sainte, 12, 19. 
Énumération et explication des symboles et 
attributs employés pour la caractériser, 12-25. 
Représentation des épisodes de sa légende* 
25, 26. Pays, villes et métiers placés sous 
son patronage, 18, 19. Proses, hymnes et 
antiennes en son honneur, 27, 44. 

Barthélémy (Saint), 208. 

Basekin (Arnould), 264-328. 

Baselyn (Guillaume), enlumineur, 315. 

Basingstokb: Chapelle fondée vers 1516, par 
Sir Guillaume Sandes, 202. 

Basson (Antoine), facteur d'instruments de mu- 
sique, 100. 

Bavelare (Corneille de), charpentier, 219, 222, 
223, 224, 237. 

Bavere (van). Barbe, 298. Elisabeth, 291, 297. 

Bavon (Saint), 114. 



'i 



340 



TABLE 



Bauweliins [Pierre), 315. 

Bayeghem (Nicolas van), 244, 245. 

Beaureins (Calherine), 206, 214, 215. 

Becker (Ballhasar), potier, 185. 

Beernaerts, v. Weyden. 

Beerst (Philippe van der), abbé de TEeckhout, 

à Bruges, 295, 310, 315, 317, 318, 320, 324, 

329, 331, 332, 333. 
Beits (Elisabelh), 268. 
Bekaert, Jossine, 298. Pierre, 257-298. 
Beke (van der), Anselme, 288-299. Jacques, 

maçon, 230. Marguerite, 315, 318, 329. 
Bekel (Dominique), 261-278. 
Belle (Guillaume van), 284. 
Beltrafflo (Jean Antoine), peintre, 23. 
Benninc, v. Bynnynch, 
Benoît (Saint), 197. 

Berghe (van den), Jean, 259-321. Jeanne, 317. 
Berghe (Jean van den), dit Nazareth, 260-276. 
Berkin, 328. 
Bernaerls (Barbe), 308. 

Berlholomeeus, Matthieu, 264-312. Pierre, 254. 
Béton (Guillaume), facteur d*orgues, 100. 
Best (Jean van), 267. 
Beverlinc, 278. 

Beyeren (Guillaume van), 293-299. 
Bierman (Gilles), charpentier, 231. 
Biese, Corneille, maçon, 230. Pierre, maçon, 

226. 
Bisi (Michel), graveur, 23. 
Bitzen (Jean auff der), potier, 186. 
Blauvoet, Jacques, 320-332. Marguerite, 260. 
Blauwe (Elisabelh), 313-317. 
Bloc, Jean, 260-274. Louis, relieur, 197, 310, 

329. 
Bloumaert (Livin), 305. 
Bobreel (Nicaise), calligraphe, 282-299. 
Boens (Marguerite), 267. 
Boentant (Roger), 274. 

Bomale (frère Jean van), Dominicain, 318-332. 
Bongeteur (Marc le), marchand d*objets d*art, 

115, 117,254-305. 
Bonsane (Gaspard), 303. 
Booms, sœur Anne, 260-328. Barbe, enlumi* 

neur, 264-315. Marie, 266. Pierre, 273-301. 
Boomshende (René van), Tondeur, 79. 
Boontune (Jacques van den), 244, 245. 
Borne (van der), 274-284. 
Borselaere (Pierre van), tapissier, 81. 
Bortoen, Catherine, 324-329. Jean, 254-325. 



Bottenbroich, sa fabrication de grès, 151. 

Bouchier (Pierre), 284. 

Boucken (François), maçon, 229, 233. 

Boudewin (Etienne), 315-320. 

Boudins (Marguerite), 273, 274. 

Bouts, 297-316. 

Brabandere (Quirinde), maître d'école, 272-285. 

Braem, Adrien, peintre, 81. Jean, maçon, 229. 

Brande (Chrétien van den), peintre, 77, 78. 

Brauwere (Guillaume de), 304-328. 

Breda (Josse van), 280. 

Brere (Gornélie van), 300. 

Bresilles (Jean de), 320. 

BRESLàu: Bibliothèque: Chroniques de Froissart, 
Ms. enluminé, 117. 

Bressen, v. Presen. 

Brester, potier, 186. 

Breyels, Louis, 272. Marguerite, 276. 

Brigide (Sainte). Sa tunique conservée à Bruges, 
201. 

Brooms (George), 319, 320. 

Broucke (Jean van den), charpentier, 78, 80. 

Brouckere (de), Jean, libraire, 119. Jean, ma- 
çon, 228. 

Bruessele (Jean van), maçon, 229. 

Bruges: Eglises: S, Donatien^ armoiries des 
chevaliers de Tordre de la Toison d*Or, 206; 
jubé. 206; reliques y conservées vers 1300, 
199-202; retable peint de l'autel du prophète 
Daniel, 207. S. Gilles, retable peint du mattre- 
au tel, 211. S. Jacques, voûtes du chœur, 207. 
Abbaye de TEeckhout: Gilde de S. Jean et 
S. Luc y établie, 252, 253, 333. Musée de 
l'Académie : tableaux, 208-210. Ch&teau du 
comte de Flandre, dit de Loove, 46, 47, 49- 
52, 54, 56, 61, 78, 89, 91, 222. Landshuus, 
46,47,58,63,64,77,81,82,89-92. Prév6té 
de S. Donatien : tableau, 210. 

Bruges : Joyeuse entrée de Charles Quint, en 
1520, 207. Ordonnances du Magistrat quant 
à rimportation et la vente d'images, 238, 239, 
244, 245, 251 . 

Bruges (Franc de), district connu sous ce nom, 
46. Son administration, 46. Siège du tribu- 
nal, 46. Permission accordée au magistrat 
de faire célébrer la messe dans leur salle de 
conseil, 88. Cession du Landshuus par le 
magistrat à la ville, 89, 90. Ms. enluminé 
offert par le magistrat au comte de Charolais, 
en 1466, 115. 



TABLE 



341 



Bauges (Palais du Franc de), 46-9SI, 216-337. 
Chapelle, 48, S5, 63-66, 71 , 77, 88. Tourelles, 
88, 60, 71, 74, 78, 79, 317, 333, 238, 334, 338. 
Horloge, 77, 79, 317, 334, 337. Statues, 79, 
333,338. Tableaux, 77, 79, 81. Tapisseries, 
80, 83. Vitraux peints, 48. Poing ooupé, en 
argent, 48, 83. Tête coupée, en argent, 77, 

BrtdaffUwerk, espèce de grès fabriquée à SIeg- 
burg, 140, 177. 

Brune (Antoinette de), 373-338. 

Brussorci, peintre, 36. 

Bruwant [François), charpentier, 323. 

Bnekaert (Corneille), maçon, 329. 

Buirette (Guillaume), 320. 

Burgkmair (Hans), peintre, 36. 

Burgrave (Matthieu de), 370-318. 

Bnssche (van den), George, charpentier, 48. 
Matthieu, charpentier, 47, 48, 78. 

Busscop (Jean de), 331. 

Buus (Jean), 267. 

Buzere (Jean de), enlumineur, 284-334. 

Bynnynch, Alexandre, 118, 313-339. Simon, 
miniaturiste et enlumineur, 118, 119; minia- 
ture exécutée par lui en 1830, 118, 119. 

Caervoet (Jeanne], 388-309. 

Caet (de), Amould, enlumineur, 367-333. Jean, 
relieur, 363-333. 

Calligraphes (les), à Bruges, 338. 

Calvaire (le), miniature, 113, 118, 119. 

Caluwaert (George), 384-303. 

Gamere [Colin de le), maçon, 338. 

Canlpeel (Robert), 361-383. 

Carion (Jean), maçon, 339. 

Carlier (Massiin le), 318. 

Gasael (Jean), 344, 348. 

Casin (Jean), 373. 

Casteele (Barbe van den), 360-384. 

Gastilghe [Jean de), relieur, 300. 

Cat, Y. Caet. 

Catherine (Sainte), 98, 308. 

Casus (Gaspard), 303-338. 

Gauwe, Godefroid, maçon, 319, 331,333, 333, 
334, 338, 332, 333. Jacques, maçon, 330. 
Jean, maçon, 336. Josse, maçon, 338. Phi- 
lippe, maçon, 339. Pierre, tailleur de pier- 
res, 327. Vincent, maçon, 229. 

Cène (la), miniature, 197. 

Charolais (comte de). Ms. enluminé offert à lui 
par le magistrat du Franc de Bruges, en 1466, 
118. 



Claerbout (Jean), 267. 
Glays (Jacques Jean), 288. 
Clees (Eloi van), maçon, 229. 
Clemmere (de), Catherine, 288-269. Margue- 
rite, 288. 
Clerc (de), Jacques, chanoine régulier, 281-321. 

Jean, maçon, 228. Jean, 284-329. 
Clerck (Eloi de), maçon, 228. 
Cleve (Léonard van), enlumineur, 244, 348. 
Clippel (Jean), écrinier, 81. 
Clocmans (Elisabeth), 310, 311. 
Cnodde (Nicolas), imagier, 360-303. 
Coc (de), Chrétien, 300-333. Marguerite, 370- 

316. 
Cocxcie (Michel), peintre, 34. 
Coene, Jean, enlumineur, 242* Jean, peintre, 

242. (Quentin, imagier, 242. 
Coeisoen (Etienne), imagier, 272-301. 
Cologne : manière dont se donnait un banquet, 

en 1889, 187. Grès, 180. Vue de la ville, 

miniature, 196. 
Compiègne (frère Josse van), 276. 
Coninc (de), Gilles, 261, 262. Henri, 278. Jean, 

284-274. Jeanne, 287-304. Simon, 320-329. 
Cools, Anne, 212. 
Coopère (Gabriel de), 284-318. 
Coomaert [Pierre), 298. 
Coomhuuse (Jacques van den], peintre, 210. 
Corbie (Jean de), 291. 
Cornelis (Pierre), 298. 
Corporation des peintres de Bruges: démêlés 

avec les libraires et enlumineurs, 239. 
Costere (Jean de), 294-324. 
Covent, Corneille, 260. Michel, p&tissier, 333. 

Pierre, 360-384. 
Contre (Nicolas de), enlumineur, 117, 300^333. 
Coutset (Jean), 396. 
Cramen (Baudouin van), 388. 
Cramer, peintre, 34. 

Creke (Corneille van der), enlumineur, 397-338. 
Cristus (Sébastien), peintre et miniaturiste, 

338, 333. 
Crocht (Nicolas van der), 388. 
Croix, 198. 

Crombrugghe (André van), 361-268. 
Cromwell (Thomas), secrétaire de Henri VIU, 

roi dUngleterre, 101, 102, 106, 110. 
Crooc (de), Ghislain, 272-329. Périne, 276. 
Cruciflement (le), miniature, 112. 
Cruesinc (Florent), 78. 



IV 



342 



TABLE 



Cruningben (Barbe van), 203. 

GueniDc (de), Adrien, maçon, 230, 231. Michel, 
maçon, 227. 

Gutseghem (van), Jacques, maçon, 228. Jean, 
tailleur de pierres, 81. 

Baie (van den), Jean, 260-276. Louis, 268-315. 

Damme (van), Antoine, 329. Josse, 263-323. 

Dammers (Gaspard), 264. 

Bammins (Pierre), 282. 

Banckaert (Jean), chanoine régulier, 332. 

Bangerans (Gui), 286. 

Baniel, imprimeur, 328. 

Bavid, 114,196,208. 

Bavid (Gérard), peintre et miniaturiste, 20, 21. 

Beckere (Laurent de), 257-266. 

Beghele (Gilles), 310. 

Benglos (Massiin), 315. 

Béposition du Christ (la), miniature, 197. 

Biericx (Jean), dit van Ipre, 280-287. 

Biest (Jean van), 307-315. 

Bievele (Nicolas de), 260-2^6. 

BiiON : Chapelle des ducs de Bourgogne, Hostie 
miraculeuse y conservée, 115. 

Bike (van den), 292-304. Nicolas, 254-281. 

Bivre (Josse van den), horloger, 79. 

Bixmude: Béguinage, retable d'autel, 94-97. 
Hôtel-de-Yille, missel enluminé, 118. 

Bocteurs de TEglise (les), 95. 

Bodekin (Jacques), tailleur de pierres, 233. 

Bonckere (de), 260-318. 

Bonclermorlier (Catherine), 298. 

Bonne (Huchon), 264, 267. 

Bools (Jossine), 305. 

Boppere (Rombaud de), notaire, 331, 337. 

Borlan (Lambert), tailleur de pierres, 233. 

BoRNBuscH (J. B.), ses recherches sur la fabri- 
cation de grès au moyen-àge, 121. Notice 
sur la Gilde des Potiers de Siegburg et ses 
produits, 122-194. 

Brabbe (Adrien), 280. 

Broit pénal en Flandre aux xv* et xvi* siècles, 
77,82. 

Brostorff (Goddart van), potier, 186. 

Bruytmoit (Pierre), potier, 155. 

Bucaer (Jacqueline), 305, 310. 

Bullaert, Elisabeth, 260-268. Victor, 261. 

Burer (Albert), peintre, 24, 197; détails sur son 
séjour à Bruges, 207. 

Bycke (Pierre van), vitrier, 205, 236. 



Eeke (vander), Henri, calligraphe. 298-333. 
Jacques, 326. 

Eenoghe (Pierre van der], charpentier, 222. 

Eert (Bernard van), 268-273. 

Egmont (Floris d*), comte de Buren et seigneur 
dlsselstein, 100, 101, 102, 104. Lettres : à 
Henri VIII, roi d'Angleterre, 104-107; à Tho- 
mas Gromwell, secrétaire d'Henri VIII, 106; 
à Marie, reine d*Hongrie, 109. 

Elias, Jean, potier, 155. Jean, 263-288. 

Emoitz (Amould), potier, 155. 

Empereur (Jacques F), fondeur, 233. 

Enlumineurs de Bruges (Bocuments inédits sur 
les), 111-119,238-337. 

Enterrement d*un mort, miniature, 114. 

Epis en fer forgé, 225, 236. 

Erhenn (Jean under), potier, 185. 

Esewiic (Jacques), 323. 

Esquaillet (Pierre), calligraphe, 118, 119. 

Etienne (Saint), 208. 

Ettecove (Louis van), 308. 

Eveleir (Jean), calligraphe, 266-317. 

Everdey (Pasquier), 293. 

Everinghe (Josse van), 297, 296. 

Eugubyo (frère Barthélémy de), 276. 

Eycli (Jean van), peintre, 20, 21. 

Eyewerve (Pierre van), 337. 

Fabiaen (Jean), peintre, 80, 81. 

Fabri, v. SmU. 

Feldemer, Jean, potier, 186. Roerig, potier, 
186. 

Fenêtres à la f^çon de Tournai, 50, 67, 72. 

Ferri, (Jean), marchand d'estampes, 307-319. 

Fevre (Jean le), 306-324. 

Finellis (Jean de), 284, 286. 

Flach_Vlach_, Baniel, poUer, 155. 156. Fré- 
déric, potier, 156. Henri, potier, 155. Her- 
man, poUer, 130, 155, 184, 185, 186, 188. 
Jean, potier, 130, 155, 158, 184, 185. Jean 
Elle, potier, 155, 184. Pierre, potier, 145, 
155. 186. 

Flandre (comtes et comtesses de): Adèle, 195. 
Baudouin le Pieux, 195. Gertrude, 195. 

Floreins (Pierre), 257-279. 

Fontaines (Antoine de), 300-313. 

Fontene (Gilles van der), vitrier, 75. 

Forcx (Livin\ 276. 

Forestier (Pierre), 305, 313. 

Formschneiders, 127, 159. 

Fraet (Alexandre), peintre, 76. 



< 



TABLE 



343 



Francia (François), peintre, 25. 

Frans, Maximilien, peintre, notes biographi- 
ques, 93, 94, 206 ; ses œuvres, 94-97. Jean, 
peintre, 94. 

Frechen, sa fabrication de grès, 123, 125, 151. 

Froissarl (Chroniques de), manuscrit enluminé 
à la Bibliothèque de Breslau, 117. 

Fryn (Thierri), potier, 186. 

Fyol (Conrad), peintre, 24. 

Gaeremyn (Jean Antoine), peintre, 18. 

Gai (Everard van), 255. 

Gavere (yan) Antoine, 264-333. Catherine, 329. 
Guillaume, 258-283. Jacques, 254-273. Jean, 
286-321. Marie, 267-309. Michel, relieur, 
286-320. Thomas, 264, 266. Victor, enlu- 
mineur, 282-301. 

Gheelen (Jacques), 264. 

Gheeme (Jean van), 274. 

Gheeraerts (Guillaume), fondeur de cloches, 77. 

Ghent (frère Jean van), 298-323. 

Gherve (van), 300, 303. 

Ghiis (Jean), 319. 

Ghistele (Jean van), 308. 

Giens (Jacques), chanoine régulier, 292-324. 

GiLBB DB Saint Jean et Saint Luc, a Bruges, 
règlement approuvé par le magistrat, 251. 
Ses comptes, 1454 à 1500, 253-329. Sentence 
arbitrale sur un différend existant entre la 
Gilde et les chanoines réguliers de Tabbaye 
de TEeckhout, 329-337. Fêtes observées par 
la Gilde, 335. Tableau de Tautel de la Gilde 
dans l'église abbatiale de l'Eeckhout, pmnt par 
Memlinc, 299, 336. 

Guj>B DES Potiers de Sibgburo, 122-194. Ses 
statuts, 127, 133-146, 154, 168, 170-182, 190- 
193. Son commerce ayecTétranger, 149-154, 
182-184, 187, 193. 

GiUis, Anne, 297-310. Marie, 278, 303. 

Gillissone (Henri), 267. 

Giltlinger (Jean), peintre, 23. 

Girlichs (Jean), potier, 155. 

Glosencamp (Herman), sculpteur, 224. 

Gobbe (Olivier van der), 261-322. 

Goelre (Henri van), 258. 

Goes(van der), Catherine, 118. Hugues, pein- 
tre, 18, 19, 24. 

Goetghebuer, Jean, maçon, 55, 56, 59, 63, 65, 
68, 70, 71, 74. Michel, maçon, 77. 

Goeliit (Jacques), 260, 261. 

Goossins (Jean), 297-333. 



Gossaert (Marguerite), 288. 

Govaert, Jacques, 263-266. Marie, 93, 94. Mi- 
chel, 94. 

Goude (Pierre van der), 297, 304. 

Goudesent (sire Jean), 272. 

Grave, 263. 

Grégoire (Messe de Saint), miniature, 196. 

Grenzhausen, sa fabrication de grès, 120, 125. 

Grès: de Bottenbroich, 151; de Cologne, 150; 
de Frechen, 123, 125, 151; de Grenzhausen, 
120, 125; de Meckenheim, 151; de Nassau, 
129, 156, 168; de Nieudorp, 150; de Raeren, 
120, 123, 150; de Siegburg, 122-194; de Wied, 
156. 

Grès (vaisseaux en). Noms que portaient les 
différentes espèces, 140, 141. 

Guillebert (Jean), dit Meese, relieur, 272-319. 

Guynes (Jean de), charpentier, 231. 

Haec (Maurice), 117, 245, 246, 248, 250, 253-296. 

Hameyde (Jacques van der), 330-336. 

Hane(BaUhasar de), charpentier, 219, 221, 222, 
223,224,231,234,237. 

Hasaerls (Christine), 293. 

Haveskercke (Guislain van), 220. 

Haye (Colin de la), 303-318. 

Hazeman, Corneille, charpentier, 231. (S«orge, 
charpentier, 231. 

Heede (van), Elisabeth, 261-291. Jeanne, 288- 
311. 

Heerweer (Mahieu), maçon, 228. 

Heindricx, Gui llaume, charpentier, 55, 68, 70, 71 • 
Guillaume, maître d'école, 260-324. Jacques, 
298-332. Pierre, 288. 

Heindricxzone (Henri), parcheminier, 280, 286. 

Hemelriic (Véronique), 272-274. 

Hende (Nicolas van den), chanoine régulier, 
323-336. 

Henri YIII, roi d'Angleterre, 100-109. Augmen- 
tation d'armes concédée par lui à Michel 
Mercator, 101, 108. 

Hepe (Vincent van), 319. 

Hermann (Koennen), potier, 186. 

Hermanssone (Arnoud), tombier, 203, 204. 

Hesschen (van), Jean, calligraphe, 278-336. 
Livin, 328. 

Heures enluminées (livre d'), offert au comte 
de Charolais en 1466, 115-117; conservé à 
Vienne, 111-115. 

Hilgers^Heyligers (Jean), potier, 145, 155, 185. 

Hillebrant (Jean), 303. 



sa 



TABLE 



Hilsebrant (sire George), 264. 

Hofstad (Jean van der), tailleur de pierres, 232, 

233. 
Holbein (Hans), peintre» 23. 
HoUandere (de), Corneille, 311-318. Gérard, 291. 
HoUandere, v. Rinelt. 
Holzfabrt (le), fête populaire observée à Sieg- 

burg, 187. 
Hondt (d*) Gatberine, 288. Jacqueline, 261 . 
Hoopzomers (Philippe), 273. 
Horloges anciennes, 77, 79, 217, 237. 
Homewedre (George), charpentier, 70. 
Hoste (Marguerite), 313. 
Houbare (Corneille), 288. 
HQucke (Jean), 297. 
Houwe (Gilles van der), 32*7. 
Hughelin (Eustache), 266, 269. 
Hugheloens (Catherine), 264. 
Hulst (van), Jean, 261, Marie, 269. 
Hummele (Amould van), 268-279. 
Huughs, Antoine, 315^24. Jacqueline, 263. 

Victor, 259-297. 
Jacomaert (Livin), imagier, 308. 
lacops (Henri), charpentier, 231. 
lacopssone, Hugues, 261-277. Tristram, 263- 

267. 
lagher (Robert de), 284, 288. 
lanszone, Guillaume, 267-277. Romboud, 292- 

309. Thierri, imprimeur, 289-267. 
IcoNOGRAPH» : David, 1 14, 196, 208. MoIse, 208. 

S. Adrien, 197. S. André, 208. S. Anne, 197. 

S. Antoine, 208. S. Augustin, 208. S. Barbe, 

5-26. S. Barthélémy, 208. S. Bavon, 114. 

S. Benoit, 197. S. Catherine, 208. S. Etienne, 

208. S. Jean Baptisle, 197, 208. S. Jean 

l'Evangéliste, 114. S. Marie Madeleine, 197. 

S. Michel, 114, 197. S. Paul, 208. S.Pierre, 

208. S. Roch, 197. S. Sébastien, 197. 

S. Thomas de Cantorbéry , 1 14. Sainte Vierge 

Marie, 112, 113, 114, 197. S. WUgeforte, 114. 

Trôs Sainte Trinité, 197. 
Jean Baptiste (Saint), 197, 208. 
Jean l*Evangéliste (Saint), 114. 
Images coloriées : emportées dlJtrecht à Bruges, 

238, 239; exportées de Bruges à Gand, Ipres, 

Anvers, etc., 249. 
IiUGBs: Ordonnances du magistrat de Bruges 

quant à la fabrication et Timportation d*ima- 

ges, 238-282. * 

Inbroucke (frère Antoine van), 300-304. 



lonas (Adrien), horloger, 224, 237. 

loos (Jean), 264. 

Joyeuse entrée de Charles V à Bruges, en 1520, 

207. 
Ipere (Jacques van), maçon, 229. 
Ipre, V. Diificx. 
luede (de), Henri, charpentier, 66, 68. Jean, 

charpentier, 88, 86, 88, 62. 
luetesone (Jacques), 208. 
Jugement dernier Ge), tableaux, 77, 79,207-210» 

242. 
Kamp(Jean}, potier, 186. 
Karels (Adrien), maçon, 230. 
Kariier (Jean), 280. 
Kekin (Jean), tailleur de pierres, 233. 
Kempe (Jacques), huchier, 210. 
Kerstiaens (Pierre), 310. 
Kevael (Jean), 284. 
Keysere (de), Jacques, fondeur, 233. Jean, 319. 

Marguerite, dite Sceppers, 297-317. 
Keyt (Jacqueline de), 278-320. 
Kieken (Eloi}, charpentier, 221. 
Kint (Adrien), 267. 

Klinckenberg (Pierre auf dem), potier, 186. 
Koapp (Herman), potier, 186. 
Knibbe (Barbe), 273, 277. 
Kmif (Tristram), 319. 

Knutgeo^-Knuytgin — , Annon, potier, 188, 184, 
188. Bertram, potier, 188. Curstgen, potier, 
188,184,188. Elie, potier, 188. Guillaume, 
potier, 186. Henri, potier, 188. Herman, 
potier, 188, 184. Jean, poUer, 188, 186, 189, 
184. Pierre, potier, 182, 188, 184, 188. Ro- 
ger, potier, 188, 188. Teil, potier, 188. 
Thierri, potier, 188, 186, 184. 
Koclutuppent espèce de pots en grès fabriquée 

àSiegburg, 141, 142. 
Koerstgenn (Banner), potier, 186. 
Kulmbach (Hans von), peintre, 23. 
Lamenduers, Agnès, 278. Jacqueline, 260. 
Landeghem (Adrien van), 316-319. 
Landsheere (de), Antoinette, 262-290. Jean, cha- 
noine régulier, 286. 
Laneel (Olivier), peintre, 212. 
Langhemarc (André van), maçon, 228. 
Lantin (Gabriel), 68. 
Laruwe (Jean), peintre, 212. 
Lazare (résurrection de), miniature, 196. 
Leede (Josse van), 328-332. 
Leefdalè (Elisabeth van), 308^23. 



TABLE-. 



34Sl 



Leerse (Catherine), 305. 

Leeu, Gérard, imprimeur, 310. Marie, 294-303. 

Lembourcb (Hugues), 282. 

Lende (van der), Hubert, 273-302. Jean, relieur, 

283-324. 
Leschuyer (André), 315-318. 
Lewes (Guillaume), facteur d'instruments de 

musique, 100. 
Leye (Jean van der), peintre, 76, 77, 261. 
Librairie (la), au xy* siècle, à Bruges, 238-252. 
Liedet, Hugues, 292-310. Louis, enlumineur, 

278-301. 
Liemere, 310. 

Liere (George van), maçon, 230. 
Lille (Charles van), 278-285. 
Liturgie : rubriques concernant la véture, Tono- 

tion et l'enterrement des religieuses de Tab- 

baye de Messines, 195, 196. 
Livres (le commerce des), au xv* siècle, à Bru- 
ges, 241. 
Lodewiicx (Simon), horloger, 77. 
Loens, 260-269. 

Loethener (Etienne), peintre, 21. 
Londerzeele (Guillaume van), 268-297. 
Loochem (van), 280. 
Lormiere (Jean), peinlre^verrier, 48. 
Louf (Jean de), tapissier, 82. 
Lovinus (Bernarinus), peintre, 23. 
Luevene (van), frère Jean, Dominicain, 260. 

Livin, 288-316. 
Luini, peintre, 19. 
Lusch (Barbe), 287, 291. 
Lutz (Everard), poiier, 135, 165. 
Lynde (Jean van den), maréchal, 73, 
Maech (de), Jean, maçon, 213, 214, 219. Michel, 

maçon, 229. 
Maertins, Adrien, 305. Livin, 293, 298. 
Macs (Tideman), sculpteur, 54, 55, 59, 63, 66, 

68, 71, 76. 
Mages (Adoration des), miniature, 197. 
Maisereulles (Philippe de), enlumineur, 116; 

détails biographiques, 117, 278-300. 
Malaquin (Jean), peintre, 242. 
Malchien (Colinet de), 254. 
Maie (Livin van), maçon, 223, 233. 
Manchion (Colard), calligraphe et imprimeur, 

260-310. 
Manesiio, Jean, 258, 260. Michel, 262-277. 
Mannaert (Simon), 291. 
Mansion (Colard), calligraphe et imprimeur, 

260-310. 



Manuscrits enluminés, lllrllO, 195^197.. 

Marguerite (Sainte), 198. 

Marie (la S. Vierge), tableaux représentant ses 
douleurs, 95; ses joies, 95. 

Marie Madeleine. (Sainte), 197. 

Mariins (Gertrude), 288. 

Maroles (Philippe de), enlumineur, 116; détails 
biographiques, 117, 278-301. 

Masio (Jean de), 284. 

Mathiis, Adrien, 254-321. Sœur Sykin, 291-318. 

Mauwe (Jean), 267-328. 

Mayaert (Jean), sculpteur, 285, 287, 

Mazieres (Marguerite), 291, 309. 

Mazzuoli (Joseph), peintre, 26. 

Meckenheim, sa fabrication de grès, 151. 

MedembUic (Pierre vau), marchand d'estampes, 
307-325. 

Meerlay (Gabriel van), tailleur de pierres, 232. 

Meese, v. GiâUeberl. 

Meessene (Pierre van), brodeur, 76. 

Meestre (Etienne de), charpentier, 231. 

Meeux, Eloi, maçon, 227. Jacques, maçon, 229. 

Melem (Hans von), peintre, 22. 

Mbmlinc (Hans), peintre, 18, 20, 22, 45. Son 
portrait, peint par lui-même et gravé par 
Jacques van Oost, 45. Tableau d'autel peint 
par lui pour Guillaume Vrelant, 299, 301, 336. 

Mennicken (Baudouin), potier, 121. 

Mergator, Michel, orfèvre, graveur de médail- 
les, facteur d'instruments de musique, et 
agent diplomatique secret, 98-110; détails 
biographiques, 100-103; son portrait, gravé 
par lui-même, 102, 103; ses médailles, 109, 
103; lettres écrites par lui : au cardinal Wol- 
sey, 104; à Thomas Cromwell, 110. Elisabeth, 
99, 102; son portrait, 102. Jean, maître de 
la monnaie du duché de Gueldre, 99, 100^ 
Lambert, maître de la monnaie du duché de 
Gueldre, 98, 99. Mathilde, 102. Matthias, 
99, 100. Pierre, 99. 

Merseman (Corneille), 267, 268. 

Mesaens (Catherine), calligraphe, 291, 300. 

Messe de S. Grégoire (la), miniature, 196. 

Messe des morta (la), miniature, 114. 

Messines (abbaye de), Ms. enluminé en prove- 
nant, 195-197. Reliques de S. Sidronius y 
transportées, 195. 

Metteneye (Adrien), enlumineur, 319. 

Mettenghelde (Paul), 258. 

Meyel (Gérard van), enlumineur, 254-266. 

Meyere (George de), peintre, 81, 82, 83, 217. 



i 

i 



346 



TABLE 



Meyne (Alexandre), peintre, 212. 

Michel (frère), Cistercien, 297-31d. 

Michel (Saint), miniature, 1 14, 107. SUtuette, 

198. 
Michiels (Marguerite), enlumineur, 117, 297-329. 
Miiten, mielwerk, espèce de grès, 140, 142, 177. 
MieUns (Philippe), notaire, 327-337. 
Milot(Amould), 322-324. 
Mingoet (Jean), 306, 308. 
Miniatures, 112-115, 118, 195-197. 
Minnins (Jean), 272, 274. 
Minoet (Haquinet), 302. 
Missel enluminé, 118, 119. 
Moddere (Laurent de), tailleur de pierres, 233. 
Moens (Jean), peintre, 74. {^éon, sculpteur, 81. 
Moere (van den\ Adrien, maçon, 228, 230. 

Corneille, maçon, 230. Jean, enlumineur, 

312-332. Matthieu, maçon, 229. 
Moerinc(Paul), enlumineur, 284-320. 
Moermans (Claire), 278, 286. 
Moers (frère Jean), 276-329. 
Moïse, 208. 

Moke (Jean), imagier et enlumineur, 313-332. 
Mol (Arnould de), peintre, 257, 275, 294. 
Mommaert (Simon), tailleur de pierres, 232. 
Mons (George de), callîgraphe, 272-293. 
Moort (Jacques van der), maçon, 47. 
More (sir Thomas), 100. 
Moreel (Piat), 288-320. 
Mortroel (Jean), 260, 262. 
Morts (office des), miniature, 114, 196. 
Mossa (Henri de), 280, 300. 
Mote (Jean van der), maçon, 228. 
Mottael (Jacques), 254-278. 
Muelene (Elisabeth van der), 292-303. 
Muelenyzere (Jacques), 298. 
Mueninc (Barbe de), 255-304. 
Muese (van der), 292. 
Muet (Jean de), 293. 
Munte (Jacques van der), 271. 
Mutserere (Arnould), 316. 
Muushonl (George), 273-294. 
Nacht (Corneille de), 264-273. 
Nassau (duché de), sa fabrication de grès, 129, 

156, 168. 
Nativité (la), miniature, 197. 
Nazareth, v. Berghe. 
Neve (Jean de), 260-281. 
Nevekin (Antoine), 261. 
Neuss (Jean), potier, 155. 



Nieudorp, sa fabrication de grès, 150. 

Nieuwen Casteele (Hubert van den), 288. 

Nockebrouc (Barbe), 261-289. 

NoUaert (Etienne), maçon, 229. 

Noorthende (Jeanne van), 318. 

Nopere (Jérôme), tailleur de pierres, 233. 

Noyelles (Louis de), 287-315. 

Nueteman (Henri), charpentier, 231. 

Nusen (Jean van), 293-313. 

Nutins (Périne), 268. 

Odevaere (Jean), maçon, 55, 56, 63, 65, 68, 70, 

71, 74. 
Oelp (Grae Johan van\ potier, 180. 
Olmene (Griffon van), 298. 
Omian— Oem Johan_, Bertram, potier, 155. 

Gurstgen, potier, 155, 184, 186. Jean Elie, 

poUer, 155, 184. 
Oost (van), André, maçon, 227. François, 

maçon, 228, 229. Jacques, peintre, eau-forte 

d*après Memlinc, 45. Jacques, tailleur de 

pierres, 233. 
Oosterliinc (Jean), serrurier, 331. 
Orgues, 100. 

Orsele (Guillaume van), 288, 297. 
Oruewe, 254. 

Ottergheem (Jean van), 260-281. 
Otlezone (Nicolas), 328. 
Oudebouc (van), George, 253, 29S. Geoife, 

257-264. Léonard, 254-281. 
Oudenaerde (Catherine van), 264. 
Oudesloie dit de ToUenaere (van), Cornéiie, 309. 

Elisabeth, 324. Jean, 253-328. Livin, 287- 

333. Nicolas, 253-275. Thierri, 310, 313. 
Overdile (Nicolas van), chanoine régulier, 323, 

324. 
Overstoltz (Jean;, potier, 155, 185. 
Overtvelt (Maurice van), sculpteur, 74. 
Overzee (Pierre van), 260-273. 
Paeu (François de), 288. 
Pagant (Nicolas), 267. 
Palma (Jacques), peintre, 25. 
Pandelare (Jean de), 316, 318. 
Paon : symbolisme, 17. 
Pape (Jean de), 268-277. 
Paradiis (Jean), calligraphe, 282-328. 
Pariis (Gilles van), 268-274. 
Paselins, 263-273. 
Pateroon (Jean de), 291. 
Paveillon (sire Alard), 285. 
Paul (Saint), 208. 



TABLE 



347 



Payere (Marguerite de), 288. 

Peckelmoes (Guillaume), 272. 

Pelegrim, 260, 261. 

Pérugin, peintre, 18. 

Phénix : symbolisme, 17. 

Pierre (Saint), 208. 

Piet (George yan der), maçon, 227. 

Pinte (Jean), 288-313. Jesse, 304. 

Pinturrichio, peintre, 26. 

Pise (Jean), dit van Axele, calligraphe, 272-305. 

Pistoia (Paul da), peintre, 25. 

Plumcooper (Jean de), 210. 

Poele (Jean van de), maçon, 218, 219, 220, 221, 
225,233. 

Poing coupé en argent, 48, 82. 

Pois (Golinet de), 284. 

Poitevin (Philibert le), barbier, 282, 284. 

Poortere {Jossine de), 325, 328. 

Porier (YalenUn du), 312-315. 

Poterie (Notes et Documents pour servir à 
l'histoire de la fabrication de la), 120-104. 

Potte (Barbe), 264. 

Poulet (Quentin), 297. 

Pourbus (Pierre), peintre, 210. 

Praet (Henri van), tailleur de pierres, 232. 

Près (Sire Baudouin des), 288-320. 

Presen (Hans), potier de Siegburg, 185. 

Prévost, Jean, peintre, notes biographiques, 
93, 205-215; ses œuvres, 206-211. Adrien, 
peintre, 205, 211, 213, 214, 215. Anne, 206, 
212,214,215. Barbe, 212. François, peintre, 
212. Hugues, peintre, 212, 214. Jeanne, 
212. Jossine, 212. Marie, 206, 214, 215. 
Martin, 212. Oste, peintre, 212. Pierre, 
peintre, 212. Thomas, peintre-verrier, 206, 
211, 214, 215. 

Priem (Henri), calligraphe et maître d*école, 
260-320. 

Puelewiic (sire Alard van), 263-304. 

Purgatoire (le), miniature, 196. 

Putte (François van den), peintre, 79, 80. 

Pyke (Guillaume), tailleur de pierres, 47. 

Quareyt (Léon), maçon, 230. 

Quentin (maître), chanoine régulier, 310-324. 

Questier (Mahieu), 253-317. 

Raeren, sa fabrication degrés, 120, 123, 150. 

Raes (Jean), peintre, 77. 

Raet (Adrien de), enlumineur, 288-333. 

Rannel (Golard de), 296,299. 

Raphaël, peintre, 18. 



Rasch (Adrien), charpentier, 223, 231. 

Rattevel (Jean), charpentier, 231. 

Raymakere (Jean de), 273-329. 

Relieurs (les), à Bruges, 238. 

Religieuses de Tabbaye de Messines : cérémo- 
nies observées k leur véture, à leur onction, 
et à leur enterrement, 195, 196. 

Reliquaires, 198. 

Reliures anciennes, 118, 119, 197. 

Renier (Adrien), enlumineur, 329. 

Rennewaerl (sire Melchior), 303-318. 

Rensgen (Jean), potier, 155. 

Résurrection du Christ (ia), miniature, 197. 

Reyngoot (Jean), charpentier, 231. 

Riebeke ahuriaen van), 264, 266. 

Rielant (Jacques van), 267. 

Rietscoof (Tristram), 263-274. 

Riiquaert (Adrien), 288, 290. Michel, dit duc 
de Gloucester, 265-273. 

Riisewiic (Nicolas van), 272, 274. 

Rineel (Salomon), 272-313. 

Rinelt (Corneille van), dit Hollandere, 292-319. 

Ritsaert (Barthélémy), 315-320. 

Rivière (Didier de la), enlumineur, 293-329. 

Robert (Guillaume), 284, 286. 

Robrechts (Marie), 268, 274. 

Roch (Saint), miniature, 197. 

Roden (Marie), 268. 

Rodolphe (frère), Chartreux de Ruremonde , son 
portrait gravé par Mercator, 103. 

Roelands (Ambroise), maçon, 226. Jacques, 
maçon, 228. 

Roland (Jean), calligraphe, 117, 310-320. 

Roloffs (Jean), potier, 155. 

Roose (sire Michel), 265-269. 

Roost (Martin), calligraphe, 284-333. 

Rosa (Pierre), peintre, 26. 

Roselli (Gôme), peintre, 25. 

Rubeus (Pierre Paul), peintre, 26. 

Ruebins (Pierre), maçon, 227. 

Rueremunde (Martin van), 99. 

Rusens, 261, 264. 

Ruusbrouc (maître Josse), 332. 

Rye (Thierri van), 254-262. 

Ryssele (Jean van), plombier, 236. 

Saillie (Jean), tapissier, 82, 83. 

Salvin (Jean), 254-268. 

Sandes (sir Guillaume), détails biographiques, 
202 ; contrat pour Texécution de deux tom- 
beaux, 203, 204. 



348 



TABLE 



Sasseruwerk^ espèce de grès fabriquée k Sieg- 

burg, 141, 143. 
Scane (sîre Jean ^an der/, 270, 379. 
Scelleboom (Gérard), 363-268. 
Seepens (Elisabeth), enlumineur, 294-318. 
Sceppere (Jean de), maçon, 238. 
Sceppers (Marguerite de Keysere, dite), ralu- 

mineur, 297-329. 
Sceygaerts (Gomélie), 298. 
Schabbert.Schepperdt (Jean), potier, 186. 
Schaufelein (Hans), peintre, 24. 
Scheede (François), 288. Josse, 254-301. 
Schnelien, espèce de chopes cylindriques, 141. 
Schultis, Banner, potier, 186. Kirstgen, potier, 

1S9. 
Scoonhove (Guillaume van), maître d*école et 

calligraphe, 287-320. 
Scotle (Thomas de), 267. 
Scriecke (Gomeille van), peintre, 80, 81. 
Scueren (Barbe ver), 310, 311. 
Sébastien (Saint), miniature, 197. 
Serge, fils de Basile, miniaturiste, 19. 
Serrurerie du xvi' siècle, 235, 236. 
Sidronius (Saint), ses reliques transportées à 

l'abbaye de Messines en 1069, 195. 
SiEGBURG (Gilde des potiers de), 122-194; son 

histoire et son organisation, 130-193; ses 

statuts, 127, 133-146, 154, 168, 170-182, 

190-193; son commerce avec Tétranger, 

149-154, 182-184, 187, 193. 
Siena (Matthieu da), peintre, 22. 
Siis (Jacques), 307. 
Simons-.Zeimans_, Hilger, potier, 155, 185. 

Jean, potier, 155, 184, 186. Louis, potier, 

155. Vais, potier, 155, 184, 185. 
Simpson (Guillaume), 150, 193, 194. 
Smet (de). Corneille, sculpteur, 207, 217, 283. 

Roger, sculpteur, 223, 237. 
Smit (de), Barbe, 300. Gilles, 272. Jean, dit 

de HoUandere, et Fabri, 268-300. Jean, 254, 

260. 
Snakendale (van), Henri, plombier, 73. Robert, 

plombier, 77. 
Snoukenberghe (Amould van), 355. 
Sohier (Griffon), calligraphe, 276-333. 
Soors (Jean), 278. 
Spiere (van), v. WUtoen. 
Spierinck (Jean de), miniaturiste et enlumineur, 

398. 
Spikere (Herman van), 254-263. 



Springhel (Jean), 268. 

Stappaert (Henri), 307, 320. 

Steenackere (van), Jean, maréclial, 60, 64, 67. 
Nicolas, serrurier, 48. 

Steylin (Thomas), 261-264. 

Stiermans (Marie), 264. 

Stievesack (Jacques), maçon, 228. 

Stoc (Simon de), 300. 

Stroehans—Struhans (Jean), potier, 185. 

Strum, potier, 186. 

Sturtzenbacb_Stortzinnbach (Pierre), potier, 
186. 

Tant, Barbe, 293. Jean, charpentier, 222, 231. 
Livine, 263-317. 

Tapisseries, 80, 82. 

Tayaert (Léonard), 267, 269. 

Tête coupée en argent, 77. 

Themseke (Adrien van), peintre, 235. 

ThArocjannb: Cathédrale, reliques y conservées 
en 1293, 198. 

Thibaut (maître), enlumineur, 280-287. 

Thielt (Geoiige van), 264-281. 

Thomaes (Pierre), 277. 

Thomas de Gantorbéry (Saint), 114. 

Tienpondt (Gilles), peintre, 223, 235, 235. 

Tilly (de), Elisabeth , 298-318. Jacques, 288^24. 
Nicole, 285. Renaud, calligraphe, 273-336. 

Toke (Clément), 258. 

Tolfin (Jean), 269-328. 

ToUenaere (de), v. OudesloU. 

Tombes incrustées de laiton, 202, 203, 304. 

Toolne (Jean van der), orfèvre, 77. 

Tortelboom (Josse), 394. 

Tournai (fenêtres à la façon de), 50, 67, 72. 

Trinité (la Très-Sainte), miniature, 197. 

Trompere (Jacques de), 324, 329. 

Trompes (Antoine des), calligraphe et enlumi- 
neur, 328-332. 

Tronkoos (Jacqueline). 291. 

Trousset (Périne), 268. 

Trubeert (Nicaise), 254-266. 

Tynes (Gérard), 150, 193, 194. 

Yaert (Catherine van der), 288. 

Valcke (Jean), maçon, 228. 

Yalckeman (Josse), charpentier, 337. 

Yatesine (Guillaume van), 303. 

Yeene (Denys van der), 384. 

Yelde (Guillaume van de), 305-333. 

Yerse, 258. 

Yertegans (Gérard), 262, 263. 



TABLE 



349 



Véture de religieuses. Cérémonies observées à 

l^abbaye de Messines, 195. 
Viellaert (Germain), enlumineur, 282^301. 
Vienne: Bibliothèque impériale: Eau-forte de 

Jacques van Oost, 45. Horae, Hs. enluminé, 

111-118. 

Yillars (Michel), serrurier, 82. 

Yitt (Jean), relieur, 976-314. 

Yinc (Laurent de), 278. 

Vinci (Léonard da), peintre, 18. 

Vinne (Antoine van den), 270. 

Visch (Gui de), 84, 85, 87. 

Visschere (de), Adrien, 254-283. Luc, vitrier, 
236. 

Visscherie (Jean van der), chanoine régulier, 
270-279. 

Vitraux peints, 48, 202. 

Vlach, V. Flach. 

Vlaenderen (Jacqueline van), 282. 

Vlaminc (Jean), 303-318. 

Vlienderbeke (Jean van), maçon, 228. 

Voghelare (Pierre), 211. 

Voghele (Pierre de), sculpteur, 79. 

Vondele (Elisabeth van der), 294. 

Voocht (Chrétien de), 319. 

Vorst (Jean vau der), 260. 

Vos (de), Christophe, 272-287. Corneille, ma- 
çon, 230. Marguerite, 268. Sohier, calligraphe, 
282, 284. 

Vouden (Jean van), 253-268. 

Vrelant (van), Elisabeth, 310-317. Guillaume, 
enlumineur, 117, 253-328; tableau d*autel, 
avec son portrait et celui de sa femme, peint 
par Hans Memlinc, 299, 301, 336. 

Uten Broucke (Jacques), 266-306. 

Uten Kellenaere (Gertrude), 307. 

Utrecht: lieu de fabrication dlmages coloriées, 
en 1426, 238, 239. 

Utrecht (van), Jacques, 309. Rombaut, 288-291. 
Warenbout, 293, 294. 

Uylner (Henri), potier, 155. 

Wabesone, 303. 

Waerder (Laurent le), 286. 

Waereghem (Matthieu van), 304. 

Waes (vaD), 318. Jacques, 255, 258. 

V^ale (Henri de), charpentier, 231. 

Wallaert, 254, 258. Mathias, 270. 

Walle (Nicolas van de), 310-318. 

WaUin (Baudouin), 253-318. Jean, 270. Mar- 
guerite, 300-321. 

IV 



Wallinc (Gilbert), peintre, 79. 

Wanghe (Antoine), 298. 

Warre (Bavon), 264. 

Warwick (van), Guibert, 297-329. Pierre, 319, 

328. 
Watere (van den), 258-279. Antoinette, 287. 

Elisabeth, 284-308. 
Wechelen (Jean van), horloger, 79. 
Weins (Laurent), sculpteur, 207. 
Weinsberg (Herman von), sa description d'un 

banquet Colonais en 1589, 157. 
Weiszgerber (François), potier, 186. 
Westhuuse (Corneille van den), charpentier, 

219, 220, 221, 222, 223, 224, 225, 234, 237. 
Weyden (Jean van der), dit Beernaerts, 254-287. 
Wied (le pays de), sa fabrication de grès, 156. 
Wieghe (van der)^ Antoine, 329. Jean, 269-329. 

Pasqoier, enlumineur, 117, 253-301. 
Wignacourt iJean de), 282. 
Wihil (Balthasar), miniaturiste et enlumineur, 

315. 
Wîichuuse (Jacques van den), charpentier, 231. 
Wiingaerde (van den), Elisabeth, 288, 325. 

Jean, calligraphe, 282, 285. 
Wildeman, 233, 235. 
Wilgeforte (Sainte), miniature, 114. 
Willays (Michel), serrurier, 223, 224, 235. 
Willems (Nicolas), 48, 68. 
Willemssone, Adrien, 263-267. Corneille, 284. 
Wintere (François de), peintre, 207. 
Wilhaghe (frère François van), 800. 
Witte (de), Catherine, 300, 329. Nicolas, 329. 
Wittebroot (Charles), maçon, 230. Corneille, 
maçon, 230. George, maçon, 230. Jacques, 
maçon, 229. Josse, maçon, 228. Roger, 
maçon, 219, 221, 226, 232. 
Wittoen (Louis), dit van Spiere, 288-308. 
Wohlgemuth, peintre, 22. 
Wolsey (Cardinal), 100, 104. 
Worspoel (Henri), tailleur de pierres, 232. 
Worst (Pierre), 258. 
Woude (Pierre van der), 297-315. 
Wouters (Jean), charpentier, 81, 82. Philippe, 

charpentier, 219,234. 
Wulf (de), Adrien, 254. Elisabeth, 288-317. 
Jacques, 254-273, 310-318. Jean, calli- 
graphe, 310-318. Pierre, calligraphe et en- 
lumineur, 318-332. 
Wulven (Arnould van), 254, 258. 
Yseboot (Jean), enlumineur, 306-320. 

44 



t 



350 



TABLE 



Ysebrouc (Jean), 991-804. 
Yweins (Christine), enlumineur, 26i-382. 
Zagher (Jacques de), 263,264. 
Zander (Pierre), potier» 136, 156. 
Zeghers (Guillaume), 262-288. 
Zeimans, y. Sinums. 
Zeitblom (Barthélémy), peintre, 23. 
Zeleghem (Jean van), 298. 
Zoete (Baudouin), maçon, 78. Micolas, maçon, 
231. 



Zopper (Jacques de), 319. 

Zunne (Jean), 278-304. 

Zwaef (de), Adrien, 205, 213, 214. Madeleine, 

205, 214. 
Zwanckaert (Laurent), 288-318. 
Zwarte (Jean de), 254-276. 
Zwertvaghere (Jacques de), 48. 
Zwevezeele (Gornélie van), 272, 276. 
Zwiin (le), cartes peintes en 1513, 206. 



ACHEYS FIMFBIMES LE XVH JANTIfiS HDCCCLXXVn. 



J 



3 2044 039 392 063